Version classiqueVersion mobile

Elles étaient seize

 | 
Linda Kay

4. Premiers contacts

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au bout de quelques instants de conversation très animée, nous formions déjà la famille la plus unie ayant un seul désir au cœur : être aussi agréable que possible l’une envers l’autre, ce qui fait que l’harmonie la plus parfaite a régné durant tout le voyage.
Amintha Plouffe, Le Journal, 2 juillet 1904.

Jusqu’à tard dans la nuit, comme le train filait à travers l’ouest du Québec en direction de l’Ontario, les 11 femmes firent plus ample connaissance. Toutes les Canadiennes françaises comprenaient l’anglais et la plupart le parlaient assez bien, quoique certaines fussent un peu gênées de leur façon de s’exprimer. Les trois Canadiennes anglaises, nées et élevées dans les Maritimes, ne parlaient pas le français. Malgré tout, la conversation roula librement entre elles et les Québécoises.

Un sujet qu’elles ont sûrement abordé concernait la triste nouvelle du jour. Ce jeudi soir où elles avaient quitté Montréal, les journaux rapportaient qu’au moins 500 personnes avaient péri dans l’incend...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search