Version classiqueVersion mobile

Profession criminologue

 | 
Jean Proulx

1. Pourquoi choisir la criminologie ?

Texte intégral

1Je me dois de clarifier les raisons de ma curiosité au sujet de la vision du monde des criminels. Pourquoi ne me suis-je pas plutôt intéressé à la vision du monde des schizophrènes ? En somme, pourquoi les criminels me fascinent-ils ? Afin de répondre à cette question, je vais reprendre certains propos que j’adresse à mes étudiants et étudiantes lorsqu’ils me demandent candidement : « Sommes-nous en criminologie parce que nous sommes fascinés par le crime, parce que nous sommes nous-mêmes des criminels en puissance ? »

2Tout d’abord, je leur lis une citation du cinéaste Fritz Lang :

Ouvrons la Bible, qu’y trouvons-nous ? Dès les premiers chapitres, on peut lire le récit d’une duperie (Ève fait manger la pomme à Adam), d’une expulsion (le couple originel est chassé de l’Éden) et d’un meurtre (Caïn tue Abel). Peu à peu, je me suis persuadé que chaque cerveau possède en lui-même un penchant au meurtre. Oui, chacun de nous est un tueur en puissance. S’il en est ainsi, je suis heureux d’exercer la profession de cinéaste, grâce à laquelle tous les crimes dont je suis l’auteur sont commis exclusivement dans le dessein de divertir.

3Ensuite, je poursuis en soutenant la proposition suivante : « Chacun de nous possède une certaine propension au crime, mais dans nos actions et nos représentations du monde nous nous distinguons de manière importante des criminels de carrière. » Afin de démontrer cette proposition, je leur soumets des arguments de deux ordres, soit ceux de la clinique et ceux de la recherche.

4Sur le plan clinique, on constate que la réalisation d’un crime peut répondre à de nombreuses fonctions. Ainsi, lors d’un vol à main armée, les dangers encourus par son auteur sont susceptibles de lui procurer des sensations fortes (fonction contradépressive). Être dans l’action pour ne pas sentir le vide, le désespoir, la souffrance. Jacques Mesrine, un criminel célèbre, a dit un jour : « Je préfère mourir de peur que d’ennui. » En outre, lors de la perpétration d’un vol, son auteur peut exprimer une colère contre la société qu’il estime injuste à son égard (fonction agressive). Une fois son forfait accompli et réussi, le voleur risque fort de s’estimer de manière très positive : « Je suis courageux, je suis un homme, un vrai » (fonction narcissique). Finalement, le fruit de son crime, l’argent, constitue un autre élément explicatif de ses actions criminelles (fonction lucrative). Les diverses fonctions du crime répondent, bien que de manière inacceptable, à des besoins typiquement humains. Les fonctions contradépressives, agressives, narcissiques et lucratives des citoyens honnêtes sont assumées non par le crime, mais par des activités prosociales tels le travail (fonction lucrative), le sport (fonction agressive et fonction contradépressive) et les rapports interpersonnels (fonction narcissique). S’il en est ainsi, pourquoi un si grand nombre de personnes restent-elles fascinées par le crime ? Pourquoi le crime est-il un thème récurrent dans les films et les romans à succès ?

5Le crime représenté dans les arts reste un exutoire à la disposition de la majorité des gens, mais il ne constitue qu’un mécanisme complémentaire et mineur par rapport aux modes socialement adéquats utilisés pour assumer les diverses fonctions mentionnées précédemment. Pour le criminel, toutefois, le crime constitue le mode privilégié pour assouvir ses besoins de gloire, d’argent et de sensations fortes. Ainsi, à la fin d’une journée ponctuée d’échecs et de frustrations, voir un film dans lequel le protagoniste écrase ses ennemis et réussit dans ses diverses entreprises peut apporter une certaine satisfaction à un citoyen « au-dessus de tout soupçon » (fonction agressive, fonction narcissique). Celui-ci se distingue du criminel dans la mesure où ces fonctions sont généralement assumées chez lui de manière satisfaisante dans la réalisation d’activités sociales adéquates, tel le travail. De plus, l’« honnête citoyen » se distingue du criminel par un rapport empathique à autrui, qui lui permet de jouir d’un film ou d’un livre où les violences décrites ne sont que de la fiction. Quant au criminel insensible à la détresse d’autrui, il s’engage dans des actions prédatrices dans lesquelles il assume des fonctions multiples qu’il ne sait pas comment assouvir autrement. À ces distinctions cliniques entre les criminels et les non-criminels (même ceux fascinés par le crime), on peut en ajouter d’autres relevées par la recherche.

6Dans un ouvrage sur les caractéristiques criminologiques et psychologiques qui distinguent les délinquants des non-délinquants, Marcel Fréchette et Marc Le Blanc ont démontré que le criminel de carrière est un cas d’exception. Ainsi, ces chercheurs ont démontré que 80 % des adolescents commettent des actes criminels. Cependant, pour la majorité d’entre eux, ces crimes sont de faible gravité (par exemple, un vol à l’étalage) et ils sont peu fréquents. Fréchette et Le Blanc considèrent que, chez la majorité des adolescents, ces actes criminels mineurs représentent une mise à l’épreuve du système normatif (lois, règles) dans le cadre d’un processus normal de socialisation ; ces crimes ne signifient pas un rejet catégorique des normes. Pour reprendre les termes de mon argumentation, la majorité des adolescents qui commettent un crime le font parce qu’ils n’ont pas encore acquis suffisamment de stratégies, de moyens appropriés et socialement acceptables pour assumer au quotidien des fonctions lucratives, narcissiques, agressives et contradépressives.

7Les délinquants judiciarisés ne constituent qu’une proportion très faible des adolescents qui commettent des crimes. Toutefois, ils se distinguent des adolescents conventionnels (ceux décrits au paragraphe précédent) par l’ampleur de leur activité criminelle. En effet, 70 % d’entre eux ont commis plus de 10 délits. Pour la plupart, ils ont commis des délits graves, tels des vols par effraction et des vols d’automobiles. De plus, leur activité criminelle débute tôt (avant 10 ans pour 35 % d’entre eux) et elle se maintient tout au long de l’adolescence. Finalement, 75 % d’entre eux deviendront des criminels adultes judiciarisés. En comparaison, seulement 11,5 % des adolescents conventionnels auront un casier judiciaire à l’âge adulte. Ainsi, en ce qui a trait aux comportements criminels, la plupart des adolescents se distinguent clairement des adolescents judiciarisés. Mais qu’en est-il sur le plan de la personnalité ?

8Les adolescents judiciarisés présentent de nombreuses caractéristiques distinctives. Ils ont tendance à se percevoir comme des victimes, ce qui justifie leur hostilité et leurs comportements de prédation, qu’ils considèrent comme une juste compensation pour les torts qu’ils ont subis. La colère est le sentiment dominant dans leur répertoire émotif. Ils sont hostiles, méfiants, irritables. Finalement, ils ont de la difficulté à tolérer les délais et ils ont tendance à utiliser les menaces et la violence physique afin de résoudre les conflits (à leur avantage, évidemment). Dans un ouvrage qui reste une référence en criminologie, Pinatel affirme que ces traits de personnalité ont pour prolongement à l’âge adulte une personnalité criminelle caractérisée par l’égocentrisme, l’agressivité, le manque d’empathie et l’instabilité affective.

9Les données de l’étude de Fréchette et Le Blanc concordent avec les conclusions déjà exposées relativement à la fascination pour le crime mis en scène dans les arts. Malgré une certaine curiosité pour le crime, la majorité des gens ont une activité criminelle absente ou triviale, et ils se distinguent par là des criminels. De plus, sur le plan de la personnalité, les délinquants présentent des caractéristiques spécifiques (hostilité, manque d’empathie) qui les démarquent des gens ordinaires. Une autre dimension de l’étude de Fréchette et Le Blanc mérite notre attention. En effet, dans leur conceptualisation des comportements et de la propension criminelle, ces chercheurs ont intégré des concepts relatifs à des théories sociologiques et d’autres relevant de théories psychologiques. Cette jonction entre ces deux disciplines constitue un des traits distinctifs de la criminologie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search