Version classiqueVersion mobile

Approches critiques de la pensée japonaise du xxe siècle

 | 
Livia Monnet

Préface

Charles Le Blanc

Texte intégral

1Chaque décennie, ou à peu près, paraît un ouvrage qui fait le point sur la recherche en cours dans un domaine donné et ouvre de nouvelles perspectives thématiques et méthodologiques pour la recherche future. Le présent ouvrage, Approches critiques de la pensée japonaise du XXe siècle, est de cette sorte. Nous devons savoir gré à l’éditrice, madame Livia Monnet, d’avoir su circonscrire avec rigueur, mais en même temps avec largeur d’esprit, l’objet complexe de cette étude et, tout aussi bien, d’avoir regroupé des chercheurs éminents du Japon, de l’Europe et de l'Amérique, pour en étudier les diverses facettes. Le thème autour duquel gravitent les différentes contributions, soit le nationalisme culturel, permet de saisir le phénomène de la mondialisation, nouvelle donne de ce début du XXIe siècle.

2Trois traits se dégagent de ce maître ouvrage, que nous sommes honoré d’accueillir dans la collection « Sociétés et cultures de l’Asie ». D’abord l’unité du propos qui traverse les différentes contributions, donnant à l’ouvrage à la fois cohérence et cohésion. Cela est d’autant plus frappant que les auteurs proviennent de milieux et de disciplines très différents. En deuxième lieu, c’est l’enracinement de chacune des contributions dans « l’histoire réelle » du Japon depuis la réforme Meiji de 1968 jusqu’à nos jours, autant les événements, les personnes, les mouvements sociaux et les institutions que les œuvres littéraires, artistiques, historiques et philosophiques qui les représentent. Le lecteur est invité à suivre la trame de l’histoire japonaise du XXe siècle de manière davantage « émique » qu’« étique », en saisissant les enjeux de l’intérieur, tels que les vivaient les intellectuels japonais dont ils analysent les écrits. En troisième lieu, on doit souligner la rigueur de ces analyses et des interprétations avancées par les spécialistes qui ont répondu à l’appel de madame Monnet. Le dialogue ainsi établi entre chercheurs japonais et occidentaux propose un modèle de coopération plein de promesses pour l’avenir et trace déjà la voie pour cette « autre histoire du Japon » qui reste à écrire et dont madame Monnet – s’il est vrai que « les fruits dépassent parfois la promesse des fleurs » – pourrait, nous le souhaitons, être le protagoniste.

3Montréal, 18 novembre 2000

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search