Version classiqueVersion mobile

Leibniz et l'individualité organique

 | 
Jeanne Roland

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À quelles conditions occuper sur la nature le point de vue du sujet pensant, sans imposer au réel le partage si naturel entre des phénomènes psychiques ou mentaux et des phénomènes physiques ? La pensée dualiste, si naturelle en apparence, paraît informer toutes nos représentations. Même si l’on décide de congédier la distinction réelles des substances, pour ne retenir qu’un dualisme des propriétés ou des états, en reléguant la notion métaphysique de substance à une période pour ainsi dire dépassée de la philosophie, l’on est encore dans l’effort classique de rendre raison des rapports de l’esprit au corps. L’on peut alors à l’interactionnisme, proprement miraculeux, préférer le parallélisme, comme structure de correspondance entre deux régimes possibles d’intelligibilité, celui de la nature et celui de la grâce en langage leibnizien. En procédant à une désubstantialisation du corps, Leibniz interdit d’embrasser la distinction réelle des substances ; en formulant l’hypothèse d’un pr...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search