Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

La nature de l’économie politique

Esdras Minville

Texte intégral

[...]

  • 1 Extrait d’un article de L’Action nationale, 1er semestre 1951, p. 267. [...]

1Dans la vie des individus et dans celle des sociétés, l'économique joue un rôle nécessaire, mais par rapport aux fins de l’homme, c’est un rôle subordonné. Tout en répondant à ses fins propres, l’économique doit contribuer au progrès des valeurs supérieures par lesquelles s’accomplissent et la vocation de l’homme et l’avancement de la civilisation. Tout régime social qui n’embrasse pas l’ensemble des valeurs humaines ou en bouleverse l’ordre se stérilise lui-même dans la mesure où il compromet le sort de l’homme ou fausse l’orientation de sa vie1.

[...]

  • 2 Extrait d’une conférence intitulée « L’Action catholique et l’économique », manuscrit inédit, p. 9.(...)

2La vie humaine, en effet, est autre chose qu’une série de compartiments entre lesquels n’existerait aucune communication. Du matériel au spirituel et au religieux, il y a gradation non pas discontinuité, puisqu’on ne saurait concevoir de vie religieuse hors de l’homme avec tous les besoins d’ordre strictement matériels auxquels celui-ci est assujetti. Mais la vie humaine trouvant sa plénitude dans l’épanouissement spirituel, toutes les formes d’activité doivent être ordonnées au progrès spirituel comme à leur fin, en accepter les exigences et les règles2.

[...]

  • 3 Extrait d’un article intitulé « Les devoirs d’un intellectuel catholique en fonction des exigences (...)

3De [toute] civilisation est né un ordre, c’est-à-dire un ensemble ordonné d’institutions économiques, sociales, juridiques, politiques qui, du fait qu’elles procèdent de cette conception générale de l’homme et de sa fin, en sont le soutien dans la mesure où les institutions posent des règles à l’activité humaine et créent le climat au sein duquel elle se déploie. [...] Le plan de la pensée d’abord [...] tend à informer les institutions et l’ordre des faits ; [...] le plan des faits ensuite, [...] tend [...] à informer les institutions et l’ordre même des idées3.

[...]

4Comme le milieu culturel et le milieu politique, le milieu économico-social doit être envisagé du point de vue de la conservation et de la fructification [des] valeurs nationales. L’examen porterait ici [...] sur deux points principaux : (a) les institutions, expression d’une doctrine ; (b) la politique économique et sociale inspirée de la même doctrine mais davantage influencée par les faits. Qu’il nous soit permis d’insister un peu, car en aucun autre domaine on n’est plus exposé à céder aux exigences réelles ou apparentes des faits, à perdre de vue la doctrine et la pensée nationales, sacrifiant ainsi sans s’en rendre compte l’essentiel à l’accessoire.

5De la vie d’une nation on peut dire ce que Claude Bernard disait de la vie végétale ou animale, savoir, qu’elle est « la réalisation d’une idée ordonnatrice ». Une nation chez qui n’existerait pas une pensée supérieure capable de coordonner et d’ordonner les énergies de la masse ne serait qu’une bande, une sorte de troupeau soumis aux tiraillements de forces contradictoires et chez qui les forces d’ordre elles-mêmes risqueraient de se muer en forces de désagrégation et de déchéance. N’est-ce pas hélas ! un peu le spectacle que, faute d’une pensée nationale suffisamment précise et ferme, [le Canada français a] donné au monde en ces dernières années ?

6Pour exprimer la même idée d’une autre manière, disons que la vie nationale est une synthèse, et que c’est à cette synthèse qu’il faut sans cesse, si on veut en juger sainement, ramener chacun des éléments dont elle se compose. Autrement on risque de s’égarer, d’aboutir à des remèdes pires que le mal lui-même. Ainsi, par exemple, on parle souvent du problème économique canadien-français. En un sens, on a raison d’isoler pour le mieux comprendre un problème si complexe en soi. Mais cette nécessité même de l’étude et de l’analyse ne va pas sans un certain risque : celui d’induire les esprits à considérer et à traiter comme autonome un problème qui, dans la réalité, fait bloc avec plusieurs autres. Ce qu’il ne faut jamais oublier, c’est que le problème économique, s’il se pose indépendamment du fait national, doit néanmoins à sa liaison, à sa subordination au fait national, le caractère particulier auquel, sciemment ou non, on réfère quand on parle du problème économique canadien-français.

7En fait, ce qui existe, c’est un problème canadien-français présentant un aspect économique comme il présente un aspect social, un aspect politique — aspects que l’on ne saurait s’expliquer complètement si on ne les rattache au fait central. Et c’est ici qu’interviennent les valeurs nationales [...].

8Le milieu économique et le milieu social que nous abordons ici simultanément ne ressortissent pourtant pas de la même manière à ces valeurs. Le milieu social doit sa physionomie propre à des institutions dépendantes d’une certaine manière du milieu économique, mais qui en même temps reçoivent directement l’empreinte de la culture, de la foi religieuse, des traditions et des lois : famille, école, paroisse, œuvres d’entraide et d’assistance, etc., partout identiques à elles-mêmes quant à leur origine et à leurs fins, mais marquées d’un milieu à l’autre d’un cachet particulier qui est la note distinctive du groupe ethnique et culturel dont elles sont le produit. Ces institutions sont l’expression concrète, une des formes de la pensée nationale, et à ce titre elles se subordonnent l’économique dans la mesure où celui-ci est nécessaire à leur conservation et à leur épanouissement.

9L’économique, au contraire, n’a pas de relation directe avec la culture et les autres valeurs nationales — du moins en ce sens qu’aucune de ces valeurs n’a de préférence pour un type ou pour un autre d’institution ou de régime, pourvu qu’ils soient justes dans leur inspiration doctrinale, et qu’ils répondent à leur fin qui est de servir le bien commun. Une nation ne choisit pas le caractère de ses institutions sociales ; elle le leur donne comme une projection de son esprit du fait même qu’elle vit. Mais elle peut et doit choisir ses institutions économiques — et elle les choisit à la lumière à la fois de sa pensée nationale, elle-même soumise aux exigences supérieures du droit et de la morale, et de sa situation de fait, c’est-à-dire des conditions que le milieu même où elle vit pose à son existence et à son progrès.

10Cela suppose deux choses : (a) que cette nation a la liberté de choisir son régime économique et donc que son statut politique lui assure cette liberté — et ici apparaît le problème constitutionnel si complexe des juridictions respectives de l’État fédéral et de l’État provincial en matière économique et sociale ; (b) qu’elle a elle-même la volonté de se servir de cette liberté et donc que chaque citoyen place la conservation et l’épanouissement des valeurs de civilisation, dont il est le cohéritier et le représentant, au-dessus des préoccupations strictement économiques, qu’il est prêt à s’imposer au besoin certains sacrifices pour l’avancement du groupe ethnique auquel il appartient. Bref, cela suppose que le citoyen est en état, comme nous le disions dans les pages précédentes, de s’interpréter lui-même en regard des faits qui l’entourent, économiques ou autres, de se reconnaître dans le fourmillement des influences contradictoires dont se compose la vie sociale, de se soustraire à leur sujétion et d’adopter en toutes circonstances l’attitude la plus conforme aux intérêts supérieurs, aux aspirations nationales de son groupe ethnique.

  • 4 Extrait du volume Invitation à l’étude, Montréal, Fides, 1945, p. 19, introduction du chapitre VII, (...)

11C’est en somme ce que nous avions dans l’esprit lorsque [...] nous insistions sur cette idée que, compte tenu des grands principes de droit et de morale qui régissent les sociétés humaines à toutes les époques et sous tous les climats, la politique économique et sociale d’un peuple — c’est-à-dire l’orientation de la multitude et de son activité — se déduit : (a) des exigences du milieu physique ; (b) des caractéristiques du milieu humain. Cette règle groupe en quelque sorte les trois données fondamentales de l’action économicosociale : une doctrine sujette elle-même aux exigences supérieures de l’ordre ; un milieu humain particularisé par sa culture et sa civilisation ; un milieu physique, avec ses exigences et ses virtualités. Et c’est dans la bonne coordination de ces trois données qu’un peuple doit chercher la solution de son problème économicosocial, lui-même facteur du problème national4.

  • 5 Les quatre passages qui précèdent proviennent d’une brochure intitulée Les vertus du coopérateur, Q (...)

12[...] si la doctrine est immuable et universelle dans ses principes, les milieux où elle doit s’appliquer sont divers, de la diversité même de notre monde matériel et humain. Conséquences : unité dans l’inspiration, diversité dans l’action. À qui [veut] le triomphe de la justice dans les relations sociales, la question doit donc se poser de savoir par quels moyens, selon quelles formules, le redressement des esprits — condition première de toute rénovation sociale — étant achevé, [pourra être] assuré le plus efficacement. Suffira-t-il de reprendre pour notre compte les initiatives qui ont obtenu du succès ailleurs. Ce serait trop simple, trop facile. [Le Canada français] s’est déjà essayé [à] cette méthode sans beaucoup de succès, [...] et l’un des aspects les plus navrants de [sa] situation a été justement l’espèce d’impuissance dont [il] a fait preuve jusqu’ici à concrétiser dans des œuvres marquées au cachet de [sa] propre originalité une philosophie sociale dont [d’aucuns s’efforcent depuis des années d’explorer théoriquement les avenues. Heureusement [...] la vie sociale est plus complexe, plus nuancée que ne le suppose l’ingénuité des imitateurs systématiques ; si elle obéit à des règles universelles et immuables, par ailleurs, elle se refuse aux formules stéréotypées et aux solutions moyennes. Chaque peuple [...] doit inventer lui-même, créer pour son propre compte les modalités de son action. Et cela suppose outre l’initiation doctrinale, la connaissance exacte et précise du milieu où il vit : physique, social, culturel et politique5.

[...]

  • 6 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique de novembre 1934, p. 418.

13Il ne faut pas oublier, en effet, qu’en immense majorité dans [le] Québec, [les Canadiens français] forment néanmoins, dans l’ensemble du pays et du continent, un groupement à part. Origine, esprit, culture, aptitudes, moyens, tout [les] différencie du reste de la population, et dans cette différence même résident les raisons qu’[ils] ont de ne pas [s’]identifier. Autant dire que, groupement à part, [il] a besoin d’une politique à part, et qui puise en [lui] et chez [lui] ses directives, qu’il s’agisse d’économique ou de social6.

[...]

  • 7 Ce passage provient de l’introduction du chapitre VI, vol. 1 du Citoyen canadien-français, Montréal (...)

14[Quand on en arrive à l’action publique], en aucune sphère le citoyen n’a plus grand besoin : (1) d’une doctrine sûre, car il n’en est aucune où, à l’heure présente, circulent des courants d’idées plus nombreux et, pour la plupart, à la fois plus également et plus diversement dangereux ; (2) d’une plus exacte connaissance des faits sociaux et, par suite, de la portée pratique de la doctrine à mettre en œuvre, des modalités concrètes par lesquelles elle s’exprimera dans le milieu où il vit — car la doctrine la plus sûre conduit à des résultats décevants, si on ne sait pas l’interpréter justement en regard des faits — et des faits comme ils se présentent, non pas dans l’univers, non pas dans tel pays étranger, mais dans le milieu où le citoyen est appelé à agir et sur lequel son influence, nécessairement limitée à un certain rayon, peut s’exercer. Qu’on le veuille ou non, que cela plaise ou ne plaise pas, le monde est divers et le problème social, dans ses données concrètes, varie d’un pays à l’autre selon les variations mêmes des milieux physiques, économiques et humains7.

[...]

15« La valeur de la science est relative, [écrivait récemment un chroniqueur du Moniteur des intérêts matériels]. Elle fournit évidemment le plus haut degré possible d’approximation, elle élimine les éléments et les jugements subjectifs (c’est là peut-être son plus grand mérite), mais elle n’est pas infaillible, ainsi que le savent bien les hommes, faillibles eux aussi, qui, chacun pour leur petite part, contribuent à la faire avancer. »

  • 8 Extraits d’un texte paru dans L’Actualité économique de juin-juillet 1930, p. 126.

16Mais pour éclairer le présent et préparer l’avenir, il est bon d’étudier le passé. L’économie politique n’est pas une science de divination, basée sur des déductions et des postulats a priori. Elle juge d’une situation à la lumière du passé et, aux faits présents, compare les faits antérieurs. Elle peut ainsi tirer des conclusions qui ont chance d’être aussi proches que possible de la vérité8.

[...]

  • 9 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique d’avril 1934, p. 64.

17En France plus qu’ailleurs on a compris de tout temps et on semble comprendre plus que jamais la nécessité de la haute culture pour les techniciens de toute catégorie. Les questions économiques et sociales occupent une place de plus en plus grande et même prépondérante dans la pensée des peuples civilisés, et nous dirions surtout dans leur inquiétude. Quels que soient le milieu où l’on vit et la profession à laquelle on appartient, on ne peut se dispenser de les étudier — et de les étudier avec toute l’attention possible pour sa propre gouverne et pour le plus grand bien des foules qui attendent de l’élite une direction. Sans compter que les sciences économiques et sociales, à cause de leur étroite liaison avec la quasi-totalité des autres branches du savoir humain, sont elles-mêmes une source féconde de culture intellectuelle9.

[...]

  • 10 Texte extrait d’un manuscrit inédit, intitulé « Le devoir de l’heure », p. 6. Voir Œuvre complète, (...)

18Il faudra acquérir [...] le sens de l’objectivité dans l’étude des problèmes économiques, sociaux, politiques. Les problèmes de cette nature [...] ne se posent pas partout de la même façon : différence de milieu physique, différence de milieu humain. Les principes évidemment restent les mêmes, mais l’action varie et doit varier dans ses modalités. Ce qui réussit [en un point] ne réussira pas nécessairement [ailleurs]. Sans ignorer ce qui se passe à l’extérieur, sans fermer les yeux sur ce que d’autres peuples ont entrepris pour assurer chez eux la prospérité économique, la stabilité sociale et la sécurité politique, sans en un mot [se] renfermer dans une attitude obstinée de refus à l’endroit de ce qui vient de l’extérieur, [il faut] accorder une attention plus assidue, plus éclairée, aux exigences particulières de notre milieu, inventer [les] solutions [appropriées] ou adapter, donc repenser, en fonction de nos besoins, celles que l’étranger peut offrir. Objectivité, c’est-à-dire sens pratique, réalisme de bon aloi, qui peut s’obtenir sans renoncer aux plus larges, voire aux plus universelles perspectives. Or, nul ne contestera que ce soit là un des grands besoins du peuple [canadien-français] et de notre époque. Si les temps que nous vivons et ceux qui se préparent exigent le maximum de virilité morale et de rectitude de conscience, ils exigent aussi le maximum de clarté intellectuelle et de vigueur de pensée, de tout temps, mais dorénavant plus que jamais, nécessaires à l’exercice fructueux de l’initiative individuelle et de l’activité collective10.

[...]

19La politique d’un pays est autre chose qu’une construction théorique, fruit de l’imagination ou de la spéculation. Elle se déduit, compte tenu des grands principes qui régissent toute société humaine, (1) du caractère de la population, (2) du cadre géographique et économique dans lequel cette population est appelée à vivre.

20Or la grande faiblesse de [la] politique [au Québec] dans le passé a été précisément de ne tenir aucun compte ou de ne tenir qu’un compte insuffisant et du caractère de la population et des particularités [du] milieu. Conformément à l’enseignement libéral, dont cette politique s’inspirait plus ou moins consciemment, on a cru que les choses s’arrangeraient d’elles-mêmes, spontanément, pour le plus grand bien de la population, sans que l’État ait à intervenir pour imprimer à la vie économique et sociale une orientation déterminée. Et quand on s’est décidé à intervenir, on l’a fait en s’inspirant de l’étranger, des exemples qui nous venaient d’ailleurs, plutôt que des conditions propres [au] milieu humain et physique. Cela devait fatalement conduire au désordre — même indépendamment des forces qui, de l’extérieur, ont un moment donné [engendré] la crise.

  • 11 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique d’août-septembre 1937, p. 377.

21Voici un premier fait : [le Québec] est peuplé aux quatre cinquièmes de Canadiens français. Et en voici un second : cette population, la plus anciennement établie au pays, a une conception de la vie, des coutumes, des habitudes différentes de celles du reste de la population canadienne. Au surplus, ayant porté tout le poids de la mise en œuvre initiale d’un vaste continent, elle n’a pas su s’enrichir. Sa situation a donc des exigences particulières. Or si l’on admet que la vie d’une nation, vie économique, sociale, politique, doit être organisée de telle manière que cette nation puisse conserver son héritage moral et spirituel et s’épanouir librement dans le sens de ses innéités, les faits ci-dessus auraient dû, depuis du moins que [le Québec] jouit de son autonomie, influencer profondément sa politique. Peut-on dire que tel a été le cas ? Une petite incursion dans l’histoire ferait sur ce point surgir bien des doutes11.

[...]

  • 12 Extrait de « Comment établir l’organisation corporative au Canada », Les Semaines sociales du Canad (...)

22Mais ce à quoi il faut tenir, c’est à la pensée à la fois sociale et nationale qui inspire [tout projet]. Ce serait une erreur, nous le répétons, de vouloir séparer deux notions que la réalité unit jusqu’à les confondre sur bien des points — une erreur dont [on] supporterait les dures conséquences [...] le national est un palier inévitable entre l’individu et l’humanité, parce que le politique, l’économique, le social et le national ne sont que des aspects différents d’une même expression humaine12.

[...]

  • 13 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique de novembre 1932, p. 335-336.

23Quand on professe sur le ton dogmatisant que pour refaire notre situation économique nous devons, nous Canadiens français, sous prétexte que nous vivons en Amérique, copier les Américains, leur emprunter et leur esprit et leurs méthodes, on perd de vue la loi probablement la plus générale donc la plus irréductible de l’humanité, savoir, la diversité : diversité des types et des génies qui se traduit par la diversité des aptitudes et des modes de vivre. Un peuple ne progresse pas en copiant ses voisins, en les imitant servilement, mais en cultivant et en tirant un parti entier de ses virtualités intellectuelles et morales et en organisant sa vie conformément aux exigences de son génie propre. Si [le Canada français] s’était avisé plus tôt de cette élémentaire vérité, et s’[il] avait organisé [son] action en conséquence, au lieu de passer [son] temps à regarder par-dessus les frontières, [se] laissant envoûter par la folie du démesuré et du fantastique, peut-être n’[aurait-il] pas aujourd’hui à [s’]interroger sur ce que demain [lui] réserve13.

Notes

1 Extrait d’un article de L’Action nationale, 1er semestre 1951, p. 267. [...]

2 Extrait d’une conférence intitulée « L’Action catholique et l’économique », manuscrit inédit, p. 9. Œuvre complète d’Esdras Minville, cahiers en dépôt à la bibliothèque de l’École des HEC, Cahier des manuscrits inédits.

3 Extrait d’un article intitulé « Les devoirs d’un intellectuel catholique en fonction des exigences de notre temps », L’Action universitaire, juillet 1950.

4 Extrait du volume Invitation à l’étude, Montréal, Fides, 1945, p. 19, introduction du chapitre VII, « Le milieu économicosocial ».

5 Les quatre passages qui précèdent proviennent d’une brochure intitulée Les vertus du coopérateur, Québec, Conseil supérieur de la coopération, 1943, p. 9-15.

6 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique de novembre 1934, p. 418.

7 Ce passage provient de l’introduction du chapitre VI, vol. 1 du Citoyen canadien-français, Montréal, Fides, 1946, [...].

8 Extraits d’un texte paru dans L’Actualité économique de juin-juillet 1930, p. 126.

9 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique d’avril 1934, p. 64.

10 Texte extrait d’un manuscrit inédit, intitulé « Le devoir de l’heure », p. 6. Voir Œuvre complète, série de cahiers en dépôt à la bibliothèque de l’École des HEC, Cahier des inédits.

11 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique d’août-septembre 1937, p. 377.

12 Extrait de « Comment établir l’organisation corporative au Canada », Les Semaines sociales du Canada (1936). L’organisation professionnelle, Montréal, ESP, 1936, p. 257-261.

13 Extrait d’un texte paru dans L’Actualité économique de novembre 1932, p. 335-336.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter