Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La capacité de choisir

 | 
George Hoberg

Préface

Laura A. Chapman

Texte intégral

1Les échanges d’idées, de perspectives, de cadres de travail et de données entre les universitaires et le gouvernement sont nécessaires au développement de politiques publiques novatrices et efficaces, et en même temps difficiles à accomplir durant les périodes de transition. Le projet Tendances, qui est le résultat d’une collaboration du Secrétariat de la recherche sur les politiques et du Conseil de recherches en sciences humaines, fut élaboré en vue de fournir un nouveau modèle de collaboration et de recherche politiques aux universitaires et au gouvernement, modèle qui informerait le processus du développement des politiques.

2Trois buts sont visés par le Secrétariat de la recherche et le projet Tendances :

  1. Appuyer la création, le partage et l’utilisation de la connaissance liée à la recherche sur les politiques.
  2. Renforcer les départements par le recrutement et la formation de personnes compétentes.
  3. Édifier une communauté de recherches sur les politiques grâce à des réseaux, à des canaux de communication et à des lieux de rencontre concrets.

3Dans le passé, ou bien le gouvernement commandait une recherche afin de découvrir certaines lacunes au niveau de ses connaissances, ou bien le Conseil fédéral des subventions finançait un programme de recherches mené par des universitaires. C’était l'un ou l’autre. Dans le projet Tendances, les universitaires et les représentants gouvernementaux ont travaillé en partenariat afin de mettre en évidence un certain nombre de lacunes qui mériteraient des recherches ultérieures. Cette collaboration a cherché à déterminer les occasions de recherche et d’approfondissement pour orienter les politiques à long terme et les choix de société.

4La constitution des équipes fut unique en son genre. Dirigées par certains des plus prestigieux universitaires canadiens, les huit équipes duprojet ont réuni plus de 50 chercheurs provenant de toutes les universités du pays, choisis grâce à une initiative du Conseil de recherches en sciences humaines. Ces équipes multidisciplinaires représentant l’ensemble du Canada ont réuni des personnes qui normalement n’auraient pas eu l’occasion de travailler ensemble. Le résultat de cette approche multidisciplinaire et pancanadienne est que nous avons maintenant une compréhension plus approfondie et plus large des questions politiques auxquelles le Canada devra faire face dans les années à venir. Les articles du projet Tendances furent présentés à plusieurs reprises dans des ateliers et des conférences tenus partout au Canada, textes sur lesquels chercheurs et représentants gouvernementaux émirent des commentaires. Par la suite, chaque article publié au sein du projet Tendances fut révisé de manière anonyme par des pairs.

5Le projet Tendances a également été novateur en ce qu’il a fourni le moyen aux universitaires de faire circuler leurs idées et leurs recherches au sein du gouvernement. Le projet n’avait pas seulement pour but de produire des articles mais aussi d’entamer un dialogue et une collaboration entre les individus impliqués dans ces questions, lesquels provenaient d’horizons très variés : universités, gouvernement, secteur privé, associations à but non lucratif. La seconde conférence annuelle du Research National Policy, tenue en novembre 1999, offrit l’occasion aux chercheurs de faire connaître leurs travaux à plus de 800 représentants des gouvernements fédéraux et provinciaux spécialisés dans l’élaboration des politiques. PEUT ailleurs, des commentaires et des extraits de textes ont été présentés régulièrement dans Horizons, la revue du Secrétariat de la recherche sur les politiques. Horizons vise un large public intéressé aux politiques dans la communauté de recherche canadienne, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du gouvernement, rejoignant plus de 8000 personnes.

6En mettant en présence le gouvernement et les communautés universitaires, le projet Tendances a placé chacun de ces groupes face à ses besoins, ses perspectives et ses contraintes. Le projet Tendances correspond à un grand effort pour édifier des compétences de recherches sur les politiques à l'échelle du Canada. C’est un modèle sur lequel nous voulons continuer à bâtir l’avenir.

7Février 2002.

Auteur

Directrice, Secrétariat de la recherche sur les politiques

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540