Version classiqueVersion mobile

Elles étaient seize

 | 
Linda Kay

7. Au Pike

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Pike présente tout ce qu’un illusionniste peut trouver de merveilleux pour épater le monde qui demande sans arrêt qu’on l’étonne et le fasse sursauter.
Kit Coleman, Mail and Empire, 25 juin 1904.

Ce samedi soir, au coucher du soleil, les journalistes délaissèrent les grands palais qui les avaient impressionnées dans le jour pour se joindre aux gens qui envahissaient les sites éclairés à l’électricité. « La foule se déversait dans le Pike, au milieu de ses atroces attractions et de ses vulgaires étalages », écrivit Kate Simpson Hayes. « Naturellement, nous avons rejoint ce tourbillon humain et, une heure plus tard, comme tout le monde, nous rigolions des bouffonneries du clown d’un “es-pectacle” comique1. » Le Pike, qui est aussi le nom du brochet en anglais, désignait un parc d’attractions de plus d’un kilomètre et demi de long où plus de 6000 personnes participaient à une cinquantaine de spectacles et où les manèges, les jeux, les diseuses de bonne aventure voisinaient avec les zè...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search