Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

Les sciences humaines, servantes du pouvoir ou de la population1

Céline Saint-Pierre

Note de l’éditeur

Source : « Les sciences humaines, servantes du pouvoir ou de la population », Chroniques, vol. 1, nos 6-7, juin-juillet 1975, p. 117-121.

Texte intégral

  • 1 Thème d’un panel organisé par l’Association des sociologues de langue française les 21 et 22 mars [ (...)

1Depuis une quinzaine d’années, les sciences humaines occupent une place importante dans l’enseignement universitaire et dans la production idéologique au Québec. Avec l’apparition des cégeps, les options en sciences humaines offertes aux étudiants se multiplient. Cette formation de spécialistes s’accompagne d’une production de connaissances spécifiques qui concernent directement la société dans laquelle nous vivons. Cette production s’appuie sur une mise en circulation et débouche sur l’utilisation politique et idéologique du travail « scientifique ». Je vais tenter de soulever ici un certain nombre de questions liées à l’étude de ces conditions en me référant à la société québécoise et à la société américaine de cette dernière décennie.

Croissance et diversification de la production en sciences humaines

2Les lieux de production de connaissances reliées aux sciences humaines se sont multipliés au Québec depuis 1965 et les bases de regroupement de chercheurs se sont diversifiées. Concentrée dans un premier temps dans les universités, la recherche s’est d’abord déplacée vers des centres de recherche universitaire et para-universitaire et vers l’appareil d’État. Au début des années 1960, l’extension de l’appareil d’État québécois lié au développement du capitalisme monopoliste a entraîné la croissance des interventions de l’État principalement dans les secteurs de l’éducation et des politiques sociales, ce qui a nécessité une intervention directe de sociologues, d’économistes, de psychologues et de politicologues au sein même des ministères. Dans les universités, la recherche théorique continuant d’occuper une place dominante, la recherche appliquée sera menée surtout dans les ministères sur une base ponctuelle. Par ailleurs, et c’est là le trait marquant des changements qui seront opérés au Québec depuis 1965, des coopératives de recherche formées sur une base volontaire se sont mises sur pied. Elles répondent à la nécessité d’échapper aux contraintes politiques de la recherche menée dans les appareils d’État et à l’urgence de lier les objectifs de recherche aux intérêts des classes dominées. Pour contrer les sciences humaines pénétrées par l’idéologie bourgeoise et la philosophie idéaliste, se développe le matérialisme historique et dialectique comme science de l’histoire fondée essentiellement sur la lutte des classes.

3Ces coopératives de recherche ont pour tâche non seulement de produire l’analyse de questions sociales définies comme prioritaires mais aussi de diffuser les analyses produites à ceux qui directement concernés pourront s’en servir pour accroître leur conscience de classe et définir plus clairement les enjeux qui sont les leurs.

L’appropriation des connaissances en sciences humaines, un enjeu politique

4Pour bien comprendre comment la production et l’appropriation des connaissances en sciences humaines deviennent des enjeux d’une lutte politique, je prendrai comme indices l’attribution des subventions gouvernementales et la diffusion des connaissances produites. Les subventions gouvernementales sont attribuées dans une très grande proportion aux universités et aux centres de recherche qui y sont rattachés. Quelques projets présentés par des coopératives de recherche ont été subventionnés mais ils demeurent très limités. Par ailleurs, pour qu’un projet soit étudié par les comités d’attribution de subventions, il doit être parrainé par un universitaire reconnu. Les possibilités pour un jeune chercheur, universitaire ou non, d’obtenir des fonds de recherche sont à peu près milles. La politique gouvernementale, au niveau provincial et fédéral, concernant la recherche, est une politique de contraintes à la production et les restrictions posées font des activités de recherche des chasses gardées pour docteurs spécialisés, œuvrant dans les universités et couvrant des champs scientifiques dont la légitimité est reconnue par les gouvernements et leurs représentants.

  • 2 Michael T. Klare, « Intellectuels et universitaires dans la contre-insurrection », Le Monde diploma (...)
  • 3 Chambre des représentants, Commission des Affaires Étrangères, Behavioral Sciences and the National (...)
  • 4 Le Monde diplomatique, op cit.

5L’appropriation des connaissances en sciences humaines pose la question de la diffusion comprise à deux niveaux : celui de la distribution et celui de l’accessibilité. Les limites de l’accessibilité sont définies par plusieurs facteurs : le code utilisé (jargon scientifique dont les outils ne sont jamais expliqués mais sous-entendus) se constitue en barrière qui restreint les sciences humaines à un cercle de spécialistes ; les coûts élevés des bouquins et rapports de recherche distribués dans des librairies spécialisées limitent les réseaux de circulation ; l’idéologie libérale fondée sur la liberté académique et le corporatisme individualisent la fonction du chercheur universitaire et autonomisent son travail surtout dans la phase qui préside à la définition des questions de recherche. Jusqu’à quel point les chercheurs en sciences humaines tiennent-ils compte, dans la détermination des priorités de recherche, des problèmes sociaux et politiques qui sont ceux du Québec, problèmes dont la compréhension devient nécessaire pour arriver à formuler des propositions de transformations sociales et politiques ? Dans la conjoncture actuelle, il n’y a plus de tergiversations possibles à partir d’arguments comme ceux de la neutralité scientifique et de l’autonomie complète du travail scientifique par rapport à la pratique politique. À cet égard, je donne un exemple de l’utilisation qui est faite par les militaires américains, de spécialistes en sciences humaines2. L’évolution pour le moins désastreuse de la situation au Vietnam en 1964 conduisit l’establishment militaire à se rallier à la thèse de Michael C. Conley rattaché au Centre de recherche sur les systèmes sociaux (CRESS), organisme financé par le Pentagone : « la nature profonde de la guerre insurrectionnelle est politique et la contre-insurrection ne peut arracher la victoire que si elle fait preuve d’habileté dans le domaine politique ». À la suite de cette constatation, Seymour J. Deitchman, membre du Service de recherche et d’ingénierie de la défense, informe le Congrès américain que « le Département de la défense a sollicité la collaboration de spécialistes (anthropologues, psychologues, sociologues, politicologues, économistes) qui, par leurs travaux sur le comportement humain, seraient en mesure de fournir d’utiles contributions » dans le domaine de « la recherche au service des opérations contre-insurrectionnelles3 ». L’institut de prospective de la défense (IDA) conclut à la nécessité « d’appliquer la méthodologie des sciences sociales à l’étude des changements sociaux dans les pays sous-développés, pour élaborer des stratégies d’intervention politico-militaire dans les zones menacées par une insurrection4 ». Le projet CAMELOT, mis sur pied en décembre 1964 et confié au Service de recherche sur les opérations spéciales (SORO) de l’Université de Washington, constitue une des premières initiatives de ce type. Le projet fut découvert et dénoncé par la presse de gauche chilienne et le gouvernement américain fut forcé de mettre un terme à l’ensemble du projet. Devant la réticence des milieux universitaires américains à travailler pour le Pentagone, il fut proposé au Département de la défense de créer un organisme indépendant chargé de mener les travaux de recherche délicats au sujet des pays étrangers. C’est maintenant la responsabilité de l’Agence pour le développement international (U.S.-Aid) et du Département de la santé, de l’éducation et du bienêtre. Cet exemple permet de démontrer qu’il n’est plus possible pour les États-Unis de s’en remettre uniquement à l’intervention armée dans les pays du Tiers-Monde pour étendre leur aire impérialiste. Ils doivent recourir davantage à l’analyse des systèmes sociaux et politiques de ces pays pour mieux ajuster leur tir. Par ailleurs, il faut noter que le nombre de radicaux en sciences humaines se multiplie en même temps que les luttes menées deviennent de plus en plus âpres.

Les sciences humaines, outil d’intervention et de transformation de la société québécoise

6S’il demeure difficile de contrôler l’utilisation qui est faite des analyses produites par les chercheurs en sciences humaines, il est possible d’agir sur leurs conditions de production et de mise en circulation. Le travail de l’intellectuel progressiste en sciences humaines doit nécessairement s’accompagner d’une intervention dans la lutte idéologique et politique. Son silence est une caution du système capitaliste qui régit la société québécoise, tout comme sa soi-disant neutralité scientifique. Le travail théorique ne peut se concevoir séparé d’une pratique de transformation sociale, tout comme la pratique de transformation sociale ne peut s’envisager sans travail d’approfondissement théorique et sans le développement d’outils d’analyse de situations concrètes.

7Cette prise de conscience doit se traduire chez les enseignants, les chercheurs et les étudiants en sciences humaines, par une lutte contre l’académisme stérile, contre l’empirisme développé à travers l’approche fonctionnaliste, contre le théoricisme qui devient de l’obscurantisme, contre une certaine phraséologie marxiste qui relève du slogan et se pose en obstacle à une analyse en profondeur des structures sociales et de la lutte des classes dans une conjoncture donnée, construite sur la base du matérialisme historique et dialectique. En tant qu’intellectuels liés à la défense des intérêts des classes exploitées, il nous faut nous mobiliser et produire des outils de recherche et des analyses que pourront se réapproprier ces classes aux fins de leurs propres objectifs de lutte.

8Les sociologues, les anthropologues, les politicologues, les historiens, les économistes, les criminologues, sont des intellectuels qui, dans la société québécoise, occupent une place déterminée dans la structure sociale de par leur fonction même d’intellectuel. Ils appartiennent généralement à la petite-bourgeoisie (traditionnelle et nouvelle). Cependant, au Québec, dans la conjoncture actuelle, leur position de classe varie. La majorité d’entre eux ont une position de classe qui les rapproche davantage de la bourgeoisie, une minorité, par ailleurs, a une position de classe qui la polarise vers le prolétariat. Cette position de classe traverse leur production scientifique, et c’est ainsi qu’au Québec, on peut distinguer trois axes principaux qui sous-tendent les analyses produites par les chercheurs en sciences humaines :

  1. Il y a les études qui reposent sur le statu quo, redoublent l’idéologie dominante et contribuent à camoufler la réalité sur laquelle est fondée la société québécoise, c’est-à-dire le capitalisme monopoliste et la dominance de l’impérialisme américain : ces études sont le produit des intellectuels organiques de la classe bourgeoise canadienne et américaine.

  2. Il y a les analystes de la société québécoise qui rendent compte directement des intérêts de la classe à laquelle appartient la majorité des intellectuels québécois ; elles servent directement leurs intérêts de petits-bourgeois individualistes, réformistes et souvent nationalistes. Ces analyses mettront à jour la nécessité de transformer la société en ne dévoilant qu’une partie de ses mécanismes de fonctionnement. Elles insisteront davantage sur une analyse du Québec comme ethnie dominée, dont la libération viendra d’une lutte pour l’indépendance politique, l’adversaire principal étant le gouvernement central d’Ottawa dirigé par les Anglosaxons.

  3. Il y a les analyses de la société québécoise centrées sur l’étude des classes sociales et de la lutte des classes. Elles ont comme objectifs premiers de dévoiler dans toute leur complexité les structures fondamentales de la société et de démarquer les antagonismes propres au capitalisme : antagonismes fondés sur des contradictions dont la résolution peut être amorcée par des réformes mais ne pouvant être réglées que par une transformation radicale, révolutionnaire, du mode de production capitaliste ; ces analyses sont le produit d’intellectuels progressistes cherchant à s’aligner sur les positions du prolétariat et elles se constituent en outils permettant de définir les voies du socialisme au Québec.

9Bien que les sciences humaines possèdent des règles propres qui leur confèrent une autonomie relative, elles se situent dans un rapport de classes : ou elles se constituent en support du capitalisme ; ou elles dénoncent le système capitaliste par une lutte au sein de l’idéologie dominante ; ou elles interviennent dans la transformation radicale de la société en se donnant comme outils de conscientisation d’une lutte pour le socialisme. Il n’y a pas d’autres issues, il n’y a pas de neutralité possible, l’objectivité n’ayant rien à voir avec la neutralité.

10Vous qui êtes sociologues, anthropologues, historiens, économistes, politicologues, criminologues, travailleurs sociaux, linguistes... OÙ ÊTES-VOUS DONC ?

Notes

1 Thème d’un panel organisé par l’Association des sociologues de langue française les 21 et 22 mars [1974] et auquel j’ai participé.

2 Michael T. Klare, « Intellectuels et universitaires dans la contre-insurrection », Le Monde diplomatique, février 1975, p. 13.

3 Chambre des représentants, Commission des Affaires Étrangères, Behavioral Sciences and the National Security Hearings, 89e Congrès, 2e session, 1966, 1re partie, p. 72.

4 Le Monde diplomatique, op cit.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter