Version classiqueVersion mobile

Leibniz et l'individualité organique

 | 
Jeanne Roland

Chapitre I. Substance individuelle, substance corporelle et corps organique dans les années du Discours de Métaphysique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Y a-t-il des substances corporelles : élaboration d’une question non-dualiste

A. Le phénomène est-il l’autre de la substance ?

1. Positions de la difficulté

Le phénomène entre événement et agrégat : « idéalisme ou réalisme » ?

Dans la première moitié des années 1680, peu de temps avant le Discours de Métaphysique, les textes abondent, qui développent une analyse des phénomènes et des différents types d’apparences1. Leibniz y met en œuvre une entreprise souvent renouvelée d’une typologie du perçu, qui tendrait à mettre en lumière le statut proprement phénoménal de la réalité corporelle.

L’enjeu paraît simple, dont les formulations sont variées : les corps perçus ont-ils une réalité substantielle propre, ou sont-ils les produits exclusifs d’un acte perceptif ? Quelle métaphysique des corps permettrait de ne pas réduire ceux-ci à de purs phénomènes ? Est-elle seulement esquissée par Leibniz pendant la période considérée ? N’élabore-t-il pas plutôt les principes d’un phénoménisme intégral...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search