Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Carrières en projets de paysage

Mohamed El Mehdi Sfar Gandoura

Texte intégral

1Le mois de novembre 2006 est à marquer d’une pierre blanche pour la ville de Mahdia. Pendant dix jours, dix enseignants universitaires provenant de six pays, y compris la Tunisie, ont encadré 38 étudiants qui se sont penchés sur la problématique des carrières abandonnées entourant la ville de Mahdia et les solutions envisageables pour réhabiliter et valoriser ces carrières.

2Du WAT de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, les points suivants méritent d’être soulignés à l’issue de cette activité :

  1. la valeur de la réflexion engagée ;

  2. l’importance de la coopération universitaire ;

  3. le dialogue entre les pays du Nord et du Sud ;

  4. le rôle du Canada.

1. La valeur de la réflexion engagée

3La problématique des carrières abandonnées de la ville de Mahdia (déjà étudiée en 1999) a été réexaminée d’une manière approfondie en faisant appel à des compétences en cours de formation ou à des experts en architecture, en architecture de paysage, en urbanisme, en environnement. Grâce à cette réflexion, la ville de Mahdia s’est appropriée les différents tenants de cette problématique. Plus encore, cela lui a permis, à travers les dix projets construits et, plus particulièrement, les trois projets primés, d’apporter un début de solution à cette problématique. Ces projets ont été mis à la disposition de la Ville mais aussi des autorités nationales tunisiennes (à travers les différents départements concernés qui ont participé au WAT) pour en faire des projets d’avenir à concrétiser.

4Ces résultats sont transposables à d’autres villes et localités ayant la même problématique environnementale et urbanistique. C’est un défi que nous devons relever ensemble grâce à l’aide et la coopération des parties qui ont été à l’origine du projet et qui ont contribué à la réussite du WAT de Mahdia.

2. L’importance de la coopération universitaire

5L’opinion de l’universitaire est, par définition, neutre, donc libre par rapport aux conflits d’intérêts quels qu’ils soient. C’est aussi une opinion porteuse d’un niveau de compétence et d’expertise indiscutable. Cette opinion et ces niveaux appréciables de compétence et d’expertise ont été d’un apport considérable dans ce workshop pour la ville de Mahdia.

6Aussi, les experts, plus particulièrement ceux de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, ont su intégrer les contraintes locales à leurs opinions concrétisées par dix projets physiques. Ainsi, nous avons été témoins d’une parfaite symbiose entre l’opinion académique et la réalité du terrain.

7À ajouter à cette coopération universitaire, l’aspect pédagogique de cette manifestation à laquelle la ville de Mahdia s’enorgueillit d’avoir contribué même modestement. La présence des étudiants, le travail et l’oeuvre accomplis par ces jeunes en sont la preuve.

8Le WAT de Mahdia se caractérise aussi par une coopération universitaire multinationale estudiantine et professorale. Le savoir-faire et les expériences des différents pays participants, y compris la Tunisie, ont permis une confrontation des expériences génératrices des résultats de ce WAT.

3. Le dialogue entre les pays du Nord et du Sud

9Pendant dix jours, aux étudiants tunisiens et au professeur Salma Hamza de l’École nationale d’architecture et d’urbanisme (ÉNAU) de Tunis, se sont joints leurs camarades étudiants et collègues professeurs venant du Canada, de l’Italie, du Maroc et du Liban. Le groupe a fait connaissance de la belle ville de Mahdia et de ses citoyens. Pendant cette courte période, des liens d’amitié tissés dans le groupe ont symbolisé l’esprit de tolérance, le rapprochement des peuples et des cultures, principes fondamentaux s’inscrivant dans la politique nationale de la Tunisie.

4. Le rôle du Canada

10L’organisation de la cérémonie de clôture du WAT de Mahdia par Son Excellence, Monsieur Bruno Picard, ambassadeur du Canada en Tunisie, et sa présence traduisent clairement le rôle du Canada dans ce WAT et ce, dans toutes les phases, de sa préparation à sa clôture. C’est d’une manière très professionnelle que la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal a contribué à la préparation, la tenue et la clôture de ce WAT avec la collaboration de toutes les autres parties institutionnelles et universitaires.

11L’apport des professeurs Philippe Poullaouec-Gonidec et Stephan Tischer mérite d’être cité dans cette préface de même que la collaboration ô combien utile de Rose Lyndsay Daudier, adjointe de projet à la Chaire UNESCO !

12En conclusion, le WAT de Mahdia, multiculturel par la diversité de ses participants, a contribué au développement durable. Nous espérons retrouver parmi ses retombées une pérennité des liens d’amitié établis et, plus particulièrement, une suite concrète avec la collaboration de nos amis.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter