Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

Qu’est-ce que la sociologie ?

Jean-Charles Falardeau

Note de l’éditeur

Source : « Qu’est-ce que la sociologie ? », Culture, vol. 10, no 3, septembre 1949, p. 250-261.

Texte intégral

1En septembre et octobre de cette année [1949], des sociologues de tous les pays se réunissent à Oslo, sous les auspices de l’UNESCO, pour jeter les bases d’une Association internationale de Sociologie. Il y a quelques semaines à Ottawa, toute une séance de la « Commission royale d’enquête sur l’avancement des arts, des lettres et des sciences au Canada » fut consacrée à une discussion de l’importance et de la fonction des sciences sociales en général et de la sociologie en particulier dans la vie canadienne. Bien plus, depuis l’année dernière, la Fondation Rockefeller a tenté de provoquer aux États-Unis des rencontres entre spécialistes des diverses sciences sociales dans le but de faire discuter par ceux-ci l’état actuel de leurs disciplines respectives, le degré auquel elles ont perfectionné notre connaissance de l’homme et le genre de synthèse qu’elles se croient maintenant en mesure de nous offrir. Ces exemples choisis au hasard manifestent des préoccupations qui ne font que répéter, sur le plan académique, deux ou trois questions que ne cessent de poser à bon droit les moralistes, les journalistes, les politiciens, les écrivains, l’« homme de la rue », chacun d’entre nous, particulièrement les parents des étudiants en sciences sociales : « À quoi servent les sciences sociales ? En quoi consistent-elles ? Et en tout premier lieu, qu’est-ce que la sociologie ? »

2Il n’est pas fortuit que ce numéro de Culture, consacré à quelques-uns des effets de la science dans la vie moderne, contienne un essai sur la sociologie. C’est aux moments où nous entreprenons un inventaire des problèmes qui nous assaillent que nous sentons le besoin plus impérieux d’une connaissance coordonnée et complète de la vie sociale. Or c’est le lut de la sociologie comme des autres sciences sociales que de nous mettre en possession d’une telle connaissance.

  • 1 La même confusion existe dans le reste du pays comme on la retrouve aux États-Unis et en France ; v (...)
  • 2 Voir Edward Shils, The Present State of American Sociology, Glencoe, Illinois, The Free Press, 1948 (...)

3Dissipons dès le début une équivoque d’ordre sémantique qui, dans notre milieu en particulier est la source de malentendus perpétuels. L’un des termes les plus galvaudés du vocabulaire emprunté au monde scientifique est celui de « sociologue1 ». Dès que quiconque veut faire allusion à une personne qui s’intéresse activement ou professionnellement à une forme d’apostolat social, à un mouvement social quelconque, au service social, ou qui se préoccupe généreusement de « questions sociales », on l’étiquette du titre de « sociologue », généralement de « brillant sociologue ». Une des prémisses élémentaires du présent essai est que le terme de sociologue, à l’instar de la désignation d’historien, de psychologue, d’économiste, ne peut et ne doit s’attribuer qu’au spécialiste qui applique à l’étude objective, patiente et continue des faits sociaux des méthodes d’observation, d’analyse et d’interprétation analogues à celles qu’emploient les spécialistes des sciences de la nature. Les cadres de ce bref article ne permettent pas de retracer l’histoire de la sociologie en tant que discipline « autonome » parmi les autres sciences sociales, depuis ses débuts grandioses avec Comte et Spencer, en passant par ses réalisations principales avec Durkheim, Simmel et Max Weber, jusqu’à ses développements à la fois prodigieux et frustratoires à l’époque contemporaine, surtout aux États-Unis2. Notons seulement que la sociologie au cours de son histoire a oscillé entre beaucoup de grandeurs et de misères : l’ambition délibérée qu’ont eue plusieurs sociologues d’en faire la reine des sciences sociales, sinon la Science sociale, s’est manifestée dans la réalité par un rôle de commissionnaire que la sociologie a joué entre les autres sciences sociales, dont plusieurs, en particulier l’économique, étaient en train de se constituer de façon visiblement plus satisfaisante et plus stable. La sociologie n’a pas encore atteint sa maturité. D’une part, très peu de sociologues catholiques voient clairement comment une sociologie empirique est compatible avec la philosophie morale, ou, s’ils le reconnaissent, quel est le domaine propre de chacune et quel genre de relations les intègre l’une à l’autre. D’autre part, les sociologues qui ne partagent pas la foi catholique (c’est la majorité) ont laissé leur discipline se développer de façon touffue et, prisonniers d’un labyrinthe analytique, ne savent plus à quels signes identifier le fil d’Ariane qui leur permettra de « faire le tour » de leur domaine, c’est-à-dire d’en voir les dimensions exactes et l’ordonnance intérieure.

1. Objet de la sociologie

  • 3 Marcel Mauss, « Divisions et proportions de divisions de la sociologie », Année sociologique, 2e(...)
  • 4 Georges Gurvitch, « La vocation actuelle de la sociologie », Cahiers Internationaux de Sociologie, (...)

4Pour Durkheim et ses disciples, la sociologie était la science de la société en tant que telle, plus précisément, la science des faits sociaux, c’est-à-dire de toutes les manières d’être et de penser et de toutes les manières d’agir collectives qui préexistent et s’imposent aux individus et qui constituent l’essentiel de la vie sociale. Représentations collectives et habitudes collectives : voilà les faits spécifiquement sociaux qu’une science positive doit analyser et expliquer en les reliant causalement les uns aux autres. Pour pouvoir expliquer les représentations et les mouvements de quelque société que ce soit, il faut en connaître la structure. En définitive, les faits sociaux sont de deux ordres : les faits de groupement et les faits de comportement, d’où, deux grandes divisions de la sociologie : la morphologie sociale qui étudie la base matérielle et la structure des sociétés ; la physiologie sociale qui étudie ces structures en mouvement, « c’est-à-dire leurs fonctions et le fonctionnement de ces fonctions3 ». La sociologie est une science sociale générale qui ne se donne comme objet d’observation et d’analyse rien moins que les « phénomènes sociaux totaux » pour reprendre l’expression de Marcel Mauss lui-même. Cette notion que la sociologie saisit la réalité sociale totale a été récemment rappelée et soulignée par Gurvitch qui déclare que « l’objet de la sociologie est la réalité sociale prise dans tous ses paliers en profondeur. De la croûte extérieure de la société — sa base morphologique (géographique, démographique, écologique, instrumentale, etc.), en passant par les superstructures organisées, par les pratiques quotidiennes inflexibles, par les modèles techniques, par les signes et par les symboles, jusqu’aux conduites collectives dérogatoires, novatrices, qui modifient les pratiques et les modèles, et créent des symboles nouveaux, jusqu’aux valeurs et aux idées collectives (inspirant les symboles, mais ne s’exprimant en eux que partiellement), et, finalement, jusqu’à la mentalité sociale, à la fois collective et individuelle —, il y a un va-et-vient perpétuel qui tisse la trame même de la réalité sociale. Toutes ces couches en profondeur s’interpénètrent, forment un ensemble indissoluble, sans que soit exclue une certaine discontinuité entre ces couches4. »

  • 5 Voir ; par exemple, l’excellent traité d’Eugène Dupréel, Sociologie générale, Paris, Presses univer (...)

5Il y a eu depuis Durkheim presque autant de façons différentes de concevoir l’objet de la sociologie qu’il y a eu d’écoles sociologiques sinon de sociologues. On peut néanmoins ramener ceux-ci à deux grandes classes principales. D’une part, les sociologues « formalistes » à la suite de Simmel considèrent que l’objet spécifique d’une science de la société est d’étudier les formes que prennent les rapports, les relations, les arrangements spatio-temporels des hommes entre eux. Alors que les sciences sociales particulières étudieront les buts particuliers ou, pour employer l’expression même de Simmel, le contenu particulier (psychologique, économique, religieux, etc.) des relations humaines, c’est à la sociologie, en tant que science générale, qu’il appartient d’abstraire les modes généraux, typiques, de relations humaines qui se retrouvent dans les diverses sphères de la vie sociale. La sociologie étudiera les formes de socialisation et d’association ; les caractères généraux de l’exercice de l’autorité ; les conditions et les variétés de rapports de supériorité et d’infériorité sociales, de domination et de soumission, de concurrence, de prestige, etc. En d’autres termes, le specificum sociologicum c’est le rapport social5, ou, même, d’après l’expression du plus formaliste des formalistes, Leopold von Wiese, « l’inter-individuel » — das Zwischenmenschliche. Un autre groupe de sociologues aux tendances les plus variées, que nous pouvons identifier sous l’étiquette de « dynamiques », considèrent aussi comme l’objet propre de la sociologie le rapport social, non plus cependant sous sa forme abstraite, mais en tant que fait réel et vivant — en tant qu’interaction d’individus humains. L’individu humain vit à l’intérieur de groupements. Par ailleurs, on ne peut à proprement parler dire qu’un groupement existe que lorsqu’on se trouve en présence d’individus agissant et réagissant les uns sur les autres, directement ou indirectement, par l’exemple ou par le commandement, par la parole, le geste, le signe — par l’un quelconque des modes de communication humaine, dans le temps et dans l’espace. L’objet de la sociologie est ici encore le rapport social mais un rapport dont on considère surtout les termes vivants qui sont les acteurs humains eux-mêmes. En dernière analyse, ce que l’on observe ce sont les comportements humains inter-individuels en tentant de rechercher les forces qui les provoquent, les processus selon lesquels ils s’élaborent — contact, concurrence, conflit, adaptation, coopération, assimilation — en même temps que les formes stables qui les canalisent et permettent la permanence des groupements et des sociétés.

  • 6 Wirtschaft und Gesellschaft, 2e éd., Tübingen, 1925, vol. 1 ; voir Talcott Parsons, Max Weber : The (...)

6On comprend facilement qu’une sociologie à laquelle on propose une telle perspective se donnera comme objet d’étude les groupements sociaux et les sociétés plutôt que la société et que, par surcroît, pour autant qu’elle s’intéressera primordialement aux comportements sociaux, elle précisera et affinera des méthodes qui lui feront davantage tenir compte de l’individu. Le contraste sommaire que nous venons d’esquisser entre les sociologues formalistes et dynamiques méconnaît forcément la richesse et souvent la confusion des points de vue selon lesquels les sociologues contemporains considèrent l’objet de leur discipline. Les innombrables définitions qu’ils nous offrent de la sociologie déroutent à bon droit les profanes sinon les initiés. La plupart néanmoins reconnaissent, implicitement ou explicitement, un certain angle de vision qui est défini par le professeur Louis Wirth de la façon suivante : « La sociologie est la science qui cherche à établir ce que l’on peut dire de vrai des hommes du fait qu’ils sont membres de sociétés. » Dès que l’on dépasse cette affirmation générale, les opinions et les méthodes sociologiques diffèrent. À ce point, je crois que c’est à Max Weber qu’il faut redemander une clarification de l’objet de l’investigation sociologique. « La sociologie, écrivait-il, est cette science qui tente de comprendre et d’interpréter l’action sociale et, ce faisant, de parvenir à expliquer causalement son élaboration et ses conséquences — (Soziologie [ist] eine Wissenschaft, welche soziales Handeln deutend verstehen, und dadurch in seinem Ablauf und seinen Wirkungen ursächlich erklären will...)6. » Pour Weber, l’« action sociale » signifiait l’action d’individus en état d’interaction, c’est-à-dire d’individus s’influençant réciproquement et organisant leur action respective, dans le contexte d’une situation sociale déterminée, en fonction d’une même signification que chacun donne aux actions des autres — ce que W. I. Thomas appelait la « définition de la situation ». En définitive, l’objet ultime de l’observation et de l’explication du sociologue c’est l’individu humain agissant dans une pluralité de cadres sociaux ; c’est l’acteur social qui, dès sa naissance, est déjà « le résultat d’une histoire » selon l’expression si juste de Mauriac, et qui, par la suite, ne cesse de jouer des « rôles », c’est-à-dire de réaliser ce qu’on attend de lui en tant que membre de groupements divers qui se compénètrent ou s’entrecroisent à l’intérieur de la société dans laquelle il est né et à la culture de laquelle il participe ou à l’intérieur de sociétés autres que la sienne. La personnalité de l’individu est, dans une large mesure, un produit de la vie sociale pour autant qu’il apprend comment penser, comment s’exprimer, comment agir, de ceux qui l’entourent dans les groupements successifs dont il est membre. En outre, sa vie sociale comme la survie des groupements mêmes dont il est membre dépendent de modèles préétablis et permanents, les institutions sociales, qui sont les éléments canalisateurs des activités sociales. Ces institutions elles-mêmes, facteurs de continuité et de stabilité, sont aussi le produit cumulatif de la vie sociale : elles représentent, pour une société donnée à un moment donné, les cadres d’intégration dans lesquels sont incarnées les normes d’action aux divers plans de la vie collective.

7Ces remarques élémentaires indiquent suffisamment en quoi va consister l’objet propre de la sociologie. Il n’est pas suffisant de dire que la sociologie étudie les comportements et les processus sociaux ; ou le formel des rapports sociaux ; ou les objets extérieurs qui déterminent les relations sociales délibérées ; ou les modèles culturels qui informent les comportements collectifs ; ou encore les éléments constitutifs, structurels, de l’organisation sociale. En d’autres termes, elle doit considérer à la fois l’élément humain et l’élément structurel de la vie sociale. Le foyer central de son inquisition scientifique, ce sont les institutions sociales pour autant que celles-ci, d’une part, sont [sic] les éléments objectifs qui assurent la solidité de la vie sociale et que, d’autre part, elles n’ont [sic] de signification concrète que dans et par les agents humains individuels en qui elles s’incarnent et se réalisent. Un tel objet impose en quelque sorte à la sociologie une méthode structuro-fonctionnelle qui l’apparente, en tant que science expérimentale, aux sciences biologiques.

2. Méthode

  • 7 René Maunier, Introduction à la sociologie, Paris, F. Alcan, 1938, p. 2.
  • 8 Voir Félix Kaufmann, Methodology of the Social Sciences, Oxford University Press, 1918.
  • 9 Charles De Koninck, « Sciences sociales et sciences morales », dans Laval théologique et philosophi (...)
  • 10 Pour nous faire complètement comprendre, il faudrait rappeler ici ce qui constitue les étapes et le (...)

8On n’a pas tout dit lorsqu’on énonce que la sociologie est « la science descriptive, comparative et explicative des faits sociaux7 ». Si la sociologie doit se constituer un jour en une discipline systématique, il faut que les sociologues clarifient, avec plus d’assurance sinon d’audace qu’ils ne l’ont fait jusqu’ici, ce que sera sa méthode spécifique. Nous n’avons pas l’intention de récapituler les diverses méthodes qui ont été proposées tour à tour dans le passé à la sociologie. Notons seulement que le temps où la seule ambition de la sociologie comme de quelques autres sciences sociales était de devenir une science positive, en tous points identique aux sciences du monde physique, semble heureusement révolu. La sociologie n’aurait eu le statut de « science » que le jour où elle serait parvenue à expliquer la société de façon causale et définitive avec la même rigueur que l’astronomie, la chimie, la physique croyaient rendre compte de la nature inanimée. Cette prétention était typique d’époques intellectuelles où l’on se faisait de la science une conception déterministe et où l’on attribuait à l’explication causale une valeur catégorique et, au degré de connaissance qu’elle procurait, une certitude définitive8. On reconnaît au contraire aujourd’hui que les sciences de la nature sont d’ordre dialectique. Bien plus, l’objet ultime de la sociologie, l’homme social, est spécifiquement différent de celui des sciences de la nature. N’importe laquelle des sciences de l’homme, la sociologie surtout, doit reconnaître, à son point de départ, un certain nombre de prémisses concernant la nature spécifique de l’être humain. Pour nous, ces prémisses sont fournies par la philosophie morale. Une fois reconnues la rationalité et la liberté humaines individuelles ainsi que la place qu’occupe l’homme dans la hiérarchie de l’univers créé, il reste un domaine immense, qui ne s’oppose pas à la morale mais dont la morale au contraire a besoin, pour des sciences empiriques, expérimentales, de ce qu’il y a d’observable dans la vie sociale9. La sociologie est l’une de ces sciences. Ici nous entendons le terme de science dans son sens contemporain, c’est-à-dire dans le sens d’un ensemble systématique, cohérent et plausible de connaissances vérifiées ou expérimentées. Il ne faudra pas demander à la sociologie, pas plus qu’à l’économique, à la science politique, à l’anthropologie ou à l’histoire, de conclusions absolues ni catégoriques. Les généralisations auxquelles parviendra la sociologie ne seront pas des « lois » au sens absolutiste que le scientisme donnait à ce concept mais seulement des approximations. Si elle recherche et découvre des « causes » aux phénomènes sociaux, ce ne sera pas pour affirmer que des facteurs donnés produisent déterminément et nécessairement tels ou tels effets mais pour énoncer que, dans des conditions données, un facteur ou un ensemble de facteurs donnés produiront probablement tel résultat. Les jugements sur l’homme social qu’elle formulera au terme de son analyse auront une plausibilité rationnelle, et le degré de certitude qu’elle justifiera sera seulement celui d’une probabilité — telle ou telle affirmation générale, contrôlée, sur la vie sociale, sera vraie « ut in pluribus10 ». Voyons en quoi devra consister idéalement la méthode d’une sociologie scientifique ainsi comprise.

  • 11 Talcott Parsons, « La théorie sociologique systématique et ses perspectives », dans La sociologie a (...)

9En premier lieu nous faisons ici la distinction qui s’impose, pour éviter une confusion fréquente et source de tant de malentendus, entre méthode entendue au sens fondamental du mot — la voie selon laquelle une connaissance systématique poursuit et possède son objet propre — et les techniques de recherche ou d’analyse. La méthode sociologique, avons-nous dit, sera causale, fonctionnelle, typologique et synthétique. Comme le propose très justement le professeur Talcott Parsons, une théorie sociologique analytique devra ressembler au type des théories de la physiologie en ce sens qu’elle portera non seulement sur les éléments de structure, mais aussi de fonctions des sociétés. Sa méthode sera structuro-fonctionnelle11. Une telle théorie devra aussi tenir compte de ce qui fait le spécifique de l’action sociale, c’est-à-dire les attitudes et les buts des acteurs sociaux ainsi que les interprétations que ceux-ci donnent à leurs agissements. Finalement, cette théorie devra utiliser des concepts « opératoires » en ce sens que le contenu des variables ou facteurs étudiés (par exemple, ceux de « rôle », de « statut », d’« institution », de « classe sociale », etc.) seront le produit de l’observation.

  • 12 Voir Gunnar Myrdal, An American Dilemma, Harper & Brothers, 1944, 9'édition, Appendix I, A Methodol (...)

10La sociologie n’est pas encore parvenue à ce stade méthodologique. Elle y parviendra lorsque deux conditions préalables auront été remplies par les sociologues : (1) lorsque ceux-ci auront reconnu et rendu explicites les prémisses fondamentales (jugements de valeur concernant l’homme) sur lesquelles s’appuie leur discipline12 ; (2) lorsque leurs techniques actuelles d’investigation auront été non pas tant raffinées qu’appliquées plus systématiquement en fonction de « problèmes » suggérés par des questions ou des hypothèses en dépendance étroite et logique avec leur théorie générale. Les principales techniques ou procédés de recherche de la sociologie ont été l’observation directe et indirecte, celle-ci comprenant principalement l’interview, l’utilisation des documents personnels, l’application de questionnaires et de tests, la sociométrie. La sociologie a utilisé et devra nécessairement continuer d’utiliser la méthode statistique pour autant que celle-ci, grâce aux techniques de l’échantillonnage, permet, en partant de l’observation de quelques cas pertinemment choisis, d’induire des généralisations valables pour l’ensemble d’une population donnée, et qu’elle permet d’établir des corrélations, c’est-à-dire des relations de concomittance entre des facteurs sociaux d’ordre différent. La sociologie néanmoins devra toujours, simultanément à la méthode statistique et au-delà de celle-ci, continuer d’utiliser patiemment et abondamment la méthode monographique, c’est-à-dire l’étude intensive de cas particuliers, individuels ou collectifs — groupements (familles, professions, associations, classes sociales, etc.), localités, institutions —, choisis comme représentatifs et typiques d’un « univers » sociologique déterminé et dont l’analyse permettra à la sociologie d’atteindre ce réalisme et cette richesse d’interprétation qui la caractérisent déjà. C’est à cette condition que la sociologie pourra reconstituer des « types » sociaux sur lesquels elle étayera une grande partie de ses généralisations. Tout ce que nous voulons indiquer ici est qu’avant qu’une sociologie théorique, même partielle, soit possible, il faut élaborer une sociographie. Cette tâche a eu des pionniers magnifiques en Spencer, Le Play, Max Weber, et des artisans sans nombre parmi les sociologues contemporains, surtout aux États-Unis. L’œuvre qui s’impose consiste à la fois à réinterpréter la documentation descriptive accumulée depuis un siècle et, en même temps, à organiser et à orienter les recherches qui restent à faire d’après des préoccupations théoriques formulées dans le sens que nous venons de mentionner et qui permettront à la sociologie de s’évader du marasme où elle s’enlise depuis déjà trop longtemps.

3. Divisions

  • 13 Florian Znaniecki, The Method of Sociology, New York, Farrar et Rinehart, 1934-
  • 14 Talcott Parsons, « The Position of Sociological Theory », American Sociological Review, vol. 13, no(...)

11Les subdivisions que l’on reconnaît à la sociologie varient nécessairement avec les conceptions que l’on se fait de son objet principal. Pour Tönnies la sociologie comprenait trois plans distincts : une sociologie pure, théorique ; une sociologie appliquée, déductive ; une sociologie empirique, inductive. L’école française considérait qu’il existe, à côté d’une sociologie générale qui se subdivise en morphologie et en physiologie sociales, un certain nombre de sociologies spéciales — sociologie religieuse, économique, linguistique, politique, etc. Une tendance fréquente parmi les sociologues américains contemporains est de reconnaître que l’analyse sociologique se déploie sur trois plans principaux : le plan des relations de l’homme avec son milieu naturel, qui est l’objet de l’écologie humaine (désignation qui est presque l’équivalente de celle de géographie humaine) ; le plan de l’organisation sociale, avec ses subdivisions nombreuses ; le plan de la psychologie sociale. Le professeur Znaniecki, pour sa part, soumet que toute analyse sociologique se fait autour de l’un ou l’autre des quatre ordres suivants de « faits » sociaux, à chacun desquels correspond une division de la sociologie : les actions sociales ; les personnes sociales ; les relations sociales ; les normes sociales13. À la vérité, cette question est d’importance relative puisque c’est la théorie sociologique elle-même qui déterminera, du jour où elle sera pleinement constituée, quels sont ses domaines les plus significatifs. La division de la sociologie qui cadre le mieux avec ce que nous venons de dire de son objet est celle que soumet provisoirement le professeur Parsons. Une théorie sociologique complète devrait comporter cinq plans hiérarchiques principaux qui sont les suivants : (1) en premier lieu, une systématisation analytique de la différenciation structurelle et de l’intégration des modèles institutionnels des sociétés ; cette entreprise inclut non seulement la morphologie sociale mais aussi l’étude, sur une base comparative, des relations entre la structure et les besoins fonctionnels des sociétés ; (2) une théorie des relations entre les institutions et la culture des sociétés ; (3) une théorie des processus de socialisation des individus et des motivations des agents sociaux dans le cadre des institutions (psychologie sociale) ; (4) une théorie du contrôle ; (5) une théorie des changements sociaux14. Quelle que soit la division que l’on adopte, il est hors de tout doute que la psychologie sociale doit faire partie intégrante de la sociologie. En définitive, ce qui importe est de ne pas imposer prématurément à la sociologie de divisions arbitraires qui empêcheraient les sociologues de diriger leurs observations vers quelque domaine que ce soit (sociologie de la connaissance, du langage, de la religion, etc.) où ils se sentent poussés et où ils ont conscience qu’ils apporteront une contribution spécifique pour autant qu’ils aborderont l’objet de leur étude dans une perspective sociologique.

4. Relations de la sociologie avec d’autres disciplines

12Pour pouvoir établir les relations qui unissent la sociologie aux autres sciences, il faut répondre à la question qui se pose depuis qu’il existe une sociologie, à savoir, la sociologie est-elle une science sociale spéciale, au même titre que les autres sciences sociales (économique, anthropologie, géographie humaine, etc.), ou est-elle une science « générale », et si oui, en quel sens ? Cette question met en cause toute la méthodologie des sciences sociales et, à lire la littérature contemporaine sur le sujet, il semble que le traité complètement satisfaisant reste à écrire et qu’au surplus il soit difficile de l’aborder sans s’exposer à des interprétations polémiques de la part d’un groupe ou l’autre des spécialistes des diverses sciences sociales ou de tous à la fois. Étant donné, en premier lieu, l’objet des sciences sociales et, en second lieu, la façon bizarre et accidentelle dont celles-ci se sont développées historiquement, il est inévitable qu’il existe encore (et il existera très probablement toujours) des chevauchements des unes sur les autres. Toutes les sciences sociales expérimentales ont fondamentalement le même objet, les sociétés humaines présentes ou passées, qui est un objet prodigieusement fascinant, divers, inépuisable. Ce qui les distingue les unes des autres en tant que sciences est, ou bien l’ordre de phénomènes qu’elles choisissent d’observer dans la réalité sociale complexe, ou bien la perspective propre selon laquelle elles considèrent tous les phénomènes sociaux possibles, ou les deux à la fois. Plusieurs des sciences sociales, par exemple l’histoire, l’ethnographie, la géographie humaine, ne dépassent guère, si l’on observe de près le résultat des travaux qu’elles inspirent, le plan de la description et de la comparaison des faits. Dès qu’elles tentent ou veulent tenter des explications elles doivent, consciemment ou inconsciemment, faire appel à des concepts et à des hypothèses qu’elles vont chercher en dehors d’elles-mêmes, dans une philosophie ou dans une science sociale plus évoluée. D’autres sciences sociales, en particulier l’Économique, ont atteint un haut degré d’élaboration théorique et ont constitué un système autonome d’explication de l’aspect spécifique de la réalité sociale qu’elles étudient. Ce n’est pas ici le lieu d’établir la position actuelle et l’avenir probable de chacune des sciences sociales ou la nature des relations qui les unissent les unes aux autres. Considérons seulement la sociologie : nous avons affirmé qu’elle repose sur une sociographie. Nous voulons dire par là que la sociologie, à son point de départ, doit connaître l’ensemble des travaux de toutes les sciences sociales descriptives existant actuellement et qu’elle devra elle-même entreprendre les observations qui restent à faire dans les domaines qui n’ont jusqu’ici été explorés par aucune discipline particulière. Bien plus, nous avons indiqué dans quel sens la sociologie pourra parvenir à constituer un système théorique général des faits sociaux. Une telle théorie sociologique portera nécessairement sur la totalité de la vie sociale qu’elle expliquera en utilisant un type spécifique d’analyse, du genre de celui que nous avons décrit sommairement. Tout compte fait, un des éléments essentiels du mode sociologique de connaître et de comprendre les faits sociaux — individus, groupements, sociétés — sera de les voir dans leurs relations dynamiques en tant que parties d’ensembles qui se compénètrent ou s’excluent et d’évaluer les répercussions que déterminent ces relations à la fois dans la constitution interne des parties et dans la vie de l’ensemble. Nous sommes convaincu qu’il y a place et nécessité pour une telle science qui non seulement ne nuira en rien à aucune autre des sciences sociales mais leur sera précieuse à toutes. Nous avons aussi soumis qu’une sociologie ainsi entendue est loin de s’opposer, encore moins de se substituer, à la philosophie morale. Effectivement, elle se situe à l’intérieur même de la morale. La sociologie, d’une part, doit emprunter à celle-ci ses prémisses fondamentales concernant la nature de l’homme et sa finalité propre. Elle est et doit demeurer une science de ce qui est ; dans sa sphère, elle est autonome et ses interprétations comme ses explications, lesquelles demeureront toujours comme nous l’avons noté, sur le plan de la plausibilité, n’engageront en rien la morale. Celle-ci, d’autre part, a besoin de la sociologie comme des autres sciences sociales pour étayer de façon aussi réaliste que possible les orientations qu’elle propose à l’homme dans le choix que celui-ci a à faire des moyens conduisant à des fins particulières.

Notes

1 La même confusion existe dans le reste du pays comme on la retrouve aux États-Unis et en France ; voir R. P. Jean-T. Delos, o.p., Introduction au Précis de sociologie, de Lemonnyer, Troude et Tonneau, Marseille, Éditions Publiroc, 1934.

2 Voir Edward Shils, The Present State of American Sociology, Glencoe, Illinois, The Free Press, 1948 ; L. L. Bernard, Las Actuates Tendencias Sociolôgicas en los Estados Unidos, Revista Mexicana de Sociologta, vol. 9, année 9, no 1, p. 23-50 ; G. Gurvitch et W. Moore, La sociologie au XXe siècle, Paris, Les Presses universitaires de France, 1947, 2 vol. 

3 Marcel Mauss, « Divisions et proportions de divisions de la sociologie », Année sociologique, 2e série, vol. 11, p. 129-730.

4 Georges Gurvitch, « La vocation actuelle de la sociologie », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 1, 1re année, 1916, p. 10-11.

5 Voir ; par exemple, l’excellent traité d’Eugène Dupréel, Sociologie générale, Paris, Presses universitaires de France, 1948.

6 Wirtschaft und Gesellschaft, 2e éd., Tübingen, 1925, vol. 1 ; voir Talcott Parsons, Max Weber : The Theory of Social and Economic Organization, New York, Oxford University Press, 1947, p. 88.

7 René Maunier, Introduction à la sociologie, Paris, F. Alcan, 1938, p. 2.

8 Voir Félix Kaufmann, Methodology of the Social Sciences, Oxford University Press, 1918.

9 Charles De Koninck, « Sciences sociales et sciences morales », dans Laval théologique et philosophique, Québec, 1915, vol. 1, no 2, Quodlibeta, p. 194-198.

10 Pour nous faire complètement comprendre, il faudrait rappeler ici ce qui constitue les étapes et les démarches essentielles de la méthode scientifique en général — comment une science donnée abstrait, de l’ensemble des phénomènes de la réalité, des faits d’un certain ordre qu’elle identifie par des concepts particuliers, pour ensuite les observer, les classifier, les relier les uns aux autres de façon cohérente, en partant d’hypothèses et pour en arriver à des théories qui sont des systèmes généraux d’interprétation et d’explication.

11 Talcott Parsons, « La théorie sociologique systématique et ses perspectives », dans La sociologie au XXe siècle, Georges Gurvitch et Wilbert E. Moore (dir.), Paris, Presses universitaires de France, tome I, ch. III, p. 43-70 ; « The Position of Sociological Theory », American Sociological Review, vol. 13, no 2, avril 1918, p. 156-171.

12 Voir Gunnar Myrdal, An American Dilemma, Harper & Brothers, 1944, 9'édition, Appendix I, A Methodological Note on Valuations and Reliefs, Appendix II, Note on Facts and Valuations, p. 1027-1064.

13 Florian Znaniecki, The Method of Sociology, New York, Farrar et Rinehart, 1934-

14 Talcott Parsons, « The Position of Sociological Theory », American Sociological Review, vol. 13, no 2., avril 1948, p. 161-163.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540