Version classiqueVersion mobile

Profession médiéviste

 | 
Francis Gingras

Conclusion

Texte intégral

1Le Moyen Âge est une invention. Ce n’est ni un point d’origine ni une parenthèse dans l’histoire de l’humanité : c’est un découpage qui permet de penser l’histoire et d’appréhender le temps dans la longue durée. Même si nous pensons forcément le passé à partir de notre présent, il faut éviter de faire de ce millénaire médiéval un miroir de notre temps, qu’on y retrouverait, à l’endroit ou à l’envers. Conscient des écueils et des limites du regard rétrospectif, le médiéviste doit faire l’expérience de l’altérité du Moyen Âge, de cet autrefois qui persiste rarement inchangé jusqu’à aujourd’hui, mais que nous observons tout de même toujours autrement, en fonction des questions qui se posent à notre temps. Il faut éviter d’en parler avec les mots de notre époque sans égard pour les façons de dire le monde propres aux hommes et aux femmes du Moyen Âge. Le premier outil du médiéviste, c’est donc la langue — en fait les langues médiévales —, qu’il faut tenter de cerner au plus près pour mieux comprendre les sens particuliers que l’on donnait alors aux mots et aux choses. L’attention aux choses, dans leur matérialité même, telles qu’elles sont parvenues jusqu’à nous ou qu’elles ont été exhumées, est l’autre garde-fou qui permet d’éviter au chercheur d’instrumentaliser complètement cette période.

2Pour inventer le Moyen Âge, entendu cette fois au sens de découvrir, le médiéviste doit s’appuyer sur des savoirs parfois plus techniques (paléographie, archéologie, héraldique ou sigillographie), parfois plus généraux (histoire, philosophie, littérature). La profession de médiéviste est seconde en ce sens qu’elle s’appuie sur la formation d’autres professions (archiviste-paléographe, archéologue, historien, philosophe) qu’elle complète non seulement par une spécialisation, mais plus exactement par des spécialisations multiples. L’interdisciplinarité ou, peut-être mieux, la pluridisciplinarité est ce qui fonde véritablement la profession de médiéviste. Celui-ci pourra œuvrer comme archiviste dans la grande bibliothèque d’une métropole ou dans un fonds d’archives de la campagne la plus reculée, comme archéologue au service d’un gouvernement qui cherche à préserver le patrimoine ou à aborder sous l’angle historique les problèmes environnementaux (biodiversité animale et végétale, relations entre l’homme et son milieu, impact de l’activité humaine sur le territoire) ou, le plus souvent, comme professeur d’histoire, d’histoire de l’art, de philosophie ou de littérature. Dans tous ces cas, ce qui le distingue de ses autres collègues (archivistes, archéologues ou historiens) repose sur sa capacité à donner un portrait complet et complexe de la période qu’il étudie en multipliant les angles d’approche, puisqu’il est toujours un peu archiviste, archéologue ou historien, quels que soient ses points d’ancrage institutionnels ou la spécialisation inscrite sur sa carte de visite.

3L’intérêt actuel pour le Moyen Âge, même fantasmé, ouvre aussi à cette profession de nouvelles possibilités. Des expositions ont lieu dans les musées d’art ou de civilisation pour présenter des aspects de la société médiévale ou des panoramas un peu généraux. Les médiévistes sont alors appelés à intervenir à titre de commissaires invités. Ils peuvent encore être sollicités en qualité de consultants par ceux qui produisent pour le cinéma, la télévision voire la littérature des reconstitutions d’époque qu’ils souhaitent aussi fidèles que possible. J’ai moi-même eu la surprise d’être contacté par un des principaux développeurs mondiaux de jeux vidéo qui cherchait un spécialiste de l’ancien français pour contrôler les dialogues de ses personnages. Le ludisme sérieux que je revendiquais plus haut, en parlant du travail de décryptage des vieux manuscrits, peut conduire du parchemin poussiéreux jusqu’à la console de jeu dernier cri.

4La plupart du temps, le travail du médiéviste est cependant un peu moins glamour. Il consiste pour l’essentiel à chercher et à enseigner. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’abord de transmettre ; dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’ouvrir le lecteur, l’auditeur ou l’étudiant à l’autre, à l’ailleurs et à l’autrefois, ces trois éléments dont l’étrangeté parle néanmoins forcément de nous, ici et maintenant. S’il n’y a pas de doute sur ce qu’un médiéviste peut apporter comme enseignant, on continue de s’interroger sur la nécessité de cette profession qui ne répond que rarement et souvent indirectement à des besoins particuliers de la société et, pire encore aux yeux de certains, presque jamais aux besoins du marché. La résistance à cette logique est très certainement un des rôles majeurs que le médiéviste est appelé à jouer avec ses autres collègues des humanités et avec ceux des sciences sociales ou expérimentales qui défendent une certaine idée de l’université, cette invention médiévale tournée dès l’origine vers le bien commun, ce dont témoigne d’ailleurs la signification médiévale du mot universitas, « la communauté ».

5En cela, être médiéviste n’est sans doute pas totalement inutile. Certes, l’apport immédiat de cette profession à la société est difficilement comparable à celui d’un chercheur qui consacre sa vie à trouver de nouvelles molécules pour soulager la douleur ou pour soigner le cancer. J’ai toutefois eu la chance de pouvoir affronter cette crise de légitimité sociale en retrouvant, précisément dans le sourire complice de quelqu’un qui consacrait son savoir et son talent à la recherche de nouveaux médicaments, la reconnaissance d’un objectif commun : celui de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Pour un chercheur, qu’il se tourne vers l’infiniment petit ou vers un passé particulièrement lointain, la connaissance est le but premier, avant même de penser à ce qu’on pourrait en faire. Elle n’est pas tout à fait une fin en soi, car elle n’a vraiment de sens que si elle est partagée, mais elle est la raison pour laquelle nous consacrons des heures précieuses de nos vies à essayer de comprendre où nous sommes et d’où nous venons.

6Je suis médiéviste sans doute un peu par accident, par le hasard de ces rencontres qui nous transforment. Avec le temps, j’ai appris un certain nombre de techniques et acquis un certain nombre de connaissances. J’ai même peut-être contribué à affiner un peu notre perception de l’époque médiévale ou, à tout le moins, à nourrir le discours sur cette époque. C’est une part importante de mon métier, mais l’essentiel est ailleurs. Il est dans les yeux des étudiants qui découvrent pour la première fois l’intérêt d’un texte ou l’origine d’un mot. Il est dans la discussion avec un collègue qui reconnaît la force d’une idée ou la valeur d’une démonstration. Il était, surtout, dans un regard, pourtant parfaitement étranger à la profession, qui observait avec curiosité et une certaine fierté les heures passées à tenter de retrouver ce temps perdu. Sans cela, ma profession, comme bien d’autres, est tout à fait vaine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search