Version classiqueVersion mobile

Les limites du soi

 | 
Thomas Pradeu

Remerciements

Texte intégral

1Avant tout, je tiens à remercier très chaleureusement l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (IHPST) de Paris, qui est un centre de recherche extraordinaire, à la fois intellectuellement très stimulant et particulièrement agréable.

2D’autre part, je voudrais remercier toutes celles et tous ceux qui, au cours de mes recherches récentes, m’ont aidé à préciser mes arguments, en étant des commentateurs attentifs et, je l’espère, des critiques sans complaisance, de mes propositions : Eric Bapteste, Anouk Barberousse, Christophe Benoist, Pierre-Alain Braillard, Cédric Brun, Stéphane Chauvier, Hannah-Louise Clark, François Duchesneau, Melinda Fagan, Jean Gayon, Charles Girard, Peter Godfrey-Smith, Alexandre Guay, Philippe Huneman, Richard Lewontin, Marie-Claude Lorne (tragiquement disparue en 2008), Francesca Merlin, Michel Morange, Anne-Marie Moulin, Susan Oyama, Roselyne Richter, Jan Sapp, Arthur Silverstein, Elliott Sober, Kim Sterelny, Alfred Tauber, Guy-Cédric Werlings et Charles Wolfe. Parmi eux, je remercie avec une chaleur particulière ceux qui m’ont incité à faire de la philosophie de la biologie et m’ont ensuite inlassablement soutenu : Peter Godfrey-Smith, puis Jean Gayon, et enfin François Duchesneau.

3Merci à Edgardo Carosella pour notre longue collaboration immunologique.

4Merci à Richard Lewontin et Susan Oyama, ainsi qu’à Scott Gilbert, dans les idées desquels je me suis tout de suite senti « chez moi ». J’espère qu’ils se reconnaîtront un peu dans ce miroir immunologique.

5Merci, enfin, à Magali et Camille.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search