Version classiqueVersion mobile

Profession criminologue

 | 
Jean Proulx

5. Un criminologue en action

Texte intégral

1Pour la suite de ce livre, je vais partager quelques pages du journal intime et professionnel de Laurent le criminologue. Bien évidemment ce personnage est fictif. Non parce que ses expériences professionnelles sont irréalistes, mais plutôt parce que le cumul de fonctions aussi diverses que les siennes, dans un laps de temps si court, ne relève pas de la réalité. En effet, sur une période de 10 ans, Laurent assumera des fonctions d’analyste dans le service d’enquête sur les crimes sexuels et dans celui de la lutte au crime organisé au sein de l’organisation policière d’une grande ville québécoise. Puis, il sera embauché par le Service correctionnel du Canada, organisme au sein duquel il assumera successivement des tâches d’évaluation au CRR (Centre régional de réception), d’agent de programme de traitement et finalement d’agent de libération conditionnelle. Cette dernière fonction implique un suivi dans la communauté de criminels en liberté surveillée. Laurent sera ainsi en mesure d’intervenir auprès de Claude et de Denis à plusieurs étapes du processus judiciaire auxquelles un criminologue est susceptible de participer. De nouveau, une telle continuité de service en relation avec un même criminel est peu probable dans la réalité. Après ces brèves mises en garde, je laisse donc la place à Laurent et à son journal intime.

12 septembre 1995

2J’ai terminé mes études en criminologie il y a quelques semaines et j’ai déjà trouvé un emploi comme analyste dans une organisation policière d’importance. Bien sûr, je ne serai pas sur le terrain à chasser des criminels, mais mon travail d’analyste promet d’être passionnant. Enfin je pourrai mettre en application tous ces cours qui parfois me semblaient si loin de la réalité. En fait, ce n’est pas tout à fait vrai, puisque mon stage de niveau baccalauréat, comme criminologue clinicien dans un programme de traitement pour agresseurs sexuels à l’Institut Philippe Pinel de Montréal, ainsi que mon stage de maîtrise, comme criminologue analyste dans la section des crimes majeurs (par exemple, homicides, agressions sexuelles) de la Sûreté du Québec, m’avaient permis de constater la pertinence de ma formation. En effet, les cours sur la personnalité criminelle tout comme ceux sur le crime organisé m’avaient permis de connaître une diversité de facteurs qui peuvent amener une personne à commettre tel ou tel type de crimes. De plus, les cours de méthodologie et de clinique (évaluation, traitement) m’avaient donné un aperçu des mises en application possibles de mes connaissances criminologiques. Néanmoins, à la veille de commencer comme criminologue, je suis à la fois angoissé et stimulé intellectuellement. D’une part, j’ai peur de ne pas réussir à faire ma place dans cette organisation policière et, d’autre part, j’ai une multitude d’idées sur la façon dont je pourrais aider les enquêteurs avec qui je collaborerai.

6 mai 1996

3Depuis huit mois, je travaille dans une équipe d’analystes. Notre groupe inclut plusieurs criminologues, mais également un comptable, un statisticien et un psychologue. Certains d’entre nous sont affectés à des enquêtes qui touchent le blanchiment d’argent d’une organisation criminelle, alors que d’autres ont pour tâche d’identifier les zones urbaines susceptibles d’être la scène d’actes de violence sérieuse, et ce, à quel jour et à quelle heure. Tandis que les premiers sont affairés à résoudre un crime en particulier, les seconds visent une répartition plus adéquate des effectifs policiers, afin de prévenir des crimes de violence d’origines diverses. Les analyses spatiales effectuées par les seconds ont permis de déterminer les paramètres des actes de violence dans le centre-ville : des batailles entre adolescents membres de gang, les jours de semaine, après la fin des cours, à proximité de deux stations de métro ; des affrontements entre des hommes dans la vingtaine, du jeudi au samedi vers 3 h du matin, soit à l’heure de fermeture, à proximité des bars du quartier. Au sein de notre équipe, on échange de l’information sur les méthodes d’analyse de la criminalité ainsi que sur les nouvelles formes de criminalité. Même si ce ne sont pas mes spécialités, je suis fasciné par la créativité de mes collègues qui déjouent des tactiques de fraudeurs par carte de crédit ou les stratégies sophistiquées employées par les motards criminels pour blanchir l’argent de la drogue.

26 mai 1997

4Depuis quelques semaines, je suis affecté à deux enquêtes, l’une se rapporte à un pédophile qui a déjà agressé plusieurs garçons du quartier, et l’autre, un trafiquant de drogues. L’officier de police responsable de l’enquête sur la série d’agressions sexuelles l’attribue à un même délinquant en raison des similarités dans le modus operandi de ces divers crimes. En effet, le pédophile a utilisé les mêmes mots pour aborder les jeunes garçons. De plus, les actes sexuels posés étaient similaires, à savoir des attouchements et une fellation sur la victime alors que l’agresseur se masturbait. Finalement, la description physique du suspect était la même d’une victime à l’autre. L’enquêteur m’a consulté afin que je l’aide à trouver de nouvelles pistes dans cette enquête qui piétine. Sur la base des lieux où les agressions furent commises, j’ai utilisé un logiciel de profilage géographique pour déterminer une zone dans laquelle l’agresseur a de fortes probabilités d’habiter. Par la suite, j’ai consulté les responsables d’un centre de traitement externe pour agresseurs sexuels dont les bureaux sont situés dans ce quartier, afin de connaître ses heures d’activités ainsi que les noms de leurs clients qui étaient absents des sessions de traitement durant les heures où les agressions furent perpétrées. J’ai également consulté les bureaux de probation et de libération conditionnelle établis dans la région et j’ai effectué la même démarche que dans le centre de traitement. En recoupant les diverses informations obtenues, j’ai fourni à l’enquêteur une liste de suspects réduite à 3 personnes, alors qu’elle en comportait environ 50 initialement. L’enquêteur put concentrer ses efforts sur ces trois suspects et accumuler suffisamment de preuves pour procéder à l’arrestation de Claude. Avant le début de l’interrogatoire du suspect, j’ai suggéré à l’enquêteur des questions et des attitudes susceptibles de réduire la méfiance d’un pédophile aussi expérimenté que Claude. Finalement, celui-ci avoua ses crimes et coopérera avec l’enquêteur responsable de son dossier.

18 décembre 1997

5Depuis plusieurs semaines, je travaille à une enquête relative à un groupe criminel dont les activités principales incluent le trafic de drogues et le prêt usuraire. Un membre de ce gang, Denis, est au centre de notre enquête. Il semble qu’il prépare une importante transaction de drogue. Lorsque les enquêteurs chargés de cette affaire m’ont contacté, ils disposaient de plusieurs centaines d’heures d’écoute électronique relativement à quatre membres du gang criminel visé. Les informations concernaient des conversations qu’ils avaient eues entre eux ainsi que celles impliquant des personnes hors de leur groupe. Comme ils utilisaient un langage codé, la teneur de leurs propos restait hermétique pour les enquêteurs. Dans un premier temps, j’ai effectué un certain ménage dans les informations recueillies. Ainsi, j’ai établi un diagramme des liens entre les personnes, à savoir qui téléphonait à qui et à quelle fréquence. Ensuite, j’ai ciblé des séquences dans les communications : A parle à B, qui ensuite parle à C et à D. À l’étape subséquente, j’ai utilisé un logiciel permettant de trouver des récurrences dans un discours. Pour chaque mot clef, la date d’apparition fut mise en relation avec des éléments d’enquête provenant d’autres sources (filature, agent-source). Sur la base de ces diverses analyses, j’ai réussi à déchiffrer le code utilisé par les criminels. Afin de recueillir des informations complémentaires plus ciblées, j’ai recommandé aux enquêteurs de porter une attention particulière aux faits et gestes d’un certain Denis, car celui-ci semblait au centre d’importantes transactions de drogues. De plus, Denis était suspecté de deux meurtres. Les victimes étaient un revendeur de drogues appartenant à une organisation concurrente et un consommateur de drogue. En conséquence, lors de l’opération policière, l’impulsivité et le potentiel de violence de Denis devaient être pris en considération. Il fut alors possible de comprendre qu’une transaction de drogue d’envergure aurait lieu le 22 décembre. De plus, je pus indiquer au policier le nom et le rôle probable des personnes qui participeraient à cette transaction.

6 février 1998

6Une fois l’opération policière terminée et les suspects arrêtés, mon rôle fut d’aider le procureur de la Couronne à organiser la preuve en vue du procès. En effet, comme il n’est pas possible de présenter l’ensemble des preuves recueillies lors de l’enquête, soit des centaines d’heures d’écoute électronique et de filature, mon rôle consista à synthétiser l’information dont on disposait et à retenir les éléments les plus importants afin de démontrer la culpabilité des suspects. Cette tâche est parfois fastidieuse, mais elle est nécessaire en cas de cause complexe impliquant plusieurs criminels et quand il s’agit d’une enquête de longue durée. En bref, mon rôle dans cette enquête porta sur deux aspects. Tout d’abord, j’ai eu un rôle de soutien dans l’enquête, en synthétisant l’information présente, puis en suggérant des priorités pour les opérations de renseignements ultérieures. Ensuite, j’ai assumé un rôle pivot entre l’enquêteur et le procureur de la Couronne, c’est-à-dire que j’ai structuré et synthétisé l’information nécessaire pour constituer la preuve en vue du procès. Malgré l’intérêt de ce travail dans une organisation policière, le contact direct avec des criminels commence à me manquer. Je vais postuler pour un emploi dans un pénitencier.

6 mars 1998

7Je suis très fier de moi, car j’ai réussi toutes les étapes de la procédure de recrutement du Service correctionnel du Canada. Dès la semaine prochaine, je vais entrer en fonction au CRR, un pénitencier à sécurité maximale. Cette institution carcérale est le lieu par lequel transitent tous les criminels qui se voient attribuer une sentence d’une durée de deux ans ou plus. Ils y sont évalués par plusieurs professionnels, à savoir des psychologues, des conseillers en orientation et des criminologues. Ces derniers doivent intégrer l’ensemble des rapports réalisés par les autres professionnels. De plus, ils doivent considérer le casier judiciaire du détenu, les rapports relatifs à ses sentences antérieures, les documents fournis par la Cour, le rapport de police et le rapport présentenciel s’il y a lieu. Le criminologue rencontre également le détenu, afin de recueillir sa version des faits relatifs à ses délits et aux circonstances qui s’y rapportent. Le criminologue doit ensuite produire un rapport dans lequel il estime le risque de récidive du détenu évalué et suggère des mesures destinées à réduire ce risque. Ces mesures sont de deux ordres : premièrement, il peut recommander un programme de traitement adapté aux facteurs criminogènes présents chez le détenu ; deuxièmement, il peut proposer des indications sur les conditions possibles d’une récidive, une fois que le détenu sera remis en liberté. Ces indications sont de première importance pour le criminologue qui devra gérer le risque de récidive de ce criminel lorsqu’il sera en liberté surveillée. Si l’on revient au rôle du criminologue en institution, notons que son rapport doit également spécifier le niveau de risque d’évasion, le risque de violence en institution ainsi que le risque suicidaire. Ces diverses évaluations du risque servent à déterminer quel pénitencier est le plus approprié pour gérer la sentence de chaque détenu.

3 septembre 1998

8Parmi les détenus que j’ai évalués cette semaine, j’ai retrouvé deux figures connues : Claude le pédophile et Denis le criminel polyvalent. Bien sûr, eux ne me connaissent pas, mais moi je dispose déjà d’une bonne connaissance de chacun d’eux. Lors de notre première rencontre, Claude était peu loquace. Il reconnaissait les faits pour lesquels il est incarcéré, mais il semblait peu intéressé à communiquer son monde intérieur. Il était apathique, je dirais même qu’il était déprimé. Je suis conscient que la vie en pénitencier est parfois difficile pour un pédophile, mais Claude n’en est pas à sa première incarcération et il connaît donc les règles du jeu. Afin d’établir un lien de confiance minimal avec lui, je l’ai questionné sur sa vie dans la société. Comme je l’ai appris dans mes cours à l’université, les pédophiles sont souvent des êtres isolés et souffrant de solitude. C’est cet aspect qui m’a servi de pont pour établir la communication avec Claude.

9Au début, il semblait surpris que je le questionne sur son réseau social et sur ses sentiments en présence des adultes. Puis, il s’est ouvert au sujet de son profond sentiment de solitude. Une fois le lien établi, Claude accepta de parler au sujet de ses sentiments envers les garçons prépubères. Lorsqu’il parle d’eux, son visage s’illumine. Il les décrit comme affectueux, compréhensifs et intéressés à lui. Pour Claude, les adultes sont corrompus, dégénérés. Ils ne pensent qu’à eux, on ne peut pas leur faire confiance. Par opposition, il définit les enfants comme purs et non contaminés par la société matérialiste et inhumaine des adultes.

10Une fois établie sa préférence relationnelle pour les enfants, lors d’une deuxième rencontre, il s’est ouvert au sujet de son attirance sexuelle pour les garçons de 8 à 10 ans. Il décrit leur corps comme parfait et leurs échanges, comme des rapports amoureux. Il insiste sur le fait qu’il n’est jamais violent avec un jeune et que les contacts sexuels sont bénéfiques pour l’enfant - une source d’affection et une éducation sexuelle précoce. Claude semble convaincu de la valeur de ses propos et du fait qu’il est incompris.

11Son risque de récidive sexuelle est très élevé. En effet, Claude a des fantaisies sexuelles exclusives concernant les garçons prépubères. De plus, il présente de fausses croyances qui justifient les contacts sexuels avec les garçons et il a investi émotionnellement le monde des enfants plutôt que celui des adultes. Il a peu de contacts avec ces derniers et il passe le plus de temps possible avec des enfants. Il faut aussi considérer le fait qu’il a plusieurs antécédents judiciaires pour des crimes sexuels. Finalement, comme l’indiquent les travaux de Hanson et Morton-Bourgon (2004), les taux de récidive sont élevés chez les agresseurs sexuels dont les victimes sont des garçons sans lien intime avec l’agresseur, ce qui est le cas pour Claude. Sur la base des résultats aux instruments de prédiction actuariels, Claude présente un fort risque de récidive. Ces instruments de prédiction sont basés sur des recherches empiriques et des analyses statistiques. La précision de ces instruments dans la prédiction du risque de récidive est plus élevée que celle du jugement clinique. En effet, ce dernier est parfois biaisé par la tendance de l’humain à accorder une importance relative trop élevée à certains facteurs, au détriment d’un ensemble pondéré d’éléments. À titre d’exemple, le niveau de violence d’un délit sexuel n’est pas un bon indicateur du risque de récidive sexuelle. Toutefois, cet élément peut facilement être utilisé pour conclure qu’un criminel est dangereux et, en conséquence, à risque élevé de récidive. Dans le cas de Claude, il n’y a pas d’actes de violence physique lors de ses délits. Cependant, les prédicteurs de la récidive sexuelle que contient son dossier suggèrent que son risque de récidive, quant à cet aspect, est très élevé.

12Le risque de violence en institution est presque nul dans le cas de Claude. En effet, son dossier correctionnel indique qu’il n’a jamais été impliqué dans des bagarres, des émeutes ou des prises d’otage. De plus, si l’on se fie à ses inclinations personnelles, il semble peu porté à la violence. En fait, dans le cas de Claude, le risque à considérer est celui d’une victimisation par les autres détenus.

13Considérant les besoins en traitement de Claude et les risques qu’il soit victimisé, j’ai recommandé qu’il soit transféré à l’institution carcérale La Macaza. Ce pénitencier est reconnu pour son programme de traitement pour agresseurs sexuels : environ 60 % des détenus de cette institution sont des agresseurs sexuels. Comme ils ont peu tendance à s’agresser entre eux, les probabilités que Claude soit victimisé dans cette institution sont limitées. De plus, les autres détenus (40 %) de cette institution sont, pour le plupart, des cas de protection, pour qui un transfert dans un autre pénitencier serait dangereux pour leur intégrité physique. Ces détenus sont soit des délateurs, soit des personnes qui ont des dettes de drogue et à qui des menaces ont été proférées. Une autre raison qui justifie le transfert de Claude au pénitencier La Macaza est l’ampleur de son problème de pédophilie. En effet, le programme de traitement dispensé dans cette institution est d’une durée de huit mois. Ce programme est intensif et par conséquent proportionnel à l’ampleur des difficultés de Claude.

5 septembre 1998

14Ce matin, j’ai rencontré Denis, un criminel récidiviste. Malgré des antécédents judiciaires nombreux, Denis n’avait jamais reçu de longue sentence jusqu’à cette fois-ci. La marche est haute, entre une sentence de trois ans, dont la moitié a été purgée en communauté et une sentence de 12 ans dont au moins la moitié devra être assumée en institution. Denis semblait abattu, mais il restait néanmoins hostile et méfiant. L’entrevue fut de courte durée. Il était peu coopératif. Afin de favoriser une certaine ouverture de sa part, je lui ai exprimé que mon rôle n’était pas de le juger, le tribunal l’avait déjà fait, mais plutôt de l’aider. En effet, nos rencontres avaient pour but de clarifier les motifs qui l’ont conduit à adopter un mode de vie criminel. De plus, elles visaient à déterminer quels étaient les programmes offerts par le Service correctionnel du Canada qui correspondaient à ses difficultés. Ma stratégie d’approche fut peu fructueuse. Denis considérait qu’il n’avait pas de problèmes et qu’il n’avait pas besoin de suivre des programmes de traitement. En effet, lorsque j’ai discuté avec lui du programme pour toxicomanes et de celui de gestion de la colère, il a souri et m’a répondu : « Si faire la fête et se faire respecter est une maladie, dans ce cas-là, je préfère rester malade. » En fait, la seule ouverture possible était l’humeur morose qui prévalait chez Denis en ce début d’incarcération. Malheureusement, il a refusé de me rencontrer une seconde fois prétextant qu’il n’avait plus rien à me dire.

15Malgré le peu d’informations nouvelles obtenues en entrevue, l’évaluation du risque de récidive de Denis fut relativement facile. Les informations contenues dans son fichier SGD (Système de gestion des détenus) ainsi que celles provenant de la Cour de justice étaient suffisantes pour estimer que Denis présentait un risque élevé de récidive générale ou violente. En effet, il correspond sous de nombreux aspects au psychopathe classique tel que décrit par Robert Hare (1993) : il est impulsif, il n’a pas d’empathie pour ses victimes, il se met facilement en colère et il est incapable de planifier à long terme. Or, le taux de récidive chez les psychopathes est particulièrement élevé. Sur un autre plan, l’adaptation psychosociale de Denis est déficitaire dans plusieurs domaines : il n’a jamais occupé un emploi stable, ses relations amoureuses sont de courte durée et ponctuées d’actes de violence, son réseau social se compose presque exclusivement de criminels, il consomme de l’alcool et de la drogue sur une base régulière et il soutient des attitudes favorables au crime. Un autre aspect à considérer dans le cas de Denis est l’ampleur de ses antécédents judiciaires. Malgré son manque d’ouverture par rapport à une démarche en traitement, j’ai indiqué dans mon rapport d’évaluation qu’il pourrait bénéficier d’un programme pour toxicomanes et d’un autre pour gérer sa colère. Toutefois, avant que Denis puisse s’impliquer d’une manière minimalement authentique dans ces programmes, il devra faire un cheminement personnel, lequel pourrait être favorisé par un suivi individuel.

16La psychothérapie individuelle, dans le cas de Denis, devrait porter sur son désarroi actuel en lien avec sa lourde sentence. Pour Denis, le crime fut une façon de vivre dans laquelle il se sentait maître de la situation. À 34 ans, il est confronté au manque de pouvoir qu’il a sur sa vie, à savoir plusieurs incarcérations dans le passé et de nombreuses années à passer sous les verrous. S’il arrive à effectuer une analyse coûts-bénéfices, il constatera clairement que sa vie n’est plus sans contraintes et qu’il y a des conséquences à ne pas respecter les lois. Son sentiment de toute-puissance a été mis à mal. Est-ce à dire qu’il manifestera du remords et de la culpabilité pour ses crimes ? Cela semble peu probable. En fait, la seule voie possible de changement pour Denis repose sur le constat que seule une vie plus rangée lui permettrait de ne plus revenir en prison. Mais cela implique un renoncement à sa vie festive et à la reconnaissance de ses pairs délinquants ainsi qu’aux sensations fortes associées à un mode de vie criminel. Est-ce un prix qu’il est prêt à payer ? Je suis très pessimiste sur ce sujet. Néanmoins, la démarche mérite d’être essayée. En conséquence, dans mon rapport d’évaluation, je recommanderai un suivi par un psychologue au cours des prochains mois.

17Au cours de ses incarcérations antérieures, Denis a été impliqué dans des bagarres et a fait l’objet de sanctions disciplinaires à ce sujet. Il a également été soupçonné de trafic de drogue au pénitencier. Sur ce dernier point, le service de la sécurité préventive de l’institution où il était incarcéré n’a pas été en mesure de démontrer sa culpabilité. L’ensemble de ces éléments suffit pour que je recommande un placement dans un établissement à sécurité maximale, soit Donnacona. Une telle recommandation est également justifiée en raison de la longue sentence de Denis. En effet, il est possible qu’il estime qu’il n’a rien à perdre et qu’il tente une évasion ou une prise d’otage. Dans ce cas, un pénitencier à sécurité maximale s’avère approprié.

12 mars 1999

18Depuis un mois, j’occupe un poste d’agent de programme au pénitencier La Macaza. Mes fonctions consistent principalement à animer des thérapies de groupe dans le cadre du programme de traitement intensif pour agresseurs sexuels. Ce programme comporte plusieurs volets : un atelier de gestion de la colère et du stress ; un atelier d’apprentissage des habiletés sociales ; un groupe de prévention de la récidive ; des séances de modification des préférences sexuelles. Ces diverses modalités de traitement ont pour objectif de réduire les excès qui favorisent les comportements sexuels déviants, mais également de combler les déficits qui limitent les possibilités pour nos agresseurs sexuels d’établir des rapports interpersonnels et érotiques socialement acceptables avec des adultes.

19Claude le pédophile a été admis dans ce programme il y a quelques mois. Il participe assidûment aux diverses activités du programme. Cependant, les agents correctionnels, les gardiens, ont noté qu’il avait tendance à se replier sur lui-même lorsqu’il n’était pas en compagnie d’un autre pédophile âgé d’à peine 20 ans et avec qui les rapports étaient de plus en plus teintés d’affection. J’estime que cet intérêt pour un adulte, quoique plus jeune que lui, est un progrès en comparaison avec ses inclinaisons habituelles. Toutefois, Claude continue à manifester une méfiance certaine pour tous les autres adultes qu’il côtoie. En conséquence, j’ai l’intention de le rencontrer afin de l’aider à élargir le répertoire de ses rapports interpersonnels.

14 mars 1999

20Claude semblait très préoccupé lors de notre rencontre de ce matin. Je lui ai exprimé mes réserves quant à ses progrès en traitement. En effet, je lui ai signifié que, même s’il participait avec assiduité aux diverses activités du programme, il ne semblait pas les appliquer dans son quotidien. Claude confirma ma lecture de sa situation et s’ouvrit au sujet de ses craintes d’être rejeté et humilié par les autres détenus. De surcroît, il m’avoua qu’il était envahi par des sentiments amoureux à l’endroit d’un autre participant du programme. Toutefois, celui-ci lui avait signifié qu’il ne partageait pas ses sentiments. Ses confidences sur son désarroi amoureux et l’accueil empathique que j’ai manifesté ont réduit la méfiance de Claude à mon égard. Nous avons alors convenu que je le rencontrerais sur une base hebdomadaire afin de l’aider à mettre en application ce qu’il apprenait en cours de traitement.

18 mars 1999

21Lors de notre première rencontre individuelle, Claude décrivit une situation de conflit qu’il ne parvenait pas à résoudre. Un autre participant du programme de traitement avait pris l’habitude d’emprunter des cigarettes à Claude sans jamais les lui remettre. Claude aurait aimé utiliser l’habileté sociale « exprimer un refus » apprise lors des semaines précédentes, mais chaque tentative s’est avérée un échec. Il rapporte que dans le feu de l’action il devient anxieux et qu’il oublie le contenu de ses apprentissages. De plus, il est convaincu qu’il ne sera pas capable de faire face à l’autre. Ces échecs répétés nuisent fortement à son estime personnelle. Il en est arrivé à la conclusion qu’il n’a aucune valeur et qu’il va échouer son traitement, comme tout ce qu’il entreprend.

22Afin de briser ce cycle d’échec, j’ai proposé à Claude un plan d’action où la difficulté des tâches est graduellement haussée. Tout d’abord, plutôt que d’affronter directement un codétenu reconnu pour son agressivité, je lui ai proposé des jeux de rôles au cours desquels il pratiquerait, avec moi, ses habiletés d’affirmation de soi. Puis il exprimerait son insatisfaction à son fumeur-quémandeur en présence d’un médiateur, en l’occurrence moi-même. Au début, il trouvait ces jeux de rôles artificiels, puis il prit confiance en lui. Enfin, il réussit à refuser une cigarette au codétenu. Ce petit succès fut suivi de plusieurs autres. Bien qu’une certaine crainte persiste, Claude manifeste une confiance en lui-même qui croît de manière erratique.

17 juillet 1999

23Claude a étendu son réseau social, qui inclut maintenant des hommes de son âge et même d’autres plus âgés. Il est capable d’imposer des limites à ceux qui tentent d’abuser de sa timidité naturelle. De plus, il a établi des liens d’amitié avec quelques détenus. Il dépasse, dans ses conversations quotidiennes, les banalités usuelles sur la température et les résultats sportifs. Il rapporte qu’il a suffisamment confiance en eux pour partager ses joies et ses craintes. La plus grande d’entre elles est celle d’un échec de sa réinsertion sociale.

24Malgré huit mois de traitement et des progrès notables dans ses rapports interpersonnels, Claude reste préoccupé par des fantaisies sexuelles impliquant des garçons prépubères. Pour reprendre ses mots : « Sexuellement, je n’ai jamais connu autre chose. Je ne peux pas désirer ce que je ne connais pas. » En rencontre individuelle, il exprimait ses peurs de récidiver lorsqu’il verrait des garçons qui lui plairaient. De plus, il émettait des doutes quant à ses capacités à se constituer un réseau d’amis lorsqu’il serait dans la communauté : « Ici, en prison, on est entre pédophiles, mais à l’extérieur, qui sera intéressé à fréquenter un agresseur sexuel ? » Tout en reconnaissant le bien-fondé de certaines de ses craintes, je l’ai rassuré sur le fait qu’il ne serait pas laissé à lui-même lorsqu’il serait en liberté surveillée. En effet, un criminologue assurerait un suivi en continuité avec son cheminement en institution, c’est-à-dire qu’il l’aiderait à appliquer dans son nouvel environnement les apprentissages faits à La Macaza. Pour l’instant, je ne peux rien faire de plus pour Claude, mais j’ai une relative confiance dans ses capacités à maintenir ses acquis et à ne pas récidiver. Les résultats des recherches effectuées, tant au Canada qu’aux États-Unis, confirment que les programmes de traitement permettent de réduire considérablement les taux de récidive chez les agresseurs sexuels (7 % de récidive chez ceux qui terminent le traitement contre 15 % chez ceux qui ne sont pas traités). La suite de l’histoire est entre les mains de Claude et de celles du criminologue qui l’aidera lors de son retour en société.

4 novembre 1999

25Quant à Denis, qu’en est-il de son parcours en institution ? Un de mes collègues criminologues, agent de gestion de cas au pénitencier Donnacona, m’a informé au sujet de ses déboires. Dès son arrivée dans ce pénitencier, Denis a été confronté à son passé. En effet, quatre membres du groupe de motards criminels auquel appartiennent les deux trafiquants qu’il a tenté de tuer séjournaient dans cette institution. Ceux-ci lui ont fait des menaces de mort. Denis a demandé à être transféré dans un autre pénitencier, ce qui a été refusé. Si cette requête signifiait un désir de la part de Denis de renoncer à la violence, il fut très éphémère. En effet, en réaction à ce refus, il a battu, avec une barre de fer, deux des motards qui le menaçaient. Puis il a avisé les autorités pénitentiaires qu’il continuerait à les battre jusqu’à ce qu’il soit transféré dans une autre institution. Les autorités légitimes n’ont pas cédé à son chantage et les choses se sont relativement calmées. La violence extrême de Denis a imposé le respect à tous ceux qui auraient pu manifester des intentions hostiles à son égard. De plus, Denis a été soupçonné d’être l’un des dirigeants du trafic de drogue dans le pénitencier Donnacona. Ses proches figuraient parmi les per sonnes les moins recommandables de cet établissement, qui, avouons-le, est peu susceptible d’héberger des candidats à la canonisation. De nouveau dans son élément, c’est-à-dire intimider ses codétenus, défier les autorités légitimes et contrôler des activités criminelles, Denis ne manifestait plus d’intérêt pour un suivi thérapeutique. En fait, il ne s’est jamais présenté à ses rendez-vous avec le psychologue.

26L’absence d’engagement dans un processus de changement indique que Denis n’a pas renoncé à son mode de vie criminel et que son séjour au pénitencier n’est qu’un prolongement de ses activités habituelles. Dans une telle perspective, le risque de récidive est très élevé. Il en résulte que Denis devra purger une portion importante de sa sentence, soit environ les deux tiers. De plus, lors de son retour en société, il ne bénéficiera pas d’un soutien empathique, mais plutôt d’un programme de surveillance intensive visant à limiter ses actions criminelles.

30 janvier 2002

27Après plusieurs années comme criminologue en institution, j’avais le goût de relever de nouveaux défis. Un poste s’est ouvert dans un bureau de libération conditionnelle. Parmi les criminels en liberté surveillée dont j’assurerai le suivi figurent deux vieilles connaissances, Claude et Denis. Ce dernier a obtenu son transfert dans une maison de transition, mais avec des conditions très strictes : ne consommer aucun alcool ni drogue ; ne pas fréquenter de criminels judiciarisés ; trouver un emploi. De plus, le suivi de Denis s’effectue dans le cadre d’un programme de surveillance intensive, ce qui signifie qu’à toute heure du jour ou de la nuit il peut être soumis à des tests de dépistage pour l’alcool et la drogue. Il doit également rendre compte de ses activités quotidiennes de manière détaillée. Finalement, de nombreuses vérifications sont effectuées afin de vérifier la véracité de ses propos. Tout manquement à ces conditions strictes de libération conditionnelle aurait pour conséquence un retour en incarcération.

28Dans le cas de Denis, on est en droit de s’interroger sur la pertinence d’une libération conditionnelle avant l’expiration de sa sentence. En effet, n’aurait-il pas été préférable de le garder incarcéré le plus longtemps possible ? Sur ce point, mon opinion concorde avec celle du criminologue en institution qui a recommandé sa mise en liberté surveillée. En effet, une telle mesure permet à un criminel un retour en société encadré par des intervenants qui disposent de moyens légaux pour lui imposer un rythme de vie minimalement respectable. Dans de telles conditions, il y a une faible probabilité pour que Denis développe un intérêt minimal pour un style de vie qui lui est si étranger. À l’inverse, un retour en société à la fin de la sentence implique une absence de contrôle totale sur les conditions de sa réinsertion sociale. Connaissant Denis, il est facile d’imaginer qu’il aurait de nouveau suivi les sentiers qui lui sont familiers.

6 février 2002

29Je devais rencontrer Denis ce matin, mais il semble que j’ai tardé à lui donner rendez-vous. En effet, malgré un cadre très strict, ou peut-être en raison de celui-ci, Denis n’est resté en liberté que trois semaines. Alors qu’il devait être de retour à la maison de transition à 17 h hier soir, vers 22 h il était toujours absent. Un mandat d’arrestation a été émis le soir même. Vers 2 h du matin, des policiers l’ont identifié dans un bar de son quartier. Il semblait en état d’ébriété avancé. Il a résisté à son arrestation et il a blessé un des policiers. En plus d’un retour immédiat au pénitencier, cela lui a valu une sentence additionnelle de trois ans pour voies de fait. Cet échec annoncé comporte néanmoins un bénéfice secondaire : Denis sera hors de la circulation pour trois années additionnelles.

30Avec Claude, mes débuts comme criminologue dans un bureau de libération conditionnelle ont été plus heureux. En effet, il était en liberté surveillée depuis 10 mois et, malgré les obstacles, il semblait bien fonctionner. L’agent de libération conditionnelle que je remplace m’a assuré que Claude était très coopératif et qu’il abordait avec ouverture les difficultés qu’il éprouvait. Finalement, il était présent et à l’heure lors de notre première rencontre.

31Claude manifesta une vive satisfaction à revoir celui qu’il considère comme son guide. Pour lui, je suis le premier adulte qui a pris la peine de le comprendre et de l’aider sans le juger. Il m’a expliqué que son retour en société a été difficile, car il devait repartir à zéro. Malgré les habiletés acquises en traitement, il a été ardu pour lui de se lier d’amitié avec quelques personnes. En ce qui a trait au travail, ses efforts n’ont pas eu une issue des plus heureuses. Hormis quelques emplois temporaires, il doit compter sur l’aide sociale pour subsister. Cette situation nuit à son estime personnelle et lui laisse beaucoup de temps libre. Ces conditions sont favorables à l’écoute du chant des sirènes qui émane de son paradis artificiel, soit les fantaisies pédophiliques.

7 juin 2002

32Avec le retour du temps chaud, les fantaisies pédophiliques de Claude sont de plus en plus envahissantes. « Tous ces garçons en culottes courtes me font perdre la tête. Je ne suis plus capable de penser. » Malgré ses progrès sur le plan relationnel, Claude n’a jamais développé un intérêt sexuel pour un adulte, qu’il soit masculin ou féminin. La pédophilie reste le seul exutoire à ses pulsions sexuelles. L’été est une période particulièrement difficile pour lui. Nous avons convenu qu’il consulterait un psychiatre spécialisé dans le champ de l’agression sexuelle, afin d’être inscrit, pour quelques mois, à un programme de castration chimique. Ce type de traitement ne modifie par les préférences sexuelles d’une personne, mais du moins il réduit ses désirs sexuels et lui laisse l’esprit libre pour régler d’autres problèmes.

28 juin 2002

33Dans le cas de Claude, un objectif prioritaire est de réduire ses périodes d’oisiveté à des proportions raisonnables. De plus, les activités dans lesquelles il s’impliquera devront être une source de valorisation. Je lui ai proposé d’offrir ses services comme bénévole auprès d’un organisme qui s’occupe des personnes âgées. Hier, j’ai discuté de la situation de Claude avec le responsable de cet organisme et il s’est montré ouvert à lui offrir de l’aide. Pour Claude, cet organisme présente de nombreux avantages. Premièrement, de mai à septembre, il serait hébergé dans un camp de vacances situé à la campagne. Donc pas de jeune garçon en culottes courtes ni en maillot de bain. Deuxièmement, les tâches à assumer ne seraient pas difficiles. Finalement, Claude créerait des liens avec les bénéficiaires de ses services, lesquels seraient à la fois une source de valorisation et d’affection.

34Le plan de prise en charge de Claude peut paraître hétéroclite et peu conforme à un idéal d’intégration sociale élevée. Toutefois, dans la prise en charge de criminels judiciarisés, il faut faire preuve de créativité et de modestie. Les progrès de nos clients sont souvent limités et, dans certains domaines, inexistants. Pour un jeune criminologue aux espoirs démesurés, les progrès de Claude peuvent paraître dérisoires. Pourtant, de son point de vue, c’est un changement majeur. Pour paraphraser un psychologue célèbre, « le bonheur, c’est la conscience de croître ». De ce point de vue, Claude s’estime heureux de sa situation actuelle et, comme criminologue, j’ai le sentiment du devoir accompli.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search