Version classiqueVersion mobile

Profession criminologue

 | 
Jean Proulx

4. Histoires de cas

Texte intégral

Claude le pédophile

1Claude est un enfant unique. Il a vécu dans un monde d’adultes sans toutefois se sentir intégré à cet univers. En fait, déjà très jeune il était convaincu que ses parents ne l’avaient pas désiré, qu’il était une erreur de parcours. Un profond sentiment de solitude domine son paysage intérieur. Les adultes qui l’entouraient semblaient préoccupés par leur travail et leurs loisirs, mais bien peu par ses besoins à lui. Il percevait, derrière les mots et les sourires bienveillants, de l’indifférence à son égard. Son père était un homme timide et inhibé dont le seul centre d’intérêt semblait être son travail d’ébéniste. Hormis quelques questions relatives à l’école, leurs échanges étaient presque inexistants. Sa mère, une femme autoritaire, ne semblait préoccupée que par la propreté et l’ordre. Ses interactions avec Claude n’avaient pour finalité que de s’assurer que tout ce qui devait être fait avait été fait correctement. Les parents de Claude se disputaient peu, car son père était totalement soumis aux diktats de sa conjointe. En apparence, tout semblait bien fonctionner dans cette famille parfaitement « normale ». Malheureusement, il y avait une fissure dans cette normalité : les besoins et les attentes insatisfaites d’un jeune garçon.

2Claude était un enfant angoissé et solitaire. Pourtant il aspirait à être aimé, écouté, apprécié. Une profonde méfiance à l’égard des adultes, qu’il percevait égoïstes et froids, limitait ses efforts pour entrer en contact avec eux. De la part des enfants de son âge, son excès de poids lui a rapidement valu des surnoms peu flatteurs qui, en plus de le blesser, le rendaient également méfiant à leur égard. Néanmoins, vers l’âge de 9 ans, il réussit à intégrer un petit groupe de garçons avec qui il s’adonnait à des jeux sans gravité : construire des cabanes dans la forêt, simuler des guerres, etc. Ces cabanes isolées devinrent le lieu de jeux sexuels auxquels il participait avec enthousiasme. Il rapporte qu’il se sentait enfin apprécié. À l’école, le simple fait de dire bonjour à un ami, qui lui répondait positivement, était une source de valorisation importante. Pour une première fois dans sa vie, il ne se sentait plus seul ni isolé. Des garçons de son âge lui parlaient et semblaient apprécier sa compagnie. Il décrit cette période de sa vie comme heureuse. Enfin il avait trouvé sa place. Malgré ces succès circonstanciels, il continuait à cultiver une méfiance importante à l’égard de la majorité des gens qu’il côtoyait.

3Au début de l’adolescence, son groupe d’amis s’est dissous. Ceux-ci préféraient alors les conquêtes féminines aux explorations sexuelles des années précédentes. Claude, tout comme eux, tenta d’établir un lien amoureux avec une fille de son âge. Celle-ci refusa ses avances et se moqua de lui. Il conclut que, pour une fille, il était gros et inintéressant. La fidélité de ses anciens amis ne lui était pas acquise, ceux-ci préférant des activités avec des couples plutôt qu’avec un « perdant » comme lui. À leur indifférence se sont ajoutés des propos moqueurs qui soulignaient ses insuccès. Dans le sport et à l’école, Claude collectionnait les échecs, autres éléments qui ont concouru à réduire son estime de lui-même à zéro et à activer sa méfiance envers les adolescents et les adolescentes qui riaient de lui. En réaction à ces humiliations, Claude s’est isolé et il broyait du noir. L’avenir lui semblait sans espoir et il envisageait sérieusement de se suicider.

4Un garçon de 8 ans est parvenu à activer en lui le souvenir du paradis perdu et à donner un sens à sa vie. Hugo habitait dans l’immeuble en face de chez lui. Tout comme lui, il était enfant unique. Ses parents étaient séparés et il vivait seul avec sa mère. Il semblait n’avoir aucun ami. Claude est entré en contact avec Hugo d’une manière anodine. Il lui disait bonjour et lui souriait lorsqu’il le croisait. Hugo semblait sensible aux attentions de Claude. Un jour, il l’a invité chez lui afin de jouer au Nintendo. Par la suite, il a réitéré l’expérience. La mère d’Hugo ne semblait pas inquiète du fait que Claude avait 14 ans et qu’il était donc beaucoup plus âgé que son fils. En fait, Claude avait l’impression qu’elle était soulagée que quelqu’un s’occupe d’un fils encombrant. Claude s’attachait à Hugo. Celui-ci semblait le comprendre et il appréciait sa compagnie. Les rencontres étaient de plus en plus fréquentes et diversifiées. Ils jouaient au parc, ils marchaient en forêt, ils écoutaient des films. Claude rapporte qu’il était en amour avec Hugo. Après quelques semaines de fréquentations, il avait de plus en plus de fantaisies sexuelles impliquant Hugo. Il avait le goût de caresser son corps et de lui faire une fellation.

5Un après-midi alors qu’ils étaient seuls dans l’appartement de la mère d’Hugo, Claude serra ce dernier dans ses bras. Comme il ne résistait pas, il a commencé à le caresser dans le dos et sur les cuisses. Hugo semblait surpris, mais il ne manifestait pas de désaccord. Claude lui proposa alors un jeu qui consiste à se mettre nu et à se laisser chatouiller sans broncher. Hugo acquiesça. Claude put enfin vivre les fantaisies qui l’habitaient depuis un certain temps. Après avoir quitté Hugo, il se sentait détendu et même euphorique. Cet état de bien-être fut de courte durée, car le soir même la mère d’Hugo est venue chez lui afin de signifier à ses parents que, s’il tentait de contacter Hugo, elle le dénoncerait à la police. Claude ne comprenait pas. Il se sentait si proche d’Hugo et celui-ci n’avait offert aucune résistance à ses caresses. De nouveau, c’était le rejet et la solitude.

6Après quelques semaines de détresse, Claude rencontra un autre garçon, Sylvain. Celui-ci était âgé de 9 ans et il semblait tout comme lui solitaire et un peu triste. Cette fois, il fut plus prudent. Après avoir créé un lien d’amitié avec Sylvain, il a introduit les contacts physiques de manière graduelle. Dans un premier temps, ce fut des massages dans le dos par-dessus ses vêtements. Puis les caresses étaient de plus en plus près du sexe du jeune garçon. Avant de continuer, il s’assura qu’il ne parlerait pas de ces contacts physiques à ses parents. En effet, il estimait que Sylvain, tout comme Hugo, appréciait ses caresses, mais que c’était les adultes, les parents, qui ne comprenaient pas l’amitié et la tendresse qu’il exprimait de cette manière. Comble de malheur, dans les semaines qui suivirent, Sylvain déménagea dans une autre ville. De nouveau, les adultes perturbaient la vie de Claude.

7Dans l’année qui suivit ces incidents, Claude eut des contacts sexuels avec trois autres garçons. Les gens du quartier manifestaient de l’inquiétude par rapport à son intérêt prononcé pour les jeunes garçons. Dans les parcs, les piscines publiques, sur la rue, il était presque toujours en compagnie de garçons âgés entre 8 et 10 ans. L’un d’entre eux, qui avait résisté à ses avances sexuelles, en parla à ses parents. Ceux-ci déposèrent une plainte à la police. Lors de l’enquête, plusieurs garçons du quartier, sur lesquels il avait fait des attouchements sexuels, dévoilèrent aux policiers les agissements sexuels de Claude. Son arrestation fut une source d’humiliation additionnelle. L’attitude hostile des policiers le confortait dans sa méfiance habituelle à l’égard des adultes. « Ils ont manipulé les garçons pour qu’ils témoignent contre moi », se disait-il. Après le procès, il fut placé dans une institution pour jeunes délinquants.

8Les premiers jours dans cet univers clos et tendu furent extrêmement pénibles pour Claude. Son attitude inhibée et timide attira des moqueries de la part des autres pensionnaires. Plusieurs d’entre eux étaient déjà des criminels accomplis qui avaient expérimenté le trafic de drogue, les vols d’auto et les vols par effraction. Ces délinquants avaient recours à la violence et à la menace avec une facilité qui décontenançait Claude. Lorsque ses délits furent connus, l’hostilité que les autres pensionnaires manifestaient à son égard s’accrut considérablement. Il devint la brebis galeuse de son pavillon. Ses seules consolations étaient des activités masturbatoires alimentées par le souvenir du petit corps fragile d’Hugo ou bien de celui de Sylvain. À cette époque, Claude était âgé de 16 ans.

9Malgré la période d’enfer que fut son passage en institution, il récidiva quelques mois après sa sortie et dut retourner en institution. Ses parents lui signifièrent qu’ils ne voulaient plus maintenir le contact avec lui. Même s’il n’était pas proche d’eux, ce fut un choc de voir se concrétiser de manière aussi formelle le sentiment de rejet qu’il nourrissait depuis plusieurs années. Les murs de sa cellule semblaient encore plus froids que lors de son séjour antérieur. Les moqueries et les humiliations furent de nouveau son lot quotidien. Claude pensait de plus en plus au suicide. Sa vie lui semblait sans espoir. Chaque fois qu’il croyait avoir trouvé le bonheur, des adultes venaient l’éloigner de l’élu de son cœur et de son corps. Son salut fut un garçon de 13 ans, qui en paraissait 10, et qu’il surnomma Sucre d’orge. Sans être son protecteur, il lui consacrait ses heures d’activités libres. Sucre d’orge avait déjà eu des contacts sexuels avec des hommes adultes. En conséquence, il manifesta peu de réticences lorsque Claude lui fit des avances sexuelles. En dépit des moqueries des autres jeunes du pavillon, sa relation avec Sucre d’orge lui permit de terminer son séjour en institution dans des conditions qu’il jugeait supportables.

10Maintenant âgé de 28 ans, il se retrouve en liberté après deux sentences purgées à la prison de Bordeaux pour des crimes sexuels. Sans aucun contact avec sa famille et totalement isolé, il avait mal commencé sa vie d’adulte. Peu scolarisé et mal dans sa peau, les perspectives professionnelles apparaissaient des plus limitées. Néanmoins, il trouva un emploi dans une usine qui produisait des meubles. Employé peu qualifié, il était astreint à des tâches ingrates pour lesquelles il recevait un bas salaire. Ses rapports avec ses collègues de travail, sans être négatifs, étaient presque inexistants. Il ne partageait avec eux aucune activité hors des heures à l’usine. Même là, hormis quelques conversations superficielles, il restait silencieux ou isolé. Ses soirées et ses fins de semaine étaient occupées à écouter de la musique ou à regarder des films. Il était seul la majorité du temps et les rares contacts humains qu’il avait impliquaient des employés de restaurants ou de magasins.

11La crainte d’une récidive, qui lui vaudrait une lourde sentence de pénitencier, lui permettait de contenir ses désirs de rapprochement avec de jeunes garçons. Néanmoins, les fantaisies sexuelles pédophiliques occupaient son esprit de manière envahissante. Pesant le pour et le contre de sa situation, il conclut qu’elle était invivable. Il se sentait seul, vide et sa vie n’avait aucun sens. Sa seule source de bonheur, les jeunes garçons, lui manquait terriblement. Il fit alors le choix de reprendre sa quête d’un compagnon dans le « bienheureux monde des enfants ». Il avait décidé que s’il était arrêté de nouveau, il se suiciderait, mais qu’avant de mourir il vivrait comme il l’entendait. Il était convaincu qu’il était un incompris et que, dans un futur proche, les contacts sexuels entre adultes et enfants seraient légaux. Tout comme l’homosexualité, la pédophilie constitue, selon lui, une façon saine d’exprimer son affection et de vivre sa sexualité. Une fois sa décision fermement arrêtée, il restait de nombreux obstacles à surmonter avant qu’il n’arrive à ses fins. En effet, ses antécédents judiciaires étaient connus des policiers de son quartier et il était l’objet d’une certaine surveillance de leur part. De plus, lorsqu’une agression sexuelle était commise dans son quartier, les policiers lui demandaient de justifier son emploi du temps.

12Les délits qui l’ont mis en contact avec notre criminologue fictif, Laurent, furent perpétrés alors que Claude avait 29 ans. Une voisine lui a demandé de garder son fils, afin qu’elle puisse effectuer des courses. Ce premier contact avec sa victime fut tout à fait adéquat. Toutefois, Claude estima que cette situation, s’il savait l’exploiter, pouvait s’avérer prometteuse. Effectivement, le jeune garçon, Mathieu, semblait apprécier sa présence et il ne manifestait aucune méfiance à son égard. Claude prit soin de ne pas brusquer le garçon et de laisser celui-ci s’attacher à lui. La mère de Mathieu manifestait également des dispositions favorables à l’égard de Claude, qui semblait un jeune homme timide mais gentil. Les contacts sexuels ont débuté après quelques semaines. Par des cadeaux et de l’argent, Claude croyait s’être assuré le silence de Mathieu. Malheureusement pour lui, lors d’une enquête au sujet d’une série de crimes sexuels dans son quartier, les policiers ont rencontré Mathieu et sa mère. L’enfant, convaincu par Claude que les touchers sexuels étaient normaux, s’exprima ouvertement sur la nature de sa relation avec ce dernier. Après enquête, il fut démontré que Claude était également l’auteur de trois des délits sexuels commis dans son secteur. Chaque fois, il avait abordé un garçon inconnu dans les toilettes d’un parc et, sous la contrainte, il avait touché ses victimes tout en se masturbant. À l’issue de son procès, il reçut une sentence de huit ans et fut incarcéré au Centre régional de réception, un pénitencier sous juridiction fédérale. Laurent, le criminologue, fut impliqué dans l’enquête qui mena à l’arrestation de Claude. Toutefois, il le rencontra pour la première fois au Centre régional de réception, alors qu’il avait pour mandat d’effectuer son évaluation criminologique.

Denis, le criminel polyvalent

13Denis est le troisième d’une famille de six enfants. Ses deux frères plus âgés eurent des démêlés avec la justice dès le début de l’adolescence. Pour Denis, ils étaient des héros, des modèles à suivre. Il était particulièrement impressionné par le respect et la crainte que les gens du quartier manifestaient à l’égard de ses frères. Il est vrai que ceux-ci étaient reconnus pour leur violence et pour leurs liens avec le gang criminel qui avait le contrôle du trafic de drogues, du prêt usuraire et du « racket » de protection dans ce quartier défavorisé. Son père était alcoolique et bagarreur. Régulièrement, alors qu’il était en état d’ébriété avancé, il battait sa femme et ses enfants. Dès l’âge de 8 ans, Denis le détestait à un point tel qu’il planifiait de l’assassiner lorsqu’il en aurait les capacités physiques. Néanmoins, il admirait cet homme qui ne refusait jamais de se battre, et ce, peu importe la taille de son adversaire. Son père n’était pas un criminel judiciarisé, ce qui n’était pas le cas de ses amis. Comme le père de Denis n’était pas recherché par la police, les beuveries et les parties de cartes avaient souvent lieu chez lui. Denis admirait également ces hommes qui semblaient toujours faire la fête. L’argent circulait en abondance et l’alcool coulait à profusion. Denis faisait des courses pour ces hommes. Parfois, c’était une arme à cacher, alors qu’à d’autres moments il devait transporter de la drogue ou de l’argent. Il se sentait supérieur aux autres garçons de son âge. Il avait beaucoup d’argent pour un garçon de 8 ans. Il se sentait apprécié par les criminels que côtoyait son père.

14À l’école, il était turbulent. Il manifestait peu d’intérêt pour les études. Pour Denis, les élèves sages étaient des lâches et des perdants. Il se percevait différent et sans aucune affinité avec les élèves studieux. Son avenir lui semblait clair, le crime et une vie festive. Ses professeurs avaient peu d’influence sur lui. Il fut donc transféré dans une classe spéciale pour jeunes en difficulté. Au sein de ce groupe, il devint un leader, tant par sa violence que par son statut au sein du gang criminel avec lequel il avait commencé à tisser des liens.

15Dès 12 ans, il fut incarcéré dans une institution pour délinquants. Denis avait été reconnu coupable d’incendie criminel (il mit le feu au garage d’un voisin qui avait déposé une plainte contre lui parce qu’il avait battu son fils) et de vols simples (vols de radios d’automobiles). En raison de son âge, son séjour en institution fut difficile, du moins au début. Des délinquants plus âgés ont tenté d’abuser de lui sexuellement. Mais Denis a pour principe de ne jamais partir perdant dans une bataille. Si l’autre est nettement plus fort que lui, il l’affronte avec une arme – un couteau, une chaîne, une barre de fer. Malgré ses 12 ans, Denis fut rapidement respecté par les autres jeunes en institution. Ce premier séjour lui a même permis d’élargir son réseau de connaissances dans le milieu criminel. Par la suite, à de nombreuses reprises, il fut l’invité d’institutions pour délinquants.

16Au début de l’âge adulte, Denis était parfaitement intégré au milieu criminel. Trop impulsif pour être l’organisateur de crimes complexes, il jouissait néanmoins d’une réputation de dur qui n’a pas froid aux yeux. Si un consommateur de drogue tardait à payer ses dettes, Denis trouvait des « arguments » qui le rendaient plus coopératif. Et lorsqu’un revendeur de drogues venait exercer son commerce dans le quartier sous la tutelle de son gang, il savait lui donner une leçon de géographie qui laissait des marques dans la chair et la mémoire de son élève. Son lot quotidien était constitué de petits larcins et d’actes d’intimidation. Les séjours en prison, de courte durée au début de la vingtaine, furent de plus en plus substantiels alors qu’il approcha de la trentaine. La lourdeur de sa dernière peine, 12 ans, s’explique par l’ampleur de ses antécédents judiciaires, mais aussi par la gravité de ses crimes, à savoir deux tentatives de meurtre et la vente d’une quantité importante de cocaïne.

17Hormis ses activités criminelles, Denis menait une vie festive où l’alcool, la drogue et les femmes prenaient une place centrale. Peu préoccupé par son futur, il vivait au jour le jour ou, dans son cas, pour être plus précis, d’une nuit à l’autre. Presque chaque nuit, il buvait et consommait de la cocaïne jusqu’au lever du jour. Durant la soirée, il s’occupait des tâches qui lui étaient dévolues au sein de son gang criminel. Ces tâches lui demandaient peu d’efforts et de temps, tout en lui procurant suffisamment d’argent pour mener un train de vie coûteux. Les batailles dans les bars étaient fréquentes. Pour Denis, c’était cela la vraie vie : travailler peu et faire la fête chaque nuit. Il méprisait les non-criminels, des lâches qui peinaient durement pour un maigre confort.

18Même si Denis n’était pas un des chefs de son gang criminel, il était respecté par ses congénères. Lui-même s’estimait très favorablement. Sa brutalité et son impulsivité suscitaient la crainte même chez ses connaissances. Denis jugeait qu’il méritait le respect de tous et qu’un manquement à cet égard était inacceptable. Il faut spécifier que sa définition du respect était très large. Une femme avec qui il avait consommé quelques bières et qui se refusait à lui commettait l’impardonnable : elle lui avait manqué de respect. Ce refus était perçu comme une injustice et méritait une punition. La prendre de force et la menacer de mort si elle portait plainte à la police étaient dans la logique des choses. Un ami d’enfance lui avait emprunté 800 $ et il n’avait pas été en mesure de lui remettre cette somme ainsi que les intérêts dans les délais prévus. Denis s’est présenté à son domicile et il l’a battu devant sa femme et ses enfants. Puis, en partant, il lui a tiré une balle dans le pied. Sa conjointe, avec qui il entretenait une relation depuis quelques mois, lui reprocha ses comportements séducteurs avec d’autres femmes. En réaction, il la frappa au visage à plusieurs reprises tout en l’injuriant. Pour Denis, les choses doivent se passer à sa manière, sinon c’est un manque de respect à son égard.

19Une personne comme Denis est très utile dans une organisation criminelle qui, pour survivre, doit imposer le respect aux autres organisations criminelles. Ainsi, au fil des ans, sa réputation de violence n’étant plus à faire, sa seule présence suffisait à limiter les intentions « malhonnêtes » des personnes impliquées dans d’importantes transactions de drogue avec des membres du gang auquel il appartenait. Ces situations à risque élevé de dérapage étaient pour Denis une source de sensations fortes et d’adrénaline. C’est lorsqu’il était en danger qu’il se sentait le plus vivant. Il rapporte que les transactions de drogue et les vols à main armée sont les moments les plus intenses de sa vie.

20Âgé de 34 ans, Denis fut reconnu coupable sous plusieurs chefs d’accusation relatifs au trafic de drogue, ainsi que sous deux chefs d’accusation pour tentative de meurtre. Il faisait l’objet d’une écoute électronique. Celle-ci a permis au policier de saisir les détails d’une importante transaction de drogue (trois kilogrammes de cocaïne). À la suite d’un coup de fil à un ami, Denis était convaincu que les acheteurs avaient l’intention de voler son organisation et de ne pas payer la somme convenue pour la transaction. Cette information provenait d’une source douteuse, mais Denis n’était pas homme à effectuer une analyse détaillée de la situation. Il prit la résolution d’éliminer les deux acheteurs suspects. Lors de la transaction, la police était à l’affût. Elle est intervenue alors que Denis mettait ses plans à exécution. Les deux acheteurs ont eu la vie sauve et une sentence de pénitencier. Quant à Denis, l’intervention précoce de la police lui a valu une condamnation pour deux tentatives de meurtre, alors qu’une action plus tardive lui aurait valu une sentence d’emprisonnement à vie, sans possibilité de libération avant 25 ans. En effet, lorsque les policiers ont interrompu la transaction, les deux acheteurs gisaient sur le sol, blessés par balle. Sans une intervention médicale rapide, ils auraient succombé à leurs blessures.

21Une sentence de 12 ans pour des crimes de violence signifie au moins 6 ans derrière les barreaux. Pour la première fois de sa vie, Denis ne se sentait plus maître de la situation. Il ne pouvait supporter l’idée d’être confiné entre quatre murs jusqu’à l’âge de 40 ans. Il savait que les évasions d’un pénitencier à sécurité maximale, tel Donnacona, sont presque impossibles. Son univers de plaisir et de vie facile venait de s’écrouler. Son quotidien serait désormais régenté par des gardiens pour lesquels il ne ressentait que du mépris. L’alcool et la drogue sont relativement accessibles dans un pénitencier, mais les femmes, c’est une autre chose. L’idée de vivre six ans sans toucher le corps d’une femme le rendait furieux. Lui qui vivait selon ses caprices du moment devrait désormais s’adapter aux contraintes et aux privations du monde carcéral. Cette perte de pouvoir sur sa vie fut à l’origine d’un effondrement, d’une remise en question chez Denis. Cette crise était-elle éphémère et uniquement redevable au contexte de ce début d’une très longue sentence ? Malgré les doutes que l’on pouvait exprimer au sujet de sa sincérité, sa remise en question fut prise au sérieux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search