Version classiqueVersion mobile

De la beauté comme violence

 | 
Michel Lacroix

Avant-propos

Texte intégral

L’amour de la beauté est un prétexte pour honnir les hommes.
Drieu la Rochelle

1 Comment a-t-on pu librement choisir, préférer, voire désirer le fascisme ? Comment le fascisme a-t-il pu paraître un projet politique louable, nécessaire, sinon idéal pour des millions d’Européens de l’entre-deux-guerres ? Comment, en un mot, a-t-on pu être fasciste ? Maintes hypothèses ont été formulées pour tenter d’expliquer cela, qui apparut et apparaît encore pour beaucoup inexplicable. À la suite, entre autres, de Walter Benjamin, nous postulons que l’attrait du fascisme a résidé dans son projet esthétique, dans sa promesse d’une nation superlativement belle, d’une vie héroïque, d’un spectacle politique ravissant : qui éblouit et assujettit. Pareille thèse ne saurait être exclusive, dans la mesure où un phénomène historique aussi complexe ne peut se réduire à une explication unique. Le rapport à la modernisation politique et économique, les cycles économiques, les conflits entre « identités » nationales et sociales, la dynamique des idéologies, l’expérience de la Première Guerre mondiale, les contextes historiques nationaux, etc. : tous ces éléments, et bien d’autres encore, ont compté. Sans nous inscrire en faux contre les perspectives qui soulignent l’importance prise par ces derniers dans l’avènement du fascisme, nous avons choisi de montrer que le rôle joué par l’esthétique devrait être promu parmi les plus importants facteurs explicatifs.

2Le fascisme s’est voulu incarnation de beauté. L’un de ses traits marquants, qui le distingue d’ailleurs des mouvements politiques contemporains, est la place primordiale prise par l’esthétique dans son idéologie. Le jugement porté sur la Cité, sur ce qu’elle a été, est ou devrait être, est conditionné chez lui par les critères du beau et du laid. La société qu’il veut faire advenir ne repose pas sur la justice, la moralité ou la richesse ; il ne promet ni droits ni bonheur, ne rétablit pas plus la tradition qu’il n’incarne vraiment la modernité ; sa caractéristique majeure doit être la beauté et toutes ses qualités afférentes : force, unité, émotion, dynamisme, etc. Étudier cette justification esthétique du fascisme, telle qu’elle est mise en discours en France de 1919 à 1939 ; parvenir à dégager les principes, points de tension et lignes de force de cet échafaudage destiné à faire voir à tous la beauté du fascisme et la nécessité de la violence pour l’imposer ; découvrir quelle interdiscursivité ou intertextualité l’informe ; montrer que toutes les émotions qui doivent fonder la communauté fasciste peuvent se ramener en dernière instance à l’esthétique : tel est notre but.

3Deux hypothèses majeures sous-tendent l’ensemble de notre travail. Nous posons en premier lieu que l’esthétique, dans le fascisme, est une dimension première et essentielle. Elle en est une dimension parmi d’autres en ce sens que d’autres veines discursives composent le discours fasciste dans son ensemble, celles issues de la religion, de la science, de la technocratie ou de l’économie, par exemple. Elle en est malgré tout une dimension fondatrice et incontournable. D’une part, la sensibilité esthétique est à la base du fascisme, elle le précède et y conduit. D’autre part, la justification esthétique légitime l’ensemble du projet fasciste. Le pouvoir absolu du chef, les incessantes demandes de sacrifice et d’héroïsme, la ségrégation et l’eugénisme, le mépris sans bornes à l’endroit des intellectuels, des vieillards et des bourgeois, l’exigence d’uniformité parfaite, le militarisme omniprésent, la nécessité d’une violence purificatrice : chacun de ces aspects du fascisme possède des assises esthétiques. Ce faisant, beauté et violence, justification esthétique et répression sont étroitement intégrées, tant et si bien que l’on ne peut dire que les premières cachent les secondes, leur servent de paravent trompeur. Étudier celles-ci nous ramène constamment à celles-là, de sorte que l’interprétation de la justification esthétique du fascisme oblige l’interprète à tenir compte du politique proprement dit et des conséquences de l’action politique fasciste sur la vie de millions d’individus.

4Nous posons comme seconde hypothèse que le fascisme représente la radicalisation d’un vaste pan de la culture européenne du début du XXe siècle. Radicalisation de l’autoritarisme et du phallocentrisme, d’abord. Radicalisation ensuite de la nouvelle culture émergente du corps, du muscle et de la jeunesse. Radicalisation aussi de la tradition du spectacle politique nationaliste. Radicalisation, enfin, de la culture de haine, de mépris et de violence, avec tout ce que celle-ci charrie comme ressentiment et préjugés antisémites, anti-intellectualistes et anti-bourgeois. Le fascisme opère par là un vaste recyclage discursif et tire à lui des éléments de toute provenance. Par conséquent, il est à la fois complètement inséré dans la culture européenne de son temps, profondément hétéroclite et contradictoire, et tout à fait distinct des autres discours et mouvements politiques. Car le fascisme donne des discours recyclés une version absolument radicale, parfaitement extrémiste. Il reprend mais réarrange, transforme, redessine. Voilà pourquoi le fascisme peut tour à tour apparaître un sommet de banalité et un phénomène sans précédent ni racines, un véritable novum. Nous estimerons avoir atteint un objectif essentiel si, en bout de parcours, nous avons donné à voir, avec force et clarté, ce visage de Janus du fascisme.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search