Version classiqueVersion mobile

Vieillissement et évolution démographique au Canada

 | 
David Cheal

Annexe. La déclaration d’Iowa City

Texte intégral

1La société postindustrielle de l’Amérique du Nord souffre actuellement d’une pénurie de temps. Cependant, alors que nombreux sont ceux qui, dans la population active, ne disposent pas assez de temps pour mener une vie familiale, personnelle et communautaire satisfaisante, d’autres sont mis au chômage par des mises à pied successives dans les entreprises. La mauvaise répartition du travail et du temps libre, et l’inégalité des revenus, a créé un problème social grandissant. Nous pensons que ce problème pourrait être traité efficacement grâce à une réduction générale des heures de travail.

2Aux États-Unis, en 1940, la semaine de quarante heures est devenue la norme légale pour les travailleurs qui sont payés à l’heure. La productivité a augmenté plusieurs fois depuis cette date. À moins qu’elle ne s’accompagne d’une diminution du nombre d’heures de travail, la productivité accrue a tendance à réduire le nombre d’emplois dans les entreprises de production. Il s’ensuit un chômage plus élevé ou une progression de l’emploi dans les secteurs à bas salaires.

3Une politique sociale responsable réclamerait que ces tendances soient corrigées ; une politique d’emploi exigerait que les emplois laissent assez de temps aux employés pour leur permettre de cultiver des vies enrichissantes en dehors de leur milieu de travail ; une direction responsable des orientations économiques nationales demanderait qu’on soit également sensible à l’augmentation de l’écart des revenus dans la société. Enfin, une pratique responsable en matière de commerce international demanderait que les nations s’abstiennent d’exporter leur chômage à leurs partenaires commerciaux en maintenant des horaires de travail qui dépassent les niveaux que nécessite leur stade de développement industriel.

4Nous, Nord-Américains, réunis à Iowa City, exhortons les gouvernements du Canada et des États-Unis à mettre en place avant l’an 2000 les dispositions légales en vue de s’assurer qu’une semaine de trente-deux heures de travail devienne, au cours de la première décennie du prochain millénaire, la norme pour les travailleurs à plein temps.

5Outre cet appel qui met l’accent sur la réduction de la semaine de travail, il faut bien reconnaître que des vacances plus longues, des congés sabbatiques, des emplois partagés et d’autres formes de réduction des heures ou d’horaires de substitution sont des buts souhaitables. Dans ce processus, il importe de protéger et de majorer le salaire de base et la structure des avantages sociaux pour les salariés dans les économies développées, y compris les travailleurs à temps partiel, et les travailleurs occasionnels, temporaires ou contractuels. Nous invitons les représentants du mouvement ouvrier, du milieu des affaires, des hauts fonctionnaires, de ceux qui ont des convictions religieuses, des groupes qui ont une conscience sociale ou environnementale et de tous ceux qui ont à cœur l’avenir de l’humanité à soutenir ces objectifs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search