Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du livre et de l'imprimé au Canada, Volume I

 | 
Patricia Fleming
, 
Gilles Gallichan
, 
Yvan Lamonde

Cinquième partie. Les usages de l'imprimé

Chapitre 10. L’imprimé au quotidien

Patricia Lockhart Fleming, John Hare, Patricia Kennedy, Travis Decook, Gérard Laurence, Sarah Brouillette, Thomas Brewer Vincent, Sandra Alston, Eli MacLaren et Nova Doyon

Texte intégral

L’annonce publique

PATRICIA LOCKHART FLEMING

  • 1 La dernière ligne se lit comme suit : « HALIFAX : Printed by John Bushell, 1752 » (Tremaine, no 3)

1Dans le premier numéro de la Halifax Gazette, le 23 mars 1752, John Bushell met à la disposition des « gentlemen, marchands et autres qui auraient un quelconque besoin en ce sens » une presse « installée commodément pour les travaux d’imprimerie », leur promettant un service diligent à prix raisonnable. Cette année-là, MM. Nathans et Hart, deux commerçants locaux, lui commandent un Price Current, c’est-à-dire une liste des marchandises en magasin comportant des blancs pour qu’on puisse y inscrire les prix courants à la main1. Cette modeste demi-feuille, qu’on pouvait afficher ou distribuer, est l’un des plus anciens exemplaires subsistants d’une annonce publique gratuite : une feuille imprimée d’un seul côté dans le but d’informer, de distraire, de convaincre ou de réglementer.

  • 2 En Nouvelle-Écosse, la lecture publique d’une loi « sur le terrain de parade de Halifax, tambours (...)

2Tant par leur conception que par leur fonction, ces in-plano sont un trait d’union entre les traditions orale et écrite. Dans les colonies d’Amérique du Nord britannique, les proclamations et ordonnances étaient lues à haute voix dans les rues, tambour battant, et à la porte des églises, le dimanche2. Au XVIIIe siècle, l’imprimeur évoque la solennité de cette lecture publique au moyen de grands caractères et d’un en-tête aux armes royales. Au XIXe siècle, il exploite les contrastes de sa riche gamme de lettres grasses et ornées pour souligner le message (voir illustrations 10.2 et 12.4). Papillons, placards et proclamations disputent l’espace public aux enseignes peintes ou sculptées en ronde-bosse, incitant même les analphabètes à lire le paysage urbain et rural (voir illustration 10.1).

10.1 James Pattison Cockburn, Neptune Inn front the Foot of Mountain Street (1830). Avec l’aimable autorisation du Musée royal de l’Ontario, 995.21.12.

  • 3 ANC, MG 24, B 1, vol. 88, chemise 2 : Chorley. Catéchisme : voir Trentaine, no 280.

3Pour les imprimeurs coloniaux comme Bushell, les travaux de ville — annonces publiques, formules et formulaires administratifs — constituaient une source de revenu régulier et de profit rapide, car ces tirages de 100 à 200 exemplaires ne représentaient pas une grosse dépense de papier et s’inséraient facilement dans la cadence hebdomadaire de production du journal et entre les commandes de livres et de brochures. Considérons le travail abattu par Thomas Chorley, compagnon imprimeur chez William Brown, à Québec, durant une semaine de l’été 1778 : entre la composition des cahiers D et E du Douay Catechism, préparation et tirage de 100 annonces pour un marchand ; entre les cahiers E et F, impression de proclamations et d’un côté de la Gazette, puis composition de deux pages de permis de commerce avec les Autochtones3. Chorley a peut-être utilisé pour les proclamations des galées composées pour le journal afin de réduire le coût de production du dense document officiel. L’atelier était payé pour distribuer et coller ces annonces publiques à l’intérieur et à l’extérieur de la ville.

  • 4 ANC, MG 24, B 1. Une transcription des registres de 1764 à 1800 figure dans ECP, p. 416-511.
  • 5 Ouebec (Province), Govemor, 1764-8 (Murray), [Reward notice] (Ouébec, 1764): Trentaine/ECP, no 43.

4La bourdonnante boutique de Brown ne peut certes pas être qualifiée de typique, mais c’est la mieux connue des imprimeries du début du Régime britannique grâce aux 26 registres de travaux d’impression des années 1763-1800 qui nous sont parvenus. Des 91 commandes comptabilisées entre juillet et décembre 17644, premier semestre de fonctionnement de la presse, 38 totalisant environ 4 350 exemplaires sont des annonces publiques : avis de vente de marchandises ou de terres, publicité pour un bal, offre de 200 £ pour toute information sur ceux qui ont agressé le magistrat Thomas Walker... et lui ont coupé l’oreille5. Trente-huit autres concernent des formules ou des formulaires administratifs, catégorie que Patricia Kennedy examine dans le présent chapitre. Si on englobe les bons, assignations, cautionnements et permis d’exploitation de débit de boissons tirés à des milliers d’exemplaires, ces commandes ajoutèrent 19 000 feuilles au volume des imprimés en circulation à la fin de 1764. À mesure que la population de Québec prenait conscience des possibilités offertes par une imprimerie locale, Brown et Gilmore virent augmenter les commandes de livres et de brochures passées par l’administration publique, l’Église et des particuliers.

  • 6 Ce chiffre comprend, outre les travaux comptabilisés, des imprimés omis qui ont été retrouvés et s (...)
  • 7 Les comparaisons statistiques sont délicates, car beaucoup de bibliographies négligent les travaux (...)
  • 8 Nova Scotia, Lieutenant Governor, 1761-3 (Belcher), [A Proclamation] (Halifax, 1762): ECP, no 30A.

5Labeurs et travaux de ville confondus, près de 3100 imprimés sont sortis de leur presse entre 1764 et 18006, Du nombre, 2 400 (78 %) sont de type fugitif : plus de 800 annonces publiques et 1600 formules et formulaires administratifs7. En subsistent moins de 90 proclamations, prospectus et affiches (11 %), pour beaucoup en un seul exemplaire. Si les archives publiques conservent une quantité importante de certains documents administratifs, notamment des permis et des certificats fonciers, on a retracé et documenté à peine 6 % des formules et formulaires. Pour les colonies atlantiques, le corpus est encore plus maigre. Des imprimés néo-écossais du XVIIIe siècle, nous ne possédons que 3 douzaines d’avis publics, dont 14 proclamations réalisées dans les 10 ans qui ont suivi l’installation de la première presse à Halifax, époque où plusieurs gouverneurs transitoires cherchèrent à réglementer les comportements publics : telle réclame la restitution de brouettes volées au chantier du roi, telle autre appelle à « un commerce juste et équitable avec les Indiens8 » ou à la célébration d’une action de grâces en octobre 1762. Pour le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard, c’est même la disette : seulement quelques feuilles confirment l’existence passée des proclamations, avis de vente aux enchères et offres de récompense sortis avant 1800 des presses de ces deux colonies.

  • 9 Free Press (Halifax), 2 septembre 1817,
  • 10 New Brunswick, Administrator, 1812-1813 (Smyth), [A Proclamation] (Saint-Jean, 1812): Fleming, Atl (...)
  • 11 Upper Canada, President, 1811-1812 (Brock), Proclamation (1812): Fleming, UC, no 75; Clorions News (...)
  • 12 More Glorious (Québec, 1812), M. Brisebois, Impressions, no 166.
  • 13 A New Song, on Peace, and Conquered Bonaparte (Saint-Jean, 1814) : Fleming, Atl., NB50 ; G. Bumgar (...)
  • 14 George Bond, The Remembrancer (Saint-Jean, 1837).

6En 1817, un visiteur à Halifax écrivait : « Rien ne peut étonner davantage l’Anglais à son premier passage ici que la remarquable différence dans les pratiques commerciales et les affiches qu’on voit partout sur les ventes aux enchères du jour9. » Peut-être, mais le fait est que les annonces publiques du XIXe siècle sont aujourd’hui presque aussi rares que celles du siècle précédent. Les pertes ne peuvent même pas être estimées : la plupart des registres comptables ont disparu, l’analyse systématique est embryonnaire, et les données bibliographiques sur la période de 1801 à 1840 sont très inégales. Tout bien compté, quelque 800 annonces subsistent. Une sur deux a été tirée dans le Haut-Canada, province entrée en grande pompe dans l’ère de l’imprimerie en 1793. Même si les proclamations et ordonnances sont surreprésentées dans cette collection — ce qui paraît probable vu les méthodes d’archivage —, il est clair que les pouvoirs publics avaient largement recours à l’imprimé pour informer les citoyens et réglementer la vie publique. Durant la guerre de 1812, pour ne prendre qu’un exemple, les proclamations déferlent sur l’est de l’Amérique du Nord britannique. La première vague suit de près la déclaration de guerre américaine, en juin. L’administrateur du Nouveau-Brunswick, qui vient d’être nommé, émet une ordonnance qu’il qualifie d’« exactement semblable » à une proclamation diffusée la semaine précédente à Halifax10. Dans le Haut-Canada, le major général Isaac Brock réplique au brigadier général américain William Hull, qui a publié une adresse à la population après avoir traversé la rivière Detroit avec mission d’envahir les colonies britanniques. La vraie réponse de Brock viendra le mois suivant : c’est la prise de Detroit, proclamée cinq jours après à York dans une annonce intitulée Glorious News !!!11 La nouvelle met encore cinq jours pour atteindre Montréal. Les éditeurs du Montreal Herald la transmettent à Québec, où John Neilson tire une annonce en français et en anglais sous le titre More Glorious12. Les Américains imprimaient volontiers des ballades pour célébrer leurs victoires, mais la chose était assez rare dans la partie britannique du continent. Il ne nous reste qu’une chanson « composée par un loyal héros britannique » au Nouveau-Brunswick pour faire pièce aux plus de 60 ballades rédigées, imprimées et vendues au sud de la frontière pendant la guerre de 181213. Cette manière de publier des vers sur feuille volante pourrait avoir été importée par les loyalistes, car on en trouve à Saint-Jean jusqu’en 1837, année de parution du Remembrancer au profit des veuves et orphelins de travailleurs tués dans l’effondrement d’un pont14.

  • 15 [Petition of Inhabitants] (St. John’s, 1811): Fleming, Atl., Nfld10.

7En politique, la feuille imprimée s’adresse à la fraction de l’opinion qui s’intéresse à la chose publique — un groupe dont les rangs grossissent au XIXe siècle. Grâce à elle, l’opposition peut s’afficher sur les murs de la ville, les simples citoyens ont un moyen de diffuser un plaidoyer en faveur d’une cause qui leur tient à cœur. En 1811, par exemple, les habitants de St. John’s publient une pétition réclamant au prince régent certains services essentiels dans une agglomération de 10 000 âmes : de fait, leur ville est encore administrée comme une pêcherie15 ! Les réformistes du Haut-Canada et les patriotes du Bas-Canada font imprimer leurs revendications constitutionnelles, puis leurs appels à la sédition. Chaque élection ouvre les vannes du débat politique et inonde les rues de propagande imprimée, Le présent chapitre en donne deux exemples : le premier scrutin dans le Bas-Canada, en 1792, et le dernier affrontement électoral avant la Rébellion dans le Haut-Canada, en 1836.

  • 16 Mrs. Redon’s Benefit (Montréal, 1812), M. Brisebois, Impressions, no 178 ; Niagara Race Meeting (1 (...)
  • 17 Mensforth, Aux curieux et spéculatifs (Québec, 1792) : Tremaine, no 788.

8Si l’imprimé politique divise la population, l’imprimé publicitaire, lui, la coupe en deux : acheteurs et vendeurs, artistes et spectateurs. Après Nathans et Hart en 1752, des générations de commerçants, d’encanteurs, de fabricants, d’artisans, de banquiers, d’hôteliers, de maîtresses d’école et d’autres ont fait imprimer des prospectus détaillant leurs marchandises ou services. La promotion des spectacles était assurée par des milliers d’annonces, d’affiches-programmes et de programmes. On a peu de traces de ces distractions populaires : une affiche de cirque rouge et noir imprimée à Montréal ; une annonce illustrée sur une course de chevaux à Niagara ; des programmes d’une régate à Toronto, semis de lettres ornées sur fond de couleur16. Aucune affiche-programme produite en Amérique du Nord britannique à l’époque n’a été retrouvée, et pourtant William Brown en a imprimé plus de 10 000 exemplaires pour le Théâtre de Québec durant la seule saison de juillet-décembre 1786. Comme 749 des 750 feuilles commandées par le sergent Mensforth en 1792 pour annoncer la présentation de son « Automate ou Figure Parlante Suprenante » au « Caffé des Marchands » de Québec17, ces milliers de réclames, ayant rempli leur rôle, ont été jetées ou recouvertes par d’autres, tel un palimpseste de la vie quotidienne.

ÉTUDE DE CAS. Une élection sous presse : le Bas-Canada en 1792

— John Hare

  • 18 P. Tousignant, « La première campagne électorale » ; J. Hare, Aux origines du parlementarisme québ (...)

9La loi constitutionnelle de 1791 divise l’ancienne « Province de Québec » en deux nouvelles provinces, le Haut-Canada et le Bas-Canada. La métropole accorde à chaque province une Chambre d’assemblée élective. Celle du Bas-Canada est composée de 50 députés représentant 27 circonscriptions. Les premières élections se tiennent en juin et juillet 1792, le suffrage est censitaire, mais un large pourcentage de la population adulte masculine a droit de vote18.

  • 19 Tremaine, no 761-781 ; ECP, no 770A-781 ; Vlach et Buono, no 0223.
  • 20 ECP, p. 490.

10Aucune autre période électorale avant celle de 1808 n’a produit un aussi grand nombre d’imprimés que les élections de 1792. Samuel Neilson inscrit dans les livres de son atelier de Québec quelque 70 travaux d’imprimerie relatifs aux élections sur un total de 160 commandes au cours de l’année 1792, dont 10 sont portées au compte du gouvernement et 60 sont des commandes de candidats19. Les documents officiels sont essentiellement des instructions aux officiers rapporteurs. Neilson imprime aussi 800 « avis en fr[ançais] et en ang[lais] pour affichage par les officiers rapporteurs dans tous les endroits publics fréquentés des paroisses respectives20 ».

  • 21 ECP, p. 491-492.

11Dans le cas des particuliers, on trouve surtout des annonces publiées d’abord dans La Gazette de Québec/Quebec Gazette, puis réimprimées sur des feuillets. Du 11 mai au 13 juin, Neilson publie ainsi 24 annonces. Le candidat David Lynd fait distribuer 700 feuillets de son annonce « Aux libres électeurs du Comté de Québec ». La Gazette de Montréal/Montreal Gazette publie 16 annonces du même genre entre le 21 mai et le 28 juin. Il y a des annonces semblables dans le Quebec Herald de William Moore. William Grant, richissime marchand et candidat dans la Haute-Ville de Québec, fait imprimer « 400 cartons d’invitation à déjeuner » et John Black, un constructeur de navires, commande « 150 étiquettes pour chapeaux et cocardes21 ».

  • 22 Tremaine, no 767 ; Vlach et Buono, no 0438.
  • 23 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 10-11 ; ECP, no 77 (...)
  • 24 M. A. Berthelot Dartigny, Conversation au sujet de l’élection de Charlesbourg (Québec, s.d.) : Tre (...)

12Parmi les nombreuses propagandes électorales publiées séparément, on trouve des chansons, des satires, des discours, des analyses sur l’enjeu des élections ainsi que des textes plus substantiels, comme le Dialogue sur l’intérêt du jour, imprimé par Moore à la fin mai 179222. Attribué à Jean Baillargé, ce factum prêche en faveur de la candidature des hommes du peuple contre celle des notables. Parmi les caricatures qu’imprime Neilson, l’une s’intitulant « À tous les électeurs [...] de la Haute Ville de Québec » favorise le candidat marchand contre l’avocat23. Même après le scrutin, Michel-Amable Berthelot Dartigny, candidat défait, publie encore une brochure de 10 pages pour dénoncer les manœuvres douteuses de ses adversaires24.

ÉTUDE DE CAS. Impressions d’une élection : la campagne de 1836 dans le Haut-Canada

— Patricia Lockhart Fleming

  • 25 Upper Canada, Parliament, House of Assembly, Select Committee on Grievances, Seventh Report (Toron (...)
  • 26 F. B. Head, Narrative, p, 7.

13À la fin de mai 1836, sir Francis Bond Head dissout le 12e Parlement après seulement deux sessions. Quand il est arrivé, plus tôt dans l’année, le premier lieutenant-gouverneur civil du Haut-Canada était déjà bien informé grâce au septième rapport de l’Assemblée sur les griefs des réformistes25. À l’entendre, ce pavé de 570 pages tiré à 2 000 exemplaires contient « plus de trois fois plus de mensonges grossiers que de pages26 » ! En juin, les 40 circonscriptions de la province sont le théâtre d’une vigoureuse campagne électorale. Les conservateurs profitent de l’énergique leadership du lieutenant-gouverneur lui-même. À la fermeture des bureaux de scrutin, début juillet, beaucoup de réformistes perdront leur siège.

  • 27 The Elections-or, A Plain Dialogue (1836): Fleming, UC, no 938.
  • 28 Vingt-sept annonces (dont 26 exemplaires uniques) sont conservées dans un album qui n’était connu (...)
  • 29 The Celebrated Horse Simon Ebenezer! Will Stand for Six Days Only (1836). Il s’agit sans doute de (...)

14L’imprimé fait partie des mœurs électorales depuis 1800 au moins dans le Haut-Canada, mais son abondance frappe tous les participants à cette campagne. Selon un observateur, Head a « inondé » le pays de « papiers de toutes sortes, écrits par lui ou par d’autres en anglais, en allemand ou en gaélique et publiés par les presses conservatrices, pour répandre des rumeurs sans fondement sur les membres de l’Assemblée dissoute27 ». De ce torrent d’imprimés conservateurs et réformistes, une quarantaine de feuilles subsistent, pour la plupart en exemplaires uniques : plus de deux fois ce qui nous reste de n’importe quelle autre élection haut-canadienne28. Y sont représentées 15 circonscriptions et 2 langues, l’anglais et l’allemand. Beaucoup évoquent la flamboyante rhétorique d’un discours avec un titre en gras — Electors, Beware !! ou Farmers Attend !! — et des caractères contrastés : égyptiennes massives, romaines et italiques aux pleins accentués, fontes nouvelles ombrées ou ornées. Une seule annonce est illustrée. Représentant un cheval et un palefrenier, la gravure coiffe un texte grossier ridiculisant William Henry Draper, candidat conservateur qui sera élu à Toronto et nommé au Conseil exécutif (voir illustration 10.2)29.

  • 30 Constitutional Reform Society, The Supplies (1836): Fleming, UC, no 931; Thirteen Reasons (1836): (...)
  • 31 W. L. Mackenzie, Streetsville Hustings (1836): Fleming, UC, no 967.
  • 32 Fleming, UC, no 1074.

15On ne sait pas au juste comment circulaient ces imprimés électoraux, mais un réseau de lecteurs se dessine en filigrane dans de nombreuses exhortations comme celle-ci : « Que chaque ami de son Roi et de son Pays lise ceci et le passe à son voisin30. » L’effervescence de ce vote public de plusieurs jours se reflète dans les « états du scrutin » imprimés en cours d’élection. Un texte de William Lyon Mackenzie, qui tire alors de l’arrière par 62 voix, donne les résultats de candidats réformistes qui seront battus comme lui31. Un autre célèbre l’avance des conservateurs dans des circonscriptions près de Kingston. L’en-tête anticipe la rébellion qui éclatera Tannée suivante dans les deux Canadas : Victory or Death, The Rebels shall be defeated !!32

10.2 The Celebrated Horse Simon Ebenezer! (Toronto, 1836). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

Les imprimés administratifs publics et privés

PATRICIA KENNEDY

16Les premières presses ne sont pas sitôt montées à Halifax et à Québec que fonctionnaires et hommes d’affaires en profitent pour reproduire des textes de manière efficace et peu coûteuse. L’impression facilite non seulement la collecte et le contrôle de l’information, mais aussi sa diffusion, large ou restreinte. Cette transition du manuscrit à l’imprimé touche aussi bien les documents confidentiels que les avis publics et les formulaires destinés à être remplis, puis transmis à un destinataire ou retournés à l’émetteur (voir illustrations 10.3 et 10.4).

17Aujourd’hui encore, des centaines de circulaires, des milliers de pétitions, de certificats, d’attestations de serment et de récépissés s’entassent dans les registres gouvernementaux de cession de terres antérieurs et postérieurs à 1800, Les archives financières des administrations publiques contiennent d’innombrables bons de commande, reçus et ordres de paiement imprimés ; celles des milices, des rôles de rassemblement, des certificats, des commissions. Dans les dossiers de la commission chargée en 1838 d’enquêter sur le service postal d’Amérique du Nord britannique, les documents imprimés pour les commissaires côtoient les circulaires, directives et avis obtenus des maîtres de poste.

  • 33 L’emploi des armoiries royales et des lettres encastrées héraldiques est examiné par P. Kennedy da (...)

18Imprimer économise, outre le travail du copiste, du temps, du matériel et des frais de poste. Le fonctionnaire assiégé par une foule de requérants n’a qu’à remplir correctement quelques blancs. Faut-il produire et distribuer quantité de copies dans un délai très court ? L’impression fait gagner un temps précieux. Un imprimé requiert une seule relecture ; les petites erreurs qui échappent au correcteur seront corrigées à la main. L’ajout d’une lettre encastrée héraldique ou des armoiries royales ne vise pas à enjoliver le document, mais à lui conférer le poids de l’autorité impériale sans gaspiller d’argent en rubans ou en cire ni de temps à sceller33.

19Les imprimeurs ne produisent pas des formulaires uniquement sur commande ; les journaux avisent leurs lecteurs quand on peut s’en procurer dans tel ou tel atelier. Était-ce bien compliqué de tirer une main ou deux de reçus ou de lettres de transport génériques à partir d’une commande spécifique ou, inversement, d’adapter un formulaire standard aux besoins particuliers d’un client ? Quelle part des ventes d’une imprimerie comme celle de Brown et Gilmore pouvait donc représenter les formulaires banalisés par rapport aux documents composés sur commande pour des commerçants ou des fonctionnaires ?

10.3 Exemplaire manuscrit des permis régissant le commerce des fourrures à l’ouest de Montréal (Montréal ?, 1769). Les détenteurs sont identifiés dans la marge de gauche. Suivent les « quantité et qualité de la marchandise » : rhum, brandy, vin, fusils et munitions. Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, permis manuscrit : RG 4, B 28, vol. 110, partie 1, p. 132.

10.4 Exemplaire imprimé des permis régissant le commerce des fourrures à l’ouest de Montréal (Montréal ?, 1769). Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, RG 4, B 28, vol. 110, partie 2, p. 411.

20La quantité et la qualité des renseignements consignés dans un formulaire imprimé dépendent entre autres de sa présentation, La science naissante de la statistique a besoin de données ; son influence se lit dans la forme des questionnaires, Fixée une fois pour toutes, la dimension des blancs encourage ou décourage la prolixité, Des répondants griffonnent hardiment par-dessus les lignes imprimées, dans les marges, entre les lignes ; d’autres, plus réservés, ne remplissent même pas les blancs.

21L’interrelation entre la bureaucratisation des services publics et l’impression des documents et formulaires soulève d’autres questions. La standardisation des textes officiels est-elle la cause ou la conséquence du recours à l’imprimé ? Les certificats d’établissement produits au Québec pour les premiers réfugiés loyalistes disparaissent de la circulation après une décennie, quand la colonisation change de profil. Après 1815, lorsque s’amorce la deuxième vague migratoire, les fonctionnaires haut-canadiens font remplir à ceux qui réclament des terres un formulaire adapté aux besoins de l’administration : ses blancs servent à fournir des preuves de loyauté, à justifier le privilège sollicité (ancien soldat, descendant de loyaliste), à consigner le numéro ou la date d’émission du certificat d’arpentage, de l’attestation de paiement, de l’acte de concession, de location ou de vente de terres publiques. L’uniformité de la présentation facilite le contrôle des déclarations, accélère le traitement de la demande : le fonctionnaire n’a pas besoin de lire le texte imprimé ; l’information utile se trouve toujours à l’endroit prévu. L’imprimé conforte ainsi le souci bureaucratique du détail, de l’uniformité, de la classification.

22Subdivisé ou non, le formulaire remplit souvent plusieurs fonctions. En y ajoutant des extraits de la loi ou du règlement applicable, ou encore des instructions de saisie et de traitement ou de transmission au bureau central, on le transforme en aide-mémoire pour le personnel subalterne. Dans les régions éloignées, le formulaire préimprimé pallie la compétence incertaine des fonctionnaires et devient le gage de la qualité des réponses.

  • 34 ANC, MG 19, A 2, série 3, vol. 40-41, p. 4442, 4446, 4454 et 4637.
  • 35 On en trouve ici et là dans ANC, MG 19, A 2, série 3, vol. 28-47 et 58-59.

23Les formulaires portent rarement le nom de l’imprimeur, mais il est parfois possible de les attribuer à un artisan ou à un atelier grâce à leurs signes distinctifs. Les caractères et le liseré des reçus du Canadian Courant pour 1825 correspondent à ceux des parts sociales du Montreal Theatre34. On reconnaît à leur papier vert et à leur mise en pages les nombreux reçus et certificats imprimés par William Gray au début du XIXe siècle pour le service municipal d’adduction d’eau, les exploitants d’un remorqueur à vapeur, la Lachine Canal Company, le Montreal Theatre, la Montreal Fire Insurance Company et la Montreal Bank, même si son nom ne figure que sur une fraction d’entre eux35.

24L’apparition, dans les travaux de ville commerciaux, de fontes plus travaillées, de filets, d’ornements, de gravures témoigne à la fois de la disponibilité de ce matériel et de l’évolution de l’imprimé commercial. Des silhouettes de navires, des vues portuaires ou des tableaux allégoriques enjolivent les factures et les connaissements ; des croquis de bâtiments rehaussent le papier de correspondance et les contrats d’assurance. Le style des imprimés officiels reste utilitaire : texte serré, à peine rehaussé de filets, emploi des armoiries royales pour marquer l’autorité — de plus en plus rare, cependant — et mots clés en caractères plus grands et gras. La même sobriété s’observe dans les documents juridiques, les contrats notariés et les rapports financiers utilisés autant par l’entreprise privée que par les organismes religieux ou sociaux.

25Hommes d’affaires et fonctionnaires attendent alors de l’imprimé qu’il les aide à communiquer un message ou à réunir et à traiter des renseignements d’une manière efficace et économique. Au-delà de sa capacité à diffuser l’écrit, cet imprimé à usage public exerce une influence déterminante sur le mode de transmission et sur le processus de collecte et de conservation de l’information.

ÉTUDE DE CAS. Bons et billets : l’impression des effets de commerce au XVIIIe siècle

— Patricia Kennedy

  • 36 Deux spécimens de la monnaie de carte des années 1740 sont reproduits dans A. B. McCullough, La mo (...)

26Dans l’étude des travaux de ville, il n’y a sans doute pas d’aspect plus négligé que celui des effets de commerce qui palliaient la pénurie chronique de numéraire dans toute l’Amérique du Nord coloniale. L’ouverture de la première imprimerie à Québec, en 1764, fut des plus opportune : James Murray et les autres gouverneurs militaires avaient banni la monnaie de carte (cartes à jouer vierges converties en billets à ordre par un découpage qui en fixait la valeur) massivement émise par les autorités de la Nouvelle-France entre 1685 et 175736. Le vide fut vite comblé par une kyrielle d’effets imprimés pour satisfaire à la demande pressante de moyens de paiement circulants.

  • 37 Au sujet des registres de l’atelier de Brown et Neilson, voir ECP, p. 417-511.
  • 38 Un bon de 1788 est reproduit dans A. B. McCullough, La monnaie et le change au Canada des premiers (...)

27Les plus anciens spécimens de ces lettres de change, billets et récépissés ne portent aucun nom d’imprimeur. Il est donc impossible de les attribuer avec certitude à un atelier. Les registres de Brown et Gilmore et de leurs successeurs à Québec laissent toutefois deviner comment s’organisait leur production, malgré la brièveté, le flou ou l’incohérence de certaines écritures37. Ils montrent notamment que ces effets n’avaient pas la même importance pour tous les secteurs d’activité. Durant les premières décennies d’existence de cet atelier, les payeurs et intendants militaires, le maître de poste et d’autres fonctionnaires font imprimer force lettres, bons, traites, billets à ordre et autres, mais les marchands commandent presque uniquement des billets à ordre et des formules appelées « bons38 », qu’ils font tirer par centaines, voire par milliers. Ces commandes croissent fortement, en nombre et en volume, pendant les 10 premières années, puis s’effondrent quand se met à circuler le numéraire importé pour solder les troupes engagées contre les révolutionnaires américains.

10.5 Billet à ordre, probablement imprimé par Fleury Mesplet à Montréal, rempli par Dobie et Badgley à Montréal en date du 1er mai 1790, Avec l’aimable autorisation du Musée de la monnaie de la Banque du Canada, 1964-0088-00473.

10.6 Bon de bière de la St. Roc Brewery signé par J. Campbell à Québec, le 25 juin 1814. Avec l’aimable autorisation du Musée de la monnaie de la Banque du Canada, 1964-0088-00647.

  • 39 ECP, p. 454 et 460.

28La fonction économique et les zones de circulation des effets de commerce changent au cours des années suivantes. Quantité de traites sont imprimées pour les marchands de Détroit et d’autres postes de l’Ouest, pour Guy Johnson, surintendant des affaires indiennes à Niagara (près de Youngstown, dans l’État de New York) et pour Patrick Sinclair, lieutenant-gouverneur de Michilimackinac, situé sur la berge du détroit qui relie les lacs Huron et Michigan. Que risque-t-on à expédier 3 400 traites de 8 valeurs unitaires à Sinclair (en 1779) ou 8 000 autres de 4 valeurs unitaires à John Askin à Détroit (en 1781) ? Peu de chose : le coût du tirage et du transport (3 £ 15 s dans le premier cas, 11 £ 13 s 4 d dans le second). En effet, elles n’acquièrent leur valeur nominale qu’une fois contresignées par celui qui s’engage de ce fait à payer le montant stipulé au porteur39.

29Les commandes émanant de la « Province de Québec » et du Bas-Canada évoluent aussi, au gré de la conjoncture commerciale et de la croissance démographique. Malgré leurs défauts, les registres de l’atelier révèlent que les commerçants commencent à acheter des formules, des récépissés notamment, et peut-être des effets de commerce, quand leurs affaires se développent. Lorsque Dobie et Badgley signent à Montréal un billet à ordre de six livres (ancien cours) en 1790, ils remplissent peut-être une formule sortie de la presse de Fleury Mesplet (voir illustration 10.5). Les premiers grands tirages destinés au commerce sont des bons constatant le droit à une marchandise comme la bière (voir illustration 10.6) ou à un service, de transport par bateau, par exemple, et des billets engageant le souscripteur à payer tel montant au porteur, deux effets qui seront encore en usage au début du XIXe siècle.

La diffusion des journaux en Amérique du Nord britannique

TRAVIS DECOOK

  • 40 Cet article s’appuie sur les sources suivantes : pour la période avant 1800, voir Tremaine, p. 595 (...)

30Les cartes 10.1, 10.2 et 10.3 présentent le nombre et la répartition géographique des journaux dont la publication commença au cours de trois périodes, soit avant 1801, de 1801 à 1820, et de 1821 à 184040. Le glissement vers l’ouest saute aux yeux. Durant la première période, la région atlantique domine nettement ; pendant la troisième, la presse haut-canadienne connaît un essor fulgurant. Avant 1801, les colonies de l’Est comptent 14 journaux (10 en Nouvelle-Écosse), le double du total bas-canadien, Entre 1801 et 1820, leur avance s’effrite : on y dénombre 29 nouveaux titres, contre 19 pour le Bas-Canada et 13 dans le Haut-Canada. C’est la répartition la plus équilibrée des trois périodes. Le rattrapage est très sensible dans le Haut-Canada, qui passe de 2 titres avant 1801 à 13 pour la période 1801-1820.

31Le développement de la presse haut-canadienne s’accélère entre 1821 et 1840 : la colonie produit 128 nouveaux journaux à la fin de la période, 10 fois ce qu’elle avait au début et environ 2 fois plus que les 68 nouveaux titres au Bas-Canada.

32La répartition intrarégionale révèle une forte concentration de la presse atlantique à Halifax et à Saint-Jean. Avant 1801, les journaux bas-canadiens viennent pour la plupart de Québec, mais Montréal passe en tête après 1801 avec 10 nouveaux titres contre 8 et devient le centre nerveux de la presse provinciale après 1821, publiant plus de la moitié des nouveaux titres. Dans le Haut-Canada, York (Toronto) n’acquiert la prééminence qu’après 1820, période où elle produit 20 % des nouveaux titres de la colonie. Les entreprises de presse se concentrent alors le long de la rive occidentale du lac Ontario, entre York et Niagara (Niagara-on-the-Lake).

Les journaux dans la « Province de Québec » et au Bas-Canada

GÉRARD LAURENCE

33Parmi les 120 publications périodiques parues au Québec entre 1764 et 1840, se dessine, à côté des magazines, revues et feuilles spécialisées de toute nature, un filon dominant — plus de 70 titres, soit près de 60 % du total —, celui du journal proprement dit. Au-delà de tout, c’est la place première accordée aux nouvelles qui lui donne son caractère distinctif et permanent, d’où son nom de « papier-nouvelles », ou « gazette », son synonyme, utilisé dans le choix même des titres. Ainsi en est-il du tout premier périodique publié au Québec, La Gazette de Québec/Quebec Gazette, lancé à Québec en juin 1764 par deux jeunes imprimeurs venus de Philadelphie, William Brown et Thomas Gilmore. Ainsi en est-il encore du deuxième titre, le premier du genre créé à Montréal, 14 ans plus tard, la Gazette du commerce et littéraire Publiée en juin 1778 par un immigrant français, Fleury Mesplet, elle est interdite après 12 mois d’existence. Le maître-imprimeur, assagi par 40 mois de prison, relance en 1785 une nouvelle publication à Montréal, plus conforme aux normes de l’époque, La Gazette de Montréal/Montreal Gazette, ancêtre directe de la Gazette actuelle.

Carte 10.1 Journaux fondés avant 1801 et de 1801 à 1820

Carte 10.2 Journaux fondés dans les colonies atlantiques de 1821 à 1840

Carte 10.3 Journaux fondés au Haut-Canada et au Bas-Canada de 1821 à 1840

Émergence du « papier-nouvelles » (1764-1804)

  • 41 Sur cette question, voir G. Laurence, « La distribution linguistique de la presse au Québec », p.  (...)

34Pendant les quatre premières décennies (1764-1804), les « papiers-nouvelles » présentent des caractéristiques très stables. C’est le genre dominant (sept titres sur les neuf créés). Dans une province jusqu’alors totalement privée de journal, la gazette remplit les besoins élémentaires d’information. Les journaux sont majoritairement publiés à Québec, la capitale. Hebdomadaires, ils adoptent la périodicité qui correspond aux besoins et aux moyens de l’époque. La quasi totalité des feuilles est rédigée en français et en anglais, avec des traductions juxtalinéaires41.

  • 42 Il est donc tout à fait anachronique de parler de la une d’un journal pour cette époque.
  • 43 Les « annonces », appelées aussi « avertissements », sont un mélange d’avis publics, de petites an (...)
  • 44 Avant 1810, les délais de transmission d’une nouvelle d’Europe en Amérique du Nord britannique son (...)

35La gazette est à la fin du XVIIIe siècle un petit in-folio de quatre pages dont le format annonce celui de nos tabloïds actuels. Bilinguisme aidant, chacune des pages est composée sur deux colonnes. À part le cartouche de titre, rien ne différencie la première page des suivantes42 : aucun souci de mise en valeur des nouvelles ; des titres élémentaires qui jouent essentiellement un rôle d’indexation de l’information ; aucune segmentation en rubriques fixes. Au total, une matière tassée et uniforme qui rappelle plus la facture d’un livre que celle d’un journal. Le contenu lui-même se divise nettement en deux catégories : la partie rédactionnelle et les annonces43, dont les proportions varient selon le journal et le moment. La partie rédactionnelle est un ensemble très composite. On y trouve des nouvelles, des extraits et critiques de livres ainsi que des textes divers envoyés par les lecteurs, plus rarement des commentaires du rédacteur. Au chapitre des nouvelles, celles qui dominent largement à cette époque sont les nouvelles étrangères et internationales. Cela s’explique par la conjoncture sans doute, mais aussi parce que la presse étrangère est la source presque exclusive des gazettes québécoises. C’est dire les longs délais (de quelques semaines à plusieurs mois) entre l’événement et le moment où le lecteur québécois en prend connaissance44. Les informations provinciales, même si elles gagnent en importance après 1792, ne parviennent pas, globalement, à dominer. Quant aux questions locales, plus rapidement diffusées de bouche à oreille, elles constituent la portion congrue. La correspondance des abonnés, instamment sollicitée par les imprimeurs en manque de copie, surtout l’hiver, participe à part entière de la matière rédactionnelle. Enfin, la littérature, au sens très large, est l’élément indispensable du journal ; elle y remplit le rôle de divertissement et d’instruction pour la bourgeoisie lettrée. La partie des annonces est reléguée généralement à la fin du journal : elles sont publiées en vrac, sans classification, et les annonces commerciales avoisinent les annonces gouvernementales ou privées. Seules des vignettes standard, première forme d’illustration dans la presse, permettent au lecteur de faire un tri au premier coup d’œil.

  • 45 J.-P. Wallot, « Frontière ou fragment du système atlantique [...] », p. 9-10.
  • 46 Les rares données dont nous disposons sont celles que les journaux eux-mêmes fournissent ; elles s (...)
  • 47 Au XVIIIe siècle, en général, l’abonnement est annuel ou semi-annuel ; il fallait donc consentir à (...)

36Durant cette première période, le tirage des gazettes demeure limité à quelques centaines d’exemplaires. Les fondateurs de La Gazette de Québec/Quebec Gazette, qui visent à recruter 300 « souscripteurs », ne parviennent à convaincre que 143 abonnés. Ce nombre grimpe progressivement jusqu’à 400-500 exemplaires au milieu des années 178045. On estime que le tirage de La Gazette de Montréal/Montreal Gazette, relancée par Mesplet, s’élevait à près de 300 exemplaires dès 178546. En 1794, Le Cours du Tems/The Times déclare rejoindre 228 abonnés ; la modicité de ces tirages ne saurait surprendre. Il faut, bien sûr, les comparer au nombre d’habitants et au taux d’alphabétisation, comme le montre Michel Verrette au chapitre 8, mais aussi tenir compte du prix très élevé de l’abonnement annuel auquel s’ajoutent des frais de poste de plus en plus lourds qui grèvent le tarif initial47. La clientèle du journal est alors principalement une élite dont la moitié sont des anglophones, plus riches, plus instruits et plus soucieux d’information du fait de leurs fonctions et activités. L’autre moitié se compose d’une petite bourgeoisie professionnelle et marchande francophone, de quelques milliers de personnes. Le peuple a un accès relatif au journal grâce à la lecture publique qui en est faite en chaire ou sur le perron des églises, le dimanche.

L’irruption de la presse politique (1805-1840)

37La situation se modifie radicalement à la charnière des deux siècles avec la naissance du Quebec Mercury, explicitement créé en janvier 1805 par Thomas Cary pour défendre les idées et les intérêts des marchands anglais de Québec. Un groupe de députés et de notables canadiens lancent Le Canadien en novembre 1806 pour répliquer aux virulentes attaques du Mercury. Cette seconde période de l’histoire des gazettes québécoises est marquée par l’émergence rapide et massive des journaux de parti : de 1805 à 1840, au-delà de 60 feuilles politiques sont créées, dont plus de la moitié (38 sur 66) au cours de la seule décennie 1830-1840. Le paysage de la presse périodique se modifie alors très sensiblement. D’abord, les journaux bilingues disparaissent pratiquement après 1820. La ligne de démarcation entre le parti canadien et le parti anglais recouvrant largement celle qui sépare les deux groupes linguistiques, les feuilles politiques de chacun des partis vont naturellement opter pour l’une ou l’autre langue. Et malgré un poids démographique très inférieur (20 % de la population), les anglophones se dotent d’un nombre supérieur de journaux (33 contre 29 pour les francophones). Simultanément, s’opère une nouvelle répartition géographique de ces journaux. Québec, avec une quinzaine de titres créés, est définitivement devancé par Montréal où naissent une quarantaine de titres. Aux raisons démographiques et économiques déterminantes, s’ajoutent des raisons politiques. Dès les premières décennies du XIXe siècle, le centre des tensions socioéconomiques et ethniques se déplace vers Montréal. Là, les luttes extraparlementaires sont plus vives et plus passionnées, et les élections plus âprement disputées. C’est aussi à cette époque qu’apparaissent les premiers titres en région : plus d’une dizaine au total (à Trois-Rivières et dans les Cantons de l’Est).

  • 48 Mais le véritable quotidien, « quotidien à l’année » spécifie-t-on, n’apparaît au Québec qu’au déb (...)

38Un autre progrès marquant est le resserrement de la périodicité. Après 1820, les hebdomadaires ont pratiquement disparu au profit des bihebdomadaires, eux-mêmes battus en brèche dans les années L830 par les trihebdomadaires. Et le quotidien pointe déjà, sous une forme hybride d’abord, par le jumelage de deux éditions, Tune anglaise, l’autre française (La Gazette de Québec à partir de 1832) ou l’association de deux titres (comme le Montreal Herald et le Morning Courier en 1837), ou encore sous une forme plus achevée, mais toujours incomplète, quand ces titres deviennent quotidiens le temps de « la saison des affaires » (mai-octobre généralement), pour revenir ensuite à la périodicité trihebdomadaire antérieure. Le premier à faire le pas, le Daily Advertiser, qui paraît à Montréal le 14 mai 1833, serait le premier quotidien de l’Amérique du Nord britannique48.

39Le resserrement de la périodicité permet d’abord de coller à l’actualité, nécessité plus impérative dès le moment où, du fait de la conjoncture politique du Bas-Canada, les informations deviennent plus abondantes et la succession des événements plus rapide. Et alors que Ton veut rendre compte plus amplement des débats parlementaires, qui, eux, se déroulent à un rythme quotidien, il faut songer à augmenter la fréquence de parution. De plus, les progrès et les nécessités du commerce appellent une périodicité quotidienne : l’accroissement des affaires provoque un afflux d’annonces que ne peuvent absorber des publications hebdomadaires ou bihebdomadaires.

40Il est difficile, compte tenu des moyens techniques de l’époque, d’augmenter le nombre de pages, mais on peut ajouter en supplément une page ou deux sur une feuille séparée lorsqu’il y a abondance d’information. La plupart des gazettes demeurent donc des in-folios, mais on agrandit le format de la feuille, contribuant ainsi à l’augmentation du nombre de colonnes qui doublent ou triplent. Entre 1800 et 1810, le format des deux principales gazettes de Québec et de Montréal est passé de 35 x 25 cm à 44 x 31 cm. Le mouvement va ensuite en s’accélérant. Lorsque, le 9 mai 1832, Le Canadien passe à 48 x 33 cm, il signale qu’il adopte le format « de la plupart des autres papiers de ce pays ». L’agrandissement des formats s’opère toujours sous la pression de l’afflux des annonces, que les éditeurs peinent à contenir dans des proportions raisonnables (50 % à 60 % de la surface totale), d’autant que des événements politiques majeurs surviennent qui mobilisent fortement ces feuilles partisanes.

  • 49 Au sujet de la carrière de ces personnalités, voir le DBC.

41La grande nouveauté est, en effet, l’importance que prennent les affaires du Bas-Canada, moins dans les nouvelles qui restent encore dominées par l’information étrangère et internationale que dans les genres qui servent les nouvelles fonctions de ces journaux politiques. La correspondance des lecteurs est désormais tamisée et orientée ; la gazette n’est plus conçue comme une agora où peuvent s’exprimer des idées contraires, mais comme une assemblée de partisans d’où tout discours dissident est exclu. Il arrive même fréquemment que le rédacteur ou l’éditeur rédige de telles lettres, procédé que l’un d’eux, dans La Quotidienne du 16 décembre 1837, a appelé « bâtir des correspondances » dans le bureau même du journal. De ces pièces apocryphes à l’éditorial, il n’y avait qu’un pas. L’article éditorial devient le morceau de choix des journaux, la pièce stratégique de la propagande : là sont ressassées les idées, rappelés les principes, dénoncés les abus, formulés les slogans et diffusés les mots d’ordre. Les principales figures du journalisme de cette époque y ont forgé leur renommée, tels John Neilson (La Gazette de Québec/Quebec Gazette), Jocelyn Waller (Canadian Spectator), Daniel Tracey (Vindicator and Canadian Advertiser), David Chisholm (Montreal Gazette), Alexander J. Christie (Montreal Herald), William Kemble (Quebec Mercury), Étienne Parent (Le Canadien), Adam Thom (Montreal Herald), Robert Middleton (La Gazette de Québec), etc.49. Mais il ne suffit pas de dire au peuple ce qu’il doit penser, il faut aussi lui permettre de juger par lui-même. De là, la publication des débats parlementaires, théoriquement interdite, mais désormais tolérée, grâce à laquelle les électeurs sont directement informés de la conduite de leurs représentants et des pratiques de leurs dirigeants. Pendant les sessions, les comptes rendus parlementaires occupent une place substantielle du journal.

42Les moyens consentis à la partie rédactionnelle demeurent malgré tout modestes. Même les titres les plus importants ne comptent guère que quelques rédacteurs. La plupart des feuilles ne disposent que d’un rédacteur, mais dirigeants du parti et sympathisants collaborent volontiers au journal. Étant donné que selon la pratique de l’époque, les textes ne sont jamais signés, ou seulement d’un pseudonyme, il est impossible d’établir les plus élémentaires statistiques. Les fonctions d’équipes aussi restreintes sont donc peu diversifiées. On y voit apparaître, toutefois, celle de rédacteur en chef. Et le journalisme pratiqué est toujours un « journalisme assis », le seul à se déplacer étant « le rapporteur » des débats parlementaires.

  • 50 À titre d’exemples et en tenant compte de l’évolution des formats et du resserrement de la périodi (...)

43Il est clair qu’un tel contenu s’adresse à l’élite traditionnelle, qui correspond globalement aux électeurs, encore en nombre réduit dans un régime de suffrage censitaire et limité presque exclusivement aux hommes. Même si les prix ont quelque peu baissé50, le journal à 20 s/année reste encore « un produit de luxe » lit-on dans L’Écho du Pays du 12 juillet 1836. Quelques feuilles commencent à paraître sur le modèle des penny papers anglais, d’un format plus petit ; elles sont vendues à 10 s/année et on peut s’y abonner par tranches de quelques mois (le Montreal Transcript). Certains autres journaux commencent à adopter la vente au numéro (« par colportage »). La nouvelle clientèle visée est celle des artisans, dont le nombre s’accroît et qui sont, en partie, alphabétisés. Jusqu’en 1830, seulement un ou deux journaux tirent à un millier d’exemplaires. Dans la décennie 1830, certains journaux peuvent dépasser les 1 000 exemplaires. Les feuilles anglophones, aussi bien tories que patriotes, apparaissent clairement comme étant privilégiées. À la veille de 1840, le Montreal Transcript aurait des tirages d’environ 2 000 exemplaires. Cas exceptionnel pour un journal francophone, La Minerve déclare dans le même temps desservir 1 300 abonnés. En 1840, Le Jean-Baptiste fixe à 2 000 exemplaires l’objectif idéal des feuilles francophones : « alors seulement le journalisme canadien sera parvenu à son apogée » (6 novembre 1840).

Les attaques contre les imprimeurs de journaux et leurs ateliers

SARAH BROUILLETTE

  • 51 Voir J. M. Bumsted, « Liberty of the Press », p. 524.

44Pendant la première moitié du XIXe siècle, les journaux devinrent en Amérique du Nord britannique des lieux essentiels au débat public et à la formation de l’opinion politique. En plus des mesures officielles de contrôle analysées par Gilles Gallichan au chapitre 13, des citoyens qui exprimaient leur indignation en attaquant les imprimeurs et les presses imposaient une censure extrajudiciaire51.

  • 52 La meilleure information sur l’incident provient des comptes rendus qu’en donnent les personnes co (...)
  • 53 W. L. Mackenzie, The History of the Destruction of the Colonial Advocate Press, p. 1.
  • 54 S. P, Jarvis, Statement of Facts, p. 18.

45L’incident le plus notoire fut la « types riot » (l’émeute des caractères d’imprimerie), à York (Toronto), alors que de jeunes gens vandalisèrent l’imprimerie du Colonial Advocate de William Lyon Mackenzie52. L’attaque survint dans la soirée du 8 juin 1826, jour de parution du journal. À l’époque, la capitale subissait la loi de ce que Mackenzie appela plus tard l’oligarchie familiale (Family Compact), un réseau de titulaires de fonctions officielles entretenant des liens étroits avec l’administration coloniale. L’Advocate de Mackenzie, deuxième journal indépendant à York, politiquement engagé depuis sa création à Oueenston, en 1824, commentait les débats parlementaires et s’en prenait à la dépendance coloniale et aux hommes qui l’incarnaient. Sous le pseudonyme de « Patrick Swift », son alter ego éditorial qui se complaisait à répandre diffamation et caricatures scandaleuses, Mackenzie provoqua finalement une réaction physique puisqu’une foule en colère — dont certains participants avaient des liens de parenté avec ses victimes — attaqua son atelier. On enfonça la porte et se mit en devoir d’endommager les machines sur lesquelles était imprimé l’Advocate, de renverser la lourde presse en fer, d’éparpiller le plomb et de le lancer dans le lac. La bande d’émeutiers, suivant Mackenzie, « démolit la presse, les caractères, les formes, les composteurs, les casses, les châssis, les galées [et] les étagères53 ». Au moment de l’attaque, Mackenzie était endetté et l’avenir de son journal, précaire ; mais, après que le tribunal eut adjugé une réparation de 625 £, le Colonial Advocate recommença à paraître. Samuel Peter Jarvis, l’avocat qui s’était attribué le mérite de l’attaque, soutint qu’elle était une réponse appropriée à la destruction par Mackenzie de « tout ce qu’il y a de plus estimable dans la vie publique ou privée54 ». Quant à Mackenzie, il entra à l’Assemblée comme membre de la Réforme, fut le premier maire de Toronto et mena la Rébellion de 1837 dans le Haut-Canada.

  • 55 P. O’Flaherty, « Winton, Henry David », DBC VIII; également P, O’Flaherty, Old Newfoundland, p. 13 (...)
  • 56 P. O’Flaherty, « Winton, Henry David », DBC VIII.
  • 57 P. O’Flaherty, Old Newfoundland, p. 151-155.
  • 58 Ibid., p. 163.

46Le deuxième cas est moins bien connu. Le 19 mai 1835, Henry David Winton, imprimeur et éditeur du Public Ledger and Newfoundland General Advertiser de St. John’s, était attaqué sur la route par un groupe de personnes dont le visage était couvert de peinture55. On le désarçonna, le martela à coups de pierre et lui trancha l’oreille gauche. Ses assaillants ne furent jamais identifiés, mais on crut à l’époque que les responsables étaient des membres de la communauté catholique de Terre-Neuve. Winton, qui avait reçu une formation d’imprimeur et de relieur en Angleterre, était venu à Terre-Neuve en 1818. Il avait fondé le Ledger avec un partenaire en 1820 et en était devenu le propriétaire à compter de 1823. D’abord un champion de la réforme et de l’émancipation des catholiques, Winton était devenu un vigoureux critique du pouvoir politique exercé par le clergé catholique dans l’expectative du premier scrutin, après la concession d’un gouvernement représentatif en 183256. Avant l’attaque contre sa personne en 1835, les fenêtres de son imprimerie et de sa maison avaient été fracassées par des émeutiers enclins à l’intimidation57. L’attaque ne tempéra pas les ardeurs politiques de Winton ; cela l’amena plutôt à des positions plus tranchées et conduisit le Ledger à épouser plus franchement les vues conservatrices. Aucun individu ne fut accusé du crime, même si les membres de la communauté catholique se réjouirent ouvertement de sa perpétration en arrachant des avis de récompense et en chantant une ballade sur « Winton, le converti à l’oreille coupée »58.

  • 59 Sur des attaques comparables aux États-Unis, voir R. G. Silver, « Violent Assaults on American Pri (...)
  • 60 J. L. McNairn, Capacitif to Judge, p. 143.

47Les attaques contre Winton et Mackenzie illustrent l’importance des journaux et de leurs éditeurs dans la vie publique en Amérique du Nord britannique. Les journaux se faisaient l’écho d’une volonté politique qui pouvait aussi bien conduire à la violence physique qu’à une carrière de député59. Les éditeurs contribuèrent à la définition de l’identité du lecteur et d’un rôle pour l’imprimé dans la vie publique. L’attaque contre Winton ancra l’esprit de discorde sectaire et politique à Terre-Neuve, poussant les lecteurs à déterminer leurs allégeances sur la base de l’opposition entre catholiques et protestants, entre réformistes et conservateurs. L’historien Jeffrey McNairn a toutefois reconnu dans l’attaque contre l’imprimerie de Mackenzie une étape importante dans l’évolution de l’opinion publique qui en vint à professer que pareilles questions ne devaient pas être laissées entre les mains des institutions politiques ou judiciaires, ni traitées par une intervention violente, mais plutôt soumises aux choix arrêtés sciemment par des lecteurs informés et politisés60.

Les magazines de langue anglaise

THOMAS BREWER VINCENT, SANDRA ALSTON ET ELI MACLAREN

48Les deux premiers magazines publiés sur le territoire actuel du Canada — le Nova-Scotia Magazine (Halifax, 1789-1792) et Le Magasin de Quebec/Quebec Magazine (Québec, 1792-1794) — sont nés dans l’intervalle de calme relatif séparant la Révolution américaine des guerres napoléoniennes. La migration loyaliste venait de s’achever ; les dernières colonies britanniques luttaient désormais pour redéfinir leur identité politique, sociale, économique et culturelle. Le magazine faisait partie des moyens alors empruntés à la culture européenne de l’imprimé pour exprimer ces nouvelles personnalités collectives. Les deux premiers suivaient toutefois de si près la forme et le fond de leurs modèles européens qu’ils semblent avoir renforcé l’influence des représentations culturelles et des présupposés sociaux reçus de la métropole. Sur le plan idéologique, la guerre révolutionnaire avait donné à ces sociétés coloniales le sentiment d’être des appendices culturels plutôt que des entités distinctes. Elles s’efforceront quand même d’adapter la formule du magazine à leur cadre local, au point qu’il deviendra tout autant la conscience culturelle que le mode d’expression de son lectorat.

49À la fin des années 1780, l’outil indispensable à l’édition d’une revue — une imprimerie — est en place à Halifax et à Québec tout comme à Saint-Jean (N.-B.), à Charlottetown et à Montréal, mais une entreprise de ce genre a besoin d’autres atouts pour survivre. Tout d’abord, elle doit pouvoir rejoindre une masse critique de lecteurs ayant un certain niveau d’instruction et une communauté d’intérêts. Le magazine s’adresse à un public plus restreint que le journal : il doit cibler précisément son lectorat. À Halifax et à Québec, le nombre des administrateurs et officiers britanniques fluctuait beaucoup ; or, ils formaient une proportion importante de l’élite cultivée, Comme les difficultés de transport ne permettaient pas d’envisager une très large distribution, les lecteurs du Nova-Scotia Magazine et du Magasin de Quebec/Quebec Magazine se recruteront au sein d’un petit cercle, certes influent, mais purement local.

50Il s’agit ensuite de trouver sur place une source régulière de textes acceptables. Sauf à se contenter de réimprimer des articles déjà publiés ailleurs, un magazine doit incorporer des textes écrits par les habitants de la région, en général des dilettantes qui ne considèrent pas l’écriture comme une priorité ; au moins déchargent-ils le directeur de l’obligation de rédiger lui-même tous les originaux. Enfin, les magazines d’Amérique du Nord britannique doivent séduire un marché réticent, qui les perçoit au mieux comme le reflet provincial d’une culture élaborée au loin — perception qu’accréditent leur forme calquée et le poids des emprunts dans leur contenu. Et comme les magazines britanniques et américains édités dans les capitales du pouvoir culturel sont de plus en plus largement diffusés, la concurrence est rude.

  • 61 Tremaine, p. 653-656.

51C’est dans ce contexte que paraît, une fois par mois, entre juillet 1789 et mars 1792, le Nova-Scotia Magazine and Comprehensive Review of Literature, Politics, and News61. John Howe l’imprime, mais c’est William Cochran qui, jusqu’au milieu de 1790, fait le journal. Descendant d’Irlandais protestants, Cochran a enseigné pendant quelques années au Columbia College de New York. Il est arrivé à Halifax en octobre 1788 pour recevoir l’ordination de l’Église anglicane et s’est découvert des affinités socioculturelles avec l’évêque Charles Inglis et son cercle.

  • 62 Royal Gazette (Saint-Jean), 27 octobre 1789.
  • 63 Ibid.

52Cochran s’inspire de revues britanniques comme le Gentleman’s Magazine et le London Magazine, qui publient condensés et mélanges sur une large gamme de sujets littéraires et généraux. Le prospectus de lancement du Nova-Scotia Magazine résume bien la logique de ce choix : « L’intérêt de cette entreprise est encore plus manifeste là où peu de gens ont les moyens d’acheter les diverses publications dont le principal mérite, incorporé à une compilation, deviendrait accessible à un prix abordable62. » Le magazine semble conçu essentiellement pour préserver l’empreinte culturelle britannique dans les colonies atlantiques, mais se propose aussi d’encourager les jeunes auteurs locaux en devenant « le dépositaire des productions littéraires d’hommes ingénieux sur les sujets intéressant particulièrement le pays où nous vivons, que nous ne pouvons espérer trouver dans la presse anglaise63 ». Le résultat est une version de la culture britannique plus proche des valeurs coloniales que de la réalité métropolitaine. Par son choix de textes — ceux qu’il accepte, mais aussi ceux qu’il rejette —, Cochran soumet la culture locale à un filtre fortement coloré par sa perspective loyaliste.

53Quelques rubriques récurrentes confèrent à la revue sa cohérence thématique et son ton. L’agriculture et l’éducation, par exemple, nourrissent un inépuisable dialogue entre le directeur et les lecteurs. D’autres sujets visent plutôt à stimuler la curiosité intellectuelle : biographies de notables, récits historiques, relations de voyage, descriptions de contrées « exotiques » (les territoires autochtones, par exemple), rapports scientifiques, réflexions philosophiques (en général, sous forme d’essai). La politique déborde rarement le cadre de l’information brute ; ni le sectarisme religieux ni l’esprit partisan qui caractérisent le débat local n’ont droit de cité dans la revue. On n’y trouve pas non plus de thèmes d’actualité comme le progrès du commerce intérieur et extérieur de la province. L’image qui émerge des pages du Nova-Scotia Magazine est un mélange de repli rural et d’ouverture intellectuelle, encore accentué par le caractère sentimental et bucolique des textes de poésie et de fiction, tous empreints des valeurs du bien et du beau, comme d’une douce nostalgie.

  • 64 Tremaine, p. 656-658. Le registre de souscription du Magasin de Quebec/Quebec Magazine se trouve a (...)
  • 65 Tremaine, p. 656.

54 Le Magasin de Quebec, ou Receuil utile et amusant de literature, histoire, politique, &c., &c./Quebec Magazine, or Useful and Entertaining Repository of Science, Morals, History, Politics, &c. paraît pour la première fois en août 1792, mois de la prise des Tuileries et de l’emprisonnement de la famille royale de France64. Après la mort de l’imprimeur Samuel Neilson, au début de 1793, son frère John le publiera jusqu’en mai 1794. Derrière la « société de messieurs de Québec » qui en assume officiellement la direction se trouve un pasteur presbytérien, Alexander Spark, qui touchera 59 £ 10 s pour près de deux années de labeur65. La forme (condensés et mélanges) ressemble à celle du Nova-Scotia Magazine et suit les mêmes modèles ; le fond révèle un lectorat préoccupé surtout par les questions urbaines et commerciales, et très attentif aux affaires publiques de la province et d’ailleurs.

55L’actualité (étrangère et locale), le temps et certaines statistiques essentielles reviennent en force dans chaque numéro. Parmi les nombreux articles politiques, on trouve quelques essais théoriques, mais surtout des exposés sur les affaires européennes et leurs conséquences, souvent complétés par des condensés d’histoire européenne. Le magazine aborde parfois la religion, la littérature, l’éducation, l’agriculture et le commerce. Ses textes de poésie et de prose semblent une concession aux usages de ce genre de publication. L’apport des auteurs locaux est difficile à quantifier, mais les gravures, parfois signées J. G. Hochstetter, sont toutes faites à Québec (voir illustration 5.1). Consciemment ou non, ce magazine bilingue nous donne à voir une société bas-canadienne formée de deux communautés partageant certains intérêts.

56Entre 1795 et la fin des années 1810, la guerre absorbe toutes les énergies coloniales ; aucun effort soutenu n’est fait pour publier un magazine en Amérique du Nord britannique. Ailleurs, le format des revues change radicalement, comme en témoignent la Edinburgh Review (lancée en 1802) et le Blackwood’s Edinburgh Magazine (fondé en 1817), deux périodiques d’une grande rigueur critique qui accordent beaucoup de place aux textes originaux, En parallèle, les magazines tendent à resserrer leur gamme thématique, et cette spécialisation produit un tableau d’ensemble plus éclaté et bigarré. Les progrès des publications coloniales sont entravés non seulement par la disponibilité, la popularité et la qualité des importations, mais aussi par la création, dans les journaux, de rubriques littéraires alimentées par des écrivains locaux. En Nouvelle-Écosse, par exemple, le Acadian Recorder d’Anthony H. Holland (fondé en 1813) inspirera des journaux d’aussi haut calibre culturel que le Novascotian, après son acquisition par Joseph Howe en 1827, et le Pearl de William Cunnabell (1837-1840).

  • 66 Les détails sur les périodiques publiés dans le Haut-Canada jusqu’en 1840 sont donnés dans Fleming (...)
  • 67 Christian Recorder, février 1820, p. 446.
  • 68 Ibid.

57Les magazines locaux disposent tout de même de quelques passerelles pour rejoindre les lecteurs. L’après-guerre voit fleurir les publications confessionnelles comme le Christian Recorder (1819-1821) de John Strachan66. Imprimé d’abord à Kingston, puis à York (Toronto), ce premier périodique haut-canadien est un mensuel de 40 pages dont la survie tient essentiellement à l’énergie de son directeur. Selon la pratique courante, Strachan a obtenu d’autres périodiques le droit de publier ce qu’il y trouve d’intéressant contre un privilège réciproque et a recruté des correspondants réguliers pour se procurer « au plus tôt les dernières nouvelles religieuses67 », mais il n’a pas vraiment de collaborateurs et doit donc écrire lui-même la plupart des « commentaires originaux ». En avril 1820, son magazine contient surtout des extraits d’autres publications religieuses. Il cesse de paraître deux ans après ses débuts. Comme l’avoue Strachan, « les arrangements nécessaires pour produire un périodique dans une colonie comme celle-ci se sont révélés plus difficiles que prévu, et malgré un nombre d’abonnés supérieur aux attentes la première année, l’affaire était loin de faire ses frais68 ».

  • 69 Source de la citation: G. E. N. Tratt, Survey and Listing of Nova Scotia Newspapers, p. 83.

58D’autres périodiques anglicans se heurtent aux mêmes écueils : dans le Bas-Canada, le Christian Sentinel and Anglo-Canadian Churchman’s Magazine (Montréal) et son successeur, le Christian Sentinel, résistent de 1827 à 1831, avec un hiatus d’un an ; en Nouvelle-Écosse, le Colonial Churchman de Lunenburg accumule six volumes entre 1835 et 1841, mais « l’incommodité de son lieu de naissance et l’impossibilité de trouver un imprimeur possédant assez de capital et de volonté69 » finiront par signer sa perte. Si les magazines missionnaires du Nouveau-Brunswick et des deux Canadas vivotent, les périodiques religieux jouissant d’un statut officiel auprès de leur public cible s’en tirent assez bien : pensons au British North American Wesleyan Methodist Magazine (Saint-Jean, 1840-1847) et au Canadian Christian Examiner and Presbyterian Review (Niagara, puis Toronto, 1837-1840). Les périodiques destinés à d’autres créneaux du marché connaissent un succès plus mitigé, comme le montrent les articles de Leslie McGrath à propos des revues pour la jeunesse au chapitre 11, de Bertrum H, MacDonald sur les publications agricoles au chapitre 8, et de Christine Veilleux sur les revues médicales au chapitre 12.

  • 70 Upper Canada Herald, 22 juillet 1823. Aucun exemplaire n’a été retrouvé.
  • 71 Roseharp, 1er janvier 1835, p. [1].

59Bon nombre des périodiques lancés en Amérique du Nord britannique avant 1840 sont voués à la littérature. Jacob S. Cunnabell publie deux des plus importants : le Acadian Magazine, or Literary Mirror (Halifax, 1826-1828) et le Halifax Monthly Magazine (1830-1833). Sous la direction de Beamish Murdoch, puis de J. Scott Tremaine, le premier consacre le plus clair de ses pages à des auteurs nés dans la colonie. Roman et poésie occupent une place prééminente ; l’histoire locale et les récits de voyage se partagent le reste. On y trouve aussi des critiques de publications néo-écossaises et des gravures d’inspiration locale. Le directeur du Halifax Monthly Magazine est John Sparrow Thompson ; malgré son soutien aux écrivains locaux, il a du mal à remplir ses pages. De juillet à décembre 1836, une revue, le Saint John Monthly Magazine, est publiée au Nouveau-Brunswick, La plupart des revues haut-canadiennes de l’époque sont littéraires, elles aussi. En 1820, James Martin Cawdell publie un prospectus annonçant son « Glencawdell Portfolio », mais ce premier projet ne semble pas avoir eu de suite. Deuxième tentative en 1823 : en milieu d’année, le Upper Canada Herald signale la parution d’une partie de “Rose Harp”70. En janvier 1835, Cawdell lance Roseharp : For Beauty, Loyalty and Song et promet deux autres numéros de 24 pages chacun pour mai et septembre. Malgré tous ses efforts, l’espoir qu’il nourrissait de cultiver « le goût de la littérature et des beaux-arts71 » restera lettre morte.

  • 72 Canadian Magazine and Literary Repository, juillet 1823, p. 6 ; l’original est en italiques.

60Les initiatives similaires du milieu anglo-montréalais ne trouvent pas moins d’obstacles sur leur route. Sous la direction de David Chisholme, le Canadian Magazine and Literary Repository, in-quarto mensuel de 96 pages publié de juillet 1823 à juin 1825, tente de faire pièce au réveil politique des francophones en exaltant les vieilles valeurs britanniques. Le frontispice de son volume inaugural annonce clairement ses couleurs (voir illustration 10.7). Cette gravure sans titre de William Satchwell Leney représente deux femmes : l’une tient un livre ouvert, l’autre montre un paysage sauvage. À leurs pieds, un livre, un globe terrestre, un rapporteur et une équerre ; derrière elles, une charrue. La colonisation ainsi illustrée est profonde, fruit de l’action conjointe de l’agriculture, des mathématiques, de la géographie et de la littérature. Considérant le précaire ancrage de la civilisation européenne dans l’immense et âpre territoire nord-américain dont « beaucoup de fils et de filles autochtones demeurent privés des bénédictions de la connaissance et du christianisme », Chisholme se propose de promouvoir « le progrès moral dans tous ses rapports avec le bonheur individuel et le bien commun72 ». Les valeurs privilégiées sont européennes plutôt qu’autochtones, britanniques plutôt que françaises.

  • 73 M. L. MacDonald, « Some Notes on the Montreal Literary Scene ».

61Très vite, cependant, le magazine est déchiré par une lutte de pouvoir entre Chisholme et les propriétaires73. En janvier 1824, Edward Milford et Thomas A. Turner, propriétaires respectivement du Canadian Magazine et de la Montreal Gazette, s’associent et négocient la fusion financière des deux publications. Chisholme, qui les dirige toutes les deux, découvre le mois suivant que son salaire à la Gazette sera réduit en conséquence et choisit de démissionner. Il emporte avec lui un certain nombre de textes destinés au numéro de février du magazine. Turner lui substitue son beau-frère, Alexander James Christie, ex-directeur du Montreal Herald. Chisholme attaque les propriétaires du Canadian Magazine dans un certain nombre de feuilles locales et annonce son intention de lancer une revue avec l’appui du gouverneur, lord Dalhousie. En juillet 1824 paraît le premier numéro de son pesant in-quarto de plus de 200 pages, le Canadian Review and Literary and Historical Journal. Les chiffres romains de sa table des matières le placent d’emblée dans le sillage de la réputée Edinburgh Review. La copie est tout sauf une réussite : quatre numéros seulement suivent le premier, en décembre 1824 (avec les excuses du directeur), en mars 1825, en février 1826 (le titre est devenu Canadian Review and Magazine) et en septembre 1826.

10.7 William Satchwell Leney, frontispice gravé du premier numéro du Canadian Magazine and Literary Repository (Montréal, juillet 1823). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.

62Le Canadian Magazine a disparu plus d’un an auparavant. Il se vendait par souscription, « six dollars par an payable une demi-année d’avance », et devait être diffusé dans les deux Canadas : son numéro de mai 1825 nomme en page de titre 22 agents d’abonnement, 11 dans le Bas-Canada, 11 dans le Haut-Canada. Sa fin et celle de la Canadian Review laissent supposer l’incapacité du marché à faire vivre deux publications conservatrices — à moins que leurs directeurs et propriétaires ne se soient tout simplement lassés d’un projet empoisonné par leur propre animosité.

  • 74 F. L. Mott, History of American Magazines, p. 340.
  • 75 Canadian Casket, 3 décembre 1831, p. 29.
  • 76 Ibid., 18 septembre 1832, p. 143.
  • 77 Garland, 15 septembre 1832, p. 7.
  • 78 K. Greenfield, « Randal, Stephen », DBC VII. Randal a également édité le Randal’s Magazine (Picton (...)

63Après l’unique numéro de Rose Harp, en 1823, le Haut-Canada est privé de magazines locaux jusqu’en 1831. Strachan avait imputé l’échec du Christian Recorder entre autres à la récession d’après-guerre, mais, depuis, l’économie provinciale a pris du mieux : à preuve, le creusement des canaux Rideau et Welland. Le vide est peut-être comblé par des importations de Montréal comme le Scribbler (1821-1827)ou des États-Unis, théâtre d’une « extraordinaire floraison de magazines » après 182574. Au tournant de la décennie, l’édition de magazines littéraires redémarre ; Hamilton se distingue avec trois publications. En 1831, A. Crosman y lance le Canadian Casket. Au menu, « récits choisis, courtes biographies et études d’histoire naturelle et civile, poésie, anecdotes, beaux-arts, essais et mélanges intéressants ». À partir du quatrième numéro, l’éditeur offre un prix de 3 £ à l’auteur du « meilleur récit original rédigé expressément pour le Casket et situé au Canada75 ». L’irrégularité de la publication est attribuée à la maladie du directeur John Gladwin et aux « rumeurs fausses et malicieuses de personnes malveillantes qui ont tenté d’en tirer avantage76 », allusion transparente à Wyllys Smyth dont le Garland fait ses débuts juste avant la disparition du Casket en septembre 1832. La nouvelle revue, qui se targue d’être « la troisième initiative en faveur de la littérature canadienne77 », propose également un mélange de textes importés et locaux. Son directeur aura beau la rebaptiser Canadian Garland et s’engager à faire passer chaque numéro de 8 pages à 16, le magazine sera mis en vente en novembre 1833 (avec ou sans presse et fontes). Le Voyageur (1832- ?) que l’instituteur Stephen Randal entendait consacrer « pour moitié aux productions littéraires d’ici et pour le reste à des œuvres étrangères choisies78 » connaît un destin tout aussi éphémère.

  • 79 Fleming, UC, j4.

64Deux mensuels littéraires de York rivalisent brièvement avec la production de Hamilton : le Canadian Magazine (janvier-avril 1833) et le Canadian Literary Magazine (avril-octobre 1833), Le second place la barre beaucoup plus haut que tous ses prédécesseurs haut-canadiens : chacun de ses numéros est censé compter 64 pages et comporter une « lithographie d’un site ou d’une personne célèbre en Amérique du Nord britannique79 » (voir illustration 10.8). Deux autres étoiles filantes lui succéderont : Mirror of Literature (Prescott, novembre-décembre 1835) et Cabinet of Literature (Toronto, 1838-1839).

10.8 Samuel Oliver Tazewell, John Galt, lithographie pour le Canadian Literary Magazine (York, mai 1833). Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL). Galt est représenté ici à titre de colonisateur de la Huron Tract et de biographe de Byron.

  • 80 Dans La presse québécoise [...] (vol. 1, p. 74), A. Beaulieu et J. Hamelin affirment qu’un numéro (...)
  • 81 Montreal Museum, décembre 1832, p. 2.
  • 82 M. Allodi, « Bourne, Adolphus », DBC XI et Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée (...)
  • 83 M. Lemire (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 2, p. 188.

65Pendant ce temps, Montréal a acquis un nouveau magazine en décembre 183280. Estimant que la pléthore de revues américaines est le principal obstacle au développement d’un public pour la littérature locale, sa directrice s’est donné pour mission de « procurer [...] au jeune candidat à la gloire littéraire un moyen de se distinguer81 ». Le Montreal Museum est la première revue d’Amérique du Nord britannique dirigée par une femme. Mary Graddon Gosselin fait une sélection très éclectique : poèmes et nouvelles, articles de vulgarisation scientifique, textes sur l’éducation, la cuisine et les voyages, biographies. À côté d’originaux signés par des auteurs locaux comme Diana Bayley et son fils F. W. N. Bayley, elle publie des réimpressions de périodiques américains ou britanniques et des traductions d’articles français. Elle propose aussi des illustrations de mode tirées par Adolphus Bourne sur la presse lithographique qu’il vient d’importer82. Manifestement inspiré du très populaire Ladies’Museum (Londres, 1798-1832), le Montreal Museum s’en distingue par ses éditoriaux. Ainsi, la directrice écrit dans le premier numéro qu’elle publie « à contrecœur » tel article censurant la conduite de lady Byron et qu’elle trouve des « faiblesses » au dernier numéro du magazine américain Token. C’est Ludger Duvernay qui imprime le Montreal Museum, in-quarto de 64 pages. L’acquisition d’une presse Smith Imperial neuve lui a permis d’accélérer la production de son journal La Minerve ; il peut donc exécuter d’autres travaux sur sa vieille presse83. À l’époque, le directeur de La Minerve est Léon Gosselin, le mari de Mary Graddon Gosselin. Le Montreal Museum paraîtra tous les mois jusqu’en mars 1834, pour un total de 15 numéros, et sera distribué au moins jusqu’à Hamilton. L’abonnement coûtait 22 s par an.

  • 84 American Magazine, février 1788, p. 130.

66« Une présomption d’échec s’attache au nom même de magazine84. » Ce constat désabusé de Noah Webster résume l’histoire des magazines d’Amérique du Nord britannique. Ils affrontaient tout à la fois la concurrence des revues importées et celle des journaux locaux et étrangers, tous mieux distribués. Ils ont vécu de l’enthousiasme et de l’énergie de leurs directeurs ; ils sont morts de l’indifférence de leurs souscripteurs et collaborateurs, La plupart manquèrent de matière à publier et tous, d’abonnés qui payaient leur dû.

  • 85 Source de la citation : Fleming, UC, p. 447.
  • 86 Thomas A. Turner à A. J. Christie, 22 février 1824. Source de la citation: M. L. MacDonald, « Some (...)

67Il est difficile d’estimer le nombre de ces abonnements, mais « 500 copies » revient sous la plume de plusieurs directeurs. C’est le tirage qu’envisageait Strachan pour son Christian Recorder. Il pensait l’écouler « presque en entier » et reprocha amèrement à George Dawson, son éditeur à York, de l’avoir convaincu de produire 700 exemplaires, « ce qui a coûté beaucoup plus cher85 ». Le Garland de Hamilton était imprimé à 500 exemplaires pour environ 400 souscripteurs « de bonne réputation ». Le Canadian Magazine de Montréal tablait sur « 400 souscripteurs, nombre qui est déjà presque atteint et le sera sans doute bientôt86 ». Seul l’éditeur du Youth’s Monitor and Monthly Magazine (Toronto, 1836) a osé publier la liste des souscripteurs qui avaient acquitté leur dû : elle compte 23 noms.

  • 87 Examiner, mars 1837, couverture.
  • 88 Cabinet of Literature, mars 1838, couverture.

68La publication accusait fréquemment des retards en raison des ruptures de stock, de l’instabilité du personnel ou encore des troubles politiques. Strachan s’avoue incapable de publier à temps parce qu’il n’a pas les « fontes prévues ». Le directeur du Canadian Christian Examiner se plaint de la qualité du papier qu’il doit utiliser et annonce qu’il en a commandé du meilleur en Écosse ; quand il l’aura, « la qualité d’impression de l’’Examiner vaudra celle de n’importe quel périodique canadien87 ». James Gedd du Cabinet of Literature justifie le retard d’un numéro par « la rareté de la main-d’œuvre, le déménagement des bureaux et bien d’autres raisons88 », Le numéro de janvier 1838 du Christian Examiner contient un mot du directeur à propos « des troubles des derniers mois à la frontière, qui ont conduit à sa mobilisation et à celle de tous les imprimeurs ».

69Au vu de ces problèmes, les retards, les faillites et les petits tirages surprennent moins que la détermination des directeurs et éditeurs à dépasser les échecs antérieurs pour donner une voix à une culture naissante. Il leur faudra toutefois du temps pour créer un magazine viable. Le premier verra le jour juste avant 1840, très exactement en décembre 1838, à Montréal. Imprimé par John Lovell et dirigé par John Gibson, le Literary Garland vivra jusqu’en décembre 1851, devenant non seulement le plus durable, mais aussi le plus respecté des magazines de langue anglaise des deux Canadas. Il sera aussi la plus féconde pépinière culturelle des colonies d’Amérique du Nord britannique.

ÉTUDE DE CAS. Les revues encyclopédiques de Michel Bibaud

— Nova Doyon

  • 89 La carrière de Bibaud est résumée par C. Cyr dans « Bibaud, Michel », DBC V. Voir aussi F. Roy, «  (...)
  • 90 Épîtres, satires, chansons, épigrammes et autres pièces de vers (Montréal, 1830).
  • 91 Histoire du Canada sous la domination française (Montréal, 1837) ; Histoire du Canada et des Canad (...)

70Michel Bibaud (1782-1857), qui lance quatre revues encyclopédiques entre 1825 et 1842, commence sa carrière journalistique en 1813 au Spectateur de Charles-Bernard Pasteur avant de fonder, en mars 1817, son premier hebdomadaire, L’Aurore, avec l’imprimeur Joseph-Victor Delorme89. Il travaille à nouveau avec Pasteur lorsque Le Spectateur canadien absorbe L’Aurore, en septembre 1819. Il publie en 1830 le premier recueil de poésie du Bas-Canada90 et fait paraître, en 1837 et 1844, les deux premiers volumes d’une Histoire du Canada en trois tomes. Son fils Gaspard publiera le troisième en 187891.

71Bibaud présente L’Aurore (1817-1819) comme un « [j]ournal politique, littéraire et anecdotique », qui se rapproche davantage de la gazette que du recueil littéraire, notamment par son contenu lié à l’actualité et axé sur les nouvelles étrangères. Le rapport dynamique de l’éditeur avec ses lecteurs témoigne de son désir d’encourager la lecture et de stimuler la connaissance. En effet, dans ce journal, plus que dans ses autres périodiques, Bibaud publie de nombreuses lettres de lecteurs signées de pseudonymes, comme c’est encore l’usage à l’époque. À titre d’éditeur, il échange avec eux sur différents sujets. Il lui arrive d’intervenir en adoptant le pseudonyme d’un abonné, pour orienter la discussion.

  • 92 Voir K. Landry, « “Les avantages que la presse procure au public” ».
  • 93 La Bibliothèque canadienne, vol. 1, no 1, juin 1825, p. [1].
  • 94 Voir A. Beaulieu et J. Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, vol. 1, p. 1-110.

72À la fin du XVIIIe siècle, certains périodiques ont commencé à offrir au public des lectures portant sur la politique, l’histoire, la littérature, les sciences et les arts92. Lorsque Bibaud fonde sa première revue encyclopédique, La Bibliothèque canadienne (1825-1830), sous-titrée « miscellanées historiques, scientifiques et littéraires », il répond à l’appel d’un correspondant du Spectateur canadien qui déplorait l’absence d’un tel périodique au Bas-Canada. Ici comme dans les autres revues dont il assure seul la rédaction et l’édition, traduisant, reformulant et interprétant au besoin les textes qu’il puise dans différents ouvrages et périodiques, Bibaud entend « mettre au jour des monuments littéraires, des traits d’histoire, ou des faits à l’honneur ou à l’avantage du pays, restés jusqu’à cette heure dans l’obscurité [...] inspirer à nos jeunes compatriotes le goût de l’étude et de l’instruction93 ». Il semble combler un besoin véritable, car sa formule marche très bien. D’un mensuel de 32 pages, sa Bibliothèque canadienne devient, la dernière année, un bimensuel de 40 pages. Fait remarquable, sa revue paraît pendant cinq ans sans publicité : bon nombre de périodiques de cette époque durent moins d’un an94.

  • 95 L’Observateur, vol. 2, no 26, 2 juillet 1831.

73Lorsque Bibaud fonde un hebdomadaire en 1830, c’est pour poursuivre le plan de La Bibliothèque canadienne avec davantage de moyens. L’Observateur ci-devant La Bibliothèque canadienne (1830-1831), se veut un « [j]ournal historique, littéraire et politique ». Le changement de titre permet aussi de marquer un changement de formule éditoriale, En effet, Bibaud souhaite produire un périodique total, à la fois gazette et recueil littéraire. Malheureusement, le public ne suit pas. Dans le dernier numéro paru en juillet 1831, un lecteur anonyme se désespère de ce que le pays ne puisse « soutenir un papier purement littéraire95 » et souhaite vivement que l’éditeur revienne à la formule de la Bibliothèque canadienne. Bibaud annonce donc que, suivant les recommandations de ses abonnés, il publiera de nouveau un mensuel.

  • 96 J. d’A. Lortie (dir.), Les textes poétiques du Canada français, vol. 2, p. 682.

74En janvier 1832 paraît Le Magasin du Bas-Canada, un mensuel de 40 pages. Bibaud y publie intégralement, en guise de profession de foi éditoriale, le prospectus de la Bibliothèque canadienne. Le contenu, à la fois littéraire et scientifique, reflète ce retour à la formule encyclopédique. Mais l’effort ne suffit pas à convaincre ses abonnés et, sans préavis. Le Magasin du Bas-Canada cesse de paraître en décembre. Il faudra attendre une dizaine d’années avant que Bibaud ne se relance dans l’aventure éditoriale avec L’Encyclopédie canadienne (1842-1843). Si toutes les revues de Bibaud n’ont pas connu un égal succès, on peut affirmer qu’il a « exercé une influence culturelle certaine dans son milieu [et] joué un rôle unique de pionnier96 » en contribuant, par une activité éditoriale soutenue entre les années 1817 et 1843, à stimuler la vie intellectuelle au Bas-Canada.

Notes

1 La dernière ligne se lit comme suit : « HALIFAX : Printed by John Bushell, 1752 » (Tremaine, no 3).

2 En Nouvelle-Écosse, la lecture publique d’une loi « sur le terrain de parade de Halifax, tambours battus » était considérée comme une « publication suffisante » (1758 : 32 Geo. II, c. 22) ; après la suspension de La Gazette de Québec/Quebec Gazette en 1765, les autorités tiendront pour suffisante la publication des « ordonnances, proclamations, etc. » par lecture publique au son des tambours et en chaire, et par affichage dans les trois grandes villes (ECP, no 72).

3 ANC, MG 24, B 1, vol. 88, chemise 2 : Chorley. Catéchisme : voir Trentaine, no 280.

4 ANC, MG 24, B 1. Une transcription des registres de 1764 à 1800 figure dans ECP, p. 416-511.

5 Ouebec (Province), Govemor, 1764-8 (Murray), [Reward notice] (Ouébec, 1764): Trentaine/ECP, no 43.

6 Ce chiffre comprend, outre les travaux comptabilisés, des imprimés omis qui ont été retrouvés et sont décrits dans Tremaine et ECP.

7 Les comparaisons statistiques sont délicates, car beaucoup de bibliographies négligent les travaux de ville, Tout en admettant que ses données rendent compte d’une portion seulement du « vrai gagne-pain de l’imprimeur colonial », Peter Parker chiffre à 35 % la part moyenne des travaux de ville dans les ateliers de Philadelphie pour les années de la période 1758-1800 qu’il a étudiées. Après 1790, la proportion des travaux de ville dépasse 50 % parce que l’administration fédérale est alors installée à Philadelphie (P. Parker, « Philadelphia Printer », p. 37-38).

8 Nova Scotia, Lieutenant Governor, 1761-3 (Belcher), [A Proclamation] (Halifax, 1762): ECP, no 30A.

9 Free Press (Halifax), 2 septembre 1817,

10 New Brunswick, Administrator, 1812-1813 (Smyth), [A Proclamation] (Saint-Jean, 1812): Fleming, Atl., NB39,

11 Upper Canada, President, 1811-1812 (Brock), Proclamation (1812): Fleming, UC, no 75; Clorions News!!! (York, 1812): Fleming, UC, no 65.

12 More Glorious (Québec, 1812), M. Brisebois, Impressions, no 166.

13 A New Song, on Peace, and Conquered Bonaparte (Saint-Jean, 1814) : Fleming, Atl., NB50 ; G. Bumgardner, « Vignettes », p. 44-46.

14 George Bond, The Remembrancer (Saint-Jean, 1837).

15 [Petition of Inhabitants] (St. John’s, 1811): Fleming, Atl., Nfld10.

16 Mrs. Redon’s Benefit (Montréal, 1812), M. Brisebois, Impressions, no 178 ; Niagara Race Meeting (1840) : Fleming, UC, 1440 ; Toronto Regatta (Toronto, 1839): Fleming, UC, no 1335 ; Toronto Regatta (Toronto, 1840) : Fleming, UC, no 1469.

17 Mensforth, Aux curieux et spéculatifs (Québec, 1792) : Tremaine, no 788.

18 P. Tousignant, « La première campagne électorale » ; J. Hare, Aux origines du parlementarisme québécois, 1791-1793, p. 47-61,149-206.

19 Tremaine, no 761-781 ; ECP, no 770A-781 ; Vlach et Buono, no 0223.

20 ECP, p. 490.

21 ECP, p. 491-492.

22 Tremaine, no 767 ; Vlach et Buono, no 0438.

23 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 10-11 ; ECP, no 775A.

24 M. A. Berthelot Dartigny, Conversation au sujet de l’élection de Charlesbourg (Québec, s.d.) : Tremaine, no 761.

25 Upper Canada, Parliament, House of Assembly, Select Committee on Grievances, Seventh Report (Toronto, 1835): Fleming, UC, no 892.

26 F. B. Head, Narrative, p, 7.

27 The Elections-or, A Plain Dialogue (1836): Fleming, UC, no 938.

28 Vingt-sept annonces (dont 26 exemplaires uniques) sont conservées dans un album qui n’était connu que par sa microfiche (CaOTUTF mfm 2 dans Fleming, UC) jusqu’à l’acquisition de l’original par la Thomas Fisher Rare Book Library (University of Toronto) en 1999. Référence : « Scrapbook formerly belonging to James Lesslie ».

29 The Celebrated Horse Simon Ebenezer! Will Stand for Six Days Only (1836). Il s’agit sans doute de Simon Ebenezer Washburn, rapporteur comme Draper à la Cour du banc du roi.

30 Constitutional Reform Society, The Supplies (1836): Fleming, UC, no 931; Thirteen Reasons (1836): Fleming, UC, no 1001. Le tirage ne figure que dans un cas : l’annonce imprimée à 2 500 exemplaires en faveur des réformistes Thomas Parke et Elias Moore, réélus dans Middlesex. Voir The British Constitution For-Ever (1836): Fleming, UC, no 912.

31 W. L. Mackenzie, Streetsville Hustings (1836): Fleming, UC, no 967.

32 Fleming, UC, no 1074.

33 L’emploi des armoiries royales et des lettres encastrées héraldiques est examiné par P. Kennedy dans « Impressions of State Authority ».

34 ANC, MG 19, A 2, série 3, vol. 40-41, p. 4442, 4446, 4454 et 4637.

35 On en trouve ici et là dans ANC, MG 19, A 2, série 3, vol. 28-47 et 58-59.

36 Deux spécimens de la monnaie de carte des années 1740 sont reproduits dans A. B. McCullough, La monnaie et le change au Canada des premiers temps jusqu’à 1900, p. 38-39.

37 Au sujet des registres de l’atelier de Brown et Neilson, voir ECP, p. 417-511.

38 Un bon de 1788 est reproduit dans A. B. McCullough, La monnaie et le change au Canada des premiers temps jusqu’à 1900, p. 57.

39 ECP, p. 454 et 460.

40 Cet article s’appuie sur les sources suivantes : pour la période avant 1800, voir Tremaine, p. 595-653 ; pour les années 1801 à 1840, voir S. Ellison, Historcal Directory of Newfoundland and Labrador Newspapers, 1807-1987 ; Nova Scotia Newspapers : A Directory and Union List, 1752-1988 ; New Brunswick Newspaper Directory/Répertoire des journaux du Nouveau-Brunswick ; H. Boylan, Checklist and Historical Directory of Prince Edward Island Newspapers, 1787-1986 ; A. Beaulieu et J. Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, vol. 1 ; Fleming, UC, n1-145. Ces chiffres doivent être traités avec précaution, car certains titres, connus uniquement par une brève mention contemporaine ou par un prospectus, pourraient correspondre à des magazines plutôt qu’à des journaux. Et si la création de journaux traduit bien la vitalité d’une presse en pleine expansion, elle ne dit rien de la longévité des titres qui ont duré plusieurs décennies, parfois même jusqu’à nos jours.

41 Sur cette question, voir G. Laurence, « La distribution linguistique de la presse au Québec », p. 123-125, qui traite spécifiquement de la période 1764-1840.

42 Il est donc tout à fait anachronique de parler de la une d’un journal pour cette époque.

43 Les « annonces », appelées aussi « avertissements », sont un mélange d’avis publics, de petites annonces et de publicités, et sont encore loin d’être exploitées comme moyen prioritaire de financement du journal.

44 Avant 1810, les délais de transmission d’une nouvelle d’Europe en Amérique du Nord britannique sont de l’ordre de deux à trois mois, Autour de 1840, avec l’apparition du bateau à vapeur transatlantique, ces délais diminuent de plus de moitié.

45 J.-P. Wallot, « Frontière ou fragment du système atlantique [...] », p. 9-10.

46 Les rares données dont nous disposons sont celles que les journaux eux-mêmes fournissent ; elles sont donc sujettes à caution.

47 Au XVIIIe siècle, en général, l’abonnement est annuel ou semi-annuel ; il fallait donc consentir à débourser d’un seul coup une somme substantielle. L’acheminement du journal se faisait principalement par la poste.

48 Mais le véritable quotidien, « quotidien à l’année » spécifie-t-on, n’apparaît au Québec qu’au début de la décennie 1850.

49 Au sujet de la carrière de ces personnalités, voir le DBC.

50 À titre d’exemples et en tenant compte de l’évolution des formats et du resserrement de la périodicité : 1805, La Gazette de Québec/Quebec Gazette (35 x 25 cm, hebd.) : 20 s/année ; 1811, le Montreal Herald (52 x 33 cm, hebd.) : 15 s/année ; 1826, La Minerve (37 x 26 cm, bihebd.) : 20 s/année ; 1832, le Quebec Mercury (42 x 28 cm, trihebd.) : 20 s/année ; 1833, le Daily Advertiser (quot./trihebd.) : 30 s/année ; 1840, le Montreal Herald (quot./trihebd.) : 6 $/année.

51 Voir J. M. Bumsted, « Liberty of the Press », p. 524.

52 La meilleure information sur l’incident provient des comptes rendus qu’en donnent les personnes concernées. Voir The History of the Destruction of the Colonial Advocate Press (York, 1827) de W. L. Mackenzie et Statement of Facts, Relating to the Trespass, on the Printing Press (York, 1828) de S. P. Jarvis. Voir aussi C. Raible, Muddy York Mud, p. 8-10; G. M. Craig, Upper Canada, p. 111-114 ; F. H. Armstrong et R. J. Stagg, « Mackenzie, William Lyon », DBC IX.

53 W. L. Mackenzie, The History of the Destruction of the Colonial Advocate Press, p. 1.

54 S. P, Jarvis, Statement of Facts, p. 18.

55 P. O’Flaherty, « Winton, Henry David », DBC VIII; également P, O’Flaherty, Old Newfoundland, p. 138.

56 P. O’Flaherty, « Winton, Henry David », DBC VIII.

57 P. O’Flaherty, Old Newfoundland, p. 151-155.

58 Ibid., p. 163.

59 Sur des attaques comparables aux États-Unis, voir R. G. Silver, « Violent Assaults on American Printing Shops, 1788-1860 ».

60 J. L. McNairn, Capacitif to Judge, p. 143.

61 Tremaine, p. 653-656.

62 Royal Gazette (Saint-Jean), 27 octobre 1789.

63 Ibid.

64 Tremaine, p. 656-658. Le registre de souscription du Magasin de Quebec/Quebec Magazine se trouve aux ANC, MG 24, B1, vol. 46, dossier 8.

65 Tremaine, p. 656.

66 Les détails sur les périodiques publiés dans le Haut-Canada jusqu’en 1840 sont donnés dans Fleming, UC, j1-11.

67 Christian Recorder, février 1820, p. 446.

68 Ibid.

69 Source de la citation: G. E. N. Tratt, Survey and Listing of Nova Scotia Newspapers, p. 83.

70 Upper Canada Herald, 22 juillet 1823. Aucun exemplaire n’a été retrouvé.

71 Roseharp, 1er janvier 1835, p. [1].

72 Canadian Magazine and Literary Repository, juillet 1823, p. 6 ; l’original est en italiques.

73 M. L. MacDonald, « Some Notes on the Montreal Literary Scene ».

74 F. L. Mott, History of American Magazines, p. 340.

75 Canadian Casket, 3 décembre 1831, p. 29.

76 Ibid., 18 septembre 1832, p. 143.

77 Garland, 15 septembre 1832, p. 7.

78 K. Greenfield, « Randal, Stephen », DBC VII. Randal a également édité le Randal’s Magazine (Picton, 1837).

79 Fleming, UC, j4.

80 Dans La presse québécoise [...] (vol. 1, p. 74), A. Beaulieu et J. Hamelin affirment qu’un numéro en français avait paru en octobre 1832 sous le titre Musée de Montréal, mais aucun exemplaire n’a été retracé. M. L. MacDonald avance dans « The Montreal Museum, 1832-1834 » que la source des deux auteurs faisait allusion au prospectus français du magazine.

81 Montreal Museum, décembre 1832, p. 2.

82 M. Allodi, « Bourne, Adolphus », DBC XI et Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, no 40.

83 M. Lemire (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 2, p. 188.

84 American Magazine, février 1788, p. 130.

85 Source de la citation : Fleming, UC, p. 447.

86 Thomas A. Turner à A. J. Christie, 22 février 1824. Source de la citation: M. L. MacDonald, « Some Notes on the Montreal Literary Scene », p. 35.

87 Examiner, mars 1837, couverture.

88 Cabinet of Literature, mars 1838, couverture.

89 La carrière de Bibaud est résumée par C. Cyr dans « Bibaud, Michel », DBC V. Voir aussi F. Roy, « 1837 dans l’œuvre historique de trois contemporains », p. 63-69 ; et P. Savard, « Histoire du Canada de Michel Bibaud », dans DOLQ, vol. 1, p. 345-347.

90 Épîtres, satires, chansons, épigrammes et autres pièces de vers (Montréal, 1830).

91 Histoire du Canada sous la domination française (Montréal, 1837) ; Histoire du Canada et des Canadiens, sous la domination anglaise (Montréal, 1844). Bibaud, qui donnait des leçons particulières, a aussi publié L’arithmétique en quatre parties (Montréal, 1816) et L’arithmétique à l’usage des écoles élémentaires du Bas-Canada (Montréal, 1832).

92 Voir K. Landry, « “Les avantages que la presse procure au public” ».

93 La Bibliothèque canadienne, vol. 1, no 1, juin 1825, p. [1].

94 Voir A. Beaulieu et J. Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, vol. 1, p. 1-110.

95 L’Observateur, vol. 2, no 26, 2 juillet 1831.

96 J. d’A. Lortie (dir.), Les textes poétiques du Canada français, vol. 2, p. 682.

Table des illustrations

Légende 10.1 James Pattison Cockburn, Neptune Inn front the Foot of Mountain Street (1830). Avec l’aimable autorisation du Musée royal de l’Ontario, 995.21.12.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende 10.2 The Celebrated Horse Simon Ebenezer! (Toronto, 1836). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende 10.3 Exemplaire manuscrit des permis régissant le commerce des fourrures à l’ouest de Montréal (Montréal ?, 1769). Les détenteurs sont identifiés dans la marge de gauche. Suivent les « quantité et qualité de la marchandise » : rhum, brandy, vin, fusils et munitions. Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, permis manuscrit : RG 4, B 28, vol. 110, partie 1, p. 132.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende 10.4 Exemplaire imprimé des permis régissant le commerce des fourrures à l’ouest de Montréal (Montréal ?, 1769). Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, RG 4, B 28, vol. 110, partie 2, p. 411.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende 10.5 Billet à ordre, probablement imprimé par Fleury Mesplet à Montréal, rempli par Dobie et Badgley à Montréal en date du 1er mai 1790, Avec l’aimable autorisation du Musée de la monnaie de la Banque du Canada, 1964-0088-00473.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 10.6 Bon de bière de la St. Roc Brewery signé par J. Campbell à Québec, le 25 juin 1814. Avec l’aimable autorisation du Musée de la monnaie de la Banque du Canada, 1964-0088-00647.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Carte 10.1 Journaux fondés avant 1801 et de 1801 à 1820
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Carte 10.2 Journaux fondés dans les colonies atlantiques de 1821 à 1840
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Carte 10.3 Journaux fondés au Haut-Canada et au Bas-Canada de 1821 à 1840
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende 10.7 William Satchwell Leney, frontispice gravé du premier numéro du Canadian Magazine and Literary Repository (Montréal, juillet 1823). Avec l’aimable autorisation de la Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende 10.8 Samuel Oliver Tazewell, John Galt, lithographie pour le Canadian Literary Magazine (York, mai 1833). Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL). Galt est représenté ici à titre de colonisateur de la Huron Tract et de biographe de Byron.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22391/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteurs

Professeure à la Faculty of Information Studies et au Collaborative Program in Book History and Print Culture de la University of Toronto. Elle étudie entre autres la forme matérielle des imprimés canadiens et l’intersection de la bibliographie analytique et de l’histoire du livre. Responsable du projet HLIC/HBiC, elle est également directrice générale et directrice des volumes I et II.

Professeur émérite de l’Université d’Ottawa. Historien des lettres et de la vie sociale des Québécois, il a publié de nombreux articles ainsi que plusieurs bibliographies et éditions de textes, notamment Les Canadiens français aux quatre coins du monde : Bibliographie commentée des récits de voyages avant 1900 (1964). Il a également cosigné avec Jean-Pierre Wallot plusieurs études sur les premiers imprimeurs au Québec, dont Les imprimés dans le Bas-Canada 1801-1810 (1967).

Commencé à travailler pour la Division des manuscrits des Archives publiques (plus tard nationales) du Canada en 1968. Son affectation aux archives du régime britannique lui a inspiré une curiosité insatiable pour les interactions entre la procédure bureaucratique et la tenue des dossiers. Elle a rédigé des articles sur les méthodes de recherche archivistique pour les volumes I et II de Canadian State Trials.

Prépare un doctorat au English Department et dans le cadre du Collaborative Program in Book History and Print Culture de la University of Toronto. Il s’intéresse entre autres à la littérature de la Renaissance, à la théorie littéraire et à l’histoire culturelle.

Professeur au département d’information et de communication de l’Université Laval, à Québec. Spécialiste de l’histoire des médias au Québec et au Canada, il a étudié l’histoire de la télévision, puis de la radio au Québec avant d’entreprendre une analyse de l’évolution de la presse écrite du Québec jusqu’en 1884, projet qui constituera la première synthèse sur ce sujet.

Prépare un doctorat au English Department et dans le cadre du Collaborative Program in Book History and Print Culture de la University of Toronto. Elle étudie la mondialisation et l’édition littéraire.

Fait partie du département de lettres du Collège militaire royal du Canada à Kingston. Il a beaucoup écrit sur les débuts de la littérature dans les Maritimes et a été l’un des premiers à appliquer l’informatique à la recherche bibliographique afin de faciliter l’étude du développement culturel canadien aux époques anciennes.

Spécialiste des collections canadiennes à la bibliothèque de la University of Toronto. Auteure du Second Supplement à A Bibliography of Canadiana (1985-1989) de la Bibliothèque publique de Toronto, elle a récemment publié, en collaboration avec Patricia Lockhart Fleming, Toronto in Print (1998) et Early Canadian Printing : A Supplement to Marie Tremaine’s A Bibliography of Canadian Imprints, 1751-1800 (1999).

Prépare une thèse de doctorat au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Elle y compare le rôle de la presse dans la constitution des champs littéraires québécois et brésilien dans les premières décennies du XIXe siècle. Elle collabore également à la préparation de l’anthologie La conquête des lettres au Québec (1759-1799)

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter