Version classiqueVersion mobile

Histoire du livre et de l'imprimé au Canada, Volume I

 | 
Patricia Fleming
, 
Gilles Gallichan
, 
Yvan Lamonde

Chronologie

Eli MacLaren

Texte intégral

1751

Bartholomew Green arrive à Halifax dans l’intention d’y établir la première imprimerie des colonies du nord de l’Amérique britannique.

1752

Après la mort de Green, John Bushell prend sa suite et commence à publier la Halifax Gazette. Premiers imprimés en anglais et en français.

1755

Les Acadiens sont chassés de Nouvelle-Écosse.

1759

Québec est prise par les Britanniques.

1760

Montréal se rend aux Britanniques.

1761

Anthony Henry (Anton Heinrich) reprend l’atelier de Bushell à Halifax. James Rivington, membre d’une famille londonienne de papetiers-libraires, annonce la vente d’un important stock de livres et d’articles de papeterie à Halifax.

1764

William Brown et Thomas Gilmore fondent la première imprimerie à Québec et lancent La Gazette de Québec/Québec Gazette.

1765

Brown et Gilmore publient à Québec « L’Almanac de cabinet », le plus ancien almanach dont on ait gardé la trace.
Louis Langlois, dit Germain, ouvre la première bibliothèque de location à Québec.

1766

Le premier imprimé connu en langue autochtone, un calendrier en montagnais, est tiré à 1 000 exemplaires à Québec,
Le Stamp Act britannique oblige les imprimeurs des colonies nord-américaines à utiliser du papier timbré.

1774

L’Acte de Québec place la « Province de Québec » sous le régime du droit civil français et du droit pénal britannique, garantit la liberté de culte à ses habitants catholiques et agrandit son territoire.

1776

Fleury Mesplet ouvre la première imprimerie de Montréal. Les premiers loyalistes arrivent à Halifax en provenance des colonies amé ricaines.
The Nova-Scotia Calendar [...] for the Year [...] 1777 (Halifax) comporte une vignette qui pourrait être la première réalisée en Amérique du Nord britannique.

1777

À Montréal, Fleury Mesplet imprime en mohawk un livre de lecture contenant des prières catholiques.

1783

La fin de la Révolution américaine gonfle le courant d’immigration loyaliste vers les colonies demeurées britanniques.
William Lewis et John Ryan fondent à Saint-Jean la première imprimerie de l’ouest de la Nouvelle-Écosse (aujourd’hui, le Nouveau-Brunswick) et commencent à publier la Royal St. John’s Gazette and Nova-Scotia Intelligencer.

1784

Une partition du territoire néo-écossais donne naissance au Nouveau-Brunswick.

1785

Fleury Mesplet lance la Gazette de Montréal/Montreal Gazette.

1786

À Halifax, Alexander Morrison fait de la reliure tout en vendant des livres et des articles de papeterie.

1787

James Robertson fonde la première imprimerie de l’île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard) ; il y produit la Royal American Gazette and Weekly Intelligencer.
Le premier imprimé en allemand, Der Neuschottländische Calender, auf [...] 1788, paraît à Halifax. Anthony Henry publiera cet almanach jusqu’à sa mort en 1800.

1789

Parution du premier périodique d’Amérique du Nord britannique : le Nova-Scotia Magazine (Halifax, 1789-1792). Il sera suivi du Magasin de Quebec/Quebec Magazine (Québec, 1792-1794).

1790

Une carte de Michel Létourneau paraît dans le Quebec Almanack/Almanach de Quebec, pour [...] 1791 (Québec) ; c’est probablement la première gravure réalisée en Amérique du Nord britannique.

1791

L’Acte constitutionnel divise l’ancienne « Province de Québec » en deux : le Haut-Canada et le Bas-Canada.
La première illustration figurative gravée en Amérique du Nord britannique paraît dans le Quebec Almanack/Almanach de Québec pour l’année 1792 (Québec) : elle représente une presse typographique et est l’œuvre de J. G. Hochstetter.

1793

Le Montréalais Louis Roy fonde la première imprimerie du Haut-Canada à Newark (Niagara-on-the-Lake) et crée la Upper Canada Gazette, or American Oracle.

1797

À Québec, Thomas Cary ouvre une bibliothèque de location ; il y ajoute une salle de lecture l’année suivante.

1798

Titus Geer Simons et William Waters transfèrent l’imprimerie gouvernementale du Haut-Canada de Newark (Niagara-on-the-Lake) à York (Toronto), la nouvelle capitale de la colonie.

1805

La première papeterie d’Amérique du Nord britannique entre en exploitation à St. Andrews (Saint-André-Est), dans le Bas-Canada.

1806

John Ryan et son fils Michael fondent la première imprimerie de Terre-Neuve à St. John’s.

1807

Les Ryan commencent à publier la Royal Gazette and Newfoundland Advertiser à St. John’s.

1808

La première œuvre dramatique, Colas et Colinette, ou le Bailli dupé de Joseph Quesnel, est publiée à Québec.

1813

Les troupes américaines prennent York (Toronto), brûlent l’immeuble du Parlement et saccagent l’imprimerie gouvernementale.

1815

George Kilman Lugrin ouvre le premier atelier d’imprimerie de Fredericton, la capitale du Nouveau-Brunswick
Hector Bossange, fils du libraire parisien Martin Bossange, ouvre à Montréal la première librairie française.

1818

Le relieur George Dawson ouvre une bibliothèque de location à York (Toronto).

1819

Anthony Henry Holland, Phillip Holland et Edward A. Moody fondent la première papeterie de Nouvelle-Écosse à Hammond Plains.

1820

John Carey crée la première imprimerie non gouvernementale du Haut-Canada à York (Toronto).

1821

Le graveur James Smillie arrive à Québec.

1824

À Québec, John Adams imprime ce qu’on croit être la première lithographie produite en Amérique du Nord britannique.
Le premier roman d’un auteur né en Amérique du Nord britannique, St. Ursula’s Couvent, or the Nun of Canada de Julia Beckwith Hart, paraît à Kingston, dans le Haut-Canada.

1825

L’ouverture du canal Lachine facilite le transport par eau jusqu’au lac Ontario.

1826

Le premier moulin à papier du Nouveau-Brunswick ouvre ses portes à Chamcook.
James Crooks crée la première papeterie du Haut-Canada à West Flam-borough, au-dessus de Dundas ; un deuxième moulin à papier ouvrira ses portes à York (Toronto) en 1827.

1827

La première association de typographes est créée à Québec.

1828

Le Montreal Mechanics’ Institute voit le jour.

1829

L’Église méthodiste épiscopale du Canada installe l’imprimerie du Christian Guardian à York (Toronto).
L’ouverture du canal Welland facilite le transport par eau jusqu’au lac Érié.

1830

Le premier recueil de poèmes d’un auteur né dans le Bas-Canada, Epîtres, satires, chansons, épigrammes et autres pièces de vers de Michel Bibaud, paraît à Montréal.
La Chambre d’assemblée du Haut-Canada décrète que le Journal de ses procès-verbaux sera imprimé sur du papier fabriqué en Amérique du Nord britannique.
Des Mechanics’ Institute sont fondés à York (Toronto), à Halifax et à Québec (1831). Onze autres seront créés avant 1840 : six dans le Haut-Canada, deux en Nouvelle-Écosse, deux au Nouveau-Brunswick et un à l’Île-du-Prince-Édouard.

Vers 1830

La Montreal Type Foundry produit les premiers caractères d’imprimerie en Amérique du Nord britannique.

1831

Des ateliers de lithographie commerciale sont exploités à Kingston (par Samuel Oliver Tazewell) et à Montréal.

1832

Une épidémie de choléra frappe Québec en juin, ravage le Bas-Canada et se propage au Haut-Canada, causant environ 13 000 morts.
Fondation de la York Typographical Association.

1833

Des associations de typographes naissent à Hamilton et à Montréal.

1834

Une deuxième épidémie de choléra fauche des milliers de vies en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et dans les deux Canadas.

1835

L’impression en gaélique commence à Toronto ; Montréal suivra en 1836. Une deuxième imprimerie allemande ouvre ses portes dans le Haut-Canada, à Berlin (Kitchener).

1836

Mason, Barber et Norton fabriquent une presse à Toronto ; selon le Royal Standard, c’est une première pour l’Amérique du Nord britannique. Grève des typographes à Toronto.

1837

Le premier roman d’un auteur né dans le Bas-Canada, L’influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé fils, paraît à Québec.
Des caractères grecs sont employés pour la première fois en Amérique du Nord britannique, à Montréal.
Fondation d’une association de typographes à Halifax.

1837-1838

Les métiers de l’imprimé comptent de nombreux représentants parmi les rebelles des deux Canadas.

1838

Le Literary Garland (1838-1851), premier grand magazine littéraire du Canada, voit le jour à Montréal.

1839

Dans son rapport, lord Durham recommande l’union des deux Canadas et l’établissement d’un gouvernement responsable dans la nouvelle colonie. Hochelaga Depicta (Montréal) de Newton Bosworth présente 20 lithographies d’immeubles montréalais réalisées par P. Christie d’après des dessins de James Duncan.

1840

James Evans improvise la première presse de la Terre de Rupert (Manitoba) pour imprimer son syllabaire cri.
John Cross Kill installe une presse à vapeur dans son atelier de Halifax. Le Parlement britannique adopte l’Acte d’Union réunissant les colonies du Haut-Canada et du Bas-Canada.

1Cette chronologie a été établie par Eli MacLaren.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search