Version classiqueVersion mobile

Les limites du soi

 | 
Thomas Pradeu

Introduction

Texte intégral

1Deux individus dits « identiques », comme des vrais jumeaux par exemple, peuvent-ils néanmoins être distingués ? Quelles sont les frontières spatiales d’un organisme colonial, comme par exemple les coraux des fonds sous-marins : un tel organisme constitue-t-il un seul ou bien plusieurs individus ? Qu’est-ce qui assure qu’une larve est le « même » être vivant que la mouche adulte qu’elle devient, en dépit des considérables changements qu’elle subit ? Toutes ces questions font partie d’un problème plus général, que l’on peut formuler ainsi : qu’est-ce qui fait l’identité d’un être vivant ? Tel est le problème, celui de la définition de l’identité biologique, que nous souhaitons poser ici. Après avoir défini la question de l’identité biologique telle que nous l’envisagerons ici, nous montrerons pourquoi une discipline des sciences du vivant contemporaines, l’immunologie, a considéré cette question comme son domaine propre.

1. Qu’est-ce que l’identité biologique ?

2La question « Qu’est-ce qui fait l’identité de X ? » peut se poser à propos de toute entité, les objets inertes par exemple. Ici, cependant, nous la posons à propos des êtres vivants, en nous demandant : « Qu’est-ce qui fait l’identité d’un être vivant ? ». L’objectif de ce travail est de tenter d’apporter une réponse à ce problème, que nous appellerons le problème de l’identité biologique.

3Se demander ce qui fait l’identité d’un être vivant revient en réalité à se poser deux questions. D’une part, celle de savoir ce qui en fait l’unicité, et d’autre part celle de savoir ce qui en fait l’individualité, c’est-à-dire encore l’unité. La première question, celle de l’unicité, est celle-ci : qu’est-ce qui fait qu’un être vivant est différent de tous les autres êtres vivants, y compris ceux qui appartiennent à la même espèce que lui ? Par exemple, pour reprendre la question posée ci-dessus, existe-t-il des moyens de distinguer deux vrais jumeaux ? Un organisme de son « double » obtenu par la technique du clonage ?

4La deuxième question, celle de l’individualité, est la suivante : qu’est-ce qui compte comme un être vivant ? Ou, en d’autres termes, qu’est-ce qui constitue une unité discrète et cohésive, clairement délimitée, dans le monde du vivant ? Le problème de l’individuation est en effet un problème de découpage, de délimitation, du réel : il consiste à savoir comment déterminer les frontières des entités que l’on décrit. Il s’agit du problème que l’on appelle parfois celui du « mobilier du monde » (qu’est-ce qui compte comme une chose, comme une entité ?), appliqué, dans notre cas, aux êtres vivants. Dans le domaine du vivant tout au moins, un individu n’est jamais strictement « indivisible » – contrairement à l’étymologie du terme « individu ». Par conséquent, comprendre ce qui fait l’unité d’un être vivant consiste à déterminer en quoi il est l’unité d’une pluralité, c’est-à-dire pourquoi, bien que formé de constituants divers et partiellement isolables, il constitue un tout unifié. Pour reprendre, là encore, un exemple évoqué ci-dessus, on peut se demander ce qui compte comme « un » individu chez un corail : un corail est-il un seul vaste individu dont les polypes (c’est-à-dire chaque petit « tube » surmonté d’une bouche et de tentacules) sont autant de « parties », ou bien chaque polype doit-il être considéré comme un individu ? On voit par cet exemple que l’enjeu de l’individuation biologique est de disposer de critères nous permettant de déterminer avec précision quelles sont les frontières d’un être vivant.

  • 1 Bien entendu, on pourrait, avec Leibniz, affirmer que deux entités ne sont jamais complètement ide (...)

5Ces deux aspects que sont l’unicité et l’individualité, bien que souvent confondus, sont en droit distincts : deux entités sont deux individus dès lors qu’il est possible, précisément, de dire qu’elles sont deux, ce qui ne présuppose pas que chacune doive nécessairement être considérée comme unique. Par exemple, deux tables qui seraient parfaitement identiques ne seraient par définition pas uniques, et pourtant elles seraient bien deux individus, puisqu’on les distinguerait et les compterait comme deux entités. De même, deux êtres vivants qui seraient identiques n’en seraient pas moins deux êtres, et donc la question de l’unicité biologique et celle de l’individualité biologique doivent être distinguées1.

  • 2 M. T. Ghiselin, « A Radical solution to the species problem » (1974); L. Buss, The Evolution of In (...)
  • 3 D. Hull « A Matter of Individuality » (1978) et « Individual » (1992); J. Wilson, Biological Indiv (...)
  • 4 J. Maynard-Smith and E. Szathmary, The Major Transitions in Evolution (1995); R. E. Michod, « Evol (...)
  • 5 Particulièrement G. Canguilhem, « La théorie cellulaire » (1965 [1945]). Voir J. Gayon, « The Conc (...)
  • 6 G. Simondon, L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information (2005).
  • 7 Cela est vrai aussi bien chez Aristote, chez qui l’exemple habituel de substance première est « l’ (...)

6La question de l’identité biologique, en particulier dans sa dimension de l’individualité biologique, est l’une des plus débattues parmi les biologistes2 et philosophes de la biologie3 contemporains. La littérature actuelle sur les niveaux d’individualité et sur les transitions entre ces différents niveaux est immense4. Du côté de l’épistémologie historique française, Georges Canguilhem a offert sans doute les analyses les plus pénétrantes sur le problème de l’individualité biologique5, tandis que Gilbert Simondon a proposé une théorie générale de l’individuation, dont la principale application concerne les êtres vivants6. La question de l’identité biologique est en outre posée par de nombreux philosophes métaphysiciens, passés et présents, notamment parce que l’être vivant, ou plutôt un certain type d’être vivant, à savoir l’organisme, a servi d’exemple typique de ce qui compte comme un individu, et par là même d’exemple typique d’entité dont on peut étudier l’identité7.

7Les questions et distinctions conceptuelles que nous avons proposées sont classiques en métaphysique. Pourtant, elles sont rarement posées avec précision à propos des êtres vivants. Notre ambition, précisément, est de poser une question d’ordre métaphysique, à savoir « Qu’est-ce qui fait l’identité d’un être ? », en l’appliquant au monde vivant, en nous demandant : « Qu’est-ce qui fait l’identité d’un être dans le domaine du vivant ? ». D’où les deux problèmes au cœur de ce travail : premièrement, qu’est-ce qui compte comme un individu dans le monde du vivant ? ; deuxièmement, chaque être vivant est-il unique et, dans le cas où il y a bien unicité, qu’est-ce qui assure cette unicité ?

8L’une des branches de la biologie contemporaine, l’immunologie, considère ces questions comme son domaine propre. Au cœur de l’immunologie, traditionnellement définie comme la science qui étudie les défenses de l’organisme contre toute entité étrangère susceptible de pénétrer en lui, se trouvent les notions de « soi » et de « non-soi ». Or, en proposant de définir scientifiquement ces deux termes de « soi » et de « non-soi », les immunologistes prétendent répondre à la fois au problème de l’unicité de chaque être vivant, et à celui de son individualité. L’un des principaux objectifs de cet ouvrage est d’établir la signification précise de ces deux notions de « soi » et de « non-soi », afin de déterminer si elles peuvent effectivement constituer le fondement d’une définition de l’identité biologique.

2. L’identité de l’être vivant, question centrale de l’immunologie

2.1. Du « soi » à l’identité

  • 8 F. M. Burnet and F. Fenner, The Production of Antibodies (1949 [1941]).

9Qu’est-ce qui permet aux immunologistes d’affirmer que leur discipline pose la question de l’identité biologique ? Pour le comprendre, il convient de partir des deux concepts qui sont au centre de cette discipline depuis les années 1950-1960, ceux de « soi » et de « non-soi ». Que signifient ces concepts pour les immunologistes ? Le soi est le propre de l’organisme, à la fois ce qui le définit et ce qui lui appartient de manière unique. Le non-soi est tout ce qui n’est pas le soi, ce qui diffère du contenu du soi. Par exemple, dans le cas d’une transplantation chez l’animal, une greffe d’un organisme sur lui-même (« autogreffe » ou greffe de « soi » à « soi ») est tolérée, alors qu’une greffe d’un organisme sur un autre (« allogreffe » ou greffe de « soi » à « non-soi », ainsi que « xénogreffe » ou greffe d’un organisme d’une espèce donnée sur un organisme d’une autre espèce) est, pratiquement dans tous les cas, rejetée. Ainsi, à partir de 1949, avec l’aide de son confrère Frank Fenner, le virologiste australien Frank Macfarlane Burnet (1899-1985) a proposé, en s’appuyant tout particulièrement sur les expériences de transplantation, d’interpréter l’immunité à partir du vocabulaire du « soi » et du « non-soi »8. Depuis, les immunologistes considèrent que l’organisme est capable d’une reconnaissance immunitaire du soi et du non-soi, grâce à laquelle il déclenche une réponse de défense et de rejet contre toute entité étrangère, c’est-à-dire différente du soi, alors qu’il n’attaque pas, sauf dans des cas pathologiques, les constituants du soi. Ainsi, l’immunologiste Jean-Michel Claverie affirme :

  • 9 J.-M. Claverie, « Soi et non-soi : un point de vue immunologique » (1990), italiques dans l’origin (...)

C’est bien le caractère d’individualité qui est en jeu dans ce processus [le rejet de greffe], puisqu’une greffe de l’individu à lui-même (autogreffe) est toujours tolérée. C’est donc l’autre, l’étranger qui apparaît, au sens propre, épidermiquement intolérable9.

  • 10 J. Klein, Immunology: the science of self-nonself discrimination (1982).
  • 11 J. Dausset, « La définition biologique du soi » (1990).
  • 12 A. I. Tauber, « The Biological Notion of Self and Non-self » (2006 [2002]).

10Le « non-soi » désigne ainsi, pour l’organisme, toute entité étrangère susceptible de pénétrer en lui. Il peut s’agir aussi bien de pathogènes (bactéries, virus, champignons, macro-parasites, etc.) que d’une greffe. Le texte publié par Burnet et Fenner en 1949 n’évoque que des « marqueurs du soi », mais peu à peu fut élaborée ce que l’on a appelé la « théorie du soi et du non-soi », théorie interprétant les réactions immunitaires à partir de ces deux concepts centraux de « soi » et de « non-soi ». Cette théorie domine l’immunologie depuis maintenant soixante ans. Selon ses partisans, l’étude du système immunitaire montre que l’être vivant connaît sa propre identité et la défend contre toute menace extérieure : il saurait distinguer entre ses propres constituants et tout constituant étranger, et éliminerait tout corps étranger qui pénétrerait en lui. La question de l’identité biologique serait ainsi l’objet propre de l’immunologie. Ainsi, Jan Klein a appelé l’immunologie « la science de la discrimination entre le soi et le non-soi »10 ; Jean Dausset a affirmé que le système d’histocompatibilité constituait la « carte d’identité » de l’organisme, sans cesse surveillée par le système immunitaire11 ; même Alfred Tauber, qui a pourtant analysé de manière critique l’usage des termes « soi » et « non-soi » en immunologie, affirme que la définition des caractéristiques de l’identité qui permet de distinguer deux organismes individuels est précisément ce à quoi est consacrée l’immunologie (avec la question « des mécanismes qui défendent les organismes contre leurs prédateurs »)12.

11La reconnaissance du soi et du non-soi par le système immunitaire ferait donc de l’identité biologique une question à laquelle l’immunologie pourrait apporter une réponse. Cependant, nous avons dit que les immunologistes affirmaient que leur discipline éclairait à la fois la dimension de l’unicité et celle de l’individualité de l’être vivant. Sur quoi se fonde une telle affirmation ? Nous allons montrer successivement en quoi l’immunologie répond, ou tente de répondre, à la question de l’unicité et à celle de l’individualité de l’être vivant.

2.2. L’immunologie et l’unicité de l’être vivant

  • 13 C. A. Janeway et al., Immunobiology (2005), p. 151 et 183. Notons bien que en réalité le nombre d’ (...)
  • 14 J. Dausset (1990), op. cit., p. 27.

12L’immunologie s’est approprié la question de l’unicité biologique, en intégrant et en prolongeant les investigations de la génétique. Cette dernière montre que, dans le cas de la reproduction sexuée, deux êtres vivants, à l’exception des vrais jumeaux, sont toujours différents. En effet, lors de la fécondation, les brassages interchromosomique et intrachromosomique assurent la singularité de tout organisme. Tout être vivant issu de la reproduction sexuée, autrement dit, est génétiquement unique (toujours à l’exception des vrais jumeaux). L’immunologie, elle, prolonge cette investigation en posant la question de l’unicité à deux niveaux. Le premier est le niveau immunogénétique : il y a une grande diversité des gènes de l’immunité, ainsi que de nombreux processus de variation et de recombinaison génétiques, à tel point que, à partir d’un nombre finalement limité de gènes, il est possible de créer un nombre considérable de récepteurs immunitaires différents. En outre, il existe un très important polymorphisme des gènes du CMH ou « Complexe Majeur d’Histocompatibilité » – souvent appelé « HLA » pour Human Leucocyte Antigens chez l’être humain. Le deuxième niveau est d’ordre phénotypique : il s’exprime par la diversité des récepteurs immunitaires et des molécules du système d’histocompatibilité. Ainsi, chez les mammifères, les protéines qui sont les acteurs clés de l’immunité, surtout les immunoglobulines, les récepteurs de lymphocytes T et les molécules du complexe majeur d’histocompatibilité (CMH), témoignent d’un très haut degré de diversité phénotypique. Chez l’être humain13, par exemple, on estime le nombre potentiel d’immunoglobulines différentes à 5 × 1013 et le nombre de récepteurs de lymphocytes T différents à 1018. Les acteurs de l’immunité permettent donc d’établir d’une des manières les plus abouties l’unicité de chaque organisme, la diversité phénotypique exprimée par le système nerveux étant très probablement la seule qui soit comparable à celle du système immunitaire. Autrement dit, les caractéristiques phénotypiques immunitaires sont l’un des meilleurs moyens pour distinguer entre deux individus, pour singulariser biologiquement l’individu. Jean Dausset dit ainsi à propos du système HLA : « Le système HLA est la meilleure définition de l’être par rapport à un autre individu de la même espèce, puisque l’expérience de la transplantation nous démontre que c’est la barrière maximale14. »

13Un aspect très important de l’expression phénotypique de l’unicité est celui de la construction de l’unicité de l’être vivant au cours du temps : les récepteurs immunitaires des lymphocytes B et T sont produits en fonction des antigènes que rencontre l’organisme, en vertu d’un mécanisme dit de « mémoire immunitaire ». Par ce mécanisme, un organisme qui réagit à un antigène, par exemple une bactérie, produit des récepteurs immunitaires spécifiques de cette bactérie, récepteurs qu’il conserve par la suite durant toute sa vie, de telle sorte qu’il répondra de façon beaucoup plus rapide et efficace en cas de deuxième rencontre avec ce même antigène. En cela, le système immunitaire contribue de manière importante à l’unicité diachronique de l’être vivant, de même que le système nerveux : mon « soi » immunitaire m’individualise par rapport à tous les autres êtres vivants, y compris au sein de mon espèce. De fait, même deux vrais jumeaux sont différents du point de vue de leur système immunitaire.

2.3. L’immunologie et l’individualité

14L’immunologie prétend éclairer la question de l’individualité de l’être vivant en montrant que les frontières de ce dernier sont définies par son système immunitaire, qui surveille en permanence ses constituants, et élimine tout ce qui est différent de lui-même. Comme l’écrit Jean Hamburger, le premier médecin à avoir réalisé une greffe de rein chez l’homme :

  • 15 J. Hamburger, L’Homme et les hommes (1976) p. 29. Italiques dans l’original.

Non seulement notre personne physique est tout à fait originale, mais encore cette originalité est défendue, toute notre vie durant, par un dispositif de surveillance remarquablement efficace que nous avons en nous. Le détail de la machinerie compliquée de ce dispositif intéresse le spécialiste, mais quelques faits méritent d’être connus de tous, car ils apportent un éclairage nouveau sur la personne, le soi, les liens et différences entre un homme et les hommes15.

  • 16 F. M. Burnet, The Integrity of the Body (1962).

15Le système immunitaire reposerait sur une connaissance des constituants du soi et permettrait le maintien de l’identité de l’être vivant grâce au rejet de toute entité exogène, c’est-à-dire étrangère, en particulier les pathogènes. Il définirait donc l’individualité de l’être vivant et garantirait le maintien de son identité à travers le temps, ce que l’on peut appeler, avec Burnet, le « maintien de l’intégrité »16. Le système immunitaire assurerait que l’on a affaire à un être, et maintiendrait l’unité de cet être à travers le temps.

  • 17 L. Loeb, « Transplantation and Individuality » (1930); L. Loeb, The Biological Basis of Individual (...)
  • 18 P. B. Medawar, The Uniqueness of the Individual (1957).

16La dimension de l’individualité converge avec celle de l’unicité dans les développements que connaît le domaine de la transplantation dans la première moitié du XXe siècle. En montrant l’acceptation des autogreffes et des greffes issues de vrais jumeaux, le champ de la transplantation a permis de définir avec précision l’expression de l’individualité des organismes, faisant de cette question un enjeu fondamental de l’immunologie17. Peter Medawar écrit ainsi : « Aucune autre propriété ne sépare aussi finement un individu d’un autre individu que l’incompatibilité »18. Quant à Jean Hamburger, il écrit :

  • 19 J. Hamburger (1976), op. cit., p. 13-14.

Au sein d’une même espèce animale, il n’y a pas – hors les jumeaux vrais – deux individus semblables ; chacun d’entre eux est capable de reconnaître l’un quelconque de ses congénères comme différent de lui et, ayant reconnu comme étrangers les éléments provenant de ses frères, de les détruire et de les éliminer, alors qu’à l’inverse il est capable de reconnaître pour sien un fragment de son propre corps et de ne point le rejeter19.

3. Conflit entre l’immunologie et d’autres domaines de la biologie sur la définition de l’identité biologique

  • 20 Voir par exemple E. Mayr, « The evolution of living systems » (1976); R. Lewontin, Human Diversity(...)

17Les immunologistes s’appuient donc sur des arguments expérimentaux qui semblent solides lorsqu’ils affirment traiter de l’identité de l’être vivant, au double sens de son unicité et de son individualité. Il paraît peu probable, en revanche, que l’immunologie soit la seule discipline biologique susceptible de répondre à ce problème. Par exemple, la question de l’unicité apparaît bien plus comme relevant du domaine de la génétique que de celui de l’immunologie : l’unicité de chaque être vivant chez les organismes à reproduction sexuée est en effet d’abord d’ordre génétique20.

18Certes, les immunologistes avancent des arguments immunogénétiques et phénotypiques pour dire que l’unicité de chaque être vivant est plus grande encore que ne le dit la génétique, mais peuvent-ils vraiment, dans ces conditions, considérer la question de l’unicité biologique comme leur domaine propre ?

  • 21 Il est remarquable que tous les philosophes et biologistes que nous avons cités ci-dessus pour sig (...)
  • 22 R. Lewontin, « The units of selection » (1970); D. H. Janzen, « What are dandelions and aphids? » (...)

19Quant à la question de l’individualité, si elle est au centre de nombreux débats en biologie et philosophie de la biologie depuis plus de trente ans, c’est uniquement d’un point de vue évolutionnaire21. La théorie de l’évolution par sélection naturelle permet en effet de répondre à la question de l’individuation biologique en définissant toute une hiérarchie d’« individus évolutionnaires », qui sont les entités sur lesquelles s’exerce la sélection naturelle22. Dans cette hiérarchie de niveaux d’individualités évolutionnaires, l’organisme n’apparaît que comme l’un des individus biologiques possibles, à côté du gène, du génome, de la cellule, voire du groupe, de l’espèce, etc. Il semble difficile pour l’immunologie, par conséquent, de considérer qu’elle seule répond à la question de l’individuation biologique.

20L’immunologie doit donc tenir compte de ces autres disciplines biologiques qui prétendent elles aussi éclairer la question de l’identité biologique. Nous devrons déterminer quelles relations le discours immunologique entretient avec ces autres disciplines : doit-on parler de complémentarité des différentes approches ? De conflit entre elles ? Ou encore existe-t-il en réalité des différences d’objets, qui font que les unes et les autres n’entendent pas la même chose par les termes « unicité » ou « individualité » ?

4. Le problème de l’échelle du vivant à laquelle se pose la question de l’identité biologique

21La confrontation, que nous venons d’esquisser, entre immunologie et biologie de l’évolution sur la question de l’individuation met en évidence un problème important, celui de savoir à quelle échelle du vivant se pose la question de l’identité biologique. En effet, l’individuation par la théorie de l’évolution paraît s’appliquer à toute une hiérarchie d’êtres vivants (gène, cellule, organisme, etc.), tandis que l’individuation par l’immunologie semble ne concerner que le niveau des organismes. Or, rien n’indique que la question de l’identité de l’être vivant doive se poser uniquement au niveau de l’organisme. Les immunologistes ne prennent-ils pas le risque de se méprendre sur les conditions générales d’individuation des êtres vivants en restreignant leur problème aux seuls organismes ? En conséquence, nous devrons nous demander quels sont les arguments de l’immunologie pour affirmer que penser l’identité d’un être vivant revient avant tout ou uniquement à la penser au niveau de l’organisme.

22Même si l’on admet que le problème de l’identité biologique se pose au niveau d’un organisme et non à un autre niveau du vivant, une question cruciale se pose : sur quels organismes précisément porte l’immunologie ? Pour que l’immunologie soit en mesure de nous offrir une conception générale de ce qui fait l’identité d’un organisme individuel, encore faudrait-il qu’elle s’applique à tous les organismes, ou du moins à la grande majorité d’entre eux. Or, pour Burnet, qui comme nous l’avons vu est le fondateur de la théorie du soi et du non-soi, l’immunologie ne portait que sur les vertébrés supérieurs, eux seuls possédant un véritable « système immunitaire ». Si Burnet a raison, alors l’immunologie ne peut prétendre éclairer la question de l’identité de l’être vivant que pour une fraction négligeable des êtres vivants, ce qui est en soi problématique, et qui en outre mettrait l’immunologie considérablement en retrait par rapport à la biologie de l’évolution, qui, elle, porte sur de nombreux niveaux du vivant. Dès le prochain chapitre, cependant, nous montrerons, en nous appuyant en particulier sur les recherches récentes sur l’immunité innée, que tous ou presque tous les organismes possèdent un système immunitaire. Cela étant dit, le problème de savoir de quels êtres vivants parle l’immunologie nous acompagnera tout au long de cet ouvrage.

5. La biologie en quête de l’identité

23À partir des analyses qui précèdent se posent les problèmes suivants :

  1. La théorie immunologique du soi et du non-soi permet-elle de fonder une conception satisfaisante de l’identité biologique ? Nous allons montrer que cette théorie est inadéquate d’un point de vue expérimental et imprécise d’un point de vue conceptuel. Nous en conclurons qu’elle ne peut pas fonder une conception satisfaisante de l’identité biologique.
  2. Une autre théorie immunologique permet-elle de fonder une conception satisfaisante de l’identité biologique ? Nous allons proposer une autre théorie, dite « théorie de la continuité », en soulignant les arguments expérimentaux qui nous semblent la valider. Nous montrerons que cette théorie peut permettre de fonder une conception satisfaisante de l’identité biologique.
  3. Quel sens précis du terme d’« identité » appliqué aux êtres vivants l’immunologie peut-elle éclairer ? Nous montrerons que l’immunologie apporte des éléments précis et décisifs à propos d’un sens particulier du terme, à savoir celui de l’individualité diachronique des êtres vivants.
  4. À quelle échelle du vivant la conception immunologique de l’identité biologique se situe-t-elle ? Nous montrerons qu’elle se situe au niveau des organismes seulement, mais qu’elle englobe tous les organismes, des unicellulaires aux pluricellulaires. Nous verrons que ce domaine est suffisamment vaste pour que l’utilité de l’immunologie pour traiter la question de l’identité biologique soit manifeste.
  5. À quoi le recours à l’immunologie pour répondre à la question de l’identité biologique aboutit-il ? Nous verrons qu’il aboutit à une définition précise de ce qui compte comme un organisme. L’une de nos thèses sera que l’organisme n’est pas une réalité endogène, autrement dit que l’organisme n’est pas l’ensemble des constituants biologiques issus des divisions successives et autonomes d’une cellule œuf. Nous montrerons pourquoi et en quel sens l’organisme est, au contraire, une réalité hétérogène, c’est-à-dire faite de constituants d’origines différentes.
  6. Comment articuler l’apport de l’immunologie et celui d’autres domaines, en particulier celui de la biologie de l’évolution, pour rendre compte de l’identité biologique ? Nous montrerons que l’immunologie permet une individuation physiologique des êtres vivants qui, une fois articulée à l’individuation évolutionnaire des êtres vivants, permet de préciser cette dernière et d’affirmer que l’organisme est probablement le meilleur exemple d’individu biologique qui se trouve dans la nature.

24Notre problème est donc de savoir ce qui fait l’identité d’un être vivant. Pour tenter d’y répondre, nous allons procéder à un examen de l’immunologie contemporaine. Cet examen sera partiellement historique, centré sur les thèses que Burnet a proposées des années 1950 aux années 1970. Néanmoins, il consistera principalement en une investigation conceptuelle et théorique à propos de l’immunologie actuelle, ainsi qu’en l’examen d’une question d’ordre métaphysique à partir d’arguments scientifiques.

25Notre objectif est de montrer que la compréhension de l’identité biologique ne peut pas se passer des résultats de l’immunologie contemporaine, autrement dit que l’immunologie est essentielle à la question de l’identité des êtres vivants. Nous souhaitons montrer que l’immunologie offre un point d’ancrage original et fécond pour définir l’identité biologique, sous sa modalité de ce qui fait l’individualité de l’être vivant à travers le temps.

26Cet ouvrage est constitué de sept chapitres. Dans le premier, nous définissons l’immunologie et les deux concepts fondamentaux de cette discipline, à savoir ceux de « soi » et de « non-soi ». Dans le deuxième, nous analysons la théorie du soi et du non-soi, qui domine l’immunologie contemporaine. Dans le troisième, nous proposons une critique de cette théorie. Dans les chapitres 4 et 5, nous proposons notre théorie, la théorie de la continuité, en montrant ce qui la fonde et ce qu’elle apporte. Dans le chapitre 6, nous montrons comment la conception de l’immunité que nous défendons permet d’offrir une définition de l’organisme en tant qu’individu biologique. Enfin, dans le chapitre 7, nous expliquons en quoi cette même conception permet de repenser le problème des interactions entre l’organisme et son environnement.

27Il est ainsi aisé de saisir le double sens du titre de cet ouvrage. Parler des « limites du soi » revient à faire la démonstration de deux idées : premièrement, les insuffisances de la théorie du soi et du non-soi ; deuxièmement, la possibilité malgré tout, pour l’immunologie, de répondre à la question décisive de la délimitation des frontières de l’organisme – compris alors comme un « soi » qui sera à redéfinir.

Notes

1 Bien entendu, on pourrait, avec Leibniz, affirmer que deux entités ne sont jamais complètement identiques, qu’elles sont toujours uniques d’un certain nombre de points de vue. Cependant, en pratique, il y a des entités que l’on souhaite qualifier d’« identiques », tout particulièrement en biologie : pensons, par exemple, à chaque clone chez une plante clonale. La question de l’unicité biologique ne doit donc pas être considérée comme réglée d’avance ; y répondre présuppose au contraire d’établir des critères biologiquement pertinents, ce que nous nous efforcerons de faire ici.

2 M. T. Ghiselin, « A Radical solution to the species problem » (1974); L. Buss, The Evolution of Individuality (1987); S. J. Gould, The Structure of Evolutionary Theory (2002, p. 595 sq.)

3 D. Hull « A Matter of Individuality » (1978) et « Individual » (1992); J. Wilson, Biological Individuality. The Identity and Persistence of Living Entities (1999); E. Sober, Philosophy of Biology (2000 [1993]).

4 J. Maynard-Smith and E. Szathmary, The Major Transitions in Evolution (1995); R. E. Michod, « Evolution of the individual » (1997) & Darwinian Dynamics. Evolutionary Transitions in Fitness and Individuality (1999).

5 Particulièrement G. Canguilhem, « La théorie cellulaire » (1965 [1945]). Voir J. Gayon, « The Concept of Individuality in Canguilhem’s Philosophy of Biology » (1998b).

6 G. Simondon, L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information (2005).

7 Cela est vrai aussi bien chez Aristote, chez qui l’exemple habituel de substance première est « l’homme individuel ou le cheval individuel » (Catégories 5 ; Métaphysique Z) que chez David Wiggins (Sameness and Substance renewed, 2001), qui reprend très exactement les mêmes exemples. Bien entendu, de nombreux autres philosophes posent la question de l’identité biologique, en particulier Locke (Essai concernant l’entendement humain, 1690, II, 27), Leibniz (Nouveaux Essais sur l’entendement humain, 1765, II, 27), William James (Principles of Psychology), ou encore Hans Reichenbach (The Philosophy of Space and Time, 1958 [1928]).

8 F. M. Burnet and F. Fenner, The Production of Antibodies (1949 [1941]).

9 J.-M. Claverie, « Soi et non-soi : un point de vue immunologique » (1990), italiques dans l’original.

10 J. Klein, Immunology: the science of self-nonself discrimination (1982).

11 J. Dausset, « La définition biologique du soi » (1990).

12 A. I. Tauber, « The Biological Notion of Self and Non-self » (2006 [2002]).

13 C. A. Janeway et al., Immunobiology (2005), p. 151 et 183. Notons bien que en réalité le nombre d’immunoglobulines et de récepteurs T est immense mais n’atteint pas le nombre potentiel ici indiqué.

14 J. Dausset (1990), op. cit., p. 27.

15 J. Hamburger, L’Homme et les hommes (1976) p. 29. Italiques dans l’original.

16 F. M. Burnet, The Integrity of the Body (1962).

17 L. Loeb, « Transplantation and Individuality » (1930); L. Loeb, The Biological Basis of Individuality (1945); P. B. Medawar, « The Immunology of Transplantation » (1956).

18 P. B. Medawar, The Uniqueness of the Individual (1957).

19 J. Hamburger (1976), op. cit., p. 13-14.

20 Voir par exemple E. Mayr, « The evolution of living systems » (1976); R. Lewontin, Human Diversity (1982); F. Jacob, La Souris, la mouche et l’homme (2000); F. Gros, « L’individualité génétique » (2006). Voir aussi G. Simondon (2005), op. cit., p. 174sq.

21 Il est remarquable que tous les philosophes et biologistes que nous avons cités ci-dessus pour signaler qu’ils s’intéressaient à la question de l’identité biologique (Buss, Ghiselin, Gould, Hull, Maynard-Smith, Michod) le font d’un point de vue évolutionnaire. La seule (relative) exception serait Jack Wilson.

22 R. Lewontin, « The units of selection » (1970); D. H. Janzen, « What are dandelions and aphids? » (1977) ; D. Hull (1978), op. cit.; S. J. Gould (2002), op. cit.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search