Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l'imprimé au Canada, Volume I

 | 
Patricia Fleming
, 
Gilles Gallichan
, 
Yvan Lamonde

Deuxième partie. L'imprimerie en Amérique du Nord britannique

Chapitre 4. Les chemins de l’innovation

Patricia Lockhart Fleming, Warren McDougall, John Hare, Jean-Pierre Wallot, Mary Lu MacDonald, Claude Galarneau, Gilles Gallichan, Elizabeth Hulse, Sandra Alston et Jessica Bowslaugh

Texte intégral

Origines et parcours des premiers imprimeurs

PATRICIA LOCKHART FLEMING

  • 1 PRO, CO 221, vol. 28, f. 136.
  • 2 H. Amory, « New England Book Trade », p. 315.
  • 3 Le DBC résume la vie d’une bonne partie des artisans présentés ici. Leurs imprimés sont décrits da (...)

1Le 14 octobre 1751, le sloop St. John accoste à Halifax. Parti de Boston, il transporte du bois de charpente, du bétail, des légumes-racines, des provisions, du chocolat, des bougies, du rhum et « une presse à imprimer avec ses accessoires1 » : Bartholomew Green, un imprimeur « chassé par la faim de Boston2 » où sa famille exerçait ce métier depuis plus d’un siècle, espérait fonder une imprimerie à Halifax. Il n’a probablement jamais déballé son matériel : fin octobre, il était mort3.

  • 4 Nova Scotia, Governor, 1752-1756 (Hopson), Une proclamation (Halifax, 1753) ; ECP, no 5A.
  • 5 Nova Scotia, Treaties, Treaty/Traite (Halifax, 1753) : Tremaine/ECP, no 9.
  • 6 Nova Scotia, House of Assembly, Journal (Halifax, 1758) : Tremaine/ECP, no 17.
  • 7 Nova Scotia, Laws, statutes, etc., Arts (Halifax, 1759) : Tremaine/ECP, no 19.

2C’est John Bushell, un ancien associé de Green à Boston, qui ouvre cet atelier, rue Grafton. Le 23 mars 1752, il y met sous presse le premier numéro de la Halifax Gazette (voir illustration 4.1). Jusqu’à sa mort, en 1761, cet imprimeur doublé d’un habile graveur sur bois sera le seul habitant de la ville à posséder une presse. Quoique restreinte, sa production reflète bien le travail des premiers imprimeurs d’Amérique du Nord britannique : un hebdomadaire, des commandes gouvernementales, des labeurs, des travaux de ville. Le plus ancien document daté que nous possédions de lui, une proclamation du gouverneur Peregrine Thomas Hopson à son entrée en fonction au mois d’août 1752, est le premier texte imprimé en français dans ces colonies du Nord4. Sa version bilingue du traité signé par Hopson et le major Jean-Baptiste Cope, « Chef Sachem » des Micmacs, se déroule sur deux colonnes ; l’anglais est coiffé d’une rangée de couronnes, le français, d’un en-tête fleurdelisé5. C’est aussi Bushell qui publie le journal6 et le recueil des lois de la première Assemblée de Nouvelle-Écosse7

4.1 Premier numéro de la Halifax Gazette (23 mars 1752). Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale du Canada.

  • 8 W. Doyle, The Universal Frayer (Halifax, 1770) : Tremaine/ECP, no 146.
  • 9 P. Delaroche, The Gospel of Christ Preached to the Poor (Halifax, 1773) : Tremaine, no 177.
  • 10 Tremaine, p. 119 ; Tremaine/ECP, no 503.

3En 1759, un foisonnement subit d’ornements et de raffinements typographiques laisse deviner derrière Bushell, toujours imprimeur en titre, la main d’un nouveau venu. Anthony Henry (Anton Heinrich) n’a pas encore 30 ans. En 1760, il devient l’associé de Bushell, et c’est lui qui reprend l’imprimerie après la mort du fondateur, début 1761. Nommé imprimeur du roi en 1788, il travaillera à Halifax jusqu’à sa mort, vers la fin de 1800. Environ 225 imprimés subsistent de sa production : 65 % sont des commandes gouvernementales, 12 %, des ouvrages religieux. Henry Alline, le prédicateur évangéliste de la doctrine « New Light », y côtoie Charles Inglis, évêque anglican de Nouvelle-Écosse. Un de ces livres de dévotion, publié par souscription, devait être distribué à Halifax, à Boston, à New York et à Philadelphie8. La page de titre d’un autre, imprimé aux frais d’un missionnaire de Lunenburg, porte cet avertissement : « À donner, non à vendre9 ». Le cinquième de ce corpus est constitué de deux séries presque complètes d’almanachs, arrêtées l’une et l’autre en 1801 : The Nova-Scotia Calender, lancé en 1769, et Der Neu-Schottländische Calender, en 178810. Comme Juris Dilevko l’explique au chapitre 12, Henry n’est pas le premier imprimeur d’Amérique du Nord britannique à publier en allemand, mais aucun n’a produit plus régulièrement que lui dans cette langue jusqu’à la fondation de la première colonie germanique du Haut-Canada, vers 1830. S’il n’est pas sûr qu’il ait fait paraître « Die Welt, und die Neuschottländische Correspondenz », le périodique allemand dont il envisageait la création en 1787, le succès de ses journaux en anglais est indubitable. Sous la direction de Henry, The Halifax Gazette de Bushell passe d’une demi-feuille à une feuille in-folio. D’octobre 1765 à mars 1766, elle est tirée sur le papier timbré prescrit par la nouvelle Loi du timbre, mais son texte est liséré de noir en signe de protestation : Henry et son adjoint, Isaiah Thomas, imitent probablement les journaux américains dont ils tirent leurs nouvelles sur la résistance locale à la taxe. Le diablotin et les têtes de mort qui émaillent certaines pages sont sans doute une initiative du jeune Thomas, qui quittera bientôt Halifax pour devenir un des principaux imprimeurs révolutionnaires. Peu après la fin mars, la Halifax Gazette cesse de paraître. L’été suivant, elle est remplacée par la sobre Nova-Scotia Gazette de Robert Fletcher, nouveau bénéficiaire des commandes gouvernementales. En 1769, Henry lance un deuxième journal, qui conquiert la faveur populaire. L’année suivante, Fletcher vend sa presse et se concentre sur la vente de livres, tandis que Henry crée un troisième journal, The Nova-Scotia Gazette and the Weekly Chronicle. Il l’imprimera rue Sackville jusqu’à sa mort, 30 ans plus tard.

  • 11 Leur transcription figure dans ECP, p. 416-511.

4À Québec, la Loi du timbre a fait bondir le coût de la rame de papier de 450 %, En octobre 1765, William Brown et Thomas Gilmore interrompent la publication de leur Gazette de Québec/Quebec Gazette, non sans rappeler à leurs clients que le droit de timbre ne frappe pas les feuilles d’annonce. Sept mois plus tard, le journal sort des limbes ; il ne connaîtra qu’une autre éclipse au cours du siècle qui suivra, lors de l’invasion américaine de 1775-1776. Brown et Gilmore sont arrivés à Québec en 1764. Tous les deux dans la vingtaine, ils venaient de Philadelphie, où ils avaient travaillé dans l’atelier de William Dunlap, prospère imprimeur-libraire, maître de poste occasionnel et protégé de Benjamin Franklin, Le premier numéro de leur Gazette de Québec/Quebec Gazette a paru le 21 juin 1764. L’atelier qu’ils équipent d’une fonte Caslon neuve et d’une enseigne calligraphiée, pendue au sommet d’une potence, sera la principale imprimerie-librairie de Québec pendant des décennies. Brown la léguera à ses neveux écossais Samuel, puis John Neilson, qui la transmettront au fils de John, également prénommé Samuel. Cette dynastie a produit plus de 40 % des imprimés antérieurs à 1800 répertoriés dans les colonies britanniques du nord. Des centaines de travaux de ville ne sont connus que par une mention dans ses registres11. Le gros de sa production a été réalisé en anglais, en français ou en version « double », c’est-à-dire bilingue, mais on y relève des textes allemands et latins, des documents dans quatre langues autochtones — l’abénaquis, le mohawk (voir illustration 11.1), le montagnais (voir illustration 12.1) et l’oneida — et les premières partitions musicales.

5C’est à Montréal que naît la deuxième imprimerie de l’ancienne « Province de Québec ». Au début, le Marseillais Fleury Mesplet n’y tire que des textes français, bien qu’il ait travaillé à Londres, puis à Philadelphie — où il a notamment imprimé, en 1774,1775 et 1776, les lettres du Congrès continental exhortant la population du Québec à se rebeller. En 1776, pourvu d’une commission d’imprimeur du Congrès, il est parti pour Montréal, mais les Américains ont évacué la ville peu après son arrivée, et il a été détenu avec ses compagnons pendant près d’un mois. Après sa libération, il a ouvert une imprimerie à Montréal. Jusqu’à sa mort, en 1794, il n’aura aucun concurrent. N’étant pas établi dans une capitale, il a moins de commandes du gouvernement qu’un Anthony Henry à Halifax ou un William Brown à Québec : ses textes officiels se limitent aux ordonnances du tribunal, du shérif et de la milice. Ses gagne-pain sont les almanachs, en feuille ou en brochure, et les périodiques. Son premier journal, une Gazette du commerce et littéraire aussi avare de publicité que de nouvelles, déplaît d’emblée aux autorités. Trop voltairienne au goût de l’Église, trop populaire aux yeux du gouvernement, la petite feuille philosophico-littéraire disparaît en juin 1779 après l’arrestation de Mesplet et de son rédacteur sur ordre du gouverneur. Les deux hommes seront détenus plus de trois ans sans être accusés de quoi que ce soit. Pendant ce temps, l’atelier, probablement dirigé par la femme de Mesplet, Marie Mirabeau, vivotera de petits contrats de reliure et de travaux de ville. L’almanach de Mesplet paraîtra quand même deux années sur trois.

  • 12 R. Burn, Le juge à paix (Montréal, 1789) : Tremaine/ECP, no 583.
  • 13 R. W, McLachlan, « Fleury Mesplet », p. 268-270 et 280-302.

6En 1785, Mesplet lance La Gazette de Montréal/Montreal Gazette. Axé sur la nouvelle locale, qu’il publie en anglais et en français, mais pas toujours en double, le journal est un succès. Outre les travaux de ville, environ 150 ouvrages sont sortis de la presse de Mesplet, la plupart en français, quelques-uns en anglais, en latin ou en mohawk. L’un des plus ambitieux est la traduction du Justice of the Peace and Parish Officer (Londres, 1755) de Richard Burn. Publié en 18 livraisons mensuelles. Le juge à paix eut 205 souscripteurs à Montréal, à Québec et à Trois-Rivières12. Mesplet a aussi imprimé des œuvres de littérature française populaires en son temps et fait de grands tirages de livres de piété. Il semble être parvenu à écouler certains titres dans sa boutique ou par l’entremise de représentants comme William Brown, à Québec, mais d’autres ne sont jamais sortis de son fonds. Ils plombent l’inventaire dressé en 1785, lors de la saisie de ses biens pour dettes, et celui de 1794, établi après sa mort13. Mesplet laissait du matériel de reliure et des fontes fraîchement importées d’Europe, mais sa presse était aux mains du shérif de Montréal depuis près de 10 ans.

  • 14 Tremaine, p. 653-656.

7La tempête politique qui pousse Fleury Mesplet de Philadelphie à Montréal chasse aussi une deuxième génération d’imprimeurs, les loyalistes, des États-Unis fraîchement émancipés vers la Nouvelle-Écosse. Entre autres, John Howe, un Bostonnais dont le cercle de connaissances recoupe celui de Bartholomew Green et John Bushell. Arrivé à Halifax en 1780, il lance le Halifax Journal en fin d’année. Sa production est mince jusqu’à ce qu’il remplace Henry comme imprimeur du roi, en 1801 : moins de 40 imprimés, pour l’essentiel des almanachs, des textes religieux, notamment des sermons, et le mensuel Nova-Scotia Magazine (1789-1792)14. En 1786, son beau-frère et ex-apprenti, William Minns, lance son propre journal, le Weekly Chronicle. Les deux fils aînés de Howe, John et David, deviennent imprimeurs ; John père et fils s’associent en 1804. Les Howe et leurs partenaires établissent alors sur Halifax une hégémonie qui durera jusqu’aux années 1840. Entre 1801 et 1810, ce clan a produit plus de 75 % des imprimés de Halifax qui subsistent ainsi que divers journaux.

  • 15 An Almanach, for the Year of Our Lord, 1806 (Halifax, 1805) : Fleming, Atl., NS34.
  • 16 Fleming, Atl., NS41.

8Halifax possède une autre imprimerie à l’époque : celle de la rue Sackville que la veuve de Henry a cédée à MM. Gay et Merlin un mois après le décès de son mari, en 1800. Le nom de Merlin apparaît une seule fois dans sa production conservée, mais Archibald Gay a imprimé un journal, plusieurs ouvrages religieux et quatre almanachs avant sa mort, en avril 1805. Restée veuve avec quatre jeunes enfants, Elizabeth Gay prend la relève et fait paraître sous sa propre marque un almanach pour 180615 et, en février 1806, le premier numéro du Nova-Scotia and New-Brunswick Magazine16. Elle publie la Nova-Scotia Gazette jusqu’à l’été, mais dès l’automne, l’atelier est à vendre. Il appartient un temps à James Bagnall, qui le revend à John Howe fils en 1810, avec les fontes et le matériel de Henry. Trois ans après, le nom de Henry refait surface dans la presse de Halifax : son filleul, Anthony Henry Holland, est rentré du Maine, où il publiait un journal, pour fonder l’Acadian Recorder. Moins conservateur que les trois journaux des Howe, le Recorder publie les lettres d’« Agricola » (John Young) sur la réforme agricole entre 1818 et 1821 et, dans la foulée, les missives satiriques de Stepsure par Thomas McCulloch. Entre-temps, Holland s’est lancé dans la fabrication du papier, une première à l’est de Québec.

  • 17 Tremaine, p. 612-617 ; également ECP, no 426A.
  • 18 J. N. Green, « English Books and Printing », p. 294.
  • 19 Tremaine, p. 597.

9Si John Howe a eu une influence prépondérante — que son dernier fils Joseph perpétuera en devenant imprimeur, en 1827 —, il n’est pas le seul imprimeur loyaliste à s’installer en Nouvelle-Écosse après la Révolution. En 1783, les frères James et Alexander Robertson se réfugient à Shelburne, sur la côte sud. Originaires d’Édimbourg, ils ont travaillé à Boston, à New York, à Albany et ailleurs ; l’histoire de James Robertson est racontée plus loin dans le présent chapitre par Warren McDougall. Le fils d’Alexander, James, les rejoint peu après et fonde avec deux New-Yorkais, Thomas et James Swords17, l’un des trois journaux publiés dans cette ville loyaliste au milieu des années 1780. Accusé de trahison à Philadelphie, James Humphreys s’enfuit à Shelburne en 1784. Il y vivra plus longtemps que tout autre imprimeur réfugié là-bas, reprenant en 1797 seulement le chemin de Philadelphie où il devient libraire18. William Lewis, un ancien apprenti des Robertson incarcéré avec Alexander à Albany, se présente en 1783 devant la « loyale colonie de Sa Majesté sur la rivière Saint-Jean, en Nouvelle-Écosse19 », à la tête d’une milice dont fait partie son associé John Ryan, qui a appris le métier de John Howe à Newport, dans le Rhode Island.

  • 20 On trouve aussi les graphies « Sauer » et « Saur ».
  • 21 The British American Almanack (Saint-Jean, 1791) : Tremaine/ECP, no 688.

10En 1784, une partition de la colonie néo-écossaise donne naissance au Nouveau-Brunswick. Un an après, Saint-Jean devient une municipalité. Lewis et Ryan y impriment déjà un journal et les proclamations du premier gouverneur. Pourtant, les charges d’imprimeur du roi et de maître de poste vont à Christopher Sower III20, un loyaliste considéré comme un traître tory à Philadelphie, qui est issu d’un clan d’imprimeurs-fondeurs de caractères établi à Germantown, en Pennsylvanie. Peu après l’ouverture de l’atelier concurrent, Lewis quitte Saint-Jean. Ryan s’accroche. Il collaborera avec Sower à un très bel almanach pour 179221. Fidèles au modèle établi, les deux imprimeurs produisent des almanachs et des livres de piété, exécutent sur commande des annonces publiques et des formulaires administratifs, des procurations, par exemple. La Royal Gazette de Sower revêt le formalisme d’un journal officiel. Ryan offre aux lecteurs de sa Saint John Gazette plus de nouvelles et de publicité, mais ses démêlés avec la justice ont tempéré ses ardeurs politiques : il a été arrêté à plusieurs reprises et, même, poursuivi en diffamation peu après son arrivée à Saint-Jean avec Lewis. Pendant des années, il imprime les textes de loi et les journaux de la chambre d’Assemblée, contrat qui aurait dû revenir à Sower. Quand ce dernier renonce à ses charges, en 1799, Ryan obtient celle d’imprimeur du roi. Il vendra la Saint John Gazette à son beau-frère Jacob S. Mott, fils d’un autre imprimeur loyaliste. Ce réseau d’imprimeurs loyalistes liés par le sang, le mariage ou l’apprentissage se perpétuera au Nouveau-Brunswick grâce à deux apprentis de Mott ; Henry Chubb à Saint-Jean et son beau-frère George Lugrin, qui installera la première presse à Fredericton, la capitale provinciale, en 1815.

  • 22 St. John, Island of, Laws, statutes, etc., Acts (Charlotte-town, 1789) : Tremaine, no 619.
  • 23 « Prince Edward Island Calendar » (Fleming, Atl., p. 160).

11Ce sont encore des émigrés loyalistes qui fondent les premières imprimeries des capitales de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve. James Robertson et John Ryan quittent respectivement Shelbume pour Charlottetown et Saint-Jean pour St. John’s. Arrivé en 1787, sur invitation du gouverneur de l’île Saint-Jean (qui deviendra l’Île-du-Prince-Édouard après 1799), Robertson tient à peine deux ans, le temps de fonder une troisième Royal American Gazette, après celles de New York et de Shelbume, d’imprimer les journaux de la chambre d’Assemblée et de publier dans un gros in-quarto les lois adoptées entre 1769 et 178822. À son départ, l’imprimerie passe aux mains de son adjoint, William Alexander Rind, fils d’un imprimeur de Virginie. Ce transfert sonne le glas de la Gazette. À en juger par les imprimés dont nous disposons, Rind a dû vivre exclusivement des commandes gouvernementales. En 1798, il regagne la Virginie, et l’île se retrouve sans imprimeur. Son beau-frère James Bagnall, fils de loyalistes passés de Shelbume à Charlottetown, l’accompagne en qualité d’apprenti. Rentré au bercail en 1804, Bagnall obtient la charge d’imprimeur du roi, mais en vit assez mal, faute d’appuis politiques, et dessert son intérêt en siégeant parmi les réformistes à l’Assemblée. En 1830, il est démis de ses fonctions. Entre 1805 et 1828, il a fondé, puis fermé six journaux : cinq à Charlottetown et un à Halifax, où il travaille en 1809-1810. Presque tous les imprimés que nous avons de son atelier de Charlottetown sont des textes officiels, mais il semble bien qu’il ait publié un almanach pour 181523. Lui succède un neveu, ex-apprenti et alors parfois concurrent : James Douglas Haszard, fils d’un autre loyaliste établi à Charlottetown. Le nouvel imprimeur du roi est un homme d’affaires capable de rentabiliser un journal et une librairie. Outre les textes officiels, sa production comprend des almanachs et des manuels scolaires, deux créneaux qui seront repris par son fils et son petit-fils. Son imprimerie restera une affaire de famille jusqu’à la fin du siècle.

  • 24 P. O’Flaherty, « Ryan, John », DBC VII.
  • 25 Benevolent Irish Society (St. John’s), Report (1807), Rides and Constitution (1807), Appendix (180 (...)

12John Ryan, le premier imprimeur de Terre-Neuve, est bien établi à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, lorsqu’il s’embarque pour la colonie insulaire, en 1806, avec au moins un de ses fils imprimeurs. Il laisse son journal à un ex-apprenti devenu son associé. Après avoir déposé une caution et accepté de soumettre le contenu de chaque numéro aux magistrats, comme l’exige le gouverneur, Ryan et son fils Michael publient le premier numéro de la Royal Gazette and Newfoundland Advertiser à St. John’s en août 1807. Trois ans plus tard, Michael, qui travaille à présent sous son nom, demande l’autorisation de créer un deuxième journal : le gouverneur refuse, récidive en 1813. Cette entrave à la liberté de presse disparaît un an plus tard, les procureurs londoniens de la Couronne ayant estimé que le gouverneur d’une colonie n’est pas habilité à interdire l’ouverture d’une imprimerie ou la création d’un journal24. Un autre fils de John Ryan, Lewis Kelly, fonde le premier journal réformiste de la ville en 1818. La même année, Henry David Winton débarque à St. John’s. En 1820, cet émigré londonien lance le quatrième périodique de la ville, le controversé Public Ledger and Newfoundland General Advertiser. Pendant toutes ces années, John Ryan continue à publier sa Royal Gazette et à exécuter les commandes gouvernementales. La charge de travail de l’imprimeur officiel est alors beaucoup moins lourde à Terre-Neuve que dans les autres colonies d’Amérique du Nord britannique ; elle ne deviendra comparable qu’après 1832, une fois l’île dotée d’un gouvernement responsable avec Assemblée élue et Conseil nommé. Des imprimés de John Ryan subsistent, notamment quatre rapports de sociétés de bienfaisance qui constituèrent ses premiers travaux de ville à St. John’s25 et sept sermons échelonnés de 1818 à 1832. Le dernier, A Warning to Ice-Hunters : A Sermon on the Profanation of the Sabbath, paraît l’année où Ryan prend sa retraite, un demi-siècle après son arrivée dans les colonies britanniques comme émigré loyaliste. Ses trois fils imprimeurs étant morts, il a pris comme associé John Collier Withers.

  • 26 Upper Canada, Lieutenant-Governor, 1791-1799 (Simcoe), A Proclamation (Québec, 1792) : Tremaine/EC (...)
  • 27 Upper Canada, Lieutenant-Governor, 1791-1799 (Simcoe), Speech (Newark, 1793) : Tremaine, no 863.

13L’Acte constitutionnel de 1791 a scindé le territoire québécois en deux provinces, le Haut-Canada et le Bas-Canada, afin que les loyalistes installés à l’ouest de Montréal et le long du lac Ontario puissent vivre sous le régime des lois civiles britanniques plutôt que françaises. Ce n’est pourtant pas un loyaliste qui fonde la première imprimerie de la nouvelle province. Fin 1791, son premier lieutenant-gouverneur arrive à Québec : John Graves Simcoe a commandé un régiment loyaliste durant la guerre d’indépendance. Sa première proclamation est imprimée à Québec par Samuel Neilson en tirages de 1 000 exemplaires anglais et 300 français26. Lorsqu’il prononce le serment d’office à Kingston, l’année suivante, Simcoe fait une autre série de proclamations qui sont imprimées par Fleury Mesplet à Montréal. C’est là que le gouverneur recrute le premier imprimeur haut-canadien : Louis Roy a 21 ans, il vient de Québec et a été formé par William Brown. Il s’installe à Newark (Niagara-on-the-Lake), lieu de la session initiale de la législature à l’automne 1792, se met à l’ouvrage et imprime en janvier 1793 le discours de Simcoe inaugurant ce premier Parlement27. Avril venu, sa production comprend un journal, la Upper Canada Gazette, or American Oracle, et des formulaires administratifs : permis d’exploitation de débit de boissons, élégants certificats de localisation à bordure ornée. Dès l’automne 1794, Roy est de retour au Bas-Canada. Moins d’un an plus tard, il lance avec son frère une Gazette de Montréal/Montreal Gazette qui fait concurrence au journal du même nom repris par Edward Edwards après la mort de Mesplet. La Gazette des Roy disparaît en 1797, et Louis part pour New York, où il meurt en 1799.

  • 28 R. Cockrel, Thoughts on the Education of Youth (Newark, 1795) : Tremaine, no 929.

14Ses successeurs dans le Haut-Canada ont comme lui des mandats brefs, mais bien remplis. Gideon Tiffany, second imprimeur du roi, travaille avec son frère aîné Silvester, formé comme lui dans l’est de l’État de New York. Jusqu’à ce qu’il soit démis de ses fonctions, durant l’été 1797, à cause d’une accusation de blasphème sanctionnée d’une amende et, peut-être, d’un séjour en prison, il produit des textes de loi, des discours, des proclamations en anglais et en français, ainsi que les formulaires nécessaires à une colonisation ordonnée : certificats d’arpentage, de localisation, de concession, ces derniers sur parchemin. Il envisageait d’imprimer un almanach pour 1797, mais le projet n’aboutit pas, si bien qu’un seul texte non officiel figure parmi les plus de trois douzaines sortis de sa presse : Thoughts on the Education of Youth, d’un enseignant de la région28. Le gouvernement, qui soupçonnait les Tiffany de sympathies républicaines, leur substitue le fils d’un loyaliste. Titus Geer Simons recrute ses prédécesseurs comme compagnons, puis s’associe avec William Waters. En septembre 1798, les deux hommes déménagent leur imprimerie à York (Toronto), la nouvelle capitale provinciale. Ils y approvisionnent le gouvernement en formulaires administratifs, élargissant la gamme aux certificats de mariage et aux serments d’allégeance requis des protestants, quakers et catholiques romains. En 1800, ils impriment les premières affiches électorales de la province.

15L’année suivante, ils sont remplacés par John Bennett, un contremaître de l’imprimerie Neilson de Québec qui a pris la relève des frères Roy à Montréal. Des almanachs s’ajoutent alors aux numéros de la Upper Canada Gazette et aux textes officiels en anglais, en français et en allemand. Le nouvel imprimeur du roi élargit sa clientèle, travaille pour l’Agricultural and Commercial Society, pour une congrégation protestante réformée d’Ernestown (Bath), pour des citoyens engagés dans le débat public. Bennett quitte York en 1807, en bisbille financière avec les autorités. Jusqu’à la fondation de la première imprimerie indépendante de la ville par John Carey, en 1820, ses successeurs y exerceront un monopole que seule l’invasion de York, en 1813, pourra entamer. Les troupes américaines ayant détruit sa presse, le gouvernement devra en effet recourir pendant près d’un an à celle de Kingston où officiait depuis 1810 Stephen Miles, un émigré du Vermont qui avait fait son apprentissage à Montréal, chez Nahum Mower.

  • 29 B. Peel, Rossville Mission Press, p. 9.

16Au cours des trois décennies suivantes, des imprimeries s’ouvriront dans beaucoup d’autres villes d’Amérique du Nord britannique et, même, dans le territoire de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Fin 1840, James Evans fonde la Rossville Mission Press, près de Norway House, au nord du lac Winnipeg. Utilisant des caractères et de l’encre de sa fabrication, il imprime sur une presse de fortune son syllabaire cri et trois hymnes. Le premier imprimeur de l’Ouest note ensuite fièrement : « Mes caractères répondent bien29. »

ÉTUDE DE CAS. James Robertson

— Warren McDougall

  • 30 Principales sources sur les frères Robertson : NSARM, MG 100, vol. 214, no 23 ; NAS, CS96/4286, «  (...)
  • 31 Tremaine, p. 614-617.
  • 32 Les travaux d’imprimerie de Robertson à Shelburne et Charlottetown figurent dans Tremaine et ECP.

17Fils d’un imprimeur d’Édimbourg, James et Alexander Robertson ont une longue expérience de la publication d’une gazette, acquise dans les Treize Colonies, quand ils se réfugient au nouveau poste loyaliste néo-écossais de Port Roseway (anciennement port Razoir, aujourd’hui Shelburne), en mai 178330. James décide de s’y installer, ouvre une imprimerie, un foyer de travailleurs et un magasin et devient juge de paix. L’entreprise des frères Robertson s’insère dans le tissu socioéconomique d’une ville-champignon qui comptera bientôt 10 000 âmes. Elle contribue à structurer l’ordre social par ses deux journaux — la Royal American Gazette et le Port-Roseway Gazetteer, and the Shelburne Advertiser31 publiés par le fils d’Alexander, prénommé James comme son oncle, et par Thomas et James Swords — comme par ses feuilles volantes, affiches et brochures32.

18Incapable de vivre du seul revenu de son imprimerie, James s’associe à un ancien commis, William Rigby, pour faire du commerce. Fin 1783, il se rend à Londres pour tenter de se faire rembourser les pertes subies durant la Révolution américaine. Il réclame 650 £, mais n’obtiendra que les 350 £ réglementaires. Quand il rentre à Shelburne, en septembre 1784, ses spéculations sur le bois ont mal tourné, Alexander est mort, un apprenti malhonnête a pillé la caisse, et les deux hommes avec lesquels son frère et lui avaient lancé la Royal American Gazette à New York, Nathaniel Mills et John Hicks, lui réclament un trop-perçu de 635 £. Ses biens et ceux de Rigby sont saisis par le shérif. Robertson perd plus de 900 acres de terre et une maison qui lui avait coûté plus de 1 000 £.

  • 33 Tremaine, p. 646-647.
  • 34 PRO, CO 226/12, p. 377-379, Gov. Fanning à Lord Sydney, 6 décembre 1788 ; p. 420, Lord Grenville à (...)

19En mai 1786, il recommence toutefois à publier la Royal American Gazette (l’impression avait été suspendue en août 1785). Elle paraîtra jusqu’au déménagement de sa presse à Charlottetown, durant l’été 1787. Le premier imprimeur de l’île Saint-Jean (future Île-du-Prince-Édouard) assume à nouveau des fonctions administratives : maître de poste, shérif, marshal de l’Amirauté. Il relance, le 15 septembre 1787, son journal rebaptisé Royal American Gazette and Weekly Intelligencer33 obtient du gouvernement des contrats d’impression à hauteur de 60 £ par an plus ses frais, mais n’arrive toujours pas à vivre de son métier. Malgré l’appui du lieutenant-gouverneur Edmund Fanning, du Conseil et de l’Assemblée, le gouvernement impérial refuse de lui verser un salaire34.

  • 35 G. Palmer, Bihliography of Loyalist Source Material in the United States, Canada and Great Britain (...)

20En juin 1789, Robertson part pour Québec ; il ne reviendra pas. William Alexander Rind, son adjoint, exécutera les commandes gouvernementales sous sa marque jusqu’à la fin de 1790, mais les émoluments consentis à Robertson ne seront plus versés. À Québec, Robertson tente en vain de se faire dédommager des pertes que son loyalisme lui avait occasionnées. Il ne réussit pas davantage à se faire nommer imprimeur du roi35 et finit par ouvrir une imprimerie-librairie en 1790... à Édimbourg. La boucle était bouclée.

Les entreprises d’imprimerie

JOHN HARE ET JEAN-PIERRE WALLOT

21En général, une entreprise d’édition, d’imprimerie ou de librairie ne peut survivre que si elle remplit un certain nombre de conditions. Elle doit être en mesure d’obtenir du capital ou du crédit, tout en disposant d’équipement adéquat ainsi que de main-d’œuvre qualifiée. Elle est obligée de s’assurer au préalable de l’existence de besoins en matière d’imprimés, d’un public lecteur et de rédacteurs-créateurs, Idéalement, elle dispose du patronage du gouvernement ou de corps constitués (les Églises, les partis politiques), Son activité doit être diversifiée et toucher à la fois le journal, l’imprimerie, le papier, l’encre, les petits articles de bureau, la reliure. En Amérique du Nord britannique, de telles entreprises font face à des difficultés supplémentaires. Les populations sont peu nombreuses et dispersées, souvent peu fortunées et illettrées ; en plus, elles sont aux prises avec un climat rigoureux. Ces pionniers de l’Amérique sont surtout préoccupés des questions pratiques liées à leur survie. Ils s’intéressent à l’agriculture, un peu aux nouvelles européennes qui les touchent et, avec le temps, à la politique, mais très peu à la littérature de création. À cette époque, il n’y a pas encore de villes importantes, les métiers et l’industrie, avant 1820, sont peu développés et l’organisation scolaire est déficiente. Les communications, difficiles et peu développées avant la fin de la guerre de 1812, rendent plus complexe encore la circulation de l’imprimé. Les frais de poste demeurent élevés et le problème du droit d’auteur ne sera abordé qu’après 1830. À cela s’ajoutent des conflits ethniques, linguistiques et religieux. La métropole, quant à elle, considère le commerce « intellectuel » colonial comme tout autre commerce ; elle importe les matières premières des colonies et y exporte des livres, des revues et de l’équipement d’imprimerie, taxés comme les autres produits finis.

22À la fin des guerres napoléoniennes, en 1815, une vingtaine d’imprimeries desservent le territoire s’étendant de St. John’s (Terre-Neuve) à la frontière du Niagara où s’éparpillent les quelques centaines de milliers de coloniaux. Les imprimeurs-journalistes-éditeurs agissent souvent comme agents-libraires de livres et revues d’Europe et des États-Unis. Ils peuvent les distribuer encore plus facilement lorsqu’ils sont parfois responsables des bureaux de poste. La plupart de ces entreprises survivent grâce au commerce d’articles de bureau ; elles offrent des publications officielles et des imprimés gouvernementaux, des manuels scolaires, sermons, hymnes et œuvres religieuses, souvent même commandées par les Églises, des traités juridiques, des ouvrages pratiques et des travaux de ville. Leur revenu est surtout assuré par la publicité dans leurs journaux. Quant aux œuvres littéraires locales, elles sont rares, le public lecteur préférant les publications importées et à bon marché.

  • 36 Louis-Généreux Labadie utilise La Gazette de Québec/Quebec Gazette en classe à la fin du XVIIIe si (...)

23Les tirages des journaux augmentent avec le temps, mais demeurent modestes. La Gazette de Québec/Quebec Gazette ne compte pas 1000 abonnés avant 1812. Le Colonial Advocate (York) de William Lyon Mackenzie et le Upper Canada Herald (Kingston) ne dépassent pas 400 abonnements chacun vers 1824. Mais le Christian Guardian (York) d’Egerton Ryerson se hisse à plus de 1 000 abonnés (surtout des méthodistes) en 1830. L’abonnement à un journal est cher en Amérique du Nord britannique, plus de 1 £ par année vers 1810, encore plus par la suite. Toutefois, le même journal est lu par plusieurs lecteurs dans les maisons, les tavernes, les écoles et les cabinets de lecture ; ces lecteurs deviennent plus nombreux après 182036.

24Quelques bonnes bibliothèques, sources de revenus pour les libraires, sont disséminées à Montréal, Québec, York (Toronto), le canton de Ramsay, Thornhill, Pictou et Halifax dans les années 1820-1840, sans compter l’existence de sociétés littéraires et scientifiques, la plus célèbre étant la Société littéraire et historique de Québec, fondée en 1824. Les imprimeurs-libraires profitent aussi de cabinets de lecture et de bibliothèques de location (circulating librairies), telle celle de Cary, et de l’apparition d’instituts d’artisans (mechanics’ institutes), qui organisent des cours et des conférences.

Caractéristiques générales des entreprises

  • 37 Les pressiers et les typographes expérimentés sont très en demande, touchent des gages élevés, tra (...)
  • 38 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 145-146.
  • 39 En 1775, Brown publie quatre ouvrages juridiques de Cugnet pour le compte du gouvernement. Malgré (...)
  • 40 Samuel Neilson imprime 9 000 catéchismes en 1792 ; voir J.-P. Wallot, « Frontière ou fragment du s (...)

25Pour pouvoir s’implanter et survivre, les entreprises d’imprimerie, d’édition et de vente de livres ont besoin qu’une certaine tranche de la population soit alphabétisée. D’autres facteurs entrent également en ligne de compte : la répartition géographique, le niveau d’urbanisation, l’âge moyen et le niveau de développement de la colonisation. La clientèle est surtout constituée des élites de l’administration, des militaires, des métiers et des professions ainsi que du clergé. On constate la grande instabilité des entreprises de presse et d’édition, où les faillites et les abandons sont nombreux, la mobilité des imprimeurs-éditeurs-libraires37, la précarité et la courte durée d’un grand nombre de journaux et de revues. Beaucoup d’imprimeurs-éditeurs sont endettés, déménagent d’une ville à l’autre, d’une colonie à l’autre, immigrent des États-Unis ou y retournent, échangent la propriété de périodiques, concluent et annulent divers partenariats. À partir de 1820, cependant, le nombre d’imprimeurs, de relieurs et de graveurs au Bas-Canada triple en une décennie et monte encore par la suite, preuve d’une profession en voie de stabilisation38. Le patronage de l’État favorise le succès des entreprises, encore que l’État paie peu et en retard39. Ceux qui s’établissent dans l’une des colonies plus populeuses ont plus de chances de se bâtir une clientèle. L’appui d’une ou de plusieurs Églises, qui font imprimer des recueils divers à des centaines, voire à des milliers d’exemplaires, peut également être un facteur de succès40. Dans le Bas-Canada, le besoin de manuels scolaires, de traités sur les lois, de catéchismes catholiques et d’autres livres religieux ainsi que de diverses publications en français, impossibles à obtenir de France, stimule la production de livres assurés d’un financement souvent préalable et d’un marché solide. L’investissement demeure néanmoins nécessaire et les imprimeurs recourent à diverses pratiques importées de la métropole : souscriptions, annonces dans les journaux, partage des coûts ou publications à compte d’auteur.

  • 41 Voir C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 149-150.
  • 42 Voir ANQQ, Papiers Neilson, « Salaires des employés », P193/19.

26Outre le patronage de l’État et des Églises, les propriétaires ont plus de chances de réussir s’ils disposent de l’appui financier de parents, d’amis ou de firmes étrangères. Par exemple, Charles Berger prête 4 000 $ à Fleury Mesplet et Édouard-Raymond Fabre reçoit de son beau-frère, Hector Bossange, de Paris, un appui financier. William Lyon Mackenzie peut surnager grâce à des dons. À Québec, on voit John Neilson soutenir d’autres imprimeurs de la ville. Parmi les entreprises florissantes, on relève des familles qui persévèrent dans le même métier depuis plusieurs générations. C’est le cas de l’imprimerie Brown-Gilmore-Neilson, celui des familles Cary et Desbarats à Québec, des familles Cunnabell et Howe à Halifax et de Ryan à Terre-Neuve41, Dans certains cas, les épouses et les filles d’imprimeurs ont acquis une compétence professionnelle dans l’entreprise et parfois la font fonctionner après le décès du propriétaire, sans compter quelques femmes spécialisées en imprimerie, typographie, reliure, etc., qui touchent de bons salaires42.

27Dans toutes les colonies, l’imprimeur est souvent aussi éditeur, journaliste, libraire, relieur, fournisseur d’articles de bureau et parfois propriétaire d’une papeterie. Cependant, dans les années 1810-1840, de véritables librairies se multiplient, sans compter les encans et les ventes par des marchands généraux ou des colporteurs de livres et de brochures. Les imprimeurs agissent aussi comme agents d’autres imprimeurs-éditeurs américains et européens pour la vente de journaux, de livres et de périodiques. Ces activités diverses autour de l’entreprise d’imprimeur tendent à s’estomper en Europe et aux États-Unis, mais en milieu colonial, c’est encore le seul modèle économiquement viable. Ainsi, les propriétaires peuvent espérer combler un déficit dans un secteur grâce au profit réalisé dans un autre. Comme le précisent Yvan Lamonde et Andrea Rotundo au chapitre 6, le commerce de librairie sera le premier secteur au Canada à s’affranchir des entreprises d’imprimerie et de leur dépendance envers les gouvernements.

  • 43 La famille Neilson perd l’exclusivité des contrats gouvernementaux en 1823 à la suite de l’activit (...)

28L’engagement politique s’avère souvent risqué. L’imprimeur-éditeur a tout intérêt à appuyer le gouvernement et les élites en place43. À moins de disposer d’un commerce diversifié, de bénéficier d’un volume suffisant de publicité dans son journal et de la générosité d’amis ou d’un parti, il peut difficilement affronter les autorités et les divers family compacts qui dominent dans les colonies.

  • 44 « Requête de Mesplet au Congrès des États-Unis en date du 1er août 1783 », citée par R. W. McLachl (...)
  • 45 Au sujet de Mesplet, voir R. W. McLachlan, « Fleury Mesplet » ; au sujet de Neilson, voir son livr (...)

29Les imprimeurs utilisent une main-d’œuvre compétente, qu’il faut souvent former sur place ou encore importer. Le nombre d’employés varie dans le temps et selon l’importance des ateliers : par exemple, 3 personnes travaillent pour Mesplet à son arrivée44, 9 à 14 employés pour Neilson entre 1802 et 1814, de 15 à 18 chez Ludger Duvemay en 1837 et de 6 à 12 chez William Lyon Mackenzie45. Les hauts salaires qu’obtiennent les compagnons expliquent que ces derniers changent souvent d’emploi et que les propriétaires préfèrent engager plus d’apprentis, liés par contrat pour plusieurs années. Cette pression sur la main-d’œuvre en contexte de prospérité se traduit par des hausses significatives de salaire dans les années 1790-1815. Très informés, les travailleurs-imprimeurs sont parmi les premiers à se syndiquer en Amérique du Nord, d’abord sous la forme de sociétés d’aide mutuelle à Québec (1827), à York (1832), à Hamilton (1833), à Montréal (1833) et à Halifax (1837).

  • 46 J. Hare et J.-P. Wallot, « Les imprimés au Québec, 1760-1820 », p. 80-81. Il ne faut pas oublier n (...)
  • 47 Ainsi, Neilson imprime le Journal de la Chambre d’Assemblée entre le 31 janvier et le 7 août 1801  (...)

30Pendant longtemps, le gros de la production coloniale (sans compter les journaux) se réduit à des publications de quelques pages, avec une croissance régulière du nombre d’imprimés et de leur taille. Ainsi, au Québec, entre 1764 et 1774, le nombre de livres et de brochures produits oscille autour d’une moyenne de 4 par année, dont 66 % comptent moins de 4 pages. Entre 1775 et 1786, ces chiffres grimpent à 12 par année, 61 % ayant moins de 4 pages ; de 1787 à 1809, la moyenne atteint 21 par année, dont 43 % de moins de 4 pages ; enfin, de 1810 à 1820, le nombre d’imprimés bondit à 48 par année, dont 42 % demeurent en deçà de 4 pages46. Outre les facteurs déjà mentionnés pour expliquer le peu de publications importantes, il faut ajouter que les ateliers ne disposent généralement pas d’un nombre assez grand de caractères pour qu’on y imprime rapidement des œuvres peu susceptibles de rapporter des profits, alors qu’ils sont débordés par les commandes régulières. Au surplus, ils ne disposent généralement pas d’avances pour remplir les commandes, d’où l’étalement de la production de certaines publications sur une longue période en reportant le travail vers les périodes moins actives47.

Quelques cas types

  • 48 M. M. Beck, « Howe, John », DBC VI, et « Howe, Joseph », DBC X.

31Il est impossible de passer en revue un échantillon représentatif de tous les imprimeurs et de toutes les imprimeries en Amérique du Nord britannique. Quelques cas suffiront à illustrer leur implantation. Après plusieurs déplacements aux États-Unis de 1776 à 1779, le loyaliste John Howe (1754-1835) s’établit à Halifax et commence à publier le Halifax Journal le 28 décembre 1780. Il produit bientôt d’autres imprimés : des brochures, des sermons et des almanachs. Il s’efforce de relever la vie intellectuelle en Nouvelle-Écosse en publiant le mensuel Nova-Scotia Magazine and Comprehensive Review of Literature, Politics, and News. En 1801, il devient imprimeur du roi et, à ce titre, éditeur de la Nova-Scotia Royal Gazette, poste qui lui rapporte 140 £ par année jusqu’en 1809, puis 175 £ sans compter des honoraires plus modestes à titre de maître général des postes adjoint pour la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard (à compter de 1803), honoraires inférieurs à la compensation qu’il verse à l’ancien titulaire, d’où son endettement chronique. Sa famille domine l’édition en Nouvelle-Écosse : lui-même contrôle deux journaux et son beau-frère, William Minns, le Weekly Chronicle. En 1818, Howe abandonne ses deux postes à son fils John et se retire pour se consacrer à diverses œuvres philanthropiques. Son fils Joseph (1804-1873), dont l’admiration sans borne pour son père durera toute sa vie, prend la relève de George Renny Young au Novascotian, en décembre 1827, et en fait le journal le plus influent de la colonie. Il s’implique dans le mouvement du « réveil intellectuel » qui souffle sur la Nouvelle-Écosse, rédige de nombreuses chroniques sur les débats à l’Assemblée ainsi que sur les affaires européennes et nord-américaines. Il décrit les particularités des diverses régions de la colonie, publie de ses poèmes ainsi que les écrits de quelques auteurs, dont Thomas Chandler Haliburton48.

  • 49 Voir S. Chassé, R. Girard-Wallot et J.-P. Wallot, « Neilson, John », DBC VII
  • 50 Ibid. En 1848, les seuls stocks de l’imprimerie et de la librairie Neilson s’élèvent à 2 717 £ 7 s (...)
  • 51 L’inventaire après décès de Neilson, dressé près de 20 ans après sa mort, dénombre encore 30 143 £ (...)

32Dans le Bas-Canada, John Neilson (1776-1848) remplace son frère Samuel, mort prématurément en 1793, à la tête de l’entreprise fondée par son oncle William Brown, associé à Thomas Gilmore. Imprimeur-éditeur et libraire, il est « le plus grand consommateur de papier en ce pays », de l’avis de son concurrent James Brown49. Il publie La Gazette de Québec/Quebec Gazette dont le nombre d’abonnés à travers la colonie atteint et dépasse le nombre de 1 000 entre 1810 et 1820 ; la moitié des abonnés sont des francophones. En plus des travaux de ville, il publie de nombreux livres religieux et scolaires, brochures ainsi que quelques œuvres plus littéraires qui sont publiées à compte d’auteur ou par souscription. En 1800, il acquiert secrètement la part principale des affaires de son principal concurrent de Québec, Pierre-Édouard Desbarats. On le voit multiplier les démarches pour améliorer son équipement d’imprimeur et la qualité de ses apprentis50. Ses initiatives en matière de journaux littéraires et divertissants, comme Le Magasin de Quebec/Quebec Magazine, fondé par son frère Samuel en 1792, et The British-American Register, en 1803, échouent à cause du trop petit nombre d’abonnés et des coûts élevés de production. Dans sa librairie, la principale des deux Canadas jusque dans les années 1810-1820, il vend toutes sortes d’articles de bureau, de papiers, de cahiers, de livres — notamment ceux du Siècle des lumières et de plusieurs auteurs américains —, en plus de relier des volumes pour ses clients. Il alimente les principales bibliothèques publiques, y compris celle de l’Assemblée, et d’autres imprimeurs-libraires des deux Canadas en matériel et en livres directement importés de Grande-Bretagne (surtout Londres) et des États-Unis (Boston, New York, Schenectady, Albany, Philadelphie) ou encore obtenus lors d’encans. Comme Howe, il se lance en politique en 1818 et cède son commerce à son fils Samuel (pour les deux tiers) et à un associé, William Cowan (pour un tiers). Si l’on tient compte de son oncle Brown et de son frère Samuel, John Neilson appartient à une des plus longues dynasties de l’imprimerie et du commerce du livre, puisque ses fils Samuel et William lui succéderont51.

  • 52 J.-M. Lebel, « Duvemay, Ludger », DBC VIII.

33Le cas de Ludger Duvernay (1799-1852) est différent. Il débute son apprentissage en 1813 au journal de Charles-Bernard Pasteur, Le Spectateur de Montréal. Avec l’aide de Denis-Benjamin Viger, il ouvre sa propre imprimerie à Trois-Rivières en 1817 et il lance le premier journal publié hors de Québec ou de Montréal, La Gazette des Trois-Rivières (1817-1821), puis un mensuel, L’Ami de la religion et du roi (1820), et l’hebdomadaire Le Constitutionnel (1823-1824), journaux politiques et littéraires. Bien qu’il imprime quelques livres et brochures, l’entreprise ne mène nulle part, en raison de l’étroitesse du marché. Duvernay revient à Montréal en 1826 où il publie le Canadian Spectator et La Minerve (environ 1 300 abonnés en 1832, par rapport à 240 en 1827 — voir illustration 4.2). En 1829, il acquiert l’imprimerie de James Lane, située en plein cœur du milieu des affaires, et y installe une nouvelle presse en métal, la Smith’s Imperial, achetée à New York, réservant l’usage de ses anciennes presses à la production des livres et des brochures. De 1829 à 1837, Duvemay domine l’édition à Montréal avec une trentaine de livres et de brochures, notamment des manuels scolaires, des ouvrages de dévotion, des pamphlets politiques, des almanachs, les discours de Papineau, des œuvres littéraires (les poèmes de Michel Bibaud), un volumineux Traité sur les lois civiles du Bas-Canada en trois volumes (1832-1833), et, en 1836, une œuvre controversée sur le plan religieux et politique, les Paroles d’un croyant de Félicité-Robert de La Mennais, imprimée en contrefaçon. En 1837, il emploie une quinzaine d’employés. Son engagement politique en faveur du Parti patriote lui vaut des poursuites et plusieurs incarcérations. Élu député à l’été 1837, il participe aux Rébellions et doit fuir aux États-Unis. À la demande de Louis-Hippolyte La Fontaine, Duvemay revient à Montréal en 1842, fait renaître La Minerve et crée l’Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal (la fête patriotique, elle, remonte à 1834). Son journal, le premier grand journal de langue française au Canada, lui survit près d’un demi-siècle52.

4.2 Jean-Baptiste Roy-Audy, Portrait de Ludger Duvernay (1832). Avec l’aimable autorisation de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

  • 53 F. H. Armstrong et R. J. Stagg, « Mackenzie, William Lyon », DBC IX ; Fleming, UC, nos 479, 531 et (...)

34Arrivé au Haut-Canada en 1820, l’Écossais William Lyon Mackenzie (1795-1861) s’établit à York (Toronto). Après diverses péripéties, des déménagements et des échecs en affaires, il engage un imprimeur et lance le Colonial Advocate à Queenston en 1824. Son journal, devenu l’Advocate en 1833-1834, est un journal très engagé politiquement. Installé à York, il multiplie les attaques contre les tories les plus en vue. En 1826, ses adversaires saccagent son imprimerie. Il obtient 625 £ en dédommagements, ce qui lui permet d’éviter la faillite, de rembourser ses créanciers les plus pressants et de relancer ses affaires. Il ferraille aussi avec l’Église anglicane et défend les droits des immigrants américains. Élu député, il s’impose dès sa première session en 1829 au sein de différents comités. La même année, son voyage aux États-Unis conforte son admiration pour les institutions américaines. On connaît la suite : ses nombreux combats en politique coloniale, son républicanisme, ses expulsions à répétition de l’Assemblée, son élection à la mairie de Toronto en 1834, sa défaite électorale de 1836 et le lancement de son journal Constitution (1836-1837) qui parle de résistance armée à l’oppression métropolitaine. Au moment de la Rébellion, en décembre 1837, il s’enfuit et s’exile aux États-Unis où il s’épuise en vains combats. Jusqu’en 1837, Mackenzie a produit 95 imprimés, 48 sous son nom et 47 sous celui de son journal, Colonial Advocate — il est l’auteur de 24 d’entre eux. Son plus grand succès d’éditeur et de libraire est sans doute « Poor Richard », or the Yorkshire Almanack, suivi de l’almanach « Patrick Swift », dont il écoule 30 000 à 40 000 exemplaires en 1829,1830 et 183153.

35Le développement des imprimeries et de l’édition en Amérique du Nord britannique est truffé de faux départs, de difficultés financières fréquentes, de partisanerie flagrante et de quelques succès notables, au sein d’un paysage intellectuel pauvre et terre-à-terre. Mais il faut tenir compte du contexte de l’époque, de la colonisation, de la faible population, de l’apparition assez lente des centres urbains ainsi que des communications difficiles et irrégulières ou encore des bouleversements personnels qu’éprouvent ces vagues d’immigrants qui viennent s’implanter dans l’une ou l’autre des colonies. Les nouveaux arrivants doivent repartir à neuf et adapter le patrimoine métropolitain, Or, abstraction faite de son petit nombre, de sa dispersion et de son statut colonial, la population canadienne ne diffère en fin de compte pas tant de celle des États-Unis. Les colonies, au moins leurs élites, participent effectivement à l’évolution du monde occidental. Le départ est lent, mais l’accélération dans les premières décennies du XIXe siècle augure bien pour l’avenir.

La publication par souscription

MARY LU MACDONALD

  • 54 Tremaine, nos 77 et 146.

36Publier par souscription — inviter les acheteurs potentiels à payer d’avance le coût d’une édition en entier ou en partie — était une pratique courante en Europe pour les ouvrages ayant un marché restreint. La formule était taillée sur mesure pour l’Amérique du Nord britannique, immense territoire dont la population clairsemée vivait dans une économie pionnière, entre autres parce qu’elle met l’imprimeur et l’auteur à l’abri des déboires financiers. Tant en français qu’en anglais, dans toutes les colonies, beaucoup de titres ont donc fait l’objet d’un prospectus ou d’une annonce visant à recueillir des souscriptions avant leur parution. On en trouve dès 1766 dans La Gazette de Québec/Quebec Gazette, dès 1770 dans le Nova Scotia Chronicle54. Il s’en publiait encore à la fin du siècle suivant.

  • 55 L. Lacourcière, « Aubert de Gaspé fils [1814-1841] ».

37Faute de grands réseaux de distribution, ces appels dépassaient rarement leur région d’origine. Les quelques listes de souscription qui nous sont parvenues mentionnent surtout des résidents de localités où l’auteur ou l’imprimeur avaient des contacts personnels propres à stimuler la vente. En règle générale, les lecteurs potentiels étaient avertis de l’ouverture d’une liste — d’habitude, chez l’imprimeur et dans une boutique ou librairie — par une annonce dans le journal local, mais l’information empruntait aussi des voies privées : Philippe Aubert de Gaspé fils recruta un ami montréalais pour distribuer ses listes et trouver les souscriptions nécessaires à la publication du premier roman bas-canadien : L’influence d’un livre (Québec, 1837)55.

  • 56 Tremaine, nos 549 et 583.
  • 57 Prospectus sur Hamilton ; and Other Poems (Toronto, 1840), dans Hamilton Gazette, 13 janvier 1840  (...)

38La plupart des prospectus invoquent l’orgueil national ou l’édification morale pour inciter à la souscription. À partir de la fin du XVIIIe siècle, l’édition pour les milieux professionnels et techniques est reliée au développement de la société coloniale. En 1788, Fleury Mesplet présente la traduction du Justice of the Peace de Richard Burn comme un guide pour les francophones en voie de se tailler une place dans l’appareil judiciaire du Québec56. Vers la fin de la période, prospectus et commentaires de presse présentent le livre comme un outil de progrès social et moral et appellent à soutenir la littérature locale. William A. Stephens, auteur de Hamilton ; and Other Poems, n’est pas le seul à compter sur ceux qui « ont assez de patriotisme pour patronner les œuvres produites ici57 ».

  • 58 Fleming, UC, no 219.
  • 59 Quebec Gazette, 11 septembre 1839 ; Western Herald, 18 septembre 1839.
  • 60 Cobourg Star, 5 février 1834.

39Auteurs et imprimeurs multiplient les astuces promotionnelles. Beaucoup s’engagent à publier les noms des citoyens dévoués au bien public qui accepteront de souscrire. Un tel « tableau d’honneur » figure dans le premier roman publié dans le Haut-Canada, St, Ursula’s Convent, or The Nun of Canada (Kingston, 1824) de Julia Beckwith Hart58. Certains saluent les « honorables gentlemen » qui apportent leur appui anonyme à la publication à venir, d’autres vantent la qualité qu’auront son papier, sa typographie ou ses gravures. La renommée de John Richardson assure au prospectus de The Canadian Brothers ; or, The Prophecy Fulfilled (Montréal, 1840) une diffusion apparemment gratuite dans bon nombre de journaux, de la Quebec Gazette au Western Herald de Sandwich (Windsor), dans le Haut-Canada59. En éditorial, on souligne que Richardson est né au Canada et que les protagonistes de son roman sont sir Isaac Brock et Tecumseh ; pour mieux allécher le lecteur, on précise que le livre est la suite de Wacousta. Les considérations financières ne sont jamais absentes. Le prospectus sur The Spring of Life : A Didactic Poem (Montréal, 1834) de J. G. Ward recourt à un procédé classique : « Les éditeurs qui publient ce prospectus auront droit à un exemplaire60. » D’ordinaire, le prix de souscription est inférieur au prix de vente.

  • 61 W. Doyle, Universal P rayer (Halifax, 1770) : Tremaine, no 146.
  • 62 R. Jones, Remarques sur la maladie contagieuse de la Baie Saint Paul (Montréal, 1787) : Tremaine, (...)
  • 63 Bee (Pictou), 12 août 1834.

40Les données disponibles ne permettent pas d’estimer le nombre de souscriptions nécessaire pour rentabiliser une publication. En 1770, à Halifax, un livre de prières est publié : 12 souscripteurs s’en partagent 46 exemplaires61. Fleury Mesplet publie un ouvrage médical grâce à 33 souscriptions bonnes pour 126 exemplaires62. Pour Le juge à paix de Burn, sa liste, publiée dans la Gazette de Montréal/Montreal Gazette durant le printemps de 1789, va croître de semaine en semaine jusqu’à plus de 200 souscriptions. L’imprimeur néo-écossais James Dawson ne précise pas, dans ses annonces sur The Harmonicon (Pictou, 1838), le « nombre suffisant » qui lui permettrait d’imprimer ce livre de musique. Elles paraîtront de façon intermittente pendant sept ans dans les journaux des Maritimes avant que son projet ne se concrétise63. Adam Kidd se targue d’avoir recueilli 1 500 souscriptions pour The Huron Chief, and Other Poems (Montréal, 1830), Aubert de Gaspé fils écrit qu’il lui en faudrait 256, John Richardson déplore que The Canadian Brothers en ait attiré moins de 200. La liste incluse dans St. Ursula’s Convent compte 147 souscripteurs qui ont commandé 165 exemplaires en tout.

  • 64 Tremaine, no 476. « The Canadian Surveyor » avait fait l’objet d’un prospectus Tannée précédente ( (...)
  • 65 Gleaner, and Niagara Newspaper, 5 août 1819.
  • 66 Gazette (Montréal), 6 octobre 1828.
  • 67 L’annonce sur « The Legend » paraît dans le Canadian Courant (Montréal) du 10 février 1830. En ce (...)

41Les prospectus ne trouvaient pas toujours preneur. William Brown ne semble pas avoir publié Domestic Medicine de William Buchan comme prévu en 178664, Sont également tombés dans les limbes : un recueil de poésie qu’Adam Hood Burwell voulait publier sous le pseudonyme Erieus en 181965 ; « The Woman Hater » (1828) de John Howard Willis66 ; deux livres de William Fitz Hawley, « The Legend of Niagara » annoncé en 1830 et « History of Canada » sept ans plus tard, malgré quelques souscriptions recueillies par l’auteur67. Beaucoup d’ouvrages anonymes ne survivent que sous la forme d’un appel à l’appui du public. Pour l’historien du livre, ces prospectus sont une mine d’or, car ils exposent non seulement les rouages du commerce du livre, mais aussi les valeurs d’une société, dans des arguments qu’ils emploient pour persuader le public cultivé de souscrire.

Les métiers de l’imprimerie

CLAUDE GALARNEAU ET GILLES GALLICHAN

42Au XVIIIe siècle, les pionniers du livre et de l’imprimé arrivèrent sur la côte atlantique et dans la vallée du Saint-Laurent avec une formation déjà reçue aux États-Unis ou en Europe, selon une tradition solidement établie depuis trois siècles. En quelques décennies, les premiers imprimeurs mirent en place, avec peu de moyens et de modestes équipements, une production importante en anglais, en français et en d’autres langues, dont des idiomes amérindiens. Ils formèrent des apprentis qui assurèrent à leur tour le développement du métier et élaborèrent les bases de la presse locale.

43L’implantation du métier d’imprimeur et des autres métiers du livre et leur enracinement en terre canadienne suivent de près l’évolution démographique, les progrès des circuits économiques et l’implantation de structures politiques dans les colonies. À la fois artisans et hommes d’affaires, les imprimeurs et autres ouvriers du livre reproduisaient alors un savoir-faire hautement spécialisé, culturellement, socialement et économiquement nécessaire. Les premiers imprimeurs, venus des villes des colonies américaines, ont apporté avec eux des traditions typographiques d’Écosse, d’Angleterre, de France, d’Alsace et d’Allemagne, comme le montre Patricia Lockhart Fleming dans le présent chapitre. Les colonies atlantiques et les deux Canadas ont donc hérité en peu de temps d’un « savoir-imprimer » issu de plusieurs traditions européennes déjà adaptées aux besoins et au milieu nord-américains.

Québec, ville d’imprimeurs

44Avant 1840, Québec était une importante ville d’imprimeurs de même que le centre économique de l’Amérique du Nord britannique. Elle atteint son apogée durant les premières décennies du XIXe siècle, puis, les affaires et les activités commerciales se déplaçant graduellement vers l’ouest, les presses se multiplient davantage à Montréal et dans le Haut-Canada.

45Néanmoins, Québec demeurait, avant 1840, un lieu d’intenses activités dans le domaine du livre et de l’imprimé tant français qu’anglais. La ville était au confluent des vies culturelle et religieuse, un centre militaire, politique et administratif, L’arrivée en saison de nombreux navires en provenance d’Europe favorisait les communications et une forte circulation d’informations par l’imprimé. Le métier d’imprimeur s’y est donc bien implanté et les recherches permettent d’en brosser avec précision le développement sur une période de 75 ans.

  • 68 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 145.
  • 69 On ne possède les annuaires de Québec que pour les années 1790, 1791, 1792, 1822 et 1826 (DAUL, Fo (...)

46Il importe d’abord de faire une évaluation globale des hommes qui ont exercé un métier associé à l’imprimerie à Québec au cours de la période68. Les quelques annuaires de Québec qui nous sont parvenus69 permettent d’avancer le chiffre d’environ 150 ouvriers, patrons et artisans, comprenant les imprimeurs, compositeurs et pressiers, les relieurs, les graveurs et les autres artisans sans métier signalé qui ont œuvré à Québec entre 1764 et 1840. Le développement des métiers de l’imprimerie dans la capitale du Bas-Canada s’est fait par étapes. Un premier décollage se produit en 1790-1799 et un second en 1810-1819. Le premier bond se fait sentir après la guerre de l’Indépendance américaine, le second suit le changement de structure économique amené par les séquelles du blocus continental européen et par la fin de la guerre en 1815, qui déclenche une vague d’immigration, dont la ville de Québec reçoit une importante partie.

  • 70 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 144-148 ; M, Allodi et R. Tovell, (...)

47Les imprimeurs l’emportent sur les relieurs et les graveurs. Les annuaires donnent les noms de 47 travailleurs des imprimeries sans métier identifié ; il pourrait s’agir d’imprimeurs, de journaliers et peut-être de quelques journalistes. Ceux qui sont appelés imprimeurs sont, autant qu’on sache, typographes-pressiers ou patrons. En ce qui concerne le groupe linguistique, 71 sont francophones et 74 anglophones. Jusqu’en 1830, les artisans anglophones l’emportent, mais les francophones sont en majorité à partir de cette date. Les relieurs sont moins nombreux. En 1790, William Ritchie est inscrit au Directory for the City and Suburbs of Quebec. En 1822, ils sont quatre, dont trois Canadiens : Louis Hianveux, Louis Lemieux, Charles Lefrançois et Charles Lodge. Il existait cinq graveurs connus avant 1800 et huit avant 1840. David et James Smillie sont les plus connus. Les relieurs sont d’ailleurs souvent régleurs et doreurs70.

48Avant 1800, le nombre d’ateliers augmente lentement. Jusqu’en 1788, Québec n’abrite que l’atelier de Brown et Gilmore. Après la mort de ce dernier, en 1773, Brown travaille avec quelques assistants et son neveu, Samuel Neilson, arrivera en 1789. Le jeune frère de ce dernier, John, héritera de l’entreprise. Cinq autres imprimeurs sont actifs dans la capitale au cours de la décennie suivante.

  • 71 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 148-149. On peut consulter aux Arc (...)

49En 1810, il y a 3 imprimeries à Québec, 6 en 1822 et 12 avec 66 artisans en 1836. La plus grosse imprimerie est celle de la famille Neilson ; la New-Printing Office/Nouvelle Imprimerie, achetée par Pierre-Édouard Desbarats en 1798 et prise en main par son fils George-Paschal, qui s’allie en 1812 à l’imprimeur Thomas Cary fils, vient en seconde place. La résurrection du Canadien par J.-B. Fréchette et Étienne Parent en 1831 permet la création d’un bon atelier, doublé dès l’année suivante de la Librairie canadienne71.

Les femmes et les apprentis dans les ateliers d’imprimeurs

  • 72 C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-éditeurs (1794-1893) », p. 130.
  • 73 J.-M. Lebel, « Lefrançois, Charles », DBC VI.
  • 74 J.-P. de Lagrave, L’époque de Voltaire au Canada, p. 199.

50Les imprimeurs sont en général des hommes, mais il faut souligner que des femmes se trouvent parfois à la tête d’un atelier. À Québec, on connaît le cas de Marie-Josephte Voyer, épouse de Pierre-Édouard Desbarats, qui dirigea l’imprimerie à la mort de son mari en 1828 avant que son fils George-Paschal n’en prenne plus tard la direction72. D’autre part, à la mort de l’imprimeur et libraire Charles Lefrançois, à Québec en 1829, Louise Ledroit, son épouse, dut fermer l’imprimerie, mais poursuivit le commerce de librairie73. Il existe quelques autres exemples de femmes dirigeant des imprimeries, comme Elizabeth Gay à Halifax et Marie Mirabeau à Montréal, épouse de Fleury Mesplet, qui délaissa la publication de la gazette, mais assura, avec la permission du gouverneur Haldimand74, la suite des autres activités de l’imprimerie pendant la captivité de son époux à Québec, de 1779 à 1782.

  • 75 « À vendre », Gazette du commerce et littéraire, 28 avril 1779.
  • 76 En 1781, Marie Mirabeau travaillait avec Edward William Gray qui venait aussi de Philadelphie ; vo (...)
  • 77 J.-P. de Lagrave, L’époque de Voltaire au Canada, p. 199. Marie Mirabeau poursuivit aussi des trav (...)

51Si Marie Mirabeau continua le travail de son mari, c’est que Mesplet n’avait pas encore formé d’apprenti. Quelques semaines avant son arrestation, pressentant peut-être les événements, Mesplet avait tenté de vendre « argent comptant » ses deux presses à imprimer. Si l’acquéreur éventuel ne possédait pas « une connaissance suffisante de l’art d’imprimer », Mesplet offrait de l’aider de ses conseils en ce domaine « sans aucune rémunération75 ». L’offre du maître imprimeur de Montréal semblait bien précipitée, puisque l’apprentissage d’un imprimeur novice nécessitait plus que quelques conseils. Quoi qu’il en soit, la transaction ne se réalisa pas et la compagne de l’imprimeur fut sans doute parmi les rares personnes en mesure de remplir les commandes76 et de poursuivre l’édition de L’Almanach curieux et intéressant (1781-1782), d’un calendrier et d’un abécédaire en langue mohawk77. Les métiers de l’imprimerie exigeaient en effet une période d’initiation professionnelle régie par une pratique très ancienne de la transmission des savoirs artisanaux, qu’on appelait l’apprentissage ; celui-ci existait à l’époque dans tous les métiers et professions.

  • 78 J.-P. Hardy et D.-T. Ruddel, Les apprentis artisans à Québec 1660-1815, p. 99-113.
  • 79 J.-F. Caron, « Les apprentis à Québec de 1830 à 1849 », p. 71, 77,102-108.
  • 80 ECP, p. 420. William Brown engageait aussi à l’occasion des journaliers et possédait un esclave no (...)

52Dès les débuts de leur entreprise à Québec, Brown et Gilmore inaugurent ce mode de formation dans leur atelier, que les autres maîtres assureront, tels que Jean-Baptiste Fréchette à l’Imprimerie canadienne, lui-même ayant fait son apprentissage chez Neilson. L’âge de l’engagement, le plus souvent devant notaire, varie entre 12 et 19 ans. La durée du stage s’étend de 4 à 6 ans et celle des relieurs sur 5 à 7 ans. De 1790 à 1815, il y aurait eu 17 apprentis imprimeurs et 6 relieurs78. De 1830 à 1849, la durée de la formation est de 52 à 55 mois selon 25 contrats retrouvés79. La durée dépend de l’âge de l’apprenti à son entrée dans le métier. Plus on entre jeune, plus le stage est long. L’apprenti ouvrier fait un peu partie de la maisonnée, comme les domestiques. Dans les années 1780, William Brown inscrit dans ses comptes de dépenses, des vêtements, des chaussures et des soins médicaux pour son apprenti Sandy McDonell80.

  • 81 À York (Toronto), en 1826, William Lyon Mackenzie offre également 15 £ à ses apprentis. Voir P. L. (...)
  • 82 ANQQ, Papiers Neilson, « Salaire des employés », P193/19 ; J.-F. Caron, « Les apprentis à Québec d (...)

53Les clauses des contrats (voir illustration 4.3) sont semblables à celles des autres métiers, contrats pratiqués en Europe occidentale depuis le Moyen Âge. Les apprentis sont payés à raison de 15 à 25 £ par année chez Neilson et chez Desbarats et Cary81. La journée de travail est en général de 12 1/2 heures en été et de 11 heures en hiver, comme dans les autres métiers. Le taux d’alphabétisation des apprentis est excellent. Des 14 jeunes apprentis chez Neilson après 1802,11 signent à chaque trimestre à la page où est inscrit leur nom et 25 sur 27 savent également signer de 1830 à 184982. Si l’on considère la signature comme l’indicateur privilégié de l’alphabétisation, on peut considérer ces apprentis imprimeurs et typographes comme parmi les plus hautement alphabétisés, voire scolarisés, des ouvriers de leur époque.

  • 83 C. Galameau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 153-154.
  • 84 Ibid., p. 154.

54On ignore toutefois si les apprentis imprimeurs étaient toujours logés et entretenus. Les artisans étant plus instruits, ils deviennent, comme en Europe, plus avides de connaissances et désirent souvent aller voir ailleurs. On en trouve ainsi quelques-uns dans le Haut-Canada et à New York dès la fin des années 1790, attirés sans doute par l’aventure et les salaires intéressants83. D’autre part, les ouvriers du livre devaient bien avoir quelques problèmes avec les patrons, car les journaux dénoncent de temps à autre la fuite d’un apprenti et les patrons de La Gazette de Québec/Quebec Gazette se plaignent de l’instabilité des compagnons. Cette mobilité des apprentis imprimeurs était une constante en Europe et aux États-Unis depuis les débuts de l’imprimerie84.

Les associations de typographes

  • 85 Ibid.

55En 1827, apparaît une première association de typographes, l’Union typographique de Québec. En 1836, les artisans imprimeurs de Québec se regroupent dans la Société typographique canadienne. Elle comprend alors 66 membres des deux groupes linguistiques, dont le président est Adolphe Jacquies, imprimeur d’origine française arrivé vers 1820 à Québec, et le secrétaire Charles Greffard. La Société typographique canadienne n’aurait existé que pendant huit années85.

4.3 Contrat d’apprentissage liant Henry Chubb à Jacob Mott (Saint-Jean, 1802-1809). Chubb avait une quinzaine d’années en janvier 1802 quand Jacob S. Mott l’engagea pour sept ans afin de lui « apprendre l’art, le métier et les secrets d’un imprimeur ». Le contrat garantissait à l’apprenti « quatre trimestres de cours du soir » et un habit neuf au terme de son engagement. En septembre 1809, Jacob Mott attesta au verso de ce document que Chubb avait rempli ses devoirs d’apprenti « honnêtement et fidèlement ». Avec l’aimable autorisation du Musée du Nouveau-Brunswick, Saint-Jean. Papiers de la famille Cornwall donnés par madame Chester Brown.

  • 86 P. L. Fleming, « The Printing Trade in Toronto 1798-1841 », p. 63.

56Dans le Haut-Canada, la York Typographical Society se forme à York (Toronto) en 1832. Elle compte 24 artisans et ouvriers imprimeurs. Selon ses statuts et règlements, elle cherche à fixer pour ses membres le minimum des gages et le maximum des heures de travail exigées. On veut aussi limiter le nombre d’apprentis dans un atelier. Le syndicat s’organise sur des bases solides et, dès octobre 1836, un premier conflit de travail amène une grève de quelques semaines autour des salaires des ouvriers typographes. Les ouvriers n’ont pas gain de cause, mais la syndicalisation des typographes se poursuit après 184086.

L’imprimerie, lieu de sociabilité

57L’imprimeur typique du XVIIIe et du début du XIXe siècle dans les colonies de l’Amérique du Nord britannique est donc en général un artisan, travaillant avec un associé et un ou deux apprentis. Parfois, ses enfants, son épouse ou un autre membre de sa famille agissent à titre d’associé, de commis ou d’assistant. Le travail est dur et il demande savoir-faire et professionnalisme, car dès qu’un concurrent s’installe, la compétition est vive et le marché restreint. Un mauvais imprimeur sera vite délaissé par la clientèle et devra déménager ou abandonner la partie.

58La boutique d’un imprimeur de cette époque occupe relativement peu d’espace. Les presses rotatives et massives n’existent pas encore et le travail de l’imprimeur n’a presque pas changé depuis ses origines au XVe siècle. Idéalement, un atelier d’imprimeur doit être bien éclairé, donc bien fenestré, car on doit y lire et vérifier les épreuves, y écrire souvent des notes ou inscrire des commandes aux registres. La lumière du jour est idéale et permet d’économiser les bougies. L’atelier doit également être bien chauffé et aéré, car il faut bien sécher les feuillets avant de les réunir en cahiers. Trop d’humidité peut aussi abîmer les réserves de papier et de cuir et gauchir les pièces en bois de la presse.

59L’atelier idéal compte deux ou trois pièces. Dans la pièce principale, la presse occupe généralement le centre, pour que le pressier puisse la manœuvrer commodément ; les casses et les composteurs sont placés près de la fenêtre. Une pièce sert au comptoir et à la librairie, une troisième peut servir à la reliure et à entreposer le papier, l’encre, le cuir et tous les produits et accessoires nécessaires.

  • 87 À titre d’exemples, voir La Gazette de Québec/Quebec Gazette, 15 avril 1802, supplément et Le Cana (...)

60L’imprimerie-librairie est un lieu de rencontre et d’échanges, un lieu d’information et de connaissances. On n’entre pas chez un imprimeur uniquement pour passer une commande. Aller chez l’imprimeur, c’est aussi aller aux nouvelles, c’est s’acheter une gazette, une brochure, voire un livre produit localement ou importé d’Europe. On y va aussi pour acheter de la papeterie, des calendriers, des cahiers ou des livres blancs reliés pour les registres, du papier à musique, de l’encre, des plumes, des canifs à tailler, des plioirs, des encriers, des crayons et des écritoires, de la cire à cacheter. Les ecclésiastiques peuvent également s’y procurer des canons d’autels, ces prières rituelles de la messe, imprimées avec ornementation, montées sur un carton et qui sont appuyées sur l’autel pendant les offices. On s’y approvisionne en produits importés, car l’imprimeur débite des cartes géographiques, des ardoises, des sabliers, des modèles d’écriture, voire des instruments de musique et d’autres articles87.

  • 88 E. Hulse, A Dictionary of Toronto Printers, Publishers, Booksellers [...], p. 162.

61L’imprimeur est un commerçant bien en vue. Non seulement s’installe-t-il dans les villes, mais également au cœur de celles-ci. Par exemple, à Halifax, John Bushell et Anthony Henry avaient leur boutique à deux pas de l’église Saint-Paul. À Québec, John Neilson était installé dans la côte de la Montagne, l’artère la plus en vue de la capitale. À York, William Lyon Mackenzie déménagea à plusieurs reprises son atelier, mais toujours autour des rues King ou Church, au cœur de l’activité urbaine88.

62L’atelier de l’imprimeur est un lieu de civilité, sa clientèle est diversifiée et à l’image des classes les plus aisées de la ville. On rencontre chez l’imprimeur des hommes de loi, ou des officiers de justice, des médecins, arpenteurs, religieux, militaires, mariniers, fonctionnaires, parlementaires, des marchands, artisans, enseignants, commis, clercs, étudiants, voyageurs, retraités, des dames du monde et des bourgeoises. L’imprimeur, journaliste et libraire est donc un personnage pivot dans une communauté. Au Bas-Canada, il sera souvent un point de contact entre les clientèles francophone et anglophone, catholique et protestante.

63Dans les villes portuaires, l’atelier de l’imprimeur est particulièrement fréquenté au moment où arrivent des navires marchands d’Europe, lesquels amènent non seulement les nouveautés, mais aussi les derniers journaux des grandes capitales et leurs lots de nouvelles avec un décalage de quatre à huit semaines. L’imprimeur y puisera matières pour sa propre gazette qui informera à son tour les habitants du pays. Les navires apportent aussi les rames de papier si précieux pour l’imprimeur. Le papier est rare dans les Canadas et dans les colonies atlantiques et on mettra plusieurs décennies avant d’en produire suffisamment pour les besoins locaux.

Commandes et production

  • 89 M. Brisebois, The Printing of Handbills in Ouebec City, 1764-1800, p. xxv-xxvm.

64Les inventaires de bibliographie historique permettent d’établir la grande variété de production des ateliers des premières imprimeries. Une portion très importante de la production des ateliers est constituée par les travaux de ville. Il s’agit des billets, des affiches générales « À vendre » ou « À louer », par exemple, des cartes de visite, mais aussi des ex-libris pour les bibliophiles et des étiquettes pour les apothicaires ou autres commerçants89.

65Que ce soit à Halifax, à Saint-Jean (N.-B.), à Québec, à Montréal ou à York/Toronto, les métiers de l’imprimerie se développent sensiblement en suivant le même modèle. L’imprimeur de cette époque publie régulièrement une gazette, il s’installe en ville près des lieux de pouvoirs religieux et politique qui assurent une bonne partie de sa clientèle et de ses revenus. Les annonces de commerce, les travaux de ville et la librairie complètent l’essentiel de son commerce. L’imprimerie est aussi l’école de formation des apprentis qui apprennent à la dure les techniques et les arts du métier. Mais l’imprimerie est surtout, au sein de la cité, un lieu d’activités commerciales et un espace vivant de contacts culturels, linguistiques et sociaux.

ÉTUDE DE CAS. Un journal au quotidien : le Upper Canada Herald entre 1829 et 1833

— Elizabeth Hulse

  • 90 À propos de la carrière de Thomson, voir H. P. Gundy, « Thomson, Hugh Christopher », DBC VI.
  • 91 Fleming, UC, no 598.
  • 92 AO, Fonds F 4269. Le Herald parut de 1819 à 1851. Ce grand livre est marqué « C ».

66En juillet 1831, John McLean entama son apprentissage au Upper Canada Herald de Kingston pour un salaire annuel de 12 £ 10 s. Il commençait sa troisième année lorsque son employeur lui accorda enfin une augmentation : 13 £ 2 s 6 d pour les neuf mois qui finiraient en avril 1834. Hugh Christopher Thomson90 déduisait de ce salaire les avances en liquide et le coût des vêtements — « pantalon et veste chez Oliphant » : 2 £ 2 s 9 d —, des chaussures et de la nourriture. Est-ce le désir de se cultiver qui poussa le garçon à investir cinq shillings dans un exemplaire du Colonial Harmonist (Port Hope, 1832)91 de Mark Burnham ? On ignore d’où il venait et ce qu’il est devenu, mais on sait qu’un autre John McLean était le shérif et que Daniel McLean entra comme apprenti au même endroit en octobre 1832. L’unique grand livre subsistant du Upper Canada Herald, celui de la période 1829-1833, laisse entrevoir le monde de John McLean92. Il montre aussi que l’imprimerie d’un journal jouait un rôle pivot dans la collectivité.

67McLean n’était pas le seul employé parfois payé en nature. Thomas Hugh Bentley, contremaître (et futur éditeur), touchait 2 £ par semaine entre 1832 et 1834, en partie sous forme d’œufs, de pommes de terre, de navets, de pommes, de beurre et de fromage. Clients et fournisseurs faisaient également du troc. John McDonald, un habitant de Gananoque qui commandait des annonces et des factures, paya un jour avec 10 sacs de son. James Crooks, entrepreneur de West Flamborough que présente Judy Donnelly au chapitre 5, reçut des chiffons du Herald pour prix partiel de feuilles d’impression, d’emballage et de dessin de divers formats. Le journal traitait aussi avec Starr and Little, entreprise d’Albany (N.Y.) qui lui fournissait des caractères, des casses, des poulies, des rouleaux et de l’encre ; avec Smith et Brown, fabricants de papier de Belleville ; avec Knowlton et Rice, à Watertown (N.Y.) ; et avec d’autres imprimeries de Kingston.

  • 93 ANC, RG 5, A1, vol. 75, p. 39882-39890, John Macaulay à George Hillier, 1825.
  • 94 La plupart de ces imprimés n’ont pas été localisés. Les spécimens subsistants de la production du (...)

68Faute de livres de paie, nous ne connaissons pas l’effectif du Herald, mais il fallait au moins un contremaître ou un compagnon imprimeur, un apprenti ou deux et, peut-être, un coursier pour faire un hebdomadaire93. La police, l’intendance, le pénitencier, le tailleur, la couturière, tout le monde passait des annonces dans le journal, qui produisait par ailleurs quantité d’imprimés d’usage courant : 100 « grands placards » et 200 « billets en blanc » pour le marchand Robert Cassady ; des étiquettes et des emballages en papier pour le pharmacien William Binley ; 200 « bons de pain » pour la Kingston Bakery ; un prospectus pour Marmora Iron Works. Les sociétés agricoles des districts de Northumberland et de Midland y faisaient imprimer leurs procès-verbaux, rapports, annonces et circulaires. Le compte de Daniel Ruttan mentionne 12 listes de souscription pour « Tom Thumb » ; une autre, pour l’église Saint-George, 300 copies de « prières » ; une troisième, à John Cartwright, 1 000 exemplaires d’un discours électoral94.

  • 95 Fleming, UC, no 572.

69En 1831, Thomson publia Statutes of the Province of Upper Canada, un recueil de presque 700 pages tiré à au moins 900 exemplaires, avec James Macfarlane du Kingston Chronicle95. Son atelier semble avoir embauché plusieurs imprimeurs pour réaliser cet ambitieux projet. L’un d’eux, George Heyworth Hackstaff, publiera un jour des journaux à Dundas et à London. Comme quoi un poste d’apprenti ou d’employé temporaire menait parfois à la direction d’un journal dans la province ou ailleurs.

Analyse statistique des premiers imprimés canadiens

SANDRA ALSTON ET JESSICA BOWSLAUGH

  • 96 Les documents imprimés en Amérique du Nord britannique jusqu’à 1800 ont été répertoriés par Marie (...)
  • 97 La base « Imprimés canadiens avant 1840/Canadian Imprints to 1840 » a été montée dans le cadre du (...)
  • 98 H. Amory, « A Note on Statistics », annexe 1, dans H. Amory et D. D. Hall (dir.), A History of the (...)
  • 99 G. T. Tanselle, « Some Statistics on American Printing, 1764-1783 ».

70Exception faite de quelques études régionales sur des périodes restreintes et d’évaluations de la production et de l’édition d’imprimés en Amérique du Nord britannique entre 1752 et 1840, on ne dispose pas d’un corpus assez vaste pour garantir la fiabilité des résultats96. Afin de remédier à cette lacune, une base de données d’environ 7 000 titres d’imprimés a été constituée ; elle rassemble des livres, des brochures, des magazines, des affiches et quelques travaux de ville97. Elle ne contient évidemment qu’une fraction des textes imprimés avant 1841. Pour la compléter, il faudrait disposer de registres sur les travaux de ville exécutés par chaque imprimeur actif pendant cette période ; or, il n’en subsiste que quelques-uns. Hugh Amory, qui a scruté les tentatives des historiens américains de l’imprimé aux États-Unis d’évaluer la part des travaux de ville dans l’ensemble de la production, en arrive à la conclusion qu’ils ont failli dans leur entreprise. Nous devons donc nous limiter aux imprimés subsistants ou répertoriés et cette analyse sera toujours limitée par la nature et la systématicité relative de l’infrastructure bibliographique98. Pour G. Thomas Tanselle, cette démarche ne peut produire qu’un aperçu de la réalité99, mais elle permet au moins de mettre en lumière quelques évolutions et de tirer certaines conclusions.

  • 100 Les fiches de la base contiennent le nom de l’auteur et le titre de l’imprimé, la marque d’imprime (...)
  • 101 La même ventilation chronologique a servi pour l’analyse des journaux au chapitre 10.

71Des données de la base100, nous avons quand même pu tirer une série de graphiques pour illustrer l’état de nos connaissances. Le graphique 4.1 présente la croissance du nombre d’imprimés par décennie : le total passe de 34 titres, tous imprimés en Nouvelle-Écosse, durant la première décennie, à 2 667 pour la décennie 1830. Le curieux tassement observé pour 1800-1810 (de 671 à 484) devra être étudié de plus près. Le graphique 4.2 montre la prédominance du Bas-Canada, où la production imprimée démarre en 1764 dans l’ancienne « Province de Québec ». Pour affiner les comparaisons et mesurer l’effet de la croissance et de la mobilité de la population, les totaux des graphiques 4.2 et 4.3 ont été ventilés en deux périodes, 1752-1820 et 1821-1840101. Avec 3 497 titres, le Bas-Canada rend encore compte d’un peu plus de la moitié de la production en Amérique du Nord britannique, mais sa part glisse de 61,5 % (1 826 documents) avant 1821 à 42,45 % (1671) après. Le Haut-Canada occupe la deuxième place durant ce second intervalle. Avant 1821, elle va à la Nouvelle-Écosse, avec 19,5 % de la production (579 imprimés) contre 9,1 % (270) pour le Haut-Canada et 6,24 % (185) pour le Nouveau-Brunswick. Entre 1821 et 1840, la production néo-écossaise recule en chiffres absolus (353) et relatifs (8,97 %), tandis que celle du Nouveau-Brunswick augmente légèrement (261 ou 6,63 %). Quant au Haut-Canada, il entame la poussée de croissance qui le projettera bientôt au premier rang en tant que centre de l’édition : sa production (1525 titres, 38,74 % du total) rivalise avec celle du Bas-Canada pour la période 1821-1840, soit 1 671 titres.

Graphique 4.1 Production imprimée par décennie

  • 102 Une attribution du lieu de publication à la province plutôt qu’à une ville a été faite dans le cas (...)
  • 103 Des journaux étaient publiés dans trois autres villes sans qu’aucun autre type d’imprimé n’y ait p (...)

72Au niveau infraprovincial, compte non tenu des imprimés dont la ville d’origine n’a pu être déterminée, la ventilation par agglomération accuse des disparités frappantes. Le quasi-monopole de Charlottetown et de St. John’s (tous les imprimés terre-neuviens viennent de la capitale sauf un, produit à Carbonear) tient sûrement au fait que l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve étaient trop peu peuplées pour qu’un imprimeur pût espérer vivre de son métier à l’extérieur de ces villes. En Nouvelle-Écosse, le poids de Halifax n’est guère inférieur : 892 des 932 imprimés répertoriés viennent de la capitale ; les autres, de Lunenburg, de Pictou et de Shelburne. Dans le Bas-Canada, 65 des 3 479 imprimés proviennent de petites villes possédant un journal comme Frelighsburg, Saint-Charles-sur-Richelieu, Sherbrooke, Stanstead et Trois-Rivières, mais l’essentiel de la production se fait à Montréal et à Québec102. Avec 2 245 documents, 32,5 % de tous les titres répertoriés, Québec, le centre de l’imprimerie le plus important d’Amérique du Nord britannique, surpasse de loin Montréal (1069 imprimés ou 15,48 %), mais notre découpage chronologique de l’imprimerie bas-canadienne laisse entrevoir le renversement des rôles qui surviendra bientôt. Avant 1821, la production montréalaise représente 21 % du total provincial (385) ; après 1820, elle grimpe à 41 % (685), alors que celle de Québec marque un recul relatif avant et après 1821 (de 77 % à 50 %) et absolu (de 1405 à 840). Avant 1821, presque toute la production haut-canadienne identifiée vient de trois agglomérations : Kingston (7 % ou 22 imprimés), Niagara ([Niagara-on-the-Lake], 23 % ou 63 documents) et York ([Toronto], 50 % ou 136 titres). Après 1820, 24 autres centres urbains se répartissent 427 des 1 525 imprimés recensés103, mais York/Toronto se détache du peloton avec 898 titres, 59 % de la production, plus que celles de Québec (840) et de Montréal (685).

Graphique 4.2 Production imprimée par province

73Bien qu’à peine ébauchée, l’analyse catégorielle suscite déjà d’intéressantes observations (graphique 4.3). Les publications officielles dominent largement la répartition globale, mais ne représentent pas même 40 % du corpus (1184) de 1752-1820, et leur poids chute autour de 24 % (942) durant la période suivante. L’importance de la catégorie « société » tient à l’abondance des almanachs en Amérique du Nord britannique. Vient ensuite la religion, qui passe de 14,9 % à 22,35 % (880) d’un intervalle à l’autre.

Graphique 4.3 Production imprimée par sujet

74Fondée exclusivement sur la fraction connue des documents imprimés en Amérique du Nord britannique entre 1752 et 1840, notre analyse ne peut qu’en esquisser l’extension géographique et la diversité. Le tableau changerait-il de façon significative si on poursuivait les recherches sur les périodes moins connues, en dépouillant les annonces des journaux, par exemple, ou si on établissait d’autres bibliographies des imprimés ? Toutes les hypothèses se valent à ce stade, mais tant que ces recherches ne seront pas terminées, ces données exploratoires fourniront aux chercheurs des questions pertinentes pour l’étude de l’histoire du livre et de l’imprimé au Canada.

Notes

1 PRO, CO 221, vol. 28, f. 136.

2 H. Amory, « New England Book Trade », p. 315.

3 Le DBC résume la vie d’une bonne partie des artisans présentés ici. Leurs imprimés sont décrits dans Tremaine, ECP et les autres bibliographies spécialisées de canadiana. Les périodiques du XVIIIe siècle sont traités dans Tremaine, p. 594-653.

4 Nova Scotia, Governor, 1752-1756 (Hopson), Une proclamation (Halifax, 1753) ; ECP, no 5A.

5 Nova Scotia, Treaties, Treaty/Traite (Halifax, 1753) : Tremaine/ECP, no 9.

6 Nova Scotia, House of Assembly, Journal (Halifax, 1758) : Tremaine/ECP, no 17.

7 Nova Scotia, Laws, statutes, etc., Arts (Halifax, 1759) : Tremaine/ECP, no 19.

8 W. Doyle, The Universal Frayer (Halifax, 1770) : Tremaine/ECP, no 146.

9 P. Delaroche, The Gospel of Christ Preached to the Poor (Halifax, 1773) : Tremaine, no 177.

10 Tremaine, p. 119 ; Tremaine/ECP, no 503.

11 Leur transcription figure dans ECP, p. 416-511.

12 R. Burn, Le juge à paix (Montréal, 1789) : Tremaine/ECP, no 583.

13 R. W, McLachlan, « Fleury Mesplet », p. 268-270 et 280-302.

14 Tremaine, p. 653-656.

15 An Almanach, for the Year of Our Lord, 1806 (Halifax, 1805) : Fleming, Atl., NS34.

16 Fleming, Atl., NS41.

17 Tremaine, p. 612-617 ; également ECP, no 426A.

18 J. N. Green, « English Books and Printing », p. 294.

19 Tremaine, p. 597.

20 On trouve aussi les graphies « Sauer » et « Saur ».

21 The British American Almanack (Saint-Jean, 1791) : Tremaine/ECP, no 688.

22 St. John, Island of, Laws, statutes, etc., Acts (Charlotte-town, 1789) : Tremaine, no 619.

23 « Prince Edward Island Calendar » (Fleming, Atl., p. 160).

24 P. O’Flaherty, « Ryan, John », DBC VII.

25 Benevolent Irish Society (St. John’s), Report (1807), Rides and Constitution (1807), Appendix (1808) ; Society for Improving the Condition of the Poor (St. John’s), An Account (1808) : Fleming, Atl., Nfld1-4.

26 Upper Canada, Lieutenant-Governor, 1791-1799 (Simcoe), A Proclamation (Québec, 1792) : Tremaine/ECP, no 815.

27 Upper Canada, Lieutenant-Governor, 1791-1799 (Simcoe), Speech (Newark, 1793) : Tremaine, no 863.

28 R. Cockrel, Thoughts on the Education of Youth (Newark, 1795) : Tremaine, no 929.

29 B. Peel, Rossville Mission Press, p. 9.

30 Principales sources sur les frères Robertson : NSARM, MG 100, vol. 214, no 23 ; NAS, CS96/4286, « Sequestration of James Robertson », 1808 ; M. Robertson, « The Loyalist Printers : James and Alexander Robertson » ; D. C. McMurtrie, Royalist Printers at Shelburne, Nova Scotia ; F. L. Pigot, « Robertson, James », DBC V ; C. S. Humphrey, « Robertson, James », American National Biography, vol. 18, p. 624-625. Sur leurs revendications loyalistes : PRO, AO 13/116 et AO 13/19, mars à juillet 1784, et AO 13/137, no 522-525, mars 1790.

31 Tremaine, p. 614-617.

32 Les travaux d’imprimerie de Robertson à Shelburne et Charlottetown figurent dans Tremaine et ECP.

33 Tremaine, p. 646-647.

34 PRO, CO 226/12, p. 377-379, Gov. Fanning à Lord Sydney, 6 décembre 1788 ; p. 420, Lord Grenville à Fanning, 20 octobre 1789.

35 G. Palmer, Bihliography of Loyalist Source Material in the United States, Canada and Great Britain, p. 819.

36 Louis-Généreux Labadie utilise La Gazette de Québec/Quebec Gazette en classe à la fin du XVIIIe siècle, ANC, 1791, MG 24, B1, vol. 1. The New-Brunswick Courier du 2 mai 1811 invite ses lecteurs à utiliser le journal pour apprendre à lire en famille, voir G. L. Parker, The Beginnings of the Book Trade in Canada, p. 23. Au sujet du Christian Guardian, voir J. Stabile, « The Economics of an Early Nineteenth-Century Toronto Newspaper Shop », p. 59.

37 Les pressiers et les typographes expérimentés sont très en demande, touchent des gages élevés, travaillent toute l’année et se déplacent souvent. La correspondance de l’imprimerie Neilson contient d’innombrables références à leur instabilité ; voir J. Hare et J.-P. Wallot, « Les imprimés au Québec (1760-1820) », p. 92 et 100.

38 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 145-146.

39 En 1775, Brown publie quatre ouvrages juridiques de Cugnet pour le compte du gouvernement. Malgré une promesse de paiement pour mai, il doit attendre jusqu’en novembre (Tremaine, no 197). Brown doit patienter six mois avant de recevoir les 106£ 10 s 8 d qui lui sont dus par le gouvernement (Warrant, 10 octobre, 1784, coll. privée).

40 Samuel Neilson imprime 9 000 catéchismes en 1792 ; voir J.-P. Wallot, « Frontière ou fragment du système atlantique [...] », p. 11. À Halifax, en 1816,7 253 livres sont distribués par des missionnaires ; voir G. L. Parker, The Beginnings of the Book Traie in Canada, p. 20.

41 Voir C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 149-150.

42 Voir ANQQ, Papiers Neilson, « Salaires des employés », P193/19.

43 La famille Neilson perd l’exclusivité des contrats gouvernementaux en 1823 à la suite de l’activité politique de John ; voir G. Gallichan, Livre et politique au Bas-Canada [...], p. 115-122 ; voir également le texte de Gilles Gallichan sur la censure politique au chapitre 13.

44 « Requête de Mesplet au Congrès des États-Unis en date du 1er août 1783 », citée par R. W. McLachlan, « Fleury Mesplet », p. 251.

45 Au sujet de Mesplet, voir R. W. McLachlan, « Fleury Mesplet » ; au sujet de Neilson, voir son livre de salaires, ANOO, Papiers Neilson, P193/19 ; C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 157. Au sujet de Mackenzie, voir P. L. Fleming, « William Lyon Mackenzie as Printer », p. 13-17.

46 J. Hare et J.-P. Wallot, « Les imprimés au Québec, 1760-1820 », p. 80-81. Il ne faut pas oublier non plus une quantité impressionnante de feuillets et de formulaires, pour la plupart introuvables ; voir les études de Patricia Lockhart Fleming et de Patricia Kennedy au chapitre 10. Les exemplaires localisés de feuilles volantes entrées dans la banque de données du projet HLIC/HBiC, décrites dans ce chapitre par Sandra Alston et Jessica Bowslaugh, multiplient au moins par deux le nombre total de livres et de brochures analysés ici.

47 Ainsi, Neilson imprime le Journal de la Chambre d’Assemblée entre le 31 janvier et le 7 août 1801 ; voir ibid., p. 99-100.

48 M. M. Beck, « Howe, John », DBC VI, et « Howe, Joseph », DBC X.

49 Voir S. Chassé, R. Girard-Wallot et J.-P. Wallot, « Neilson, John », DBC VII

50 Ibid. En 1848, les seuls stocks de l’imprimerie et de la librairie Neilson s’élèvent à 2 717 £ 7 s 7 d.

51 L’inventaire après décès de Neilson, dressé près de 20 ans après sa mort, dénombre encore 30 143 £ 6 s 8 d de dettes actives et 692 £ de biens meubles, contre seulement 25 £ de dettes passives, ibid.

52 J.-M. Lebel, « Duvemay, Ludger », DBC VIII.

53 F. H. Armstrong et R. J. Stagg, « Mackenzie, William Lyon », DBC IX ; Fleming, UC, nos 479, 531 et 715.

54 Tremaine, nos 77 et 146.

55 L. Lacourcière, « Aubert de Gaspé fils [1814-1841] ».

56 Tremaine, nos 549 et 583.

57 Prospectus sur Hamilton ; and Other Poems (Toronto, 1840), dans Hamilton Gazette, 13 janvier 1840 ; Fleming, UC, no 1330.

58 Fleming, UC, no 219.

59 Quebec Gazette, 11 septembre 1839 ; Western Herald, 18 septembre 1839.

60 Cobourg Star, 5 février 1834.

61 W. Doyle, Universal P rayer (Halifax, 1770) : Tremaine, no 146.

62 R. Jones, Remarques sur la maladie contagieuse de la Baie Saint Paul (Montréal, 1787) : Tremaine, no 517.

63 Bee (Pictou), 12 août 1834.

64 Tremaine, no 476. « The Canadian Surveyor » avait fait l’objet d’un prospectus Tannée précédente (Tremaine, no 470).

65 Gleaner, and Niagara Newspaper, 5 août 1819.

66 Gazette (Montréal), 6 octobre 1828.

67 L’annonce sur « The Legend » paraît dans le Canadian Courant (Montréal) du 10 février 1830. En ce qui concerne « History of Canada », les données se résument aux plaintes de citoyens qui avaient payé cinq shillings d’avance, publiées par le Morning Courier (Montréal) le 12 mars 1838 et par la Gazette le 5 février 1840. Un prospectus sur un autre ouvrage de Hawley, Quebec, the Harp, and Other Poems (Montréal, 1829), figure dans le numéro du 2 juillet 1829 de la Gazette de Montréal.

68 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 145.

69 On ne possède les annuaires de Québec que pour les années 1790, 1791, 1792, 1822 et 1826 (DAUL, Fonds Claude Galarneau, P282).

70 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 144-148 ; M, Allodi et R. Tovell, An Engraver’s Pilgrimage [...].

71 C. Galarneau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 148-149. On peut consulter aux Archives de l’Université Laval à Québec les archives de recherche sur l’imprimerie et les métiers du livre, déposées par Claude Galarneau, DAUL, P282.

72 C. Galarneau, « Les Desbarats : une dynastie d’imprimeurs-éditeurs (1794-1893) », p. 130.

73 J.-M. Lebel, « Lefrançois, Charles », DBC VI.

74 J.-P. de Lagrave, L’époque de Voltaire au Canada, p. 199.

75 « À vendre », Gazette du commerce et littéraire, 28 avril 1779.

76 En 1781, Marie Mirabeau travaillait avec Edward William Gray qui venait aussi de Philadelphie ; voir ECP, p. 518.

77 J.-P. de Lagrave, L’époque de Voltaire au Canada, p. 199. Marie Mirabeau poursuivit aussi des travaux de reliure ; voir Tremaine, nos 331, 351, 354, 355.

78 J.-P. Hardy et D.-T. Ruddel, Les apprentis artisans à Québec 1660-1815, p. 99-113.

79 J.-F. Caron, « Les apprentis à Québec de 1830 à 1849 », p. 71, 77,102-108.

80 ECP, p. 420. William Brown engageait aussi à l’occasion des journaliers et possédait un esclave noir appelé Joe qui travaillait comme pressier à son atelier ; voir T. P. Lemay, « Joe », DBC IV.

81 À York (Toronto), en 1826, William Lyon Mackenzie offre également 15 £ à ses apprentis. Voir P. L. Fleming, « A Canadian Printer’s Apprentice en 1826 », p. 14.

82 ANQQ, Papiers Neilson, « Salaire des employés », P193/19 ; J.-F. Caron, « Les apprentis à Québec de 1830 à 1849 », p. 71.

83 C. Galameau, « Les métiers du livre à Québec (1764-1859) », p. 153-154.

84 Ibid., p. 154.

85 Ibid.

86 P. L. Fleming, « The Printing Trade in Toronto 1798-1841 », p. 63.

87 À titre d’exemples, voir La Gazette de Québec/Quebec Gazette, 15 avril 1802, supplément et Le Canadien, 31 janvier 1834.

88 E. Hulse, A Dictionary of Toronto Printers, Publishers, Booksellers [...], p. 162.

89 M. Brisebois, The Printing of Handbills in Ouebec City, 1764-1800, p. xxv-xxvm.

90 À propos de la carrière de Thomson, voir H. P. Gundy, « Thomson, Hugh Christopher », DBC VI.

91 Fleming, UC, no 598.

92 AO, Fonds F 4269. Le Herald parut de 1819 à 1851. Ce grand livre est marqué « C ».

93 ANC, RG 5, A1, vol. 75, p. 39882-39890, John Macaulay à George Hillier, 1825.

94 La plupart de ces imprimés n’ont pas été localisés. Les spécimens subsistants de la production du Herald sont répertoriés dans l’index de Fleming, UC.

95 Fleming, UC, no 572.

96 Les documents imprimés en Amérique du Nord britannique jusqu’à 1800 ont été répertoriés par Marie Tremaine. Son ouvrage A Bibliography of Canadian Imprints, 1751-1800 a été complété par Patricia Lockhart Fleming et Sandra Alston dans Early Canadian Printing. Fleming a également répertorié les imprimés haut-canadiens du début du XIXe siècle dans Upper Canadian Imprints, 1801-1841 et ceux des provinces atlantiques dans Atlantic Canadian Imprints, 1801-1820. Le Catalogue collectif des impressions québécoises, 1764-1820 de Milada Vlach et Yolande Buono dresse l’inventaire des collections de 12 bibliothèques du Québec.

97 La base « Imprimés canadiens avant 1840/Canadian Imprints to 1840 » a été montée dans le cadre du projet Histoire du livre et de l’imprimé au Canada/History of the Book in Canada. L’objectif est de répertorier tous les imprimés canadiens parus entre 1752 et 1840, sauf les journaux. Aux éléments des bibliographies et des catalogues cités à la note précédente ont été ajoutés ceux de collections d’un certain nombre de bibliothèques, dont la Bibliothèque nationale du Québec et celle de l’Université de Toronto (ces deux bases autorisant la recherche Z35.50 sur les imprimés), les microfiches de l’Institut canadien de microreproductions historiques, et un fichier de la Bibliothèque nationale du Canada. Le projet HLIC/HBiC doit beaucoup à Elaine Hoag (Bibliothèque nationale du Canada) et à Suzanne Ledoux (Bibliothèque nationale du Québec), qui ont retracé certains imprimés et ont transmis les fiches correspondantes des catalogues de leurs institutions. On peut consulter la base « Imprimés canadiens avant 1840/Canadian Imprints to 1840 » sur le site Web du projet HLIC/HBiC.

98 H. Amory, « A Note on Statistics », annexe 1, dans H. Amory et D. D. Hall (dir.), A History of the Book in America, vol. 1, p. 504-518.

99 G. T. Tanselle, « Some Statistics on American Printing, 1764-1783 ».

100 Les fiches de la base contiennent le nom de l’auteur et le titre de l’imprimé, la marque d’imprimeur la plus complète qui ait pu être tirée des sources existantes, la ville ou, à tout le moins, la province où le document a été publié, l’année de parution et un thème général sélectionné parmi 12 choix possibles.

101 La même ventilation chronologique a servi pour l’analyse des journaux au chapitre 10.

102 Une attribution du lieu de publication à la province plutôt qu’à une ville a été faite dans le cas de 100 des 3 497 imprimés canadiens.

103 Des journaux étaient publiés dans trois autres villes sans qu’aucun autre type d’imprimé n’y ait paru.

Table des illustrations

Légende 4.1 Premier numéro de la Halifax Gazette (23 mars 1752). Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale du Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende 4.2 Jean-Baptiste Roy-Audy, Portrait de Ludger Duvernay (1832). Avec l’aimable autorisation de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende 4.3 Contrat d’apprentissage liant Henry Chubb à Jacob Mott (Saint-Jean, 1802-1809). Chubb avait une quinzaine d’années en janvier 1802 quand Jacob S. Mott l’engagea pour sept ans afin de lui « apprendre l’art, le métier et les secrets d’un imprimeur ». Le contrat garantissait à l’apprenti « quatre trimestres de cours du soir » et un habit neuf au terme de son engagement. En septembre 1809, Jacob Mott attesta au verso de ce document que Chubb avait rempli ses devoirs d’apprenti « honnêtement et fidèlement ». Avec l’aimable autorisation du Musée du Nouveau-Brunswick, Saint-Jean. Papiers de la famille Cornwall donnés par madame Chester Brown.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Graphique 4.1 Production imprimée par décennie
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique 4.2 Production imprimée par province
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Graphique 4.3 Production imprimée par sujet
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/22313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteurs

Professeure à la Faculty of Information Studies et au Collaborative Program in Book History and Print Culture de la University of Toronto. Elle étudie entre autres la forme matérielle des imprimés canadiens et l’intersection de la bibliographie analytique et de l’histoire du livre. Responsable du projet HLIC/HBiC, elle est également directrice générale et directrice des volumes I et II.

Membre honoraire du Centre for the History of the Book de la University of Edinburgh et secrétaire de la Edinburgh Bibliographical Society. Il a écrit sur Charles Elliot, un libraire édimbourgeois du XVIIIe siècle, et sur le commerce international du livre de l’Écosse. Il est codirecteur de History of the Book in Scotland, volume 2,1707-1800 (ouvrage en préparation).

Professeur émérite de l’Université d’Ottawa. Historien des lettres et de la vie sociale des Québécois, il a publié de nombreux articles ainsi que plusieurs bibliographies et éditions de textes, notamment Les Canadiens français aux quatre coins du monde : Bibliographie commentée des récits de voyages avant 1900 (1964). Il a également cosigné avec Jean-Pierre Wallot plusieurs études sur les premiers imprimeurs au Québec, dont Les imprimés dans le Bas-Canada 1801-1810 (1967).

Directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa et professeur invité au département d’histoire. Seul ou avec d’autres, il a publié une douzaine d’ouvrages et plus de 130 articles. Membre de l’Ordre du Canada et de la Société royale du Canada, il a reçu de nombreux prix. Il a été l’Archiviste national du Canada de 1985 à 1997.

Détient un doctorat en histoire de la Carleton University et travaille comme chercheure indépendante à Halifax. Elle a écrit Literature and Society in the Canadas, 1817-1850 (1992) et « Reading between the Lines : An Analysis of Canadian Literary Prefaces and Prospectuses » dans Prefaces and Manifestoes (1990).

Fait ses études à Québec et à Lyon, puis a obtenu son doctorat à l’Université de Paris. De 1953 à 1990, il a enseigné au Département d’histoire de l’Université Laval, dont il est professeur émérite. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur le livre et l’imprimé, il a reçu la médaille Marie-Tremaine de la Société bibliographique du Canada en 1990.

Étudié la bibliothéconomie à l’Université de Montréal et a obtenu son doctorat en histoire à l’Université Laval en 1990. Il s’intéresse à l’histoire du livre, de la bibliographie et des bibliothèques. Il travaille actuellement à la reconstitution des débats parlementaires québécois antérieurs à 1963 à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale du Québec. Il est directeur du volume I.

Auteure de A Dictionary of Toronto Printers, Publishers, Booksellers, and the Allied Trades, 1798-1900 (1982) et de nombreux articles sur les métiers du livre à Toronto. Elle a travaillé comme bibliothécaire et archiviste de livres rares et est actuellement éditrice des textes anglais pour le projet HLIC/HBiC.

Spécialiste des collections canadiennes à la bibliothèque de la University of Toronto. Auteure du Second Supplement à A Bibliography of Canadiana (1985-1989) de la Bibliothèque publique de Toronto, elle a récemment publié, en collaboration avec Patricia Lockhart Fleming, Toronto in Print (1998) et Early Canadian Printing : A Supplement to Marie Tremaine’s A Bibliography of Canadian Imprints, 1751-1800 (1999).

Titulaire d’un baccalauréat ès arts spécialisé et d’une maîtrise en sciences de l’information de la University of Toronto. Elle étudie l’histoire intellectuelle de l’Ontario à partir de journaux et de fonds de bibliothèques de collectivités du XIXe siècle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search