Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser l'international

 | 
François Crépeau
, 
Jean-Philippe Thérien

Chapitre 1. L’histoire des relations internationales : contexte, cheminement et perspectives

Samir Saul

Texte intégral

1La discipline historique aborde les relations internationales sous de multiples angles. L’approche politique est la plus ancienne et la plus consacrée dans le champ des études internationales. À juste titre omniprésente, elle n’est toutefois pas la seule qui intéresse l’historien. Au fur et à mesure que se multiplient les liens internationaux de toutes les instances d’une société, l’histoire élargit la palette de sujets à scruter. À l’heure actuelle, l’histoire des relations internationales (HRI) est celle de l’internationalisation des collectivités, des institutions et des individus au sens le plus large.

2Par rapport à celles des autres disciplines qui font des relations internationales un objet d’étude, l’approche historienne a des spécificités. L’HRI est un champ dont les finalités et les méthodes sont celles de la discipline historique. D’entrée de jeu, il convient de préciser en quoi consiste la démarche historienne. Après une mise au point sur l’histoire, ses finalités, ses méthodes et son rapport à la théorisation, il sera question du fait international, de l’HRI, de ses origines, de son évolution, de ses rapports avec les disciplines autres que l’histoire et des défis nouveaux qu’elle est appelée à relever.

L’histoire et la démarche historienne

3L’intérêt porté au passé est très ancien. Tour à tour, l’activité historienne a été la conservation de la mémoire, la transmission des coutumes, la justification des croyances religieuses, l’apologie du pouvoir, le terrain d’essai de diverses doctrines, ou une matière d’agrément, avant de devenir, à partir du XIXe siècle, un domaine du savoir et de l’érudition, pourvu d’une méthodologie et de normes reconnues.

4L’histoire est l’étude et la connaissance du passé, qu’il soit lointain, proche ou contemporain. On s’entend pour dire qu’il s’agit, en règle générale, du passé humain, même si certains étendent le champ au passé du monde de la nature. L’histoire est une exploration visant à rendre le passé compréhensible au présent. Partant des préoccupations de son époque, l’historien jette son regard sur le passé, le scrute, l’interroge et ramène des renseignements susceptibles d’éclairer ses contemporains. Le lien entre maintenant et autrefois s’établit au départ de l’entreprise historienne. L’historien britannique E. H. Carr rappelait que l’histoire est un dialogue entre le présent et le passé. Employant le langage imagé du XIXe siècle, son prédécesseur Jules Michelet la décrivait comme un travail de résurrection du passé. N’étant pas œuvre de l’imagination – en tout cas pas œuvre de fiction –, l’histoire doit être à la fois explicative et fondée sur des preuves. Reconstruction intelligible et vérifiable du passé, tel pourrait être le descriptif sur la carte d’identité de cette discipline.

5L’historien a pour fonction d’expliquer ce qui s’est passé. Cette proposition a deux volets. Expliquer signifie qu’il ne suffit pas de réunir des faits, de décrire des situations ou de raconter des événements. Il est impératif de chercher et de trouver les raisons de ce qui s’est passé. La question-clé que se pose l’historien et que doit lui poser son lecteur est : pourquoi ? L’étude de ce qui s’est passé, deuxième volet de la proposition, revêt une importance capitale. L’historien ne saurait spéculer sur ce qui aurait pu ou dû se passer. Nul ne le sait, car les variables sont trop nombreuses pour permettre la formulation de réponses incontestables. Aller du savoir à la création ferait basculer hors de la discipline historique. Encore moins l’historien peut-il se prononcer sur ce qui va se passer. Là encore, les variables ne se comptent pas, menant à une multitude de pronostics et à leurs contraires. Sauf cas rarissimes – par exemple, des processus circonscrits, au terme de leur évolution et sur le point d’aboutir –, la prédiction ne fait pas partie de l’histoire comme discipline ou comme champ du savoir.

6Comment procède l’historien dans son entreprise intellectuelle ? Il doit identifier d’authentiques problèmes et formuler des problématiques qui lui serviront de guides pour définir son sujet, de leviers pour questionner le passé, et de balises pour distinguer ce qui est significatif pour son propos de ce qui ne l’est pas. Les problèmes à résoudre naissent des préoccupations du présent, qu’il s’agisse de celles d’une époque, d’une société, d’un groupe ou de l’historien lui-même. Une stratégie de recherche approfondie et exhaustive s’impose alors pour recueillir les éléments qui permettront de répondre aux questions posées. Cet aspect du travail de l’historien l’amène à faire des séjours souvent prolongés dans les archives, bibliothèques, médiathèques, photothèques, musées, sites archéologiques, etc., et à prendre en compte toute trace pertinente à son enquête. Les sujets contemporains entraînent aussi des recherches dans les ministères, entreprises et organisations de tout genre, sans oublier les rencontres avec les particuliers acteurs ou témoins de l’histoire, afin de compléter la quête de renseignements. L’ampleur, la qualité et le maniement critique de l’information sont des critères-clés de la validation des conclusions.

7Les matériaux de base de l’histoire sont le temps et l’espace. L’univers de l’historien est concret. Son monde est visible et tangible, non abstrait, spéculatif, normatif ou virtuel. Il est capable d’évoluer dans un milieu idéel qui n’est pas le sien, mais il le fait à titre de visiteur ou de transfuge. Ce n’est pas son élément naturel.

8La spécificité de la discipline historique est l’explication de processus qui se rapportent à un ou plusieurs lieux déterminés et qui se déroulent sur le temps, qu’il soit long, moyen ou court. Le regard de l’historien est fixé sur un mécanisme : le changement. Le statisme est antithétique à l’histoire ; elle n’est pas de son ressort, car ce qui est immuable n’a pas d’histoire. L’historien s’intéresse au mouvement et à ce qui évolue. À la rigueur, sa curiosité porte plus sur la transformation des objets étudiés que sur les objets eux-mêmes. Son monde est celui des mutations et de la dialectique des continuités et des ruptures.

La théorie a-t-elle droit de cité en histoire ?

9La théorisation, l’abstraction et la conceptualisation s’ajoutent au travail de l’historien, mais la démarche se distingue de celles des autres sciences humaines et sociales. L’historien a la stricte obligation d’expliquer le passé. C’est la responsabilité scientifique précise qui lui incombe.

Nous sommes avant tout des praticiens, décidés à analyser d’abord le passé dans ses multiples réalités ; pourtant, nous savons bien que cette perspective humble doit par moments déboucher sur des considérations de portée plus vaste, plus théorisante. Selon nos sensibilités, nos méthodes de travail, nous sommes portés tantôt vers la recherche de lois ou de tendances, tantôt vers un pragmatisme assez positiviste. (Girault 1985, 3)

  • 1 Tout en reconnaissant que les sciences sociales pouvaient suggérer des explications nouvelles et i (...)

10L’historien utilise la théorie pour l’aider à poser des questions et à formuler des problèmes. Elle ne détermine pas le résultat de son enquête. Invariablement, l’enquête l’amène à modifier ou à reconstituer la théorie à la lumière de ses découvertes1. L’explication que l’historien élabore est ensuite élargie pour aboutir à la généralisation ou l’abstraction. Il s’agit surtout de dégager des régularités ou des constantes valables pour le cadre spatiotemporel étudié, mais pas forcément pour d’autres. L’historien recourt souvent à la méthode comparative qui lui permet de repérer similitudes, analogies et ressemblances. Ses propositions théoriques sont souples, ouvertes, provisoires, presque au conditionnel, et susceptibles de remaniements au gré des découvertes factuelles et des progrès du savoir. Pour l’historien, aucune théorie n’est un système immuable, définitif ou fermé.

11La théorisation en histoire est d’origine autant empirique que spéculative. Elle naît autant de l’observation du passé que de la logique interne d’un système de pensée situé en dehors de l’histoire. Elle tend à être inductive, allant du cas particulier à la généralisation, plutôt que déductive ou procédant de prémisses qui déterminent les étapes subséquentes d’un raisonnement. Elle vaut pour des conditions précises. Les invariants et les postulats recevables pour toutes les époques et tous les lieux sont des généralités peu opérationnelles ou d’un intérêt réduit pour l’analyse de cas précis. Quelle utilité comme instrument d’analyse aurait une proposition sur l’État si elle recouvrait, entre autres, l’État pharaonique, la cité grecque, l’empire des Mongols, le royaume de Louis XIV, le pouvoir des Soviets, le Troisième Reich, le Vatican, Monaco, le Rwanda et les États-Unis de Bush II ?

12La théorisation de l’historien ne saurait être atemporelle, car la réalité suprême du changement interdit l’abstraction valable pour tous les temps. Au demeurant, elle n’est pas la finalité première de la discipline historique et représente plus exactement un effet induit de la démarche historienne. Peu d’historiens aspirent à la production de lois. De telles entreprises soulèvent le scepticisme ou l’opposition. Une loi est censée prédire un résultat comme conséquence nécessaire de la réunion de certaines conditions. Or, dans la mesure où l’avenir est porteur de circonstances nouvelles et d’impondérables de tous genres, il entraîne des effets différents de ceux prévus. La relation de nécessité suppose la similitude des conditions préalables. Au fond, il n’y a qu’une loi à laquelle souscrirait l’ensemble des historiens : tout change et continuera à changer.

Focaliser sur la dimension internationale

13La réalité est un tout. Elle est une, multiforme et globale. Elle est aussi complexe, si bien que l’on ne peut la saisir instantanément dans sa totalité. Pour des raisons pratiques, on l’aborde segment par segment, par tranches et sous plusieurs angles. La dimension internationale est assimilable à un angle de vision ou à une perspective qui permet à l’observateur de diriger son regard sur un aspect de l’objet observé.

14Ne faisant pas partie de la nature, l’internationalité émane de la volonté humaine. Il s’agit d’une conceptualisation de facture fondamentalement politique. Est international tout ce qui traverse les frontières étatiques. C’est une condition sine qua non ou minimale pour l’emploi de ce vocable. Correspondant à l’usage, elle permet d’englober tout ce pan de la réalité, quelle que soit la forme de l’internationalité. Si tout domaine de la vie collective ou individuelle recèle des influences internationales et peut avoir des prolongements internationaux, toute étude d’un domaine ne devient pas automatiquement internationale pour autant. Le critère déterminant est l’angle par lequel le domaine est abordé. Le continuum entre l’intérieur et l’extérieur ne gomme pas la spécificité de l’un ou de l’autre.

15Explorer l’angle international, c’est focaliser sur les contacts, interactions, interconnexions et interférences avec l’extérieur, prioritairement et pour eux-mêmes, non accessoirement ou indirectement. À la différence des autres observateurs de la collectivité, le spécialiste de la dimension internationale se situe aux intersections et aux points de croisement du dedans et du dehors. Il travaille à la jointure entre l’intérieur et l’extérieur. L’axe permanent de son enquête porte moins sur un domaine en soi que sur les liaisons externes, les lieux d’interface avec le dehors et les influences réciproques entre l’intra et l’extra.

  • 2 Ni au-dessus (Primat der Aussenpolitik) ni au-dessous (Primat der Innenpolitik).

16À côté2 des relations entre l’intérieur et l’extérieur, il y a la sphère internationale en soi, système autonome d’interactions dont l’ensemble est plus que la somme des parties. Rapports, influences, interconnexions ou heurts donnent naissance à des formes d’imbrication (coexistence, intégration, subordination, etc.) qui constituent un lieu distinct, pourvu de caractéristiques et de finalités propres, d’une histoire et de pratiques identifiables. Au critère de l’extériorité ou du hors-frontières, à l’existence d’un système international, s’ajoute un autre trait distinctif : l’univers de l’internationalité est un lieu où sont institutionnalisées l’hétérogénéité et la possibilité de recourir à la force, dans la mesure où l’acteur le peut. Sur le plan international, l’Autre a le droit de ne pas obtempérer, si bien que la négociation est une constante, susceptible d’être suivie de la pression, de la coercition et de la résistance. L’altérité est consacrée par la présence des États, laquelle postule la diversité et structure le système international.

  • 3 La réalité de l’autorité est préférée au concept juridique de souveraineté. Au-delà des apparences (...)

17Le cadre et les contours des relations internationales supposent l’État. Ils ne se conçoivent que par rapport à cette catégorie capitale pour ce champ d’études, comme pour d’autres. Pouvoir et forme d’organisation humaine, l’État est une entité dotée d’un territoire et d’une autorité en mesure, en règle générale, d’imposer sa volonté sur ce territoire3. Territorialité et autorité effective font de l’État l’unité de base des relations internationales. Éminemment politique, l’internationalité n’est pas fonction de l’éloignement géographique. New York est à quelque 4 600 kilomètres de Los Angeles ; leurs relations ne sont pas internationales. Trois cents kilomètres séparent Paris et Bruxelles ; leurs relations sont internationales, du moins tant que n’aura pas été mis en place un État européen.

18Le rôle central des États n’est pas matière à discussion lorsque les liens, rapports et contacts internationaux ont un caractère d’État à État. Telle était la conception classique : les relations internationales passaient pour synonymes des rapports interétatiques. Elles étaient des attributs de l’État. Les États souverains étaient les acteurs privilégiés ou prééminents sur la scène internationale, pratiquement le personnage jouissant de l’exclusivité.

19Toutefois, le développement des activités économiques, des échanges culturels, des courants d’idées, etc., a entraîné des flux et des transferts souvent de nature non gouvernementale. Au fur et à mesure que des acteurs autres que les gouvernements – particuliers, groupes, organisations, associations –, auxquels s’ajoutaient des forces relativement anonymes – économiques, culturelles, idéologiques, etc. –, agissaient hors frontières et indépendamment des gouvernements, les relations interétatiques cessaient d’être les seules relations internationales.

20En sus des rapports entre États, ou plus exactement entre gouvernements, et autonomes à divers degrés vis-à-vis d’eux, se nouaient des liens de multiples natures entre forces et acteurs non gouvernementaux. Leurs relations étaient tout aussi internationales que celles entre les gouvernements. L’avènement de relations multi ou plurinationales (s’étendant à plusieurs pays), transnationales (en principe, indépendantes de l’autorité directe des gouvernements ou de celle de la plupart d’entre eux) et supranationales (se traduisant en institutions placées au-dessus ou à côté des États) est un phénomène marquant du XXe siècle.

21Pour autant, si les relations interétatiques ne sont plus les seuls types de relations internationales, elles n’ont rien perdu de leur importance. Si l’État n’est plus l’unique acteur sur le plan international, il y conserve un rôle éminent. Les autres doivent composer avec lui, s’appuyer sur lui, se servir de lui, le tenir à distance, s’imposer à lui ou le contrecarrer. Il demeure l’incontournable critère de définition de l’internationalité. Les relations internationales – y compris dans les formes multi, pluri, trans et supranationales – ne sont telles que par rapport à lui. Même pour un politologue qui a mis l’accent sur les relations transnationales, « l’État constitue la structure élémentaire et irréductible à partir de laquelle se construisent les rapports internationaux » (Merle 1988, 93).

22Quelle que soit sa forme, étatique ou non, une relation assume un caractère international lorsqu’elle traverse au moins une frontière étatique. Des préoccupations universelles, apparemment au-dessus ou à côté de la dichotomie nationale/internationale, comme le développement, les droits humains, la protection de l’environnement, etc., y sont comprises dans la mesure où leur manifestation concrète a pour cadre plus d’un pays. Même indépendants des gouvernements, les acteurs non étatiques se meuvent dans un monde partagé de bout en bout par les territoires des États, délimités par des frontières. Celles-ci sont d’une étanchéité ou d’une porosité variables. Elles sont franchies avec plus ou moins d’intensité et de régularité, mais leur présence structure l’espace mondial et balise l’action non étatique. Il est contraire à la réalité de prendre la fin du monopole de l’État comme acteur des relations internationales pour l’insignifiance des rapports interétatiques ou pour la disparition de l’État des relations internationales non étatiques. Cela tiendrait plus du vœu que de l’observation. Relations interétatiques et relations non étatiques se côtoient et s’enchevêtrent sur la scène internationale.

  • 4 Par exemple, la paysannerie en Colombie, l’industrialisation en Espagne, le système politique au N (...)

23Ainsi, le champ des relations internationales – et, par extension, l’HRI – englobe les rapports d’État à État et les relations non étatiques sous toutes leurs formes. Quant à l’étude de sociétés ou de pays étrangers, plutôt que de leurs liens internationaux4, elle relève des concentrations régionales (area studies ou « ouverture sur le monde »). Par commodité, et malgré la dissimilitude des thématiques, des finalités et des méthodes, relations internationales et études régionales cohabitent dans l’ensemble large des études internationales.

Transnationalisation, politique et État

24La multiplication et l’épaississement des relations économiques, sociales, culturelles, intellectuelles, scientifiques, religieuses et autres, au moins en partie indépendantes de l’autorité directe des gouvernements ou de la plupart d’entre eux, constituent une réalité qui va en s’amplifiant et qui est qualifiée de transnationalisation. Le resserrement des liens entre les sociétés et les individus semble pointer vers l’émergence éventuelle d’une société civile mondiale, se superposant ou remplaçant la mosaïque de sociétés nationales. Un tissu sans couture se substituerait au manteau d’Arlequin. Le corollaire est l’affaiblissement ou l’effacement des États.

25L’avenir dira si cette vision se vérifiera ou non. Pour l’heure, elle a un caractère futuriste, car la société civile mondiale est, au mieux, embryonnaire. Si, dans un avenir encore indéterminé, l’unification de la planète entraîne la fusion des sociétés en une société mondiale, si cette communauté universelle se montre apte à s’autoréguler, l’État s’éclipsera et les notions d’internationalité et de relations internationales tomberont en désuétude. Entre-temps la terre aura complété bien des révolutions autour du soleil. Loin d’être une donnée achevée, la transnationalisation représente un processus qui se développe en présence du fait étatique. L’annonce de l’avènement de la société planétaire transnationale et de la mise de l’État au magasin des accessoires est prématurée. Il s’agit d’une prévision, d’un espoir ou d’une peur, non d’un fait. Le trépas ou l’euthanasie de l’État ne semblent pas imminents.

26L’entrée de la transnationalité dans les consciences et dans le discours ne date pas d’hier. Avec celles de l’interdépendance et du mondialisme, la notion est popularisée durant les années 1960 et 1970, dans la foulée de la spectaculaire expansion des entreprises multi-ou transnationales. Elle reçoit une nouvelle impulsion à partir des années 1980 du fait de la mondialisation, autant comme phénomène en cours que comme projet idéologique à promouvoir ou à combattre. Parallèlement, la fin de la guerre froide est saluée, avec un optimisme vite retombé, comme la fin des guerres interétatiques. La caducité présumée de cette fonction réservée à l’État suggère l’inutilité de l’État lui-même. Enfin, les processus d’intégration, notamment européenne, et de reconfiguration ailleurs dans le monde remettent en question l’État national. Nouvelle incitation à conclure à la disparition de l’État, en raison de la tendance à confondre État-nation et État tout court.

27Or, l’intégration de l’État-nation dans un ensemble plus large produit un État plurinational à l’échelle continentale, telle l’Europe en cours de formation. Le supranational n’est pas a-étatique ; il n’est pas le non-État. Un État-continent remplacerait les États-nations. Par ailleurs, le discours mondialisant néolibéral devient la principale source de contestation de l’État, en l’occurrence, au profit du marché. S’il donne l’impression de prôner le démantèlement de l’État, sa critique véritable porte sur un certain type d’action étatique, à savoir la redistribution des revenus et le soutien de la demande (l’État-« Providence »). L’appel fait à l’État pour s’assurer qu’il seconde les entreprises et les particuliers dans la concurrence planétaire illustre bien la pérennité de cette institution pour le courant néolibéral. Loin d’évincer l’État, la mondialisation réaménage ses fonctions, renforçant certaines, affaiblissant d’autres. Simultanément, elle compte parmi ses moteurs nuls autres que les États.

28En dernier lieu, l’idée transnationale comble un vide. Le reflux des courants de gauche depuis la crête des années 1960 et 1970, et l’uniformisation néolibérale résultant de l’offensive des années 1980 détournent l’attention de l’instance politique et de l’État. Les méthodes fondées sur l’interventionnisme étatique (keynésianisme dans les pays occidentaux ; nationalisation, planification et distanciation par rapport au marché mondial dans les pays en voie de développement) sont à bout de souffle. Foncièrement politique, le volontarisme est en retrait. Orientation selon les exigences du marché et foi dans la technologie occupent tout l’espace. Qu’ils suscitent l’enthousiasme ou la résignation, le credo du désengagement de l’État et l’impératif technologique règnent sans partage. Il s’ensuit une dépolitisation généralisée. En l’absence d’idées directrices menant à des programmes, l’exercice de l’autorité politique perd son sens et son intérêt. La culture politique s’émousse. Le populisme apolitique ou l’identitarisme (ethnique, confessionnel, sexuel, générationnel, ou autre) se substituent à la vision de la société dans son ensemble et dans son devenir. Corollaire d’une approche globale, le politique est tenu pour exotique, obsolète, illégitime ou condamnable. Alors même que la puissance de l’État augmente, le pouvoir politique et le processus décisionnel deviennent étrangers et incompréhensibles, sujets lointains ou objets de répulsion. L’idée de la transnationalité revient à point nommé pour procurer une perspective de rechange ou répondre au besoin d’espérer.

L’État et le politique dans la discipline historique

29L’attitude des historiens à l’égard de l’entité étatique en tant que sujet et du politique comme thématique concerne le champ de l’HRI. Acteur dans les relations interétatiques, cadre et aune des relations non étatiques, l’État est, en effet, impliqué dans toutes les relations internationales sous toutes leurs formes. La discipline historique entretient avec l’État des rapports anciens, faits d’une longue phase de coopération, d’une autre de dénonciations fracassantes, d’une dernière de pacification.

30L’histoire politique passe pour la branche la plus ancienne de l’histoire, longtemps synonyme de la discipline. Elle s’occupe d’une institution plusieurs fois millénaire, l’État, auquel s’ajoutent ses organes, le gouvernement et l’administration. Elle connaît son essor avec l’émergence de l’État territorial, dynastique puis national. Née parce que les dirigeants s’intéressaient au passé de l’institution dont ils avaient la charge, elle s’est longtemps limitée à raconter la vie des « grands hommes », en vue d’identifier leurs réalisations, leurs qualités et leurs faiblesses, à la narration des événements et à l’examen des documents officiels produits par l’État et ses commis.

31L’histoire politique était dominante. À la fin du XIXe siècle, le Britannique John Robert Seeley prenait l’histoire pour la servante de la politique. « Politique d’abord », disait l’historien français du début du XXe siècle Charles Seignobos. L’Américain Edward Freeman traduisait le sentiment commun dans sa devise : « History is past politics and politics present history. » Cette pesante hégémonie est battue en brèche à partir de l’entre-deux-guerres, lorsque l’histoire « événementielle », « historisante » et « positiviste » est sévèrement critiquée pour son caractère superficiel, son inaptitude à problématiser et son ignorance des conditions socioéconomiques et culturelles.

32Depuis un demi-siècle, l’histoire politique érudite met l’accent sur les liens entre la politique, les autres types d’activité collective et les conditions générales de la société. Ce virage est dû à la critique qu’elle a essuyée et à l’intervention des couches sociales plus étendues que les anciennes élites dans le processus politique (la « démocratisation »). On entend aujourd’hui par histoire politique tout ce qui touche le pouvoir, étatique ou non étatique : qui le détient et comment il est acquis, organisé, exercé, remis en question et transféré. On cherche qui en bénéficie et qui en est privé. On s’intéresse aux méthodes et aux conditions de prises de décision, ainsi qu’au rôle des idéologies et à la manipulation des symboles et des imaginaires. Il n’y a pratiquement plus de liens de filiation avec l’ancienne histoire politique, banale et à juste titre décriée.

33Dans le monde universitaire, l’histoire politique a perdu la prééminence incontestée qui était la sienne au bénéfice de l’histoire sociale et l’histoire économique, auxquelles se sont ajoutées l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle. L’histoire du petit peuple, les coutumes des gens ordinaires, les détails de la vie courante et autres dimensions négligées de l’histoire « par le bas » sont récupérés et mis en lumière. L’histoire « positiviste » est déboulonnée avec zèle et militantisme. Le débat intellectuel se double d’une lutte pour les places, les carrières, les créneaux et les ressources dans la profession historienne, autrement dit d’un changement de garde. Surviennent dans ces conditions les excès polémiques, le dogmatisme et l’anathème. À la suffisance des mandarins en place répond la démesure des aspirants.

34Les premiers « nouveaux historiens » font preuve d’indifférence à l’égard de l’histoire politique et de l’État ; certains disciples de moindre envergure les écartent de leur champ de vision. La confusion est entretenue entre l’étude de l’État et la vénération de l’État, entre la fonction politique au sens large et l’aliénante petite politique (primauté des manœuvres politiciennes, personnalisation à outrance, néant programmatique, marketing sans honte, hégémonie des publicitaires et fabricants d’images, mascarades électorales, tapage médiatique, médias-courroie-de-transmission-du-pouvoir, etc.). De la contestation justifiée d’une manière apologétique et primitive de faire de l’histoire politique suit parfois un glissement vers la mise au ban de la thématique elle-même. Au culte de l’État se substitue alors son image inversée, l’allergie à l’État. À la statocratie béate succède ainsi un antiétatisme épidermique, renforcé récemment par le néolibéralisme ambiant. La sérénité ne présidant pas toujours au débat, le discrédit en vient à être jeté sur l’histoire politique, quels que soient sa qualité et l’intérêt palpable qu’elle suscite. Caricaturée, il arrive qu’elle ploie sous le poids d’un interdit à peine voilé. Quand bien même les praticiens de l’histoire politique seraient exemplaires en matière de rigueur scientifique et d’attitude critique à l’égard du pouvoir, ils pourraient se voir exposés au déni de la valeur scientifique de leur travail, à l’excommunication, à la dérision, ou au jet du qualificatif voulu infamant de « traditionnel ».

35Au-delà des querelles de clocher se pose l’authentique problème de l’arrimage du politique avec les autres instances de la société. La « nouvelle histoire » s’est montrée peu empressée ou inapte à l’intégrer. Une solution de facilité consiste à évacuer tout simplement l’État et le politique, sujets étiquetés sans mérite et entourés d’un tabou, mais cette factice tranquillité se paie au prix fort de l’ignorance. Nihiliste, cette voie a surtout contre elle l’aveuglante évidence que l’État et le pouvoir politique ont l’insolence de perdurer. Elle se heurte aussi à une réalité historique : dans le passé, l’État et le système étatique international ont su domestiquer de puissantes forces transnationales, comme la religion et l’idéologie. L’État les a pliées à ses volontés et mises à son service, tout en s’en faisant un vecteur agissant. Enfin, il n’est pas plus sensé de mettre au ban l’étude de la politique par suite des méfaits de l’État que d’interdire l’étude du fait religieux au motif que la religion a été un instrument de contrôle autrefois.

36Dans l’ensemble, la « nouvelle histoire » a résisté aux pulsions qui la feraient dévier de son cours en devenant prétexte pour fermer des sujets d’étude. Effort d’approfondissement du savoir, elle a plutôt contribué à rénover leur méthodologie. Étranger à l’activité scientifique, le sectarisme a été tenu en échec. L’attitude pluraliste qui ouvre de nouvelles pistes a primé sur celle qui s’acharne à clore des sujets parfaitement dignes d’intérêt intellectuel et citoyen. L’histoire « par le bas » n’est nullement exclusive d’une histoire « par le haut », problématisée et insérée dans son contexte global. « Ce n’est pas parce que les soldats de Napoléon sont importants qu’il faut cesser d’étudier Napoléon lui-même » (Duroselle 1991, 28). Ce n’est pas parce que la guerre est un sujet déplaisant qu’il faut cesser de l’étudier. Proscrirait-on l’étude de l’exploitation de l’homme par l’homme, de l’esclavage, du colonialisme, du racisme, de l’antisémitisme, du sexisme, de la criminalité, du nazisme, etc. ? L’aversion, souvent justifiée, à l’égard du pouvoir et des dirigeants ne saurait se traduire en illusion à l’effet qu’ils ne comptent pas. Un chef d’État est sans doute un personnage moins aimable que le cafetier du quartier, mais l’action duquel a le plus d’impact ? Ignorer les élites par antipathie, au lieu de scruter et de comprendre ce qu’elles font, reviendrait à se réfugier dans un monde irénique.

  • 5 « État » et « nation » sont employés indifféremment, comme souvent dans la langue anglaise.

37Plus de six décennies après la France, les États-Unis voient se dérouler une sorte de reprise du débat-combat historien franco-français, avec variante américano-américaine. Le point de départ est la volonté de contester la thèse ancienne de l’« exceptionnalisme » américain, jugée prégnante, et la concentration sur l’histoire nationale (Bender 2002 ; McGerr 1991 ; Sexton 2005 ; Tyrrell 1991). La démonstration que les États-Unis ne sont pas exceptionnels pouvait se faire par la méthode comparative, mais il n’est pas recouru à elle parce qu’elle aurait posé la nation comme unité d’analyse, renforçant ainsi la vision nationale. L’objectif est de démontrer qu’une multitude de cultures, de traditions et d’influences entrent dans l’identité américaine et ont toujours fait partie de l’histoire des États-Unis. Les transferts, échanges et emprunts seraient permanents. Ce pays aurait été depuis longtemps au carrefour de flux et de courants internationaux échappant à l’action de l’État. La mondialisation accentuerait ce phénomène. La place centrale accordée à la nation, à l’État5 et à l’histoire politique serait injustifiée. Il conviendrait donc de les transcender.

38Une telle démarche laisse entrevoir une histoire plurielle des États-Unis, une histoire qui prendrait en compte les facteurs exogènes à l’œuvre dans l’évolution du pays. Naîtrait un courant d’histoire multi-, pluri-, trans- ou interculturelle des États-Unis, peut-être concurrent de l’idée du melting-pot. Malheureusement, l’usage du vocable « transnational » induit à assimiler l’étude du brassage, du métissage et de la synthèse qui s’opèrent ou non sur le sol américain à l’interface transnationale avec l’extérieur, problématique distincte relevant des relations internationales. Ce manque de rigueur ou glissement linguistique découle de l’intention déclarée de mettre au rancart l’État, à laquelle se greffe la méprise voulant que les relations internationales ne seraient qu’interétatiques. Il s’ensuit naturellement que les relations internationales sont retirées dès le départ d’une vision qui identifie la société américaine à l’internationalité. L’instance internationale devient a priori superflue ou impensable, tandis que la nomenclature transnationale recouvre, en réalité, les relations intercommunautaires et l’interculturalité.

39Ainsi, reposant sur des prémisses douteuses, un projet susceptible d’éclairer sur l’histoire intérieure des États-Unis crée le faux-semblant d’un dépassement des relations internationales, préoccupation d’un âge étatique supposé révolu. La mise sous le boisseau du politique et de l’État se complète de l’occultation de l’international, auquel est substituée la vie sociale intérieure rebaptisée internationale. Or, la coexistence ou, mieux, l’interpénétration du projet et des relations internationales eussent été possibles et préférables. Par ailleurs, critiquant une idéologie nationale qui aurait permis à l’État de faire sa propre histoire, le paradigme « transnational » proposé ne comporte pas d’interrogation autocritique sur le contenu idéologique de la vision réputée apolitique, a-étatique et a-américaine qu’il met de l’avant. On progresse peu en remplaçant un construit qui s’ignore par un autre qui ne se reconnaît pas. La thèse de l’« exceptionnalisme » américain en sortira-t-elle récusée ou réanimée, rafraîchie et mise à l’heure du discours sur la mondialisation ?

De l’histoire diplomatique…

40Comme d’autres champs – par exemple, l’histoire politique, l’histoire militaire, etc. –, l’étude de la dimension internationale est pratiquée longtemps avant la constitution de l’histoire comme discipline scientifique. Elle a pour ancêtre Thucydide, lequel tente d’expliquer les causes de la défaite d’Athènes aux mains de Sparte dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse. Remontant au Ve siècle avant J.-C., cette enquête formule la notion d’équilibre des forces, concept-clé dans l’analyse ultérieure des relations interétatiques. Ses origines étant lointaines, l’histoire internationale doit relever le défi de l’adaptation aux réalités et aux conceptions nouvelles, épreuve dont sont dispensés des champs plus récents, tels que l’histoire sociale ou culturelle. L’étude de la dimension internationale en est transformée et modernisée.

41Jusqu’au début du XXe siècle, l’État accapare toute l’attention sur la scène internationale. Relations internationales et projection à l’extérieur de leurs frontières de la politique des États correspondent à la même idée. Les relations internationales sont l’étude des relations interétatiques et des politiques étrangères des États. Les relations internationales n’existent pas selon l’acception contemporaine. La dénomination qui est la leur – histoire diplomatique – reflète avec justesse l’activité analysée et l’objet visé.

42Cette conception classique de la sphère internationale traduit d’ailleurs trois réalités. D’abord, l’État est le seul acteur sur la scène internationale, ou peu s’en faut. Ensuite, l’intervention sur la scène internationale représente une fonction solennelle, l’apanage des plus hautes autorités de l’État. Domaine réservé de l’élite, il est de fait la chasse gardée de la noblesse. Des codes, des usages, un mode de vie et un vocabulaire se développent autour de la diplomatie, activité ésotérique à la portée des seuls initiés. Le prince, monarque ou chef de l’État, mènent la politique étrangère en toute indépendance, à la lumière des conseils du ministre des Affaires étrangères et des ambassadeurs, peut-être du ministre de la Guerre et de quelques émissaires secrets. La diplomatie est effectivement affaire de cours et de cabinets. Du royaume dynastique et absolutiste à l’État national qui émerge au XIXe siècle, la diplomatie demeure un art enveloppé de mystère et pratiqué par un nombre infime de personnes gravitant autour de l’autorité suprême de l’État. Enfin, leur attention porte sur les « hautes considérations politiques » : négociation d’État à État, conclusion de traités, formation et dissolution d’alliances, emploi de la force armée, guerre et paix, puissance et sécurité, prestige et expansion territoriale. Les autres questions, par exemple, celles à caractère économique ou commercial, sont considérées comme d’un ordre inférieur, indigne d’un diplomate, affaires de roturiers. La diplomatie ne connaît que la politique à l’état pur.

43L’histoire diplomatique étudie les décisions, actions et déclarations des milieux dirigeants en matière de politique étrangère. Elle se propose « d’exposer et d’expliquer les relations entre États, à travers leur expression politique, sur la base de documents issus des ministères des Affaires étrangères » (Thobie 1986, 198). Leopold von Ranke, Albert Sorel, Albert Vandal, Émile Bourgeois, Sidney Fay, George Peabody Gooch, Robert William Seton-Watson, Harold Temperley, William Norton Medlicott et d’autres laissent des œuvres d’une grande érudition. L’histoire diplomatique se développe au XIXe siècle et s’appuie de plus en plus sur les archives, la correspondance officielle et les textes des ententes, conventions et accords. La Revue d’histoire diplomatique voit le jour à Paris en 1887 ; elle continue à paraître 120 ans plus tard. Les ouvrages de William L. Langer et d’A. J. P. Taylor, réédités ou parus jusqu’aux années 1950, sont des mines de renseignements et des modèles de finesse.

44Il n’en demeure pas moins que l’histoire diplomatique, telle qu’elle est alors pratiquée, a ses limites. La substance de cette histoire consiste en ceci : raconter les relations entre États, notamment la teneur des traités, et rendre compte des missives échangées entre chefs d’État, ministres et ambassadeurs. Seul l’angle politique des relations entre États est considéré. L’historien ne prend pas suffisamment de recul ; il n’est pas rare qu’il s’identifie au point de vue des chancelleries. La contingence domine et la description l’emporte sur l’explication, laquelle est sommaire parce que fondée sur l’idée que l’homme d’État décide en toute indépendance. Tout commence en lui ; tout se termine en lui. La diplomatie explique la diplomatie, et l’événement un autre événement.

Travail utile mais qui, le plus souvent, ne débouche pas hors de lui-même : l’histoire diplomatique cherche en elle-même sa propre explication. Par exemple, l’issue d’une négociation internationale est expliquée par la volonté, l’habileté ou, au contraire, par la mollesse, l’incapacité à décider des hommes directement liés à l’affaire et dont la prise sur l’événement est considérée comme sans limite. On reste, au mieux, au niveau des rapports politiques souvent superficiels, la plupart du temps au niveau d’un psychologisme rudimentaire : non seulement on tourne en rond, mais subjectivisme national et préjugés sociaux pèsent lourdement dans l’explication. (Thobie 1986, 201)

… à l’histoire des relations internationales

45La Première Guerre mondiale sonne l’heure du changement. La mobilisation de toutes les ressources, le carnage, les destructions et les conséquences d’un conflit « total », impliquant autant les civils que les militaires à une échelle inconnue jusque-là, transforment le regard sur la chose internationale. La recherche des causes et des éléments belligènes oblige à regarder au-delà des facteurs politiques et personnels. Connaître les calculs des uns et des autres, l’adresse de tel dirigeant ou l’incompétence de tel responsable, tout cela apparaît comme accessoire à côté de l’hécatombe à expliquer. L’ampleur de la tragédie amène les historiens à scruter de près ces problèmes internationaux si pleins de dangers. Il faut comprendre comment et pourquoi l’Europe en est arrivée à la guerre illimitée. Le conflit ébranle la société et la bouleverse de fond en comble. Ses sources ne sauraient être limitées à la seule action des milieux politiques et diplomatiques. Expliquer le fait international oblige à diriger son regard plus loin que les chancelleries et vers les conditions générales de la société (l’« environnement »). Aussi fondamentales soient-elles, politique et diplomatie ne peuvent plus être prises comme des domaines se suffisant à eux-mêmes.

46La Première Guerre mondiale n’est pas l’unique agent de la mutation qui s’amorce. La réalité s’impose sur un autre plan : l’influence amplifiée du marxisme après 1917 contribue à éveiller l’intérêt pour le rôle des facteurs économiques dans l’explication des phénomènes. On commence à mesurer les carences de l’histoire purement diplomatique. L’attention est portée sur la multiplicité des forces sous-jacentes qui influencent la formulation et la mise en œuvre de la politique étrangère, qu’elles soient économiques, sociales, démographiques ou autres.

47L’historien Pierre Renouvin (1893-1974) est le maître d’œuvre et l’animateur de la transition. Sa perspective est essentiellement diplomatique dans Les origines immédiates de la guerre (1925). La notion de « forces profondes » qui agissent sur la diplomatie apparaît pour la première fois dans La crise européenne et la Grande Guerre (1934). Elle est mise à contribution dans La question d’Extrême-Orient 1840-1940 (1946) et elle sous-tend l’Histoire des relations internationales qu’il dirige et dont les huit tomes paraissent entre 1953 et 1958. Dans Introduction à l’histoire des relations internationales (1964), rédigé avec son élève Jean-Baptiste Duroselle (1917-1994), Renouvin livre un exposé méthodologique qui définit les « forces profondes » et situe leur rôle dans l’explication historique.

48L’élargissement et l’approfondissement du domaine se reflètent dans le changement de l’appellation : l’histoire diplomatique cède le pas à l’HRI. La critique de l’histoire diplomatique ne bascule pas dans le rejet de l’État, objet d’étude qui n’a rien perdu de son intérêt. Il ne s’agit pas de renoncer à l’étudier, mais de mieux le comprendre. Plus ambitieuse et plus vaste que l’histoire diplomatique, l’HRI scrute, sous tous les angles et toutes les coutures, les rapports entre communautés humaines. Dans l’introduction générale d’Introduction à l’histoire des relations internationales, Renouvin écrit :

Ce n’est pas l’objet de l’histoire diplomatique qui prête à contestations ; c’est sa méthode, telle que ses adeptes la pratiquent souvent. Parce qu’il dispose de « sources » abondantes, dont l’accès est facile, l’historien se laisse submerger par les documents, sans se résoudre à sacrifier dans sa recherche les menus incidents qui ont retenu, pour un instant fugitif, l’attention des chancelleries. […] L’erreur de cet historien est de croire que les documents diplomatiques peuvent suffire à étudier l’histoire des relations internationales. (Renouvin 1953, xii)

49La démarche de Renouvin est prudente. Dans l’Introduction à l’histoire des relations internationales, les « forces profondes » sont présentées au début de chaque volume, mais, dans le traitement des relations internationales, les facteurs politiques – souci de sécurité, désir de prestige, volonté de puissance – l’emportent. Le facteur économique n’a qu’un rôle d’appoint : c’est tantôt une arme utilisée à des fins politiques, tantôt une monnaie d’échange. Les intérêts non politiques s’exercent, mais les intérêts politiques demeurent primordiaux. La primauté de l’État est confirmée. La décision appartient à l’homme d’État mû, en dernier ressort, par des considérations politiques. Dépendant de la recherche disponible, l’Introduction à l’histoire des relations internationales ne pouvait qu’exprimer la primauté du politique.

50²La vision est interétatique. La première phrase de l’Introduction à l’histoire des relations internationales marque le terrain : « L’étude des relations internationales s’attache surtout à analyser et à expliquer les relations entre les communautés politiques organisées dans le cadre d’un territoire, c’est-à-dire entre les États. » Le premier paragraphe se termine par une phrase qui ne laisse aucune place à l’ambiguïté : « C’est donc l’action des États qui se trouve “au centre des relations internationales”. Tel est le cadre général où nous nous sommes placés ici. »

51Renouvin a ouvert la voie menant à une histoire globale des relations internationales. Il a opéré le virage décisif sur les plans conceptuel et méthodologique. L’étude de la politique étrangère ne saurait plus se faire à partir d’elle-même. L’historiographie doit tenir compte des mouvements de fond et des facteurs non politiques dans l’explication de l’action internationale des États. Tout en conservant leur spécificité, l’extérieur et l’intérieur sont mis en communication par le va-et-vient de l’historien. C’est une insigne contribution dont il n’a vu que les premiers fruits de son vivant. La recherche historique concrète dans la nouvelle optique ne faisait que commencer.

52À ce stade, le projet consiste à élaborer des explications adéquates du comportement des États en mettant en lumière les forces diverses qui les influencent. L’HRI commence par englober tous les phénomènes interétatiques, quelle que soit leur nature. Aucune recherche nouveau genre ne se limite aux sources diplomatiques, même si leur apport ne peut de quelque manière que ce soit être sous-estimé. Des archives économiques de l’État aux archives d’entreprises, des fonds d’associations aux sources littéraires, l’historien des relations internationales doit se renseigner là où les « forces profondes » le mènent. Quant aux relations non étatiques, elles représentaient une interrogation d’avenir autant dans les sciences humaines et sociales que dans la société elle-même, où elles n’en sont qu’aux balbutiements. Il n’empêche que, dès lors que la sortie de la sphère strictement politico-diplomatique est amorcée, tout devient possible.

Les « forces profondes » : outillage analytique de l’HRI

53Le passage à l’HRI est marqué par la fin de la singularité de l’État comme entité dotée d’une personnalité internationale et par la fin de l’autonomie du politique par rapport aux autres dimensions de la vie collective (économie, société, mentalités, culture, etc.). On comprend de mieux en mieux que l’État n’est pas l’unique acteur sur la scène internationale. Entreprises, financiers, commerçants, missionnaires, groupes de pression, partis politiques, syndicats, associations de toute nature et individus se déploient dans le monde. On se rend à l’évidence que l’État ne s’occupe pas que de questions de haute politique, même si celles-ci demeurent sa prérogative et son champ de prédilection. On reconnaît que l’État n’agit pas en vase clos : il prend en considération les exigences et les souhaits de certaines forces nationales intéressées par le monde extérieur ; il doit souvent arbitrer ; il est soumis à des contraintes diverses (géographiques, démographiques, économiques, militaires et autres).

54Ce sont là les facteurs sous-jacents de l’action internationale, à côté desquels les tractations diplomatiques peuvent ressembler à des mouvements de surface ou à des activités d’accompagnement. L’HRI prend en compte les influences de tous ordres qui agissent sur la politique étrangère. Présentées dans la première partie de l’Introduction à l’histoire des relations internationales, les « forces profondes » sont matérielles et morales. Les facteurs géographiques comportent les ressources naturelles, la position dans le monde et l’étendue. Parmi les conditions démographiques, sont retenus l’accroissement des populations et les mouvements migratoires. Les forces économiques ont droit à trois chapitres. Viennent enfin les facteurs de mentalité collective et les idéologies qui s’expriment à travers le sentiment national, le nationalisme et le mouvement pacifiste. Les « forces profondes » ont un caractère collectif et durable. Leur évolution est lente ; elles appartiennent au temps long, autrement dit aux structures qui vont désormais intervenir dans l’explication de l’événement. Le mobile, l’éphémère et le malléable, telle l’opinion publique, trop souvent mouvement d’humeur, n’en font pas partie.

55La deuxième partie traite du décideur et des rapports qu’il a avec les « forces profondes ». C’est l’homme d’État qui définit les finalités d’une politique étrangère, mais il ne le fait pas souverainement. Sa personnalité a son importance, tout comme sa conception de l’intérêt national. Au-delà de ses traits personnels, il y a les intérêts plus généraux. L’homme d’État est inséré dans un contexte collectif. Sa relation avec les « forces profondes » est double. D’une part, elles font partie de sa personne, par son milieu d’origine, son univers mental, sa formation, ses fréquentations et ses attaches socioprofessionnelles. D’autre part, elles exercent directement leur pression sur lui sous la forme d’intérêts concernés par la politique étrangère, incarnés dans des individus, des associations et des groupes, formels et informels. Cependant, le décideur n’est pas impuissant, car il peut agir sur ces forces, qu’elles soient économiques et sociales, ou relatives à la psychologie collective. Il est en mesure de modifier leur cours, et même de les plier à ses volontés. De cette chimie des « forces profondes » et de la personne du décideur naît la décision, sujet du dernier chapitre. La combinaison est exprimée ainsi quelques années plus tard : les dirigeants sont la source de la stratégie d’action (la finalité), mais ce calcul doit tenir compte des forces (la causalité) (Duroselle 1981, 73).

56La deuxième page de l’Introduction à l’histoire des relations internationales énonce un programme large mais exigeant.

Pour comprendre l’action diplomatique, il faut chercher à percevoir les influences qui en ont orienté le cours. Les conditions géographiques, les mouvements démographiques, les intérêts économiques et financiers, les traits de la mentalité collective, les grands courants sentimentaux, voilà quelles forces profondes ont formé le cadre des relations entre les groupes humains et, pour une large part, déterminé leur caractère. L’homme d’État, dans ses décisions ou dans ses projets, ne peut pas les négliger ; il en subit l’influence, et il est obligé de constater quelles limites elles imposent à son action. Pourtant, lorsqu’il possède soit des dons intellectuels, soit une fermeté de caractère, soit un tempérament qui le portent à franchir ces limites, il peut essayer de modifier le jeu de ces forces et de les utiliser à ses propres fins. (Renouvin et Duroselle 1964, 2)

57L’HRI nouveau genre est une méthodologie, non un schéma rigide et simplificateur. Il n’y a pas dans son approche de prédisposition au déterminisme. Les événements ne sont pas le résultat automatique de l’action d’une ou de plusieurs « forces profondes ». Ils ont un faisceau de causes que la recherche est appelée à identifier au cas par cas. La médiation des décideurs a toujours un rôle, d’une importance variable. Les « forces profondes » ne dictent pas les décisions des responsables et ne sécrètent pas les événements ; elles les suggèrent, les conditionnent, les rendent possibles ou, inversement, les freinent. Elles en sont à la fois un fondement, un moteur, des ressorts et des balises. Le décideur n’est pas le docile exécutant de forces qui s’exercent sur lui ; il conserve un espace plus ou moins extensible d’autonomie. Il ne peut ignorer les « forces profondes », mais il dispose de la latitude lui permettant des choix : se conformer strictement au jeu des « forces profondes », en ralentir le rythme ou l’accélérer.

58L’historien des relations internationales tente de comprendre quelles influences ont été opératoires et quel rôle elles ont pu avoir dans la décision. Si l’idée que le décideur est un être absolument libre n’a plus cours, elle n’a pas été remplacée par l’apriorisme, encore moins par la prétention de confectionner une théorie générale ou des modèles abstraits valables pour tous les temps. « C’est sur le dialogue que l’homme d’État mène avec la société, sur l’influence des forces profondes, des facteurs économiques, des comportements collectifs, sur la psychologie du décideur, l’ambiance dans laquelle se prennent les décisions, sur le rôle des circonstances que l’accent sera mis » (Freymond 1985, 6).

59Déterminer l’articulation entre l’action consciente sur le plan international (événement) et les « forces profondes » (structures), démêler l’écheveau des causes opératoires dans les décisions d’ordre international, constitue de redoutables défis à relever pour l’HRI.

Cela implique l’analyse du développement économique, en fonction des divers paramètres, aussi quantifiés que possible, permettant ce développement, et où entrent en jeu notamment la géographie (espace, situation, ressources…) et la démographie ; la prise en compte des relais de l’appareil de production aux formations sociales, à leurs conflits ; la prise en compte de l’apparition et de l’évolution de tout ce qui constitue l’expression des intérêts de ces formations à travers l’opinion, les mentalités, les débats et affrontements idéologiques ; la prise en compte des relais des formations sociales à l’organisation politique, aux institutions politiques, à l’appareil d’État, comme on dit, au sein duquel s’élaborent les décisions de politique extérieure. (Thobie 1985, 33)

L’HRI après Renouvin : l’acquis

60La conception nouvelle de l’HRI est une révolution épistémologique dans l’étude de l’histoire internationale. Réorientation majeure, elle ouvre des horizons larges et extensibles. Revivifiée et refondue, la recherche connaît un étoffement et une dilatation rapides. Prenant la suite des fondateurs, Renouvin et Duroselle – ce dernier laisse de nombreux ouvrages –, deux générations d’historiens construisent sur leur travail et l’étendent, confirmant la fécondité de la méthode proposée. Le domaine s’est immensément enrichi, embrassant tous les phénomènes internationaux.

61Les axes d’investigation et d’enquête des élèves et successeurs sont divers : lien économie-politique dans les relations bilatérales (Guillen, Poidevin, Bariéty, Girault, Thobie, Allain, Durandin, Rey, Bussière, Saul, Delaunay et Lefèvre) ; buts de guerre économiques (Soutou) et relations franco-américaines durant la Première Guerre mondiale (Nouailhat, Kaspi) ; dettes internationales résultant de ce conflit (Artaud) ; rôle des États-Unis dans l’unification de l’Europe (Melandri) ; problèmes de stratégie (Pedroncini, Vaïsse) ; guerre froide (Soutou) ; plan Marshall (Bossuat) ; immigration et émigration (Ponty, Schor) ; étude du groupe dirigeant (Allain) ; rôle de l’opinion publique (Milza, Becker, Miquel), de la psychologie collective et des mentalités (Milza) ; problématique de la « perception » et de la construction du réel dans les relations internationales (Girault, Frank) ; poids des représentations (« images ») et des cultures (Girault, Bossuat) ; place des échanges intellectuels, des transferts culturels et des imaginaires (Ruscio, Cœuré) ; etc.

62Indépendant, le courant rénovateur est sensible en Allemagne fédérale, où l’ouvrage de Fritz Fischer sur les buts de guerre de l’Allemagne en 1914 (1961) provoque un débat mémorable. L’« École » de Bielefeld anime les recherches sur la problématique du lien entre les conditions intérieures et la politique étrangère. Aux États-Unis, William Appleman Williams, l’« École » du Wisconsin et d’autres historiens de la Nouvelle Gauche mettent l’accent sur les ressorts économiques de l’expansionnisme américain. L’étude de Paul Kennedy sur la naissance et le déclin des grandes puissances (1987) est enracinée dans les contextes économique, politique et militaire.

63En 1974 est lancée la revue Relations internationales, champ d’application de l’HRI selon la nouvelle conception. Thématiques, ses numéros portent sur des régions du monde et sur les rapports entre les relations internationales et des thèmes tels la politique intérieure, la littérature, la culture, les transferts culturels, les Églises, les banques, la diplomatie nouvelle, la stratégie, le sport, l’olympisme, la diplomatie multilatérale, l’énergie, la science et les techniques, les congrès scientifiques internationaux, le pacifisme, les migrations, la mer, la frontière, le nucléaire, les réfugiés et exilés, les organisations internationales, le renseignement, la sécurité collective, les conflits de minorités nationales, les transports, la monnaie, le tourisme, les guerres civiles, la géopolitique. Guerres mondiales et conflits contemporains (anciennement Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale) s’inscrit dans le courant de l’HRI et ouvre ses pages aux articles portant sur l’explication de toutes les dimensions des rapports internationaux. La centenaire Revue d’histoire diplomatique elle-même élargit ses horizons à l’HRI, vivifiant et renouvelant ainsi l’histoire diplomatique. Dans le monde anglophone, The International History Review (Burnaby, C.-B.) ouvre ses pages autant à l’histoire proprement diplomatique qu’à l’HRI. La revue américaine Diplomatic History envisage de changer son nom et de s’appeler International Relations. Quoi qu’il en soit, l’histoire diplomatique n’est pas appelée à s’éteindre. En Grande-Bretagne, la revue Diplomacy and Statecraft permet de mesurer combien elle demeure vigoureuse. HRI et histoire diplomatique, critique et dynamisée par l’HRI, font bon ménage.

64Il n’y a aucune restriction en ce qui concerne les facteurs qui entrent en ligne de compte pour la compréhension du phénomène international. L’HRI est globale. Son horizon s’étend indifféremment à l’élucidation d’un point de vue historique des relations interétatiques, des relations intersociétales et de tout type de relations extra-ou non étatiques (multi-, pluri-, trans- et supranationales).

[Elle] est une thématique spécifique qui focalise sur les dimensions historique et internationale des phénomènes, qu’ils soient collectifs ou individuels, bilatéraux ou multilatéraux, de courte ou de longue durée. […] [Elle] englobe l’histoire de toutes les formes de contacts internationaux entre individus, groupes, États et sociétés. Elle les explique en eux-mêmes et dans leurs rapports avec les influences politiques, économiques, sociales, culturelles, idéologiques, intellectuelles, scientifiques, religieuses, militaires, institutionnelles, etc., présentes dans la collectivité. (Montréal, GIHRIC 2004)

L’HRI et l’interdisciplinarité

65La transition vers l’HRI a été une formidable instigatrice d’interdisciplinarité. Ce courant va en se renforçant. L’arrimage entre les « forces profondes » et les décideurs, entre les facteurs et les acteurs, oblige l’historien des relations internationales à recourir aux disciplines qui traitent les champs dans lesquels s’inscrivent les « forces profondes ». Il doit se tremper dans leurs méthodologies et mettre à contribution leurs découvertes. L’objet n’est pas de déterminer à l’avance les conclusions auxquelles il va aboutir, mais de s’en inspirer pour poser des questions, formuler sa problématique et anticiper les écueils possibles dans sa démarche.

66À la quête de tous les éclairages sur les « forces profondes » qu’il repère, l’historien des relations internationales est tour à tour politiste, juriste, philosophe, économiste, sociologue, psychologue, linguiste, etc. Il a le devoir de comprendre les processus de prise de décision, les institutions, les groupes de pression, les idéologies, la jurisprudence, les mécanismes de la production et les pratiques financières, les catégories sociales, la psychologie collective, le discours et ses stratégies, et tout autre sujet pertinent à sa recherche. La collaboration entre historiens de l’international et autres spécialistes est chose courante.

67L’inter-, multi-ou pluridisciplinarité rencontre peu de résistance chez les historiens, tant est répandue l’attitude de disponibilité. La préoccupation est d’un autre ordre : conserver la spécificité de la discipline historique face aux charmes de la pensée empruntée, au vocabulaire savant ou perçu comme tel, aux facilités de la prédétermination des résultats et à la ruée vers la « théorie » ou ce qui passe pour de la théorisation. Comment rester elle-même, tout en collaborant avec d’autres, voilà le défi.

68La spécificité de l’histoire tient au fait qu’elle étudie et cherche à expliquer des processus sur le temps (long, moyen, court). Son approche est « diachronique » plutôt que « synchronique ». Pour une discipline qui traite le passé de pratiquement tout et dont l’armature méthodologique est, pour cette raison, souple, l’engagement dans la démarche interdisciplinaire pourrait faire oublier que l’histoire doit demeurer l’axe principal et le pôle central du travail de l’historien. La dissolution de l’histoire, sa mise à l’écart ou sa réduction à un rôle d’appoint ou de garniture seraient une dénaturation de l’interdisciplinarité. Évacuer armes et bagages du terrain de l’histoire ne pourrait que décevoir des partenaires qui demandent de l’histoire, non du mimétisme de la part des historiens. À se faire imitateurs, ceux-ci se rendraient inutiles et redondants. Les autres disciplines n’ont pas besoin d’alias, de sosies ou de clones : dédoublement sans intérêt.

Prolongements

69La sacralisation du politico-diplomatique (le tout-politique), la proscription du politique (le tout-sociétal ou le tout-culturel) ou le mécanisme qui ferait prescrire les politiques par les structures ont la vertu de la simplification et le défaut du simplisme synonyme de démission intellectuelle. L’HRI navigue sans trop de mal entre ces écueils. Le défi pour l’historien des relations internationales, et dont peuvent être épargnés certains autres historiens, est de dégager les articulations entre les mouvements conjoncturels du temps relativement court (actions et politiques) et les pesanteurs structurelles de longue durée (« forces profondes »), entre les choix circonstanciels et les tendances lourdes, entre le mobile et le massif, entre le conscient et l’inconscient, entre le texte et le contexte. C’est dans cet espace de réflexion que se situent les recherches les plus stimulantes.

70Dans cette perspective, le travail s’oriente sur quatre axes. Tous constituent une poursuite d’activités déjà entamées. D’abord, l’extension de l’étude des relations bilatérales aux pays du « Sud » depuis les indépendances se réalisera pleinement lorsque les archives de ces derniers deviendront disponibles. Ensuite, les enquêtes multilatérales, impliquant plus de deux États ou formations sociales, du « Nord » ou du « Sud », conduiront à confronter les sources documentaires et les traditions de plusieurs pays.

71En troisième lieu, parmi les « forces profondes », la culture inspirera de nouvelles recherches. L’étude des politiques culturelles a déjà fait des progrès sensibles. L’histoire culturelle a connu un certain développement au cours des 20 dernières années, surtout aux États-Unis sous l’influence du postmodernisme. « Déconstruction » du discours, analyse des représentations et intérêt pour les questions identitaires permettent de mieux comprendre la texture culturelle d’un contexte historique. Reste l’essentiel pour l’HRI : le rapport entre les conditions culturelles et l’action consciente. Découvrir le lien de causalité entre cette « force profonde », fort diffuse, et les décisions internationales s’annonce plus ardu que pour les forces économiques, démographiques ou militaires. Dans quelle mesure la culture est-elle une variable explicative de l’HRI ? Quel facteur culturel a conduit quelles personnes ou quels groupes à engager quelle action ? Il serait fâcheux que la difficulté de réussir la démonstration dans des cas historiques concrets fasse rater l’occasion de réaliser la jonction entre l’approche culturaliste et l’HRI. Plus triste encore – et indubitable aveu d’échec – serait la fuite en avant par la disqualification ex cathedra de l’une ou de l’autre.

72Enfin, se développeront l’étude pour soi et la prise en compte dans le processus décisionnel des « forces profondes » multi-, pluri-, trans- et supranationales, au fur et à mesure qu’elles se feront sentir. Quelles sont ces forces ? Comment agissent-elles ? Quelles sont les influences réciproques qu’elles ont les unes sur les autres ? Quel est leur poids par rapport aux « forces profondes » internes ? Comment leur impact se fait-il sentir sur l’instance politique et sur le système international ? La lucidité et l’attitude critique sont plus que jamais nécessaires, car les phénomènes dits transnationaux tendent à être parés tantôt de propriétés tantôt de vertus censées bouleverser les relations internationales, voire l’internationalité elle-même. Sont-ils universels, autonomes et affranchis de la géopolitique ? Sont-ils les précurseurs d’un monde dépassant l’interétatisme ou des leviers potentiels des États ? La transnationalité rend-elle l’État et l’interétatisme moins pertinents ou désuets ? Seraient-elles indépendantes des gouvernements, les réalités transnationales le sont-elles des pays qui en constituent la matrice et le lieu d’émergence ? Si la transnationalité a des lieux de naissance identifiables, dans quelle mesure charrie-t-elle les préoccupations, les valeurs, l’idéologie et les intérêts des pays dont elle est issue ? Plus précisément, les forces dites transnationales sont-elles des facteurs indépendants ou des canaux de transmission de l’influence du plus fort, en l’occurrence les pays occidentaux, notamment les États-Unis ? N’est-ce pas pour souligner leur ancrage dans des espaces nationaux précis qu’on avait dénommé « transnationales » (débordant leur pays d’origine) les entreprises qui jadis étaient qualifiées de « multinationales » (réparties dans plusieurs pays et sans nationalité particulière) ? L’antiétatisme et l’antipolitisme sont-ils des constats ou des courants tendant à faciliter la pénétration de ces forces plus nationales qu’il n’y paraît ? Sur un plan général, la territorialité et la spatialisation sont-elles périmées ou d’actualité ? De nombreuses questions attendent des réponses. Autant abondent les « évidences », les formules toutes faites et les conceptions péremptoires, autant est indispensable la rigueur scientifique. Sur le chantier de l’HRI, l’activité continue.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arbid, Walid, Salgur Kancal, Jean-David Mizrahi et Samir Saul (dir.), Méditerranée, Moyen-Orient : deux siècles de relations internationales. Recherches en hommage à Jacques Thobie (2003), Paris, L’Harmattan.

Bender, Thomas (dir.) (2002), Rethinking American History in a Global Age, Berkeley, University of California Press.

Craig, Gordon A. (1983), « The Historian and the Study of International Relations », American Historical Review, vol. 88, no 1, p. 1-11.

Duroselle, Jean-Baptiste (1966), « De l’“histoire diplomatique” à l’“histoire des relations internationales” », dans Mélanges Pierre Renouvin. Études d’histoire des relations internationales, Paris, PUF, p. 1-15.

Duroselle, Jean-Baptiste (1981), Tout Empire périra. Théorie des relations internationales, Paris, Publications de la Sorbonne.

Duroselle, Jean-Baptiste (1991), Itinéraires. Idées, hommes et nations d’Occident (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne.

Duroselle, Jean-Baptiste et Maurice Vaïsse (1995), « L’histoire des relations internationales », dans François Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 351-358.

Enjeux et puissances. Pour une histoire des relations internationales au XXe siècle. Mélanges en l’honneur de Jean-Baptiste Duroselle (1986), Paris, Publications de la Sorbonne.

Finney, Patrick (dir.) (2005), Palgrave Advances in International History, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Frank, Robert (1998), « Penser la complexité : l’histoire des relations internationales », dans Yves Beauvois et Cécile Blondel (dir.), Qu’est-ce qu’on ne sait pas en histoire ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 103-115.

Freymond, Jacques (1985), « L’histoire des relations internationales vingt ans après », Relations internationales, no 41, printemps, p. 5-12.

Fry, Michael G. (1984), « In Further Pursuit of Lloyd George : International History and the Social Sciences », dans B. J. C. McKercher et D. J. Moss (dir.), Shadow and Substance in British Foreign Policy 1895-1939. Memorial Essays Honouring C. J. Lowe, Edmonton, The University of Alberta Press, p. 249-280.

Gienow-Hecht, Jessica et Franck Schumacher (dir.) (2003), Culture and International History, Oxford, Berghahn.

Girault, René (1985), « Avant-Propos », Relations internationales, no 41, printemps, p. 3-4.

Girault, René (1994), « Présentation. De Renouvin à Renouvin », présentation à la réédition de Pierre Renouvin (dir.), Histoire des relations internationales, Paris, Hachette, p. I-XXVIII.

Girault, René (1998), Être historien des relations internationales, Paris, Publications de la Sorbonne.

Girault, René (2002), « Histoire des relations internationales », Encyclopædia Universalis, vol. 11, p. 378-381.

Hogan, Michael J. et Thomas G. Paterson (dir.) (2004), Explaining the History of American Foreign Relations, Cambridge, Cambridge University Press, 2e éd.

L’historien et les relations internationales. Recueil d’études en hommage à Jacques Freymond (1981), Genève, Institut universitaire de hautes études internationales.

Matériaux pour l’histoire de notre temps (2002), numéro spécial consacré à René Girault, no 65-66.

Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée (2002), numéro sur la culture dans les relations internationales, vol. 114, no 1.

McGerr, Michael (1991), « The Price of the “New Transnational History” », American Historical Review, vol. 96, no 4, octobre, p. 1056-1067.

Merle, Marcel (1988). Sociologie des relations internationales, 4e édition, Paris, Dalloz.

Montréal. Groupement interuniversitaire pour l’histoire des relations internationales contemporaines (GIHRIC) (2004), Déclaration de fondation du GIHRIC, <www.hist.umontreal.ca/GIHRIC/GIHRICpres.htm> (page consultée le 15 novembre 2005).

Renouvin, Pierre (1953), Histoire des relations internationales, tome 1, Paris, Hachette.

Renouvin, Pierre et Jean-Baptiste Duroselle (1964), Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin.

Sexton, Jay (2005), « The Global View of the United States », The Historical Journal, vol. 48, no 1, p. 261-276.

Thobie, Jacques (1985), « La dialectique forces profondes-décision dans l’histoire des relations internationales », Relations internationales, no 41, p. 29-38.

Thobie, Jacques (1986), « Histoire diplomatique », dans André Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, p. 198-204.

Thobie, Jacques (1986a), « Histoire des relations internationales », dans André Burguière (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, p. 569-575.

Thorne, Christopher (1988), Border Crossings. Studies in International History, Oxford, Blackwell.

Tyrrell, Ian (1991), « American Exceptionalism in an Age of International History », American Historical Review, vol. 96, no 4, octobre, p. 1031-1055.

Notes

1 Tout en reconnaissant que les sciences sociales pouvaient suggérer des explications nouvelles et indiquer des approches analytiques originales, James Joll, historien britannique des relations internationales, estimait qu’elles n’étaient pas en mesure de fournir des réponses précises aux questions des historiens ou de montrer des liens nets entre le général et le particulier. Par conséquent, elles n’étaient pas utiles pour l’explication de l’événement ou de l’action spécifiques (Fry 1984, 258).

2 Ni au-dessus (Primat der Aussenpolitik) ni au-dessous (Primat der Innenpolitik).

3 La réalité de l’autorité est préférée au concept juridique de souveraineté. Au-delà des apparences, la souveraineté de bon nombre d’États est considérablement réduite en raison des inégalités entre États et de la fragilité de certains. Elle représente un droit qui leur est contesté et qu’ils peinent à faire respecter.

4 Par exemple, la paysannerie en Colombie, l’industrialisation en Espagne, le système politique au Nigeria, les relations de travail en Chine, la pratique religieuse en Italie, etc.

5 « État » et « nation » sont employés indifféremment, comme souvent dans la langue anglaise.

Auteur

Professeur agrégé au Département d’histoire, Université de Montréal. Jean-Philippe Thérien est professeur titulaire au Département de science politique et directeur scientifique adjoint du Centre d’études et de recherches internationales (CERIUM), Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540