Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La capacité de choisir

 | 
George Hoberg

Chapitre 1. Introduction

Les dimensions économiques, culturelles et politiques de l’intégration nord-américaine

George Hoberg

Texte intégral

1Bien avant la Confédération, l’identité nationale canadienne s’est définie en partie par ses relations avec les États-Unis. Celles-ci furent caractérisées par des tensions conflictuelles entre ceux qui voyaient dans des liens commerciaux plus étroits avec les États-Unis des avantages économiques marqués et ceux qui craignaient de voir le Canada s’américaniser, soit sous la forme d’une adhésion à l’Union soit par un envahissement culturel ou éthique. Ces conflits ont pris une importance énorme depuis 15 ans, c’est-à-dire depuis que le Canada a conclu, en 1988, l’Accord de libre-échange (ALE) avec les États-Unis, traité qui, six ans plus tard, s’élargissait pour inclure le Mexique dans l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Les opposants à ces initiatives ont soutenu que ces accords allaient causer des pertes d’emplois, entraîner des baisses de salaires, accroître l’inégalité, miner l’identité nationale du pays et vicier la capacité de forger des politiques distinctes. Les partisans de l’ALE et de l’ALENA ont prétendu, quant à eux, que le libre-échange allait engendrer d’immenses bénéfices et niaient avec véhémence qu’il puisse conduire à l’américanisation du Canada.

2Le présent ouvrage s’est adjoint la collaboration de plusieurs spécialistes de disciplines différentes dans le but d’examiner l’intégration nord-américaine et ses conséquences sur la vie canadienne. Il fait partie du projet « Tendances » que le gouvernement du Canada a conçu pour recruter des universitaires en vue d’évaluer les principales forces susceptibles d’influencer la société canadienne, ainsi que l’action qu’elles pourraient exercer sur les politiques futures.

3Les chapitres de ce livre abordent quatre grandes questions :

  • Comment une plus grande intégration économique du Canada avec son immense voisin du sud a-t-elle affecté les Canadiens dans ce qu’ils ont de plus cher ?
  • Comment les changements de la prochaine décennie pourront-ils influencer ces préoccupations ?
  • Quelles sont les lacunes fondamentales sur le plan de la connaissance ?
  • Quelles conséquences cela aura-t-il sur les politiques, c’est-à-dire comment le Canada devra-t-il maximiser ses chances et minimiser les risques de ses relations avec les États-Unis ?

4Ce premier chapitre donne une vue d’ensemble du présent ouvrage et constitue une brève étude consacrée à l’histoire de l’intégration nord-américaine ; ce faisant, il introduit le concept d’intégration utilisé dans le livre, dont il fait un résumé.

  • 1 Notre examen des ouvrages consacrés à la mondialisation est assez exhaustif. Pour avoir un avant-g (...)

5L’intégration nord-américaine est une partie du phénomène considérable de la mondialisation qui s’est imposée récemment tant dans le discours populaire que dans celui des élites1. Bien que le contexte international soit d’une portée considérable, les chercheurs ont quelques bonnes raisons toutefois de centrer leur attention sur l’intégration continentale. Pour le Canada, en effet, l’américanisation représente 80 % de la mondialisation, chiffre qui correspond au pourcentage des exportations canadiennes vers les États-Unis. Il est vraiment trop simpliste de réduire la nature complexe de l’influence américaine aux relations commerciales, mais cette proportion représente bien l’importance des États-Unis dans les relations extérieures du Canada avec le monde. En fait, lorsque l’on considère le contenu culturel auquel les médias canadiens sont exposés, le chiffre (minimum) de 80 % semble être en deçà de la réalité.

6Le présent volume réunit des universitaires de différents horizons, dont la collaboration permet de dégager une vision complexe et nuancée des conséquences de l’intégration nord-américaine. Un thème ressort clairement de l’analyse, au-delà des divergences : les conséquences de l’intégration continentale n’ont pas été aussi considérables qu’on l’a cru généralement. Malgré une augmentation rapide du commerce entre le Canada et les États-Unis, à la suite de l’Accord de libre-échange, et la prépondérance croissante des médias américains, la frontière entre les deux pays est toujours importante. Certes, des instruments politiques ont été abandonnés en échange d’un accès à de plus grands marchés, des pressions se faisant jour pour une plus grande harmonisation. Néanmoins, le Canada garde encore une bonne marge de manœuvre, même dans les domaines où les politiques ont été les plus touchées par l’intégration économique croissante.

Bref historique de l’intégration continentale

  • 2 J. Granatstein, « Free Trade Between Canada and the United States: The Issue that Will Not Go Away (...)
  • 3 M. Hart, « The Road to Free Trade », in Background Paper for the McGill University Conference on F (...)

7L’intégration nord-américaine n’est certainement pas un phénomène nouveau. En effet, l’idée de remplacer les échanges est-ouest, sur lesquels fut fondé le Canada, par des échanges nord-sud avec les États-Unis n’est pas récente. Selon l’historien Jack Granatstein, la question du libre-échange avec les États-Unis occupe la deuxième place, juste après la question du Québec, dans les préoccupations de la population en tant que défi persistant et harassant de toute l’histoire des politiques canadiennes2. La question est apparue d’abord dans les années 1850, lorsque la Grande-Bretagne abrogea les lois sur les céréales et s’engagea dans le libre-échange, exposant ainsi les exportations de l’Amérique du Nord britannique vers la Grande-Bretagne à la concurrence des États-Unis. En réponse, le Canada négocia le Traité de réciprocité de 1854 par lequel il obtenait des débouchés pour ses ressources, y compris les céréales et le bois d’œuvre, en échange de droits de navigation accordés aux États-Unis sur le Saint-Laurent et de droits de pêche au large des colonies de l’Atlantique. Ce traité ne dura que 12 ans, car une opposition grandissante des marchands américains et les tensions résultant de la guerre de Sécession amenèrent le Congrès à ne pas le reconduire en 1866. L’abrogation de ce traité contribua d’ailleurs à renforcer le projet d’une Confédération3.

8Des tentatives répétées de renégocier un accord de réciprocité échouèrent, ce qui eut pour conséquence de créer des circonstances propices à l’introduction de la politique nationale de Macdonald en 1878. Ouvertement protectionniste, cette politique érigea une barrière tarifaire pour promouvoir le jeune secteur manufacturier et une économie fondée sur l’axe est-ouest. C’était la première tentative très explicite, dans l’histoire du Canada, pour utiliser la politique en vue de résister aux puissantes forces économiques qui canalisaient le commerce dans le sens nord-sud. En 1891, le parti libéral de sir Wilfrid Laurier s’opposa aux conservateurs de Macdonald dans une campagne visant à créer une union commerciale avec les États-Unis. Au cri de « je suis né sujet britannique, je mourrai sujet britannique », Macdonald gagna les premières élections portant sur le libre-échange.

9Cinq ans plus tard, Laurier remporta les élections et négocia avec succès un nouvel accord, qui fut finalement paraphé en 1911. Toutefois, les conservateurs ne baissèrent pas les bras et firent appel à la fidélité du Canada envers la Grande-Bretagne et aux craintes de voir le pays englouti par une destinée manifestement américaine. Les libéraux perdirent les élections, et l’accord mourut.

  • 4 J. Granatstein, « Free Trade Between Canada and the United States », p. 33.

10Ce n’est qu’en 1935 qu’un autre accord commercial fut conclu, soit après que les désastreux tarifs douaniers de Smoot-Hawley de 1930 eurent appris aux Américains les dures conséquences d’une politique protectionniste. L’accord de 1935, en même temps qu’un autre signé trois ans plus tard, réduisit les perceptions tarifaires entre les deux pays à peu près au niveau de ce qu’elles étaient en 1920 avant l’apparition de la vague protectionniste4.

  • 5 J. Granatstein et N. Hillmer, For Better or for Worse: Canada and the United States to the 1990s, (...)
  • 6 J. Granatstein, « Free Trade Between Canada and the United States », p. 42.

11La Seconde Guerre mondiale allait apporter un changement radical aux relations continentales, au fur et à mesure que le magnétisme de la puissance du sud submergeait les affinités historiques avec la mère patrie5. Les armées et les économies des deux pays étaient de plus en plus liées. Après la guerre, le Canada et les États-Unis se tournèrent vers le multilatéralisme avec l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) [General Agreement on Tariffs and Trade], ratifié en 1947. À peu près au même moment, les fonctionnaires canadiens et américains négociaient l’équivalent d’une union douanière ; mais le premier ministre MacKenzie King fit échouer l’idée6. Le principal événement suivant se produisit en 1965 avec le Pacte de l’automobile, qui éliminait les droits de douane sur les automobiles canadiennes et sur les pièces exportées aux États-Unis, ce qui déclencha une croissance spectaculaire de ce secteur commercial.

  • 7 J. Ayres, Defying Conventional Wisdom: Political Movements and Popular Contention Against North Am (...)

12Les événements des années 1980 remirent à Tordre du jour la question d’une extension du libre-échange. La politique énergétique nationale de Trudeau et le protectionnisme grandissant aux États-Unis dans le sillage de la récession de 1982 avaient accentué les tensions commerciales entre les deux pays. Soutenue par le président Reagan, l’idée du libre-échange reçut une plus grande légitimité au Canada lorsque la prestigieuse commission Macdonald exhorta le pays à poursuivre le libre-échange comme un « saut dans la foi ». Après quelques années de négociations controversées et animées, les deux pays en arrivèrent à une entente en 1987. Malgré l’appui du gouvernement Mulroney, la mise en application de l’accord fut contrecarrée, pendant un certain temps, par le Sénat à majorité libérale. Cette résistance prépara les élections cruciales de 1988 qui, dans un renversement historique, opposèrent les conservateurs libre-échangistes aux libéraux détracteurs du libre-échange, menés par John Turner. Malgré la mobilisation d’une fraction populaire nationaliste contre l’accord7, les conservateurs remportèrent les élections, et l’Accord de libre-échange Canada États-Unis entra en vigueur le 1er janvier 1989.

13Cinq ans plus tard, avec une certaine réticence, le Canada conclut un Accord de libre-échange nord-américain, plus élaboré et plus étendu, qui incluait le Mexique. Pendant ce temps, le Canada et les États-Unis jouaient un rôle actif dans la finalisation des dernières séances de négociations du GATT qui donnèrent naissance, en 1995, à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La clause d’adhésion à l’ALENA semblait annoncer un élargissement vers un accord à l’échelle de l’hémisphère. Nonobstant l’appui des présidents américains successifs, les négociations en vue d’une zone de libre-échange furent stoppées par le refus du Congrès d’accorder au président américain le pouvoir d’accélérer les négociations prévues dans la législation commerciale.

14La figure 1.1 montre l’évolution du commerce extérieur du Canada avec les États-Unis et avec le Reste du monde. Les exportations et les importations y sont représentées sous forme de pourcentages du PIB de 1926 à 1998. Comme le montre la figure, le Canada a effectivement connu par le passé une période où il fut fortement dépendant de ses exportations : pour la période 1926-1945, les exportations en pourcentage du PIB allaient de 18 % à 37 %. Après la Seconde Guerre mondiale, la dépendance commerciale chuta soudainement et se maintint sous les 20 % jusqu’en 1967. Vers 1960, la dépendance commerciale commença d’augmenter peu à peu, pour atteindre environ 28 % au début des années 1980. Après la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange Canada-USA, la dépendance commerciale monta en flèche jusqu’à environ 40 % en 1998, faisant du Canada l’une des nations dans le monde qui comptent le plus sur le commerce extérieur.

  • 8 Données de Statistiques historiques du Canada, séries G396-400 et G396-395.

15Les États-Unis ont été un des principaux facteurs de développement du commerce canadien, tout au moins depuis le début du XXe siècle. Jusqu’en 1900, le commerce avec le Royaume-Uni atteignait le niveau du commerce avec les USA. L’importance relative des États-Unis augmenta pendant la Seconde Guerre mondiale : pendant cette période, les importations américaines furent de beaucoup supérieures aux importations du Royaume-Uni, les exportations canadiennes vers les deux pays étant, quant à elles, assez comparables8. Les effets de la Seconde Guerre sur les différentes économies provoquèrent une rupture brutale dans les relations économiques avec les autres pays, au fur et à mesure que le commerce du Canada prenait une orientation nord-sud plus accentuée. En 1951, 70 % des produits que le Canada importait provenaient des États-Unis, tandis que 60 % des produits qu’il exportait étaient destinés à ce pays. La part américaine des exportations continua de croître jusqu’à rejoindre la part des importations, soit à peu près 70 % au début des années 1970.

16À la suite de l’Accord de libre-échange, il y eut une rapide augmentation (15 %) de la dépendance commerciale du Canada, en raison de ses relations accrues avec les États-Unis. En 1998, les exportations totales constituaient une proportion inquiétante de 40 % du PIB, les États-Unis représentant 84 % de ce total, soit 33 % du PIB. Actuellement, les niveaux de dépendance commerciale avec les États-Unis battent tous les records.

Conceptualiser l’intégration nord-américaine

17Ce livre examine les conséquences de l’intégration nord-américaine dans trois sphères de la vie canadienne : l’économie, la culture et la politique. Dans l’ensemble, on peut conceptualiser l’intégration comme un processus se déplaçant le long d’un continuum qui va de « fondamentalement distinct et sans lien », à une extrémité, vers « une intégration complète », à l’autre extrémité. Pour chaque sphère, les deux pôles du continuum peuvent recevoir une appellation, comme le présente le tableau 1.1, et, à n’importe quel moment, il est possible de localiser la position approximative du Canada par rapport à son environnement extérieur.

TABLEAU 1.1. Le continuum de l’intégration

Sphère

Sans lien

Complètement intégré

Économie

Pas d’échanges internationaux

Monnaie commune ; union douanière ; transactions économiques en fonction de de la taille et de la distance (sans effet de frontière)

Culture

Valeurs nationales caractéristiques

Valeurs identiques résultant de l’assimilation ou d’une autre forme d’influence extérieure

Politique

États-nations autonomes ; politiques caractéristiques reflétant les conditions intérieures

Toute décision pertinente entraînant un transfert de pouvoir à un pouvoir supranational, ou, s’il y a une division continue des pouvoirs, les États-nations obtiennent pleine représentation dans les entités supra-supranationales ; politiques uniformes imposées de l’extérieur

18Le phénomène de l’intégration se mesure et se comprend peut-être mieux dans la sphère de l’économie. À une extrémité, il y aurait l’invraisemblable monde de l’autarcie économique, là où il n’y aurait aucun échange transfrontalier. À l’autre extrémité du continuum, là où l’intégration est complète, il n’y aurait plus aucune barrière du tout faisant obstacle à l’échange des produits, des services ou du capital. Manifestement, les économies du Canada et des États-Unis sont extrêmement intégrées, mais elles ont du chemin à faire pour atteindre cette dernière extrémité.

FIGURE 1.1. Exportations et importations totales, et exportations et importations avec les USA, en pourcentage du PIB, 1926-1998

FIGURE 1.1. Exportations et importations totales, et exportations et importations avec les USA, en pourcentage du PIB, 1926-1998

Source : R. Kneebone, d’après CANSIM.

19Ce livre comprend quatre chapitres sur la sphère économique : le commerce, la macroéconomie, les marchés du travail et la migration des ouvriers qualifiés.

20Le chapitre écrit par Helliwell, Lee et Messinger analyse l’importance relative des mouvements commerciaux entre les provinces et, au-delà de la frontière, avec les États-Unis, de même que la façon dont ils ont changé avec le temps — ce qu’on appelle « l’effet frontière ». Ronald Kneebone fournit une vue d’ensemble de la performance et de la politique macroéconomique dans le contexte de l’Amérique du Nord. Après avoir comparé la performance du Canada et des États-Unis par le moyen d’un certain nombre d’indicateurs, Kneebone examine trois options politiques essentielles depuis 12 ans : la décision de la Banque du Canada d’adopter l’objectif de l’inflation zéro, la décision de poursuivre les accords de libre-échange et les choix du gouvernement fédéral et de la plupart des gouvernements provinciaux d’être, en matière de politique fiscale, les maîtres absolus de leur déficit et de leur dette. Le chapitre de Gomez et Gunderson étudie les effets de l’intégration économique sur les marchés de l’emploi ainsi que les institutions, les pratiques et les politiques du marché du travail. Le dernier chapitre dans la section économique porte sur un des problèmes les plus importants et les plus controversés de la politique canadienne, à savoir le prétendu « exode des cerveaux ». Le chapitre rédigé par John Helliwell présente une analyse méticuleuse des résultats concernant l’ampleur de ce phénomène et soutient que l’étendue du problème est considérablement surestimée.

21La sphère culturelle a toujours été un aspect très contesté de l’intégration nord-américaine ; il est, dès lors, plus difficile de définir ce qui conviendrait aux deux extrémités du continuum. À une extrémité, il y aurait les cultures nationales caractéristiques résultant de l’expérience historique ; à l’autre, on s’attendrait à voir apparaître des valeurs identiques des deux côtés de la frontière résultant de l’assimilation ou d’une quelconque autre forme d’influence culturelle. Dans ce chapitre sur la culture, Gilbert Gagné fixe son attention sur les politiques canadiennes conçues pour protéger les industries culturelles et sur les contraintes imposées à ces politiques par des traités commerciaux plus élaborés et plus étendus, depuis l’Accord de libre-échange jusqu’à l’OMC.

22Dans la sphère politique, il nous faut distinguer les structures de gouvernance et le contenu des politiques publiques qui en procèdent. À une extrémité du spectre, nous nous attendrions à voir des États-nations autonomes adoptant des politiques caractéristiques qui reflètent leurs propres situations intérieures. À l’autre extrémité, une intégration complète impliquant le transfert de tout pouvoir de prendre des décisions officielles à une entité supranationale, avec peut-être un mince espace pour une union fédérale, dans laquelle des pouvoirs spécifiques seraient réservés aux niveaux inférieurs de gouvernement. Au demeurant, une intégration politique complète implique des politiques uniformes imposées par une instance extérieure à une entité nationale. En Amérique du Nord, il y a eu très peu d’intégration politique officielle, mais les inquiétudes à propos de l’étendue des politiques d’intégration ont augmenté.

23Trois chapitres de cet ouvrage abordent la façon dont l’intégration touche la sphère politique au Canada. Le chapitre de Laura Macdonald étudie les répercussions de l’intégration économique sur les relations entre le gouvernement et les différents aspects de la société civile. Rocher et Rouillard analysent les incidences de l’intégration économique nord-américaine sur l’aspect central de la vie politique canadienne : les relations entre le pouvoir fédéral et celui des provinces. Ils entrent en désaccord avec l’opinion dominante qui veut que l’intégration produise un évidement de l’État central au Canada. Finalement, Hoberg, Banting et Simeon abordent l’un des problèmes les plus inquiétants concernant l’intégration économique, qui est de savoir si des liens économiques plus étroits avec les États-Unis réduiront la capacité du Canada à adopter des politiques reflétant les préférences nationales caractéristiques. Cette question de l’autonomie est aussi abordée dans plusieurs autres chapitres ; les conclusions sont intégrées dans le dernier chapitre.

Perspectives sur les conséquences de l’intégration

  • 9 K. R. Nossal, « Economic Nationalism and Continental Integration: Assumptions, Arguments, and Advo (...)

24Alors que la division en trois sphères du phénomène de l’intégration constitue un moyen utile pour cerner le problème des conséquences de celle-ci, c’est la relation entre les sphères qui, en fait, est la perspective la plus intéressante et la plus importante. En particulier, il y a beaucoup d’inquiétude au sujet de la relation entre une plus grande intégration économique et la survie d’une identité canadienne spécifique ou des capacités réelles à faire des choix en matière de politique intérieure. Les conflits politiques intenses autour du libre-échange au Canada ont été grandement alimentés par différentes convictions au sujet des relations entre la sphère économique et les deux autres sphères9. Les nationalistes ont été préoccupés par le fait qu’une plus grande intégration économique conduira inévitablement à la destruction du Canada en tant qu’entité culturelle et politique ; les champions du libre-échange, de leur côté, ont rejeté cette opinion, soutenant au contraire qu’il y a en réalité peu de rapports entre la sphère économique et les sphères politique et culturelle.

25Les opinions divergentes sur les conséquences de l’intégration peuvent se répartir en quatre camps, ainsi qu’on peut en trouver l’illustration dans le tableau 1.2.

TABLEAU 1.2. Perspectives sur les conséquences de l’intégration économique

TABLEAU 1.2. Perspectives sur les conséquences de l’intégration économique
  • 10 Voir G. Garrett, Partisan Politics in the Global Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)

26La perspective change selon la ligne de partage entre, d’une part, ceux qui défendent la question empirique de savoir dans quelle mesure l’intégration économique internationale entrave les choix nationaux et, d’autre part, ceux qui posent la question normative du rôle souhaitable de l’État dans l’économie. Les auteurs représentant les partisans de ces opinions sont placés dans chaque cellule du tableau. La position nationaliste canadienne, représentée par Maude Barlow et ses collègues, veut que l’intégration économique internationale impose des contraintes aux choix nationaux, et que ces contraintes empêchent les gouvernements d’accomplir plusieurs choses que les nationalistes aimeraient les voir faire, depuis la protection de la culture canadienne jusqu’à la garantie des programmes sociaux universels. Ceux qui aimeraient voir le gouvernement adopter un rôle de premier plan ne croient pas tous que l’intégration économique internationale a été aussi importante. Représentée par la journaliste Linda McQuaig et le politologue Geoffrey Garrett, une opinion arrêtée se fait jour qui soutient que les nations ont encore une certaine marge de manœuvre et qu’elles devraient utiliser cette liberté relative pour jouer un rôle de gouvernance plus actif10.

  • 11 W. Watson, Globalization and the Meaning of Canadian Life, Toronto, University of Toronto Press, 1 (...)

27La position conservatrice est, elle aussi, divisée. Elle comporte deux camps. L’un est représenté par certains conservateurs, telle la journaliste syndiquée et auteur Diane Francis, qui sont des champions du libre-échange, précisément parce qu’ils croient que celui-ci empêche le gouvernement de prendre des décisions auxquelles ils s’opposent. Mais il y a aussi ceux qui préfèrent un gouvernement de petite taille et qui ne partagent pas tous cette position. Par exemple, William Watson soutient avec force l’opinion selon laquelle le lien entre la libéralisation du commerce et les politiques nationales est mince, soutenant qu’à ce niveau le gouvernement devrait jouer un rôle de premier plan11.

28L’intention de ce livre n’est pas d’aborder la question normative du rôle souhaitable que devrait jouer le gouvernement. Il est plutôt conçu pour aborder la question empirique concernant les liens entre l’intégration économique internationale et les choix en matière de politique intérieure. L’analyse confirme la conclusion que les conséquences de l’intégration de l’Amérique du Nord sont exagérées et que le Canada a toujours la capacité de choisir.

Notes

1 Notre examen des ouvrages consacrés à la mondialisation est assez exhaustif. Pour avoir un avant-goût du débat, voir T. Friedman, The Lexus and the Olive Tree: Understanding Globalization, New York, Farrar, Straus and Giroux, 1999; K. Ohmae, The End of the Nation States: The Rise of Regional Economies, New York, Free Press, 1995; W. Watson, Globalization and the Meaning of Canadian Life, Toronto, University of Toronto Press, 1998; R. Gywn, Nationalism without Walls: The Unbearable Lightness of Being Canadian, Toronto, McClelland & Stewart, 1995; G. Burtless et al, Globaphobia: Confronting Fears about Open Trade, Washington (DC), Brookings Institution, 1998.

2 J. Granatstein, « Free Trade Between Canada and the United States: The Issue that Will Not Go Away », in D. Stairs et G. Winham (dir), The Politics of Canada’s Economic Relationship with the United States, Toronto, University of Toronto Press, 1985, p. 11.

3 M. Hart, « The Road to Free Trade », in Background Paper for the McGill University Conference on Free Trade at 10, Montreal, June 4 and 5 1999. Sur Internet: <http//www.freetradeatl10.com/hart.html>

4 J. Granatstein, « Free Trade Between Canada and the United States », p. 33.

5 J. Granatstein et N. Hillmer, For Better or for Worse: Canada and the United States to the 1990s, Toronto, Copp Clark Pittman, 1991, ch. 5.

6 J. Granatstein, « Free Trade Between Canada and the United States », p. 42.

7 J. Ayres, Defying Conventional Wisdom: Political Movements and Popular Contention Against North American Free Trade, Toronto, University of Toronto Press, 1998.

8 Données de Statistiques historiques du Canada, séries G396-400 et G396-395.

9 K. R. Nossal, « Economic Nationalism and Continental Integration: Assumptions, Arguments, and Advocacies », in D. Stairs et G. Winham (dir.), The Politics of Canada’s Economic Relationship with the United States, Toronto, University of Toronto Press, 1985.

10 Voir G. Garrett, Partisan Politics in the Global Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1997; L. McQuaig, The Cult of Impotence: Selling the Myth of Powerlessness in the Global Economy, Toronto, Viking, 1998.

11 W. Watson, Globalization and the Meaning of Canadian Life, Toronto, University of Toronto Press, 1998.

Table des illustrations

Titre FIGURE 1.1. Exportations et importations totales, et exportations et importations avec les USA, en pourcentage du PIB, 1926-1998
Légende Source : R. Kneebone, d’après CANSIM.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/21289/img-1.jpg
Fichier image/, 67k
Titre TABLEAU 1.2. Perspectives sur les conséquences de l’intégration économique
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/21289/img-2.jpg
Fichier image/, 18k

Auteur

Département de science politique
Université de la Colombie-Britannique

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540