Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l'imprimé au Canada, Volume I

 | 
Patricia Fleming
, 
Gilles Gallichan
, 
Yvan Lamonde

Deuxième partie. L'imprimerie en Amérique du Nord britannique

Chapitre 5. Les dimensions matérielles du livre

Patricia Lockhart Fleming, Judy Donnelly et Joan Winearls

Texte intégral

L’adaptation au changement

PATRICIA LOCKHART FLEMING

1Le mot « presse », qui désigne de nos jours non seulement un outil mais aussi un produit et tout un secteur d’activité, n’apparaît pas souvent au sens premier dans la documentation historique. Contrairement aux fontes et au papier, la machine qui les mariait échappe à l’observation. Le bibliographe peut jumeler caractères et ornements aux échantillons d’un fondeur, retrouver un filigrane grâce à des catalogues, mais bien rarement établir l’origine d’une presse sans un registre d’atelier ou une source secondaire.

  • 1 J. Bidwell, « Printers’ Supplies and Capitalization », p. 162.
  • 2 ANC, MG 24, B1, vol. 549 et 50, 7 juin 1764.
  • 3 ANC, MG 24, B1, vol. 49, 20 juin 1767.
  • 4 J. Bidwell, « Printers’ Supplies and Capitalization », p. 168.
  • 5 R. W. McLachlan, « Fleury Mesplet », p. 269.

2Selon toute probabilité, la presse expédiée de Boston à Halifax en 1751 était en bois et de fabrication anglaise (voir illustration 5.1). On en trouvait de facture américaine à cette époque, mais elles étaient peu communes ; les fabricants britanniques ne perdront leur suprématie aux États-Unis qu’après 18001. En 1763, quand Thomas Gilmore se rend à Londres pour équiper son atelier de Québec, William Brown et lui versent à Caslon and Son 169 £ 9 s 111/2 d « pour la fourniture de caractères, filets, etc, ». Le montant de 18 £ 11 s 6 d correspond à la « facture des menuisiers » et une presse de 9 £ 9 s2. En juin 1767, trois ans après l’ouverture de leur atelier, Kenrick Peck, un fabricant londonien, leur livre « une nouvelle presse avec toutes ses garnitures3 » qu’ils paient 26 £ 8 s 6 d, à peine 3 s 6 d de plus que Benjamin Franklin n’avait déboursé, avant 1779, pour une grosse presse anglaise en acajou « faite sous [s]a surveillance, avec améliorations4 ». Brown et Gilmore ont sans doute conservé leur vieille presse : il leur en fallait bien deux pour produire autant ! Fleury Mesplet, qui faisait moins de publications officielles à Montréal, loin de la capitale, possédait « deux presses garnies », comme le montra la vente aux enchères de son matériel, en 17855.

5.1 J. G. Hochstetter, frontispice gravé, The Quebec Almanack/Almanach de Québec pour l’année 1792 (Québec, 1791). Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale du Québec.

  • 6 ANC, MG 24, B1, vol. 49, fin avril 1772 ; vol. 100,10 mai 1773 ; vol. 102, 1er et 25 août 1774.
  • 7 ANC, RG 5, A1, vol. 19, p. 8350-8352 ; citation tirée de Fleming, UC, no 88.

3Une fois installées, les presses en bois duraient, et leur entretien pouvait être confié à des artisans locaux. L’imprimerie de Québec, par exemple, se procura un marbre pour sa nouvelle machine en 1772, fit raboter une platine l’année suivante, acheta et fit polir un nouveau marbre en 17746. À York (Toronto), en 1814, un an après la destruction de l’imprimerie gouvernementale par les troupes américaines, John Cameron, alors imprimeur du roi, entreprit de réparer une presse privée de certaines pièces, dont « le tympan interne et externe » et les frisquettes, estimant qu’il pourrait corriger ces « lacunes » sur place dans la semaine7.

  • 8 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing, p. 24-29.
  • 9 AO, F 37, Bruce à Mackenzie, 24 avril 1830.
  • 10 Colonial Advocate, 28 novembre 1833.
  • 11 B. Dewalt, Technology and Canadian P rinting, p. 27 ; M. Lemire (dir.), La vie littéraire au Québe (...)

4Cette époque est marquée par plusieurs innovations techniques qui transformeront les métiers de l’imprimerie en quelques décennies8. Peu après 1800, en Angleterre, le comte Stanhope invente une presse de fonte assez solide pour imprimer une feuille entière d’un seul coup. La concurrence a tôt fait de riposter, avec des machines pourvues de leviers et de chevilles pour mouvoir la platine qui presse le papier contre la forme imprimante. Entre 1800 et 1810, à Philadelphie, Andrew Ramage bâtit une presse de bois plus puissante, dotée d’une platine et d’un plateau en fer. Moins chère et plus facile à transporter que les nouvelles presses métalliques, la Ramage sera largement utilisée en Amérique du Nord pendant des décennies. En 1830, quand William Lyon Mackenzie décide d’équiper son imprimerie d’une presse de taille moyenne pour produire des livres, le fondeur new-yorkais George Bruce lui conseille soit une presse métallique de Robert Hoe ou de Samuel Rust, à 230 $, soit une Ramage à 160 $, « inégalable, sauf par les plus coûteuses presses en fer9 ». Trois ans plus tard, Mackenzie annonce son équipement : quatre presses dont une Smith’s Imperial métallique (celle qu’il a achetée en 1825 ?) et une « belle presse “Foolscap” fabriquée récemment par Ramage à Philadelphie10 ». Sont aussi équipés d’une Smith dans les années 1830 Joseph Howe à Halifax et Ludger Duvernay, propriétaire de La Minerve, à Montréal11.

5On peut légitimement présumer que les presses employées en Amérique du Nord britannique jusqu’en 1840 étaient importées de Grande-Bretagne ou des États-Unis. Seule exception à la règle, l’éphémère entreprise torontoise de 1836-1837, dont témoigne cette annonce parue dans le deuxième numéro du Royal Standard, le premier quotidien du Haut-Canada :

  • 12 Royal Standard, 11 novembre 1836.

La presse a été entièrement fabriquée dans cette ville par MM. Mason et Barber, mécaniciens, la fonte est l’œuvre de M. Norton, et l’ensemble vaut largement ce qui se fait ailleurs dans le monde — nous avons ainsi le plaisir de rendre justice aux fabricants — et l’honneur de proclamer que notre ville peut produire une machine d’une si grande utilité et importance12.

  • 13 D. C. Harvey, « Newspapers of Nova Scotia », p. 289.

6La presse, qui avait coûté près de 100 £, se fendit au début de janvier, et la vente du Royal Standard fut annoncée en février. Dans les imprimeries britanniques et américaines, le progrès passe désormais par la presse à cylindre et ses bobines de papier, et par la machine à vapeur, bien utile pour déplacer cylindres et platines grand format. En 1840, déjà, l’atelier de John Crosskill à Halifax est équipé d’une presse à vapeur ; il est l’un des premiers en Amérique du Nord britannique13.

  • 14 G. Carruthers, Paper in the Making ; des détails sur le moulin à papier de Belleville se trouvent (...)
  • 15 P. L. Fleming, « Paper Evidence », p. 34-35.
  • 16 Upper Canada, House of Assembly, journal : Appendix (1831), p. 177: Fleming, UC, no 579.
  • 17 Upper Canada, House of Assembly, Journal : Appendix (1835),11 p. 22: Fleming, UC, no 887.
  • 18 Colonial Advocate, 11 octobre 1832 ; Constitution, 13 septembre 1837.

7On fabrique alors du papier dans quatre provinces : au Bas-Canada (depuis 1804 à St. Andrews, 1815 à Jacques-Cartier, 1837 à Portneuf), en Nouvelle-Écosse (depuis 1819 à Hammond Plains), au Nouveau-Brunswick (depuis 1826 à Chamcook) et dans le Haut-Canada (depuis 1826 à West Flamborough, 1827 à York et 1832 à Belleville)14. Grâce au soutien actif des pouvoirs publics et des métiers de l’imprimé, les deux premiers moulins à papier haut-canadiens se mécanisent dans les années 183015. Après avoir offert un prix à qui jettera les bases de cette industrie, comme le raconte Judy Donnelly dans le présent chapitre, la Chambre d’assemblée exige dès 1830 que tout son Journal soit « imprimé sur le meilleur papier "Demi" de fabrication canadienne16 ». John Eastwood, qui exploite un moulin à papier sur la rivière Don, à l’est de Toronto, annonce en 1835 aux députés que son associé et lui ont « produit pour 9 000 $ de papier et plus l’année dernière17 ». Quoique chaud partisan de la production locale, William Lyon Mackenzie se plaint parfois du papier d’Eastwood, le qualifiant en 1832 de « détestable [...] à peine plus clair que l’encre » et de « misérable chiffon » en 183718. Les papiers britanniques et américains gardent la préférence de beaucoup d’imprimeurs ; les plus fins portent le nom du fabricant en filigrane, mais la plupart n’ont aucune marque, comme toute la production locale.

  • 19 L. Chéné, « Brown, James », DBC VII.
  • 20 G. Tratt, « Holland, Anthony Henry », DBC VI; Fleming, Atl., NS183.
  • 21 W. Phillips, A New and Concise System of Arithmetic (York, 1833), p. 28: Fleming, UC, nos 723 et 7 (...)

8Bon nombre des premiers moulins à papier sont créés ou gérés par des artisans de l’imprimé. James Brown, relieur et libraire d’origine écossaise, accepte en 1804 de représenter à Montréal un moulin en construction à St. Andrews (Saint-André-Est), dans la seigneurie d’Argenteuil, Il recueille des chiffons, vend du papier après le début de la production, en 1805. L’année suivante, il est actionnaire du moulin à papier et en devient l’unique propriétaire en 1809. Il l’exploitera jusqu’à la fin du bail avec le seigneur, au milieu des années 1830, tout en publiant un journal et en faisant des travaux d’impression19. Anthony Henry Holland dirige une imprimerie et un journal prospère à Halifax quand il commence à exploiter l’Acadian Paper Mill, fin 1819. En janvier 1820, son Acadian Recorder, mais aussi le Halifax Journal, sont tirés sur papier néo-écossais. Holland quittera son journal, mais exploitera son moulin à papier jusqu’à sa mort, en 183020. À York, les papetiers John Eastwood et Colin Skinner se lancent dans l’édition de manuels scolaires et d’almanachs dans les années 1830. Leur premier titre, A New and Concise System of Arithmetic Calculated to Facilitate the Improvement of Youth in Upper Canada, présente les unités de mesure de leur autre métier : « 24 feuilles = 1 main de papier ; 20 mains = 1 rame ; 2 rames = 1 paquet21. »

  • 22 Fleming, UC, no 898.
  • 23 ANC, MG 24, B1, vol. 172, p. 4907.
  • 24 The Directory for the City and Suburbs of Quebec (Québec, 1790): Tremaine, no 650.
  • 25 Tremaine, no 544.
  • 26 A New Almanack for the Canadian True Blues (York, 1834): Fleming, UC, no 715.
  • 27 Séminaire de Québec, Le monde démasqué : Tremaine, no 214.

9Qu’il soit produit sur place ou importé, le papier représente une lourde charge pour l’imprimeur d’Amérique du Nord britannique. Ainsi, l’édition 1836 du Upper Canada Christian Almanac, tirée à 10 000 exemplaires à Toronto, coûte à la Upper Canada Religious Tract and Book Society 25 £ 10 s de papier, contre 19 £ pour l’impression et 10 £ 4 s pour le pliage et le brochage22. Cet in-octavo de 32 pages, dont la première porte un titre ornementé, a consommé quelque 42 rames de papier demy qu’Eastwood et Skinner ont facturé 12 s la rame. Deux ans plus tôt, les imprimeurs québécois Neilson et Cowan ont payé 13 s 6 d, à peine plus, pour une rame de demy de Portneuf23. Les libraires-éditeurs laissent parfois le choix à leurs clients : ainsi, l’annuaire de Québec publié par souscription en 1790 coûte un shilling sur papier fin et neuf pence sur papier ordinaire24. L’Almanach de Québec est tiré sur deux qualités de papier à partir de l’édition 1789 ; ceux qui commandent la plus belle peuvent faire intercaler des pages blanches pour six pence de plus25. William Lyon Mackenzie va plus loin en indiquant le prix et la qualité du papier sur la page de titre de son almanach pour 1834 : sept pence et demi pour le papier fin, cinq pour l’ordinaire26. Dès 1775, les écrivains et autres clients des imprimeries ont le même choix. Le collectionneur Charles-François Bailly de Messein en profite pour faire tirer sur papier fin 100 des 800 affiches-programmes qu’il commande pour le Séminaire de Québec27.

  • 28 ANC, MG 24, B 1, vol. 49, 24 juin 1765.
  • 29 Ibid., 29 novembre 1766.
  • 30 Ibid., 31 décembre 1765
  • 31 Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto, MS coll. 131, boîte 22, Francis Gore, 27 f (...)
  • 32 Fleming, UC, no 242.

10Un imprimeur doit acheter du papier, mais une fonte — comprenant les caractères alphabétiques et numériques de toutes les grosseurs et formes nécessaires, les fleurons d’encadrement, les traits, les filets — est un investissement qu’on ne fait pas à la légère. Après avoir payé 169 £ 9 s 11½ d au fondeur londonien William Caslon and Son en 1763 pour équiper leur atelier, Brown et Gilmore passent d’autres commandes, telles que celle de 58 £ 2 s 6 d pour des caractères et de l’encre28. On est loin des 30 £ du loyer de leur atelier pour 176629 ! Ces dépenses se comparent aux 75 £ que chacun des associés touche à la fin de 1765, rémunération qu’ils jugent « digne d’un bon compagnon, ici30 ». Les premiers imprimeurs de Halifax sont aussi équipés de fontes et de fleurons Caslon. Cette marque domine le marché anglais et celui des Treize Colonies, puis des États-Unis jusque vers la fin du siècle. Après 1790, les imprimeurs des deux Canadas et des colonies atlantiques mêlent à leurs Caslon des fontes, également londoniennes, de Fry and Steele et d’Alexander Wilson de Glasgow. Ils commencent à se procurer des polices américaines après le démarrage de la première fonderie rentable des États-Unis, celle des Édimbourgeois Archibald Binny et James Ronaldson, en 1796. L’imprimerie du gouvernement à York, détruite en 1813, est rééquipée en 1817 avec du matériel new-yorkais valant 251 £ 7 s 6 d31. L’année suivante, les imprimeurs du Niagara Spectator emploient des caractères de la fonderie philadelphienne de Binny and Ronaldson, peut-être tirés du premier cahier d’échantillons publié par l’entreprise en 1812. Edmund Ward utilise des fleurons de même source pour cadrer la page de titre de l’édition 1819 du Nova-Scotia Almanack. À Kingston, Hugh Christopher Thomson adopte les caractères Binny and Ronaldson en 1820. Quatre ans après, Charles Fothergill en fait autant pour son extravagant recueil des lois du Haut-Canada32.

11Comme eux, les patrons d’atelier qui se tiennent au courant des progrès techniques s’équipent des polices au modelé net qui sont à la mode en ce début du XIXe siècle. Ils achètent aussi des lettres ornées pour leurs travaux de ville et, en petit format, pour leurs livres et brochures. Aux discrets caractères filetés de la fin XVIIIe s’ajoutent à présent des italiques penchés à gauche, des normandes, du gothique non traditionnel, les durables égyptiennes à empattement rectangulaire, une pléiade de caractères fantaisie, ombrés, étroits, tridimensionnels ou fourchus, les premières linéales... Lancées par les fonderies anglaises ou écossaises, ces nouveautés sont copiées aux États-Unis, où le bois sert encore beaucoup pour les grands formats. L’avalanche engloutira les classiques du XVIIIe siècle : le bouquet de la page de titre, les en-têtes et culs-de-lampe enchevêtrant les fleurons individuels.

  • 33 ECP, nos 17,19 et 63 ; la vignette du navire figure dans les numéros du 31 octobre au 7 novembre 1 (...)
  • 34 L’écu de six francs : Tremaine, no 416.
  • 35 Société d’Agriculture en Canada, branche du Québec, Papiers et lettres sur l’agriculture/Papers an (...)

12John Bushell, l’imprimeur arrivé à Halifax en 1752, dessinait et gravait lui-même ses ornements dans le bois et le métal. Trois culs-de-lampe et une vignette de navire figurant dans des imprimés bostonnais des années 1730 et 1740 ont été retrouvés dans certains documents imprimés à Halifax par Bushell et son successeur. Anthony Henry33. Fleury Mesplet, premier imprimeur montréalais, n’a jamais fait de vignette pour ses pages de titre, mais a introduit certains motifs français tel le bonnet phrygien en 178434. À Québec, les titres français et anglais des publications bilingues occupaient des pages opposées, décorées différemment : un bouquet vis-à-vis d’un thème agricole, l’écusson du prince de Galles face à un soleil rayonnant (voir illustration 13.1)35.

  • 36 ANC, MG 24, B 1, vol. 177, p. 6490.

13En 1801, John Bennett, contremaître dans l’atelier de John Neilson, quitta Québec pour le Haut-Canada, où il venait d’être nommé imprimeur du roi. On a retrouvé dans les registres de Neilson une liste de caractères de Fry and Steele au nom de Bennett36. Datée du 7 août 1801, cette commande comprend neuf ornements identifiés par leur numéro dans le catalogue de la fonderie : les armes royales (trois grands formats et un petit), l’écusson du prince de Galles, un navire (format timbre) pour les annonces concernant la navigation et trois motifs artistiques, soit une rose, une guirlande d’instruments de musique et un cul-de-lampe représentant un ange portant une bannière marquée FINIS. Avec les doubles de deux des pièces aux armes royales et du navire, ce modeste ensemble coûtait 4 £ 3 s 6 d, environ 10 % du prix total de la commande. Bennett s’en servit pour décorer ses publications officielles, son journal, des sermons, un almanach et le rapport d’une société locale.

  • 37 An Introduction to Greek Declension: Fleming, UC, no 708.
  • 38 John Larkin, Eklekta Mythistorias.

14Les ornements métalliques en relief produits par les fondeurs de caractères avaient l’avantage de s’intégrer à la page de composition et de passer dans la même presse : ils enjolivèrent longtemps les publications populaires comme les manuels scolaires. Les gravures sur bois, dont traite Joan Winearls dans cette partie à propos des premières illustrations adaptées au texte, étaient aussi en relief et pouvaient donc être encrées comme les caractères. Les gravures en creux, par contre, devaient être tirées sur presse à taille-douce. L’image était incisée ou gravée à l’acide dans le métal. La feuille, imprimée d’un seul côté, s’insérait entre les feuillets typographiés du livre ou du magazine. À la fin du XVIIIe siècle, une troisième technique de reproduction commença à se répandre : baptisée « lithographie », elle consistait à transférer une image de la pierre au papier à l’aide d’une encre grasse. Elle servait surtout à copier des dessins, des cartes et des morceaux de musique, souvent par dessin direct, mais on y recourait parfois pour imprimer du texte quand les fontes nécessaires étaient introuvables. C’est ainsi qu’en 1833, à York, Samuel Oliver Tazewell put imprimer une grammaire grecque pour le Upper Canada College37. Toronto n’eut sa première fonte grecque qu’en 1840, trois ans après la parution du premier texte en grec à Montréal38.

  • 39 E. Hulse, « Printer Writes Home », p. 6.

15Exerçant un métier pétri de traditions à une époque de mutation industrielle et technique accélérée, les imprimeurs d’Amérique du Nord britannique oscillaient entre conservatisme et innovation. Ils continuaient à ménager le papier en bouclant leurs textes dans un corps plus petit, à économiser les caractères en composant par demi-feuille — ce qui signifie, pour un in-octavo, composer quatre feuillets, les imprimer deux fois sur une même feuille et la découper pour faire deux cahiers de quatre feuillets. Certains usaient leurs caractères démodés, d’autres saluaient chaque nouvel arrivage d’une floraison d’ornements et de lettres fantaisie dans les pages de leur journal. Même si l’encre s’achetait au tonneau, Robert Bell, un jeune imprimeur identifié par Elizabeth Hulse grâce aux notes marginales qu’il a laissées, en fabriquait une « assez bonne » pour la Gore Gazette d’Ancaster en 182939. Des artisans se préparaient à profiter d’inventions comme la stéréotypie, qui leur permettrait de répondre à une demande durable même si leurs moyens étaient réduits, en réemployant des clichés coulés dans des empreintes des pages de composition au lieu de refaire le travail. En 1836, l’Upper Canada Gazette s’équipa d’une autre nouveauté récente, une régleuse, pour accélérer la production des registres et articles de papeterie. Cette décennie vit encore — mais la documentation manque — la création de la Montreal Type Foundry. Cette première fonderie de caractères en Amérique du Nord britannique contribuerait beaucoup au progrès des techniques d’impression dans la seconde moitié du siècle.

ÉTUDE DE CAS. Le livre de paie de William Brown, 1775-1790

— Patricia Lockhart Fleming

  • 40 ANC, MG 24, B 1; ANOM, P 1000-3-360; ANQQ, P 192,193.
  • 41 Les registres sont répertoriés et décrits dans ECP, p. 417-421. Livre de paie de Brown : ANC, MG 2 (...)

16De 1764 au milieu du siècle suivant, une comptabilité complexe fut tenue par les gérants de l’imprimerie de Québec fondée par William Brown et Thomas Gilmore, reprise par les neveux de Brown, Samuel et John Neilson, puis perpétuée par d’autres40. Parmi les 26 cahiers de 1764-1800 — brouillards griffonnés à la hâte, relevés de caisse mensuels, journaux et grands livres — se trouve un modeste registre des travaux exécutés et payés qui commence en février 1775, peu après que Brown fut devenu le seul administrateur de l’affaire, et se clôt en juillet de 1790, Tannée suivant sa mort41.

  • 42 On trouve des exemples dans ECP, nos 200, 268, 280, 281, 332, 335, 337, 495, 623 et 661.

17Même si elles ne rendent pas compte de tout le travail accompli à l’atelier, ces écritures permettent de suivre certains ouvrages de la composition à l’impression et à la finition — pliage des cahiers pour un livre, piquage pour une brochure. En agrégeant les tâches déclarées par chaque imprimeur, on peut par ailleurs estimer la charge de travail par mois ou semaine et le taux de rémunération des principaux types d’ouvrage : journal, labeurs et travaux de ville42.

  • 43 Tremaine/ECP, nos 197-200 ; le quatrième traité s’intitule Extraits des edits, déclarations, ordon (...)
  • 44 L’unité de mesure de la production d’un imprimeur était la feuille d’impression. À chacune était a (...)

18Quand Brown appose dans ce nouveau registre sa fine signature vis-à-vis du compte de Thomas Smith pour février 1775 (voir l’illustration 5.2), son atelier est mobilisé par une grosse commande gouvernementale : quatre traités de droit civil français préparés par François-Joseph Cugnet, 412 pages in-quarto à tirer à 400 exemplaires43. Outre les « trois colonnes » et la mise en pages qu’il fait pour La Gazette de Québec/Quebec Gazette, Smith travaille assidûment aux « Cugnets à la casse » : il compose les quatre derniers cahiers du Traité de la loi des fiefs (H, I, K et L selon le code des imprimeurs44), les huit pages du cahier A du plus petit Traité de la police, puis s’attaque au Traité abregé des anciens loix, coutumes et usages surnommé « Municipales », Le 18 février, il passe de la casse « à la presse » à bras (voir illustration 5.1) où s’effectue l’impression des feuilles. Il touche 7 s 6 d pour la composition d’un cahier de 8 pages et 3 s pour le tirer à 400 exemplaires, à raison de 4 pages par côté de feuille.

5.2 Livre de paie de William Brown (Québec, 1775-1790). Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, MG 24, B 1, vol. 88, dossier 2.

19Thomas Smith assume manifestement une grande partie de la composition des livres de Cugnet, mais il n’est pas le seul affecté à cet exigeant labeur. S’il fait 127 des 192 pages du plus long traité, celui des « Municipales », Joseph Newsham en fait 42 et Brown lui-même, 23 des 10 cahiers sur les 25 du volume. Seulement quatre cahiers sont d’une même main. Le travail à la presse est également partagé entre Smith, Newsham et le pressier habituel de l’atelier, Étienne Couture. Sur les sept autres hommes dont le travail est documenté entre 1775 et 1790, six alternent entre la casse et la presse. Le septième est un esclave de Brown prénommé Joe dont le registre ne recense que le travail à la presse, toujours en compagnie d’un artisan payé, en général Thomas Chorley ou Phillip Sullivan. La rémunération des imprimeurs dépend du volume de travail. Au début de mars 1775, par exemple, Joseph Newsham, « désœuvré » pendant presque deux jours « faute de copie », ne reçoit pas un sou. Ainsi, les comptes de Brown permettent tout à la fois de comparer les revenus des imprimeurs à ceux d’autres métiers — et aux dépenses de première nécessité — et d’entrevoir l’existence d’un artisan comme Thomas Chorley, dont la paie était souvent amputée de petites avances en liquide ou du prix de menus articles achetés à la boutique de Brown ; papier, livres pour enfants et, durant l’été de 1778, un livre de prières.

ÉTUDE DE CAS. « Par patriotisme » : le premier moulin à papier du Haut-Canada

— Judy Donnelly

  • 45 « Cuesta Profile », p. 33.
  • 46 Dans Paper in the Making, G. Carruthers décrit ces premiers moulins à papier.
  • 47 P. L. Fleming, « Paper Evidence », p, 25.
  • 48 T. M. Bailey, « Crooks, James T. », Dictionary of Hamilton Biography, vol. 1, p. 55; D. Ouellette, (...)
  • 49 « Le papier américain n’est grevé d’aucun droit d’entrée dans cette province. Si le gouvernement a (...)

20En 1826, James Crooks (1778-1860), un industriel « omnivore45 », ajoutait à son tableau de chasse la prime de 125 £ promise par la Chambre d’assemblée du Haut-Canada au fondateur de la première fabrique de papier de la province. D’autres colonies d’Amérique du Nord britannique avaient des moulins à papier46, mais les imprimeurs haut-canadiens se fournissaient en Grande-Bretagne et aux États-Unis, en franchise douanière47 jusqu’à l’imposition, en 1825, d’un droit d’entrée de 30 % à ce dernier. Cette taxe ouvrait un nouveau champ d’action aux entrepreneurs de la province comme Crooks, un immigrant écossais qui possédait déjà un moulin, une fabrique de faux à moissonner, une distillerie, une tonnellerie, une auberge et un magasin général à West Flamborough, en amont de Dundas48. Il s’y intéressa peut-être à l’instigation de son ami William Lyon Mackenzie : ce dernier réclamait un moulin à papier depuis 1824 et avait proposé avec d’autres le concours entériné par la Chambre le 27 janvier 182649.

  • 50 Colonial Advocate, 23 mars 1826, et Niagara Gleaner, 30 mars 1826.
  • 51 AO, F 37, James Crooks à W. L. Mackenzie, 10 avril 1826. J. A. Blyth soutient que le constructeur (...)
  • 52 Crooks dut aller « jusqu’à Jersey » pour trouver ce matériel. Voir AO, F37, James Crooks à W. L. M (...)
  • 53 ANC, RG 5, A 1, vol. 78, p. 42216, Crooks à Hillier, 18 juillet 1826. Crooks s’étonne de n’avoir r (...)
  • 54 ANC, RG 1, E 3, vol, 14, p. 27,19 septembre 1826.
  • 55 Colonial Advocate, 2 septembre 1826 ; Niagara Gleaner, 23 septembre 1826.
  • 56 ANC, RG 1, E 3, vol. 14, p. 28, 5 octobre 1826.
  • 57 Les échantillons se trouvent dans le fonds susmentionné, aux pages 30 à 35. Ce papier crème rogné (...)
  • 58 Ibid., p. 30, 26 décembre 1826.

21En mars, Crooks lance un appel habilement tourné : « Le soussigné espère que des personnes indifférentes à la valeur des CHIFFONS consentiront (par patriotisme) à nous approvisionner, sinon l’argent ne restera pas aux mains des colons, anéantissant l’un des grands desseins de cette entreprise50. » Le mois suivant, il engage des « monteurs écossais51 » pour construire le moulin et un agent pour trouver des ouvriers qualifiés et de l’équipement aux États-Unis52. En juillet, un « certificat d’exploitation » est envoyé au major George Hillier53, secrétaire civil du lieutenant-gouverneur, sir Peregrine Maitland, mais les premiers échantillons n’arrivent qu’en septembre54, après que Mackenzie eut commencé à tirer son Colonial Advocate sur papier de Flamborough et le Niagara Gleaner, à annoncer le papier d’emballage de Crooks55. Preuve d’« exploitation partielle », tranche le Conseil exécutif : il y manque un papier à lettres de « qualité habituelle56 ». Crooks revient à la charge le 1er décembre avec six spécimens de vélin sans filigrane57. Cette « preuve satisfaisante de fonctionnement » incite le Conseil à recommander l’octroi de la récompense58.

  • 59 James Crooks à William Hands, 7 février 1827. Citation tirée de N. L. Edwards, « Establishment of (...)
  • 60 Cité dans N. L. Edwards, « Establishment of Papermaking », p. 72.
  • 61 Mackenzie affirmera ceci : « Nous sommes heureux d’apprendre que M. Crooks trouve des acheteurs po (...)
  • 62 Colonial Advocate, 26 juillet 1827.
  • 63 J. A. Blyth, « Development of the Paper Industry », p. 128.

22Crooks se targue bientôt d’une réussite « comblant ses attentes59 ». L’année suivante, son moulin aurait approvisionné « la plupart des habitants du Haut-Canada, imprimeurs compris60 » et même des acheteurs du Bas-Canada61. Dès juillet 1827, cependant, des concurrents — Robert Stonehouse, John Eastwood et Colin Skinner — font du papier à York (Toronto)62. Bravant la compétition, Crooks fera tourner son moulin jusqu’à sa vente, en 1851, à Charles Helliwell, beau-frère d’Eastwood63. Il était encore exploité (par Christina Bansley) en 1875 quand il fut la proie des flammes.

L’illustration des livres et des périodiques

JOAN WINEARLS

23Les illustrations produites en Amérique du Nord britannique avant 1840 sont rares, et leurs auteurs ne sont presque jamais connus. La plupart semblent le fruit d’un concours de circonstances, de la disponibilité d’un artisan ou, parfois, d’une presse. Certaines « premières » locales coïncident de façon frappante : la gravure en relief sur bois apparaît à Montréal et à Halifax en 1776-1777 ; la lithographie, à Montréal et à Kingston en 1831. L’arrivée d’imprimeurs et de graveurs des Treize Colonies pendant et après la Révolution américaine peut expliquer les deux premières percées, mais l’implantation quasi simultanée de la lithographie commerciale à Montréal et à Kingston résulte plutôt d’un transfert technologique, par l’entremise des journaux locaux, entre autres.

24Trois techniques coexistent : l’impression en relief (gravures sur bois de fil, parfois sur bois debout, et quelques plans typographiques), en creux (gravures sur cuivre, au burin ou à l’eau-forte) et à plat (lithographies). De la fin du XVIIIe siècle aux années 1830, la taille-douce, d’ordinaire l’eau-forte, est le procédé de choix pour les estampes et les illustrations de livres et de magazines prestigieux ; après, elle sera détrônée par la lithographie, nettement moins coûteuse. La couleur, quand il y en a, est ajoutée à la main. Comme la plupart des graveurs et des lithographes signent leurs travaux, il est assez facile de repérer les créations locales. L’impression en relief perdure jusqu’à la fin de la période, mais comme les graveurs sur bois ne signent pas leur travail, on ne connaît que fort peu d’entre eux. Les gravures sur bois debout des années 1830 semblent avoir été importées ou intégrées à des éditions stéréotypées.

  • 64 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada. J’ai largement puisé (...)

25Panoramas urbains et immeubles constituent les sujets favoris des estampes ; viennent ensuite les portraits, les paysages et les scènes de genre64. Ces thèmes sont repris dans les livres et magazines illustrés ; la proportion est assez semblable, mais on relève en plus des cartes et des caricatures. La plupart des illustrations d’œuvres de piété, de livres pour enfants, d’almanachs et d’ouvrages scientifiques ou techniques sont gravées en relief sur bois. Les vignettes d’origine coloniale sont souvent des copies d’originaux européens ou américains ; la plupart des petites planches de bois et de métal sont importées. Certains artistes font graver (ou lithographier) et tirer leurs dessins en Grande-Bretagne ou aux États-Unis ; il arrive que la gravure soit faite sur place et l’impression, à l’étranger pour améliorer la qualité.

La gravure en relief

  • 65 Tremaine/ECP, no 224.
  • 66 H. Piers et D. C. Mackay, Master Goldsmiths and Silversmiths of Nova Scotia and Their Marks, p. 15 (...)
  • 67 Tremaine/ECP, no 251.
  • 68 L, Letocha, « Le premier livre illustré imprimé au Québec », p. 5-7, et L. Dusseault-Letocha, « Le (...)
  • 69 Tremaine, no 503. Henry laisse entendre dans son introduction qu’il aurait importé des planches en (...)
  • 70 Tremaine/ECP, nos 751 et 824.
  • 71 The Trials of George Frederick Boutelier and John Boutelier, for the Murder of Frederick Eminaud ( (...)

26Les premières illustrations imprimées au Canada sont des gravures en relief sur bois. La plus ancienne qui subsiste est une vue du port de Halifax réalisée en 1776 pour un almanach d’Anthony Henry, The Nova-Scotia Calendar […] for the Year […] 1777 (Halifax). Signée T.H.65, elle pourrait être l’œuvre de T. Hamman, un graveur de taille-douce qui travaillait à Halifax dans les années 177066. Un jeu de 18 gravures sur bois assez fines orne l’édition du Petit livre de vie d’Amable Bonnefons imprimé par Fleury Mesplet et Charles Berger à Montréal en 177767. Se basant sur des indices indirects, Louise Letocha a estimé que les planches avaient pu être faites sur place68, mais l’hypothèse d’une importation demeure, étant donné leur nombre, l’arrivée très récente de Mesplet et le fait qu’on ne connaît aucun graveur actif à Montréal à ce moment-là. Les imprimeurs de Halifax sont restés fidèles à la gravure sur bois pendant toute la première période : la tradition nord-américaine des almanachs y est sans doute pour quelque chose, mais il se peut aussi qu’il n’y ait pas eu de matériel de taille-douce dans leur ville. Henry a peut-être fait faire sur place la belle gravure sur bois qui orne la page de titre de son Der Neuschottländische Calendes auf […] 1788 (Halifax) (voir illustration 5.3) — et semble l’avoir regretté69. Il a commandé deux autres vues de Halifax, plus détaillées et légèrement différentes, pour les éditions de 1793 et de 1794 de ses almanachs anglais et allemand70. Une carte figurant dans le compte rendu d’un procès de 1791 et signée « Engraved by T. Hamman, Halifax », provient d’une planche en relief de la côte de Lunenburg. Noms de lieux, légende et signature sont typographiés71.

  • 72 L. Dusseault-Letocha, « Les origines de l’art de l’estampe au Québec », p. 89-95 ; Tremaine/ECP, n(...)
  • 73 Tremaine/ECP, nos 980 et 1162.
  • 74 The Holy Bible (Hallowell [Picton], 1834): Fleming, UC, no 760; Amos Blanchard, Book of Martyrs (K (...)

27Les deux tiers au moins des quelque 40 imprimés coloniaux illustrés de gravures en relief (hors les almanachs) ont été tirés avec des vignettes importées. Les petites gravures sur bois qui ornent un ou deux autres ouvrages religieux de Mesplet sont sans doute d’origine locale, notamment la vignette grossière du Pseautier de David (Montréal, 1782)72. Les cinq dessins des plaies du Christ gravés par l’arpenteur-cartographe québécois Jean-Baptiste Duberger pour l’édition 1796 du Petit livre de vie (voir illustration 5.4) sont reproduits en relief sur bois dans les tirages réalisés par la Nouvelle imprimerie en 1800, 1809 et 181573. Quelques vignettes à thème religieux figurant dans des imprimés bas-canadiens se retrouvent dans Specimen of Printing Types and Ornaments (Montréal, 1846) de Lovell et Gibson. En 1834 et 1835, des éditions stéréotypées de textes religieux illustrés paraissent dans le Haut-Canada ; les clichés viennent des États-Unis74. Les rares livres illustrés pour enfants de la période présentent l’alphabet en images et des scènes d’enfance d’un format plus grand. La plupart sont des réimpressions locales de livres anglais ou français ; ils paraissent surtout à partir de 1830 et sont presque certainement stéréotypés.

5.3 Gravure sur bois de la page de titre, Der Neuschottländische Calender, auf [...] 1788 (Halifax, 1787). Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale du Canada.

5.4 Jean-Baptiste Duberger, dessin de l’une des cinq plaies du Christ gravé pour Le petit livre de vie d’Amable Bonnefons (Québec, 1796). Avec l’aimable autorisation de la Lande-Arkin Collection de Canadiana, Division des livres rares et collections spéciales, Bibliothèque de l’Université McGill, Montréal.

  • 75 R. Sagendorph, America and Her Almanacs, p. 240-241.

28Environ 60 % des almanachs publiés en Amérique du Nord britannique avant 1840 contiennent des vignettes, réemployées d’une année à l’autre, mais peu d’autres illustrations. L’imagerie propre aux almanachs date pour une grande part d’avant 1800 : gravures sur bois produites à Halifax à partir de 1776, gravures en creux réalisées à Québec dans les années 1790. Quelques almanachs humoristiques ou de tempérance des années 1830 sont illustrés dans le style américain. Dans le Nova-Scotia Temperance Almanack for [...] 1835, par exemple, les images et le texte sur les méfaits de l’alcool proviennent de clichés, peut-être ceux du chapitre équivalent du Temperance Almanac publié à Albany (New York) en 183475.

La gravure en creux et la lithographie

  • 76 ECP, p. 419.
  • 77 Tremaine, no 630.
  • 78 Tremaine, no 695.
  • 79 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 13-23, et communic (...)

29Samuel Neilson s’était équipé d’une presse à taille-douce en 1779, mais semble l’avoir réservée aux travaux de ville pendant une décennie76. C’est dans son Quebec Almanack/Almanach de Quebec, pour [...] 1791 que paraît la première gravure sur cuivre connue : une carte de Michel Létourneau77. Le premier dessin gravé — une presse d’imprimerie ! — est une reproduction d’une planche d’almanach européenne réalisée par J. G. Hochstetter pour l’édition 1792 de la même publication (voir illustration 5.1)78. Avant 1799, Hochstetter aura gravé de curieuses images allégoriques pour des éditions ultérieures de cet almanach et pour Le Magasin de Quebec/Quebec Magazine, ainsi que deux portraits et une perspective79.

30Plus d’une décennie s’écoule avant qu’une relève ne se manifeste, à partir de 1810, à Halifax et à Québec. Entre 1812 et 1834, Charles W. Torbett produit entre 15 et 20 portraits, perspectives et cartes pour des magazines, des journaux et des livres publiés à Halifax, outre des cartes professionnelles et d’autres imprimés éphémères. Il signe entre autres quatre vues et six cartes de An Historical and Statistical Account of Nova-Scotia, ouvrage de Thomas Chandler Haliburton imprimé par Joseph Howe en 1829. Quelques graveurs d’art, dont Robert Field et John Elliott Woolford, travaillent dans les colonies maritimes à la même époque. À Québec, cinq ou six artistes réalisent estampes et cartes entre 1812 et 1831. Le principal est James Smillie (voir illustration 5.5).

  • 80 M. Allodi et R. L. Tovell, Engraver’s Pilgrimage.

31Arrivé en 1821 avec sa famille, ce jeune Écossais est le premier grand graveur d’estampes de Québec et le seul de son époque dont on connaisse à peu près les conditions de travail80. En 9 ans, il produit 16 estampes, 22 illustrations de livre et 6 cartes tout en réalisant divers travaux commerciaux : sûrement une proportion considérable des commandes de la décennie. On lui doit la plupart des perspectives de deux ouvrages importants, The Picture of Quebec (1829) par George Bourne et Quebec and Its Environs (1831) de James Pattison Cockburn. Il fait tirer les illustrations du premier à New York, malgré leur petit format, faute d’avoir trouvé une bonne presse à taille-douce et un imprimeur au Bas-Canada. La plupart de ses cartes sont destinées à des publications gouvernementales. Pourtant, il vit chichement, car les grandes commandes, l’illustration des livres de l’arpenteur général Joseph Bouchette, par exemple, vont presque toujours à des graveurs et imprimeurs étrangers. En 1830, lassé, il partira pour New York, Durant la même décennie, cinq graveurs travaillent à Montréal, mais leur production n’atteint pas même le tiers de celle de leurs confrères de Québec ; le meilleur est William Satchwell Leney (voir illustration 10.7), l’associé d’Adolphus Bourne. Rien n’indique que le Haut-Canada ait compté un seul graveur d’illustrations à cette époque.

5.5 Stephen Henry Gimber, frontispice, The Huron Chief, and Other Poems d’Adam Kidd (Montréal, 1830); gravure de James Smillie. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL).

  • 81 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 80-81.
  • 82 J. Winearls, « Printing and Publishing of Maps in Ontario before Confederation », p. 59-61; M. All (...)
  • 83 A. E. Davis, Art and Work, p. 36.

32La première lithographie connue en Amérique du Nord britannique est signée John Adams et tirée à Québec en 1824, sur une presse appartenant aux Royal Engineers. Le même corps en avait une autre à Fredericton. Il n’est sorti (ou il ne reste) qu’un petit nombre de dessins et de cartes de ces deux presses, qui servaient surtout à tirer les circulaires gouvernementales. La production d’illustrations imprimées migre vers l’ouest en 1831, quand démarrent presque simultanément deux ateliers de lithographie commerciale à Montréal et à Kingston81. Leurs premiers tirages sont grossiers, le papier médiocre, l’encrage maladroit, mais dès 1840, les progrès sont sensibles. Dans l’intervalle, Adolphus Bourne, J. Greene et d’autres artistes montréalais ont produit une soixantaine de dessins lithographiés, surtout pour des livres et des magazines. Plusieurs ouvrages importants ont été illustrés de (petites) lithographies, dont le Hochelaga Depicta (Montréal, 1839) de Newton Bosworth, pour lequel James Duncan a dessiné une vingtaine d’immeubles montréalais qui ont été reproduits par P. Christie. Dans le Haut-Canada, Samuel Oliver Tazewell a implanté le procédé à Kingston, puis à York (Toronto). Sept dessins (voir illustration 10.8) et au moins 24 cartes sont sortis de sa presse dans la première moitié des années 1830, mais il a renoncé en 1835 parce qu’il n’avait pas les appuis politiques indispensables pour décrocher les contrats publics de cartographie et ne trouvait pas assez de commandes par ailleurs82. Il faudra attendre la diffusion de la lithographie, dans les années 1840, et l’arrivée des premiers graveurs sur bois pour que la production d’illustrations reprenne dans le Haut-Canada. À maints égards, les illustrateurs d’avant 1840 « travaillaient dans un milieu qui n’était pas prêt à les accueillir83 ».

La reliure

PATRICIA LOCKHART FLEMING

  • 84 Québec, Province, Conseil législatif, Anciennes archives françaises/Ancient French Archives : Trem (...)

33La reliure a sans doute précédé l’imprimerie en Nouvelle-France et dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord. Dans les couvents, des doigts de fée rehaussaient de broderies missels et livres de prière. Marchands et militaires faisaient coudre en bon ordre, les uns leur comptabilité, les autres leurs cartes, et les conservaient dans des portefeuilles. Des artisans devaient fabriquer des couvertures rudimentaires en cuir ou en bois. En 1791, le Conseil législatif publia un inventaire des documents français des XVIIe et XVIIIe siècles conservés dans l’ancienne « Province de Québec » ; on y trouve de précieuses indications sur les reliures de ces volumes grossièrement cousus et brochés dans du papier, de la toile ou du daim84.

  • 85 Nota Scotia Chronicle and Weekly Advertiser, 17-24 janvier 1769.
  • 86 [Abécédaire] (Québec, 1765) ; Tremaine, no 65.
  • 87 Église catholique, Catechisme du diocèse de Sens (Québec, 1765) ; Tremaine, no 59.
  • 88 Nova Scotia, Laws, The Temporary Arts (Halifax, 1767): Tremaine, no 114.
  • 89 Les reliures des XVIIIe et XIXe siècles sont décrites dans ECP, Fleming, UC et Fleming, Atl. ; une (...)
  • 90 R. J. Wolfe, Marbled Paper, planche XXV pour le papier « peigne » et planche X pour les motifs all (...)

34Après 1760, quelques relieurs émergent de l’anonymat parce qu’ils travaillent pour un imprimeur ou, comme B. Phippen à Halifax, font de la réclame dans les premiers journaux coloniaux85. En 1765, à Québec, William Brown et Thomas Gilmore paient John Dean pour plier, brocher et rogner 512 copies d’un abécédaire86. La même année, ils vendent 2 000 exemplaires d’un catéchisme — leur premier vrai livre — à un marchand, en feuilles brutes de tirage87. En 1767, Robert Fletcher propose aux gentlemen de Nouvelle-Écosse l’in-folio Acts qu’il vient d’imprimer, en feuilles qu’on peut assembler à sa guise ou encore « proprement relié88 ». Plus la production imprimée se développe, plus il se publie d’annonces sur des éditions aux formats et finitions hétéroclites : brochées, interfoliées, enveloppées de papier décoré, pourvues d’une demi-reliure avec plats en papier et dos en cuir ou d’une reliure pleine en basane ou en cuir fin89. Certains titres ont deux, trois, voire quatre reliures de prix différents. Les exemplaires bon marché sont cousus le long du dos avec un fil qui traverse tous les cahiers et dont le bout est noué. En principe temporaire, cette reliure à la corde tient toujours plus de deux douzaines d’imprimés du XVIIIe siècle : sermons, almanachs et publications gouvernementales du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Bas-Canada. Pour consolider l’assemblage, on enveloppe souvent le livre ou la brochure dans du papier à motif ou de couleur avec étiquette imprimée. Les relieurs de Nouvelle-Écosse aiment bien les marbrures au peigne, ceux du Bas-Canada ont un faible pour le bleu et les papiers allemands à décor floral ou embossé90.

  • 91 ANC, MG 24, B 1, vol. 94, no 2.
  • 92 P. H. Humbert, Instructions chrétiennes (Québec, 1799) : Tremaine, no 1126.

35Les écritures de John Neilson concernant son almanach de 1803 dépeignent bien la frénésie du travail dans un atelier de reliure91. Le 6 janvier, ses deux relieurs commencent par brocher 100 exemplaires en papier bleu, puis vendent 50 almanachs en feuilles à James Brown, un relieur qui a quitté Neilson pour ouvrir boutique à Montréal. Enfin, ils exécutent une commande spéciale pour le bureau du secrétaire civil : deux reliures en maroquin rouge avec « lanières se glissant dans des pochettes ». Le 8, ils font deux douzaines d’exemplaires en basane rouge et deux autres en maroquin ; le 12, deux douzaines sous papier bleu et autant en basane rouge. Deux jours après, nouvelle fournée de deux douzaines sous papier bleu, plus un exemplaire interfolié avec reliure de veau à pochettes. Le lendemain, quatre douzaines sous papier bleu et le 19, une dernière douzaine en maroquin. Total des deux semaines : 283 reliures, en papier pour plus des deux tiers. Grâce à cet atelier et aux fournitures de son « grenier », Neilson fait des reliures pour tous les goûts et toutes les bourses (voir illustration 5.6). Ainsi, les Instructions chrétiennes pour les jeunes gens qu’il imprime en 1799 se vendent 3 s pièce (33 s la douzaine) avec reliure en basane, 2 s 9 d (30 s la douzaine) en bougran « pour les écoles » et 4 s sur papier fin avec reliure en veau92.

  • 93 ANC, MG 24, B 1, vol. 49, 9 et 10 juin 1766.
  • 94 Société d’agriculture en Canada, branche du Québec, Papiers et lettres sur l’agriculture/Papers an (...)

36Le dos est souvent estampé à froid ou doré au fer, surtout s’il est en cuir de veau ou en maroquin ; le bord des plats, plus rarement. En 1766, Brown et Gilmore reçoivent de Kenrick Peck, un papetier londonien, des outils et du matériel qu’ils revendent le lendemain au relieur Joseph Bargeas, au prix coûtant et à tempérament. Outre un jeu complet de caractères alphabétiques et numériques format in-octavo, l’outillage comprend une douzaine de fers pour dorer le dos des in-octavos et in-douze et des roulettes pour la décoration des plats. S’y ajoutent du cartonnage et une rame de papier marbré qui coûte 1 £, près de la moitié du prix de l’outillage (2 £ 6 s 3 d)93. Une belle reliure en maroquin doré revenait jusqu’à 8 s 8 d pièce à un éditeur ; le même ouvrage broché, 2½ d94.

  • 95 Tremaine/ECP, no 231.
  • 96 Gazette du commerce et litteraire, 24 février 1779.
  • 97 ECP, nos 251 et 282.
  • 98 Fleming, UC, nos 949, 1323, 1551 et 1554.

37Comme la formation se fait par apprentissage, les traditions nationales se perpétuent. L’imprimeur montréalais Fleury Mesplet utilise toutes sortes de matériaux pour ses reliures95, mais n’oublie pas ses origines, comme le montre l’annonce sur son Office de la Semaine sainte vantant sa « belle reliure qui imite celle d’Europe96 ». Les spécimens subsistants de cet ouvrage et de son Petit livre de vie sont bien dans le style français de l’époque : veau marbré, plats dorés, décor floral ou fleurdelisé au dos97. Autre exemple intéressant de cette pérennité, celui des Allemands qui s’installent autour de Waterloo, dans le Haut-Canada, durant les années 183098. Imprimés en caractères « fraktur », leurs livres sont serrés entre des ais de bois revêtus de veau ou de mouton. Une sangle de cuir enserre la tranche ; clouée dessous, elle se fixe dans un fermoir au-dessus. Le biseautage des plats et la position de la sangle évoquent le travail des relieurs allemands de Pennsylvanie, directement inspiré de modèles européens.

5.6 Marque d’un relieur de l’atelier de La Gazette de Québec/Quebec Gazette (Québec) ; collée sur un exemplaire relié de la Gazette de 1788, Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, RG 4, D1.

38Ces traditions restent vivaces au siècle suivant : simplement, le papier se décline dans une plus large gamme de couleurs et s’orne souvent d’une reproduction encadrée de la page de titre. Les manuels conservent leurs couvertures en toile ou en bougran, À côté des reliures pleines apparaissent des demi-reliures moins chères avec dos de cuir et plats de papier marbré ou décoré au pochoir. Les quelques innovations sont rarement techniques : la reliure sera l’un des derniers métiers à se mécaniser, peut-être parce que le pliage et le brochage étaient souvent exécutés par des femmes. C’est le travail des hommes qui s’allégera après 1830 quand le marteau employé pour aplanir les feuilles sera remplacé par un rouleau et que la refente se fera au massicot plutôt qu’à la main.

  • 99 D. Ball, Victorian Publishers’ Bindings.

39L’essor de la reliure industrielle commence avec la découverte d’un matériau de couverture peu coûteux, uniforme et facile à travailler, qui permet de satisfaire à la demande croissante de livres bon marché, mais joliment reliés. Le premier matériau, un coton teint très résistant, est utilisé à Londres en 182599. La lustrine est lancée en 1828, puis le tissu prend du relief : motifs de maroquin, de moire, de côtes et de fleurs font leur apparition pendant les années 1830. Comme leurs confrères américains, les relieurs des deux Canadas et des colonies atlantiques se fournissent en Grande-Bretagne, pays qui dominera ce créneau pendant une grande partie du siècle. Dès le début des années 1830, les dos et les plats de ces reliures en tissu gaufré se parent de titres et de cadres élaborés, estampés à froid ou dorés. Désormais tenue dans toutes les colonies d’Amérique du Nord britannique pour un métier en soi, la reliure s’approprie certains travaux de papeterie comme le réglage et la fabrication des registres comptables.

  • 100 J. Simpson, The Canadian Forget Me Not (Niagara, 1837) : Fleming, UC, no 1136.

40À la charnière entre la production et la consommation de matière imprimée, le relieur colonial matérialise les intentions de l’imprimeur et façonne la perception des lecteurs, dans ses manuels assez solides pour résister à des générations d’écoliers gribouilleurs comme dans le cadeau « enrobé de soie et d’or étincelant » destiné à « la main de la belle assise au centre du cercle familial100 ».

Notes

1 J. Bidwell, « Printers’ Supplies and Capitalization », p. 162.

2 ANC, MG 24, B1, vol. 549 et 50, 7 juin 1764.

3 ANC, MG 24, B1, vol. 49, 20 juin 1767.

4 J. Bidwell, « Printers’ Supplies and Capitalization », p. 168.

5 R. W. McLachlan, « Fleury Mesplet », p. 269.

6 ANC, MG 24, B1, vol. 49, fin avril 1772 ; vol. 100,10 mai 1773 ; vol. 102, 1er et 25 août 1774.

7 ANC, RG 5, A1, vol. 19, p. 8350-8352 ; citation tirée de Fleming, UC, no 88.

8 B. Dewalt, Technology and Canadian Printing, p. 24-29.

9 AO, F 37, Bruce à Mackenzie, 24 avril 1830.

10 Colonial Advocate, 28 novembre 1833.

11 B. Dewalt, Technology and Canadian P rinting, p. 27 ; M. Lemire (dir.), La vie littéraire au Québec, vol. 2, p. 188.

12 Royal Standard, 11 novembre 1836.

13 D. C. Harvey, « Newspapers of Nova Scotia », p. 289.

14 G. Carruthers, Paper in the Making ; des détails sur le moulin à papier de Belleville se trouvent dans AO, F 4269, p. 335.

15 P. L. Fleming, « Paper Evidence », p. 34-35.

16 Upper Canada, House of Assembly, journal : Appendix (1831), p. 177: Fleming, UC, no 579.

17 Upper Canada, House of Assembly, Journal : Appendix (1835),11 p. 22: Fleming, UC, no 887.

18 Colonial Advocate, 11 octobre 1832 ; Constitution, 13 septembre 1837.

19 L. Chéné, « Brown, James », DBC VII.

20 G. Tratt, « Holland, Anthony Henry », DBC VI; Fleming, Atl., NS183.

21 W. Phillips, A New and Concise System of Arithmetic (York, 1833), p. 28: Fleming, UC, nos 723 et 728.

22 Fleming, UC, no 898.

23 ANC, MG 24, B1, vol. 172, p. 4907.

24 The Directory for the City and Suburbs of Quebec (Québec, 1790): Tremaine, no 650.

25 Tremaine, no 544.

26 A New Almanack for the Canadian True Blues (York, 1834): Fleming, UC, no 715.

27 Séminaire de Québec, Le monde démasqué : Tremaine, no 214.

28 ANC, MG 24, B 1, vol. 49, 24 juin 1765.

29 Ibid., 29 novembre 1766.

30 Ibid., 31 décembre 1765

31 Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto, MS coll. 131, boîte 22, Francis Gore, 27 février 1817.

32 Fleming, UC, no 242.

33 ECP, nos 17,19 et 63 ; la vignette du navire figure dans les numéros du 31 octobre au 7 novembre 1766 de la Halifax Gazette.

34 L’écu de six francs : Tremaine, no 416.

35 Société d’Agriculture en Canada, branche du Québec, Papiers et lettres sur l’agriculture/Papers and Letters on Agriculture (Québec, 1790) : Tremaine, no 623 ; Quebec Almanack/Almanac de Québec (Québec, 1794) : Tremaine, no 869.

36 ANC, MG 24, B 1, vol. 177, p. 6490.

37 An Introduction to Greek Declension: Fleming, UC, no 708.

38 John Larkin, Eklekta Mythistorias.

39 E. Hulse, « Printer Writes Home », p. 6.

40 ANC, MG 24, B 1; ANOM, P 1000-3-360; ANQQ, P 192,193.

41 Les registres sont répertoriés et décrits dans ECP, p. 417-421. Livre de paie de Brown : ANC, MG 24, B 1, vol. 88, dossier 2.

42 On trouve des exemples dans ECP, nos 200, 268, 280, 281, 332, 335, 337, 495, 623 et 661.

43 Tremaine/ECP, nos 197-200 ; le quatrième traité s’intitule Extraits des edits, déclarations, ordonnances et règlemens. Tous ont paru à Québec, « [c]hez Guillaume Brown », en 1775.

44 L’unité de mesure de la production d’un imprimeur était la feuille d’impression. À chacune était attribuée une lettre, dans l’ordre alphabétique ; le relieur utilisait ces indications pour assembler les cahiers (feuilles pliées) dans le bon ordre. Pour des in-quartos comme ceux de Cugnet, on plaçait huit pages de composition par feuille, soit quatre de chaque côté, et on pliait deux fois pour obtenir un cahier de quatre feuillets ou huit pages.

45 « Cuesta Profile », p. 33.

46 Dans Paper in the Making, G. Carruthers décrit ces premiers moulins à papier.

47 P. L. Fleming, « Paper Evidence », p, 25.

48 T. M. Bailey, « Crooks, James T. », Dictionary of Hamilton Biography, vol. 1, p. 55; D. Ouellette, « Crooks, James », DBC VII.

49 « Le papier américain n’est grevé d’aucun droit d’entrée dans cette province. Si le gouvernement avait offert un incitatif conséquent à un fabriquant de papier, il nous aurait épargné 3 000 £ de Halifax par année. » (Colonial Advocate, 3 juin 1824).

50 Colonial Advocate, 23 mars 1826, et Niagara Gleaner, 30 mars 1826.

51 AO, F 37, James Crooks à W. L. Mackenzie, 10 avril 1826. J. A. Blyth soutient que le constructeur fut Joseph Barber, un immigrant irlandais (« The Development of the Paper Industry », p. 126-128).

52 Crooks dut aller « jusqu’à Jersey » pour trouver ce matériel. Voir AO, F37, James Crooks à W. L. Mackenzie, 16 mai 1826.

53 ANC, RG 5, A 1, vol. 78, p. 42216, Crooks à Hillier, 18 juillet 1826. Crooks s’étonne de n’avoir reçu aucun accusé de réception. Aucune réponse de Hillier n’a été retrouvée.

54 ANC, RG 1, E 3, vol, 14, p. 27,19 septembre 1826.

55 Colonial Advocate, 2 septembre 1826 ; Niagara Gleaner, 23 septembre 1826.

56 ANC, RG 1, E 3, vol. 14, p. 28, 5 octobre 1826.

57 Les échantillons se trouvent dans le fonds susmentionné, aux pages 30 à 35. Ce papier crème rogné était produit en deux formats, probablement écolier et demi-feuille de dimensions small royal ou imperial,

58 Ibid., p. 30, 26 décembre 1826.

59 James Crooks à William Hands, 7 février 1827. Citation tirée de N. L. Edwards, « Establishment of Papermaking », p. 72.

60 Cité dans N. L. Edwards, « Establishment of Papermaking », p. 72.

61 Mackenzie affirmera ceci : « Nous sommes heureux d’apprendre que M. Crooks trouve des acheteurs pour son papier d’impression à Montréal » (cité dans P. L. Fleming, « Paper Evidence », p. 30).

62 Colonial Advocate, 26 juillet 1827.

63 J. A. Blyth, « Development of the Paper Industry », p. 128.

64 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada. J’ai largement puisé à cette source indispensable pour ce qui touche aux estampes, à la gravure et à la lithographie de cette période.

65 Tremaine/ECP, no 224.

66 H. Piers et D. C. Mackay, Master Goldsmiths and Silversmiths of Nova Scotia and Their Marks, p. 157-158.

67 Tremaine/ECP, no 251.

68 L, Letocha, « Le premier livre illustré imprimé au Québec », p. 5-7, et L. Dusseault-Letocha, « Les origines de l’art de l’estampe au Québec », p. 51 et suivantes.

69 Tremaine, no 503. Henry laisse entendre dans son introduction qu’il aurait importé des planches en même temps que ses caractères gothiques s’il avait su que « ces travaux ne pouvaient être faits proprement [ici] ».

70 Tremaine/ECP, nos 751 et 824.

71 The Trials of George Frederick Boutelier and John Boutelier, for the Murder of Frederick Eminaud (1791): Tremaine/ECP, no 697.

72 L. Dusseault-Letocha, « Les origines de l’art de l’estampe au Québec », p. 89-95 ; Tremaine/ECP, no 374. Voir aussi Tremaine/ECP, no 394.

73 Tremaine/ECP, nos 980 et 1162.

74 The Holy Bible (Hallowell [Picton], 1834): Fleming, UC, no 760; Amos Blanchard, Book of Martyrs (Kingston, 1835): Fleming, UC, no 823.

75 R. Sagendorph, America and Her Almanacs, p. 240-241.

76 ECP, p. 419.

77 Tremaine, no 630.

78 Tremaine, no 695.

79 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 13-23, et communication personnelle.

80 M. Allodi et R. L. Tovell, Engraver’s Pilgrimage.

81 M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 80-81.

82 J. Winearls, « Printing and Publishing of Maps in Ontario before Confederation », p. 59-61; M. Allodi, Printmaking in Canada/Les débuts de l’estampe imprimée au Canada, p. 91-92.

83 A. E. Davis, Art and Work, p. 36.

84 Québec, Province, Conseil législatif, Anciennes archives françaises/Ancient French Archives : Tremaine, no 734.

85 Nota Scotia Chronicle and Weekly Advertiser, 17-24 janvier 1769.

86 [Abécédaire] (Québec, 1765) ; Tremaine, no 65.

87 Église catholique, Catechisme du diocèse de Sens (Québec, 1765) ; Tremaine, no 59.

88 Nova Scotia, Laws, The Temporary Arts (Halifax, 1767): Tremaine, no 114.

89 Les reliures des XVIIIe et XIXe siècles sont décrites dans ECP, Fleming, UC et Fleming, Atl. ; une partie de cette information est synthétisée dans un article inédit sur la reliure au Canada rédigé par Patricia Lockhart Fleming pour le Musée national des sciences et de la technologie (1995).

90 R. J. Wolfe, Marbled Paper, planche XXV pour le papier « peigne » et planche X pour les motifs allemands.

91 ANC, MG 24, B 1, vol. 94, no 2.

92 P. H. Humbert, Instructions chrétiennes (Québec, 1799) : Tremaine, no 1126.

93 ANC, MG 24, B 1, vol. 49, 9 et 10 juin 1766.

94 Société d’agriculture en Canada, branche du Québec, Papiers et lettres sur l’agriculture/Papers and Letters on Agriculture (Québec, 1790) : Tremaine, no 623.

95 Tremaine/ECP, no 231.

96 Gazette du commerce et litteraire, 24 février 1779.

97 ECP, nos 251 et 282.

98 Fleming, UC, nos 949, 1323, 1551 et 1554.

99 D. Ball, Victorian Publishers’ Bindings.

100 J. Simpson, The Canadian Forget Me Not (Niagara, 1837) : Fleming, UC, no 1136.

Table des illustrations

Légende 5.1 J. G. Hochstetter, frontispice gravé, The Quebec Almanack/Almanach de Québec pour l’année 1792 (Québec, 1791). Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende 5.2 Livre de paie de William Brown (Québec, 1775-1790). Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, MG 24, B 1, vol. 88, dossier 2.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende 5.3 Gravure sur bois de la page de titre, Der Neuschottländische Calender, auf [...] 1788 (Halifax, 1787). Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale du Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 5.4 Jean-Baptiste Duberger, dessin de l’une des cinq plaies du Christ gravé pour Le petit livre de vie d’Amable Bonnefons (Québec, 1796). Avec l’aimable autorisation de la Lande-Arkin Collection de Canadiana, Division des livres rares et collections spéciales, Bibliothèque de l’Université McGill, Montréal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 5.5 Stephen Henry Gimber, frontispice, The Huron Chief, and Other Poems d’Adam Kidd (Montréal, 1830); gravure de James Smillie. Avec l’aimable autorisation de la Toronto Public Library (TRL).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende 5.6 Marque d’un relieur de l’atelier de La Gazette de Québec/Quebec Gazette (Québec) ; collée sur un exemplaire relié de la Gazette de 1788, Avec l’aimable autorisation des Archives nationales du Canada, RG 4, D1.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteurs

Professeure à la Faculty of Information Studies et au Collaborative Program in Book History and Print Culture de la University of Toronto. Elle étudie entre autres la forme matérielle des imprimés canadiens et l’intersection de la bibliographie analytique et de l’histoire du livre. Responsable du projet HLIC/HBiC, elle est également directrice générale et directrice des volumes I et II.

Responsable administrative du projet HLIC/HBiC. Titulaire d’une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information de la University of Toronto, elle a compilé, avec Carl Spadoni, A Bibliography of McClelland and Stewart Imprints, 1909-1985 : A Publisher’s Legacy (1994), a publié plusieurs articles sur les almanachs canadiens et collabore à DA : A Journal of the Printing Arts.

Responsable de la cartothèque de la bibliothèque de la University of Toronto et est l’auteure, entre autres, de Mapping Upper Canada, 1780-1867 : An Annotated Bibliography of Manscript and Printed Maps (1991) et de Art on the Wing : British, American and Canadian Illustrated Bird Books from the Eighteenth to the Twentieth Century (1999).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search