Version classiqueVersion mobile

Leibniz et l'individualité organique

 | 
Jeanne Roland

Chapitre II. De la substance individuelle à l’organisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. La constitution harmonique du rapport de l’âme et du corps depuis le concept de machine de la nature

A. Machines de la nature et nature de l’âme dans le Système Nouveau de la Nature et de la Communication des Substances (1695)

1. Les formes substantielles et la question de l’âme des bêtes

Le versant atomistique des formes substantielles

Le Système Nouveau de la Nature et de la Communication des Substances1 de 1695 contient le premier exposé public du concept de « machine de la nature », tel qu’il permet de caractériser les corps organiques. La nouveauté du propos tient à l’immense distance explicitement établie par Leibniz entre les « machines de la nature » et les « machines de l’art ». Comment cette distance est-elle progressivement creusée ? Nous suivons l’ordre du texte pour éclairer cette question.

Leibniz se dit d’abord « le mieux disposé du monde, à rendre justice aux modernes2...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search