Version classiqueVersion mobile

Profession criminologue

 | 
Jean Proulx

2. Les corpus de connaissances de la criminologie

Texte intégral

1La criminologie se définit par son objet d’étude, le crime. Si elle puise ses concepts et ses méthodes dans la psychologie, la sociologie et le droit, elle est émancipée de ces disciplines mères. Comme le souligne Maurice Cusson, « ce qui fait vraiment la criminologie, ce qui la distingue du droit, de la psychologie, etc., c’est un corpus de connaissances sur un objet : le phénomène criminel. Ce qui caractérise le criminologue, c’est son savoir et c’est aussi son art de savoir, car il est initié aux méthodes d’investigation clinique et scientifique qui lui permettent de comprendre les individus délinquants et de savoir la nature précise des problèmes criminels qui se posent dans un contexte précis ». Les criminologues s’intéressent aux criminels (leur personnalité, leur histoire familiale), aux crimes (les processus décisionnels des criminels qui commettent des fraudes par carte de crédit ou bien de ceux qui dirigent un réseau de trafic de drogue), aux victimes (l’impact d’une agression) et au système de justice (la police, les tribunaux, les pénitenciers). Parmi les questions que se posent les criminologues, on peut noter : pourquoi une personne devient-elle un criminel ? Quelle est l’influence de la famille et du milieu social sur le développement d’une propension au crime ? Pourquoi les crimes violents sont-ils plus fréquents à telle époque ou dans telle ville ? Pourquoi certains comportements en viennent-ils à être définis comme des crimes (la vente de drogues tels l’opium ou la cocaïne) ? Comment peut-on prévenir le crime ? Quels sont les prédicteurs de la récidive chez des criminels judiciarisés ? Quelle est l’efficacité des traitements pour pédophiles ?

2Les assises théoriques de la criminologie puisent dans plusieurs disciplines, ce qui se reflète dans la façon de l’enseigner. Ainsi, à l’Université de Montréal, la criminologie est une unité d’enseigne ment autonome, distincte des Départements de sociologie et de psychologie, ainsi que de la Faculté de droit. Néanmoins, en raison de ses filiations théoriques, il n’est pas surprenant de constater que l’enseignement de la criminologie repose sur des corpus de connaissances provenant de plusieurs disciplines. Par conséquent, à l’École de criminologie de l’Université de Montréal, le corps professoral est composé non seulement de criminologues, mais également de juristes, de psychologues et de sociologues. Le modèle québécois de la criminologie intègre trois disciplines, sur le plan de la recherche, comme sur celui de l’intervention. En Belgique, on dénombre plusieurs départements de criminologie. En France, l’enseignement de la criminologie est généralement dispensé au sein des facultés de droit. Pour ce qui est des États-Unis, s'il existe certaines départements de criminologie, certaines universités ne proposent des enseignements dans cette discipline que dans le cadre d’une programmation en sociologie. En bref, l’enseignement de la criminologie est diversifié, à l’image de ses assises théoriques. Mais en fait, quels sont les grands courants théoriques en criminologie ?

Les grands courants théoriques

3Dans un ouvrage publié en 1998 et intitulé La criminologie, Maurice Cusson distingue cinq courants dans la criminologie actuelle. Le premier est celui de la criminologie clinique et de l’étude des carrières criminelles. Ce courant de recherche est axé sur le criminel en tant qu’individu. Il cherche à percer la subjectivité du vécu du criminel, à connaître la manière dont ce dernier perçoit le monde et se perçoit lui-même. Le sentiment d’injustice subie est au cœur de cette conception de la personnalité criminelle. Les chercheurs qui s’inscrivent dans ce courant tentent d’élucider les mystères entourant le développement d’une personnalité criminelle, mais aussi les facteurs qui vont favoriser un désistement de l’activité criminelle.

4Un deuxième courant porte sur l’intégration sociale du criminel. Les chercheurs visent à clarifier la nature des interactions familiales, scolaires, personnelles et récréatives qui tissent des liens sociaux et favorisent le respect des lois et des normes. Les tenants de ce courant, de tradition sociologique, expliquent la délinquance par un affaiblissement ou même un effondrement de ces liens sociaux ; il en résulte un vide relationnel peu propice au contrôle social informel. Ainsi, un individu en vient à commettre des crimes parce qu’il se soucie peu des réactions de son entourage et que les normes sociales perdent leur pouvoir contraignant.

5Un troisième courant se situe aux confins de la sociologie et de la psychologie. Le comportement criminel y est défini comme étant appris par l’observation de criminels en action (ce que Ronald Akers nomme l’apprentissage social), mais également par des échanges interpersonnels directs avec des criminels (Edwin Sutherland affirme que ces échanges favorisent le développement de croyances qui encouragent et justifient le crime). Le développement d’une propension criminelle est donc plus probable chez l’individu qui grandit dans un contexte où prévaut une sous-culture qui valorise la violence et le crime.

6Un quatrième courant est celui de la réaction sociale à la déviance, courant représenté notamment par Pierre Landreville. Les adeptes de ce courant estiment que le crime est un construit social et qu’il ne constitue pas une réalité objective. En conséquence, ils s’intéressent au processus de construction d’un crime ainsi qu’aux mesures pénales mises en place pour l’endiguer.

7Un cinquième et dernier courant – la criminologie de l’acte – a pour objet d’étude les processus décisionnels d’un criminel lors de la planification et de la réalisation d’un délit spécifique. Les criminologues dont les travaux se situent dans cette perspective tentent d’établir des stratégies de prévention situationnelles qui visent à dissuader un criminel de commettre un crime. Par-delà la diversité des perspectives théoriques en criminologie, qu’en est-il de la pratique criminologique ?

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search