Version classiqueVersion mobile

Qui a peur de l'État ?

 | 
Gordon Smith
, 
Daniel Wolfish

Les collaborateurs

Texte intégral

1 Julien Bauer est professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il est membre du comité exécutif et ancien président de l’Institut d’administration publique du Grand Montréal. Ses intérêts courants de recherche incluent le système politique canadien, la religion et la politique, les minorités et le Moyen-Orient. Parmi ses dernières publications, notons Le système politique canadien (1998) et Politique et religion (1999), aux Presses Universitaires de France, dans la collection « Que sais-je ? ».

2 Stephen Clarkson enseigne l’économie politique à l’Université de Toronto, son alma mater, depuis 1964. Il détient un baccalauréat ès arts de l’Université de Toronto, une maîtrise ès arts d’Oxford (boursier Rhodes) et un doctorat de la Sorbonne. Ses recherches antérieures ont porté sur la relation entre l’URSS et l’Inde, alors que ses travaux actuels portent sur la relation entre les États-Unis et le Canada. Il a consacré les années 1980 à faire de la recherche sur Pierre E. Trudeau. Il est l’auteur d’une biographie en deux volumes, intitulée Trudeau and Our Times. Il a reçu la bourse Killam et a été boursier Woodrow Wilson. Il étudie l’impact de la mondialisation (OMC) et du continentalisme (NAFTA) sur l’État canadien.

3 Ronald Crelinsten est professeur de criminologie à l’Université d’Ottawa. Il est actuellement professeur invité au département de science politique et d’administration publique et au département de relations internationales à l’Université Technique du Moyen-Orient d’Ankara, en Turquie. Ses écrits récents incluent The Politics of Pain : Torturers and Their Masters (1995) et Western Responses to Terrorism (1993)

4 Robert M. Cutler est chercheur boursier à l’Institut des études européennes et russes de l’Université Carleton. Il a également été professeur et chercheur boursier dans d’autres universités importantes aux États-Unis, en France, en Suisse et en Russie. Ses articles ont été publiés dans Global Governance, International Affairs (Londres), International Organization, International Studies Quarterly et World Politics, entre autres. Il contribue aussi bien aux médias écrits qu’électroniques.

5 Vincent Della Sala est professeur agrégé de science politique et directeur du Centre sur la politique et la société européenne à l’Université Carleton. Son enseignement et ses intérêts de recherche sont axés sur l’économie politique comparative et sur les politiques européennes. Il a publié des ouvrages sur l’impact de l’intégration et de la mondialisation, sur les structures nationales des États, sur l’intégration européenne, sur la citoyenneté et le constitutionnalisme.

6 Philippe Le Prestre est professeur au département de science politique et à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à titre de spécialiste en politiques environnementales internationales et d’analyste de la politique étrangère ; il dirige l’Observatoire d’écopolitique internationale. De 1995 à 1999, il a présidé la section « Études Environementales » de l’Association des Études Internationales. Le Prestre est l’auteur d’Écopolitique internationale (1997) et du livre The World Bank and the Environmental Challenge (1989). Il a également dirigé Protecting the Ozone Layer (1998), ainsi que Role Quests in the Post-Cold War Era (1997).

7 Gordon Smith a passé la plus grande partie de sa carrière au service du gouvernement canadien, où il occupait, en fin de carrière, le poste de sous-ministre aux Affaires extérieures, et où il assumait aussi le rôle de représentant personnel du premier ministre aux Sommets du G7/G8. Depuis, G. Smith est devenu directeur du Centre des Études Globales de l’Université de Victoria. Il est également président du Centre de recherches sur le développement international (CRDI) et du Réseau international sur le bambou et le rotin (INBAR). Il a rédigé récemment un rapport intitulé Les États altérés : mondialisation, souveraineté et gouvernance. Il possède un doctorat en sciences politiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

8 Robert Wolfe, ancien officier des Affaires extérieures canadiennes, est professeur à l’École des études sur les politiques à l’Université Queen’s. Ses publications les plus récentes sont : Farm Wars : The Political Economy of Agriculture and the International Trade Regime (1998), « Why the WTO is Not (Yet) the Antidote for Globaphobia », International Journal (printemps 1999) et le livre Diplomatic Missions : The Ambassador in Canadian Foreign Policy (1998), publié sous sa direction.

9 Daniel Wolfish a des intérêts de recherche qui comprennent la gouvernance globale et la sécurité internationale. Jusqu’à récemment, il était coordonnateur de programme au Centre pour les études globales à l’Université de Victoria. Il est maintenant associé au Secrétariat à la recherche sur les politiques où il travaille sur des sujets consacrés aux frontières canado-américaines. Il est également codirecteur de Horizons, le magazine de recherche sur les politiques, publié par le Secrétariat à la recherche sur les politiques.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search