Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

Sciences sociales, contribution à la culture

Guy Rocher

Note de l’éditeur

Source : « Sciences sociales, contribution à la culture », dans L’enseignement des sciences sociales, Faculté des sciences sociales, économiques et politiques, Université de Montréal, 1962, p. 42-56.

Texte intégral

1En réfléchissant au sujet que l’on m’a confié, je me suis rendu compte que j’aurais préféré le voir s’intituler plus modestement : « Quelques problèmes de la contribution des sciences sociales à la culture ». Il s’agit en effet d’un sujet extrêmement vaste (beaucoup trop vaste pour les limites de cet exposé), parsemé d’embûches du fait que les termes ne sont pas faciles à définir, et auquel en plus, je crois que les universitaires ne sont pas habitués de réfléchir (nous verrons pourquoi tout à l’heure). Je n’ai donc pas la prétention d’apporter des lumières nouvelles, encore moins des solutions définitives. On verra d’ailleurs que je ne crois qu’à des solutions toujours temporaires en cette matière, parce que je ne vois que la possibilité de réponses en fonction d’un contexte contemporain, d’une conjoncture présente. Je chercherai donc, dans cet exposé, à poursuivre avec vous à haute voix une réflexion encore hésitante et qui est loin d’être achevée.

2Je crois cependant pouvoir affirmer que cet exposé est né d’une conviction personnelle très ferme, celle que les sciences sociales, et plus largement encore, les sciences de l’homme, peuvent et doivent contribuer à la culture de l’humaniste du XXe siècle. Ou plus exactement, je dirais que la culture de l’homme contemporain exige, pour être humaniste dans le sens plein et large du terme, d’être imprégnée de la mentalité et de la perception du monde et de l’homme qui caractérisent les sciences humaines. Cette conviction se fonde sur une analyse à la fois de la révolution que connaît la culture de l’homme contemporain et des nouvelles dimensions que les sciences humaines et sociales apportent à la connaissance du monde. C’est donc autour de ces deux points, la crise de la culture et l’optique propre aux sciences de l’homme, que je voudrais ordonner les réflexions que je vous soumets.

La crise de la culture

3Peut-être n’est-il pas trop osé de dire que la révolution scientifique, technique et sociale que connaît depuis environ 150 ans le monde occidental, et maintenant le monde entier, atteint aujourd’hui un point où elle met en question l’homme total. On peut en voir une manifestation dramatique dans le fait que par suite des progrès de la science, l’existence physique de l’humanité tout entière est pour la première fois réellement mise en danger. L’homme a maintenant conquis cette terrible puissance de pouvoir se rayer lui-même du monde des vivants, et il doit s’habituer à vivre en compagnie de cette pensée.

4Mais malgré son caractère dramatique, ce n’est pourtant pas là encore l’assaut le plus grave de la science sur l’homme, car elle l’a touché au cœur même de son existence. Les sciences humaines ont battu en brèche la rationalité de l’homme, en mettant en lumière tout ce que sa conduite, sa pensée et ses sentiments comportent de non rationnel et même d’irrationnel. Des hommes de science recherchent et découvrent en l’homme, pourtant libre, des déterminismes, des automatismes, des conditionnements. On se convainc que, non seulement son corps obéit à des lois physiologiques, mais sa pensée, ses attitudes, son comportement sont aussi soumis à des lois psychologiques, économiques, sociologiques. La tentation de la manipulation humaine et sociale apparaît alors. Le lavage de cerveau devient une technique presque aussi précise et efficace que celui de l’estomac ; la psychologie est entrée dans l’arsenal de la guerre moderne.

5Les développements de la science et de la technique ont aussi bouleversé les conditions de travail et de vie de l’homme contemporain. L’évolution technologique rapide ne lui assure plus la stabilité de son emploi, et surtout ne lui donne même plus la sécurité que pouvait apporter autrefois la formation professionnelle dans un métier ou un art. Les conditions de logement, de transport, de loisir modifient le rythme et le contenu de la vie familiale, professionnelle, culturelle. Les grands moyens de communication de masse font éclater les frontières géographiques et intellectuelles, et bombardent en quelque sorte l’homme moderne de symboles, d’images et de représentations à un rythme accéléré et en nombre croissant.

6Ce contexte de rupture brutale des modes de pensée et de vie avec les modes anciens, c’est celui dans lequel l’homme moderne doit retrouver une nouvelle image de lui-même, une nouvelle définition de ce qu’il est et de ce qu’il peut être, en d’autres termes, un nouvel humanisme qui soit aux dimensions de ce monde nouveau. Cette recherche d’une représentation de lui-même accordée aux nouvelles conditions de vie se retrouve dans les courants qui traversent la philosophie depuis cent ans, dans les orientations qu’ont prises la littérature et l’expression artistique depuis le début du siècle, et même dans le renouveau scripturaire, patristique et théologique des Églises catholiques et protestantes. Et l’on pourrait ajouter que le Droit, qui est dans notre monde occidental comme un miroir où se reflète la société, connaît depuis le début du siècle une profonde révolution qui implique une transformation des conceptions de l’homme sur lesquelles il était fondé. Le droit nouveau qui s’élabore n’est pas celui du citoyen rationnel, libre, autonome et vivant dans une société qui se croit égalitaire ; c’est un droit qui reconnaît l’existence de conflits sociaux entre des associations d’hommes de force inégale, qui cherche à protéger les économiquement faibles et qui tend à limiter de plus en plus la liberté des individus au profit du bien-être de la collectivité.

7Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que dans le bouillonnement d’une civilisation en transformation si rapide, le système et les méthodes d’enseignement soient remis en question. Le contraire serait plutôt bien inquiétant. Le fait qu’on s’interroge sur les nouvelles orientations de l’enseignement, non pas dans un ou dans quelques pays seulement, mais dans le monde entier, et que partout éclatent les anciens cadres pédagogiques et académiques, manifeste clairement que les réformes qu’exige aujourd’hui l’enseignement sont à la dimension de la révolution qui s’opère dans la civilisation. Il me semble qu’on pourrait dire, sans trop forcer la vérité, que la crise mondiale de l’éducation est un symptôme de la crise de la culture moderne, et que celle-ci est en quelque sorte un reflet de la révolution scientifique, technique et sociale du monde contemporain. L’on peut ajouter que les oppositions qui s’affirment au sujet de l’enseignement sont une transposition des conflits de valeurs que l’on peut observer de façon plus générale au niveau de la société tout entière et dans la conscience de l’homme contemporain : société homogène ou pluraliste, neutralité ou confessionnalité, humanisme classique ou esprit scientifique, culture générale ou spécialisation, droits de la personne ou de la collectivité.

8En poursuivant ces réflexions, je suis de plus en plus frappé d’un paradoxe, qui n’est peut-être qu’apparent, mais qui me paraît nous situer au cœur même de cette crise de la culture dont nous parlons. J’exprimerais ce paradoxe de la manière suivante : la culture de notre civilisation moderne tend à la fois d’une part vers la démocratisation et la généralisation, d’autre part, vers la diversification, la spécialisation et l’hétérogénéité.

9Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, on veut que la masse de la population, sans discrimination de sexe, de classe ou de fortune, puisse avoir accès aux études supérieures. Bien plus, on espère que les prochaines générations posséderont obligatoirement au moins une formation secondaire. C’est là une des révolutions les plus considérables que connaîtra la société, et dont la portée demeure encore imprévisible. Si le niveau secondaire a comme objectif l’acquisition d’une solide formation intellectuelle, l’initiation à la culture générale, une ouverture aux grands problèmes qui ont occupé l’esprit des philosophes, des littérateurs et des hommes de science, on peut dire qu’au moins la culture de base ne sera plus l’apanage d’une classe sociale, aristocratique ou bourgeoise, comme elle l’a toujours été.

10De façon bien plus insidieuse et persistante que la fortune, la culture intellectuelle a, en effet, été partie intégrante d’une conscience de classe ; son absence stigmatisait le faux noble, le parvenu, le nouveau riche. De plus, parce que la culture a toujours eu une connotation de papier écrit ou imprimé, de lecture ou d’écriture, de bibliothèque, on peut dire qu’elle s’est toujours exprimée dans des symboles extérieurs corporels et vestimentaires. Le lettré chinois devait se laisser pousser les ongles pour témoigner qu’il ne s’abaissait à aucun travail manuel. En Occident, la couleur des mains et du col, le teint et les traits du visage, la démarche et même dans certains pays la coupe des cheveux et le port des lunettes ont été ou sont encore des symboles de l’homme cultivé.

11Il serait évidemment illusoire de croire que ces distinctions sociales disparaîtront. Il faut au contraire espérer, comme le dit André Jacotin dans l’Encyclopédie pratique de l’éducation en France, que « l’Université... pourra enfin former une élite d’autant plus vigoureuse et cultivée qu’elle aura été dégagée du plus grand nombre ». Mais on peut dire que l’intention universellement affirmée aujourd’hui est que cette élite intellectuelle ne se cristallise pas en une classe sociale héréditaire et que la culture ne soit plus un privilège de caste.

12Pourtant, si l’on veut réaliser véritablement ce que l’économiste-sociologue Vilfredo Pareto a déjà appelé « la circulation des élites », si l’on veut que des vocations aux études supérieures puissent éclore dans toutes les couches de la société, il faudra que la masse de la population, « ce plus grand nombre » dont parle Jacotin, bénéficie d’un niveau de culture beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui. C’est là, je crois, une intention qui est également affirmée avec force dans les réformes de l’enseignement entreprises à travers le monde.

13Mais en se généralisant à l’ensemble de la population, la culture tend du même coup vers la diversification. On peut dire que ce mouvement de diversification de la culture est inscrit à la fois dans le progrès scientifique et dans l’évolution sociale. Le développement des sciences, qui a dépassé dans les cent dernières années ce qu’il avait été dans les mille années précédentes, n’a pu se réaliser qu’au prix d’une spécialisation des disciplines scientifiques et il impose à notre système d’enseignement moderne comme à l’homme moderne cette même exigence de spécialisation. L’idéal classique de l’homme cultivé bien équilibré et savant en tout, s’il a déjà été possible, risque de devenir aujourd’hui un idéal de superficialité de salon.

14C’est cependant, à mon avis, la structure sociale qui exigera plus encore de diversification de la culture. La société industrielle moderne est de sa nature même un univers social complexe, hétérogène, pluraliste. Chaque groupe restreint qui la constitue prend l’aspect d’une pièce dans l’énorme assemblage que représente l’ensemble social. Chacun de ces groupes développe son point de vue, sa perspective sur la société et sur le monde, sa mentalité et son système de valeurs. Le mouvement de démocratisation de la société moderne n’est peut-être au fond que l’affirmation du fait que l’ensemble de la société ne se pense plus à travers une seule classe dirigeante, n’est plus à la remorque d’une seule élite, mais qu’elle se pense et vit de façon pluraliste et multiple. La multiplication des élites dirigeantes (élite ouvrière, élite étudiante, élite rurale, élite laïque dans l’Église) est un des faits les plus remarquables de la société moderne.

15Dans ce contexte, le problème fondamental qui nous est posé me semble pouvoir s’exprimer dans les termes suivants : aussi longtemps que la culture fut la propriété exclusive d’un groupe restreint dominant (aristocratie, bourgeoisie, intelligentsia), on a pu croire qu’il s’agissait d’une culture dite « générale », combien n’était-elle pas et n’est-elle pas encore imbue de l’esprit et des valeurs d’une classe sociale particulière ? Comment, par exemple, le paysan ou l’artisan du XVIIe siècle pouvait-il participer à l’humanisme classique sans s’identifier aux valeurs de l’aristocratie dominante ? Dans une étude brillante sur la délinquance juvénile, le sociologue américain Albert Cohen soutient que le système et le contenu de l’enseignement aux États-Unis est inspiré [sic] de l’idéologie de la classe moyenne bourgeoise, et que le jeune ouvrier y souffre d’un écartèlement de conscience entre les valeurs de son milieu familial et celles du milieu scolaire.

16Dans une société complexe et diversifiée comme l’est la civilisation moderne, et où la masse de la population accédera bientôt à une culture de base, le problème majeur que nous affrontons est celui de repenser une culture générale qui soit véritablement universelle, au moins pour une société donnée, et qui puisse en même temps assumer la diversité de milieux sociologiques aussi bien que la spécialisation exigée par les progrès scientifiques.

17Il me semble que nous touchons ici au cœur de ce que l’on peut appeler la crise de la culture moderne. Je ne crois pas que notre génération en voit [sic] la solution. Le problème, tel que posé, n’a d’ailleurs pas de solution définitive ; il appartiendra à chaque génération de rechercher un ajustement qui tienne compte du milieu sociologique contemporain et de l’état du développement scientifique.

Contribution des sciences sociales

18C’est ici que peut s’affirmer la contribution des sciences sociales à cette culture moderne que notre enseignement devra élaborer et véhiculer. On peut dire en effet que la science sociale porte en elle une optique particulière qui devient non seulement utile, mais nécessaire à l’homme appelé à vivre dans la société moderne. Il n’est pas en effet accidentel que la science sociale soit apparue et se soit développée à cette période-ci de l’histoire humaine. Dans l’intention de ses fondateurs, elle fut un effort de compréhension de la civilisation moderne et une tentative de réforme intellectuelle autant que sociale. Auguste Comte a créé ce qu’il a d’abord appelé la « physique sociale », à laquelle il a ensuite donné le nom de sociologie, pour remettre de l’ordre dans les esprits et ainsi rétablir un véritable ordre social. Si les sciences sociales modernes se sont largement dégagées du contexte philosophique, idéologique ou même moralisateur dans lequel elles sont nées, elles n’en ont pas moins gardé de leurs origines une perception de l’homme bien caractéristique. Je voudrais très rapidement souligner trois traits qui m’apparaissent caractériser cette optique des sciences sociales et auxquels j’attache une grande importance dans la culture de l’homme contemporain.

19Tout d’abord, le développement des sciences sociales a résulté d’un effort de compréhension objective et scientifique des réalités humaines et sociales. Il s’est accompli en effet sur le modèle des sciences naturelles, dont les succès croissants ont profondément impressionné la pensée du XIXe siècle. C’est la même méthode et la même ascèse d’objectivité que les premiers chercheurs des sciences sociales ont voulu apporter à l’étude de donnée humaine. Ce respect pour les sciences naturelles, on le voit affirmer même chez un homme comme Balzac qui en 1824 dédie Le père Goriot au zoologiste Geoffroy Saint-Hilaire en des termes lyriques : « Au grand et illustre Geoffroy Saint-Hilaire, comme un témoignage d’admiration de ses travaux et de son génie. » Dans sa préface au roman, Béatrice Beck écrit à ce sujet : « Certains spécialistes de Balzac ont été frappés par son impassibilité morale : semblable aux savants dont il se réclame, à Geoffroy Saint-Hilaire auquel est dédié Le père Goriot, le romancier se propose d’observer et de décrire les êtres sans porter sur eux aucun jugement de valeur. » Cette ascèse de l’observateur, qui a présidé à la Comédie humaine, on la retrouve dans l’ensemble des sciences de l’homme. Sans doute, à la limite, peut-on dire qu’une telle attitude d’impartiale objectivité n’est-elle pas plus réalisable par l’homme de science que par Balzac lui-même. Peu importe ! Les chercheurs des sciences de l’homme le savent d’ailleurs mieux que quiconque, eux qui se sont entraînés à analyser autant leurs propres préjugés que ceux des autres... Mais à tout le moins, cette intention de réalisme, cette tentative de mise entre parenthèses de ses jugements de valeur, cet effort d’objectivation de ses propres sentiments, constitue une excellente cure intellectuelle et même morale. On pourrait dire, par analogie, que la science sociale constitue une sorte de psychanalyse du moi social.

20Dans un siècle où les idéologies prolifèrent et divisent le monde sur les plans international, national et social, où les problèmes économiques et politiques sont présentés et commentés dans tous les médias d’information, il devient essentiel de développer une perception sociale plus réaliste et de ce fait peut-être plus sereine. Non qu’il faille souhaiter, comme on l’a dit, « la fin des idéologies », mais il faut peut-être espérer modifier le mode d’adhésion des populations aux idéologies.

21Une seconde caractéristique des sciences sociales qui me paraît ici importante, c’est leur préoccupation de saisir l’ensemble le plus global dans une perspective relativiste. Toutes les sciences sociales ont en effet pour objectif de comprendre les ensembles sociaux, dans ce qui fait à la fois, leur unité et leur diversité. Elles étudient chaque phénomène, en le replaçant dans son contexte le plus large possible, où il trouve sa signification et son explication. Un fait isolé, le point de vue d’un groupe particulier ne représentent d’intérêt pour l’économiste, le sociologue ou l’anthropologue que dans la mesure où ils peuvent être rapportés à un ensemble dans lequel ils prennent un sens ou qu’ils permettent de mieux saisir.

22De ce fait, l’optique des sciences sociales est fortement teintée de relativisme. Le chercheur sait que la société est constituée d’une multiplicité de perspectives, que chacune de ces perspectives correspond au point de vue d’un groupe-en-situation ; il sait qu’il lui faut s’identifier à chacun de ces groupes pour en comprendre la perspective de l’intérieur, mais que ce n’est que pour accéder finalement à une meilleure vue d’ensemble de la diversité sociale.

23Si nous nous reportons ici à ce que je disais tout à l’heure sur le paradoxe de la culture générale et de la spécialisation dans la société moderne, il nous apparaît peut-être que la science sociale apporte précisément un mode de pensée qui permet d’objectiver et de dépasser ses propres groupes d’appartenance en les mettant en situation dans un ensemble, et d’avoir ainsi accès à une perception de la société globale. C’est à ce niveau de conscience que se situe, je crois, une culture générale qui touche vraiment à l’universel, c’est-à-dire qui soit au-delà d’une culture de classe, d’une culture professionnelle, et même d’une culture ethnique ou nationale. S’il n’est pas poussé à l’extrême jusqu’à en faire un nouvel absolu, cet esprit relativiste me paraît le fondement essentiel d’une culture démocratisée dans une société pluraliste.

24Enfin, une troisième caractéristique des sciences sociales, qui découle d’ailleurs de ce que je viens de dire, est qu’elle permet le développement d’une véritable autonomie de la personne qui ne soit pas pur individualisme ou égoïsme. Le fait de développer une plus grande sensibilité aux mécanismes des conditionnements qui enserrent et limitent la liberté de l’homme favorise précisément une certaine libération de ces mécanismes. Celui qui a pris conscience du jeu des lois économiques ou des exigences du contrôle social n’en est pas pour cela plus conformiste. Bien au contraire, il est plus capable d’en mesurer les effets et par là, d’en connaître les limites.

25Cette autonomie sociale de la personne, si importante dans une société démocratique, est battue en brèche par l’information standardisée des médias de communication, par la publicité, par les activités de masse de notre civilisation moderne. C’est pourtant au-delà de ce conformisme et de cette standardisation que se situe la véritable culture, qui est essentiellement la recherche d’une pensée personnelle qui se réalise dans la liberté et par la liberté.

26Pour ne s’en tenir qu’à ces traits dominants de la tournure d’esprit caractéristique de la science sociale, réalisme et objectivité, relativisme et perspective d’ensemble, autonomie de la personnalité sociale, on peut en conclure qu’elle est une discipline intellectuelle, et je serais tenté d’ajouter morale, qui donne au moins les dispositions d’âme et d’esprit essentielles à l’éclosion d’une culture plus accordée aux exigences du monde moderne.

27Je ne voudrais cependant pas terminer sans insiste, en conclusion, sur une difficulté qui me paraît majeure. Les sciences sociales s’étant développées tout récemment, elles portent elles aussi, les traits de la société moderne qui leur a donné naissance. Un de ces traits est la spécialisation. Les sciences sociales ont pu faire des progrès rapides parce qu’elles se sont très tôt spécialisées. Ainsi, pour ceux qui les pratiquent, l’expression « les sciences sociales » n’a presque plus de signification ; elle ne sert qu’à coiffer une variété de disciplines de plus en plus spécialisées : économique, sociologie, anthropologie, psychologie sociale, démographie, et la liste s’allonge. Et même à l’intérieur de chacune de ces disciplines, que de spécialités encore : sociologie du travail, sociologie de la famille, sociologie des religions, sociologie de l’éducation, sociologie urbaine, sociologie rurale, pour ne nommer que quelques-unes de celles qui me sont les plus familières. Il faut l’avouer à regret, entre économistes et sociologues, pour ne citer qu’un exemple, le dialogue est rare, et lorsqu’il s’engage, il est généralement très laborieux et surtout peu fructueux. Ceci peut sans doute étonner ceux qui ne connaissent les sciences sociales que d’assez loin. Mais il faut dire que c’est le prix qu’on a dû payer pour voir ces sciences progresser en si peu de temps.

28Il en résulte cependant une double conséquence fâcheuse pour les propos que j’ai tenus jusqu’ici. Tout d’abord, chacune de ces sciences spécialisées n’étudie la vie sociale que sous un angle restreint, suivant un découpage de juridictions savamment entretenu. Il manque ce que j’appellerais une Anthropologie sociale, avec un A majuscule, c’est-à-dire une science de l’homme social qui soit englobante et généralisante, qui se nourrisse des sciences spécialisées en les complétant et en les achevant. Peut-être est-ce pure utopie, mais il me semble que ce n’est pas une ambition qu’il faille rejeter a priori.

29En second lieu, du fait de leur spécialisation, les universitaires engagés dans les sciences sociales s’intéressent avant tout au progrès de leur discipline, qui accapare toutes leurs énergies. C’est ce qui explique qu’ils n’ont guère eu le temps de réfléchir à la contribution que pourra apporter leur science à la culture générale, comme je le disais en commençant cet exposé. L’enseignement des sciences sociales qu’ils ont développé est surtout conçu en vue de la formation de spécialistes dans chaque discipline concernée. Les cours dits « de service » à l’intention des étudiants des autres facultés universitaires, pour fin de culture ou d’information, constituent un de nos cauchemars annuels.

30Je suis porté à croire que l’enseignement des sciences sociales, tel qu’il s’est élaboré dans une faculté universitaire d’études graduées, en vue de la formation de spécialistes, est mal adapté aux fins culturelles que j’ai décrites et ne puisse [sic] apporter la contribution que l’on en attend. Ce problème est aigu dans les collèges américains où l’enseignement des sciences sociales y est fait dans un esprit de spécialistes et non de « généralistes », pour reprendre les termes que l’on a utilisés. Si on veut le concevoir comme un apport à la culture d’étudiants qui ne sont pas appelés à pousser davantage des études spécialisées (et c’est dans cet esprit que j’en ai traité ici), il faudra repenser un enseignement des sciences sociales adapté à cette fin, ce qui est tout à faire. Peut-être faudra-t-il revenir à cette idée d’une Anthropologie sociale, avec un A majuscule, dont je parlais tout à l’heure, qui fut d’ailleurs celle des grands précurseurs de nos sciences.

31C’est devant cette tâche de l’avenir que s’arrêtent ces réflexions inachevées, qui demandent maintenant à être continuées.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter