Version classiqueVersion mobile

Fiction du monde

 | 
Guillaume Pinson

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un travail qui s’est effectué sur deux continents et dans plusieurs villes.

2À Montréal, c’est à Marc Angenot que je dois ma plus sincère reconnaissance ; grâce à lui, j’ai pris goût à lire autant Proust que Le Gaulois. Je dois de vifs remerciements aux membres du Collège de sociocritique, notamment à Michel Biron et à Benoît Melançon pour leur soutien logistique et financier ; que Michel Lacroix et Anthony Glinoer soient remerciés pour leurs conseils, ainsi que Pascal, Paul, Yan, Maxime et les autres. Merci également à mes parents, à ma famille et à mes beaux-parents : leur encouragement fut le meilleur des aiguillons. Merci au Fonds québécois de recherche sur la science et la culture pour plusieurs années de soutien et une bourse de recherche à l’étranger. Je dois aussi à Régine Robin un sérieux coup de main ; ses travaux m’ont beaucoup inspiré.

3À Paris, j’ai reçu un excellent soutien de l’École normale supérieure en tant que pensionnaire étranger. La richesse des collections de la Bibliothèque nationale a été d’un apport crucial à cette recherche.

4À l’Université de Montpellier III, j’ai profité d’un accueil exceptionnel de la part d’Alain Vaillant et de Marie-Ève Thérenty. Leurs travaux ont beaucoup nourri mes réflexions.

5À Marseille enfin, où le plus gros du travail fut rédigé, merci infiniment à Jean-Roch Siebauer : ses affinités dadaïstes lui ont permis de juger avec beaucoup de perspicacité ces frivolités mondaines.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search