Version classiqueVersion mobile

Vieillissement et évolution démographique au Canada

 | 
David Cheal

Chapitre 1. La mise en contexte des préoccupations démographiques

David Cheal

Texte intégral

Introduction : le vieillissement de la population

  • 1 Voir National Advisory Council on Aging, 1999 and Beyond : Challenges of an Aging Canadian Society(...)

1Le vieillissement démographique est un processus de changement qui affecte la population d’un pays et entraîne un accroissement des groupes d’âge plus avancé au sein de celui-ci. On prévoit que ce processus aura une incidence immense sur la population du Canada au cours des quarante prochaines années. En 1968, près de 3,7 millions de Canadiens avaient 65 ans ou plus et ils constituaient 12,3 % de la population. Selon le Conseil consultatif national sur le vieillissement, leur nombre passera à 6 millions en 2016, lorsque les enfants du baby-boom atteindront 65 ans, pour constituer 16 % de la population à ce moment1. La proportion de personnes âgées continuera d’augmenter pour atteindre 19 % en 2020 et 22,6 % en 2041, lorsqu’il y aura 10 millions de personnes âgées au Canada.

  • 2 Voir N. Thibault and H. Gauthier, « Perspectives de la population du Québec au XXIe siècle : chang (...)
  • 3 Voir H. David, « Rapports sociaux et vieillissement de la population active », Sociologie et socié (...)

2Il est important de retenir le fait que la proportion croissante de personnes qui ont 65 ans ou plus et qui vont probablement prendre leur retraite n’est pas la seule caractéristique du vieillissement de la population. Dans une société qui vieillit, déjà l’âge moyen des personnes qui sont encore considérées comme étant en « âge de travailler » est en hausse. Au Québec, par exemple, on prévoit qu’en 2008 ceux qui ont de 45 à 59 ans constitueront 54,7 % de tous ceux qui sont en âge de travailler2. Le vieillissement de la population active est une question qui mérite qu’on s’y attarde, en partie parce que les travailleurs âgés qui deviennent des chômeurs ont tendance à demeurer sans emploi plus longtemps que les jeunes travailleurs3.

  • 4 OCDE, Maintaining Prosperity in an Ageing Society, Paris, 1998.

3Les projections démographiques au Canada et dans d’autres pays inspirent de vives inquiétudes concernant l’avenir des « sociétés vieillissantes »4. Ces préoccupations font souvent l’objet d’intenses débats, les arguments et contre-arguments fleurissant à qui mieux mieux dans les disciplines universitaires qui touchent à la démographie. Il n’est donc pas étonnant que le vieillissement et l’évolution de la démographie aient été sélectionnés comme un des thèmes du projet Tendances financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et par le Projet de recherche sur les politiques.

  • 5 Voir B. Desjardins, Population Ageing and the Elderly, Ottawa, Statistique Canada, 1993 ; M.-A. De (...)

4Chaque thème du projet Tendances met l’accent sur un défi auquel le Canada doit faire face au cours de la décennie actuelle, et peut-être au_delà. Pendant les trois prochaines décennies, les personnes âgées constitueront une proportion croissante de la population canadienne5. Ces groupes avaient traditionnellement de bas niveaux de participation à la main-d’œuvre et de hauts niveaux de dépendance à l’égard des programmes publics de transferts des revenus. La santé toujours plus déclinante des gens âgés exerce des pressions de plus en plus fortes sur les régimes médicaux et les réseaux de soutien social. Des questions comme celles-là font partie d’un réseau complexe de préoccupations démographiques qui seront explorées dans ce livre.

Les préoccupations démographiques

  • 6 Voir M. Termote et J. Ledent, L’avenir démolinguistique du Québec et de ses régions, Québec, Conse (...)
  • 7 Voir D. Cheal, « Aging and Demographic Change », Canadian Public Policy, 26, supplément 2 (2000), (...)

5Les préoccupations à propos des conséquences négatives du vieillissement de la population se ramènent aux six points suivants : 1) l’inquiétude devant l’escalade des coûts pour fournir des pensions publiques à une population croissante de gens âgés, situation qui imposera un lourd fardeau financier à la population active ; 2) le volume croissant de personnes âgées exigeant des soins de santé soutenus créera une demande énorme et trop lourde de services médicaux coûteux ; 3) si les tendances actuelles se confirment, les personnes âgées pourraient dans l’avenir ne pas toutes disposer de l’assistance personnelle dont elles ont besoin pour leurs activités quotidiennes ; 4} l’inquiétude causée par la participation réduite de la population active ainsi que par une main-d’œuvre et des effectifs plus âgés pourrait entraver les efforts actuels pour accroître la production économique de la population du Canada ; 5) la perspective que de plus grandes responsabilités économiques et sociales envers les enfants et les personnes âgées incombent à une tranche plus mince de la population ; 6) l’idée que les inégalités actuelles entre les générations pourraient s’aggraver, si plus de ressources sont affectées aux personnes âgées, inégalités qui pourraient contribuer à l’éclatement de la cohésion sociale. Au Québec, s’ajoute à ces questions la préoccupation nationale au sujet de l’avenir linguistique de cette province. Certains craignent que les tendances démographiques actuelles ne conduisent au déclin du français en tant que langue de travail essentielle6. Toutes ces inquiétudes autour des conséquences possibles du vieillissement démographique s’inscrivent dans une perspective pleine de défis face aux problèmes que les responsables politiques et les chercheurs doivent aborder7.

6Cependant, avant que la panique ne nous précipite nous-mêmes dans une position alarmiste, il peut être opportun de marquer une pause et de considérer des points de vue différents. Individuellement, les collaborateurs de ce livre présentent plusieurs perspectives différentes. Collectivement, ils se demandent si une société vieillissante est nécessairement un problème, surtout quand on compare la situation présente avec les problèmes d’un passé récent. Ils attirent l’attention sur le fait que des préoccupations exagérées concernant le vieillissement de la population ou, en d’autres mots, des craintes concernant la démographie peuvent nuire à la prise de décisions rationnelles. Ces affirmations sont justifiées, car elles font état d’une variété de facteurs qui dépassent la proportion de la population constituée de groupes d’âge plus avancé ; ces facteurs ont une influence considérable, estiment les auteurs.

7Par exemple, dans le chapitre 2, Susan A. McDaniel constate que la proportion globale de la population qui mesure la dépendance économique (c’est-à-dire le ratio de dépendance) est, aujourd’hui, à un niveau très bas et devrait continuer de diminuer pendant les deux prochaines décennies. Ceci parce que la proportion croissante de la population qui dépasse 65 ans est plus que compensée actuellement par la décroissance de la proportion de la population de moins de 18 ans.

8Il est clair que, pour comprendre ce qui arrive à une société qui vieillit, il ne suffit pas d’étudier les personnes âgées ou même de les comparer seulement à l’ensemble de la société, il est nécessaire également d’analyser comment différents groupes et différents facteurs ont des liens entre eux dans un système complexe d’actions. L’objet de ce livre est, par conséquent, de montrer comment les implications des projections démographiques doivent être examinées dans un contexte plus large, qui comprend des éléments économiques, politiques, sociaux, familiaux, culturels et temporels.

9Susan A. McDaniel, dans son chapitre, adopte un point de vue assez ouvert pour étudier certaines de ces questions. Elle met de l’avant un thème que nous reprendrons plus loin, à savoir la nécessité d’aborder, dans une perspective multidimensionnelle, l’étude du vieillissement et la place des groupes âgés dans la société. Pour ce faire, elle abandonne la terminologie habituelle des relations entre générations et opte pour une nouvelle expression : les liens d’interdépendance [interlinkages] intergénérationnels.

10Des termes comme relations intergénérationnelles, liens intergénérationnels ou transferts intergénérationnels désignent des rapports précis entre les membres de différentes générations et leurs interactions. Cette conceptualisation tend à négliger les multiples rapports, directs et indirects, qui peuvent s’entrelacer de façons complexes entre les générations. Prenons un exemple, qui se rapporte à la question controversée de l’équité intergénérationnelle. Susan A. McDaniel note que les générations plus âgées ont partagé le coût des politiques récentes relatives à la réduction de la dette par des augmentations de taxes et une diminution des services médicaux. Toutefois, comme certaines d’entre elles ont une espérance de vie restreinte, il est peu probable qu’elles récoltent les bénéfices futurs de ce « dividende fiscal ». Les jeunes générations, par ailleurs, auront sans doute une vie plus longue qui leur permettra de jouir des fruits de la réduction du déficit et de la dette.

11La remarque générale qui s’impose ici est que, pour aborder les questions du vieillissement de la population, il ne suffit pas de prendre en considération le facteur âge, il faut aussi tenir compte de la position individuelle des personnes au cours de leur existence. Nous verrons plus loin que la nature du cours de la vie est un facteur important qui doit être envisagé dans plus d’un contexte.

12Dans le chapitre 3, Douglas Thorpe introduit deux facteurs supplémentaires, à savoir la langue et la culture. Il déplace en fait le contexte des structures démographiques vers des significations culturelles. La signification particulière à laquelle il s’intéresse le plus est celle de la vieillesse en tant que période de déclin. Il formalise de plusieurs façons le problème de cette signification, que l’on tient trop souvent pour acquise et fait remarquer que, si on a enfin pris conscience de la maladie d’Alzheimer, c’est en réalité parce qu’on l’a observée à un moment donné chez des quinquagénaires. En d’autres circonstances, elle n’était perçue que comme une issue normale chez les gens âgés.

  • 8 Voir M. Demers, « Age Differences in the Rates and Costs of Medical Procedures and Hospitalization (...)

13L’analyse que Thorpe fait de cet exemple retourne l’argument concernant les traitements médicaux coûteux pour la population vieillissante. Il fait observer que les traitements médicaux ne sont assurés que lorsqu’un ensemble de symptômes sont considérés comme faisant partie d’une maladie que l’on peut soigner. Étant donné que des états de toutes sortes sont considérés comme « normaux » chez les gens âgés plutôt que comme symptomatiques d’un état médical à préciser, il soutient qu’il y a une discrimination fondée sur l’âge dans la pratique diagnostique. Sans doute, cela correspond-il au genre d’argument qu’une analyse récente des méthodes médicales au Québec a découvert, à savoir que les coûts de la santé pendant la dernière année de la vie n’augmentent pas avec l’âge8. Les coûts médicaux étudiés concernaient les chirurgies, les diagnostics et les méthodes thérapeutiques, qui représentaient 26 % du coût des services d’un médecin pendant la dernière année de la vie. Selon cette étude, les gens d’âge moyen sont, à toutes fins pratiques, plus susceptibles de recevoir des traitements médicaux énergiques que les personnes âgées, et beaucoup plus que les vieillards pendant la dernière année de leur vie.

  • 9 Voir E. Pavalko, « Beyond Trajectories : Multiple Concepts for Analyzing Long-Term Process », in M (...)

14Douglas Thorpe a de sérieuses raisons d’attirer notre attention sur la construction sociale des concepts de la maladie. Il veut nous faire comprendre que les images normatives à propos du vieillissement peuvent agir sur les idées que le public se fait des besoins et des capacités et que, par conséquent, elles déterminent la forme des institutions sociales. Par exemple, il montre qu’à la fin du XIXe siècle au Canada, les inquiétudes au sujet du fardeau supplémentaire des personnes à charge, qu’avait suscitées le vieillissement de la population, ont inspiré des réductions alarmistes dans les programmes publics de soutien du revenu minimum aux personnes âgées. Des soucis semblables sont réapparus au cours des années 1930. À ce moment-là, des préoccupations à propos du déclin du taux de fécondité ont précipité les débats autour de la baisse de la population et de ses implications pour la richesse et le pouvoir des nations. Vu dans une perspective historique, l’effet global du vieillissement sur la population se manifeste dans certains phénomènes de changements démographiques et dans les réactions sociales qu’ils suscitent. Si on se place dans une optique contemporaine, cela renvoie à une argumentation en faveur d’une diversité de réponses politiques pour venir en aide à une population vieillissante, compte tenu de la complexité du processus du vieillissement lui-même9.

Vieillissement et évolution démographique

15Le vieillissement correspond à une augmentation de l’âge moyen d’une population mesuré sur une échelle de calendrier du temps sociétal. Ce changement se manifeste par l’apparition d’une plus grande proportion de gens âgés dans la population d’une société. Le nombre de personnes âgées à un moment donné est, en fait, le résultat d’une série de processus individuels de transition vers la vieillesse, chacun ayant lieu dans le cours d’une vie selon le « temps personnel ». Il est donc nécessaire d’examiner les phénomènes démographiques qui se produisent en temps sociétal et ceux qui se produisent au cours d’une existence individuelle selon un temps personnel. Les processus de changement à long terme dans le cours d’une vie ont été conceptualisés sous forme de trajectoires qui définissent un large éventail d’événements existentiels.

  • 10 Voir K. Cranswick, « Canada’s Caregivers », Canadian Social Trends, no 47 (1997), p. 2-6 ; N. Keat (...)

16Les trajectoires de la durée d’une vie sont surtout pertinentes quand on considère la capacité des familles à apporter un soutien social bénévole aux personnes âgées. Cette capacité est souvent considérée comme cruciale pour qu’une société soit en mesure de subvenir aux besoins des personnes âgées. Les familles contribuent à fournir des services qui, sans cela, devraient être assurés par l’État ; elles contribuent à subvenir au bien-être émotif et physique des personnes âgées qui ont besoin d’aide pour la vie de tous les jours10.

17Ingrid Connidis aborde la question de l’intervention de l’aide familiale comme étant le problème central. Les facteurs impliqués ici s’avèrent plus complexes qu’on ne pourrait le supposer. L’une des conclusions intéressantes d’Ingrid Connidis est que la baisse du taux de fécondité au Canada n’entraînera pas nécessairement, dans les deux prochaines décennies, une augmentation de Canadiens âgés sans enfants. Les femmes qui entament leur vieillesse au début du XXIe siècle sont, en fait, moins susceptibles d’être sans enfants que les femmes des cohortes précédentes. Autrement dit, bien que la taille moyenne d’une famille ait diminué, il y a maintenant plus de femmes susceptibles d’avoir eu au moins un enfant qu’au début du XXe siècle. Nous n’avons donc pas nécessairement lieu de craindre qu’un plus grand nombre de femmes qui entament leur vieillesse maintenant manquent de secours familiaux.

La démographie multidimensionnelle

18La démographie est un champ d’étude plus complexe qu’on ne le reconnaît habituellement. Une évaluation démographique complète d’une population vieillissante implique plus qu’une simple description de l’augmentation de l’âge moyen résultant du déclin des taux de natalité et d’une plus grande longévité. En plus de décrire la proportion de groupes de personnes âgées, il est aussi nécessaire de prendre en compte d’autres dimensions démographiques de la vie de ces personnes, tels leurs antécédents matrimoniaux et leur cycle complet de fécondité.

  • 11 Voir D. Macunovich, R. Easterlin, C. Schaeffer et E. Crimmins, « Echoes of the Baby Boom and Bust  (...)

19Dans le chapitre 4, Ingrid Connidis nous rappelle qu’une bonne étude démographique est multidimensionnelle. On aborde mieux, par exemple, la question du soutien familial éventuel aux personnes âgées par l’examen des tendances dans la composition des familles selon les différents groupes d’âge. Si on veut connaître la disponibilité des enfants pour le soutien de leurs vieux parents, disponibilité qui a changé avec le temps à la suite des tendances de la natalité, on doit aussi connaître la situation sociale de ceux-ci (ont-ils eux-mêmes des enfants ? ont-ils un emploi à plein temps ? sont-ils des parents célibataires ?). Par conséquent, il est nécessaire d’examiner les tendances dans le temps de plusieurs groupes d’âge, et pas seulement des groupes plus âgés. Par exemple, des études aux États-Unis confirment l’idée que les aménagements de vie des parents âgés se modifient suivant la situation de leurs enfants adultes. La proportion de veuves âgées qui vivent seules ou avec un membre de la famille est déterminée non seulement par le nombre d’enfants survivants qu’elles ont, mais aussi par le nombre d’enfants qui ne sont pas mariés et qui, dès lors, sont plus disposés à la cohabitation11. Comme le notent Joseph Tindale, Joan Norris et Krista Abbott au chapitre 7, les probabilités pour que les enfants adultes cohabitent avec leurs parents sont plus grandes dans ce cas que lorsque les enfants vivent une relation stable.

20Une autre idée intéressante de la démographie multidimensionnelle vient de l’accent mis sur le soutien familial, qui s’est déplacé des seuls liens verticaux parents-enfants vers des liens latéraux, tels que les relations enfants-enfants. Connidis montre que parmi les personnes âgées de 80 ans et plus, les trois quarts ont au moins un frère ou une sœur et la moitié ont deux ou plusieurs frères et sœurs. Fait intéressant, les gens âgés avec un membre de la fratrie sont plus nombreux que ceux dont le conjoint est toujours vivant. Cela témoigne de la disponibilité de la fratrie comme source éventuelle de soutien aux Canadiens âgés, y compris les plus vieux. On pense trop souvent que seul le conjoint ou un enfant peut assurer le soutien social. Certes, il s’agit là de la source d’aide préférée, mais, lorsqu’elle fait défaut à la suite d’un décès ou d’une indisponibilité géographique, on peut faire appel à des frères ou des sœurs pour suppléer.

  • 12 Voir Akiko Hashimoto, The Gift of Generations : Japanese and American Perspectives on Aging and th (...)

21Le point essentiel ici est que, dans le contexte des liens familiaux et probablement dans d’autres contextes, il y a souvent plus d’une option. Si une option particulière, telle celle des enfants, devient moins plausible, par exemple, en raison de la baisse des taux de natalité, alors, à court terme au moins, les membres de la fratrie peuvent être une solution de rechange viable pour fournir les soins nécessaires aux personnes âgées. De plus, il n’y a aucune raison de supposer que les soutiens sociaux ne doivent être assurés que par la famille, bien qu’il y ait certaines variations importantes à cet égard d’une culture à l’autre. Dans une étude comparative menée à Odawara, au Japon, et à West Haven, dans le Connecticut, Akiko Hashimoto a constaté que les Japonais âgés dépendent beaucoup des membres de la famille immédiate, en particulier du fils aîné, tandis que les Américains, eux, ont davantage tendance à croire que, lorsqu’ils auront besoin d’aide pour leurs vieux jours, ils pourront compter sur les ressources communautaires12. Les gens de West Haven croient qu’ils peuvent bénéficier d’une réserve de bonne volonté parmi les membres de leur famille, ou d’autres parents, ou d’amis, ou de voisins, voire même de purs étrangers qui vivent dans leur communauté. Cette conviction est réaliste et se fonde sur un haut niveau d’engagement dans la communauté. Elle tient aussi à la tendance à former des liens sociaux essentiellement avec des personnes de même génération, plutôt qu’avec des parents ou des enfants qui appartiennent à d’autres générations. Ces membres importants du réseau de soutien d’un individu comprennent surtout le conjoint, mais aussi des amis de même âge.

22Cette possibilité de choix signifie qu’il est difficile de prévoir, en pratique, le degré de plaisir ou le manque de soutien social implicite d’un individu. Il s’ensuit que les niveaux moyens de soutien social dans une population ne peuvent être évalués avec précision par la seule connaissance du nombre moyen d’enfants dans les groupes d’âge avancé. En ce sens, la démographie n’est pas un destin.

La démographie n’est pas un destin

  • 13 P.-J. Ulysse et F. Lesemann, « On ne vieillit plus aujourd’hui de la même façon qu’hier », Lien so (...)

23Fondées sur le présupposé de facteurs constants, les projections démographiques sont faciles à réaliser. Il est assez difficile, cependant, d’en prédire les résultats de façon réaliste. Et cela, en partie, parce que le nombre futur de personnes âgées n’indique rien à propos de leurs qualités personnelles, sans parler de l’interaction des multiples facteurs déjà considérés. Les vieux Canadiens de demain ne seront pas les mêmes que les vieux Canadiens d’aujourd’hui, parce que l’histoire de leur vie aura été différente. Pierre-Joseph Ulysse et Frédéric Lesemann ont exprimé ce point de vue en ces termes : « On ne vieillit plus aujourd’hui de la même façon qu’hier » [en français dans le texte]13.

  • 14 Voir H. Gauthier et L. Duchesne, Le vieillissement démographique et les personnes âgées au Québec, (...)

24Si les populations futures de gens âgés vieillissent autrement que la population actuelle, alors elles pourront aussi se comporter autrement. Par exemple, Joel Prager, dans le chapitre 5. et Marty Thomas et Rosemary Venne, dans le chapitre 6, semblent indiquer que, d’ici quelques aimées, le courant actuel en faveur d’une prise de retraite plus précoce chez les gens âgés pourrait s’inverser en raison des répartitions changeantes des caractéristiques sociales. Ainsi, on s’attend à ce que l’écart dans la réussite scolaire entre les vieux et les jeunes travailleurs au sein des métiers professionnels diminue14. Une hausse des niveaux d’éducation et une plus grande part de travailleurs dans les métiers professionnels pourraient encourager des gens âgés à demeurer actifs plus longtemps sur le marché du travail.

25En outre, l’histoire sociale du temps sociétal montre que la société dans laquelle vivront les personnes âgées n’est pas la même que celle dans laquelle elles vivent actuellement. Il y a, par conséquent, des microprocessus et des macroprocessus dont on doit tenir compte pour la mise en contexte des effets de l’évolution démographique.

Les macroprocessus

26A grande échelle, les résultats futurs d’une population plus vieille seront inévitablement influencés par des facteurs importants de l’économie politique. Parmi ceux-ci, il y a les développements des programmes gouvernementaux aussi bien que les changements dans les technologies et dans les relations de travail. L’un ou l’autre de ces facteurs pourrait évoluer de façon à neutraliser les facteurs purement démographiques. Nous n’avons qu’à regarder dans un passé récent pour voir à quel point l’influence des tendances démographiques peut être limitée, ainsi que Marty Thomas et Rosemary Venne l’ont noté.

27Thomas et Venne remarquent que les rapports sur les tendances démographiques actuelles indiquent qu’il pourrait y avoir pénurie de jeunes dans la main-d’œuvre à venir, cette situation contribuant à un resserrement de l’offre de travail. Ils ont aussi fait observer que des prédictions semblables de pénuries de main-d’œuvre avaient été faites pour la fin des années 1980 et les années 1990, lorsque les enfants de la génération du baby-boom entraient sur le marché du travail. En réalité, ces prédictions, pour la plupart, ne se sont pas réalisées au Canada, car d’autres facteurs tels que la structuration économique et la récession au début des années 1990 ont eu des répercussions assez prononcées.

28Joel Prager s’intéresse davantage aux prédictions du déclin de la productivité dans une société vieillissante, prédictions fondées sur la conviction que les travailleurs âgés constituent un handicap comparatif et qu’une augmentation de leur nombre pourrait miner l’avantage compétitif du Canada. Encore une fois, il note que cela ne constitue pas un nouvel argument, bien que les raisons qui le justifient aient quelque peu changé au fil du temps. Dans le passé, on mettait l’accent sur la conviction que la vieillesse entraîne le déclin de la force physique et de la vivacité d’esprit. Aujourd’hui, l’attention est davantage orientée sur l’idée que les travailleurs âgés sont moins disposés à investir dans leur potentiel humain et à changer de métiers ou de lieux pour de nouveaux emplois.

29Joel Prager constate que peu d’études rigoureuses ont été menées pour examiner la relation entre le vieillissement et la productivité. La sagesse populaire est mal fondée, croit-il, les quelques études qui existent réellement étant dépassées. Celles-ci s’appuyaient sur des modèles de travail et des structures organisationnelles qui ont subi de grands changements au cours des dernières années. Finalement, Prager soutient que la variance dans le rendement parmi les groupes de personnes âgées est plus grande que celle qu’on enregistre entre les groupes d’âge. Susan A. McDaniel fait la même constatation dans le chapitre 2, quoique, dans ce cas, il s’agisse de la variance dans les revenus.

30McDaniel se préoccupe du fait qu’une série d’événements contribuent à détourner l’attention du public des problèmes des vieux Canadiens les plus démunis. L’augmentation du revenu moyen des gens âgés atténue le fait que ce ne sont pas tous les Canadiens âgés qui s’en tirent bien, particulièrement les femmes âgées. Elle prétend que la bipolarisation intragénérationnelle est plus importante que la bipolarisation intergénérationnelle. À ce sujet, il importe de noter les conclusions suivantes d’un rapport sur les tendances sociales au Québec :

  • 15 Voir S. Langlois, J.-P. Baillargeon, G. Caldwell, G. Fréchet, M. Gauthier et J.-P. Simard, Recent (...)

Les personnes âgées et retraitées ne forment plus une cohorte relaüvement homogène. La tendance est vers une plus grande diversité de leur niveau de vie. D’une part, il y a ceux qui peuvent maintenir un train de vie confortable même après la retraite ; ces gens vivent la plupart du temps en couple. D’autre part, il y a ceux qui sont plus déshérités, en particulier parmi les femmes très âgées qui vivent seules et les gens âgés qui vivent dans les grandes agglomérations urbaines, surtout Montréal, là où le coût de la vie est le plus élevé15.

  • 16 Pour une discussion des analyses consacrées aux cohortes de populations âgées voir tout particuliè (...)

31Susan A. McDaniel prétend que l’âge compte moins que la cohorte pour déterminer les situations de vie à un âge avancé16. Selon elle, l’âge chronologique d’un individu importe moins que les expériences qu’il partage avec d’autres de ses contemporains qui ont vieilli avec lui. Par exemple, la cohorte actuelle des gens âgés s’en tire mieux en moyenne (malgré de grandes variations) que celle des gens âgés d’autrefois, et ce, grâce aux programmes gouvernementaux et aux possibilités du marché dont ceux-ci ont disposé quand ils étaient plus jeunes. Par contre, elle constate que, n’ayant pas joui du même environnement favorable, les futures générations de gens âgés pourraient avoir davantage besoin de transferts sociaux lorsqu’ils arriveront à la vieillesse.

  • 17 Voir Statistique Canada, « Pension Coverage among Young and Prime-Aged Workers », Statistics Canad (...)

32On peut voir dans les récents changements des régimes de pension une bonne illustration des remarques de Susan A. McDaniel à propos des différences intragénérationnelles entre les femmes et les hommes et les mutations dans les expériences des différentes cohortes17. Les taux de couverture sont tombés considérablement pour les hommes qui étaient âgés de 17 à 24 ans entre 1984 et 1994, et ont aussi diminué pour les hommes âgés de 25 à 34 ans, bien que la diminution n’ait pas été aussi prononcée. Chez les hommes de 25 à 34 ans qui ont un emploi à plein temps dans le secteur privé, environ 46 % étaient couverts par un régime enregistré de pension en 1994, alors que ce pourcentage était de 51 % dix ans plus tôt. En revanche, la proportion des femmes qui ont un régime de pension a augmenté, surtout parmi celles qui, âgées de 35 à 54 ans, ont gravi les échelons vers de meilleurs emplois. En 1994, 47 % environ des femmes participaient à un régime, ce qui constitue une hausse de 7 points par rapport à 1984.

33Susan A. McDaniel s’inquiète de ce que toutes sortes d’événements entraînent une diminution de l’efficacité de l’État providence en tant qu’il est le principal instrument pour aborder les problèmes des Canadiens âgés les plus nécessiteux. Cette tendance se manifeste surtout dans l’abandon de l’universalité de la politique sociale, abandon qui vient d’abord des réformes des programmes de soutien du revenu et ensuite de l’érosion des soins de santé publics des provinces comme l’Alberta. McDaniel souligne que, dans ce contexte, nous devons en apprendre davantage non seulement sur les effets de ces changements mais aussi sur les façons dont ils sont perçus. Les opinions quant à ces changements varient selon les différents groupes d’âge et les différentes cohortes, ce qui peut rendre difficile de prévoir dans quelle mesure la population appuiera ces importants changements dans les politiques canadiennes.

Les microprocessus

34Sur le plan des actions à petite échelle, il est encore plus difficile de prévoir l’évolution, vu les changements radicaux intervenus dans les modes de vie depuis plus de quarante ans. Il ne faut pas s’étonner, dès lors, qu’au chapitre 7, Joseph Tindale, Joan Norris et Krista Abbott aient choisi de centrer leurs recherches sur une des plus stables et des plus constantes relations familiales, à savoir la réciprocité dans les liens intergénérationnels. Répondant aux conceptions négatives sur le vieillissement, ils soutiennent que les idées sur le « fardeau des soins » dans une société vieillissante sont exagérées. L’aide circule dans les deux sens entre les générations sur de longues périodes de temps. Résultat : les enfants adultes perçoivent rarement l’expérience de l’aide qu’ils apportent à leurs vieux parents comme un fardeau.

  • 18 Voir J. Gladstone, « Factors Associated With Changes in Visiting Between Grandmothers and Grandchi (...)

35Dans ces conditions, on devrait attirer l’attention sur le fait que les grands-parents constituent une importante ressource sociale pour de nombreuses familles canadiennes18. Du reste, beaucoup de grands-parents s’intéressent de très près au sort de leurs petits-enfants, bénéficiant souvent de la préférence de ceux-ci lorsque les parents sont absents de la maison. Dans certaines circonstances, ils peuvent jouer un rôle déterminant dans l’éducation des enfants. Ce rôle a, en grande partie, été négligé par les chercheurs en sciences sociales et les spécialistes des politiques familiales. Il mérite plus d’attention au moment où les responsables politiques reconnaissent de plus en plus l’importance du développement de l’enfant pour l’avenir de la société canadienne.

  • 19 Il y a aussi des différences considérables parmi les peuples aborigènes, différences qui provienne (...)
  • 20 Voir, par exemple, V. Haldemann, « La solidarité entre générations ; Haïtiennes âgées à Montréal » (...)

36Une caractéristique remarquable du chapitre de Joseph Tindale, Joan Norris et Krista Abbott est qu’ils discutent de l’influence de la culture sur la démarche de contact et de soutien entre les générations. Dans le contexte nord-américain, ils voient l’influence de la culture contraster aussi bien entre les gens d’origines ethniques différentes qu’entre les gens de différentes générations au sein d’un même groupe donné d’immigrants19. Ce qui les amène à insister sur la pertinence de la diversité des systèmes de soutien aux personnes âgées entre les générations. Un des plus grands changements démographiques survenus au Canada aujourd’hui est l’important accroissement de la diversité ethnique. Comme le Canada se diversifie de plus en plus dans sa composition ethnique, il est hautement souhaitable de connaître davantage les normes culturelles des différents réseaux intergénérationnels20.

  • 21 Voir R. Beaujot, « Immigration Policy and Sociodemographic Change : The Canadian Case », in Wolfga (...)

37Les avantages d’acquérir une meilleure compréhension des effets des différences ethniques au Canada sont accentués par le fait qu’une réponse au vieillissement de la population peut résider dans une augmentation délibérée de l’immigration. Si le taux naturel de croissance de la population n’est pas suffisant pour occuper les emplois créés par la croissance de l’économie, alors nous pouvons nous attendre à un concert de pressions venant des employeurs pour rendre l’immigration plus facile. La politique d’immigration, avec ses conséquences prévisibles, contribuera donc probablement à un mélange explosif des problèmes politiques qui pourraient surgir dans la société canadienne vieillissante21.

Pour une enquête longitudinale nationale

38Plusieurs chapitres dans les ouvrages de cette collection témoignent des lacunes dont fait preuve la recherche sur les problèmes du vieillissement et sur les changements démographiques au Canada. Ce dernier, en effet, est entré dans une époque de gens âgés ; il nous faut dès lors mieux connaître comment ceux-ci approchent de leurs dernières années, y entrent et les vivent. La nécessité d’étudier les changements démographiques en fonction du vieillissement des individus nécessite des considérations générales concernant les orientations de la recherche. Joel Prager conclut son article sur les questions de productivité en déclarant que, pour examiner les répercussions d’une main-d’œuvre vieillissante, « il faut envisager une étude longitudinale qui suit les travailleurs des différents groupes d’âge, leurs parcours professionnels, leurs attentes et [...] les éléments microéconomiques qui interviennent dans leur décision de prendre leur retraite ». Il faudrait ajouter que des besoins d’information semblables existent pour les personnes qui ne sont pas actuellement sur le marché du travail. Par conséquent, il est souhaitable que soit instituée une nouvelle Enquête longitudinale nationale sur la façon dont s’effectue le passage à la deuxième partie de la vie. Au cas où certains estimeraient qu’il s’agit là d’un projet extrêmement ambitieux, rappelons quand même qu’il y a déjà eu une Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ), dont il n’existe pas encore d’équivalent pour le sujet qui nous occupe.

39La cueillette des données au Canada s’est fort améliorée depuis quelques années, en particulier avec l’institution d’enquêtes longitudinales importantes sur les enfants et les jeunes (ELNEJ) et sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR). Cependant, aucune de ces enquêtes n’a été conçue dans le but explicite d’observer l’évolution des gens âgés. Dès lors, la nécessité s’impose d’une nouvelle enquête, qui combinerait à la fois l’importance que la première enquête a accordée à la santé et celle que la deuxième a accordée aux revenus et à l’activité professionnelle.

  • 22 Voir D. Cheal et K. Kampen, « Poor and Dependent Seniors in Canada », Ageing and Society, 18, no 2 (...)

40La santé et la question des revenus suffisants des personnes âgées vont probablement continuer à être une source de préoccupations pour les responsables de la politique sociale dans une société vieillissante. Ces inquiétudes se reflètent dans des programmes séparés, chacune selon un processus distinct de prise de décision. Cependant, elles comportent des problèmes connexes, et une attention méticuleuse doit être portée à ce qui les relie. Le déclin de la santé physique et mentale durant la dernière partie de la vie peut mener à une réduction des heures de travail ou à une prise de retraite prématurée, ce qui entraîne une baisse de revenu22. Inversement, des revenus plus élevés sont, en règle générale, associés à une meilleure santé, ce lien pouvant retarder le besoin de traitements médicaux coûteux pour certaines personnes. De toute évidence, il est souhaitable d’en savoir plus au sujet des liens précis qui existent entre le métier, le revenu et la santé, dans la mesure du moins où ces facteurs influent sur les décisions des personnes âgées de prendre leur retraite ainsi que sur les services de soutien financier et de santé dont elles ont besoin.

  • 23 Voir O. Andersen, « Occupational Impacts on Mortality Declines in the Nordic Countries », in Wolfg (...)

41Il existe d’autres raisons de vouloir mieux connaître ce genre de liens. Nous avons, en effet, besoin d’une meilleure compréhension de la pertinence des changements professionnels dans le processus du vieillissement de la population. Les taux de mortalité, c’est bien connu, diffèrent considérablement d’un métier à l’autre23. Bien que les changements dans les taux de fécondité semblent avoir un plus grand effet sur le vieillissement de la population à long terme, les changements dans les taux de mortalité sont aussi un facteur décisif. Il est, par conséquent, important de comprendre comment le changement dans la répartition des métiers (ou des professions) qui se produit à la suite du déplacement vers une « société de connaissance » pourra déterminer les futures tendances démographiques.

42La santé, le revenu et le métier ne sont que trois des nombreux éléments que nous devrons étudier, à mesure que la population du Canada vieillit. Le chapitre suivant aborde la diversité des sujets qui intéressent tant les milieux universitaires que la recherche gouvernementale relativement au vieillissement et au changement démographique. Ainsi, le prochain lien à considérer est celui qui se tisse entre les chercheurs universitaires et les chercheurs des ministères.

  • 24 L’Enquête sociale générale rassemble régulièrement des données selon des coupes transversales qui (...)

43Cette collaboration est à présent très courante et très fructueuse dans l’analyse des données obtenues à partir d’enquêtes à grande échelle que seuls les gouvernements nationaux sont en mesure de réaliser. Cette entreprise tend à se polariser sur les caractéristiques de la démographie, les modèles de travail et les transactions financières telles que les revenus d’emploi et la fixation du revenu minimum. Dans le présent ouvrage, les chapitres écrits par Susan A. McDaniel, Ingrid Connidis, Joel Prager, Marty Thomas et Rosemary Venne révèlent la profondeur du travail effectué dans ce domaine. À un moindre degré, la même recherche porte aussi sur certains aspects de la structure sociale et des relations sociales, notamment par le moyen de l’Enquête sociale générale24. Cependant, les éléments complexes qui caractérisent les relations dans le temps, que discutent Joseph Tindale, Joan Norris et Krista Abbott, et surtout les significations culturelles soulignées par Douglas Thorpe, ne sont pas si faciles à saisir dans les enquêtes quantitatives. Non plus que ces sujets qui normalement revêtent beaucoup d’importance aux yeux des décideurs politiques, lesquels sont souvent à la recherche de leviers précis leur permettant d’orienter le comportement d’un grand nombre de personnes dans une direction particulière. À longue échéance, nous aurons probablement besoin d’accorder une plus grande attention à ces questions.

  • 25 M. Loriaux, « Les conséquences de la révolution démographique et du vieillissement sociétal », Soc (...)

44Les constructions culturelles de la signification de la vieillesse revêtiront une plus grande importance à l’avenir, à « l’ère de la géritude » [en français dans le texte], selon la formule de Michel Loriaux pour désigner une société constituée de gens âgés25. C’est aussi ce que laisse entendre Douglas Thorpe, qui veut que nous réexaminions aussi bien les hypothèses courantes que les hypothèses des professionnels sur les personnes âgées, spécialement en ce qui concerne les capacités de celles-ci.

  • 26 Voir S. Underhill, V Marshall et S. Deliencourt, Options 45+ : HRCC Survey, Toronto, Institute for (...)

45Voilà un défi que d’autres chercheurs seront à même de relever dans le futur, surtout si le nombre de jeunes travailleurs s’avère insuffisant pour soutenir des taux de croissance économiques acceptables. Dans ce cas, des pressions pourraient s’exercer sur les travailleurs âgés pour qu’ils travaillent plus longtemps et investissent davantage en capital humain, et ainsi maintiennent et accroissent la productivité. Pour ce faire, certains travailleurs âgés devront changer leurs attitudes envers la formation permanente et le recyclage. De leur côté, les employeurs devront adopter envers leurs employés âgés une approche plus positive que celle qui est la leur actuellement. Des programmes gouvernementaux plus soigneusement ciblés devront être instaurés pour s’attaquer aux besoins des travailleurs âgés qui ont été licenciés et qui cherchent à être réembauchés, une intervention auprès des employeurs n’étant pas exclue26. Cela dit, il est important de se demander si ces attitudes envers les travailleurs âgés peuvent être modifiées, de telle sorte qu’on puisse accorder plus d’importance à leur maintien dans la population active qu’à leur remplacement accéléré.

  • 27 M. D’Amours et F. Lesemann, La sortie anticipée d’activité des travailleurs et travailleuses de 45 (...)
  • 28 Voir H. David, « Le vieillissement au travail et en emploi », Lien social et Politiques, 38 (autom (...)

46Il est probable que ces attitudes vont changer, si la nécessité s’en fait sentir. Dans ce cas, nous devrons davantage porter notre attention sur les aspects du lieu de travail, lesquels peuvent faciliter ou entraver la tâche des travailleurs. Cela comprend, dans certains cas, l’étude de la « culture d’entreprise » [en français dans le texte] qui tend à sous-estimer le rôle des travailleurs âgés et dès lors à n’apporter que peu ou pas de modifications aux pratiques de travail correspondant aux changements individuels affectant les travailleurs vieillissants27. De nouveaux programmes de recherche seront sans doute nécessaires pour stimuler une autre façon de penser dans ce domaine et pour attirer l’attention sur les « meilleures pratiques ». Les disciplines universitaires concernées, telle la gérontologie industrielle, requerront plus d’investissement si on veut réaliser tout le potentiel qui existe dans la main-d’œuvre vieillissante28.

47La culture est malléable ; c’est pourquoi des reconstructions créatrices de nouvelles significations de la vieillesse sont envisageables. Sans doute, une des questions les plus difficiles pour l’avenir est de savoir comment les nouvelles significations de la vieillesse qui pourraient naître d’un discours public sur le vieillissement pourront être conciliées avec les aspirations personnelles des individus. Un problème important se pose ici, qui est celui de l’âge de la retraite. Les travailleurs âgés, à une étape antérieure de leur vie, se sont fait une idée de l’âge auquel ils souhaitent prendre leur retraite ; ils se sont construit cette image dans des conditions sociales et économiques différentes de celles qui semblent devoir prévaloir aujourd’hui. Leurs attentes concernant l’âge de la retraite et l’équilibre entre le travail et les loisirs ne seront pas faciles à changer.

  • 29 Voir S. Langlois et al., Recent Social Trends in Quebec 1960-1990 ; M.-A. Delisle, « Les changemen (...)

48Aujourd’hui, ceux qui ont 65 ans ont nettement plus de temps de loisir que les groupes d’âge plus jeune. Marty Thomas et Rosemary A. Venne font remarquer que beaucoup de gens âgés sont aussi des consommateurs plus riches que par le passé. Grâce au temps et à l’argent dont ils disposent, leurs activités de loisir, comprenant souvent des voyages prolongés, sont devenues essentielles à un certain style de vie29. Une question intéressante se pose : pourra-t-on convaincre les Canadiens plus âgés — et, si oui, dans quelles conditions — de renoncer à leurs libertés fraîchement acquises pour assumer plus de travail dans un prochain cycle de restructuration économique ?

Conclusion : les conséquences politiques

49Les conséquences politiques des analyses exposées dans ce livre s’expriment essentiellement dans la conceptualisation plutôt que dans des recommandations pratiques. Les auteurs entendent rappeler aux responsables politiques la diversité interne des personnes âgées en tant que catégorie démographique, ainsi que la complexité des facteurs qui agissent sur leur vie et sur leurs relations avec les autres. Un thème commun se retrouve dans plusieurs chapitres de cet ouvrage, à savoir que les gens âgés ne doivent pas être isolés des autres groupes d’âge ni traités comme une cible particulière dans la refonte des politiques. Car il y a de multiples liens organiques [interlinkages] (pour reprendre la terminologie de McDaniel) entre les différents groupes d’âge. Ces liens existent tant dans la dimension synchronique (c’est-à-dire entre contemporains de différents groupes d’âge) que dans la dimension diachronique (c’est-à-dire, à travers le temps, surtout dans les répercussions des expériences antérieures sur la qualité de vie de la vieillesse).

  • 30 G. Mathews, « L’avenir démographique des régions : analyse critique et implications des plus récen (...)

50La première leçon à tirer pour la politique générale est qu’il faut être très circonspect chaque fois que les gens âgés sont désignés comme constituant une catégorie distincte de la population dotée de critères uniques. Nous avons appris que la vieillesse est un concept délicat. Les frontières réelles entre la vieillesse et l’âge mûr ne sont pas toujours nettes, car elles peuvent se déplacer avec le temps. Par exemple, la plupart des études statistiques continuent d’utiliser l’âge de 65 ans comme limite conventionnelle à l’entrée dans la vieillesse, parce qu’autrefois c’était l’âge normal de la retraite. Cependant, la tendance récente vers une retraite moins tardive fait en sorte que ce point de référence cesse graduellement de s’appliquer en tant qu’indicateur de la transition entre les revenus d’emploi et la dépendance vis-à-vis d’autres ressources financières. Georges Mathews a soutenu que, pour les besoins de l’analyse économique, l’âge de 60 ans devrait maintenant être retenu comme le seuil de la vieillesse30. Pour d’autres fins, celle par exemple de l’analyse de la santé publique, on pourra préférer un critère différent de celui qui s’imposait, puisque les gens vivent maintenant plus longtemps et en meilleure santé.

  • 31 A. Pitrou, « Vieillesse et famille : qui soutient l’autre ? », Lien social et Politiques, 38 (auto (...)

51La deuxième conclusion de cet ouvrage est que les politiques doivent être formulées avec plus de clarté en ce qui concerne l’étendue des transactions actuelles entre les différents groupes d’âge. Certaines de ces transactions, tels l’imposition et les programmes de transferts de revenus, sont organisées de façon officielle par les institutions publiques ou gouvernementales. D’autres, informelles, sont organisées selon des normes sociales locales : c’est le cas, par exemple, des obligations de réciprocité, en particulier entre les membres d’une même famille31. Globalement, le bien-être des Canadiens résulte de la conjugaison de ces deux ensembles de transactions.

52La troisième conclusion, qui concerne la politique générale, est que les nouvelles initiatives politiques devraient être mises au point en fonction de la vie prise comme un tout. Démarche qui se fait déjà dans une certaine mesure, notamment dans le domaine des fonds destinés à la retraite. Il est évident que les mesures relatives aux pensions et aux régimes enregistrés d’épargne retraite (reer) sont fondées sur l’idée que certaines caractéristiques de la vieillesse doivent être considérées comme les conséquences d’événements plus anciens survenus dans le cours de la vie. Dans d’autres domaines, comme ceux de la politique médicale et des mesures de soutien social, l’idée de la prise de décisions en fonction de la vie comme unité d’analyse a été lente à se répandre. Néanmoins, des pas importants ont été faits dans cette direction, notamment avec l’élaboration d’un programme pour l’enfance. Bien que cette initiative soit formulée selon une conceptualisation discutable de l’enfance en tant que catégorie démographique, elle n’en demeure pas moins fondée sur l’hypothèse que ce qui arrive à une personne dans son enfance influe sur ce qu’elle deviendra plus tard.

53Il est important de concevoir des programmes qui, tournés vers l’avenir, pourraient influencer les trajectoires du cours de la vie dans des directions qui soient socialement préférables. La généralisation de cette idée peut aisément être réalisée dès le début dans les études sur l’enfance. En fait, la principale enquête au Canada dans ce domaine a commencé par l’Enquête longitudinale nationale sur l’enfance, mais elle a depuis été renommée Enquête longitudinale nationale sur l’enfance et la jeunesse. On peut considérer ce changement comme favorable à la perspective politique et à la recherche préconisées.

Notes

1 Voir National Advisory Council on Aging, 1999 and Beyond : Challenges of an Aging Canadian Society, Ottawa, Santé Canada, 1999.

2 Voir N. Thibault and H. Gauthier, « Perspectives de la population du Québec au XXIe siècle : changement dans le paysage de la croissance », Statistiques : données sociodémographiques en bref, 3, no 2 (1999), p. 1-8.

3 Voir H. David, « Rapports sociaux et vieillissement de la population active », Sociologie et sociétés, 27, no 2 (1995), p. 57-68 ; M. D’amours et F. Lesemann, La sortie anticipée d’activité des travailleurs et travailleuses de 45 à 64 ans, Montréal, Institut national de la recherche scientifique, 1999.

4 OCDE, Maintaining Prosperity in an Ageing Society, Paris, 1998.

5 Voir B. Desjardins, Population Ageing and the Elderly, Ottawa, Statistique Canada, 1993 ; M.-A. Delisle, Aspects démographiques, économiques et sociologiques du vieillissement, Sainte-Foy, Québec, Les Éditions La Liberté, 1996 ; F. Denton, C. Feaver et B. Spencer, « The Future Population of Canada, Its Age Distribution and Dependency Relations », Canadian Journal on Aging, 17, no 1 (1998), p. 83-109 ; P Hicks, « The Policy Challenge of Ageing Populations », The OECD Observer, no 212 (1998), p. 7-9.

6 Voir M. Termote et J. Ledent, L’avenir démolinguistique du Québec et de ses régions, Québec, Conseil de la langue française, 1994. Une question particulièrement pertinente par rapport au vieillissement de la population concerne l’effet potentiel de la dépendance croissante à l’égard de l’immigration sur la marginalisation linguistique, donc sociale, des francophones âgés qui vivent à Montréal.

7 Voir D. Cheal, « Aging and Demographic Change », Canadian Public Policy, 26, supplément 2 (2000), p. 109-122 ; E. M. Gee et G. M. Gutman (dir.), The Overselling of Population Aging : Apocalyptic Demography, Intergenerational Challenges, and Social Policy, Don Mills (ON), Oxford University Press, 2000.

8 Voir M. Demers, « Age Differences in the Rates and Costs of Medical Procedures and Hospitalization during the Last Year of Life », Canadian Journal on Aging, 17, no 2 (1998), p. 186-196.

9 Voir E. Pavalko, « Beyond Trajectories : Multiple Concepts for Analyzing Long-Term Process », in M. Hardy (dir.), Studying Aging and Social Change, Thousand Oaks (CA), Sage, 1997, p. 129-147.

10 Voir K. Cranswick, « Canada’s Caregivers », Canadian Social Trends, no 47 (1997), p. 2-6 ; N. Keating, J. Fast, J. Frederick, K. Cranswick ET C. Perrier, Eldercare in Canada : Context, Content and Consequences, Ottawa, Statistique Canada, 1999.

11 Voir D. Macunovich, R. Easterlin, C. Schaeffer et E. Crimmins, « Echoes of the Baby Boom and Bust : Recent and Prospective Changes in Living Alone among Elderly Widows in the United States », Demography, 32, no 1 (1995), p. 17-28.

12 Voir Akiko Hashimoto, The Gift of Generations : Japanese and American Perspectives on Aging and the Social Contract, New York : Cambridge University Press, 1996.

13 P.-J. Ulysse et F. Lesemann, « On ne vieillit plus aujourd’hui de la même façon qu’hier », Lien social et Politiques, 38 (automne 1997), p. 31-49.

14 Voir H. Gauthier et L. Duchesne, Le vieillissement démographique et les personnes âgées au Québec, Québec, Bureau de la statistique du Québec, 1991.

15 Voir S. Langlois, J.-P. Baillargeon, G. Caldwell, G. Fréchet, M. Gauthier et J.-P. Simard, Recent Social Trends in Quebec 1960-1990, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1991, p. 57-58.

16 Pour une discussion des analyses consacrées aux cohortes de populations âgées voir tout particulièrement L. Stone (dir.), Cohort Flow and the Consequences of Population Ageing : An International Analysis and Review, Ottawa, Ministère de l'Industrie, 1999.

17 Voir Statistique Canada, « Pension Coverage among Young and Prime-Aged Workers », Statistics Canada Daily, 22 décembre 1999.

18 Voir J. Gladstone, « Factors Associated With Changes in Visiting Between Grandmothers and Grandchildren Following an Adult Child’s Marriage Breakdown », Canadian Journal on Aging, 6, no 2 (1987), p. 117-127 ; J. Gladstone, « An Analysis of Changes in Grandparent-Grandchild Visitation Following an Adult Child’s Remarriage », Canadian Journal on Aging, 10, no 2 (1991), p. 113-126 ; J.-G. Darveau, Familles et grands-parents, Québec, Conseil de la famille, 1994.

19 Il y a aussi des différences considérables parmi les peuples aborigènes, différences qui proviennent d’une variété de facteurs tels que le fait de résider dans ou à l’extérieur d’une réserve. L’espérance de vie des membres des Premières Nations qui vivent dans les réserves est inférieure de neuf années par rapport à celle des autres Canadiens ; toutefois, cet écart est deux fois moins élevé que celui des Indiens vivant hors des réserves. Voir Conseil Consultatif National Sur Le Vieillissement, 1999 et au-delà : le défi d’une société canadienne qui vieillit, Ottawa, Santé Canada, 1999.

20 Voir, par exemple, V. Haldemann, « La solidarité entre générations ; Haïtiennes âgées à Montréal », Sociologie et Sociétés, 27, no 2 (1995), p. 43-56.

21 Voir R. Beaujot, « Immigration Policy and Sociodemographic Change : The Canadian Case », in WolfgangLutz (dir.), Future Demographic Trends in Europe and North America, Londres, Academic Press, 1991, p. 359-377.

22 Voir D. Cheal et K. Kampen, « Poor and Dependent Seniors in Canada », Ageing and Society, 18, no 2 (1998), p. 147-166.

23 Voir O. Andersen, « Occupational Impacts on Mortality Declines in the Nordic Countries », in Wolfgang Lutz (dir.), Future Demographic Trends in Europe and North America, p. 41-54.

24 L’Enquête sociale générale rassemble régulièrement des données selon des coupes transversales qui permettent de surveiller les tendances sociales et d’obtenir de l’information sur les questions de politique sociale actuelles et futures. Voir Statistique Canada, Enquête sociale générale : une vue d’ensemble, Ottawa, Statistique Canada, catalogue no 89F0115XIE, 2001.

25 M. Loriaux, « Les conséquences de la révolution démographique et du vieillissement sociétal », Sociologie et sociétés, 27, no 2 (1995), p. 9-26.

26 Voir S. Underhill, V Marshall et S. Deliencourt, Options 45+ : HRCC Survey, Toronto, Institute for Human Development, Life Course and Aging, University of Toronto, 1997 ; M. D’Amours et F. Lesemann, La sortie anticipée d'activité des travailleurs et travailleuses de 45 à 64 ans.

27 M. D’Amours et F. Lesemann, La sortie anticipée d’activité des travailleurs et travailleuses de 45 à 64 ans.

28 Voir H. David, « Le vieillissement au travail et en emploi », Lien social et Politiques, 38 (automne 1997), p. 51-61.

29 Voir S. Langlois et al., Recent Social Trends in Quebec 1960-1990 ; M.-A. Delisle, « Les changements dans les pratiques de loisir des Québécois âgés 1979-1989 », Canadian Journal on Aging, 12, no 3 (1993), p. 338-359.

30 G. Mathews, « L’avenir démographique des régions : analyse critique et implications des plus récentes perspectives démographiques du BSQ », Recherches sociographiques, 37, no 3 (1996), p. 411-437.

31 A. Pitrou, « Vieillesse et famille : qui soutient l’autre ? », Lien social et Politiques, 38 (automne 1997), p. 145-158.

Auteur

Professeur de sociologie à l’Université de Winnipeg. Il a publié au Canada et à l’étranger sur une variété de questions en sciences sociales. Ces dernières années, il a fait porter ses recherches principalement sur l’étude des relations familiales et sur différents aspects du bien-être économique. Cette dernière démarche s’est appuyée sur une enquête de données consacrée à la pauvreté des revenus et au supplément familial de l’assurance-emploi. Actuellement, il prépare un livre sur la vie familiale, Family Life (Palgrave) et un ensemble de quatre volumes d’articles intitulé Family : Critical Concepts (Routledge).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search