Version classiqueVersion mobile

Qui a peur de l'État ?

 | 
Gordon Smith
, 
Daniel Wolfish

Préface

Laura A. Chapman

Texte intégral

1Dans une époque de changements incessants, les échanges entre les milieux universitaires et gouvernementaux sont de plus en plus difficiles. Difficiles, mais néanmoins indispensables. La libre circulation des idées, des théories, des données et des perspectives de recherche entre ces deux milieux, est plus que jamais un élément crucial dans le développement de politiques publiques efficaces et novatrices.

2Le Projet sur les tendances, mené par le Projet de recherche sur les politiques, de concert avec le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH), est justement né de ce besoin d’échange. Il vise à proposer un nouveau modèle de collaboration entre le gouvernement et les milieux universitaires, afin d’orienter le processus d’élaboration des politiques.

3Avec le Projet sur les tendances, le Projet de recherche sur les politiques poursuit trois objectifs :

  1. Établir un calendrier de recherche, à moyen terme sur les politiques
  2. Établir des instruments de recherche sur les politiques au sein du gouvernement et dans les milieux universitaires.
  3. Élargir la collaboration entre le gouvernement et les milieux universitaires en encourageant un changement de mentalités.

4Le présent ouvrage représente le travail de l’équipe Environnement, l’une des huit équipes du Projet sur les tendances. Traditionnellement, les relations entre ces deux milieux ont revêtu l'une des deux formes suivantes : soit le gouvernement commandait une recherche destinée à répondre à un manque de connaissances qu’il avait lui-même identifié ; soit les organismes fédéraux d’octroi de fonds subventionnaient des recherches sur des sujets identifiés et proposés par les chercheurs eux-mêmes.

5Dans le cadre du Projet sur les tendances, les universitaires, groupes de réflexion et représentants gouvernementaux ont identifié ensemble les domaines prioritaires de recherche. Cette collaboration veut identifier les projets possibles de recherche et les octrois de bourses pouvant servir à éclairer tant les politiques à long terme que les choix de société.

6On a constitué des équipes exceptionnelles. Sous la direction d’universitaires canadiens reconnus, les huit équipes ont fait appel à plus d’une cinquantaine de chercheurs, sélectionnés par le CRSH. Ces équipes multi-disciplinaires ont réuni des participants de toutes les régions du pays, qui d’ordinaire n’auraient pas eu l’occasion de travailler ensemble.

7Le Projet sur les tendances est également novateur en ce qu’il a permis aux universitaires de faire largement circuler leurs idées et leurs travaux dans les milieux gouvernementaux. Ce projet n’avait pas pour seul objectif la rédaction de documents. Il voulait également favoriser le dialogue et la collaboration entre des personnes enracinées dans différents milieux et professions : universitaires, officiels gouvernementaux, acteurs du privé et du secteur communautaire. À cette fin, des esquisses des travaux préparés par l’équipe Environnement ont fait l’objet d’un atelier de discussion qui s'est tenu au Green College (University of British Columbia), les 23 et 24 avril 1999. De plus, la deuxième Conférence nationale sur la recherche sur les politiques, en novembre 1999, a été l’occasion pour les chercheurs de l’équipe Environnement — et pour ceux des autres équipes également — de présenter leurs travaux à quelque 800 experts et fonctionnaires fédéraux et provinciaux. Nous avons aussi publié des extraits des travaux et des commentaires dans Horizons, le bulletin du Projet de recherche sur les politiques. Ce bulletin, qui rejoint plus de 8100 personnes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du gouvernement, est destiné à tous ceux qui, dans la communauté des chercheurs, s’intéressent particulièrement à la recherche sur les politiques.

8En rapprochant de façon soutenue universitaires et officiels gouvernementaux, le Projet sur les tendances a permis à ces deux groupes de mieux se connaître et de mieux comprendre leurs visions, limites et besoins respectifs. Ce projet s’inscrit dans un plus vaste mouvement visant à établir une capacité pan-canadienne de chercheurs sur les politiques. C’est à partir de cette idée que nous voulons bâtir l’avenir.

9Août 2000

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search