Version classiqueVersion mobile

Rictus romantiques

 | 
Maxime Prévost

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre tire son origine d’une thèse de doctorat entreprise sous la direction du regretté Jean-Claude Morisot, auquel je dois mon intérêt pour le romantisme en général et pour Hugo en particulier. Maître et professeur extraordinaire, il ne sera jamais oublié de ses étudiants.

2Je tiens à exprimer ma vive reconnaissance à Jean-Pierre Duquette, qui a accepté sans hésitation de superviser mon travail après la disparition de Jean-Claude Morisot. Je remercie également Marc Angenot, Jean-Pierre Boucher, Gillian LaneMercier, Benoît Melançon, Michel Pierssens, Pierre Popovic, Jean Prévost et Rainier Grutman qui ont relu et commenté diverses étapes de cette étude.

3Cet ouvrage a grandement profité des entretiens vigoureux que j’ai eu la bonne fortune de connaître avec mes amis du Collège de sociocritique de Montréal qui tous comprennent bien que « ce ne sont pas les individus qui pensent, ce sont les sociétés », et que « ce ne sont pas les hommes qui inventent, ce sont les siècles » (Louis Blanc).

4Je suis profondément reconnaissant à Mawy Bouchard et à Michèle Neveu de leur précieux soutien. Mes remerciements vont enfin au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) pour son aide généreuse et efficace.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search