Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

La morale et la sociologie

Arthur Robert

Note de l’éditeur

Source : « La morale et la sociologie », Mémoires de la Société royale du Canada, 3e série, vol. 16, mai 1922, p. 91-108.

Texte intégral

  • 1 D’un siècle à l’autre, Nouvelle Librairie Nationale, 7, 50.

1Dans son dernier livre1, M. Georges Valois parle de gens « mus par la volonté de créer l’ordre », mais égarés par des conceptions absurdes de l’ordre. On peut en dire autant de certains sociologues contemporains. Soucieux eux aussi de « créer l’ordre » dans le monde où ils vivent, ils ont malheureusement de la science sociale un concept faux dont l’application conduirait à l’instabilité et à la ruine.

  • 2 L. Lévy-Brühl, La morale et la science des mœurs. E. Durkheim, De la division du travail social.

2Parmi eux tiennent le premier rang MM. Émile Durkheim et Lévy-Brühl professeurs à la Sorbonne. Ils estiment tous deux2 que la science sociale doit s’inspirer d’un esprit nouveau pour devenir sociologie scientifique, c’est-à-dire, vraie science des mœurs. Pour cela il lui faut rompre en visière avec la Morale qui a fait faillite sur toute la ligne. Inutile de tenter à nouveau de renouer les liens qui les unissaient dans le passé. C’est de cette union mal assortie que vient tout le mal dont nous souffrons. Aussi déclarent-ils qu’entre la Morale et la Sociologie il y a conflit inévitable. Et, tout naturellement, dans ce conflit, la Morale aura le dessous. Sa suppression s’impose, car sur ses ruines la Sociologie a l’ambition d’édifier une science nouvelle sur laquelle on fondera un art moral rationnel qui remplacera avantageusement les théories traditionnelles.

3Sous la rubrique de théories traditionnelles, prennent place tous les systèmes : morale kantienne, morale utilitaire, morales empiriques et intuitives, morales déductives et inductives. Tout ce que, au cours des âges, les philosophes moralistes ont enseigné, passe au crible de leur critique. Rien n’échappe à leurs investigations. Et, disons-le tout de suite, de cette course un peu hâtive à travers les doctrines morales, ils reviennent fermement convaincus que celles-ci prétendent à des titres auxquels elles n’ont aucun droit.

  • 3 E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique. S. Deploige, Le conflit de la morale et de la s (...)

4En effet, la Morale tout court, de quelque nom qu’elle s’affuble, commence par se proclamer « science normative ». Rien d’étonnant que les philosophes lui aient consenti cette dénomination sans récriminer. Au fait, l’éthique n’est-elle pas une théorie et une application ? Elle formule des principes et elle trace des règles pratiques de conduite. Cette définition, on l’avait unanimement admise jusqu’en ces dernières années. Et voilà que maintenant, aux dires des deux champions autorisés de la sociologie contemporaine, il n’en est plus ainsi... « Science normative », selon eux, est un concept contradictoire. Cela est évident, puisque la science comme telle est la connaissance de ce qui est et non de ce qui doit être. Elle est en plus une investigation désintéressée dont le but est de rechercher les lois des phénomènes et non de les juger. Or toutes les morales sont par essence législatrices, elles prescrivent les fins auxquelles les hommes doivent tendre. Elles sont donc normatives de leur nature, elles sont pratiques. C’est dire qu’elles ne peuvent revendiquer le caractère théorique ou scientifique. Mais prescrire ce qui doit être, dirons-nous, suppose la connaissance de ce qui est. En d’autres mots, pratique et théorie sont deux termes qui se supposent et qui se postulent. Les deux vont bien ensemble, ou mieux, doivent aller ensemble. Alors le concept de « science normative » confine nullement à la contradiction. Sans doute, répondent-ils, pratique suppose théorie, mais ils ajoutent que la théorie n’est pas le résultat des propres recherches de la morale. Dans ce cas, d’où lui vient-elle ? Elle lui est fournie, disent-ils, par la métaphysique et les sciences positives. Et ainsi la morale ne serait théorie, ne serait science que de nom, que par emprunt3.

5La morale vise encore à une sorte d’infaillibilité. Si l’on en croit les moralistes, les préceptes qu’ils imposent ou qu’ils recommandent découlent toujours des théories qu’ils énoncent. Entre les deux, il y a lien nécessaire. Et cette déduction rigoureuse assure la stabilité à la conduite, elle est une garantie contre l’erreur.

6Vaine prétention, s’écrie M. Lévy-Brühl. L’expérience confirme que la déduction entre les règles pratiques et les principes de la Morale est purement apparente. Une comparaison attentive entre les différents systèmes de morale à la même époque et dans la même civilisation nous convainc facilement que, en général, ils aboutissent à des préceptes semblables. Et pourtant les théories morales sont bien distinctes, pour ne pas dire opposées.

7Avec plus de pénétration, M. Durkheim, de son côté, passe en revue la plupart des systèmes de moralité. Et il conclut que les formules qu’ils ont proposées successivement sont fautives. Aussi il affirme l’absence de tout lien logique entre elles et les obligations individuelles ou sociales qui paraissent en découler. Affirmation osée de prime abord, tout de même fondée, si l’on accepte sa preuve. À son avis, ces formules morales sont creuses et manquent d’empirisme. Créées de toute pièce, elles représentent un idéal qui convient à l’homme abstrait, et dont la réalisation obligatoire serait la suprême règle de conduite. Après tout, les maximes morales s’adressent à des individus, à des êtres concrets, et non à des abstractions. Et alors, il paraît plus que difficile de les rattacher à ces conceptions métempiriques inventées par des philosophes en mal de légiférer, et pour qui la différence des doctrines vient uniquement de ce que l’être humain n’est pas partout conçu de la même manière.

8C’est là un vice de méthode assez sérieux. Et avec ces bâtisseurs de systèmes plus férus d’idéologie que de réalité, nous sommes loin d’être en possession de la stabilité promise et à l’abri de toute erreur.

9Enfin on reproche à la Morale de s’appuyer sur des postulats inadmissibles.

10Une de ses grandes illusions est de croire la nature humaine, individuelle et sociale, toujours identique à elle-même dans tous les siècles et dans tous les pays ; et, logiquement, elle pense de même de la conscience — c’est le deuxième postulat — dont le contenu formerait un ensemble harmonique, un tout homogène.

  • 4 E. Durkheim, La science positive de la sociologie en Allemagne. Introduction à la sociologie de la (...)

11Il y a là grave défaut de perspective. Les théoriciens de la morale, ils ne se sont pas aperçus qu’ils affirment du tout ce qui convient à la partie seulement. Car cette nature humaine qu’ils connaissent, fût-ce même au triple point de vue psychologique, moral et social, n’est qu’une portion de l’humanité. C’est le type d’une race, d’une époque. C’est le Grec pour la philosophie ancienne, c’est le citoyen de la cité chrétienne et occidentale pour les philosophes modernes. Et puis la science comparée des civilisations et des institutions, l’ethnographie, nous montre l’humanité subissant des hausses et des baisses et offrant ici et là un aspect toujours nouveau. Quant à la conscience, son contenu est d’une composition plutôt hétérogène, puisque les pratiques et les prescriptions qui la lient sont d’une provenance et d’un âge extrêmement différents. Les unes sont de date récente, les autres remontent très haut dans l’histoire ; celles-ci viennent de la coutume, celles-là ont été imposées par des législateurs. Elles portent donc toutes en elles-mêmes les traces de la plus évidente disparité, et la seule unité dont elles jouissent est celle de la conscience vivante qui les contient, laquelle évolue comme le milieu qui l’entoure4.

12Tels sont les principaux griefs de la Sociologie contre la Morale. Comme on le voit, ils sont l’exécution en règle d’une discipline qui de temps immémorial occupe presque la première place dans la hiérarchie des sciences.

13Par manière d’oraison funèbre, il est vrai, on veut bien lui reconnaître quelques états de service. Alors qu’on la déclare en banqueroute, on lui donne des coups d’encensoir. Ainsi, il est tout juste d’admettre qu’elle a éveillé une certaine curiosité intellectuelle d’où est sorti le besoin de se rendre compte des règles pratiques. Et, sans elle, probablement ne serait pas née la vraie science des phénomènes moraux, c’est-à-dire la sociologie scientifique. Hommages trop discrets et trop peu compromettants pour infirmer en quoi que ce soit les accusations sérieuses dont on la croit coupable.

14Au fond, les moralistes sont surtout blâmés d’avoir voulu déduire leurs prescriptions de leurs théories. Entre les deux, il n’y a pas de pont. Et cette prétendue légitimation des préceptes de conduite est pur jeu de dialectique, car les règles de morale ne doivent pas leur autorité aux doctrines inventées pour les soutenir. Ils se croient fondateurs. Or les morales ne se fondent pas. Elles existent indépendamment de toute spéculation. N’est-il pas vrai qu’il y a certaines manières d’agir qui apparaissent comme obligatoires, d’autres comme défendues, d’autres enfin comme indifférentes ? Ce sont des données. Et donc, construire ou déduire logiquement la morale est une entreprise vaine et hors de propos.

15D’ores et déjà, la réalité morale doit être l’objet d’une recherche désintéressée et théorique. En y réfléchissant, l’homme n’aura d’autre but que l’acquisition du savoir. Il lui est interdit de s’enquérir désormais de ce qui doit être. Le temps de prescrire est passé. L’époque scientifique, l’époque de progrès où nous sommes arrivés réclame une étude positive des faits moraux qui somme toute sont des faits sociaux. Ceux qui s’adonnent aux sciences sociales doivent de plus en plus suivre l’exemple des physiciens. Ces derniers, on le sait, étudient la nature sans aucune préoccupation utilitaire. Que les expériences tentées conduisent parfois, même souvent, à des résultats inattendus, déconcertants, devant lesquels s’épanouissent des théories, des opinions chères à plus d’un titre, ils en font le sacrifice généreusement. Pourvu que la science progresse, c’est tout ce qu’ils demandent.

  • 5 Simon Deploige, op. cit., p. 18.

16Bel exemple proposé aux moralistes. Qu’ils renoncent bravement à la vieille manie de légiférer. Se rendre compte de ce qui est, pour en découvrir les lois et non pas les constituer, voilà leur programme de demain. « Et à l’ancienne spéculation dialectique sur les concepts se substituera la recherche scientifique des lois de la réalité. Plus tard enfin le savoir théorique prêtera à des applications. Un art rationnel, moral ou social, se fondera, qui mettra à profit les découvertes de la science. Il emploiera à l’amélioration des mœurs et des institutions existantes la connaissance des lois sociologiques5 ».

17Mais quelle est au juste cette Sociologie qu’on oppose à la Morale ? Les griefs que ses représentants les plus en vue ne cessent de faire aux moralistes nous ont déjà appris qu’elle se vante d’être purement théorique c’est-à-dire scientifique. Son idéal est de marcher sur les traces des sciences naturelles, lesquelles se cantonnent dans la réalité objective sans souci aucun de ce qui peut en résulter. Elle est donc, la Sociologie de MM. Durkheim et Lévy-Brühl, une sorte de physique sociale soumise au déterminisme que, du reste, toute science requiert.

18Et cette nouvelle science des mœurs, parce que en conflit avec toutes les théories morales, est une discipline véritable à part, ayant une méthode et un objet qui sont bien siens.

19Depuis Platon, pense M. Durkheim, c’est la « conception artificialiste » de la société qui a prévalu. Toute la philosophie morale se ramenait à un art politique, à un ensemble de règles s’adressant aux différents groupes sociaux non pas tels qu’ils étaient, mais bien tels qu’on les faisait. Et si pénétrantes, si judicieuses que soient les observations d’Aristote, de Bossuet, de Montesquieu et de Condorcet sur la vie des sociétés, elles n’échappent cependant pas à cette manière factice d’observer les phénomènes sociaux. À ces grands génies, comme à tous les autres, la connaissance du principe fondamental, base de la sociologie scientifique, a fait défaut.

  • 6 Ibid., p. 21.

20Ce qui importe avant tout, pour devenir vrai sociologue, c’est de commencer par se débarrasser de ces notions toutes faites, simplement artificielles, nullement représentatives de la réalité concrète. Et une fois ce maquis embroussaillé mis au rancart, il faut poser ce principe que « les sociétés sont des êtres naturels, des organismes se développant en vertu d’une nécessité interne6 ».

21Voilà un principe que battent en brèche et historiens et philosophes. Aussi doutent-ils de la possibilité d’une science proprement dite de la société. « Nous avons étudié les sociétés, disent les premiers, et nous n’y avons pas découvert la moindre loi. L’histoire n’est qu’une suite d’accidents, locaux et individuels, qui ne se répètent jamais, réfractaires à toute généralisation, c’est-à-dire à toute étude scientifique — puisqu’il n’y a pas de science du particulier. »

22Si vraiment il n’y a pas de lois, par le fait même l’immuable se trouve exclu. Il ne reste plus qu’un amas plus ou moins confus de faits disparates sans aucune liaison entre eux. Et leur connaissance n’est jamais capable de constituer une discipline réellement scientifique.

23M. Durkheim ne contredit pas. Et comme il espère, dans un avenir assez prochain, découvrir les lois sociologiques auxquelles doit infailliblement conduire l’étude positive des phénomènes, en attendant il demande qu’on fasse crédit aux sociologues. Il trouve que la similitude constatée entre les faits attribués à des individus semblables dans des milieux analogues est suffisante pour justifier la marche en avant. « Si différents, dit-il, qu’ils puissent être les uns des autres, les phénomènes produits par les actions et les réactions qui s’établissent entre des individus semblables placés dans des milieux analogues doivent nécessairement se ressembler par quelque endroit et se prêter à d’utiles comparaisons. »

24Ici les philosophes entrent en scène. « La liberté humaine, objectent-ils, exclut toute idée de loi et rend impossible toute prévision scientifique. »

25M. Durkheim répond en disant que « la question de savoir si l’homme est libre ou non a sa place en métaphysique ; les sciences positives peuvent et doivent s’en désintéresser ». Cependant, pour sauvegarder le caractère de nécessité, sans quoi la science même positive est impossible, il a recours au principe de causalité, encore que ce principe, il lui reconnaisse seulement une valeur empirique. Et quant à la question de savoir si toute contingence en est exclue, il ose affirmer que le débat n’est pas encore tranché. « La sociologie, écrit-il, n’a pas plus à affirmer la liberté que le déterminisme. Tout ce qu’elle demande qu’on lui accorde, c’est que le principe de causalité s’applique aux phénomènes sociaux. Encore ce principe est-il posé par elle, non comme une nécessité rationnelle, mais seulement comme un postulat empirique, produit d’une induction légitime. Puisque la loi de causalité a été vérifiée dans les autres règnes de la nature ; que progressivement elle a étendu son empire du monde physicochimique au monde biologique, de celui-ci au monde psychologique, on est en droit d’admettre qu’elle est également vraie du monde social. Mais la question de savoir si la nature du lien causal exclut toute contingence n’est pas tranchée pour cela. »

26Il est facile de s’apercevoir que cette nouvelle science des mœurs, cette sociologie dite scientifique est le contre-pied exact de la vieille morale sociale. Celle-ci a pour dogme fondamental le dualisme, c’est-à-dire la séparation totale de l’humanité du reste du monde. Les faits sociaux sont des phénomènes particuliers régis par des lois particulières soustraites au déterminisme aveugle constaté dans l’autre partie de l’univers. Il y a donc distinction, voire opposition, entre ces faits et ceux de l’ordre physique.

27La sociologie contemporaine fait la guerre à cette doctrine. Elle prêche l’unité, à cette condition seulement l’avenir de la science est assuré. Et la véritable science de la société n’est possible que si elle devient positive. Pour cela, il faut, coûte que coûte, que les phénomènes qui ressortissent à l’humanité soient traités comme les phénomènes naturels soumis à des lois nécessaires.

28Appliquer la même méthode à des objets diamétralement opposés, cela paraît paradoxal pour le moins. Nous verrons plus loin pourquoi ce procédé n’est pas admissible. Disons, en attendant, que c’est dans cette assimilation contre nature que gît la cause principale du prétendu conflit entre la Morale et la Sociologie.

29L’unité de nature, voilà qui rend possible la sociologie scientifique. Tout de même, cela ne suffit pas pour la constituer science indépendante. Elle doit avoir en plus un objet qui ne soit qu’à elle, qui soit vraiment sien.

30Cet objet, c’est la société elle-même. « Il ne peut y avoir de sociologie, dit M. Durkheim, s’il n’existe pas de sociétés, s’il n’y a que des individus. » Et pour lui, « la société n’est pas une simple collection d’individus, mais un être qui a sa vie, sa conscience, ses intérêts, son histoire. Sans cette idée, il n’y a pas de science sociale. »

31On ne saurait le nier, si les individus n’existaient pas, les sociétés ne seraient que de pures possibilités. Le tout ne se conçoit pas sans les parties. Cependant, les deux diffèrent, au point, parfois, d’avoir des caractères opposés. Les hommes forment la société. Celle-ci est un être tout à fait nouveau, un être social à part, qui a sa nature et ses lois propres. Mais d’où viennent ces phénomènes nouveaux dont il est impossible de retrouver même le germe dans aucun des éléments ? Ils viennent de l’association. C’est cette dernière qui est vraiment la cause de l’apparition des propriétés inconnues jusque-là. Chose étrange... pourtant, les individus sont bien les parties constitutives du grand tout appelé société. Comment expliquer qu’on ne les retrouve plus comme tels ? « Je ne nie pas du tout, écrit M. Durkheim, que les natures individuelles soient les composantes du fait social. Il s’agit de savoir si, en se composant pour donner naissance au fait social, elles ne se transforment pas par le fait même de leur combinaison. La synthèse est-elle purement mécanique ou chimique ? Toute la question est là. »

  • 7 Ibid., p. 26.

32Ça ne fait pas de doute, pour M. Durkheim, la synthèse est chimique. « Il existe vraiment un règne social, aussi distinct du règne psychique que celui-ci l’est du règne biologique et ce dernier, à son tour, du règne minéral7. »

33Si la société est un être différent du tout au tout des individus qui la composent, elle a aussi une conscience distincte de celles des particuliers. C’est la conscience collective qui a ses lois propres. C’est une individualité psychique d’un genre nouveau qui a ses manières à elle de penser et de sentir.

34La séparation entre le règne social et le règne psychique ne veut donc pas dire que l’élément mental est éliminé de la sociologie scientifique. Et de fait nous trouvons l’expression d’« âme collective » sous la plume de ses représentants. Tout de même, cela ne prouve pas qu’ils ont de cette âme comme de la conscience collective une notion juste. Car, selon eux, la conscience, tant individuelle que sociale, est seulement « un ensemble plus ou moins systématisé de phénomènes sui generis ».

35Dans la nouvelle science des mœurs il n’est pas question des individus. Ceux-ci ne comptent pas, c’est le groupement qui est tout. Aussi bien la méthode de la sociologie scientifique ne peut être psychologique. Jusqu’ici, les économistes, tout en admettant qu’il y a des lois sociales nécessaires comme les lois physiques, croyaient tout de même que dans la société seul l’individu est réel. Et, pour eux, les lois sociales ne sont pas des faits généraux induits de l’observation des différents groupements, mais bien les conséquences logiques de la définition de leurs parties. Dans ces conditions, les lois sociologiques ne seraient que les corollaires des lois plus générales de la psychologie.

36Au dire de M. Durkheim, cette méthode dénature les phénomènes sociaux. Car un groupe ne pense pas et n’agit pas comme les particuliers. Les membres isolés ont des caractères qu’on ne retrouve pas dans l’ensemble. C’est donc mal interpréter un fait social que de le comparer à un fait particulier. Il faut ériger en principe qu’un fait social ne peut être expliqué que par un autre fait social.

37Il y a encore danger à vouloir transporter la méthode biologique dans le domaine social. Sans doute, Auguste Comte appelle la société un organisme. Mais il ne faut pas oublier qu’il ne voyait dans cette expression qu’une métaphore. Au reste, entre le règne social et le règne biologique, les différences sont très marquées. Et les analogies dûment constatées de ces deux sciences ne permettent pas de confondre leurs procédés. Ce qui revient à dire que la méthode pour étudier les phénomènes sociaux est indépendante de toute autre méthode scientifique, elle doit être strictement sociologique.

  • 8 Ibid., p. 29.

38En résumé : « Au-delà de l’idéologie des psychosociologues, comme au-delà du naturalisme matérialiste de la socio-anthropologie, il y a place pour un naturalisme sociologique qui voit dans les phénomènes sociaux des faits spécifiques et qui entreprend d’en rendre compte en respectant leur spécificité. La sociologie n’est l’annexe d’aucune autre science ; elle est elle-même une science distincte et autonome8. »

39En entendant les sociologues contemporains se récrier avec une si belle assurance contre ce qu’ils appellent la « morale théorique des philosophes », on est porté à croire vraiment qu’il ne reste plus rien de l’éthique dont vécurent les générations des siècles passés. Et aussi en présence des termes nouveaux qu’ils emploient et des griefs nombreux et étranges qu’ils formulent, vient tout naturellement à l’esprit la pensée que le conflit entre la Morale et la Sociologie est né d’hier. Il y a là une double méprise qu’il importe de dissiper. Disons-le tout de suite, les coups de la sociologie scientifique n’atteignent pas la vieille morale, la morale traditionnelle, dont le représentant le plus autorisé est saint Thomas d’Aquin. Car les systèmes qu’elle critique sont loin de résumer tous les efforts de l’esprit humain depuis qu’il spécule sur les problèmes moraux et sociaux. Et la lutte que l’on fait avec raison à la morale incriminée ne date pas d’aujourd’hui. Longtemps avant MM. Durkheim et Lévy-Brühl, il y eut de vrais sociologues qui eux aussi ont fait des reproches mérités à de prétendus philosophes trop partisans de la déduction à outrance. Nous assistons seulement à une reprise des hostilités.

40Les problèmes qui intéressaient les anciens moralistes, nos sociologues actuels ne s’en occupent pas. « Libre à la métamorale, écrit Lévy-Brühl, de s’attacher aux problèmes de la destinée de l’homme, du souverain bien, etc., et de continuer à y appliquer sa méthode traditionnelle. » C’est à la méthode suivie dans le passé qu’ils en veulent. Rompre avec elle et en adopter une nouvelle, voilà leur but. « La question soulevée, ajoute, Lévy-Brühl, ne porte que sur l’objet et la méthode d’une science. »

41Quelle est donc cette méthode que la sociologie condamne ?

42Nous la connaissons déjà. Rappelons-le brièvement, cette méthode est celle de ces moralistes qui construisent de toutes pièces une soi-disant science normative, en partant de la définition abstraite de la nature humaine. Et comme celle-ci, considérée au strict point de vue métaphysique, est identique à elle-même et dans les individus et dans les sociétés, ils prescrivent des règles de vie et des principes d’organisation géométriquement déduits d’un idéal proposé à tous comme un axiome, et jouissant de l’universalité dans le temps et l’espace.

  • 9 S. Thomas, In decent libros ethicorum, lib. I, Lect. I. Sum. Theolo. IIa IIae, Q. 47, art. II. Q. 4 (...)
  • 10 S. Deploige, op. cit., p. 278.

43Cette conception fantaisiste de la science morale n’est pas celle que se faisait saint Thomas d’Aquin au treizième siècle. Elle est venue au monde beaucoup plus tard. Et c’est Jean-Jacques Rousseau qui en est réellement le père. Le grand Docteur admet l’existence d’une morale individuelle et d’une morale sociale. L’une et l’autre ont un objet distinct, et donc, l’une et l’autre forment une science différente. La morale sociale se subdivise en morale domestique et en morale politique selon qu’elle s’occupe de la famille ou de l’État9. Cette division tripartite, les philosophes moralistes critiqués par l’École sociologique la négligent, car, pour eux, « la société n’est qu’une collection et la fin d’une collection ne peut avoir sa raison d’être que dans celles des éléments qui la composent ». Aussi dérivent-ils de la nature de l’individu les préceptes de la vie collective et font-ils de la science sociale une simple déduction de la science morale10.

44Ce manque d’empirisme, d’objectivité, reproché à bon droit à la « morale théorique des philosophes », la philosophie sociale de saint Thomas d’Aquin n’a rien à y voir. S’il y a une morale objective c’est bien celle du Docteur Angélique. Elle est l’expression adéquate de la réalité. L’observation sérieuse, intelligente, désintéressée des phénomènes d’ordre individuel et social a amené ce grand philosophe à admettre l’existence d’une double loi, dont l’une régit les individus, l’autre, la famille et l’État. Ces deux lois dont la découverte est le résultat d’une induction scrupuleusement conduite s’imposent d’une manière évidente à l’esprit. Elles sont comme deux postulats, deux axiomes qui servent de base à toute la science sociologique. Et tout naturellement ces lois font naître des préceptes qui commandent, qui défendent ou qui laissent libre. Il y a en effet des actes qui sont obligatoires, d’autres qui sont défendus, d’autres enfin qui sont indifférents.

45Cette manière de faire de la science sociale échappe sans doute aux critiques des sociologues contemporains, lesquels, comme nous l’avons vu, reprochent aux philosophes de vouloir fonder la morale. Eux aussi, à la suite de saint Thomas, admettent des données, indémontrables, évidentes, qu’ils appellent « morale spontanée ». Quel que soit le nom, la chose est la même.

  • 11 Ibid., p. 287-288.

46Et quoi qu’en disent nos modernes, on sait depuis longtemps que les phénomènes sociaux ne sont pas abandonnés à l’arbitraire et au caprice. Semblables sous quelques rapports aux faits du monde physique, les actes individuels et collectifs résultent avec une régularité plus ou moins ponctuelle, de causes discernables. Il est donc inexact de mettre cette découverte au crédit d’Auguste Comte. Certainement le fondateur du positivisme affirme que les phénomènes sociaux sont assujettis à de véritables lois naturelles, et partant, sont aussi susceptibles de prévision scientifique que tous les autres phénomènes quelconques, mais bien longtemps avant lui saint Thomas, par son exemple, a démontré la possibilité d’une discipline destinée à découvrir, au moyen de la méthode inductive, les lois des faits moraux et sociaux11.

  • 12 S. Thomas, Ethicorum, II, 12. Politicorum, Prol.

47Cette discipline, pour le grand docteur, a les caractères des sciences pratiques12. Elle est d’abord une science, parce qu’elle nous donne la connaissance du réel. Elle nous dit le pourquoi des habitudes, des lois, des institutions. Pratique ensuite, parce qu’elle est ordonnée à l’action. Elle répond plus spécialement au besoin d’agir, alors que la science spéculative répond surtout au besoin du savoir. Or MM. Durkheim et Lévy-Brühl voient en cela une flagrante contradiction. Selon eux la dénomination de science pratique, de « science normative » est contradictoire dans les termes. La science — ils ne cessent de le répéter —, de sa nature est plutôt théorique, elle a pour fonction de connaître ce qui est. L’Éthique, au contraire, prescrit ce qui doit être. C’est le côté pratique, normatif. Ces deux expressions, science et normative, s’excluent donc. Et c’est pourquoi l’Éthique ou la Morale ne peut être une science.

48Étrange façon de raisonner, c’est le moins qu’on puisse dire. Ils ne s’aperçoivent pas qu’en réalité cette science pratique de saint Thomas équivaut à leur nouvelle science des mœurs et à l’art moral qu’ils cherchent. Au fond, c’est une question de mots. Somme toute, ils sont d’accord presque avec la philosophie thomiste. Et c’est l’ignorance de celle-ci qui les a conduits à condamner en bloc toutes les théories morales qui ont été en vogue autrefois.

  • 13 Cours de philosophie positive, 48 leçons, t. IV, p. 408.
  • 14 La science des mœurs et la morale, p. 9, 33.

49Ils réclament, ces Messieurs, l’étude positive des faits sociaux afin d’arriver à la découverte de leurs lois. Nous l’avons vu, c’est la méthode qu’a suivie le Docteur angélique. Tout de même, ils soutiennent que cette étude est tout à fait désintéressée. Ils se gardent bien, à les entendre, de toute intention d’ordre pratique ou utilitaire. Ce ne sont là que des protestations verbales. C’est une « tactique », c’est une manière de faire admettre la nécessité de rompre avec les errements du passé... Chez eux comme chez saint Thomas, il y a des préoccupations pratiques. N’est-ce pas Auguste Comte qui enseigne que la sociologie doit fournir à l’art politique l’indication de moyens d’action efficaces et sûrs13 ? Et M. Durkheim lui-même, malgré son dessein de « faire la science de la morale », se défend bien de ne se proposer aucun but pratique. « Mais, dit-il, de ce que nous nous proposions avant tout d’étudier la réalité, il ne s’ensuit pas que nous renoncions à l’améliorer ; si nous séparons les problèmes théoriques des problèmes pratiques, c’est pour nous mettre en état de mieux résoudre ces derniers14. » Quant à M. Lévy-Brühl, il ne craint pas de déclarer que le but de la sociologie scientifique est double : fonder une science de la nature morale et un art rationnel qui tire des applications de cette science. N’est-ce pas sans s’en douter, revenir par des chemins apparemment différents à la conception thomiste ? Leur science sociale comme celle des aristotéliciens passe de la théorie à la pratique. Après s’être enquis le mieux possible de l’état de la société, les vieux moralistes lui prescrivaient ensuite des règles. Pour eux, la pratique était le prolongement de la théorie. Malgré les apparences contraires, les sociologues contemporains pensent de même. La nouvelle science des mœurs — leurs écrits en font foi — est la base d’un édifice dont la politique leur apparaît le faîte. L’une est le prolongement de l’autre. Les deux forment un tout.

50Il est donc permis de conclure avec M. Deploige que « leur science des mœurs + leur art rationnel = la scientia practica de saint Thomas ».

51Et lorsqu’ils disent que la morale est tout au plus science de nom, par emprunt, c’est encore une façon de parler que leur impose leur manie de tout réformer. Assurément la morale dépend de la métaphysique, des sciences positives. Elle s’appuie sur des données qu’elle n’a pas pour mission de démontrer, données que lui fournissent la métaphysique et l’observation. Mais de ces principes elle déduit des conclusions, et c’est en cela que consiste le propre de la science. Du reste, toutes les sciences en sont là, toutes elles supposent des postulats, des axiomes qui leur viennent d’une discipline supérieure. Celle-ci, c’est la métaphysique. Et affirmer que la morale est une science d’emprunt veut dire qu’elle dépend d’une autre qui est sa directrice. Mais cet état d’infériorité ne lui enlève pas le caractère de la vraie science. Et il est faux de croire qu’elle n’en a que le nom.

52Encore à leur insu, nos sociologues contemporains semblent d’accord avec la vieille morale. Cette dernière, ils le concèdent, est subordonnée à la métaphysique et à l’expérience. Sa partie théorique, elle l’emprunte à la reine des sciences. Les pratiques qu’elle impose, elle les appuie aussi sur la métaphysique. Il y a donc entre les deux véritable lien logique, véritable déduction, fondée sur la réalité, et non simple jeu d’esprit, dialectique pure.

  • 15 .La sociologie élémentaire, p. 223.
  • 16 La logique sociale, p. VIII.

53Ce n’est un secret pour personne, la sociologie scientifique veut être en marge de toute métaphysique et surtout de la métaphysique scolastique. Elle n’a réussi que peu ou prou. M. Durkheim est métaphysicien à sa manière quand il tente de définir, de délimiter l’objet de la nouvelle science des mœurs. Cet objet est la société mais une société nouveau genre, diamétralement opposée aux éléments qui la constituent. L’association des éléments entre eux pour former le tout, il la compare à une synthèse chimique. Et voilà donc un groupement où on ne trouve rien des parties qui le composent. Étrange conception de la collectivité qui fut malicieusement soulignée par G. Tarde. Celui-ci, qui est loin d’être un partisan de la scolastique, n’a pu s’empêcher d’exprimer sa surprise15. « M. Durkheim, dit-il, s’appuie sur un postulat énorme pour justifier sa chimérique conception ; ce postulat c’est que le simple rapport de plusieurs êtres peut devenir lui-même un être nouveau, souvent supérieur aux autres. Il est curieux de voir des esprits qui se piquent d’être avant tout positifs, méthodiques, qui pourchassent partout l’ombre même du mysticisme, s’attacher à une si fantastique notion. » Et ailleurs16, il ajoute : « M. Durkheim nous rejette en pleine scolastique. »

  • 17 S. Deploige, op. cit., p. 193.
  • 18 Année sociologique, t. X, p. 360.

54À l’école de la scolastique M. Durkheim eut appris que la société n’est pas un être individuel comme le composé chimique ou le corps vivant, qu’elle n’est pas non plus une chose distincte de ses associés, mais qu’elle est bel et bien eux-mêmes. À fréquenter saint Thomas, il se serait convaincu qu’entre les membres de la société il y a influence mutuelle, incessante, entraide, coordination d’action et coopération d’efforts. Ce qui exclut la fusion des unités en une seule et sauvegarde le véritable caractère du tout social, lequel « est un état de choses et non une chose ; un mode d’être et non un être17 ». Il aurait certainement tiré grand profit à méditer les lignes suivantes du grand Docteur : « L’unité, formée par ce tout qu’on appelle l’État ou la famille, est une unité de coordination et non une unité simple. Chaque élément du tout social a son activité qui n’est pas celle de l’ensemble ; mais le tout lui-même a aussi, comme tel, une action qui lui est propre. Par là, la société diffère du tout dans lequel on trouve l’unité de composition, ou de liaison, ou de continuité ; ici les parties n’agissent pas séparément de l’ensemble. Aussi n’appartient-il pas à la même science d’étudier le tout social et ses éléments, et les lois qui régissent la vie individuelle, la vie familiale et la vie politique relèvent de trois disciplines différentes18. »

55Si la société absorbe l’individu, celui-ci n’existe plus. D’où la négation de la morale individuelle et la théorie chère à M. Durkheim, à savoir que tout ce qui est obligatoire est d’origine sociale et que les faits moraux sont des faits sociaux.

  • 19 De la division du travail social.

56Il ne faut pas encore trop se fier à ces affirmations catégoriques. Elles suintent la polémique, ce qui leur fait perdre de la valeur. D’ailleurs, elles sont contredites par d’autres trouvées dans les écrits de M. Durkheim. Voici une réponse faite par lui à M. Fouillée qui l’interrogeait sur ce sujet : « Nous ne soutenons pas qu’il n’existe absolument rien de moral ou d’immoral qui ne soit d’origine sociale. Une affirmation aussi catégorique et a priori n’aurait rien de scientifique. » Sans doute à un autre endroit, il dit tout le contraire : « Quant à ce que l’on appelle la morale individuelle, si l’on entend par là un ensemble de devoirs dont l’individu serait à la fois le sujet et l’objet, c’est une conception abstraite qui ne correspond à rien dans la réalité. L’homme n’est un être moral que parce qu’il vit en société ; faites évanouir toute vie sociale, et la vie morale s’évanouit du même coup, n’ayant plus d’objet où se prendre19. »

  • 20 Le suicide, p. 272.
  • 21 Ibid.
  • 22 Détermination du fait moral, p. 115.
  • 23 A. Comte, Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société.

57Cependant il s’oublie jusqu’à soutenir des thèses de morale individuelle. Ainsi il enseigne que « les passions doivent être limitées20 ». C’est l’intérêt et le bonheur de l’individu qui l’exigent. Pour le même motif « le suicide doit être classé au nombre des actes immoraux21 ». Et lorsqu’il répète encore que « la morale ne peut avoir pour objectif que la société et non la perfection de l’individu22 », il se heurte toujours à ce fait indéniable, à savoir l’existence des devoirs individuels. Mais nullement embarrassé, il répond comme suit : « Je ne me suis jamais occupé de principes de l’action individuelle23. »

58Monsieur Durkheim est donc plus moraliste qu’il ne le croit. Il ne peut, quoi qu’il fasse et quoi qu’il dise, ne pas s’occuper « des principes de l’action individuelle ». La morale, de par sa nature même s’étend aux individus d’abord et à la société ensuite. Et c’est tellement vrai que, comme nous venons de le constater pour M. Durkheim — et nous pourrions en dire autant de tous les autres —, nos sociologues contemporains, même les plus férus de science positive et les plus opposés aux vieux systèmes, acceptent sans trop le savoir cette double vision.

59C’est dire à nouveau que la morale thomiste se trouve en bonne posture. Et le conflit dont on parle avec une certaine complaisance n’existe donc pas réellement entre elle et la sociologie scientifique.

  • 24 Mémoire sur la science de l’homme.
  • 25 Considérations sur la France.

60Mais alors les griefs de MM. Durkheim et Lévy-Brühl n’ont pas leur raison d’être ? Oui, ils sont justifiés en tant qu’ils atteignent ces philosophes qui, selon le mot de M. Durkheim, « construisent la morale de toutes pièces pour l’imposer ensuite aux choses ». Or ces philosophes, ce sont surtout Jean-Jacques Rousseau et les spiritualistes cousiniens. C’est de leurs doctrines, qu’il appelait la « politique métaphysique », que Comte faisait déjà le procès en 1822. Entre autres choses, il leur reprochait de revendiquer les droits de la « physique sociale », de faire prédominer l’imagination sur l’observation, de faire régner l’absolu dans la théorie et l’arbitraire dans la pratique. Et n’allons pas croire, tout de même, comme c’est l’habitude, que Auguste Comte est le premier à dire aux moralistes de si grosses vérités. Longtemps avant lui, Saint-Simon avait tenu à peu près le même langage24. Et un quart de siècle plus tôt, de Maistre a fait la critique de la politique métaphysique et posé les principes essentiels de la Sociologie contemporaine. Dès 1796, celui-ci dénonce les erreurs des théoriciens de la Révolution française, lesquels ont rédigé des constitutions pour « l’homme », entité imaginaire, abstraite25. Le conflit entre la « morale théorique des philosophes » et la sociologie n’est donc pas né d’aujourd’hui. Nous ne faisons qu’assister à une reprise des hostilités. Et il est aussi inexact de considérer Auguste Comte comme le fondateur de cette nouvelle science des mœurs qu’il appelle la Sociologie. Le mot, nous le concédons volontiers, il en est l’inventeur, mais la chose, il la doit en partie à ses devanciers. Du reste, Comte lui-même avoue avoir subi l’influence de Joseph de Maistre. Et l’on peut ajouter que Saint-Simon l’a mis sur la voie.

61Il ne faudrait certes pas exagérer les points de ressemblance entre la sociologie contemporaine dite scientifique et la morale thomiste. Le parallèle établi entre ces deux disciplines ne regarde que la méthode, et nous avons vu comment la vieille morale échappe aux critiques en partie justifiées des sociologues modernes. Encore une fois ces derniers n’en veulent qu’à cette conception fantaisiste, abstraite, du droit naturel imaginée par Rousseau et ses adeptes. Mais leur tort a été d’ignorer totalement la philosophie morale d’Aristote complétée par saint Thomas. Leurs attaques ont eu cependant un excellent résultat. Elles ont prouvé une fois de plus que la doctrine sociale du Docteur Angélique réalisait la plupart des conditions que réclame une sociologie vraiment positive.

62Nous disons la plupart des conditions, car, il est important de le rappeler, il y en a quelques-unes que le thomisme ne saurait admettre. Ainsi, sous le prétexte d’être très objectif, M. Durkheim souhaite que les phénomènes moraux et sociaux soient traités comme les phénomènes naturels qui sont soumis à des lois nécessaires. C’est l’abolition du dualisme, c’est-à-dire de la séparation entre l’homme et le reste de l’univers. C’est pourquoi il appelle la nouvelle science des mœurs Physique sociale. Cela laisse entendre que la méthode de la sociologie scientifique doit être celle des sciences naturelles.

63Nous avons dans ce procédé un vice de méthode qui saute aux yeux. Sans doute M. Durkheim admet un « règne social, aussi distinct du règne psychique que celui-ci l’est du règne biologique et que ce dernier, à son tour, l’est du règne minéral », sans doute encore il ne veut pas transporter la méthode biologique dans le domaine social, mais en pratique sa méthode vraiment sociologique est celle des sciences physiques et naturelles puisqu’elle est basée sur la suppression du dualisme, de la distinction entre les phénomènes moraux et ceux du monde physique. C’est donc du déterminisme pur et simple et la négation de toute liberté. Saint Thomas, au contraire, s’appuie sur le dualisme voulu par la nature des choses et traite les faits du monde moral et social selon les lois qui leur sont propres. On aura beau dire, c’est certainement plus objectif, et partant, plus scientifique. Car vouloir introduire dans le domaine de la sociologie la nécessité inéluctable qui régit l’histoire naturelle, c’est s’exposer aux pires mécomptes et aux conséquences les plus désastreuses.

  • 26 S. Deploige, op. cit., p. 293.

64Cette méthode est certainement plus qu’empirique, elle ne recourt pas à l’observation comme à un précieux auxiliaire, quitte ensuite à faire appel à la déduction ; non, pour elle, l’expérience est tout. On explique pourquoi chez nos sociologues modernes le principe de causalité sans être absolument nié est interprété d’une façon qui n’est pas du tout la véritable. Pour la scolastique, il y a un lien entre la cause et l’effet, qui est la causalité. Celle-ci, elle n’est pas l’objet de l’Observation, de l’expérience sensible, mais seulement de la raison pure. Elle est quelque chose de nécessaire, d’immuable. Or, nous l’avons dit plus haut, M. Durkheim pense que n’est pas encore tranchée « la question de savoir si la nature du lien causal exclut toute contingence ». Cela nous montre le caractère nettement positiviste de la nouvelle sociologie. Aussi ses partisans se vantent-ils de ne pas s’occuper du problème de la finalité. Ici encore nous serions tentés de dire qu’il ne faut pas se fier à leurs affirmations, car à les lire on est enclin à les prendre pour des déterministes en théorie et des finalistes en pratique26. Mais n’empêche qu’ils ont réellement « la phobie des fins ». Et c’est toujours sans le savoir ou mieux sans le vouloir qu’ils arrivent à des conclusions semblables à celles du thomisme.

65Maintenant si nous envisagions la sociologie scientifique au point de vue de la solution des problèmes qui intéressent l’humanité, nous verrions combien elle est inférieure à l’Éthique aristotélicienne et thomiste. Mais passons. Comment MM. Durkheim et Lévy-Brühl ramènent tout le conflit à une question de méthode, c’est sur ce terrain que nous avons voulu rester. Et les griefs sérieux, fondés la plupart du temps, faits à la « morale théorique des philosophes » ne s’adressent pas à la morale sociale de saint Thomas. La morale thomiste, elle, a toutes les conditions pour être vraiment sociologique. C’est dire que la sociologie n’est pas seulement une science positive, mais aussi normative. C’est une philosophie de l’action, elle doit tracer une ligne de conduite. Aussi bien entre elle et la morale il n’y a pas de conflit. L’une et l’autre se prêtent main-forte, ou mieux la sociologie est une partie de la Morale Sociale.

  • 27 Pierre Méline, Le travail sociologique.

66Et alors, quoi qu’en pensent certains auteurs27, il y a une sociologie catholique comme il y a une sociologie socialiste. Ce n’est pas le lieu ici de démontrer la supériorité de celle-là sur celle-ci.

  • 28 Encycl. Sapientioe Christiana.

67Disons, pour conclure, que les vrais principes sociaux, on les trouve dans les enseignements de l’Église catholique, laquelle est la gardienne non seulement de la morale surnaturelle mais même du droit naturel, c’est-à-dire du juste et de l’honnête, car la morale naturelle prescrit des choses conformes à la droite raison. Or, écrit Léon XIII28, « on ne saurait donner le nom de droite raison à celle qui est en désaccord avec la vérité et la raison divine ; ni plus appeler bien véritable celui qui est en contradiction avec le bien suprême et immuable, et qui détourne et éloigne de Dieu les volontés humaines ».

  • 29 Revue des jeunes, 25 février 1922, p. 453-454.

68Et un philosophe catholique contemporain, de haute envergure, M. Jacques Maritain, confirme à sa manière l’assertion du grand pape. Nous citons : « L’Église de l’Ordre ! disait Charles Mauras en 1906, en parlant de l’Église romaine, dans les admirables pages qui servent d’introduction au Dilemme de Marc Sangnier. C’est dans l’Église seule, héraut de l’ordre surnaturel et sauvegarde de l’ordre naturel, que l’ordre apparaît en plénitude, dans sa splendeur et sa pureté métaphysiques. Partout ailleurs parmi nous il est diminué et étriqué, réduit à notre humaine nature29. »

  • 30 Ibid.

69Non l’ordre divin ne détruit pas l’ordre purement humain, « il le perfectionne, et sans nul détriment pour la justice il répand sur lui les divines influences de la bonté30 ».

70C’est la grande vérité qu’il importe de prêcher à notre époque si désemparée.

71L’équilibre social ne sera rétabli que lorsque l’on aura compris la nécessité de la subordination de l’humain au divin, du matériel au spirituel.

72Mais pour cela on doit donner la première place à l’Église catholique, qui est la véritable pacificatrice des peuples.

Notes

1 D’un siècle à l’autre, Nouvelle Librairie Nationale, 7, 50.

2 L. Lévy-Brühl, La morale et la science des mœurs. E. Durkheim, De la division du travail social.

3 E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique. S. Deploige, Le conflit de la morale et de la sociologie.

4 E. Durkheim, La science positive de la sociologie en Allemagne. Introduction à la sociologie de la famille.

5 Simon Deploige, op. cit., p. 18.

6 Ibid., p. 21.

7 Ibid., p. 26.

8 Ibid., p. 29.

9 S. Thomas, In decent libros ethicorum, lib. I, Lect. I. Sum. Theolo. IIa IIae, Q. 47, art. II. Q. 48, art. 7 ad 2.

10 S. Deploige, op. cit., p. 278.

11 Ibid., p. 287-288.

12 S. Thomas, Ethicorum, II, 12. Politicorum, Prol.

13 Cours de philosophie positive, 48 leçons, t. IV, p. 408.

14 La science des mœurs et la morale, p. 9, 33.

15 .La sociologie élémentaire, p. 223.

16 La logique sociale, p. VIII.

17 S. Deploige, op. cit., p. 193.

18 Année sociologique, t. X, p. 360.

19 De la division du travail social.

20 Le suicide, p. 272.

21 Ibid.

22 Détermination du fait moral, p. 115.

23 A. Comte, Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société.

24 Mémoire sur la science de l’homme.

25 Considérations sur la France.

26 S. Deploige, op. cit., p. 293.

27 Pierre Méline, Le travail sociologique.

28 Encycl. Sapientioe Christiana.

29 Revue des jeunes, 25 février 1922, p. 453-454.

30 Ibid.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540