Version classiqueVersion mobile

Imaginaire social et folie littéraire

 | 
Pierre Popovic

Annexe. Repères chronologiques et bibliographiques

Texte intégral

1Nota bene : la plupart des notices biographiques consacrées à Paulin Gagne s’inspirent directement de son Histoire des miracles (voir ci-dessous) où il livre un court récit autobiographique. Celle qui suit n’échappe pas à cette règle, du moins en partie. Lorsque d’autres sources ont été utilisées, le lecteur en trouvera la référence en note.

1808

2Naissance de Paulin Gagne, à Montoison (Drôme), le 9 juin 1808. Il est le cadet d’une famille de cinq enfants ; ses frères et ses sœurs moururent tous en bas âge.

  • 1 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette vi (...)

3Sur la famille de Gagne, le baron de Coston donne ces précisions : « Il est né en 1808, à Montoison, où son grand-père, Étienne Gagne, s’était fixé en épousant Marie-Magdeleine Tabardel. Son père, appelé aussi Étienne, s’était marié avec Françoise Fiéron, de Valence1. »

1813

4Naissance d’Élise Moreau de Rus à Rochefort.

1817

5Gagne note avoir ressenti un désespoir lancinant dès l’enfance : « Dès l’âge de neuf ans, j’ai senti un chagrin intérieur qui empoisonnait toutes les occasions de la félicité » (Histoire des miracles, p. 15).

Figure 5 : « M. Gagne. D’après la photographie de M. Laurent », reproduit dans André Blavier, Les fous littéraires. Édition nouvelle revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Éditions des Cendres, 2001, p. 830.

1821

6Les trois derniers frères et sœurs qui lui restaient meurent cette année-là. Ses parents quittent Montoison pour s’établir à Montélimar. Ils appartiennent à la petite bourgeoisie montilienne et y ont une propriété : le Bouton d’or.

7Gagne fait ses études classiques à Montélimar et à Valence.

1822

8Sa mère meurt à l’âge de 53 ans. « Ma douleur fut élevée au dernier degré par la mort de cette tendre mère, qui cherchait à me distraire et à me rendre gai en chantant et en jouant avec moi, malgré les tortures qui la conduisirent au tombeau » (Histoire des miracles, p. 16).

  • 2 Ibid., p. 567-568.

9Son père se remarie « avec la sœur du commandant Poize, de Montélimar2 ». Gagne aura de très bonnes relations avec elle.

Années 1830

10Cours de droit à Grenoble (deux ans), puis à Paris (un an). Après avoir plaidé durant quelque temps à Montélimar, Paulin Gagne se fixe comme avocat à Paris. Il n’y plaide qu’une fois : « à Paris, où j’ai été inscrit au tableau de l’ordre comme avocat, mais où je n’ai plaidé qu’une fois, dans une bande de vingt-huit voleurs [sic]. J’avais pour client un jeune homme de vingt-trois ans, accusé de trente-deux vols et de tentatives d’assassinats ! Il préférait la condamnation à quinze ans de travaux forcés à huit ans de réclusion » (Histoire des miracles, p. 16).

1836

11Après avoir suivi sa famille à Niort, Élise Gagne vient à Paris. Elle possède des lettres de recommandation et sera protégée par Guizot, qui lui fait avoir une pension. Dans ses premières années parisiennes, elle fréquente les milieux littéraires et collabore notamment avec Marceline Desbordes-Valmore et M. de Jussieu (et al.) à l’écriture d’Arlequin, pièce à tiroirs pour demoiselles, Paris, A. Boyer, [s.d.], in-12, 36 p.

1838

12Mlle Élise Moreau, Une destinée, scène de la vie intime et Mon étoile, musique par Alphonse Vogel, Paris, Maison, 1838, in-8, xv-326 p. / 6 p. de musique.

1840

13Mlle Élise Moreau, Souvenirs d’un petit enfant. Contes à la jeunesse, Paris, Debécourt, 1840, in-18, xxxii-351 p.

Mme de Bêmes perd son petit garçon Charles. Elle en est désespérée à mourir, mais elle a six autres enfants auxquels elle se doit. Un mois après sa mort, Charles revient la visiter la nuit avec l’aval de Dieu. Il a de longs entretiens avec elle et lui raconte des histoires à destination de ses frères et sœurs. Ce sont ces histoires, remises en forme par la narratrice-auteure (un « Avant-propos » tend à donner un fond réel au mécanisme narratif mis en place), que rassemblent les Souvenirs d’un petit enfant. Le monde décrit est beau, bon, nimbé de gentillesse. Les héros des récits sont sans défaut et possèdent généralement des qualités et des dons inouïs. Chaque conte est l’illustration d’une morale. Un bon fils raconte l’histoire de Maurice qui, à la suite des ennuis d’argent que connaît sa mère, décide de travailler pour éviter la misère à sa famille. À 16 ans, il enseigne dans un collège. Puis, artiste dans l’âme, il peint un tableau qui est reçu au Salon et acheté par un riche Anglais, lequel devient le nouveau compagnon de sa mère, tandis que lui s’en va épouser la fille du responsable du Salon. La morale de l’histoire est que « tôt ou tard la vertu obtient sa récompense ». La morale de L’orpheline, quant à elle, est que « Dieu ne saurait abandonner l’âme qui se confie à sa miséricorde » (l’héroïne vient en aide à des gens dont la voiture a versé dans un ravin ; ils deviennent sa famille par la suite). Celle de La fille du maître d’école est que la plus grande joie que Dieu puisse donner à sa créature est de lui permettre de rencontrer un « cœur pur des souillures de l’égoïsme », ce que fait Anna-Clémence en épousant Louis, futur juge de paix. Charitable envers les pauvres et bienveillante envers la vieille Jeannette, elle reçoit en dot inespérée l’héritage que cette dernière a reçue d’un frère jadis émigré en Amérique. Conformisme des situations, monovalence des caractères, vertu obligatoire, interventions providentielles systématiques, happyend moral, les récits d’Élise Moreau sont à mille lieues des Aventures de Jean-Paul Choppart !

1841

14Paulin Gagne, Le suicide, ou cris de désespoir, de haine, de défaite, et chants d’espérance, d’amour, de triomphe, etc. Poème dramatique, Paris : Chez l’Auteur, rue Beaujolais-des-Tuileries, no 4 ; Ledoyen, libraire, galerie d’Orléans, no 31 ; Et chez plusieurs autres Libraires de Paris et des départemens, 1841, in-12, 148 p.

I. Première partie : le désespoir d’un jeune homme (v. 1-946)
1. L’incarnation du désespoir (1-164).
Solitude (1-20). Forces contraires : le sort, le mal, les hommes, les noirs démons naturels (21-35). Interpellation de Dieu et composition de l’image du maudit (36-50). Déduction : il n’a plus qu’à mourir, la vie sera moins pénible dans la tombe et Dieu l’accueillera au ciel (51-81). Conjecture : il aurait pu être autre chose, un ouvrier, un paysan, mais son éducation lui a fait connaître la science et la vie, la civilisation, double source de vice et de crime (82-164).
2. Le règne du mal est absolu, il touche même les gens de lettres (165-236).
Première éconduction littéraire (165-224). Seconde éconduction (225-236).
3. La mauvaise ville (Paris, nouvelle Sodome) pousse au suicide (237-346).
Solitude, mépris, envie, intérêt ; dans la ville moderne l’égalité est un leurre (237-300). Retour sur lui-même : pour des gens humbles comme lui, l’ennemi majeur est la presse (301-346).
4. Interpellation de Dieu ; projection dans l’acte du suicide et au-delà (347-694).

Abandonné, blasé, revenu de tout, sans femme et sans ami : decription de la vie concrète du maudit, qui en est à écrire ses derniers vers (347-436). Demande de soutien à Dieu, qui devrait lui permettre par le suicide de quitter une vie atroce pour gagner une douce éternité (437-472). Adresse au lecteur : que choisir entre le néant et l’enfer ? (473-502). La miséricorde de Dieu est immense (503-510). Projection au-delà de la mort dans le paradis, où il retrouve sa famille perdue et l’amour virginal pour son amante perdue (511-570). Confession à Dieu (571-652). Indignation oratoire : n’y a-t-il donc personne, ni un être généreux ni une femme aimante sur cette terre (653-694) ?
5. L’adieu au monde (695-946).
Puisque ni la solidarité humaine ni l’amour ne comptent, il ne reste qu’à mourir (695-754). Adieu au mal sous toutes ses formes (755-802). Vision hostile, où il rêve de châtiments contre la société et ceux qui ne l’ont pas aidé (803-866). En appelle à la colère du Dieu vengeur, rêve d’apocalypse (867-898). Retour à soi ; se voit en gloire ; par son suicide, il fait mieux que Dieu puisqu’il abolit un monde et gagne l’immortalité (899-928). Refus du jugement anticipé de folie (929-946).
II. Deuxième partie (transition) : du délire à l’espoir (947-1103) Bénédiction du Démon-Dieu Suicide et prière démoniaque. Il est sur le point de passer à l’acte (947-988). Mais le poignard lui tombe des mains ; vision des enfers où il voit les suicidés condamnés à la souffrance éternelle (989-1023). Constat et période de réflexion : il voulait se suicider pour échapper aux tourments, mais ils sont bien pires et bien plus longs pour les suicidés ; discours tonnant de Dieu, qui proscrit violemment le suicide (1024-1057).
III. Troisième partie : retour de la vertu et refus du suicide (1104-3145) 1. Le réveil et la sortie du délire ; grâce à Dieu il a vaincu le suicide (1104-1229).
2. Adresse aux faibles mortels : voici pourquoi il faut être pour la vie (1230-1405).
3. Ce qu’il faut fuir et comment prévoir le mal (1406-1575). 4. Communications aux mortels des saints devoirs prescrits par Dieu (1576-1777).
5. Appel aux exemples coruscants donnés par les grands de ce monde et par les collectivités grandioses (1778-2036). 6. Retour sur soi. Bat sa coulpe : il n’aurait jamais dû céder au désespoir et envisager le suicide. Réfutation des sophismes auxquels il avait cru (2037-2208).
7. Il n’y a pas d’exception, la mort n’appartient qu’à Dieu (2209-2522).
8. La leçon des héros véritables, ceux qui ont affronté la souffrance avec courage (2523-2646).
9. Nouveau retour sur soi ; demande pardon à tous ceux qu’il a offensés en envisageant le suicide et jure qu’on ne l’y reprendra plus (2647-2789).
10. Don de soi et de son action à l’humanité et au bien commun ; veut s’écarter des sources du malheur (2790-2907).
11. Exhortation finale aux peuples, vision bienheureuse, retour final sur soi, citation ultime des trois valeurs cardinales : la vertu, la patrie, Dieu (2908-3145).

15La mort semble ne pas vouloir quitter Gagne. « Parmi les personnes qui avaient rendu compte du Suicide dans les journaux, je dois citer M. Ottavi, jeune Corse, qui en parla dans le journal Le Globe du 23 octobre, je crois, 1841. Au moment où je m’apprêtais à aller le remercier de cet article, j’appris qu’il venait de mourir, et que son convoi funèbre avait lieu à l’instant même. Jamais mort, après celle de mes pauvres frères, sœur et mère, ne m’avait causé plus d’émotions et de douleurs. Ne pouvant remercier le vivant, je voulus au moins remercier le mort. Je suivis, en versant un torrent de larmes, le cercueil du pauvre jeune homme jusqu’au cimetière, où plusieurs discours furent prononcés sur sa tombe arrosée de pleurs, et sur laquelle j’exprimai mes sensations avec une émotion qui fut partagée par tous ceux à qui j’en fis connaître le motif. Toutes ces circonstances contribuaient à l’accroissement de mes chagrins, qu’excitaient sans doute le manque de religion vraie et une conduite un peu relâchée » (Histoire des miracles, p. 17).

1842

16Élise Moreau de Rus, Mater Dolorosa. À Sa Majesté la Reine des Français sur la mort du prince royal, [Paris], Impr. de Vassal frères, [1842], in-8, 4 p.

Ce texte de circonstance sera repris dans le recueil Rêves d’une jeune fille. Il met à profit les éléments habituels de la condoléance poétique : partage du chagrin et du sentiment de deuil, célébration du défunt dont le poème évoque ce qu’il aurait sans aucun doute réalisé s’il avait vécu, projection du deuil individuel sur la douleur plus large des mères, annonce des retrouvailles dans l’au-delà.

17Paulin Gagne, À la famille royale, à la France. Le martyre des rois, ou la vie et la mort de Mgr le duc d’Orléans, prince royal, ses funérailles à Paris et à Dreux, son apothéose, la séance royale, le discours du roi, poëme, ode-élégie, contenant plus de mille vers alexandrins, suivi de nombreux articles en prose, [Paris], Chez Ildefonse Rousset et Chez Ledoyen, 1842, in-18, 85 p., portr. du duc d’Orléans.

C’est chez le libraire de S.A.R. madame la duchesse d’Orléans que Gagne donne cet ouvrage composite. Les « mille vers alexandrins » mettent en rime les articles en prose qui suivent, lesquels sont tirés des journaux et revues ayant fait état de la mort du duc. Cette partie prosaïque comprend une biographie du prince défunt, des articles élogieux recopiés des journaux, le récit des circonstances de la mort, l’évocation du premier deuil privé de la famille royale, puis la description de la pompe funèbre officielle, ainsi qu’un compte rendu détaillé de l’autopsie du cadavre ( !). Dans la partie poétique, le pathos coule à flots sans néanmoins parvenir à combler le gouffre béant ouvert entre la splendeur du prince, de sa destinée prévisible, de sa vie déjà brillante et la mort brutale qui s’est abattue sur ce « nouvel Hippolyte », dont « les coursiers » pris « d’un élan funèbre » sont soudain partis « comme l’éclair, sourds au frein déchirant ».

18Paulin Gagne, Catastophe du chemin de fer. Au profit des victimes. Le délire, monologue en vers d’un jeune homme qui a perdu la raison en voyant périr sa sœur, sa mère, son amante, Paris, Ledoyen, 12 mai 1842, in-8, 16 p.

Pris par la vision de la catastrophe, le jeune homme tente de l’écarter de son esprit. Pour ce faire, il ne cesse de la faire défiler devant lui, détaillant le carnage, développant l’image de la dévoration des corps par les flammes en l’ornant de maints détails horribles. Sa culpabilité de n’avoir pu sauver sa sœur, sa mère et celle qu’il aimait le pousse au délire. Il tente de conjurer la vision, rêve qu’il parvient à les sauver, en appelle à la générosité publique, maudit les trains et envisage de se venger par le meurtre des gardes et des directeurs des chemins de fer. Il va jusqu’à imaginer leur supplice, mais revient bientôt à la raison et accepte la souffrance, finissant sur ces quatre vers :
Oui, je veux supporter mon malheur sans contrainte,
Et plein d’un saint secret pour ta volonté sainte,
Je bénis en pleurant ton terrible courroux,
Et devant toi, mon Dieu, je tombe à deux genoux.

1843

19Paulin Gagne, La Gagne-monopanglotte, ou langue unique et universelle, formée de la réunion radicale et substantielle de toutes les langues mères et L’empire universel, poème en 10 chants et dont il est seulement donné ici quelques fragments, Paris, Ildefonse Rousset, 1843, in-8, 16 p. (À tous les souverains, aux savants, aux philosophes, aux législateurs, aux poètes et à tous les peuples du monde.)

Comme nombre de ses contemporains séculiers, Gagne inventa une langue universelle, en son cas fabriquée avec des mots-racines de toutes les autres langues passant à sa portée et fondée, sur le plan de la conjugaison, sur une éradication systématique de tous les modes et de tous les temps au bénéfice du seul maintien de l’infinitif.

20Paulin Gagne, L’océan des catastrophes. Poème sur les désastres du 8 février (contenant plus de 1,000 vers). Avec des notices en prose sur le tremblement de terre d’Antigoa et de Liverpool, suivi de L’incendie de Hambourg ou le lac de feu. Poème et Sur la nouvelle comète de 1843, Paris, Chez Ildefonse Rousset, Ledoyen, Wencelius, Pilout et Cie et chez tous les libraires de Paris et de la province, 1843, in-16, 48 p. (Une part au profit des victimes. Tremblement de terre de la Guadeloupe.)

Après une notice introductive consacrée à la Guadeloupe, Gagne donne une adresse « Aux lecteurs » dans laquelle il tente de se prémunir contre l’accusation de profiter du malheur du monde. C’est la compassion qui le dirige et le motive. Il a dernièrement composé « sept à huit mille vers sur toutes nos grandes catastrophes » : c’est d’ailleurs pourquoi l’indulgence lui est due, car il est difficile d’écrire quand on a l’esprit brisé. Le poème sur la destruction de Pointe-à-Pitre place le lecteur in vivo, en pleine tempête apocalyptique ; il alterne les vues d’ensemble sur cette « fin du monde » en marche et des cadrages serrés prenant les gens en gros plan :
Ah ! voyez cette femme à la face angélique,
S’agiter vainement d’un transport frénétique,
De ces débris broyant ces membres délicats,
Que dévore le feu jaillissant en éclats,
Et prier ce soldat, dont le cœur se délabre,
De diviser soudain au tranchant de son sabre
Ce beau corps dont déjà la mort tient une part.

Des « Documents » sur des tremblements de terre survenus à Liverpool et à Antigoa suivent, avant un nouveau poème sur l’incendie de Hambourg : le feu transformé en lac affronte les eaux et va les vaincre, quand un orage foudroyant, au sens propre, éteint le gigantesque incendie. La métaphore du lac de feu s’abolit ainsi dans le paradoxe de l’eau éteinte. Un dernier texte, tiré de la presse anglaise (ou de la Revue britannique), est cité, il porte sur une mégacomète dotée d’un colossal appendice caudal. Gagne lui consacre un court poème : dans la première partie, il imagine que l’astre causera la fin du monde ; mais, dans une deuxième partie étrangement apaisée, il célèbre « la reine des comètes » et trinque à sa santé.

21Élise Moreau, Rêves d’une jeune fille, poésies, Paris, Chez l’auteur, 1843 (Rééd. 1844), in-16, 316 p.

Le recueil proprement dit est précédé d’un « Avant-propos de l’éditeur » signé de la « Marquise de R*** » : on dit qu’Élise Moreau est née dans un village, que la qualité de ses vers l’a fait apprécier de grands poètes de la capitale, qu’elle a découvert la poésie à douze ans dans un volume de Racine, que sa voix charme dans les salons, que ses écrits sont « le reflet de sa pureté intérieure ». Une courte préface à la seconde édition, décidée à la suite du succès de la première, indique le public ciblé : « L’auteur a voulu que cet ouvrage, fruit des veilles d’une jeune fille, pût être sans crainte mis par les mères de famille entre les mains de leurs enfants, et par les maîtresses de pension dans celles de leurs élèves. » Le ton général, valmorien quoique sans débord, est à la douceur, au regret, à l’élégie, à la compassion pour les disparus et pour ceux qui ont perdu un être cher. Les thèmes sont ceux du premier romantisme : contemplation de la nature et intériorisation des leçons du paysage, désir d’être poète, souvenirs de l’enfance heureuse et innocente, regrets devant la mort et fascination pour la mort en pleine jeunesse, grandeur de la mère, de la famille, de la patrie et de la transcendance bienveillante. Les dédicataires des poèmes donnent une idée de la société que fréquente ou qu’approcha Élise Gagne quant elle vint de Niort à Paris (arrivée dans la grande ville « où le crime souvent fait rougir l’innocence », auquel plus d’un texte fait allusion) : M. Guizot, Casimir Delavigne, Lamartine (une réponse de celui-ci suit un poème écrit pour la mort de sa fille), M. A. Thévenot (auteur des Méridionales), le comte de Paris, Mme Amable Tastu, etc. Quant aux épigraphes des textes, la plupart d’entre elles logent à l’enseigne romantique : Lamartine (quatre), Marceline Desbordes-Valmore (deux), Victor Hugo (deux), Mme Tastu, Mme Cottin, Walter Scott, Charles Dovalle, Élisa Mercœur (un poème est consacré à sa mort), Mme Élisa Guizot. Ces deux strophes, tirée de « Rêveries », donneront une idée de la manière d’Élise Moreau. Ces vers fluides ont un certain vu et ne sont pas sans talent :
J’aime les soirs d’été ; la colombe plaintive
Sur un myrte odorant soupire ses amours ;
Le pinson des forêts, la linotte craintive
De chants harmonieux charment la fin des jours.
Et puis ces feux épars, ces voiles fantastiques
Qui flottent dans les cieux sur les pas de la nuit,
Et versent des clartés fraîches et poétiques
Comme un songe flatteur qui dès le jour s’enfuit.

1846

22Paulin Gagne, À l’union de la France et de l’Espagne. Le triomphe de l’amour royal ou le mariage de S.A.R. le duc de Montpensier et de S.M. la reine d’Espagne. Poème cantate lyrique. Par M. Gagne. Avocat à la Cour royale de Paris, professeur d’éloquence et de lectures oratoires, de littérature et de droit pour les français et les étrangers, Paris, chez l’Auteur, Ledoyen Libraire, Masson, chez Galerie de l’Odéon, et chez tous les libraires, 1846, in-16, 16 p.

Gagne n’adore jamais tant la « pompe » que lorsqu’elle est à la fois nuptiale et royale. Célébrant la paix universelle, en appelant à une grande alliance franco-hispanique tout en laissant entendre que la France est capable d’aller semer ses bataillons partout sur la terre, il s’en donne à cœur joie :
Les myrthes aux parfums fleuris
Parent de leur lustre royal
Les rayonnantes Tuileries
Et le féerique Escurial
Et les nuits que le jour commence
Brûlent d’illuminations
[…]
Nos deux ravissantes princesses
De purs soleils de leurs quinze ans
Éclipseraient de cent déesses
Les arcs-en-ciel éblouissants ;
Et pour peindre leur ressemblance
Raphaël serait sans crayons.

1847

23Mlle Élise Moreau, La fille du maçon suivi de Simple histoire d’une famille, Tours, A. Mame, 1847, in-12, 305 p. (Sept réimpressions : 1849, 1851, 1853, 1859, 1862, 1865, 1869.)

Récit édifiant, antirévolutionnaire et chrétien, La fille du maçon accompagne la relance de la légende napoléonienne des années 1830 et 1840. L’action se situe dans le Poitou. Elle raconte l’histoire d’une famille modeste, les Raimont, dont le père Jean est maçon, et dont la chaumière fait face au château du marquis de la Rochemartin, vieil aristocrate fermé sur ses privilèges et méprisant tous ceux qui ne sont pas de sa caste. La Révolution survient, bientôt suivie de la Terreur. Les Raimont, en dépit des humiliations que le vieux marquis leur a fait subir, vont parvenir à sauver les Rochemartin, dont la fille Lucile, orpheline de mère, est amie de Jacqueline, fille aînée de Suzanne et Jean Raimont. C’est grâce au courage de ce dernier et à l’intelligence et au dévouement de sa fille Jacqueline que le marquis, ainsi que d’autres personnages également en danger (l’abbé de Verrières, les enfants du marquis, Mlle de Valbonne, une aristocrate plus tolérante que le marquis, etc.) parviennent à éviter la mort et à se réfugier dans un cottage en Angleterre. Le marquis s’aperçoit de la qualité des Raimont et regrette alors son comportement passé. Dix ans passés, l’heure est à l’ascension de Bonaparte. Jacqueline dresse le projet d’aller trouver le futur Empereur afin de lui demander une autorisation de retour en France pour la famille du marquis. Elle se rend à Paris, rencontre sur le trajet un protecteur en la personne d’un proche du premier consul, lequel l’introduit chez Joséphine de Beauharnais, où fait irruption Napoléon Bonaparte en personne. Généreux et bonhomme, celui-ci accorde l’autorisation demandée. Lucile de la Rochemartin épousera un aide de camp de l’Empereur, M. de Linières ; Jacqueline, la fille du maçon, passera sa vie auprès d’elle, s’occupant de ses enfants, droite, vertueuse, honnête, croyante, parfaite. La romancière n’a aucune illusion sur son œuvre : son « récit aura peu de charme pour les âmes avides d’émotions violentes, mais peut-être plaira-t-elle aux cœurs aimants et bons ». La nouvelle Simple histoire d’une famille est plus bonbon encore : un père et mari, parti au loin chercher fortune, revient au bout de plusieurs années alors que sa femme et ses enfants craignaient qu’il ne soit mort, mais ils n’avaient jamais désespéré et avaient toujours prié Dieu pour son retour.

1847-1848

24À la mort de son père en 1847, Gagne regagne Montélimar. Il y demeure seul avec sa belle-mère (dont il précise qu’elle l’a toujours traité comme son propre enfant).

25À la suite de la Révolution de 1848, il déploie une intense activité publique, faisant preuve selon lui d’un grand « esprit conciliateur » qui lui valut d’être nommé conseiller municipal, adjoint au maire et bâtonnier de l’ordre des avocats.

26Projetant de se porter candidat à l’Assemblée constituante, il mène campagne dans la Drôme, jetant « par les fenêtres un argent dont [il] avait[t] besoin ». Il n’est pas nommé.

27Il fait aussi du journalisme…

  • 3 M. Bourron, « Gagne. L’avocat des fous », Journal de Montélimar et de la Drôme, no 13 (samedi 1er a (...)

Il vint proposer le concours de sa plume à l’imprimeur-propriétaire du Journal de Montélimar, qui accueillit sans trop de défiance cette offre toute spontanée et lui laissa à peu près carte blanche. M. Gagne — il faut bien le reconnaître — usa… et abusa de ces pouvoirs à peu près illimités. Le Journal de Montélimar changea de nom, et devint L’Espérance, avec cette devise fièrement arborée en tête de ses colonnes : « L’espérance, c’est notre vie ; le désespoir, c’est notre mort », et son rédacteur nouveau médita d’en faire un petit Parnasse.
Cependant l’imprimeur, homme de bon sens, suivait avec une certaine inquiétude l’évolution de son journal, et voyait, non sans quelque regret, les sympathies qui avaient accueilli, au début de 1848, la transformation de l’ancienne Feuille périodique, se changer en sourires cruellement ironiques. Il résolut d’y mettre ordre. Il nous souvient qu’un jour, M. Gagne, qui tout rayonnant était allé proclamer du haut du balcon de l’hôtel de ville la constitution que le peuple français venait de se donner, eut l’idée baroque de mettre en vers ladite constitution, et d’apporter cette œuvre nouvelle au journal. C’était une sorte de poème abracadabrabant dont la longueur, représentant une dizaine de fois celle de la Chanson de St-Jacques de Compostelle, devait couvrir environ trois pages du journal. L’imprimeur recula épouvanté :
— Monsieur Gagne, lui dit-il, vos vers finiront par ronger L’Espérance. Le poète se le tint pour dit ; il mit fin à sa collaboration ; et le journal retrouva le succès de ses premiers numéros3.

28Gagne prend ses fonctions d’adjoint au maire de Montélimar, le notaire Frédéric Chare, le 24 juillet 1848 (l’avis de la sous-préfecture transmettant l’ordre de nomination est daté du 21 juillet).

1850

29Gagne est signalé comme démissionnaire du poste d’adjoint au maire de Montélimar dans un décret du ministère de l’Intérieur en date du 3 août 1850 (il est remplacé par M. Albin Cuchet).

30Élise Moreau, L’âge d’or. Poésie de l’enfance. Illustré de quatre vignettes dessinées par Staal, Paris, Mme Vve Louis Janet, [1850], in-12, 263 p. ; 2e édition : Paris, Gedalge jeune, 1863, in-18, 315 p.

Ce recueil rassemble des poèmes destinés aux enfants. La poétesse se présente comme quelqu’un « qu’on va bientôt nommer la vieille fille », elle qui pourtant adore les enfants et « leur vérité ». Son but est d’instruire en amusant. La plupart des textes comportent une historiette versifiée assortie d’une morale ou d’un conseil. Marie, première de classe et toujours de bonne humeur, sauve un petit enfant de la noyade, mais elle ne s’en vante pas et reste modeste : « C’est que faire le bien est, pour les nobles âmes, / Tout aussi naturel qu’au fleuve de couler. » Le reste est à l’avenant. Il ne faut pas faire du chagrin à sa mère, il faut prier tous les jours, il ne faut pas vouloir faire de mal aux animaux, il faut bien apprendre ses leçons d’histoire et, par-dessus tout, il ne faut pas oublier de tenir son rang, quel qu’il soit :
Soyez modestes, jeunes filles :
C’est un infaillible moyen
De rendre heureuses vos familles,
Et de marcher toujours dans la route du bien.

1852

  • 4 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette vi (...)

31Retour de Gagne à Paris après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. « Il retourna à Paris, obtint une audience d’Abd-el-Kader […]4. » À ce dernier il avait adressé des vers ; l’émir lui permit de lui en lire quelques uns. Paulin Gagne, Voyage de S.A.I. Napoléon. Ses discours à Lyon, à Bordeaux, et à Paris. Itinéraire, et entrée à Paris. Vive l’Empire et vive l’Empereur ! Chant lyrique et final ; et l’Unitéide des peuples. Recueil de poèmes et chants populaires mis en musique par l’auteur, Paris, Chez Ledoyen, Libraire, [1852], in-18, 36 p.

Cette plaquette commence par deux discours de Louis-Napoléon Bonaparte, l’un prononcé à l’occasion de l’inauguration d’une statue équestre de Napoléon Ier à Lyon, l’autre donné devant la Chambre de commerce de Bordeaux (Lyon et Bordeaux ne sont que deux étapes dans un voyage à travers le sud-ouest et le midi durant lequel Louis-Napoléon Bonaparte prépare le rétablissement de l’Empire en maniant cet argument sarkozyste : si la France veut l’Empire, elle l’aura). La façon dont le Neveu tire profit de la gloire de l’Oncle et sa manière de proposer l’empire comme seul régime capable de sauver le pays des « trompeuses espérances », de la division et de l’ambition des partis (« chaque parti se consolait d’avance du naufrage général par l’espoir de planter son drapeau sur les débris qui pourraient surnager »), son mépris pour les « réformateurs prétendus » (« que des rêveurs ») sont l’analogon politique de la vision merveilleuse cultivée par Gagne. Ce dernier ne s’y trompe pas et leste l’éloquence napoléonienne de poèmes et de chants de triomphe. La nécessité de l’intervention de l’Unitéide pour réaliser « l’unité napoléonienne » à l’échelle de la France, puis du globe, n’est pas évidente, même si le Prince-Président presque Empereur insiste dans ses interventions sur la grandeur du culte catholique. Dans la vision gagnéenne, c’est l’Unitéide qui choisit le candidat idéal parmi les rois pour fonder son grand empire chrétien universel. Les différents textes successifs ont pour titres : « L’Unitéide des peuples ou la femme messie et unitrice », « Le Napoléon populaire » (très flagorneur), « La Marche triomphale du deux décembre 1851 » (dans lequel se trouve des expressions remarquables telles « Le Christ de Ham », « Le grand serpent de mer, le communisme »), « Le pardon », « Les trois 2 décembre. 1804-1805-1851 », « La fête de la vie ou le 15 août », « Vive l’Empire et vive l’Empereur ! Chant final », « Salut au retour de César » (ce dernier texte ayant été « Improvisé au passage de S.A.I. »).

32Le 20 septembre 1852, Gagne se rend chez Louise Colet et, le lendemain, lui annonce qu’il veut tester en sa faveur, car il a épousé son âme.

1853

33Il revoit Élise Moreau qu’il avait connue une dizaine d’années plus tôt dans des rencontres littéraires. Ils convolent en justes noces le 28 avril 1853. « À partir de ce mariage poétique, écrit-il, je me suis entièrement consacré aux lettres » (Histoire des miracles, p. 19). Ce n’est pas tout à fait exact ; il goûtera encore maintes fois de la politique. Le couple ouvre un « cours gratuit de littérature » sous le titre « Théâtre du monde — Parnasse français », lequel aurait été autorisé par le conseil impérial de l’instruction publique.

34Rencontre d’Alexandre Dumas père.

35Gagne s’efforce de parfaire ses dons oratoires. Il tente aussi, dans « un congrès de linguistique », de faire connaître sa langue universelle et de présenter une « correspondance universelle des langues » ; il fait rire.

  • 5 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette vi (...)

Pour des raisons de santé « surtout », retour à Montélimar. « Il […] se maria ; revint à Montélimar, dans sa villa modeste appelée le Bouton d’or, située au levant de la tour de Narbonne, sur le penchant du coteau […]5. »
Dans la Drôme, Gagne crée :
C’est à Montélimar, la patrie du nougat, que j’ai repris et terminé mon grand poème, intitulé L’Unitéide, qui a pour but de tout conduire à l’unité de peuple, de monarque et de divinité. J’ai composé une grande partie de ce poème, en douze chants, soixante actes et plus de vingt mille vers, à l’ombre de deux gigantesques lauriers et dans l’allée dominante du Bouton d’or, qui s’élève en amphithéâtre et d’où l’on découvre la plus riche plaine que l’on puisse contempler sur les bords du Rhône, ce roi majestueux des fleuves, qui l’arrose et la fertilise, quand il ne la dévaste pas par les inondations. (Histoire des miracles, p. 23)

36Les Gagne ne passent pas inaperçus s’il faut en croire ce souvenir d’un journaliste montilien :

  • 6 M. Bourron, loc. cit.

Nos concitoyens, — du moins les pères d’aujourd’hui —, se rappellent certainement l’honnête M. Gagne, toujours irréprochablement vêtu de noir, et dont l’attitude ne manquait pas d’une imposante noblesse. Son extérieur calme et froid ne se départait de cette correction tout aristocratique que lorsque le démon des vers venait à l’agiter. Alors c’était une métamorphose complète. Cela tournait au barde, que dis-je ? à la pythonisse, à la sibylle. Plus d’une fois, nous l’avons vu debout, hissé comme sur le trépied antique, sur un fragment de roche de son jardin du Bouton-d’Or, tête nue, son ample chevelure grise livrée au vent, et lui, les reins ceints d’une vaste écharpe, jetant à la bise les notes tragiques de son Unitéide. C’était beau ; c’était même quelque peu effrayant ; et je ne sais trop ce qu’en devait penser la Muse plus timide de la spirituelle Mme Gagne6.

1854

37Paulin Gagne, Le Théâtre du monde, journal et cours littéraires et artistiques (avec la collaboration de Mme Élise Gagne-Moreau de Rus), Paris, place de Laborde, janvier 1854[-décembre 1857], 4 vol., in-8.

1856

38Élise Moreau, Une vocation, ou le jeune missionnaire, Paris, Didier, 1856, in-8, 400 p., pl. lithog.

L’auteure avertit qu’elle a parfois été secondée par son mari M. Gagne, lequel a composé « plusieurs des petites épigraphes en vers, qui précèdent chaque chapitre ». Le héros a aussi quelque chose du mari, puisqu’il s’appelle Paulin Guichard. C’est un petit Auvergnat qui, à La Rochelle, devient l’ami d’un jeune comte, Sylvestre de Rocbelle. Tous deux reçoivent une éducation religieuse des mains de l’abbé Cochard. Mais, si Paulin en applique et en appliquera les principes, Sylvestre, lui, passera sa jeunesse dans les clubs, les bals, les plaisirs mondains. À la vision d’une jeune fille, Geneviève, priant toute auréolée de lumière dans une église, Paulin, plutôt que de lui faire la cour, décide de devenir prédicateur et d’entrer au séminaire. Après quelque temps, sa vocation le pousse à s’embarquer pour les îles Marquises en tant que missionnaire. Ponctué de temps à autre par des « tableaux parisiens » qui évoquent les dangers de la vie moderne, le récit se concentre sur le long voyage et les aventures de Paulin : il apaise une révolte à bord du navire, affronte une tempête et un naufrage, échappe à maints dangers avant d’arriver aux Marquises. Là, il rencontre les sauvages et les cannibales. Mais Paulin est un formidable évangélisateur : il convertit la reine Paëtini, reine des anthropophages, dont les sujets, affamés par un grand désir d’imitation, suivent son exemple, et le héros de procéder à d’innombrables baptêmes. De retour en France après une vie pleine de bonnes actions et de conversions inespérées, Paulin retrouve sa famille et devient un modeste curé, que sa réputation cependant précède si bien qu’il est reçu en audience chez le pape, suprême honneur et consécration sublime pour sa remarquable carrière.

1857

39Paulin Gagne, L’Unitéide, ou la femme-messie. Poème universel en 12 chants et 60 actes, avec chœurs, précédé d’un prologue et suivi d’un épilogue par Mme Gagne (Élise Moreau de Rus), [Paris], Chez tous les libraires de France et de l’étranger, [1857], in-8, 726 p., pl. Nouvelle édition de 248 pages en 1859.

40Voir la présentation du texte dans le chapitre qui lui est consacré.

1858

41Retour des Gagne à Paris, notamment signalé par Lorédan Larchey.

  • 7 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette vi (...)

[Il] retourna, en 1858, à Paris, où il eut des visions fantastiques qui le rendirent fou furieux. Il jeta une partie de ses meubles par la fenêtre, fut enfermé dans une maison de santé où on lui mit la camisole de force. Il en sortit quelques mois après calme et tranquille, mais non complètement guéri7.

42L’explication de Gagne est sensiblement plus complexe. Il sous-loue son salon à une « société d’évocateurs », c’est-à-dire à des gens qui pratiquent « l’évocation » des esprits (Gagne veut réserver le mot « invocation » à Dieu). Il participe à des séances avec Mme Gagne et, peu après, les choses se gâtent :

nous avons essayé, madame Gagne et moi, des évocations qui ne nous ont pas laissé le moindre doute sur l’intervention réelle des esprits ; mais lorsqu’un soir, laissant guider ma main par l’influence surnaturelle, j’ai fait, involontairement, la chose la plus immorale, je me suis écrié C’est SATAN ! [Quelle est cette « chose immorale » ? Mystère !]
Très souvent, quand je faisais des évocations, j’entendais le démon au bout de ma plume, me dire : Livre-toi au diable et tu marcheras.

43Pour échapper à l’influence de Satan, le poète se réfugie dans un mois de prières et, bientôt, procède en quelque sorte à son propre exorcisme, lequel prend des formes hollywoodiennes :

J’ai entendu une voix toute-puissante au sommet de ma tête, et avec laquelle je pouvais faire la conversation ; j’ai pris le crucifix qui avait été donné à madame Gagne par deux saintes demoiselles de Montélimar ; j’ai entouré ce crucifix d’un chapelet également donné à madame Gagne par une jeune et sainte religieuse ; je suis allé seul dans la salle où se faisaient les évocations infernales ; ô miracle étonnant et épouvantable ! à l’instant, un mouvement de rotation irrésistible s’est emparé de moi ; je tournais comme une toupie autour de la table satanique, que je couvris de crachats et de bave, et d’où s’échappaient les esprits démoniaques par la présence du crucifix que je tenais toujours à la main : Satan et Dieu se disputaient mon corps et mon âme ! ! Je fus même terrassé à plat ventre ; j’entendis très distinctement les esprits frapper dans les murs en signe de triomphe ; je me sentais enterrer tout vivant par les démons. Dieu, qui me fit voir un esprit satanique sous la forme d’un chat, me dit dans sa miséricorde qu’il voulait que les choses se passassent ainsi, pour me punir de mes criminelles évocations défendues par l’Église. Pendant que j’étais terrassé, quoique relevé sur mon séant, je vis entrer deux médecins que madame Gagne, justement effrayée, avait fait appeler. (Histoire des miracles, p. 28-29

  • 8 André Blavier rapporte ces événements de façon inexacte, mais en mettant en évidence les dons théra (...)

44Refusant selon lui de répondre aux questions des docteurs, Gagne est emmené à la maison de santé de Picpus, ce qu’il accepte comme une épreuve imposée par Dieu. Ce dernier lui impose également de garder le silence. Dans le récit de cet épisode, Gagne insère maintes références à l’histoire du Christ, comparant le « calvaire de Picpus » avec celui du Golgotha, allant jusqu’à dire devant ses médecins : « Pardonnez-leur, mon Dieu, ils ne savent pas ce qu’ils font ! » Durant son arrestation — c’est bien d’une telle chose que parle son récit —, Gagne ne cesse d’obéir à la voix de l’esprit divin, laquelle va jusqu’à lui enjoindre de se boucher les oreilles au moment où Mme Gagne donne des renseignements aux médecins sur son mode de vie. À Picpus, on lui passe la camisole de force et on l’attache sur son lit : « je ne pus m’empêcher de rire ». Il ne cesse de dire qu’il garde toujours sa raison, même quand il a des hallucinations (sur sa mort, sur le jugement dernier, sur le ciel). Avec l’accord et l’appui de Dieu, il se guérit lui-même en se défaisant du mutisme et de la voix intérieure divine (ce qui est un peu curieux, puisque son silence et cette voix ont d’abord été présentés comme des moyens de défense donnés par Dieu). Gagne affirme avoir cherché à s’enfuir pour rejoindre Mme Gagne qui devait être morte de chagrin. Cette affirmation n’a probablement pour cause que le désir de justifier qu’on l’ait gardé quelque temps à Picpus : dans sa tentative, il se serait blessé au dos8.

45Paulin Gagne, Le Journalophage, ou le mangeur de journaux, satire antijournal… paraissant quand il peut, Paris, l’auteur, [1858], in-8, nos 1-7. (Les numéros 2-7 portent en outre : 5e année comme successeur du « Théâtre du monde ». Les numéros 6-7 ont pour titre : Le Journalophage et L’Uniteur, journal des journaux, réunis par M. Gagne.)

1. Le Journal-antéchrist

2. Le Journal chronicritique annonce

3. L’Amour de l’immortalité

4. La Revue de l’unité universelle

5. Les Poètes et les journaux

6. La Fête du journalophage

7. L’Art de dompter les journaux, les journalistes et les chevaux

Le Journalophage est la suite du Théâtre du monde, mais il est fait par M. Gagne tout seul. Le ton tourne quelquefois à la paranoïa volontaire : « Comme c’était prédit, lui jetant leur linceul, / Cent journaux courageux frappent Gagne tout seul ! Et, sans peur de commettre un déicide impie, / Mordent L’UNITÉIDE ou la femme-messie » (édition du dimanche 4 juillet 1858, p. 6). Dans les sept numéros de 1858, Gagne s’en prend à plusieurs reprises à Jules Janin, mais adoube Villemain, Guizot, Scribe, Augier et Dumas. La presse est présentée régulièrement comme la messagère de l’Antéchrist ; il faudrait brûler « tous les journaux et tous les rédacteurs » (non numéroté, daté de mai 1858). La haine prend quelquefois des formes contournées : « Enfin, du laid noir seul se faisant l’orateur, / Le Journal tout crotté crotte le décrotteur ! ! » Comme à l’accoutumée, Gagne affirme qu’il changerait d’avis si tous les journaux se fondaient en un seul, « L’Uniteur ». Le dimanche 25 juillet 1858 (no 5), la répression du pluralisme dévoile sa violence : « Poëtes, levez-vous ! et, d’un accord pieux, / Élevez des poteaux qui touchent jusqu’aux cieux, / Et, pour tout arracher aux trépas les plus tristes, / Clouez-y, sans retard, journaux et journalistes ! ». Une scie : il faut payer les journaux pour avoir une critique. Un scandale majeur : les journaux s’en prennent particulièrement aux poètes. L’arrêt de la publication serait dû à l’intervention de Mme Gagne : « j’ai fait publier un petit journal en vers, intitulé Journalophage, que j’ai tué volontairement au septième numéro, pour obéir à Mme Gagne, et sans doute à ma conscience, qui me disait que je mettais trop d’animosité personnelle [dans mes critiques] » (Histoire des miracles, p. 24).

1859

46Élise Gagne, Omégar, ou le dernier homme. Proso-poésie dramatique de la fin des temps en 52 chants. Précédé d’un prologue et suivi d’un épilogue par M. Gagne, Paris, Didier, et l’auteur, 1859, in-18, xxv-405 p.

47Voir la présentation de cette œuvre dans le cours de l’ouvrage.

48Élise Moreau de Rus, Moralités en vers, dans Mme Guizot (Élisabeth-Charlotte-Pauline de Meulan, Mme François), L’amie des enfants ou petit cours de morale en action contenant tous les contes moraux à l’usage de l’enfance et de la jeunesse. Nouvelle édition augmentée, Paris, Didier, 1859, in-8, 365 p.

En avant-propos de ce volume destiné à répandre « les idées et les sentiments les plus propres à diriger l’esprit et le cœur », l’éditeur donne un aperçu de la reconnaissance dont pouvait autrefois bénéficier Élise Moreau dans les années 1830 : « Ces moralités poétiques ont été écrites par mademoiselle Élise Moreau, si justement distinguée parmi nos poëtes contemporains. […] M. Guizot, qui a protégé, comme ministre de l’instruction publique, les premiers essais de Mlle Élise Moreau, a agréé son intéressant travail. » Chaque conte est donc précédé d’un « court résumé en vers » de son « sens moral ». Les vers témoignent d’un bel esprit de synthèse, ainsi que le montre l’exemple suivant (précédant le conte « Histoire d’un louis d’or ou Les bons et les mauvais côtés de la richesse ») :
L’argent, ce dangereux métal
Que par sa volonté profonde
Dieu fit tour à tour en ce monde
La source du bien et du mal,
Se transforme en dons généreux,
Et coule sur les malheureux
Ainsi qu’une onde bienfaisante.
L’enfant qui dans de vains hochets
Inutilement le dépense,
Est plus coupable qu’il ne pense,
Et dieu ne le bénit jamais.

49Paulin Gagne, Les vendeurs du temple et la voix du salut, Paris, Chez l’auteur, directeur de l’Athénée universel, 35, rue de Valois-Palais-Royal, où se font toutes espèces de cours, 1859, in-8, 16 p.

Indiquer le mal sans donner le moyen de l’anéantir, c’est inviter à le faire. De ce principe dérive que « L’écrivain doit être le médecin moral de la société » et qu’il doit pourfendre « les vendeurs du temple ». Qui sont-ce ? La réponse est large : « c’est presque tout le monde ». Mais le texte donne quelques détails supplémentaires sur cette catégorie : les mormons (car ils adorent l’impiété), les orgiaques saint-simoniens (férus de concubinage), « les romanciers des scandales » (scandales des Bovary, des Fanny et des mille ignobles enfants de Lélia ou de Daniella), « les dramaturges des Demi-Monde », les philosophes du rationalisme, du naturalisme et du matérialisme (Ernest Renan, Victor Cousin, Jean Reynaud, Jules Simon, Proudhon), les magnétiseurs et les médiums, les libres penseurs, les systémateurs et les inventeurs de nouvelles révélations, les journalistes et les valorisateurs de la liberté illimitée, les chrétiens pusillanimes et lâches qui se taisent. Comme à l’ordinaire, Gagne trouve dans les faits divers du moment un exemple de la dérive des temps présents. Ledit fait est connu sous le nom d’« affaire Mortara » : un jeune enfant juif de 2 ou 3 ans tombe malade ; une domestique chrétienne le fait baptiser ; le pape l’apprend et le prend sous sa tutelle ; les journaux se jettent sur la chose et honnissent le pape en l’accusant de vol de paternité et de détournement de religion ; Gagne est scandalisé et dénonce « la bataille papophage des journaux ». Si l’Unité régnait, le monde n’en serait pas là. Le vieux lieu commun de « la croisée des chemins » trouve ici maints réemplois : « Nous sommes dans une de ces époques fatales et décisives où, avant peu, l’homme sera un démon ou un ange, où la terre sera un Eden ou un Enfer, où, enfin, on verra le règne triomphant de Dieu ou bien le règne de l’Antéchrist. » Contre la menace prévisible, un seul recours : la mise en place d’un ordre dans lequel « La politique [sera] abolie. »

1860

50Paulin Gagne, L’histoire des miracles renfermant une dédicace à Mme Gagne, un préambule historique, l’histoire de ma mort, les mémoires de ma vie miraculeuse et le bonheur du crucifiement, Paris, l’auteur, 1860, in-18, 72 p.

Après une « Dédicace à Madame Gagne », sa « noble épouse et sœur en Jésus-Christ », le texte aligne six parties successives où Gagne résume sa vie passée et décrit ses relations avec la divinité, tout d’abord en prose, puis, fidèle à cette habitude qui consiste à mettre en poème ce qu’il vient de dire prosaïquement, en poésie. Dans un « Préambule historique », il rappelle les nombreux miracles de Dieu, auxquels Satan aurait répondu par des magies (en fait, Satan s’est accouplé avec « La magie-mère »). Ces magies sont « la gnose, la théurgie, la sorcellerie, la nécromancie […] le spiritisme […] le somnambulisme […] l’hypnotisme [etc.] » et sont le fait de « diaboli-évocations » pratiquées par des « diaboli-évocateurs », lesquels sont dangereux, car ils préparent un Congrès à Paris. Le spiritisme le taraude particulièrement, ainsi que l’hypnotisme, introduit par le diable dans les académies. Selon un principe d’inversion typique, les fous sont dans tout Paris (et non à Charenton, Bicêtre ou Picpus). Ce disant, Gagne affirme savoir qu’il sera « traité de fou » et condamné par « la patrie du progrès », celle qui refuse le vrai « progrès sauveur ». Pour bien montrer qu’il n’est pas celui qu’on pense, il annonce qu’il va réaliser une douzaine de miracles après avoir fait une prière. Le deal est le suivant : « Car, de deux choses l’une : ou je suis le plus grand fou qu’il faut vite mettre à Bicêtre, ou bien je suis un inspiré, dont il faut se servir pour l’utilité publique, qui seule me fait agir. » Il donne ensuite une « Préface » et une « Histoire de [s] a mort » évoquant l’époque sinistre où il vivait dans le péché : il était alors « mort », car il n’était pas un bon chrétien. C’est dans cette partie que Gagne donne des informations sur son séjour en asile (où on lui fit mettre une camisole de force, ce dont il dit avoir ri, comme pour tenter de refouler la honte qu’il en ressent). Mais viennent ensuite les « Mémoires de [s] a vie miraculeuse ». Un beau jour, l’esprit divin l’inspire, l’« attire avec force vers les objets sacrés, vers les pauvres et vers les petits enfants » et l’appelle à faire les miracles les plus éclatants. La liste des miracles est surprenante. Il s’agit essentiellement de modifications physiques de sa propre personne dans certaines circonstances ou rencontres : extases soudaines, suffocations subites, saignements de nez inopinés, battements de cœur, mais d’un simple effet d’intense présence il guérit aussi les possédés (les fous), commotionne les dangereux somnambules, paralyse les chiromanciens, terrasse les hommes de lettres voués au satanisme, bouleverse les jeux des cartomanciens et convertit les incrédules. Quelques exemples sont plus spectaculaires : « Quand je passe devant les vapeurs des chemins de fer, l’Esprit divin me fait surnaturellement lever mon chapeau et me dit que sans l’intervention céleste les locomotives ne marcheraient pas faute de traction » ; « Chez une célèbre femme de lettres, l’Esprit divin m’a fait ouvrir une page de la Bible, et m’a fait poser mon doigt sur le no 42, où il était question des esprits démoniaques dont je lui parlais ! Il faudrait être incarné dans Satan pour ne pas voir dans ces faits la présence réelle de Dieu ! » Le poème final célèbre « Le bonheur du crucifiement » : chaque souffrance (un deuil par exemple) a été pour Gagne un crucifiement au cours duquel il a été soutenu par le Christ. Mais le texte prend vite une tournure inquiétante : il s’est jeté contre un mur, a cherché à subir le sacrifice de la croix, a fait son enterrement. Seule une vision extatique de l’esprit divin l’a sorti de là pour le tirer vers la béatitude. Par suite, il est devenu l’un des messagers de Dieu. Il a définitivement accepté la douleur, et il l’accepte avec joie, d’où ce leitmotiv : « Mon suprême bonheur : c’est le crucifiement. » Le diagnostic de folie est alors retourné contre ceux qui le lui ont donné :
Savez-vous bien pourquoi, docteurs aliénistes,
Vous êtes presque tous, dit-on, aliénés ?
C’est parce que Dieu fuit les matérialistes
Qui dans les inspirés voient des hallucinés […].
Bien mieux : lui, par ses prières, pourra vraiment guérir la moitié de la population de Bicêtre. Et Gagne de terminer sur une vision d’avenir, faisant parader tour à tour les poètes de l’avenir, les journalistes de l’avenir, les académiciens de l’avenir, les femmes de l’avenir, les jeunes enfants et les jeunes filles de l’avenir, avant de rendre hommage en « épilogue » aux « dignes inspirés », étourdis de vertu.

51Paulin Gagne, L’Uniteur du monde visible et invisible, journal universel de journaux et de l’unité. Miracles et révélations opérés et faits en la personne de M. Gagne par l’Esprit divin, Paris, impr. de Dubuisson, no 1 [-4], janvier[- avril] 1860, in-fol., 16 p.

52Paulin Gagne, Le tribut d’amour à M. Desgenettes, curé de Notre-Dame des Victoires, Paris, M. Moreau, [1860], in-18, 17 p.

Gagne tient le curé Desgenettes pour un « saint inspiré ». Il a de bonnes raisons pour cela : il émane une aura merveilleuse de sa personne, oncques ne vit homme plus doux et pieux, il n’est de meilleur apôtre ni de meilleur prieur, mais surtout : il a écouté le poète quand celui-ci lui a fait part de son sentiment d’avoir reçu des pouvoirs surnaturels de Dieu et, de surcroît, il a persuadé (sans mal) l’auteur de L’Unitéide qu’il devait mettre ses dons au service de « l’utilité publique ».

1861

53Élise Gagne, Mme de Bawr, étude biographique sur sa vie et ses ouvrages, Paris, Didier, 1861, in-18, 66 p.

Voir la présentation de cette étude biographique dans le corps de l’ouvrage.

54Paulin Gagne, La comète de l’Antéchrist, présentée à l’Académie des sciences le 8 juillet 1861, Paris, impr. de Dubuisson, [1861], in-8, 4 p.

Estimant les astronomes peu doués pour l’observation, Gagne se substitue à eux pour annoncer l’arrivée d’une nouvelle comète conçue et dirigée par Satan : la comète de l’Antéchrist. Dieu ne bougera pas le petit doigt si l’humanité ne change pas et si elle ne se met pas illico à l’adoration vertueuse et à la prière.

1863

55Paulin Gagne, Le calvaire des rois : Louis XVI, Marie-Antoinette, Élisabeth et Louis XVIII, martyrs et christs de la royauté. Régi-tragédie épique, historique et nationale en 5 actes et en vers, Paris, F. Henry et l’auteur, 1863, in-8, iv-300 p., frontisp.

La « Préface » pourfend l’école du satanisme, où se complaisent les fantaisistes et les romantiques. Comme chez tous les antiromantiques tardifs et les écrivains conservateurs du moment, Sand et Hugo sont les cibles principales de l’auteur.

56Gagne est candidat aux élections du Corps législatif, à titre de « candidat surnaturel, universel, perpétuel ».

1864

57Paulin Gagne, Le congrès sauveur des rois et des peuples. Salutéide ou poèmeopéra de salut de l’avenir, historique, national et universel, en 24 chants-actes dialogués destinés au théâtre et en vers, Paris, F. Henry et l’auteur, 1864, in-8, 184 p., frontisp.

Gagne tente une nouvelle fois de mettre sa voile sous le vent. En l’occurrence, il tente de profiter de ce « moment suprême où Dieu inspire à S.M. l’Empereur des Français l’idée rédemptrice d’un Congrès » pour « embouche[r] la trompette de l’enthousiasme épique ». Les 24 chants poétiques de cette œuvre célèbrent la consécration par l’immense Congrès de l’entreprise de sauvetage de l’humanité proposée dans L’Unitéide. En introit, un appel à la paix, à la disparition des fiers partis, et le souhait que les rois et les « peuples forts […] Guident vainqueurs l’universelle barque / Au port béni de la Sainte unité. » Gagne fait ensuite « Le cadeau poétique au monde de [s]es œuvres » : « Je mets tous mes écrits au domaine public ! » Il rêve de faire école : « Tout pourra m’imprimer en élans idolâtres, / Tout pourra me jouer sur les divers théâtres ; / Je ne demande rien pour prix de mes cadeaux, / Que des imitateurs couronnés de bravos ! » Dans une « Préface-prologue » comprenant quatre pages de prose serrée, il rappelle son projet fondamental : réaliser l’Empire universel sous l’égide de la foi. La proclamation de l’unité du monde sera faite par l’Archipontife (S.S. Pie IX) et par l’Archimonarque (Gagne lui-même). Il craint cependant que la bonne parole ne soit pas entendue dans ces temps présents où règne « Satan, le grand misérable des misérables, soutenu par le spiri-satanisme, par tous les maudits et les professeurs de déicide ». Son poème, dit-il, « renferme deux parties distinctes » : l’une est historique, puisqu’il fait parler les grands de ce monde en s’inspirant directement de leurs discours et des lettres qu’ils ont publiées, et déroule « les discussions poétisées et résumées du Sénat et de la Chambre » de façon à produire « un petit traité poétique de politique » ; la seconde contient « la Constitution de salut », laquelle devrait servir de programme général pour les rois et les peuples de l’univers. Gagne donne ensuite sa propre vision de l’institution littéraire et du rôle social de la littérature : les écrivains devraient tous mettre leurs œuvres dans le domaine public, être payés et recevoir des grades en conséquence (« lettré-caporal », « lettré-colonel », etc.) ; les Belles-lettres ne doivent pas seulement être l’expression de leur temps, elles doivent aussi et surtout être « les avant-gardes sacrées des gloires de l’avenir ». Les personnages principaux sont le pape, l’Empereur, l’Impératrice et le prince impérial, les empereurs et rois d’Europe, tous les autres souverains, des ministres d’ici et là, sans oublier l’Archimonarque et des représentants divers : « En tout : Environ un milliard de personnages. » Les 24 chants alignent donc des discours d’empereurs et de rois, mais aussi des comptes rendus (très orientés, faut-il le dire) des grandes questions du moment, lesquels sont présentés comme des « tournois oratoires » : « Tournoi oratoire sur la liberté de la presse », « Tournoi oratoire sur les mauvais livres », « Tournoi oratoire sur la Pologne », « Tournoi oratoire sur l’insinstruction », « Tournoi oratoire sur la guerre du Mexique », etc. L’ensemble flagorne à qui mieux mieux l’Empereur (qui a apporté une saine démocratie à la France, une démocratie qui n’est pas une anarchie comme en Amérique !) et se termine par des brassées d’« Inspiration » (genre littéraire autoproduit consistant en une véhémente exaltation du triomphe de l’unité), par des « poétorations » à la gloire de Dieu et de l’Empire universel. Une ultime « Péroraison fulminante à réveils du Poëte orateur » remet le sort de l’histoire entre les mains de Dieu.

58Paulin Gagne, Profession de foi universelle à Messieurs les Électeurs de la 1re et de la 5e circonscription de Paris par M. Gagne, avocat, [Paris], Imprimerie de Jouaust et fils, 1864, 15 p.

Long tract rédigé en vue des élections du 20 mars 1864. Gagne se déclare le meilleur candidat parce qu’il est contre les partis. Il est « PANTOCRATE » (ce qui veut dire qu’il veut capter « la force unie de tous »). Il a des idées peu marxiennes sur l’avenir du prolétariat : « Je suis décidé à tout sacrifier pour sauver les intérêts des diverses classes de la société française et en particulier des classes ouvrières, dont je voudrais abolir le prolétariat, et qui, selon moi, méritent d’avoir non seulement des députés, mais encore des sénateurs du travail ! » Ne doutant pas que la France soit la première des nations (aucun Français n’en doute), il joint à sa prose sa Constitution poétique et universelle de salut (tirée du Congrès sauveur, son œuvre précédente). Quelques articles de cette constitution sont coruscants : « 34. Napoléon trois est proclamé l’empereur / Des peuples couronnés par le Congrès sauveur ! » ; « 54. Les gens de lettres sont nommés en vrais héros / Les lettrés caporaux, colonels, généraux ! » ; « 71. La Constitution soutient les forces de Dieu / Qui terrassent les forces de Satan tout en feu. » Cela lui fait au moins un point commun avec Hugo : « 72. L’âpre peine de mort est partout abolie, / Comme fermant le ciel au repentir qui prie. » La page 15 comporte un beau dessin de « la pyramide du monde ».

1865

59Élise Gagne, L’anémone du Colisée. Imitation en vers d’un fragment de « Rome », par Mme la marquise de B*** [signé : Élise Gagne (Élise Moreau)], Paris, impr. de Bonaventure et Ducessois, [1865], in-8, 4 p.

Voici le but de cette poésie délicate : « Oser traduire en vers cette prose fleurie, / Qui dépasse l’éclat de toute poésie, / N’est point d’un faible luth la téméraire ardeur : / C’est l’hommage au talent, et la dette du cœur. » Il est doux de se recueillir le soir au Colisée. Les fantômes du lieu aiment à voir passer, rêver ou prier ceux qui, toujours terrestres, se souviennent d’eux. La promeneuse découvre une anémone. Elle la cueille et se cache pour converser avec elle. Ne serait-elle pas née du sang d’un martyr ? L’anémone répond. Le martyre du corps a cessé. Mais celui du cœur persiste et n’est pas moins pire, car les temps heureux prédits par saint Paul ne sont pas arrivés. Si les temps présents sont tristes, c’est parce que les « modernes douleurs » sont privées de sens. Il faut revenir à l’acceptation de la souffrance. Tel est le message de l’anémone :

Souviens-toi que la fleur éclose au Colisée
T’a dit de tout vouloir et de tout accepter,
D’être forte et soumise, afin de mériter
L’immortelle patrie où des plans de la terre
Dieu fait à ses élus une bande de lumière.

60Paulin Gagne, L’anarchiade de la décentralisation, archi-drame flagellateur en cinq éclats, joué sur tous les théâtres du monde, précédé d’une préface et suivi d’un épilogue par M. Gagne, avocat, [Paris], Chez tous les libraires, et chez l’auteur, rue Taranne, 6, [1865], in-8, 4 p. (Exposition universelle des lettres).

L’auteur précise qu’il « met ses œuvres dans le domaine public des lettres, ce qui donne à tous le droit de les faire publier ». Le prix de l’opuscule est de 25 centimes. Une courte « préface-éclat » justifie le texte :
La France, ma patrie, à mort se crétinise !
Le diable la possède et la décentralise !
Pour tout sauver, chassons l’Anarchiade en feu,
Nommons l’ARCHIMONARQUE envoyé du vrai Dieu !
L’heure, donc, est urgente. Aux mains de Satan, la France périclite, ce dont témoigne le projet de décentralisation. La pièce se passe dans un restaurant où pavoisent les sataniques décentralisateurs : Thiers, Montalembert, Pelletan. Le « Premier éclat » est un « dit de Thiers » au nom des orléanistes, le deuxième, un « dit de Montalembert » qui parle au nom des légitimistes, le troisième, un « dit de Pelletan », mais le quatrième est le « dit de Jourdan » qui agit au nom des centralisateurs, le cinquième est l’« épilogue ».
Les décentralisateurs carburent au champagne, ce qui mine les débats :
Le champagne, en chassant le mensonge qui vibre,
Fait sauter le bouchon de la vérité libre !
C’est incontestable, mais l’ivresse n’empêche pas l’ambition. Thiers veut porter le comte de Paris sur le trône afin de devenir son « grand premier ministre » ; Montalembert, lui, est partisan du comte de Chambord et sacrifiera « sans peur tous les partis divers, / Les démocrates vils et les rouges pervers » afin de devenir le « ministre puissant » du nouveau monarque ; quant à Pelletan, il veut décentraliser au nom de la République et veut en devenir, au prix d’un nouveau 93, le « dictateur sans grâce ». Aucun de ces trois leaders n’arrive à dire ce que gagneront les citoyens dans la décentralisation. Vient Jourdan, qui accuse les précédents de conspirer contre l’héritage de 1789. Il soufflète Pelletan qui, en retour, lui casse un plat sur la tête. L’épilogue est à l’actif du narrateur devenu témoin. Il voit surgir les vengeurs partisans de Jourdan. Massacres, Terreur bis, tueries :
Là, d’un œil effrayé par l’enfer rugissant,
J’ai vu bondir partout la mer rouge de sang !

Les gendarmes emmènent les décentralisateurs à Charenton « Où les douches pourront centraliser leurs têtes. »

61Paulin Gagne, Les deux luxes des hommes et des femmes. Luxéide, drame prostitutionnicide et luxicide en trois éclats, joué sur tous les théâtres du monde, précédé d’une préface et suivi d’un épilogue. Avec chœur de triomphe. Accompagné de l’Abd-el-Kadéride, Paris, impr. de Jouaust, [1865], in-8, 16 p.

La question posée est celle-ci : comment vaincre la prostitution ? La réponse : « Je soutiens que le remède est dans sa suppression, et, en cas de maintien, dans la punition énergique des hommes qui franchiront le seuil des enfers de la débauche. » Mais l’ennemi le plus pernicieux, ce sont « les luxes ». Or, pour anéantir les luxes des femmes, il faut supprimer les luxes des hommes. La société pourra s’y aider en créant des « sociétés protectrices des mœurs » et des « tribunaux vengeurs de la morale », lesquels seront mis sous la responsabilité des soldats et des journalistes (ces derniers trouvant ainsi une utilité par un travail permanent de surveillance et de délation vertueuse ; Gagne anticipe remarquablement ce que sera la presse en régime totalitaire). Le drame transpose ces idées aux tréteaux. Les personnages sont le général Sabretout, le colonel Canon, le journaliste Pressefort, Mme Crinola Sabretout, Mlle Volentine Sabretout, fille du général et fiancée du colonel Canon, ainsi que de « nombreux mariés qui ont cessé les grèves du célibat » et le public, présenté lui aussi comme un personnage. Le général veut interdire à sa fille la crinoline et les robes flottantes (Premier éclat). Elle en appelle à sa mère. Celle-ci, prenant appui sur Caton, défend le droit crinolinesque de sa fille par l’entremise de cet argument : « Je soutiens hautement que les hommes trompeurs / Ont plus de luxe affreux que les femmes en pleurs ! » Si les hommes étaient corrects, les femmes le seraient aussi. Elle prend l’exemple du « luxe » (le mot est ici voisin de « vice ») de son mari : le général a « le luxe affreux du tabac rare ». Volentine renchérit : son colonel, lui, a le luxe de son coursier, qu’il lui préfère. Le général demande l’appui du colonel, mais le colonel Canon est du même avis que la générale : « L’homme, plus que la femme, a des luxes païens ! » Et de poursuivre avec un féminisme d’emprunt : « La femme doit pouvoir devenir sénateur / Député, conseiller et tout, même Empereur ! » Là-dessus le général s’emporte et veut tout brûler. Sa femme et sa fille lui demandent pardon. Il se ravise. Sa femme et sa fille se ravisent aussi : elles sacrifieront les costumes mondains. Radieux, le général donne la main de sa fille au colonel Canon (Deuxième éclat). Célébration enthousiaste de l’événement par le journaliste Pressefort (Troisième éclat). À ce « drame prostitutionnicide et luxicide », Gagne ajoute des extraits des poèmes qu’il a déclamés devant « l’illustre Abd-el-Kader ». Aucun doute : il lui a sorti le grand jeu, cherchant à le convaincre des bienfaits de sa langue universelle, du trône universel et de l’unité globale, et, pour faire bonne mesure, il lui a aussi donné quelques conseils sur le chapitre des femmes : « Aux femmes du sérail ouvre toutes les portes, / Des luxes effrénés éloigne les cohortes ; / Pour que les saintes mœurs guident le monde au port, / La femme doit avoir les droits de l’homme fort. » L’émir dut être surpris.

62Paulin Gagne, Les deux sueurs froides et chaudes, produites par « Les deux sœurs » de M. Émile de Girardin. Archidrame vengeur, Paris, l’auteur, [1865], in-8, 4 p.

L’idée latente est que Les deux sœurs d’Émile de Girardin font suer. Ne pouvant le tolérer, Gagne se pose en vengeur de l’amour des lettres. Girardin n’est pas seul en cause. Il y a aussi Sarcey, Feydeau et d’autres littérateurs, coupables d’avoir insulté la dignité et la chasteté des lettres en thématisant à hue et à dia l’adultère dans leurs pièces. « Mais attendons : LE RÈGNE DE L’ARCHIMONARQUE APPROCHE ! » Les quatre « Éclats » de la piécette sont brefs. Dans le premier, divers personnages se réjouissent du fait que Les deux sœurs de Girardin vont le ridiculiser. Dans le deuxième, Sarcey, revenant du théâtre, leur dit qu’il n’en est rien, que Girardin a été applaudi à tout rompre, qu’il avait des claqueurs à tire-larigot, qu’il paradait sur la scène et que Feydeau l’y a rejoint pour le couronner. Mais, au Troisième « éclat », voici Feydeau qui apostrophe Sarcey et le traite d’incompétent. Girardin revient au quatrième, soufflette Sarcey et le tue d’un coup de pistolet.

63Paulin Gagne, L’Archi-soleil, grand archi-journal des éclats universels et uniteur de l’avenir (Rédacteur en chef : M. Gagne), nos 1-12, 8 octobre[-24 décembre] 1865, Paris, impr. de Jouaust, in-4, 48 p.

64Paulin Gagne, La grévéide. Drame grévicide universel des grèves, en 5 éclats (avec chœurs de diables et d’hommes), joué sur tous les théâtres du monde, précédé d’une préface de salut et suivi d’un épilogue d’amnistie, Paris, Impr. de Jouaust, [1865], in-8, 16 p.

Le but est clair : « chasser les Grèves matérielles et intellectuelles qui dévorent le monde ». Il est temps que quelqu’un s’en occupe, car l’extension infinie de la pratique de la grève pourrait conduire à une grève de tous les peuples contre Dieu. Théologiser cette question sociale va la résoudre :
Si l’esprit abolit sa grève anti-chrétienne,
Le corps abolira toute grève païenne.
Le travail est le Christ de la nature en feu :
Immoler le travail, c’est immoler son Dieu !

65Mais Gagne s’en prend aussi à des grèves récentes, les unes des ouvriers, les autres des cochers. Ces dernières l’interpellent profondément. Il a repéré « Satan et ses filles les grèves », lesquelles se nomment Anti-Fiacre, Piétendre, Pourboire, Fiancette, Galopar, etc. Pourboire a ce mot :

À la sommation que chacun peut lui faire,
Comme le fier Cambronne, en bravant le trépas,
Le cocher dit : Je grève, et je ne me rends pas !
L’important cependant est d’arrêter les meneurs, dont Gagne connaît les noms, par exemple celui du fier Cassetout. Et tout se termine dans l’apothéose, les auréoles, les chants universels de la fin des grèves, le feu divin, l’arc-en-ciel exemplaire, le triomphe de la Vierge Marie, le gloria pour tous et « La Sainte Assomption [qui] fait tout monter aux cieux ! »

66Paulin Gagne, La sataniade du spiri-satanisme, archi-drame spiriticide en 5 éclats infernaux, joué sur tous les théâtres du monde, précédé d’une préface miraculeuse, Paris, tous les libraires, [1865], in-8, 4 p. (Exposition et domaine public des lettres).

Gagne, cette fois, s’en prend au spiritisme : « La plus stupide et la plus infernale peste, c’est le Spiritisme, que j’appelle le Spiri-satanisme, parce que c’est Satan qui le guide et l’exploite. » Maladie infantile du XIXe siècle, le spiritisme est l’une des « magies » qui empoisonnent le monde et l’une des traces de la décadence des temps présents. Investi de mission par le curé Desgenettes, l’auteur combat toutes ces magies à l’aide de la prière, du signe de la croix et de sa forte présence : « J’ai été stupéfait moi-même des bouleversements et des miracles que j’ai opérés sur plusieurs somnambules, chiromanciens, cartomanciens, etc. et sur des possédés de Bicêtre, dont je guérirais presque tous les fous ! » Les personnages de « l’archidrame » sont Satan, l’Anarchiade et tous les diables, médiums, somnambules, chiromanciens, cartomanciens, ainsi que « plus de mille sorciers en tous genres, public, sergents de ville, etc. ». Dans le « Premier éclat », Satan mande l’Anarchiade d’activer tous les sorciers sur terre. Dans le deuxième, il est fait appel à Voltaire, du moins à son esprit, afin qu’il dise que Satan n’existe pas. Mais les « évocateurs » (les spirites) sont dupés, car c’est Satan luimême qui répond et qui, pour mieux les tromper, leur dit qu’il n’existe pas. Au « Troisième éclat », le chef des spirites annonce qu’il va s’élever jusqu’au plafond grâce à Satan ; comme il n’y parvient pas, il affirme que Satan le retient par les pieds ; cet exemple prouve bien que le spiritisme est d’essence satanique et n’est qu’une « magie ». Le « Quatrième éclat » rapporte un autre truc fourbe des évocateurs : le chef des dénoueurs de cordes affirme pouvoir défaire n’importe quel nœud grâce à Satan, mais il a besoin pour cela d’un moment d’obscurité. Enfin, quand, au « Cinquième éclat », les sergents de ville viennent arrêter les évocateurs magiciens, ceux-ci en concluent que Satan vient les perdre pour un jour mieux les sauver.

67Paulin Gagne, Le supplice d’un mari, drame réél et universel en 5 tableauxscènes, joué sur tous les théâtres du monde, précédé d’un prologue-préface, [Paris], Chez tous les libraires, [1865], in-8, 16 p.

Gagne se pose en chef d’école. La littérature doit être morale. Il a fondé « l’École de la vérité divine ». Il propose sa propre théorie du drame : « il faut que les héros des drames soient des types généraux, universels, et non des êtres de fantaisie réaliste ou d’art pour l’art, souvent impossibles et utopiques, afin de charmer, de plaire, et surtout d’être utiles à tout le monde. » Le supplice d’un mari est la réponse de Gagne au Supplice d’une femme « de M. de Girardin, le père anonyme le plus connu ». Contre les libéralités de ce dernier, Gagne entend poursuivre l’adultère. Le syllogisme est imparable : l’adultère tue l’amour ; or l’amour est d’essence divine ; donc l’adultère est déicide. En toute logique, il faut que l’adultère soit puni de « la peine capitale de mort », car « c’est l’unique moyen de venger et de sauver l’amour, le mariage, la famille, la société et le monde ! » La pièce en elle-même est vaguement vaudevillesque : Héléna a eu Clémentine à la suite d’une aventure avec Perditor, mais elle n’a cédé à celui-ci que parce que Néronnet, son mari, ne cessait de la tromper. Ce qu’elle lui dit en ces termes : « Mon crime unique est né de vos crimes nombreux ! » Tout tourne mal : Héléna, désespérée, se donne la mort ; Perditor part ailleurs ; Néronnet est arrêté par les sergents de ville. Dans sa tirade finale, il se souhaite la peine de mort : « Le criminel doit faire un coup d’éclat de gloire ! / Pour changer en martyre le traître que tout hait, / Le sacrifice doit dépasser le forfait ! »

1866

68Paulin Gagne, L’oracle, panglotte universel de toutes les langues dont il donne la clef, suivi de 20 oraisons dominicales, de mots en 44 langues, de poésie au Palais Soleil de l’Exposition et d’un Pater en langue universelle, Paris, tous les libraires, [1866], in-4, 8 p. (À tous les rois et peuples du monde.) Paulin Gagne, L’expositionnide, déesse des expositions, logoside-poème dramatique de l’Exposition universelle de 1867 en cinq actes et en vers. Avec chœurs et déclamation universelle de tous les poëtes et prosateurs des peuples. Joué sur l’Archi-Théâtre-Universel des lettres et sur tous les théâtres du monde. Précédé d’une préface, [Paris], Chez tous les libraires et chez L’Auteur, [1866], in-8, 16 p.

Dans une notice d’intention très enlevée, Gagne signale quelques faits d’armes qui attestent la légitimité de sa prise de parole : certaines de ses « lettres sur l’Archi-monarque [ont été] insérées dans plusieurs journaux » ; il a adressé une « pétition au Sénat, qui a daigné y répondre » ; il a demandé la fondation d’un Archi-Théâtre « à la commission impériale de l’Exposition de 1867 ». Il insiste sur le fait qu’il place L’expositionnide « dans le domaine public ». Gagné par nature et par avance à la plus vaste mondialisation (initiée, cela va de soi, par son propre pays), Gagne décrit sa langue universelle (« le logos de Dieu ») et voit l’exposition parisienne comme le lieu de rassemblement de toutes les religions (lesquelles fusionneront en une religion universelle : « le culte catholique où Jésus-Christ domine »), de tous les vrais poètes et prosateurs, tous là pour adorer le Dieu universel et l’Expositionnide, déesse des expositions. Non moins impérialiste qu’un autre, Gagne trouve le moment choisi pour affirmer que « Le sceptre de la France est le sceptre de Dieu ! » Pourquoi la Gagne-monopanglotte est-elle logoside ? Parce qu’elle a tué tous les langages de Babel. Le texte finit en apothéose.

1867

69Paulin Gagne, La constitution philanthropophagique, dans L’Unité, journal universel et pantoglotte de l’Avenir, Paris, impr. de Jouaust, no 1 [-13], octobre 1867[-octobre 1868], 52 p.

70Voir la présentation de cette œuvre dans le corps de l’ouvrage.

71La vie des Gagne n’est pas simple dans ces années 1860. Les ressources financières sont rares, les carrières littéraires stagnent ou déclinent, et les ans s’accumulent. Anatole France rapporte cette anecdote sur le couple qui habite alors rue Taranne :

Elle [Mme Gagne] a publié d’aimables poésies et d’excellents ouvrages sur l’éducation. Elle doit à ces bons et tranquilles travaux une réputation qui s’est noyée dans la gloire de son mari. Maintenant elle est Mme Gagne, ni plus ni moins. Elle est la moitié de l’Archimonopanglotte. On sait quelle discussion généreuse, mais intime, s’est élevée entre elle et son mari, à propos des sacrifices humains que, dans un esprit de charité, M. Gagne voulait consommer sur la place de la Concorde. Le hardi philanthrope entendait bien être immolé le premier.
Mme Gagne ne se résigna nullement à ce glorieux veuvage. Il en résulta une querelle cornélienne dont la rue Taranne retentit longtemps.
Mme Gagne est une femme de grand sang-froid et d’une rare énergie. Une fois, cela se passait dans une des maisons du Palais-Royal, sous les toits, près de Dieu, la nuit. — Son mari lui avait témoigné qu’il voulait consacrer à la prière le temps du sommeil et de l’amour, et Mme Gagne, sur cette déclaration, s’est endormie, quand une main lourde pesa sur son épaule :
« Femme, ceins tes reins et lève-toi. »
C’était M. Gagne qui avait pris les allures de Baruch ou d’Ézéchiel.

72Mme Gagne se rendormit.

73Le prophète répéta trois fois son invocation. À la troisième, Mme Gagne passa un jupon.

  • 9 Michael Pakenham (dir.), Anatole France, Croquis féminins. Catulle Mendes, Figurines des poètes. Ad (...)

« Femme, réjouis-toi. Car je vais te jeter par cette fenêtre, et Dieu te tiendra suspendue dans les airs. »
Ce disant l’époux fit tourner l’espagnolette.
Une bouffée d’air frais entra dans la chambre.
L’épouse, promise au miracle, se blottit au plus profond de la ruelle.
« Tu résistes, femme sans foi ?
— Cher époux, reprit-elle, je suis indigne d’une si auguste suspension. Laisse-moi prier un instant. »
Le prophète consentit, et Mme Gagne alla prier — les sergents de ville9.

  • 10 Ce texte est en fait une lettre adressée par Gagne au Journal de Montélimar et de la Drôme. Il est (...)

74Paulin Gagne, L’Od-esprit ou la présence des esprits dans l’Od, dans Journal de Montélimar et de la Drôme, no 8, samedi 23 février 1867, p. [23]10.

Un certain M. Boscowitz a publié des articles sur les recherches d’un savant allemand, M. Reichenbach, dans la Revue germanique. Ce savant aurait découvert « un nouvel agent impondérable », nommé « Od » par aphérèse d’Odin, lequel serait « une puissance pénétrant toute chose », « un agent cosmique [venant] de l’éther ou du fluide universel », possédant « la polarité positive et négative, la conductibilité et le rayonnement à travers tous les corps ». Boscowitz-Reichenbach font une erreur en considérant que ce fluide est matérialiste. Gagne, lui, est certain qu’il s’agit d’un fluide surnaturel, plein d’esprits odiques divins (c’est pourquoi il l’appelle « l’Od-esprit »), que Dieu offre au monde « comme dernier remède de salut ». Seule une personne hypersensible peut capter l’Od-esprit. Gagne est cette personne, ainsi que le prouvent ses prophéties (il annonce que « l’on trouvera aux buttes Montmartre l’eau nécessaire à l’alimentation de Paris) et ses miracles.

1868

75Paulin Gagne, L’Unité, journal universel et pantoglotte de l’Avenir, Paris, impr. de Jouaust, no 1 [-13], octobre 1867[-octobre 1868], in-4, 52 p.

76Paulin Gagne, L’archi-monarque sauveur de l’Italie et du monde entier, suivi du Chant de l’archi-monarque, Paris, l’auteur, 1868, in-4, 4 p.

Gagne demande que soit enfin proclamé l’archi-monarque, de la nécessité duquel il a informé le sénat, des gens bien placés et les journaux. L’Italie et le monde vont si mal que c’est la sainte Trinité au complet qui est aujourd’hui crucifiée : il faudrait d’ailleurs mettre partout trois croix au lieu d’une. Il est urgent de sauver le monde et de « faire reculer le déluge de sang qui va tout engloutir » (juste pressentiment deux ans avant Sedan). L’archi-monarque sera le messie humain de tous les peuples. Il propose que Napoléon III soit l’archimonarque, ou bien le comte de Chambord, quoique, au fond, tous deux devraient s’unir. Suit une petite constitution archi-monarchique réglant en un tour de main le salut de l’Italie (reconnaissance de Victor-Emmanuel comme roi par le pape et installation d’une « unité confédérée »). Prenant exemple sur les États-Unis, l’archi-monarque formera « les États-Unis du Monde ». L’unique journal L’Unité chantera leur triomphe. Le poétorant appelle les républicains, les catholiques, les bonapartistes et « les mortels de toutes les couleurs » à réaliser « le monde de la concorde ». Puis, doutant un peu, soudain sûr d’être écrasé « par un rire ironique et un silence infernal », il s’autocélèbre subitement et se proclame « sans peur de Charenton, du fouet et de la mort » grand « Archi-monarque fort ».

1869

77Gagne est de nouveau candidat aux élections (en mai et en novembre). Octobre : bataille de l’Obélisque.

78Paulin Gagne, Profession de foi populaire du candidat de l’Obélisque dans les quatre circonscriptions de Paris. La résurrection du monde social suivie de L’obélisquéide, poème dramatique du 26 octobre par M. Gagne, avocat citoyen du peuple universel, [Paris], Imprimerie de Jouaust et fils, 1869, 8 p.

Gagne est un spécialiste de l’argument de la branche sciée. En l’occurrence, celui-ci prend la forme suivante : il faut devenir député afin d’abolir la députation. Un peu d’imaginaire sacrificiel et de populisme mystique aide à faire passer la contradiction : « Je suis tout peuple ! Je viens, avec le plus grand élan fraternel, solliciter vos glorieux suffrages ; je suis persuadé que vous voterez tous pour moi avec le cœur, l’âme et la main. J’ambitionne le titre de député sacrificateur, pour immoler tous les députés, que je respecte, sur l’autel sacré du peuple souverain ! Jusqu’à ce temps fatal qui va bientôt vomir toutes les laves volcaniques des coups d’État de République insermentée ou d’Empire assermenté, le peuple souverain, qui tonne avec raison contre un seul pouvoir personnel, s’est rendu sottement l’esclave de quelques centaines de despotes personnels, en abdiquant sa souveraineté entre les mains de députés qui, après avoir roulé de chute en chute du haut de la montagne dans la plaine, tombent souvent sur un portefeuille de ministre et trahissent ainsi le peuple, qui fait vainement retentir les tonnerres de la vengeance ! » Le candidat envisage rien moins, à long terme, qu’un coup d’État de Dieu fait par le peuple uni en un seul, duquel naîtra notamment une « banque universelle » : sitôt en place, icelle « supprime tous les privilèges, les monopoles, prête sans intérêt et même fait des dons gratuits aux inventeurs, aux martyrs du travail, […] assure toutes les propriétés, supprime tous les impôts, éteint le paupérisme, etc., et ne fait jamais banqueroute ». Dans L’obélisquéide, Gagne rappelle sa grande victoire de l’Obélisque : il y a non seulement « bravé toute mitraille », mais aussi « Les plus fameux Césars et les Napoléons ». Son audace nouvelle à braver l’Empereur est en soi un indice du déclin du régime.

1870

79Durant la guerre et le siège, Gagne continue à s’activer sur les tréteaux publics. Il relance la philanthropophagie, allant jusqu’à proposer le sacrifice (volontaire) de tous les hommes de plus de 60 ans (il en a lui-même 62). Compte tenu des problèmes de l’heure, son excentricité est moins bien reçue que par le passé.

80Paulin Gagne, Le vélocitête-Gagne. La vélocitéide. Le chant de triomphe du vélocitête, Paris, impr. de Jouaust, [1870], in-fol., pl.

1872

81Paulin Gagne, La républiquéide Empire-Royauté. Seul gouvernement définitif de salut proclamé par le plébiscite-sauveur et dirigé par le Trium-Vir-Salvat de Thiers, ou de Hugo, ou du duc d’Aumale, ou de Gambetta, et de Napoléon III et de Henri V. Vélocitête-Poëme-Opéra dramatique en cinq fastes à réveils. Destiné à être représenté sur tous les théâtres, où l’auteur offre de jouer le rôle qu’il se donne dans la pièce, Paris, l’auteur, 1872, in-8, 16 p. (À tous les peuples et rois du monde.)

Le titre, en sa vive longueur, est tout un programme, au sens propre ! Gagne rappelle qu’il a toujours réclamé l’Unité, base de sa philosophie politique, qu’il l’a prêchée « au péril de [s] a vie, dans plus de cent discours aux clubs de Paris ». Vu les circonstances cependant, il ne lui échappe pas que des problèmes vont se présenter. Aussi suggère-t-il quelques concessions… Ce serait un triomphe moral que d’offrir à l’Empereur d’Allemagne le titre d’empereur archi-monarque. Mais la France orgueilleuse ne voudra pas. Quoi qu’il en soit, il est urgent pour celle-ci de faire taire ses divisions. D’où la proposition rassembleuse énoncée dans le titre. Le poème met en scène la France, le Peuple, les délégués des Membres du Trium-Vir-Salvat, Paris-Soleil, quelques autres personnages et M. Gagne lui-même. Celui-ci est seul en scène dans le deuxième « faste », consacré à « l’enthousiasme lyrique ». Quel est son rôle politique ? Il est l’« apôtre réconciliateur », il déploie « l’Oriflamme arc-en-ciel », il « poétore ou déclame » des vers glorieux, triomphants, enthousiastes, mettant l’extase historique au service de l’apothéose poétique, et vice versa. À la fin des « cinq fastes », la France est ressuscitée par l’Unité. Elle propose alors son modèle au monde, qui se rallie à elle, et Paris, retrouvant « le trône de l’amour », devient « Paris-Soleil ». Le Peuple, bien entendu, est d’accord et enchanté. C’est pourquoi la Républiquéide, déesse issue de l’idée que la circonstance divinise, lui fait dire plébiscitairement (une mauvaise habitude impériale) l’alexandrin le plus monosyllabique et le plus affirmatif que jamais lyre ait chanté :
« Oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui. »

1873

82Paulin Gagne, La guerriade, déesse de la guerre. Poème épique de la guerre étrangère, civile, politique et morale en 12 chants, Paris, tous les libraires, 1873, in-18, 108 p.

La réconciliation de tous avec tous est la seule voie d’avenir ; par le seul fait qu’il en chante l’esprit, le génie de Gagne mériterait d’être reconnu. La guerre n’a jamais été si curieuse :
Il faut encor céder aux Prussiens plus nombreux
Et qui traînent après leurs bataillons fameux
Ces canons orateurs et monarques superbes
Devant qui nos canons sont des gamins imberbes.
Comme très souvent dans les récits de bataille perdue, il s’agit de dire que la défaite est grande comme une victoire :
En se crucifiant sur la croix des hauts faits
Les vaincus sont vainqueurs des vainqueurs stupéfaits !
Vue plongeante sur l’état de siège :
À Paris discordant tous les vivres s’épuisent,
Lorsque les appétits avec rage s’ aiguisent ;
Il faut déjà manger le strangulant pain noir
Du seigle plein de paille, et d’affreux désespoir ;
Il faut manger le chat, le rat, le cheval, l’âne,
Le chameau, l’éléphant, l’Ours, le singe profane ;
En le tuant en pleurs quand il est endormi,
Il faut manger le chien, notre meilleur ami.
À cette occasion, Gagne revampa sa « philanthropophagie », la voulant obligatoire pour les plus de 60 ans (il venait de les avoir) et pour quelques meneurs à ses yeux suspects :
Le plus grand coup de salut est dans les trépas saints
De la femme et de l’homme à soixante ans atteints,
Le grand coup de salut est dans le trépas sage
De tous vos gouvernants sans distinction d’ âge !
Les quatre-septembreurs, pour leurs bienfaits forgés,
Méritent d’être tous philanthropophagés ! ! !
[…]
Et Paris n’osa pas philanthropophager,
Même Gagne, tout prêt à se faire manger,
Et qui mourut, dit-on, pendant plus d’un quart d’heure
En voyant repousser sa fille sans demeure !…
Aucun auteur de notice biographique ne signale que Gagne ait eu une
fille, mais la fille en question est certainement la philanthropophagie
elle-même. La fin du texte redit la foi en l’unité, en la « pantocratie »,
en la « ouicratie », etc.

83Paulin Gagne, Les cris de l’âme de Napoléon III (Discours extrait de « La guerriade », poème en 12 chants), Paris, chez tous les libraires et chez l’auteur, 6, rue Taranne, 1873, in-8, 4 p.

Variation sur le thème de « qui a vécu par l’épée périra par l’épée ». Gagne redit qu’il fallait préférer la paix à la guerre et la concorde à la discorde. Napoléon III a failli en croyant que « Le monde, c’est la guerre ! », mais il en est bien puni :
Napoléon premier, moi Napoléon trois,
Qui par la guerre avons broyé peuples et rois.
[…]
Nous sommes tout criblés des balles, des boulets
Dont nous avons criblé le monde en noirs forfaits.
Mais Gagne n’est pas sûr qu’il n’y aura pas de retour. Aussi prévoit-il que Napoléon III pardonnera à ceux qui l’ont renversé s’ils réalisent « l’unité ». Celle-ci, vieille marotte, s’épanouira dans la grande fusion générale, dans le fusionnisme intégral :
Français, criez toujours avec fraternité :
Vive la République-Empire-Royauté !
Vive le quatuor-vir-salvat d’harmonie
De Thiers, Napoléon, Henri, Philippe à vie !

1874

84Élise Gagne, Nancy Vallier, épisode des jours néfastes, Paris, Didier et Cie, 1874, in-18, ix-347 p.

Le récit raconte le siège de Paris, puis la Commune, laquelle fut un monstre issu des noces du matérialisme et de l’immoralité. Le point de vue adopté est anticommunard et divin. Il est dédié à « Madame la marquise de Blocqueville, née d’Eckmuhl » dont l’œuvre semble à Élise Gagne exemplaire d’une « littérature de l’ordre divin », ce qui vaut au lecteur cette terrible métaphore filée : « En effet, abandonnant les sentiers battus, vous avez su franchir comme l’aigle les hauteurs vertigineuses des cieux, sans craindre de broyer votre front aux étoiles et de vous égarer au milieu des plaines infinies. »

85Paulin Gagne, L’heure de Dieu. Étrennes de la prorogation. Poésie de l’avenir Républicaine-Impériale-Royale. À réveils ou répétitions de vers, et dans laquelle dominent les rimes masculines destinées à détruire la monotonie des rimes féminines que défigure un e muet trop prolongé. Le tout poétoré ou déclamé avec accompagnement de musique, Paris, Chez tous les Libraires, et chez l’Auteur, 1874, in-8, 4 p.

Gagne précise d’entrée que cet opuscule « est une œuvre de tous les temps et non pas seulement un ouvrage de circonstance ». L’avocatcitoyen du peuple universel veut que « l’heure de Dieu sonne, pour étrennes, / La Prorogation de Mac-Mahon sans haines », lequel « fera le quinque-vir-salvat d’unité ». Les événements récents ont bien entendu confirmé les intimes convictions du poète : la division des prétendants et des partis est seule responsable des revers de la France. À bas « la sombre ambition », vivent l’amour et l’accord. « Bayard-Mac-Mahon » lui semble l’homme de la situation pour refaire la grande unité qui verra « Le monde entier » dans « la France-Soleil ». Dans le deuxième « réveil » (il y en a trois), Gagne s’adresse directement à Mac-Mahon, lui demandant désormais de devenir « l’âme de l’avenir » et « le vrai dieu de la divine paix ». Mac-Mahon y avait d’une certaine manière bien songé tout seul, mais pas en ces termes, ni en considérant qu’il eût pu élever avec lui sur le pavois Henri V, Thiers, Philippe II et Napoléon IV. L’aurait-il fait qu’il eût engendré le règne de la ouicratie (laquelle est la doctrine consistant à dire oui à l’unité). « Mac-Mahon de la France est le Messie humain ! »

1876

86Gagne se présente à nouveau aux élections d’après Le Charivari du 9 février 1876.

87Paulin Gagne, L’archi-monarquéide, ou Gagne premier, archi-monarque de la France et du monde, par la grâce de Dieu et de la volonté nationale. Poème-tragédie-comédie-drame-opéra épique en 5 actes et 12 chants, avec chœurs. Joué sur tous les théâtres du monde, précédé d’une préface et d’un prologue, et suivi d’un épilogue, Paris, tous les libraires ; et chez l’auteur, 1876, in-18, 108 p.

Les personnages principaux de ce texte polygénérique sont la Gunécratie (Archi-monarquesse des femmes), le Vélocitête (Archi-monarque de la science résumée), la Ouicratie (Archi-monarquesse des OUIS créateurs), le Sens-Commun (Archi-monarque du génie) et la Folie (Archi-monarquesse de la raison). La question en débat est celle-ci : qui veut le plus « l’unité » ? La réponse ne fait aucun doute : Gagne lui-même. Il a plus de mérite à ce titre que n’importe qui d’autre sur terre, car il poursuit cette idée depuis toujours en tant que « plus grand inventeur de salut universel ». Il est pour le progrès s’il sert le bien de l’humanité : il compte mettre au point « le phylloxéracide Gagne à l’ail », de grande utilité. Dieu l’avertit qu’on l’« accusera de battre la campagne », mais il ne lui veut aucun mal, à la campagne, et il est prêt à souffrir pour avoir révélé le bien, car il sait que la postérité lui rendra justice. Il dément être mort, comme l’ont annoncé Le Figaro et quelques journaux. Établissant une distinction entre l’archi-monarque qui est le « Christ humain » et Dieu qui est le « Christ divin », il rappelle qu’il est « l’époux fulgurant / D’Élise Moreau, femme écrivain le plus grand » et pousse à sa plus haute perfection logique sa doctrine politique de la nécessaire fusion des options : « Gagne mérite seul d’être l’Archi-monarque ! ! » Pour le reste, les motifs et les ressorts sont les mêmes que dans les œuvres antérieures : le suicide, les allusions aux faits divers et aux catastrophes naturelles (notamment aux inondations causées par la Garonne à Toulouse), la nécessité d’une langue universelle, la mauvaiseté de la presse, un vaste Congrès pour tout ficeler, le carnage de l’Apocalypse, etc. En page 97 cependant, une nouveauté : un minijeu de l’oie basé sur la description du futur « Monde-Uni ».

88Mort de Paulin Gagne le 12 ou le 22 août 1876.

  • 11 Ernest d’Hervilly, « On-dit », Le Rappel, 22 août 1876, cité par Jean-Louis Debauve, « Paulin Gagne (...)
  • 12 M. Prévost et al., Dictionnaire de biographie française. Tome XV, p. 44.
  • 13 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette vi (...)
  • 14 E. Villiers, « Choses du jour », Le Charivari, mardi 29 août 1876, p. 187.

M. Gagne était âgé de soixante-dix ans. Il laisse une femme, compagne dévouée et indulgente, qui eut une certaine réputation sous son nom de jeune fille — Élise Moreau — et signa de son nom de femme un livre qui n’est pas ordinaire : Omégar, ou le dernier homme.
M. Gagne a été inhumé hier au cimetière d’Ivry. Sa famille seule suivait son convoi11.
Il est mort pauvre le 22 août 1876 à Paris, sans qu’on puisse savoir véritablement s’il était un simple détraqué, un charlatan ou un mystificateur12.
Gagne mourut à Paris, le 22 août 1876, par suite, d’abord de jeûnes volontaires, et plus tard de misère et de privation, les frais d’impression de ses nombreux ouvrages l’ayant complètement ruiné13.
Encore une physionomie originale qui disparaît.
Gagne, l’avocat universel, l’archi-pontife du monde, l’auteur de L’Unitéide, vient de mourir.
Il ne manquait rien à sa gloire, car il n’est pas de journal, grand ou petit, qui n’ait inséré ses inqualifiables élucubrations. […]
Comme tout homme plitique, il ne changea jamais d’opinion ; ce lui eût été, du reste, fort difficile, car cet homme étrange, ce patriarche fantaisiste, avait toutes les opinions à la fois. Ce fut lui qui, somme toute, fut le premier organisateur de la fusion, — mais d’une fusion générale de tous les partis politiques s’embrassant fraternellement pour fonder le quinquevir salvat.
Avant tout, cet original était patriote. On s’en souvient, ce fut lui qui, pendant le siège, proposa de tuer tous les vieillards et de les manger. Il s’offrait le premier en holocauste sur l’autel de la patrie.
Gagne était un monomane, mais cette douce monomanie cachait peut-être un grand bon sens. Et, d’ailleurs, qui n’a sa folie en ce monde ? Il avait raison, le poète qui disait Tous les hommes sont fous, et qui n’en veut point voir Doit rentrer dans sa chambre et casser son miroir14.

1960

89Paulin Gagne, Neuf lettres, précédées d’une profession de foi, d’un quatrain sur le salut de l’Italie, et suivies de la constitution philanthropophagique, telle qu’elle a paru dans « L’Unité » d’avril 1868, par M. Gagne, avocat, ancien bâtonnier du barreau de Montélimar, rédacteur en chef du journal L’Unité, auteur de L’archimonarquéide ou Gagne 1er, archimonarque de la France et du monde, ouvrage illustré d’un portrait de M. Gagne d’après la photo de M. Laurent, de la reproduction d’une caricature en couleurs et de trois fac-simile. Préface de Gustave Arthur Dassonville. Postface d’André Blavier, À Verviers, au bureau de la revue Temps mêlés, 1960, 29 p.

1999

90Paulin Gagne, Le philanthropophage, Poitiers, Éditions du Paréiasaure et Librairie de l’Escalier Vermoulu, 1999, [s. p.].

2008

91Paulin Gagne, Le suicide, ou cris de désespoir, de haine, de défaite, et chants d’espérance, d’amour, de triomphe, etc. Poème dramatique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2008, 82 p. Édition numérique. URL : <http://www.pum.umontreal. ca/gagne>.

Notes

1 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette ville. Tome II, Montélimar, Imprimerie de Bourron, 1878-1883, p. 567-568.

2 Ibid., p. 567-568.

3 M. Bourron, « Gagne. L’avocat des fous », Journal de Montélimar et de la Drôme, no 13 (samedi 1er avril 1882).

4 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette ville. Tome IV, Montélimar, Imprimerie de Bourron, 1878-1883, p. 527.

5 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette ville. Tome IV, Montélimar, Imprimerie de Bourron, 1878-1883, p. 527-528.

6 M. Bourron, loc. cit.

7 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette ville. Tome IV, Montélimar, Imprimerie de Bourron, 1878-1883, p. 528.

8 André Blavier rapporte ces événements de façon inexacte, mais en mettant en évidence les dons thérapeutiques de Gagne : « En 1860, il subit une attaque de spiritisme. On l’interne un temps à Picpus… où il se révéla le meilleur auxiliaire des médecins et des infirmiers : “D’un regard, il adoucissait, apaisait et égayait tous les autres déments…” » (Les fous littéraires. Édition nouvelle revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Éditions des Cendres, 2001, p. 821).

9 Michael Pakenham (dir.), Anatole France, Croquis féminins. Catulle Mendes, Figurines des poètes. Adolphe Racot, Portraits-cartes, Exeter, University of Exeter, 1979, 118 p. En note, à la page 69 du même ouvrage, Michael Pakenham signale que Charles de Sivry donna plus tard une version différente de la même anecdote (dans Les Quat’z’arts, 17 avril 1898, p. 3). Cette version est plus drôle et plus pittoresque. Après qu’Élise Gagne a demandé à son époux de pouvoir s’habiller proprement afin de ne pas « scandalise[r] les anges », elle s’enfuit en dégringolant la cage d’escalier. Une fois en bas, elle aurait entendu le poète lui crier : « Tu vois bien que le miracle s’est fait, et que tu es arrivée en bas sans te faire de mal ! »

10 Ce texte est en fait une lettre adressée par Gagne au Journal de Montélimar et de la Drôme. Il est présenté par le rédacteur en chef, M. Bourron, sous le titre « Lettres d’un désœuvré ».

11 Ernest d’Hervilly, « On-dit », Le Rappel, 22 août 1876, cité par Jean-Louis Debauve, « Paulin Gagne écrit à Ernest d’Hervilly », dans Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens (dir.), Fous littéraires, nouveaux chantiers, Tusson, Du Lérot éditeur, [2003], p. 29-30.

12 M. Prévost et al., Dictionnaire de biographie française. Tome XV, p. 44.

13 Baron Adolphe de Coston, Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette ville. Tome IV, Montélimar, Imprimerie de Bourron, 1878-1883, p. 527-528.

14 E. Villiers, « Choses du jour », Le Charivari, mardi 29 août 1876, p. 187.

Table des illustrations

Légende Figure 5 : « M. Gagne. D’après la photographie de M. Laurent », reproduit dans André Blavier, Les fous littéraires. Édition nouvelle revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Éditions des Cendres, 2001, p. 830.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/20830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search