Version classiqueVersion mobile

Profession criminologue

 | 
Jean Proulx

3. Champs de pratique du criminologue

Texte intégral

1Les champs de pratique du criminologue sont multiples et chacun d’entre eux mériterait un ouvrage en soi. Aussi, dans cette introduction à la profession de criminologue, mon objectif est de les présenter brièvement. Dans la présente section, je n’entrerai pas dans les détails. Toutefois, dans les suivantes, je présenterai certains aspects de la tâche du criminologue à partir de deux cas cliniques. Dans un premier temps, je conterai l’histoire personnelle et criminologique d’un agresseur sexuel d’enfants, puis celle d’un criminel polyvalent dont les crimes incluent des vols, du trafic de stupéfiants et des voies de fait. Dans un deuxième temps, nous suivrons un criminologue fictif dans ses interactions quotidiennes avec ces deux criminels à diverses étapes de leur prise en charge par le système de justice, à savoir l’enquête policière, l’évaluation du risque de récidive, le traitement en milieu pénitentiaire et le suivi dans la communauté.

2Ce criminologue, que j’ai imaginé, n’intervient qu’auprès de criminels adultes. D’autres travaillent avec des adolescents, des femmes ou des victimes. D’autres agissent au sein d’organismes gouvernementaux qui établissent des politiques pénales et correctionnelles. Je suis conscient des limites de cette approche qui ne cible que les criminels adultes. Toutefois, comme la majorité des criminologues assument des fonctions d’évaluation et de gestion du risque de récidive de criminels judiciarisés, le présent ouvrage devrait illustrer l’essence du travail de ce professionnel.

3Les résultats d’un sondage récent indiquent que 79 % des criminologues travaillent dans le secteur clinique (évaluation et traitement) et que 21 % d’entre eux assument des fonctions administratives ou de recherche. Les activités cliniques s’exercent dans les milieux suivants : prisons, pénitenciers, institutions pour adolescents délinquants, bureaux de probation, maisons de transition, foyers de groupe pour toxicomanes judiciarisés et centres d’aide aux victimes d’actes criminels. Les fonctions administratives, elles, peuvent s’exercer dans des institutions carcérales ou dans la communauté. Elles peuvent aussi s’effectuer dans le cadre des ministères de la Justice ou de la Sécurité publique. Finalement, en ce qui a trait à la recherche, elle émane principalement des universités et de leurs centres de recherche, par exemple le Centre international de criminologie comparée. Certains organismes gouvernementaux, tel le Service correctionnel du Canada (SCC), possèdent des centres de recherche spécialisés. Ainsi, celui du SCC s’intéresse en particulier à l’efficacité de ses programmes de traitement destinés aux agresseurs sexuels, aux conjoints violents et aux toxicomanes qui commettent des crimes.

4Peu importe le champ de pratique du criminologue, ses actions sont soumises à une double contrainte. D’une part, elles doivent permettre de protéger la société contre les agirs prédateurs et destructeurs des criminels. D’autre part, elles doivent respecter les droits des criminels et, dans la mesure du possible, les aider à se réhabiliter. Protéger la société peut signifier offrir un soutien à des enquêteurs afin de les aider à arrêter plus rapidement un criminel violent. Protéger peut aussi signifier effectuer une évaluation juste du risque de récidive d’un criminel violent. Si ce risque est élevé, il s’avérera nécessaire de lui proposer une participation dans un programme de traitement qui devrait lui permettre de réduire ce risque. Finalement, protéger la société implique d’effectuer un suivi rigoureux des criminels en libération conditionnelle ou en maison de transition. Respectent-ils leurs conditions de remise en liberté ? Est-ce que les conditions qui ont précipité leurs délits antérieurs réapparaissent dans leur vie actuelle ? Sur ce plan, on pourrait penser à la solitude du pédophile qui le pousse à établir des contacts avec des enfants (voir le film La peur du loup avec Kevin Bacon). En ce qui a trait à l’autre contrainte associée à la profession de criminologue, celle de respecter les droits des criminels, on peut souligner la nécessité d’une évaluation juste du risque de récidive, afin de ne pas maintenir incarcérée une personne dont le risque de récidive est très faible. Respecter le détenu, c’est aussi croire en son potentiel de réhabilitation et lui offrir un programme de traitement adapté à ses difficultés spécifiques.

5Dès lors, le criminologue exerce sa profession dans une position difficile. S’il évalue un criminel violent selon les règles de l’art, et que celui-ci récidive malgré une estimation positive de son potentiel de réinsertion sociale, la valeur de son travail d’évaluation peut être remise en question. En plus, lorsqu’il entame un processus de traitement avec un criminel, il exerce ce rôle en position d’autorité : après le traitement, il peut estimer que son client est encore dangereux et qu’un retour rapide en société n’est pas souhaitable. Pour le délinquant, le criminologue est donc celui qui l’aide, mais aussi celui qui le prive de liberté. Ce double rôle du criminologue est particulièrement difficile à gérer et transcende le cadre usuel de la relation d’aide.

6Afin d’assumer son rôle avec professionnalisme, le criminologue doit tabler sur ses qualités humaines ainsi que sur les données de la recherche (evidence based practice). Sur le plan personnel, il doit à la fois être capable d’un rapport empathique avec le criminel et être en mesure de mettre des limites claires et fermes lorsque celui-ci tente de dévier du cadre thérapeutique. Le criminologue doit également être en mesure de faire face à l’hostilité du criminel (menaces, insultes), sans se remettre constamment en question. Être criminologue implique que l’on connaisse ses forces et ses faiblesses et que ces dernières ne nous causent pas de désarroi important qui paralyserait nos actions cliniques (surtout lorsqu’un détenu nous les met sous le nez). En tout temps, être criminologue implique une certaine humilité, car les échecs en traitement sont nombreux et les progrès souvent éphémères. Le criminologue clinicien doit aussi être impliqué dans un processus de formation continue afin de connaître les méthodes d’évaluation et de traitement les plus efficaces pour gérer le risque de récidive des criminels. Finalement, le criminologue clinicien doit être au fait des nouvelles lois, puisque son travail s’effectue dans un cadre législatif.

7Malgré toutes les difficultés mentionnées ci-dessus, le travail de criminologue est passionnant. Il stimule à la fois notre intellect et notre humanité. Afin de rendre plus concret ce qui précède, la suite de cet ouvrage sera une illustration du travail du criminologue par le biais du suivi de deux criminels. Pour permettre au lecteur de mieux saisir les enjeux impliqués dans la prise en charge de ces infracteurs, voici une brève description de Claude le pédophile et de Denis le criminel polyvalent.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search