Version classiqueVersion mobile

Profession criminologue

 | 
Jean Proulx

Introduction

Texte intégral

1Dans l’imaginaire collectif, le criminologue est un « profileur » qui poursuit des tueurs en série. Mythe ou réalité ? Il est vrai que certains criminologues, œuvrant au sein d’une organisation policière, peuvent établir des profils comportementaux et de personnalité afin d’aider des enquêteurs à élucider des meurtres, notamment lorsqu’il s’agit de meurtres à caractère sexuel. Cependant, cette tâche spécifique n’est que très occasionnelle, même au sein des organisations policières, en raison de la rareté de ce type de crimes. En effet, on compte environ 23 meurtres sexuels par année au Canada. Ceux-ci ne constituent qu’environ 4 % du total des homicides commis au cours de cette période. De surcroît, les meurtriers sexuels en série ne représentent qu’une faible proportion des meurtriers sexuels. Ces statistiques nous confrontent à un autre mythe, soit celui d’une épidémie de meurtriers sexuels en série. En fait, la seule épidémie avérée est celle d’articles de journaux, de films et de séries télévisées sur les tueurs en série.

2Une fois établi que le criminologue est rarement un « profileur » qui traque des tueurs en série, on peut néanmoins s’interroger sur les sources de cette fascination pour ce métier. Tout d’abord, il y a certainement les efforts déployés pour comprendre, pour élucider les mystères entourant ce monstre qu’est l’auteur de crimes à première vue incompréhensibles. Quelle est la personnalité de ce criminel ? Est-ce une personne timide, angoissée, inhibée, pour qui le meurtre sexuel est la seule manière d’exercer un pouvoir sur une autre personne ? Au contraire, est-ce un être égocentrique et extraverti qui consomme de manière abusive alcool et drogue et utilise la violence, même meurtrière, pour assouvir ses désirs sexuels ? Au-delà de la personnalité du meurtrier, quelle est son histoire ? Provient-il d’un milieu familial violent ? A-t-il de nombreux antécédents de crimes ? En bref, le « profileur » tente de comprendre les facteurs de personnalité, développementaux et situationnels qui expliquent ses crimes. Ces tâches, nous le verrons tout au long de cet ouvrage, se situent au cœur de l’activité professionnelle du criminologue, qu’il soit clinicien, analyste ou chercheur, et ce, peu importe le type de crimes analysés. On pourrait même soutenir que le criminologue « profileur » n’est qu’un utilisateur des théories et des modèles élaborés par les criminologues chercheurs et les criminologues cliniciens. En effet, c’est à la lumière de leurs travaux qu’il conçoit sa compréhension des facteurs et des processus qui ont culminé en un meurtre sexuel. Par-delà le défi intellectuel, une autre raison qui explique la fascination pour le métier de « profileur » est le danger potentiel lié au fait de côtoyer un meurtrier sexuel. D’emblée, il faut souligner que le criminologue « profileur » n’est pas un policier. Son rôle se limite à l’étude de la scène de crime et à l’élaboration d’un profil psychologique et comportemental du meurtrier. Aussi, dans certains cas, il peut suggérer des stratégies d’intervention aux policiers qui tentent sans succès de soutirer des aveux à un suspect. De nouveau, la fiction média tique présente une image erronée des dangers auxquels sont confrontés les criminologues « profileurs ». Mais qu’en est-il des criminologues cliniciens, ceux dont le rôle est d’évaluer et d’aider des criminels impliqués dans une démarche de réinsertion sociale ?

3Pour la majorité des criminologues cliniciens, la pratique professionnelle implique un contact direct avec des criminels. Bien sûr, très peu d’entre eux sont des meurtriers sexuels. Toutefois, le parcours de bon nombre de ces infracteurs inclut des crimes violents (par exemple : agression sexuelle, violence conjugale, vol à main armée) et des crimes de moindre gravité, tels des fraudes ou des vols d’automobiles. De plus, sur le plan psychologique, dans une large proportion, ces criminels se distinguent par leur hostilité, leur impulsivité et leur recherche d’un pouvoir absolu sur autrui, ainsi que par un rejet de toutes normes ou contraintes, qu’elles soient légales, sociales ou liées au cadre thérapeutique. En conséquence, on peut aisément concevoir que la proximité physique et psychologique entre le criminel et le criminologue clinicien comporte certains risques pour ce dernier.

4Quelle est la nature des dangers auxquels sont confrontés les criminologues cliniciens dans leurs tâches quotidiennes ? Tout d’abord, il y a le risque d’être victime de violence physique de la part d’un criminel sous sa supervision. Toutefois, cette violence est relativement rare. Personnellement, en 23 ans de pratique clinique, je n’ai été frappé qu’une seule fois. En fait, c’est la violence psychologique qui prédomine dans le répertoire des dangers qui pèsent sur le criminologue clinicien. Celle-ci peut prendre différentes formes et inclut la menace de coups, les insultes, les sarcasmes, mais surtout une profonde méfiance teintée d’hostilité, laquelle constitue la trame émotionnelle centrale du criminel dans son rapport au criminologue. Cette méfiance se dissimule parfois sous les traits d’une pseudo-coopération dont les finalités sont purement utilitaires pour le criminel (par exemple, participer à un programme de traitement pour toxicomanes, afin de présenter l’image d’un détenu qui désire changer, et ce, afin d’obtenir plus rapidement une libération conditionnelle).

5Les psychothérapies constituent un contexte particulièrement propice aux manifestations de violence psychologique. Prenons l’exemple d’un suivi hebdomadaire avec un groupe de huit criminels. Chacune des rencontres pourrait être comparée aux échanges qui surviennent sur la patinoire lors des joutes théâtrales d’une ligue d’improvisation. À chaque rencontre, tout est possible, il n’y a pas de texte appris, de règles précises. Un des participants me fit un jour la remarque suivante :

Toé, Proulx, tu passes deux heures par semaine avec nous autres, moé j’ai sept jours pour penser à comment je vais te faire chier et t’écraser la semaine suivante. T’es mieux de tenir ta tuque, mon gars, parce que t’auras pas de cadeau.

6Est-ce à dire que nos rapports avec les criminels se limitent à un jeu de pouvoir dont on tente de sortir vainqueur ? Évidemment non. Au contraire, un des objectifs principaux du traitement est d’aider le criminel à concevoir les rapports interpersonnels autrement que sur le mode du pouvoir. Pour y arriver, dans un premier temps, il faut nommer ce mode relationnel pathologique, ce qui implique que l’on doit y être confronté directement et à répétition dans les rencontres de suivi thérapeutique, qu’elles aient lieu individuellement ou en groupe. Dans un deuxième temps, il faut proposer des modes de rapports interpersonnels dans lesquels priment à la fois le respect d’autrui et le respect de soi-même. À cet égard, l’intégrité du thérapeute dans son rapport au criminel est un enjeu crucial, car par son exemple, il ouvre la voie au changement chez l’autre.

7Afin d’illustrer mes propos sur l’importance d’éviter de glisser dans le rapport de pouvoir dans lequel le criminel tentera de dominer le criminologue, voici une réponse au commentaire hostile qui m’a été adressé en thérapie de groupe et que j’ai cité précédemment.

Malgré le fait que tu as commis un crime horrible, je sais que tu n’es pas un monstre. Je sais aussi que tu n’es pas totalement responsable des échecs, des souffrances et des frustrations de ton passé. Si tu avais pu faire mieux, tu l’aurais probablement fait. Aujourd’hui, tu es responsable de ton présent, tu t’impliques de façon honnête dans ce traitement. Demain, tu seras responsable de ton futur, c’est-à-dire de mettre en application ce que tu as appris en traitement, et ce, pour éviter de récidiver (respect d’autrui), mais aussi pour avoir une vie plus heureuse qu’avant ton incarcération (respect de soi). Si tu as le courage de venir chaque semaine en thérapie de groupe, j’aurai celui d’être présent pour t’aider malgré ton hostilité.

8Dans cette réponse, je résume l’essence du travail du criminologue clinicien, à savoir une relation d’aide dans laquelle le premier intéressé – le criminel – manifeste une motivation et un engagement que l’on peut qualifier d’incertains. Dans cette réponse, je présente également l’attitude de base du criminologue dans son rapport avec son client, soit un désir d’aider la personne en face de lui, tout en ne négligeant pas le danger qu’elle présente pour la société.

9Plus loin dans cet ouvrage, j’élaborerai davantage sur les enjeux relatifs au suivi psychothérapeutique de criminels ainsi que sur les dangers et les peurs que l’on doit conjurer pour être des intervenants efficaces auprès de ces infracteurs. À ce stade de mon propos, on peut s’interroger sur les motifs qui peuvent conduire un étudiant à s’orienter vers ce champ d’activités professionnelles, qui comporte des défis intellectuels importants, ainsi que des dangers physiques et psychologiques. Il est intéressant de souligner que malgré ses dangers, la profession de criminologue attire surtout des femmes.

10Lorsque mes amis m’interrogent sur les raisons qui m’ont conduit à choisir la criminologie comme domaine de pratique professionnelle, je réponds de la manière suivante :

Au XIXe siècle, j’aurais été explorateur en Afrique sur les traces de Burton, de Stanley et de Livingstone. J’aurais cherché à résoudre les mystères entourant les sources du Nil ou celles du Niger, et j’aurais également tenté de comprendre les mœurs et les mythes de peuples dont l’histoire renferme peu ou même aucun contact avec mes propres références, soit la culture occidentale. Ces cultures constituent des solutions originales pour conjurer les transitions de la vie (puberté, mariage, mort) et les dangers naturels (volcan, sécheresse), mais également pour réguler des rapports sociaux empreints d’égoïsme et d’altruisme. Sur un autre plan, l’exploration de l’Afrique au XIXe siècle comportait son lot de dangers et d’imprévus, lesquels constituent un attrait additionnel de cette entreprise.

11Malheureusement, en 2006, il y a bien peu de cultures et de mythes, de visions du monde qui ne furent l’objet d’études exhaustives. De surcroît, il reste bien peu de cultures originales n’ayant pas subi des métissages plus ou moins importants. En conséquence, j’ai renoncé à l’ethnologie et à l’étude de visions du monde partagées par des groupes humains, et ce, pour me consacrer à la criminologie, et plus particulièrement à l’analyse de visions du monde individuelles qui échappent encore largement à notre compréhension, soit celles des criminels violents. Quelles représentations de soi et d’autrui justifient l’agression sexuelle d’un garçon de 7 ans ? Quel est le répertoire émotif d’un trafiquant de drogue qui mutile un client qui lui doit quelques centaines de dollars ?

12Après 23 ans de pratique criminologique, chaque fois que je rencontre un infracteur, je suis surpris de constater à quel point je suis intéressé à connaître son histoire et la vision du monde qui en a découlé. Quels ont été les modèles auxquels il a été exposé ? Quelles ont été les opportunités manquées ? Quel rôle l’alcool et la drogue ont-ils pu jouer dans cette escalade de crime et de violence ? Je m’intéresse à l’homme en face de moi aujourd’hui, à ses espoirs et à ses désirs, mais aussi à ses déceptions, frustrations, désespoirs et fureurs. Connaître son histoire donne accès aux assises de sa vision actuelle du monde. C’est sur la base de ces connaissances que le criminologue clinicien peut établir un plan d’intervention qui repose sur les forces et les faiblesses de la personne évaluée. Toutefois, le processus de changement ne pourra être réalisé que si le criminel en traitement intègre minimalement à sa vision du monde actuelle des aménagements prosociaux et que s’il ne perçoit pas ce processus comme un marché de dupes dans lequel il se donnerait de nouveau le rôle de victime. Le criminel, malgré l’inhumanité de ses actes, mérite d’être aidé dans ses efforts pour développer une vision du monde qui réponde minimalement à ses aspirations et qui n’empiète pas sur les droits et l’intégrité de ceux qu’il côtoie. Bref, je rejoins tout à fait les conclusions des chercheurs Shad Maruna, Tony Ward et Claire Stewart qui estiment que l’on doit proposer au criminel une voie de changement qui lui donne de l’espoir.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search