Version classiqueVersion mobile

Leibniz et l'individualité organique

 | 
Jeanne Roland

Chapitre III. Monades, corps organiques, individus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. La Monadologie : une pensée de l’organique

A. Du composé à l’agrégat : la tension initiale

1. La monade comme substance « qui entre dans les composés »

Une lecture des premiers articles de la Monadologie

Les premiers articles de la Monadologie1 peuvent continuer de dérouter les lecteurs qui s’attendent à y trouver un éclaircissement définitif du concept de monade. Alors que le discours annonce une telle mise au clair2, le contenu définitionnel paraît, dans sa simplicité même, en rester à un exposé purement formel qui interdit de savoir ce qui est au juste désigné par le terme de monade. Soit rechercher une détermination de la réalité monadique suffisante à faire connaître de quoi on parle quand on prononce le terme de « monade » est vain, soit il faut en croire Leibniz : tout est là, pour ainsi dire, dans ces quelques mots du début et les confrontations avec d’autres occurrences du terme, dans d’autres textes, ne pourront épargner au lecteur l’effort de chercher dans ces mots eux-mêm...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search