Version classiqueVersion mobile

Leibniz et Diderot

 | 
Christian Leduc
, 
François Pépin
, 
Anne-Lise Rey
, 
et al.

V. Esthétique et théorie de la conscience

Leibniz dans le Salon de 1767 : interpréter la « bouffée de métaphysique »

Cécile Alvarez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sans s’aventurer dans une comparaison des pensées de Diderot et Leibniz, cette étude tente d’apporter quelques éléments sur l’interprétation de l’œuvre de Leibniz par Diderot, en partant de sa lecture et de sa réutilisation dans le Salon de 1767. Si les analyses consacrées au rapport entre ces deux auteurs privilégient généralement du corpus diderotien les textes de philosophie de la nature1, le Salon de 1767 s’avère être une entrée précieuse pour étudier la démarche interprétative de Diderot, lecteur et écrivain, philosophe matérialiste et poète enthousiaste.

Il est difficile de dire si la longue période de rédaction du Salon de 1767 coïncide avec une lecture plus assidue de Leibniz, dont on retrouve la présence tout au long de l’œuvre de Diderot. Si Yvon Belaval insiste sur l’incertitude de la lecture de Leibniz par Diderot2, Claire Fauvergue affirme l’ancrage textuel du rapport qu’on peut établir entre eux3. Et de fait, ce qui est frappant dans les choix de Diderot, c’est l’import...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Mollatamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search