Version classiqueVersion mobile

Profession musicologue

 | 
Jean-Jacques Nattiez

Difficultés et bonheur de la profession de musicologue

Texte intégral

1La profession de musicologue est difficile parce qu’elle fait appel à un grand nombre de compétences diverses. J’espère avoir montré, à travers les deux exemples que j’ai privilégiés ici, que bien des aspects des œuvres et des productions musicales ne peuvent se comprendre que par l’analyse, puis par leur mise en relation avec nos stratégies de production et nos perceptions, et avec les contextes historiques et culturels. Il ne fait aucun doute que l’histoire de la musique, l’analyse musicale, l’ethnomusicologie, l’étude des musiques populaires, la neuropsychologie de la musique, l’acoustique et l’esthétique musicales exigent des degrés de spécialisation fort poussés, au point que, dans le passé et aujourd’hui encore, certaines de ces branches ont revendiqué leur autonomie, dans des sociétés savantes ou des sections universitaires distinctes, ce qui est sans doute nécessaire à leur évolution. Mon objectif ici n’a pas été de nier la spécificité de chacune de ces pratiques professionnelles, exigée par les différences entre objets et donc aussi entre techniques et méthodes. J’ai seulement souhaité que les praticiens et les praticiennes de chacun des domaines particuliers du vaste ensemble que constitue la musicologie se tienne au courant de ce qui se passe dans la maison d’à côté, mais surtout que, au cours de leurs études, les apprentis musicologues, quel que soit leur champ d’intérêt et de spécialisation, soient initiés à chacune de ces disciplines. J’ai eu pour ma part la possibilité et la chance de pratiquer quelques-unes d’entre elles et d’élargir ainsi ma compréhension du phénomène musical jusqu’à des horizons que, il y a trente ou quarante ans, je n’aurais même pas imaginés. Il est probable que la plus grande satisfaction du musicologue, c’est d’avoir le sentiment de mieux comprendre telle musique, telle œuvre, et d’avoir la possibilité de faire partager ses convictions et ses découvertes.

2Humainement, c’est une chose bien différente que de travailler dans une bibliothèque ou sur le terrain, d’étudier une œuvre du répertoire européen et une musique de tradition orale. Mais, au-delà des particularités de chacune des branches de la musicologie, il me semble nécessaire que tout musicologue respecte des exigences communes : l’historien de la musique comme l’ethnomusicologue, l’analyste ou l’esthéticien, se doivent de tenter d’établir d’abord des faits avant d’en proposer des interprétations et d’en évaluer le degré respectif de validité. On m’a plus d’une fois demandé pourquoi et comment j’avais pu travailler sur des musiques aussi différentes que celles de Wagner, de Boulez ou des Inuit. On comprendra maintenant pourquoi j’ai souvent répondu de manière provocatrice, mais au fond très sérieuse : « parce que c’est la même chose ! ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search