Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La faucille et le condor

 | 
Mauricio Segura

Introduction

Texte intégral

Le tiers-monde est aujourd’hui en face de l’Europe comme une masse colossale dont le projet doit être d’essayer de résoudre les problèmes auxquels cette Europe n’a pas su apporter de solutions.
Frantz Fanon,
Les damnés de la terre

  • 1 Voir les études de Greenblatt, Gruzinski, Lestringant et Todorov dans la section « Corpus secondai (...)

1 Depuis le début des années 1980, plusieurs études menées autant des marquantes, par Français que par des Américains, ont eu pour objet les récits de voyage relatant la découverte de l’Amérique1. La Renaissance a beaucoup attiré l’attention des chercheurs, car s’y manifeste un changement épistémologique du regard occidental porté sur autrui. Dans cette perspective identitaire, peu d’études, en revanche, ont tenté de dégager le rapport contemporain de l’Occident à l’Amérique latine, bien qu’il s’agisse clairement d’une autre période déterminante dans l’appréhension de l’Autre. En effet, il est généralement admis qu’au début des années 1950 l’émergence d’un nouveau discours permet à l’Occident, notamment à l’Europe, de nommer et de représenter autrement l’habitant de l’hémisphère Sud. Les points de vue empruntés, les thèmes abordés, la terminologie employée ne sont plus les mêmes qu’auparavant. Bien sûr, ces changements sont graduels, mais on peut avancer qu’avec l’introduction de la notion de « tiers-monde » l’altérité des pays non occidentaux n’a plus jamais été élaborée de la même manière.

2La notion de tiers-monde politise la représentation des pays du Sud. Elle met l’accent sur les rapports de force entre les pays « riches » et les pays « pauvres », et entre les citoyens de ces pays « pauvres ». Produit de la conjoncture de la guerre froide, elle réunit trois continents (l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie) en un même ensemble. Elle sert tantôt à déverser des aspirations politiques sur ces pays, tantôt à exprimer une peur de l’inconnu, voire de la « barbarie ». S’agit-il d’une ruse en vue d’intégrer l’hémisphère Sud à l’histoire occidentale ? Une reconnaissance de sa différence ? La notion de tiers-monde est complexe, contradictoire, fuyante.

3Cet ouvrage s’intéresse à une vingtaine d’écrivains publiés en France qui se sont penchés sur les révolutions dites « de gauche » et sur les gouvernements socialistes de l’Amérique latine de 1950 à 1985. Les textes de ces écrivains constituent un sous-ensemble des représentations du tiers-monde élaborées en Occident de 1950 (moment où l’on utilise pour la première fois le vocable de « tiers-monde ») à 1985 (moment où la doxa commence à lui préférer des appellations plus géographiques, moins politiques, comme « Sud »). N’entretenant pas de liens coloniaux avec la majeure partie de ce continent, à la différence de sa relation avec certaines parties de l’Asie et de l’Afrique, la France instaure avec l’Amérique latine un rapport qui semble, de prime abord, relativement désintéressé. De fait, la majorité des romans et des essais des écrivains et politologues français sur l’Amérique latine se présentent comme des récits et des analyses plus impartiaux que ceux, par exemple, produits par leurs aînés sur le Maghreb. Pourtant, cet apparent détachement cache, par l’entremise d’une projection, un investissement politique profond. On peut dire que, des années 1950 à la première moitié des années 1980, une partie de l’intelligentsia française se tourne vers ce coin du monde pour y trouver de nouvelles voies politiques.

4L’étude qu’on va lire examine les mutations, les glissements, les variations que des romans et des essais politiques font subir au thème de la révolution. Il s’agit d’une analyse discursive : elle s’intéresse principalement aux emprunts que le texte fait au discours social français et, dans une moindre mesure, au discours latino-américain. Elle tente de dégager les arguments et les échelles de valeurs autour desquels s’est construite la représentation de l’Amérique latine. De l’idée reçue à la théorie savante, du raisonnement inductif au jugement hâtif, du stéréotype le plus figé au portrait cherchant à tourner le dos aux lieux communs, ce livre vise à donner une vue d’ensemble des différentes stratégies qu’emprunte l’écrivain français pour écrire sur le Latino-américain en situation révolutionnaire.

5Plusieurs travaux menés en sciences politiques en France s’attellent aujourd’hui à décomposer et à démystifier le discours de la gauche française sur l’Amérique latine au XXe siècle, par exemple les recherches de Pierre Vayssière, de Christian Comeliau, d’Abel Poitrineau et de Jeannine Verdès-Leroux. Ce sont des études qui se concentrent sur l’idéologie et ses variations, et non sur les a priori du discours et sur les segments porteurs de représentations. Bien que complémentaire à elles, cette recherche est d’un autre ordre.

6Pourquoi les intellectuels français se tournent-ils vers l’Amérique latine pendant la période qui va de 1950 à 1985 ? Comment le tiers-mondisme s’est-il constitué ? Quelles ont été les conditions d’apparition de ce discours ? Comment ce courant dit « radical » réussit-il à gagner en France un appui majoritaire parmi les artistes et intellectuels du début des années 1960 à la deuxième moitié des années 1970, supplantant dans la pratique de l’essai le discours libéral ? Pourquoi sera-t-il progressivement délaissé à partir de 1975 ? Voire, pourquoi sera-t-il renié par ceux qui avaient été ses principaux porte-parole ? Je me propose de suivre l’émergence, l’apogée et la décomposition du tiers-mondisme, tel qu’il s’inscrit surtout dans des essais et des romans — deux des genres ayant le plus contribué à mythifier l’image de l’Amérique latine —, tout en ayant à l’œil ses interlocuteurs « de droite ». En somme, je m’attacherai à dégager, autant sous l’angle rhétorique que symbolique, la lutte armée exotique qu’a enfantée la rencontre inattendue entre la « faucille » et le « condor », entre une gauche radicale en rupture de ban et le cône Sud, la partie de l’Amérique latine ayant le plus inspiré les tiers-mondistes.

7Rappelons que le tiers-mondisme s’insère dans ce qu’on a appelé les « Grands récits » (Marc Angenot), ces complexes idéologiques qui proposaient des solutions globales, radicales et utopiques aux maux de la société, notamment à l’injustice sociale. Ce discours est un des derniers microrécits porteurs d’espoir révolutionnaire par le renversement total du capitalisme, microrécit auquel on pourrait joindre le féminisme radical des années 1970 et un écologisme avec lequel il partage une partie de ses principes. Il est analysé ici comme une des dernières tentatives, juste avant la chute du mur de Berlin, des intellectuels « de gauche » en Occident et dans les pays de l’hémisphère Sud pour donner un nouveau contenu à l’idée de révolution.

  • 2 L’imagologie est cette branche des études comparatives qui examine les images de l’Autre, les repr (...)

8Enfin, dans une perspective imagologique2, je me demanderai quelles sont les représentations du Latino-Américain qui se dégagent du discours tiers-mondiste. Comment l’écrivain français se représente-t-il dans un décor latino-américain ? Comment ces figures se modifient-elles ? Par extension, et de manière plus déterminante, que révèlent ces constructions discursives sur la société regardante ? Car, on l’aura compris, le regard français, produit du discours social hexagonal, en dit autant sur la société française que sur l’Amérique latine.

Notes

1 Voir les études de Greenblatt, Gruzinski, Lestringant et Todorov dans la section « Corpus secondaire » de la « Bibliographie ».

2 L’imagologie est cette branche des études comparatives qui examine les images de l’Autre, les représentations de la figure de l’étranger.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540