Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et valeurs

Les universités et l’enseignement des sciences politiques et sociales1

Édouard Montpetit

Note de l’éditeur

Source : « Les universités et l’enseignement des sciences politiques et sociales », Revue trimestrielle canadienne, vol. 7, 1921, p. 390-409.

Texte intégral

  • 1 Texte français d’une communication faite au Congrès des universités de l’Empire, tenu à Oxford du 5 (...)

1Les universités préparent l’élite et, par elle, font pénétrer jusque dans les masses l’ensemble des certitudes morales et scientifiques dont elles ont la garde et le souci.

2Dès l’instant de leur fondation, elles ont formé des hommes cultivés, sans pousser aux spécialisations que les temps nouveaux devaient imposer. Sorti de l’enseignement universitaire, l’étudiant d’hier s’adaptait à une fonction ; et il y réussissait, muni de ces guides énergiques que sont les idées générales. Les hommes de profession devenaient des spécialistes au cours et au prix d’une longue expérience. Le monde a ainsi connu de grands penseurs, des jurisconsultes fameux, des politiques de renom, des savants, d’innombrables artistes et techniciens, qui furent, le plus souvent, d’admirables citoyens. La formule de cette formation n’était pas aussi mauvaise qu’on le pourrait croire de nos jours où la culture générale est réduite, sinon menacée. Le spécialiste d’autrefois demeurait un homme de pensée. Il apportait à la collectivité, outre ses talents d’exécution et ses procédés de mise en œuvre, le bienfait de ses généralisations et de ses activités sociales.

3Les événements ont, au cours du XIXe siècle, donné aux universités une orientation nouvelle. La révolution issue des progrès de l’industrie anglaise, un des faits les plus marquants de l’histoire du monde, a suscité le mouvement économique qui caractérise notre temps. L’évolution a d’abord été le résultat de procédés empiriques dont quelques-uns n’ont pas encore disparu. Plus tard, on s’est rendu compte de la nécessité de l’organisation scientifique dans le domaine des industries et du commerce ; et que la supériorité de certains peuples était due à des qualités natives décuplées par un enseignement approprié qui devenait une discipline. La science, qui avait quitté ses hauteurs et même ses rêveries pour le laboratoire, pénétra dans les universités et jusque dans les plus séculaires. Des écoles professionnelles et techniques furent multipliées où l’on enseigna l’art du commerce, la pratique des affaires, l’aménagement des usines et même l’exécution des travaux de métier. Tout devint scientifique, peut-être avec excès. On voulut être pratique avant tout, faire vite et en quantité. On demanda à l’enseignement les clefs du succès immédiat et rapide. Les idées économiques aidant, on se préoccupa surtout d’activer et de répandre le progrès sans s’arrêter à en soupeser les conséquences. L’essor économique masqua les réactions sociales. L’énergie créatrice enfiévra le monde.

4Ce siècle, grandi par la science, en était venu pourtant, par une sorte d’habitude du merveilleux quotidien, à oublier l’importance de la fonction scientifique dans la production économique et dans l’organisation des entreprises. Longtemps les doctrines officielles n’ont connu que les trois traditionnels facteurs, la nature, le capital et le travail. Du capital spirituel, accumulé comme l’autre par des siècles de réserve, on ne disait rien ; et le travail, mal défini, ne signifiait guère que l’effort d’exécution. L’invention et ses continuités dans la poursuite de l’entreprise, la direction et ses menées fondamentales n’occupaient que fort peu de place dans les traités. Et l’économie politique classique a elle-même cimenté la base de la valeur-travail d’où est sorti le socialisme marxiste, qui sut donner à une théorie toute la force d’un sentiment. Heureusement, on revient de ces erreurs de début, de ces omissions par défaut d’analyse. Le rôle de l’inventeur et du producteur, comme celui du directeur scientifique, est, par un réveil des idées saint-simoniennes, mis aujourd’hui en vive lumière. L’intelligence regagne ses droits. Des économistes, abandonnant les théories rebattues, ont insisté sur la fonction économique de la science. La pensée asservit les forces naturelles et suscite la civilisation. La conception, la direction, la mise en œuvre, la permanence des entreprises modernes résultant d’abord de l’énergie intellectuelle : il n’est pas un travail manuel qui puisse être accompli sans la raison et la volonté.

5La guerre devait nous conduire à d’autres constatations et faire naître, dans le domaine de l’enseignement, des préoccupations d’un ordre encore plus élevé. C’est le point aboutissant de l’évolution. N’est-ce pas comme un reflet de notre temps que cette question, posée tout au début du premier congrès d’après-guerre des universités de l’Empire, sur l’enseignement du civisme, de la politique et de l’économie sociale ?

6Les sociétés humaines ont été profondément remuées par la tourmente. Dans la sphère politique, les solutions de paix n’ont pas encore acquis un caractère d’absolue solidité. Les peuples s’inquiètent et s’agitent. Les relations internationales n’ont pas encore reçu la soudure définitive. On sent que les problèmes révélés par la guerre exigent une étude renouvelée. D’un autre côté, la question sociale enfle sa clameur. Aux hostilités militaires semble succéder une révolution sociale dont les prodromes déjà sont apparus. Un malaise, inévitable peut-être, mais singulièrement troublant, peut encore provoquer la violente réaction d’une Commune dont le monde serait le théâtre. Et ces craintes nous reportent vers le citoyen, unité vivante de la société, agent des lendemains. Devant l’anxiété générale, les universités ne peuvent pas rester indifférentes. De fait, elles n’ont pas attendu ce moment pour offrir aux peuples une ligne de conduite. Elles ont posé des œuvres et formulé des doctrines. Depuis la paix surtout, elles se sont portées au secours de la nation.

Le civisme

7Plus que jamais la nation réclame des citoyens, des hommes qui reconnaissent et qui acceptent consciemment l’ensemble du devoir social. Les complexités et les dangers de notre civilisation où la recherche du seul bien-être et de la fortune prédomine ; l’égalité politique et l’accession du peuple entier à la direction des affaires publiques ; les répercussions du développement économique qui a engendré de nouvelles misères et atteint l’homme dans sa vitalité ; tout cela, joint à un égoïsme tenace, exige de tous les membres de la communauté qu’ils s’unissent pour arrêter les excès, remédier aux maux, sauvegarder le principe moral de la société. L’admirable succès de l’entreprise humaine ne doit pas nous faire oublier le bien commun.

8L’individualisme caractérise notre époque, et il y a à cela des raisons profondes. Venues des siècles passés, les idées qui ont tendu à la libération de l’individu, à la satisfaction de ses désirs, à l’exaltation de sa force, ont, dans un milieu que les découvertes scientifiques avaient merveilleusement préparé, joué le rôle de catalyseurs : autour d’elles s’est constitué notre régime social. L’intérêt personnel a été proclamé le grand mobile de l’action ; et le monde a été livré à une concurrence effrénée où la victoire devait rester au mieux organisé. L’enseignement, nous l’avons dit, a suivi cette voie. Il a cherché à former des hommes actifs, pratiques, prêts à réussir dans leur profession ou leur métier, armés pour l’existence, c’est-à-dire pour le succès immédiat. Nos universités ont ainsi livré à la société un nombre de plus en plus grand de spécialistes.

9Était-ce un tort ? Non, certes. On peut répéter de l’intérêt personnel, de l’individualisme, du sens pratique, de la spécialisation, ce que le vieil Ésope disait de la langue : ce sont de bonnes et de mauvaises choses tout à la fois, et si elles sont ainsi, c’est qu’il est confié à l’homme de les réaliser et qu’elles ne valent, en définitive, que ce que vaut leur auteur. La spécialisation est une nécessité que justifie à elle seule l’étendue des connaissances humaines. Le dilettantisme démissionne. La compétence, qui ne s’acquiert qu’au prix d’études poursuivies en profondeur, est comme la consolante rançon du progrès scientifique. Tout s’apprend. Non pas seulement la profession compliquée qui n’accepte de maître qu’après des années d’une sévère fréquentation ; mais le plus humble métier. La supériorité se rencontre partout ; elle couronne un degré où qu’il soit placé dans l’ordre social.

10Le besoin de vivre qui suivit la paix reconquise maintint quelque temps l’activité économique, jusqu’au moment où la hausse continue des prix déclencha la crise de liquidation que nous subissons ; mais la formule essentielle de cette activité n’a pas été modifiée. L’enseignement professionnel, inauguré au siècle dernier, reste nécessaire. On veut partout le compléter par la recherche scientifique, afin de pallier, par une utilisation rationnelle des forces et des énergies, aux [sic] modifications apportées au régime des ateliers par la législation ouvrière. À ce point de vue, l’effort commencé semble devoir être poursuivi logiquement.

11La spécialisation qui n’est, ainsi considérée, que l’application sociale du principe de la division des tâches, admirablement dégagé par Adam Smith dès les premières pages de cette découverte que demeure, même de notre temps, la Richesse des nations, ne doit être ni exclusive, ni hâtive, ni absolue. Ce fut l’erreur explicable de notre époque que de la rendre telle, que de la chercher pour elle-même, que de l’isoler, en quelque sorte, et de lui demander toutes les solutions de l’avenir. Ainsi dépouillée, elle ne laisse voir que les ressorts d’une admirable mécanique, propre à un seul service, incapable d’une généralisation. L’expérience est faite, et ceux-là mêmes qui revendiquent, avec le plus d’insistance, la formation par l’enseignement scientifique admettent que la seule préoccupation de métier, que la spécialisation recroquevillée et comme tapie en elle-même, ne saurait conduire au civisme et, c’est l’expression de l’un d’eux, faire éclore une seule vertu.

12La spécialisation sera précédée et accompagnée d’une forte culture générale si l’on veut, dès le collège, préparer des citoyens, répandre la morale civique qui n’est que la floraison de la morale tout court, assurer le rayonnement de l’élite sur l’ensemble social. Certes, l’homme qui connaît son métier, qui possède à fond tous les moyens d’action de sa profession, sert son pays, à sa place. Dans l’addition finale, il est une unité dont je ne méconnais pas la valeur, un élément précieux. Sans lui, d’ailleurs, le but social, la conservation des forces, par exemple, ou l’application du savoir, ne serait pas atteint. Mais suffit-il d’exécuter parfaitement ? L’habileté tient-elle lieu de conscience ? L’instruction doit préparer à la vie, dit-on de tous côtés ; et, déjà en 1895, Brunetière s’insurgeait contre ce que cachait d’étroit et d’utilitaire une pareille affirmation. Je l’accepte, à la condition de la grandir jusqu’à son véritable sens. L’instruction préparera à la vie, mais à toute la vie. Et cela veut dire qu’elle sera sociale. L’élite n’est pas faite que d’instruments. Elle sait et elle sert. Elle reçoit une double fonction qui s’ajoute à la fonction professionnelle ; et c’est la fonction civique. C’est à cela que doit tendre, aujourd’hui surtout que la société regarde vers les hauteurs pour scruter ses chefs prochains, tout enseignement secondaire et supérieur. Tâche plus compliquée, mais autrement vivante, et d’une indubitable fécondité.

13Tout le monde est appelé au civisme. Aux forces qui font vivre l’individu se surajoutent les énergies qui gardent et prolongent la société. Ces énergies, il faut en déposer le germe dans la volonté. « Si vous aimez votre pays, faites-lui, en votre personne, le cadeau d’un bon citoyen. » Cette pensée d’un ancien marque quel cas l’on faisait autrefois du citoyen et la part de personnalité, de caractère, de direction propre et de surveillance qu’on faisait entrer dans sa formation. On parle de service militaire : le civisme est le service social et, comme le premier ; il est un résultat bien plutôt qu’une formule, s’il naît d’un entraînement commun, d’une discipline partagée, d’une longue préparation morale. L’éducation y pourvoit déjà dans la famille et le milieu d’exemple où s’arrête le regard de l’enfant. Mais la famille est à l’image de ses chefs, et le milieu est constitué par des générations successives. Vainement attendrons-nous quelque chose de sérieux de ces chefs et de ces générations s’ils n’ont pas été imprégnés des principes généraux qui forgent les hommes et meuvent les esprits. Par où que l’on prenne, on revient donc sans cesse à cet énoncé fondamental : le civisme est comme une radioactivité morale qui provient d’énergies latentes déposées dans l’intimité du cœur. Les ordonnances empiriques, les raisonnements utilitaires, les tentatives d’occasion, les redressements partiels, les commandements tardifs, tout cela n’est qu’artifice. La vie est dans les âmes.

14Qu’est-ce donc qui nous donnera, au-delà de la famille et de l’école primaire où ces pensées gardent la même valeur, la culture générale propice à l’éclosion du civisme ? — L’humanisme total, fait de lettres, de sciences et, surtout, de philosophie. Longtemps la querelle a divisé les éducateurs sur ce point. Les tenants de l’instruction purement scientifique reprochaient aux littérateurs et aux historiens d’en être restés au XIIIe siècle ; et les littéraires lamentaient les scientifiques de ne vouloir être que de leur temps. L’expérience paraît avoir apaisé les esprits. On revient partout vers le foyer des humanités qui fut entretenu, en Angleterre même, sous les voûtes d’Oxford, comme aux époques lointaines les Romains préservaient le feu sacré, symbole de la transmission de la vie. De partout on y revient ; et ce n’est pas sans une satisfaction très haute que je puis affirmer que les Canadiens français n’y ont jamais renoncé.

15Les lettres donnent à l’homme moderne, sollicité par mille distractions et dominé par le désir des réalisations rapides et courtes, le merveilleux contrepoids de la pensée des siècles. On parle avec effusion des richesses naturelles, des fécondités vives de la terre, des mines dont l’imagination montre déjà l’épuisement, des forêts que l’homme empressé décapite, des chutes d’eau où des millions d’énergies passent comme un frisson. Compréhensible fascination. Mais les humanités sont des richesses naturelles pour l’intellect humain. Bien pauvre praticien qui se refuserait à les exploiter. Elles nous apportent la sagesse du temps, les leçons de générations mortes et les certitudes des nations triomphantes. Elles sont comme une réflexion ininterrompue que notre intelligence reprend et poursuit. Tour à tour, elles assouplissent l’esprit et fortifient la volonté. Elles préparent à comprendre. Elles dirigent vers l’action. Elles adaptent. Ce n’est pas tout, si elles nous apportent encore le culte de l’expression et la résolution de la beauté. Et nul ne niera que nous n’ayons besoin de ces deux choses pour sauver notre civilisation tristement uniformisée par la machine, enivrée bientôt des seules conquêtes palpables. Conservons donc les humanités classiques comme nous conservons le radium péniblement arraché à des tonnes de matières.

16J’accorde tout aussitôt que les lettres trouvent dans les sciences un complément nécessaire. Elles ont pour elles l’actualité, ce qui est quelque chose ; elles tendent vers la vérité, ce qui est mieux encore. Au citoyen de demain, elles conseillent l’observation méthodique et précise, la modération, la suite des idées et la juste appréciation des faits. Elles n’ont pas la sécheresse que le vulgaire redoute volontiers, si elles ont comme imagination l’hypothèse, comme raison un scepticisme sans cesse renouvelé, comme volonté une règle sévère dans la recherche, comme sentiment une irréductible patience. Elles ont un passé qui s’ajoute heureusement à celui des lettres, qui offre à l’étudiant l’histoire du progrès humain et la rude et victorieuse expérience du labeur.

17Voilà déjà de belles leçons. Seules, elles conduiraient malheureusement à un mandarinisme excessif. Il serait d’ailleurs vain de réciter des règles de grammaire et des généalogies comme d’accumuler des nomenclatures ou la série des réactions chimiques. L’enseignement vit par la philosophie, par les généralisations, par la synthèse qui devient une doctrine, une, solide, inspiratrice de nos actes, principe constant et sûr de nos volontés. La philosophie, nourrie de tradition, n’éprouve pas de surprise devant le véritable progrès si elle en est l’origine et la continuité. Spéculation de l’esprit, elle domine, dirige et ordonne. Le professeur bâtira sur cette large base, la seule qui vaille et qui résiste. Soucieux de pétrir des caractères, de camper des types, il saura, à propos d’une pensée ou d’un fait, dégager les forces qui conduisent à ce que les anciens appelaient si noblement la vertu, et montrer que la stabilité des sociétés repose sur l’acceptation de vérités transcendantes, fondées divinement, auxquelles la science même, interprétée comme elle doit l’être, conseille d’obéir.

18On a dit que l’on ne pouvait pas philosopher sur le carré de l’hypothénuse ou sur « la formation des doublets dans la langue française ». Je n’en crois rien. Tout dans l’enseignement doit être prétexte à formation. Il n’y a d’inutile que ce qui s’amoindrit au seul fait. Le phénomène n’est jamais isolé : il est lourd de certitude ou d’hypothèse, il éveille toujours l’idée qui l’a suscité et rattache ainsi l’universel raisonnement. Il y a des directives dans tout ; et le tout est de savoir les faire jaillir par la comparaison. Ainsi l’enseignement classique atteint sa pleine efficacité et devient hautement pratique.

19Voilà, en définitive, ce qui me paraît être la véritable préparation à la vie, la voie ouverte sur l’enseignement irradié socialement. Je ne songe ici qu’à l’élite qui sortira de nos universités, à l’élite que votre langue et la nôtre, saxonne et latine, désignent par un mot qui veut dire choix, triage, élection. Je sais les intéressants efforts que l’on a tentés, ici et là, pour enseigner dès le high school ce qu’on a longtemps appelé le civisme et ce que l’on veut désormais appeler la science sociale ou encore le civisme professionnel. J’applaudis également au projet d’utiliser dès l’enseignement secondaire, et plus qu’on ne l’a fait jusqu’ici, l’histoire et la géographie à des fins sociales ; et d’organiser dans les classes de philosophie un cours d’économie politique et d’économie sociale. Rien de mieux, mais je me préoccupe, avant tout, de rechercher les meilleurs fondements de la citoyenneté. Je cherche une base sans quoi je craindrais de voir s’effondrer bientôt les échafaudages les plus savants. Les lettres révèlent le recueillement de l’humanité et les sciences manifestent l’épanouissement de ses forces productrices. Confondues dans une philosophie doctrinale, ces deux puissances sont déjà de l’action. L’homme cultivé trouvera désormais en lui-même la raison de s’y soumettre et de se sacrifier. C’est le civisme.

20Cette formation, qui tend à susciter des responsables, peut paraître frivole ou inutile si l’on ne prend garde qu’à ses moyens. À quoi bon lire une page de poète ou connaître l’histoire d’une défaite ? Et que servira-t-il à l’avocat d’avoir su discerner les éléments d’une cellule ? Mais à la prendre toute, à la juger dans ses fruits, on demeure émerveillé. Le jeune homme qui la possède est mûr pour la spécialisation. Comme en biologie l’individu se constitue par la différenciation d’éléments primitivement semblables, il peut s’élancer et réussir. Il ne cristallise pas. Il a reçu, pour parler un langage moderne, un passe-partout de modèle uniforme, mais distinct pourtant par quelque trait plus enfoncé, qui lui permettra d’ouvrir les portes donnant sur toutes les carrières.

21C’est un fait qu’affirment de très nombreux témoignages, venus des pays les plus pratiques, comme des nations les plus idéalistes. C’est un fait que la guerre a comme scellé. Si la science a triomphé, c’est qu’elle fut guidée par la raison et mue par le sentiment. Là où la partie paraissait perdue, l’esprit d’invention et l’effort de méditation reconstituaient la victoire. Vous connaissiez le mot de Foch : « Pendant que Ludendorff déployait sa stratégie, je philosophais. » C’est par ce signe qu’il a vaincu.

La politique

22La culture générale conduit au seuil de la profession. Poussant plus avant ses enseignements, l’université offre à ses étudiants le champ varié des spécialités. Quelques-uns choisissent l’art du politique ou la mission du praticien social : deux spécialisations relativement récentes.

23L’attitude séculaire d’Oxford prouve qu’il n’est pas absolument nécessaire, pour former un citoyen à l’esprit ouvert et au tempérament généreux, de le diriger vers des études strictement appropriées. La fécondité du classicisme pur est telle que, savamment utilisée, elle peut produire les educated citizens of an imperial democracy, fit for the duties of leadership in public life, comme le remarque un fellow de Balliol College. Ces citoyens auront tout naturellement la curiosité des problèmes actuels et le souci du bien public parce qu’ils auront médité depuis le passé sur les perpétuels recommencements qui révèlent, à travers les histoires, la persistance du sentiment humain. Dès le collège, et dans les clubs dont ils faisaient partie, ils ont pu d’ailleurs exercer leur dialectique et entrevoir leur carrière active.

24Mais des écoles de science politique et de science sociale ont été organisées dans plusieurs universités. Au lendemain de 1870, et dans le but avoué de donner à la France un moyen de relèvement rapide et de lui assurer un élément de prestige pour l’avenir ; Émile Boutmy fondait à Paris l’École des sciences politiques. L’événement a confirmé le rêve de Boutmy. Son école a joué depuis cinquante ans un rôle de premier rang. Dans les administrations, dans les Chambres électives et même à la présidence de la République elle a reconnu nombre de ses élèves. Je pourrais mentionner, outre les écoles de science politique d’Oxford, de Cambridge et de l’Université de Londres, d’autres institutions du même genre, créées en Angleterre ou dans l’Empire, et où la politique fait l’objet d’études suivies dont quelques-unes ont été très sérieusement orientées depuis la guerre. L’Allemagne a reconnu que ces préoccupations lui ont manqué, elle qui s’enorgueillissait pourtant d’avoir institué la première école d’économie politique. De fait, si elle avait aussi bien possédé la psychologie des peuples que leur économie, elle n’aurait peut-être pas risqué aussi facilement l’enjeu qu’elle a placé sur un monde qu’elle n’avait pas su pénétrer.

25Nous sommes tous d’accord pour applaudir à ce mouvement, solidement amorcé. Aussi bien n’ai-je l’intention que de vous faire part de quelques considérations sur le mode de cet enseignement.

26Il ne saurait être évidemment question d’introduire l’esprit, les méthodes et les mille tracasseries de la politique courante dans le domaine universitaire. Là où la chose s’est produite, elle a eu de fâcheuses conséquences. Il y a lieu d’appliquer ici le principe de la séparation des pouvoirs. La politique du jour peut n’avoir pas une vaste valeur d’éducation ; et l’action politique, qui peut être parfois une salutaire expérience, n’est pas toujours une école. La doctrine d’un parti n’a rien de nécessairement transcendant. Elle n’est, en tout cas, que la foi d’un certain nombre et il n’y a pas de raison particulière pour qu’elle s’impose à tous, là même où le jugement s’entraîne à trouver des raisons plus hautes de détermination. Cette doctrine peut être faite d’adaptation aux circonstances : elle n’offre guère alors qu’une discipline d’attaque ou de défense. Si l’on peut très bien concevoir l’université confessionnelle qui reçoit la garde d’une doctrine traditionnelle, l’on ne saurait admettre l’université qui aurait pour seule mission de mettre en commandements la politique occasionnelle, changeante et discutable d’un gouvernement.

27Autre chose est de préparer des chefs de ligne qui dirigeront les mouvements sociaux ou politiques. Si je ne crois pas bon que la politique exerce une influence indue sur l’université, j’estime qu’il est excellent que l’université ait une action indirecte sur la politique et une forte emprise sur l’esprit public. D’abord parce qu’il n’est pas mauvais que les dirigeants aient une culture universitaire ; ensuite parce qu’il est essentiel qu’une opinion s’élabore et s’exprime en dehors des Chambres. La solution des problèmes actuels est de plus en plus à ce prix. De là viendra, en définitive, le salut. Malheureusement, l’opinion est souvent d’autant plus puissante qu’elle est plus pauvre. Au point de vue social, sinon même au point de vue politique, il appartient à l’université de l’enrichir d’une direction qui ne s’égare pas au moindre détour de route. C’est ici que se rattache l’action de la presse, des conférences, des clubs, des sociétés où fermentent des idées désintéressées, formulées pour le bien de la collectivité, précédant d’une longue avance l’action politique ou législative, jetées néanmoins dans le public d’où, devenues sentiments, elles passeront dans le vote.

28Les écoles de science politique sont donc d’un puissant secours. Vous connaissez l’ampleur de leur programme où passe l’évolution des civilisations humaines. C’est un véritable plaisir pour les initiés que de constater d’année en année le déploiement scientifique de ces institutions et de suivre les ramifications multiples que ces écoles peuvent porter. Elles préparent à la plupart des carrières publiques : haut fonctionnarisme, administration, diplomatie, fonctions parlementaires, directions économiques ou sociales. Elles livrent au pays les compétences dont il a besoin ; et il reste seulement à souhaiter que le pays sache les utiliser.

29La base de leur enseignement est ce qu’on peut appeler, d’un terme très général : l’institution politique. On y étudie tour à tour la science politique, l’histoire constitutionnelle et politique, les finances publiques, le droit administratif et parlementaire. C’est là le noyau. À cela s’ajoute, selon les circonstances et les préoccupations locales, une série de cours d’appoint, depuis l’économie sociale et la géographie jusqu’à la statistique, en passant au besoin par certains aspects des questions commerciales, douanières ou agricoles. Du moins, c’est là le type initial et vous le connaissez trop pour que j’insiste.

30Que nous suggère cette expérience de quelques années ? Que pouvons-nous demander de plus à ces écoles, aujourd’hui que le monde subit les manifestations d’un malaise social, lointain par ses origines mais rendu plus aigu, plus incisif dans ses réclamations, à la suite du choc de la grande guerre ? La lueur de ces événements tragiques nous trace une ligne de conduite où déjà les universités se sont engagées.

31L’importance que prennent les questions sociales feront à la philosophie sociale une place de plus en plus large dans les programmes. Le lien entre la politique et les problèmes sociaux est trop intime pour que ceux qui aspirent à posséder le pouvoir ou à dominer l’opinion consentent à négliger ce que le pouvoir doit aux masses ou ce que les masses veulent imposer à l’opinion. On peut pendant un certain temps amoindrir les problèmes sociaux à coups d’expédients ; mais on se rendra compte un jour qu’ils ne seront résolus vraiment que par l’application d’une doctrine où les droits et les devoirs de chacun auront trouvé le respect.

32Quant à la politique, les méthodes paraissent déjà rajeunies. Les universités se préoccupent de plus en plus de l’actualité et de l’étude comparée des civilisations.

33L’université ne peut pas renoncer à l’actualité. Il est vrai qu’elle est, pour une large part, affaire d’opinion ; mais elle constitue une expérience vivante, la seule que puisse se permettre la science politique. Le professeur est de son temps. Aussi bien, traitant d’événements contemporains, n’a-t-il qu’à faire part d’abord à ses élèves de ses préférences, connues le plus souvent par ses attitudes publiques, et à exposer en toute impartialité les thèses qu’il juge à propos de combattre. L’actualité peut encore être réservée aux conférences, ou être discutée au cours de débats simulés dont le modérateur saura écarter les discours oiseux ou trop enflammés. Le débat est à l’école des sciences politiques ce que le bureau commercial est à l’école de commerce : un moyen d’éprouver, par une sorte de pratique, les abstractions de l’enseignement.

34Mais l’enseignement de la politique a été donné surtout, dans le passé, avec le secours de l’histoire. Il est certain que la politique des temps anciens, que l’étudiant veut connaître pour des fins de comparaison, ne peut guère être étudiée qu’à cette condition. La méthode, cependant — de même d’ailleurs que pour l’actualité — ne laissait pas d’être incomplète. Soit que l’on s’attachât trop aux faits, et pas assez aux idées ; soit que l’on négligeât le moment, les antécédents, les causes, l’ambiance, on n’arrivait pas à donner l’impression juste, à pénétrer jusqu’à l’âme de l’histoire. Des résistances risquaient ainsi de demeurer inexpliquées que l’avenir pourrait réveiller ; l’action des sentiments, comme celle du mysticisme racial, demeuraient mal définies, qu’un jour les nations pouvaient trouver dressées devant elles. La guerre n’a-t-elle pas révélé l’influence de ces impondérables ? Les peuples, scrutés depuis longtemps dans leur passé, ne se connaissaient pas. À l’histoire que l’on avait faite, il a paru tout à coup qu’il manquait des éléments.

  • 1 En anglais dans le texte : « courses arranged at the teaching institutions of the University of Lon (...)

35On résolut de chercher mieux. À l’histoire, on ajouta la religion, l’économie politique, la géographie, l’anthropologie, la sociologie, les langues, la législation, la statistique et l’étude comparée des institutions et des mœurs. Des précisions, apportées par ces sciences diverses et jusque-là un peu dispersées, on a voulu faire un tout révélateur qui dégagera avec plus de sûreté les caractères fondamentaux d’un peuple ou d’un groupe. C’est le procédé appliqué dans certaines universités américaines, à Columbia notamment, et, tout récemment, dans un but nettement déterminé, dans les « cours mis en place dans les institutions d’enseignement de l’Université de Londres dans le domaine des études impériales1 ».

  • 2 En anglais dans le texte : « the student is taught how to use the apparatus of documents, books and (...)

36Cette collaboration des sciences de l’homme, être moral, qui peut être réalisée assez facilement en faisant tomber quelques-unes des cloisons qui séparent les facultés et les écoles, est pleine de promesses et réserve à l’enseignement de la politique, ainsi élargi, un avenir magnifique. D’autant que la recherche scientifique, appliquée avec succès aux sciences physiques, chimiques et naturelles, peut être étendue, toutes réserves faites, aux études d’ordre politique, économique et social. Harvard a organisé un Committee on Economic Research, Washington possède l’Institute of Sociology, partout existent des séminaires où, comme il est dit dans l’annuaire de l’Université de Londres, « on enseigne à l’étudiant comment utiliser l’appareillage de documents, de livres et de statistiques qui joue pour lui le même rôle que la balance, la pipette ou le microscope pour l’étudiant des sciences naturelles2 ». Enseignement singulièrement fructueux et efficace, où le professeur se donne tout entier : esprit, méthode et expérience, où l’on voit passer la leçon dans la réalité.

37À la recherche, poursuivie dans le laboratoire ou le séminaire, s’ajoute un moyen de vulgarisation développé depuis quelque temps : l’extension universitaire qui porte l’enseignement au-dehors et jusqu’à l’oreille du peuple. Au point de vue des sciences sociales, ce mode est particulièrement intéressant. C’est une extension d’un autre genre que l’échange des professeurs allant d’une université à l’autre dire les résultats de leurs recherches et faire bénéficier les étrangers de leur expérience. Je ne sache pas de meilleur moyen de faire connaître à des peuples lointains les véritables caractères nationaux. Peut-être même, comme on l’a déjà fait à Bruxelles, à Paris et à Londres, où viennent de s’ouvrir des écoles internationales de sciences politiques, verra-t-on se constituer un enseignement auquel participeront les autorités universitaires de différents pays.

38De l’utilisation ainsi comprise de toutes ces sciences dirigées vers l’homme résultera une large philosophie de l’histoire des nations, une psychologie des peuples et des foules. Ce qui a été fait par l’Université de Londres pour l’Empire peut être élargi au monde entier ; la connaissance plus juste, plus profonde, plus complète des milieux, des groupements et des races, qu’ils soient minorités ou non, est une nécessité qui s’impose plus que jamais. Que de jugements hâtifs et néfastes un enseignement plus nourri, moins féru de détails et plus préoccupé des causes et des raisons, eût empêchés dans le passé ! Un peuple, si petit soit-il, a son histoire, ses traditions, ses souvenirs, sa terre, sa langue, sa religion, ses mœurs, tout le faisceau de ses fiertés, qui sont des forces qu’il ne convient pas d’ignorer et des droits qu’il n’est pas permis de mépriser. L’étude des peuples doit donc, en politique, être désormais dirigée vers la totalité de leur histoire, où il entre autant de sentiment que d’apparente logique, si l’on ne veut pas que les peuples continuent à s’entre-déchirer pendant que la science formulera avec superbe les sentences d’une érudition trop courte.

L’économie sociale

39La même complexité et la même acuité caractérisent les problèmes sociaux vers lesquels se portent en ce moment nos inquiétudes.

40La question sociale renaît, plus vive aujourd’hui qu’elle n’était avant la guerre ; et qu’elle persiste ainsi, après une pareille lutte, repoussant les bienfaits d’une paix si durement conquise, est la preuve indéniable qu’elle est profondément rivée au cœur de l’homme, toujours torturé par le rêve de l’égalité. Elle s’est alourdie, le long des siècles, selon que les idées engendraient des mondes nouveaux, suscitaient des systèmes ou aboutissaient à l’âpre force des sentiments. C’est une cruelle pensée pour le sociologue que l’universel progrès soit ainsi chargé de haine.

41Des problèmes multiples, plus spéciaux et moins étendus, qui sont faits des répercussions sociales de certains phénomènes économiques, se dressent au sein même de la question sociale, qui les domine si même elle ne les absorbe pas. Ce sont, à proprement parler, les problèmes sociaux : l’alcoolisme, la dépopulation, la désertion des campagnes, le surpeuplement, les maladies des sociétés, et tant d’autres qui s’en prennent au bonheur, à la vie même des orgueilleux civilisés que nous sommes. Une solidarité terrible confond l’humanité dans une même souffrance : la contagion du mal n’épargne personne. Des individus elle gagne les masses, puis les peuples.

42Or, nul n’a le droit d’ignorer le sort que tous demain peuvent subir. Les problèmes sociaux intéressent au premier chef la sérénité morale comme la vitalité physique des sociétés. On conçoit donc que les universités se soient depuis fort longtemps penchées sur ces problèmes, qu’elles aient philosophé sur le plus grand d’entre eux et qu’elles aient apporté à tous une minutieuse attention et des solutions que déjà ceux qu’elle a formés préconisent et répandent avec succès. L’enseignement universitaire a trouvé là une de ses plus bienfaisantes orientations. J’apprécie à l’égal des résultats qu’il a obtenus dans le domaine des sciences naturelles et appliquées les actions qu’il a su provoquer dans les sphères élevées de la philanthropie.

43L’université a eu recours à deux moyens excellents : la culture spéciale surajoutée à la préparation professionnelle, et, ici comme en politique, la spécialisation. Si bien qu’il n’y a plus qu’à rechercher si l’œuvre universitaire ainsi entreprise peut, dans l’avenir, être développée dans le sens de ses origines.

44Tout homme a un devoir social à remplir ; mais le professionnel plus que d’autres. Entrant dans l’élite, il reçoit la mission de diriger au moins ceux qui dépendent immédiatement de lui, sinon même ceux qui l’approchent et qui le regardent agir comme un exemple. C’est, je vous l’ai dit, ce que j’appelle la fonction sociale, rayonnement de l’activité purement professionnelle.

45L’université le sait, qui a inscrit aux programmes de ses écoles spéciales des cours d’économie politique, d’économie sociale, d’hygiène ou de législation industrielle. Il serait nécessaire d’élargir encore cette heureuse initiative. Pour le prouver, je ne prendrai que trois types de professionnels : l’avocat, le médecin et l’ingénieur.

46Il paraît bien que, de toute éternité, l’avocat ait été désigné pour faire de la politique. Le miracle, c’est qu’on ne la lui enseigne pas toujours. De même que l’on familiarise les étudiants des facultés de commerce avec l’économie politique et sociale, la politique commerciale, les finances publiques, ainsi l’on doit décidément apprendre à l’avocat les grandes questions de l’actualité économique et politique. Il le faut si l’on désire qu’il continue de jouer un rôle à côté de concurrents de plus en plus instruits, et si l’on veut qu’il apporte à l’exercice de sa profession autre chose que la connaissance des textes, où la coutume qui provoque la législation est déjà figée et comme morte. L’avocat social, si j’ose dire, est un spécialiste que la société réclame.

47Le médecin voit chaque jour sa profession prendre de l’ampleur. N’est-il pas, dans toute l’acception du mot, un « praticien social » ? Quelle belle unité de vie pour le bien ! Il prolonge sa clinique dans toutes les œuvres sociales. À la ville comme à la campagne, il est aux avant-postes dans la lutte contre les contagions. Non content de guérir, il a inventé la prophylaxie. On lui doit de braver le mal. Voilà pourquoi il paraît tout indiqué de lui révéler dès l’université les sûretés de la philosophie sociale, afin qu’il possède, dès son point de départ, les hautes raisons d’être de son apostolat.

48Peut-on mieux définir la multiple fonction de l’ingénieur que ne faisait déjà Vauban qui écrivait : « Point d’ingénieur parfait, parce qu’il faut être à la fois charpentier, maçon, architecte, peintre, orateur, politique, soldat et bon officier, et surtout avoir bon cœur, bon esprit et une longue expérience. » Si l’on pèse chacun de ces mots, étranges à la première lecture, on ne peut s’empêcher de les trouver fort justes. L’ingénieur invente, dirige et exécute. Il est l’intelligence, c’est-à-dire un des facteurs essentiels, et même le facteur initial de la production. Malheureusement, l’œuvre, une fois exécutée et matérialisée, masque l’esprit qui l’a conçue et conduite. C’est un tort qu’il sied de redresser. L’ingénieur lutte aussi, et conseille. Il est près du patron et près de l’ouvrier. Officier, pour reprendre les mots de Vauban, il doit se faire soldat. Voilà donc un des hommes à préparer le plus complètement, et je crois que cela n’a pas toujours été fait. S’il m’était donné de réviser les programmes des Écoles de génie civil, j’y porterais volontiers des leçons sur la finance, l’organisation des entreprises modernes ; et je chargerais davantage les cours d’économie politique, d’économie sociale, de science sociale appliquée et de législation industrielle. N’oublions pas que l’ingénieur qui sort de l’université entre tout de suite dans la mêlée sociale.

49Viennent en second lieu les spécialistes, hommes de pensée et d’action, sociologues ou social workers. L’université leur a ouvert ses portes et, dans certains endroits, elle les abrite somptueusement. Les écoles de science sociale se multiplient ici et là. Timides au début, elles s’affirment déjà dans les grands centres. On sent que la sollicitude de l’université est de ce côté. La liaison s’opère de plus en plus entre la chaire et l’œuvre sociale. Et c’est, à mes yeux, un des plus beaux mérites de l’enseignement contemporain, qui trouve ici son seul aboutissement logique.

50Ces écoles diffèrent des écoles de science politique en ce qu’elles amorcent immédiatement la pratique. Elles pensent pour agir, et elles agissent. Aussi bien doit-on se demander à leur sujet ce que doit être leur enseignement théorique, et à quelles conditions leur action pratique prendra toute sa valeur.

51À la base de ces études spécialisées, l’économie politique et l’histoire économique prennent place, mais vivifiées et complétées par l’ensemble imposant de la philosophie sociale. Dans le passé, l’économiste s’est volontiers fait sociologue : il poursuivait jusque dans leurs applications les principes qu’il avait su formuler. On enseignait alors l’économie politique et sociale. Puis, à la suite de travaux dont je ne méconnais pas l’importance, l’Économique s’est préoccupée uniquement de ce qui est, insensible à ce qui devrait être, livrée seulement à la détermination scientifique des lois, abandonnant au sociologue le souci des conséquences et l’élaboration des synthèses nécessaires à l’action. Cette doctrine mi-classique, confiante et hautaine, semble perdre le prestige que gagne à ses côtés la sociologie, si ardemment développée ces temps derniers ; et l’économie est rétablie, de plus en plus, dans son droit d’être une science sociale.

  • 3 En anglais dans le texte : « Taking fresh heart of ethics, economics wears a new and most seductive (...)
  • 4 En anglais dans le texte : « We could never get that training in moral and social habits that is re (...)

52Trop longtemps les économistes ont négligé le sentiment et la responsabilité morale, qui tiennent à l’homme tous deux et qui ont été, pendant la guerre où les activités totales de l’esprit se sont manifestées, de si puissants mobiles. Le retour que je signale est donc heureux. Charles Mills Gayley, le brillant professeur de Berkeley, le définit plutôt en poète dans ses Idols of Education : « Abordant l’éthique à nouveaux frais, la science économique montre de nos jours un visage plus humain. Elle s’occupe désormais de maximiser les valeurs liées à la vie et plus simplement d’en minimiser les coûts matériels. Elle cherche le revenu psychique, la marge de loisir pour l’âme. Et elle fait de la marge de santé du corps le premier actif national — la vraie richesse des nations3. » Plus affirmatif et plus direct encore est le témoignage de M. William Caldwell, professeur à McGill : « Nous n’arriverons pas à faire acquérir les habitudes morales et sociales qui sont aujourd’hui nécessaires à tous les citoyens tant que les considérations éthiques n’auront pas pénétré d’une manière plus décisive et plus organique dans nos écoles et dans notre système scolaire. Le Japon et la France ont à ce chapitre des choses importantes à nous enseigner4. » J’ai retrouvé ces nobles préoccupations chez des économistes anglais, français, américains, et même allemands — notamment chez le professeur de Leipzig, William Roscher. Je ne peux pas les citer tous, mais, si je fais abstraction des écrivains religieux dont c’est le thème fondamental, deux contemporains de renom me paraissent avoir accepté la valeur scientifique de la moralité : Charles Gide, l’éminent professeur à l’Université de Paris, et celui-là même que Gide appelle « le prince des économistes », Alfred Marshall.

53Ainsi conçue et vraiment pratique, l’économie aidera à résoudre la question sociale et les problèmes sociaux, qui sont des questions morales autant sinon plus que des questions économiques. On l’admettra un jour, lorsque toutes les expériences nous auront lassés : ce sont les hommes qu’il faut atteindre et les cœurs qu’il faut changer. Et voilà l’inappréciable avantage d’une doctrine, juste pour les puissants comme pour les faibles, prêchant les droits et les devoirs de chacun, animant chez tous le sens social, imposant au besoin l’amère satisfaction de l’intérêt individuel sacrifié au salut de tous. Des compatriotes anglais ont répété que la vieille province de Québec ne broncherait pas devant l’invasion des idées révolutionnaires et qu’elle saurait garder, au sein de l’ordre respecté, ses volontés séculaires. Cette vérité incontestable, elle la doit à la fermeté de ses traditions, comme à la moralité des enseignements qu’elle a reçus.

54Ces constatations nous éclairent sur les caractères que devra revêtir l’action pratique assumée par beaucoup d’universités sous la forme de la pratique sociale (field work). L’enseignement universitaire coudoie, ici encore, la réalité. Les social workers fréquentent les institutions : hôpitaux, colonies, œuvres de protection de toute sorte ; et les milieux économiques ou sociaux : usines, réunions populaires, chambres parlementaires. Il n’est pas de plus vaste laboratoire ni de plus intéressant. Les cliniques sociales que suivent ainsi les praticiens sociaux ont été intelligemment organisées et réparties selon les tâches que les étudiants désirent poursuivre plus tard. Tout cela est bien conçu. Gardons-nous de croire, cependant, que le field work résolve tout et d’exagérer sa valeur éducative. Il pose le problème de la spécialisation exclusive : il ne suffit pas de former un praticien, habile à faire glisser les fiches ou à conduire des enquêtes. L’esprit guide la main. J’apprécie les écoles où l’enseignement de la sociologie inspire le field work ; mais je prise par-dessus tout celles qui exigent des étudiants inscrits une forte culture générale. L’homme véritablement cultivé dépassera sa tâche quotidienne. Au service des œuvres sociales, il aura la volonté de les faire connaître, de les promouvoir de les ramifier. Sa pensée animera les réunions où ces graves problèmes seront discutés. Il deviendra un chef social puissant sur l’opinion.

55Séparée l’année dernière de l’Université Laval de Québec, et désormais autonome, l’Université de Montréal a d’abord organisé une École des sciences sociales, économiques et politiques où ceux qui ont reçu une culture suffisante pourront se préparer à l’action publique. Dès la première année, trente-deux élèves réguliers se sont inscrits ; et cent soixante auditeurs ont suivi les cours d’hygiène sociale. L’École a été divisée en deux sections : politique et sociale, de journalisme. À la base des études et durant tout le stage, qui est de deux ans, la philosophie sociale est enseignée. L’université espère ainsi former une élite qui pourra indiquer des directions dans le triple domaine de la politique, de l’action sociale et du journalisme.

56L’enseignement donné à la section sociale est surtout théorique. Les directeurs des œuvres sont invités, entre les cours réguliers, à venir expliquer le fonctionnement de leurs institutions ; et des visites complètent ces leçons tirées de la pratique. La section est donc destinée à ceux qui s’intéressent à l’ensemble des questions sociales. Chaque année, professeurs et élèves participent encore aux semaines sociales qui sont des sortes de congrès où les grands problèmes d’actualité sont mis à l’étude. L’université croit que les étudiants ainsi formés sauront, au besoin, s’adapter au travail d’exécution. D’ailleurs, cette préparation par la doctrine répond à nos besoins actuels. Il s’agit surtout de déterminer un mouvement. Notre régime paroissial, qui abrite de nombreuses communautés, assure déjà à notre population les services de la charité et fournit à la société des milliers de social workers, en sorte que le champ d’action sociale que l’avenir réserve à l’université est immense et rempli de promesses. En attendant, et comme amorce, notre Commission des études a décidé, d’accord avec le Comité exécutif, d’instituer des cours d’hygiène pour chacune de nos facultés et écoles et d’organiser un cours théorique et pratique pour les infirmières visiteuses.

57Sous les auspices de l’Université de Montréal la Loyola School of Sociology, fondée il y a trois ans, forme également des praticiens sociaux. Son programme comporte, outre la philosophie sociale, l’économie politique appliquée aux problèmes sociaux que soulève notre civilisation, la législation industrielle et la statistique, deux années de field work accompli au sein même des nombreuses institutions sociales que compte Montréal.

58Nous rentrons ainsi dans l’action commune à toutes les universités qui ont accepté la mission d’élaborer et de garder la science, puis de la répandre au sein de la collectivité. Elles remplissent ainsi, comme elles l’exigent des individus, une double fonction de pensée et d’action. Logiques, elles prêchent d’exemple. Peut-être ne se rend-on pas suffisamment compte des bienfaisantes influences qu’elles exercent ? L’initiative universitaire est souvent à l’origine des reconstitutions sociales par la recherche scientifique poursuivie dans les laboratoires, par les leçons et les sollicitations faites du haut des chaires, et même par l’effort constant des compétences que plusieurs années de vie studieuse ont préparées. Les lois viennent plus tard qui ne font que consacrer ces enseignements et, dans le peuple, le pouvoir reçoit le mérite d’un travail que d’autres ont pieusement poursuivi. Loin de moi la pensée de récriminer. Je voudrais seulement que les universités s’unissent pour révéler au grand public toute la beauté de l’œuvre universitaire, insuffisamment connue, et pour lui donner la place qui lui revient de droit au sein d’une civilisation qu’elle protège et grandit.

Notes

1 Texte français d’une communication faite au Congrès des universités de l’Empire, tenu à Oxford du 5 au 9 juillet 1921.

Notes de fin

1 En anglais dans le texte : « courses arranged at the teaching institutions of the University of London in imperial studies ».

2 En anglais dans le texte : « the student is taught how to use the apparatus of documents, books and statistics that serves for him the same purpose that the balance, the blowspipe, or the microscope serve to the student of natural science ».

3 En anglais dans le texte : « Taking fresh heart of ethics, economics wears a new and most seductive smile. No longer the minimizing of material cost, but the maximizing of vital value, she regards. She seeks the psychic income, the margin of leisure for the soul. The margin of health for the body : the greatest of national assets — the true wealth of nations. »

4 En anglais dans le texte : « We could never get that training in moral and social habits that is required by all citizens until ethics and ethical considerations enter more definitely, and more organically, into our schools and academic systems than they do at present. Japan and France could teach us important things in this regard. »

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter