Versione classicaVersione mobile

La population chinoise : mythes et réalités

 | 
James Z. Lee
, 
Wang Feng

Troisième partie. Implications

Chapitre 7. Le système

Testo integrale

[E]n prenant l’obstacle préventif dans son acception générale, comme impliquant la faible fréquence de l’union conjugale par crainte de la famille, sans référence au vice qui la produit, il peut être considéré dans cette lumière comme le plus puissant des obstacles qui, dans l’Europe moderne, maintient le niveau de la population au niveau des moyens de subsistance.
Malthus, An Essay on the Principle of Population,
1803/1992, p. 44 (trad. C. Le Blanc).

L’héritage malthusien

  • 1 « Le temps passé en privation serait employé à des épargnes ; on contracterait des habitudes de so (...)

1Pour Malthus, la contrainte morale rendait compte du succès du système démographique européen ; l’Angleterre était l’exemple le plus éloquent de ce comportement et de la richesse économique qui en résultait. Malthus commença son analyse de la société anglaise en affirmant que « les obstacles préventifs [...] agissent, dans tous les rangs, avec beaucoup de force » (1826/1986, p. 236 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 349). Il développa par la suite les raisons de cette attitude dans chaque rang, à partir des classes élevées jusqu’aux riches propriétaires terriens ; aux marchands et aux paysans ; puis aux ouvriers et aux serviteurs. D’après Malthus, cette conduite encourageait l’épargne et décourageait la pauvreté, en limitant la croissance de la population. Plus important encore, l’union tardive maintenait les coûts de la main-d’œuvre bas et les taux d’épargne élevés, assurant ainsi la prospérité générale1.

2Des études récentes de E. A. Wrigley et R. S. Schofield ont confirmé le modèle malthusien des processus démographiques anglais (Wrigley et Schofield, 1985 ; Schofield, 1985 ; Wrigley et al., 1997). Un grand nombre de femmes (de 5 à 25 %) ne se marièrent jamais, les proportions variant considérablement en fonction des conditions économiques. Les fluctuations dans la nuptialité eurent une grande influence sur les taux de croissance de la population durant toutes les périodes ; leur influence fut dominante au XVIIIe siècle, et cela pour deux raisons : d’abord, le déclin de 25 à 10 % de la proportion des hommes et des femmes non mariés âgés de 40 à 44 ans ; puis, la baisse de l’âge au mariage de 26 à 23 ans. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les variations majeures dans la nuptialité étaient presque entièrement le résultat du pourcentage des femmes qui demeurèrent célibataires. Par la suite, on note peu de changements dans ce pourcentage, mais seulement dans l’âge du mariage.

3Ces études ont aussi accru notre connaissance du rapport entre les salaires réels et les taux de mariage. Si l’hypothèse de Malthus sur l’augmentation ou la diminution des mariages en fonction plus ou moins directe du prix de la main-d’œuvre est correcte, on trouve cependant un décalage significatif entre les deux, « à peu près 15 à 20 ans à chacun des tournants majeurs » (Wrigley et Schofield, 1981, p. xxi). Les gens, en d’autres mots, se mariaient en tenant compte de l’état de l’économie lors de leur enfance, plutôt que de celui de leur vie adulte. La date de leur mariage pouvait donc être en rapport avec le moment de leur entrée sur le marché du travail et leur taux subséquent d’épargne. Dès qu’ils avaient recueilli les ressources nécessaires à l’établissement d’un ménage indépendant, ils se mariaient sans égard aux conditions courantes. Mais si les situations favorables ou défavorables n’influaient peut-être pas sur les mariages courants, ils accélérèrent ou ralentirent néanmoins l’accumulation des ressources et agirent dès lors sur le moment et la probabilité des mariages futurs.

4Wrigley et Schofield distinguent deux modèles idéaux et opposés du rapport entre la population et l’économie, basés sur la distinction malthusienne entre les obstacles destructifs et les obstacles préventifs. Les régimes démographiques à « haute pression » donnent lieu à des situations où la fécondité et la mortalité sont toutes deux élevées, la population relativement nombreuse par rapport aux ressources et la croissance ralentie principalement par l’obstacle destructif. Les régimes à « basse pression » fonctionnent à l’inverse. Comme les régimes à « basse pression » sont davantage susceptibles de s’accommoder des tensions entre la production des ressources et la reproduction humaine à long terme, ils sont aussi plus aptes à résister aux chocs des prix. À l’opposé, dans des régimes à « haute pression », en particulier dans le cas d’une variante appelée la « situation chinoise » par Wrigley et Schofield (1981, p. xxiv), les conventions sociales rendent obligatoire le mariage précoce et universel. Même si l’épidémiologie était moins destructrice par rapport à d’autres régimes à haute pression, la fécondité était élevée et, comme la croissance rapide ne pouvait être que de courte durée, la mortalité était également élevée. Dans le cas « chinois », en d’autres mots, la hausse de la fécondité était causée par une nuptialité élevée et celle-ci, à son tour, entraînait une mortalité élevée.

Réalités chinoises

  • 2 Ho (1969a ; 1969b ; 1975 ; 1977) étudie à la fois le système agricole capable de subvenir aux beso (...)

5Les problèmes inhérents à ce modèle chinois idéal sont maintenant évidents. Au terme de la longue histoire de la Chine en tant que pays le plus populeux et en tant que nation stable la plus densément peuplée2, les Chinois mirent très tôt sur pied un système démographique caractérisé par une faible fécondité conjugale, une mortalité modérée, mais aussi par des taux d’infanticide féminin élevés, avec pour conséquence un célibat masculin persistant. Si les racines d’un tel système n’ont pas encore été totalement éclaircies, nous pouvons cependant en identifier certains traits spécifiques, comme l’infanticide, à partir du Ier millénaire avant J.-C. À l’opposé du système européen, où le mariage était le seul frein volontaire à la croissance de la population, le système démographique chinois comportait de nombreux contrôles volontaires et était donc beaucoup plus complexe et délibéré que ne le pensaient Malthus et ses successeurs. En conséquence, s’il est vrai que le mariage féminin chinois était universel et précoce, la population ne poussa cependant jamais l’économie à des niveaux de subsistance.

6Nous avons déjà vérifié l’existence d’un système démographique chinois dans le passé et suivi à la trace son héritage jusqu’à nos jours. Nous pouvons même en distinguer deux variantes. Sous l’appellation « contrainte endogène », nous trouvons les rapports réciproques entre ses quatre composantes les plus notables : l'infanticide, abordé dans le chapitre 4 ; le célibat masculin et la parenté fictive, étudiés dans le chapitre 5 ; la contrainte conjugale, examinée dans le chapitre 6. Par « stress exogène », nous entendons les rapports entre ces éléments lorsque le système est soumis à une pression extérieure de courte durée, liée à des facteurs climatiques, économiques ou épidémiques.

Les contraintes endogènes

7Dans le « modèle endogène », les familles chinoises ajustaient constamment leur comportement démographique en fonction des circonstances et de leurs attentes économiques et sociales. Le Graphique 7.1 présente un schéma de cette contrainte endogène. Les Chinois recouraient à la contrainte conjugale pour garder la fécondité de faible à modérée. Non seulement les couples mariés, par rapport aux Européens, retardaient beaucoup plus le moment de commencer la reproduction, mais ils terminaient leur cycle de reproduction beaucoup plus tôt. Influencés par une culture différente de la sexualité, et sous la surveillance étroite de la famille collective, les couples chinois étaient capables de contrôler « la passion entre les sexes ». Lorsqu’ils voulaient donner naissance à un enfant, ils pouvaient accélérer le moment de la grossesse. Sinon, ils pouvaient s’abstenir et attendre. Les couples chinois avaient aussi accès à des techniques traditionnelles de contraception et d’avortement.

8De plus, les familles chinoises supprimaient un certain nombre de leurs enfants. En conséquence, ils pouvaient non seulement réduire la taille de la famille, mais contrôler sa composition en termes de sexe. Ainsi, certains couples avaient recours à l’infanticide lorsque la contrainte conjugale échouait, tandis que d’autres se servaient de l’infanticide pour diminuer le nombre de filles, parfois de garçons, auxquels ils donnaient naissance. Si l’incidence de l’infanticide varia considérablement dans le temps et l’espace, la combinaison de l’infanticide et de la contrainte conjugale eut pour résultat que le nombre d’enfants qui survécurent jusqu’à l’âge adulte fut significativement plus bas que dans d’autres sociétés ayant un modèle comparable de taux de mortalité.

9L’infanticide des filles entraîna une pénurie de femmes mariables et donc une augmentation des formes variables de mariage. Alors que dans le passé, un nombre considérable d’hommes se mariaient très tard ou jamais, les femmes chinoises s’unissaient en général très tôt. La concurrence dans le « marché » matrimonial était tellement intense que le seul moyen qui s’offrait à certains hommes était de se marier sur le mode uxorilocal ou avec des parents agnatiques ou adoptifs. Ces variantes du mariage étaient à leur tour caractérisées par des taux de fécondité parfois beaucoup plus faibles, et par des taux de divorce de deux à quatre fois plus élevés que dans les mariages majeurs. De cette façon, le « marché » matrimonial déséquilibré freina la croissance de la population, non seulement en provoquant une pénurie de femmes, mais aussi en diminuant la fécondité conjugale.

GRAPHIQUE 7.1. Croissance de la population restreinte, contraintes endogènes

GRAPHIQUE 7.1. Croissance de la population restreinte, contraintes endogènes
  • 3 Nous avons mené plusieurs simulations pour comparer l’importance relative de la mortalité et de la (...)

10Des taux de fécondité aussi faibles mirent un frein important à la croissance de la population dans le système démographique chinois. Selon William Lavely et R. Bin Wong (1998), un taux de 10 % d'infanticide des filles pouvait réduire le taux de croissance annuel de la population d’environ 30 %. De la même manière, une extension de l’analyse de ces taux de fécondité permet de penser que si les Chinois avaient suivi les taux de fécondité conjugale européens, la croissance de la population aurait été de 50 % plus élevée. La faible fécondité conjugale eut, en d’autres mots, un plus grand effet sur la croissance de la population que l’infanticide des filles. Si, dans le système démographique chinois, l’infanticide basé sur le sexe fut responsable du modèle différentiel de la nuptialité basée sur le sexe, la fécondité fut plus directement responsable des taux de croissance faibles ou modérés3.

  • 4 On trouve déjà des écrits considérables sur l’adoption et l’abandon d’enfants dans la Chine impéri (...)

11L’adoption, le dernier trait distinctif du système démographique chinois, fut également le résultat de l’infanticide féminin et de la faible fécondité conjugale4. L’effet était basé sur le sexe. Les couples chinois adoptèrent des filles parce que, en raison de l’infanticide féminin, ils ne pouvaient avoir de belles-filles. Ils adoptèrent des garçons parce que, en raison de la faible fécondité, ils ne pouvaient se donner un héritier. En fait, le nombre de couples qui se trouvèrent sans descendants biologiques directs dépassait les proportions normalement prévues pour une fécondité aussi faible et une mortalité infantile aussi élevée. Dans la noblesse impériale, par exemple, près de 20 % de tous les couples n’avaient pas de descendant masculin, près du double des proportions prévues (Wrigley, 1998). Pour certains couples, l’absence de fils était due à des raisons biologiques. Pour d’autres, il s’agissait d’erreurs de prévision sur leur fécondité future ou sur la survie éventuelle de leurs enfants. D’autres, enfin, furent victimes des demandes excessives de la famille confucéenne en termes de renoncement et de sacrifice.

  • 5 Plus grande en partie parce que l’adoption était illégale dans plusieurs pays occidentaux modernes (...)

12En conséquence, les Chinois développèrent des taux élevés de parenté fictive, en plus des variantes dans les formes du mariage, pour pallier les limitations biologiques, les prises de décision imparfaites et les abus dictatoriaux. Environ 10 % des garçons avaient des liens de parenté fictive établis par le truchement du mariage uxorilocal et une proportion comparable ou plus grande de filles étaient également liées par une parenté fictive dans le mariage de la petite belle-fille. De plus, les familles chinoises adoptèrent directement un nombre important d’enfants. Le Tableau 7.1 résume les taux d’adoption en dehors du mariage. Même si les taux varient en fonction du lieu, de la période et de la population, ils indiquent qu’au moins 1 à 10 % des enfants chinois était dans le passé donné en adoption, une proportion de presque un ordre de grandeur plus élevé que dans toute population occidentale moderne5. Même si l’enregistrement contemporain de l’adoption est incomplet, l’échelle de l’adoption semble être seulement un peu moins élevée que dans le passé.

TABLEAU 7.1. Chine : taux d’adoption en dehors du mariage, périodes et populations choisies

Période

Lieu

%

Nombre

1730

Beijing

5,9

662

1750

Beijing

6,1

897

1790

Beijing

11,8

1 145

1840

Beijing

6,2

1087

1906-1910

Taiwan

5,8

666

1911-1915

Taiwan

7,2

758

1916-1920

Taiwan

5,6

750

1921-1925

Taiwan

5,9,

819

1926-1930

Taiwan

4,5

968

1931-1935

Taiwan

3,1

1 070

1929-1933

Chine du Sud

0,8

2 679

1929-1933

Plateau du Sud-Ouest

2,7

2 100

1929-1933

Bas-Yangzi

1,3

14 321

1929-1933

Plaine du Nord

1,2

18 985

1970

Chine

0,7

50 100

1980

Chine

1,1

35 104

1986

Chine

2,2

43 560

Sources et notes : Beijing : Wang et Lee (1998). Le taux est le nombre de fils adoptifs pour cent fils qui survécurent jusqu’à l’âge de cinq ans ; les années se réfèrent à l’année de naissance. Taiwan : A. Wolf et Huang (1980, p. 207) ; les années se réfèrent à l’année de naissance. Chine, 1929-1933 : A. Wolf et Huang (1980, p. 328), basé sur une enquête auprès de 35 976 familles dans 101 localités en Chine réalisée par J. Lossing Buck. Chine, 1970,1980 et 1986 : calculé à partir de l’étude de 1988 « Two-per-Thousand Fertility Survey » menée à l’échelle nationale par la Commission d’État du planning familial de la Chine. Le taux se réfère au ratio des adoptions rapportées et des naissances vivantes et la grandeur de l’échantillonnage se réfère au nombre des naissances vivantes.

  • 6 Voir Kurosu et Ochiai (1995) pour une description comparable de l’adoption dans le Japon des Tokug (...)
  • 7 Dans notre étude de l’adoption au sein de la noblesse impériale Qing, sur un nombre de 1204 fils a (...)
  • 8 On trouve même des cas documentés où un couple sans enfants biologiques adopta d’abord une fille p (...)

13En plus de la charité et du rôle de parent, de telles adoptions visaient plusieurs buts. Les parents chinois adoptaient aussi des enfants afin d’obtenir de la main-d’œuvre familiale ou un soutien dans la vieillesse, pour marier leurs enfants et pour assurer la continuité rituelle et religieuse6. En conséquence, ils adoptaient des enfants de tout âge, de l’enfance à l’âge adulte et, en certaines rares occasions, même des adultes d’âge avancé7. Nous pouvons distinguer autant de formes d’adoption que de mariage. Des parents pouvaient adopter des filles aussi bien que des belles-filles, des fils aussi bien que des gendres8. Pouvaient aussi le faire des veuves, des veufs, des hommes jamais mariés et même des eunuques. L’octroi d’un droit d’héritage à des enfants et, plus particulièrement, à un descendant masculin patrilinéaire, était si important qu’il dépassait les limites de la biologie humaine et sociale.

  • 9 Ainsi l’adoption pouvait se faire non seulement quand les parents adoptifs étaient vivants, mais a (...)
  • 10 Ceci était manifestement le cas pour la noblesse impériale Qing. La cour impériale exigeait que le (...)
  • 11 Le premier terme signifie « se présenter comme héritier ». Le second terme signifie « amener à la (...)

14La plupart des adoptions se faisaient donc entre parents plutôt qu’entre étrangers, en raison de l’importance de la lignée patrilinéaire9, de la mentalité familiale collective, de la pression sociale conjuguée des familles biologiques et adoptives, qui contraignaient les enfants adoptés à répondre aux attentes exigeantes de leurs parents. L’adoption à l’intérieur de la lignée était aussi une obligation légale10. En conséquence, à la différence de l’Occident, les enfants adoptifs connaissaient souvent leurs origines biologiques. Encore aujourd’hui, les Chinois continuent de faire la distinction entre l’adoption entre parents (guoji) de celle entre non-parents (baoyang)11. Dans tous les cas, la pratique courante de l’adoption dans ses formes variées n’était pas seulement le résultat du désir de certains parents d’avoir moins d’enfants, mais aussi une garantie importante que personne ne demeurait sans enfant.

15L’adoption, en d’autres mots, n’était pas seulement un trait saillant, mais faisait intégralement partie du système démographique chinois. Les taux d’adoption dépendaient des niveaux de fécondité et de mortalité. Le Graphique 7.2 illustre le rapport entre la fécondité, l’infanticide et l'adoption dans une population bien documentée, soit la noblesse Qing de 1700 à 1850. Au début du XVIIIe siècle, alors que la fécondité était élevée et l’infanticide féminin faible, le taux d’adoption était bas, soit de moins de 2 %. Il s’éleva graduellement au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, à mesure que la fécondité déclinait et que l’infanticide augmentait, et atteignit son apogée à 12 % vers la fin du XVIIIe siècle. Il revint au début du XIXe siècle, tout comme l’infanticide, aux niveaux du début du XVIIIe siècle.

GRAPHIQUE 7.2. Adoption et comportement démographique, lignée impériale Qing, 1700-1850

GRAPHIQUE 7.2. Adoption et comportement démographique, lignée impériale Qing, 1700-1850

Source : Wang et Lee (1998).

16Ainsi, le système démographique chinois fut caractérisé par une multiplicité de choix qui permettaient d’équilibrer la passion conjugale et l’amour parental par le mariage arrangé, le besoin de réguler les rapports sexuels, la décision de tuer ou de donner les enfants et d’en adopter d’autres. Les familles chinoises ajustèrent leur comportement démographique en fonction de leurs circonstances familiales en vue de maximiser leur utilité collective. Un tel ajustement démographique leur permit de prospérer même sous le stress, mais au prix de sacrifices individuels considérables.

Le stress exogène

17Les parents chinois, par ailleurs, ne devaient pas simplement harmoniser les droits concurrents des membres de la famille : ils devaient également trouver un équilibre en fonction des conditions économiques externes. Le Graphique 7.3 esquisse un aperçu du système démographique chinois soumis à la grande pression économique exogène, en l’occurrence la montée des prix du grain. Le résultat fut une augmentation de la contrainte conjugale, de l’infanticide et un léger report du mariage.

18Dans la plupart des sociétés préindustrielles, la montée des prix du grain entraîna l’augmentation des taux de mortalité et la diminution des taux de mariage et de la fécondité (Dupâquier et al., 1981 ; Bengtsson, Fridlizius et Ohlsson, 1984 ; Weir, 1984a ; Bengtsson et Ohlsson, 1985 ; Landers, 1986 et Galloway, 1988, 1994). La Chine ne fit pas exception. Les prix du grain eurent un grand effet sur la fécondité et la mortalité dans les populations chinoises de la période impériale tardive. De plus, cet effet fut instantané. Le Tableau 7.2 montre que, dans l’ensemble, les taux bruts de naissance masculine et féminine dans le Liaoning rural étaient corrélés négativement avec les prix du grain tandis que les taux bruts de mortalité masculine l’étaient positivement. L’absence de corrélation explicite entre les taux bruts de mortalité féminine et les prix du grain est en grande partie le résultat de l’enregistrement inadéquat de l’infanticide féminin. L'infanticide augmentait à mesure que les prix augmentaient, entraînant un nombre moindre de naissances féminines enregistrées. D’autres études ont démontré que la mortalité féminine des bébés et des enfants était fortement corrélée avec les prix du grain (Lee, Campbell et Tan, 1992 ; Lee et Campbell, 1997). Cette combinaison de l’infanticide et de l’enregistrement tardif explique la corrélation négative encore plus forte de l’enregistrement de naissances, particulièrement des naissances féminines, avec les prix du grain.

GRAPHIQUE 7.3. Croissance de la population restreinte, stress exogène

GRAPHIQUE 7.3. Croissance de la population restreinte, stress exogène

TABLEAU 7.2. Corrélations des prix du grain avec les taux de décès et de naissance, Liaoning rural, 1774-1873

TABLEAU 7.2. Corrélations des prix du grain avec les taux de décès et de naissance, Liaoning rural, 1774-1873

Source : Lee et Campbell (1997).
Note :Toutes les corrélations ont une portée de 0,001, â moins qu’elle soient marquées d’un astérisque, auquel cas leur portée est de 0,01. Les tirets indiquent des corrélations avec une portée de moins de 0,01. Nos calculs commencent à partir de 1774 pour tous les ménages et à partir de 1789 pour la ventilation des ménages simples et complexes ; ils se terminent en 1840 pour les naissances féminines et en 1873 pour les naissances masculines. Les prix sont ajustés aux moyennes annuelles pour la préfecture de Fengtian ; les taux de naissance et de décès sont les moyennes annuelles de Dayi et des communautés environnantes.
a. Ménage avec deux unités conjugales ou plus.
b. Ménage avec seulement une unité conjugale.

  • 12 Ces recherches furent mises sur pied par Étienne van de Walle (1976). Il fut le premier à reconnaî (...)

19Les occasions multiples dans le système démographique chinois de contrôler des naissances, des mariages et des décès spécifiques signifiaient cependant que la réaction aux conditions économiques variait considérablement d’un individu à un autre. Il y a maintenant un ensemble de techniques disponibles pour analyser ces réactions individuelles12. La plupart des études sur l’histoire de la population chinoise se sont cependant exclusivement concentrées jusqu’à aujourd’hui sur des populations de la province du Liaoning et sur la mortalité (excluant dans la majeure partie des cas l’infanticide). Or, la mortalité est moins sujette que la fécondité, et même que la nuptialité, à la différentiation sociale et économique et moins susceptible au changement temporel (Campbell et Lee, 2003). Néanmoins, ces recherches ont déjà défini une variété de relations sociales ou de combinaisons de relations qui sont particulièrement vulnérables aux changements des conditions économiques.

20À la lumière de ces conclusions, nous pouvons maintenant mieux discerner les nuances subtiles de discrimination, de privilège, d’influence et d’aliénation partiellement cachées derrière la façade de la hiérarchie confucéenne. Comme nous pouvions nous y attendre, par exemple, les orphelins recevaient les soins des autres membres de la famille, tandis que les orphelines étaient négligées. Les orphelines du Liaoning présentaient des taux de mortalité beaucoup plus élevés que les filles dont au moins un parent était présent ; pour les orphelins, les taux de mortalité étaient semblables à ceux des autres garçons. Ce qui est surprenant, c’est que l’existence d’une belle-mère était bénéfique à ses belles-filles : chez les femmes mariées, la mortalité était plus basse si leur belle-mère était en vie, nonobstant son âge. Les jeunes (16 à 35 sui) veuves avaient des taux de mortalité substantiellement plus élevés que les femmes mariées du même âge, alors que les veuves plus âgées (36 à 55 sui) avaient des taux de mortalité semblables à ceux des femmes mariées du même âge. Les hommes âgés dépendaient plus de leur femme que les femmes de leur mari : les femmes âgées (56 à 75 sui) n’étaient pas affectées par le fait que leur mari était encore vivant ou non, mais les hommes âgés présentaient des taux de mortalité beaucoup plus élevés s’ils étaient veufs. Par ailleurs, même si les fils et les petits-fils étaient censés apporter une forme de sécurité aux personnes âgées, la mortalité masculine ou féminine parmi les gens âgés ne semble pas avoir diminué en raison de la présence de fils ou de petits-fils.

  • 13 Il y a une exception à cette règle. Certaines des différences liées à la position du titre s’élarg (...)

21De telles analyses révèlent combien les ménages parviennent à atténuer l’impact des conditions économiques immédiates (Lee et Campbell, 1997 ; Campbell et Lee, 2003). Les différences de mortalité dans le contexte du ménage et de la lignée au Liaoning étaient généralement plus étroites lorsque les prix étaient plutôt élevés que bas, peut-être parce qu’en temps de prospérité les membres du ménage ne partageaient pas les biens de manière égale. Les membres privilégiés du ménage s’appropriaient une part disproportionnée des surplus, laissant les membres moins privilégiés dans une situation aussi précaire qu’en temps de disette. Quand les prix augmentaient, les différences s’amenuisaient parce que la consommation des ressources par les membres privilégiés du ménage tombaient au niveau des membres moins privilégiés. En d’autres mots, la pression réduisait les avantages de la hiérarchie13.

La croissance de la population

  • 14 Les taux mondiaux de la croissance annuelle de la population, à l’exclusion de la Chine, furent de (...)

22Historiquement, un ensemble de mécanismes démographiques, principalement la faible longévité féminine et la faible fécondité conjugale, permit à la Chine de maintenir une faible croissance de la population sur le plan communautaire — un taux de croissance annuel de moins de 5 pour 10 000, beaucoup plus bas que les taux de croissance de la population ailleurs — jusqu’aux temps modernes14. Ces ajustements perpétuèrent un régime démographique homéostatique en Chine pendant près de deux millénaires. Au Ier siècle, il y avait déjà près de 75 000 000 de Chinois. Vers 1700, en dépit d’une expansion frontalière qui a plus que doublé le territoire chinois, la population n’avait, elle aussi, que doublé.

23À partir du début du XVIIIe siècle, tout changea. Entre 1750 et 1950, la population chinoise tripla presque, passant de 225 000 000 à 580 000 000 d’individus, à un taux annuel de 5 pour 1 000. Depuis 1950, la population chinoise a doublé, passant de 580 000 000 à 1200 000 000 d’individus, à un taux annuel de 2 %. La croissance de la population, en d’autres mots, augmenta d'un ordre de grandeur à chaque période.

24La transition de la fécondité chinoise est très différente de celle de l’Occident. Le Graphique 7.4 reproduit une matrice dessinée par Judah Matras et par d’autres qui compare la transition chinoise avec celle d’autres pays. La matrice établit quatre types de régime de fécondité, classés en fonction de l’union précoce ou tardive et du contrôle élevé ou faible du régime de fécondité (Matras, 1965 et Macfarlane, 1986). Comme Malthus l’avait prévu, la transition dans la société de l’Europe de l’Ouest, en particulier en Angleterre, suivit le cheminement de C à D : l’âge du mariage était relativement tardif et la transition de la fécondité impliquait essentiellement seulement un déplacement de la fécondité non contrôlée à la fécondité contrôlée. En comparaison, la transition de la fécondité dans la plupart des pays en voie de développement exigeait à la fois le contrôle de la fécondité et un report de l’âge du mariage, ce qui signifie un mouvement de A à D.

GRAPHIQUE 7.4. Transition de la fécondité, Chine et Occident

GRAPHIQUE 7.4. Transition de la fécondité, Chine et Occident

25La Chine suivit une voie beaucoup plus complexe. La transition de la fécondité chinoise ne ressemble ni à celle de l’Occident ni à celle typique des sociétés en voie de développement. Plutôt, elle se déplaça d’abord de B à A et alors seulement de A à D. La fécondité était faible à l’origine, mais avec l’apparition au XVIIIe siècle de nouvelles possibilités économiques et la détérioration de l’autorité familiale au XXe siècle, le contrôle de la fécondité chinoise se relâcha, déplaçant le régime de fécondité de B à A. Il en résulta deux étapes de croissance de la population : une augmentation lente répartie sur deux siècles, de 150 000 000 d’individus en 1700 à 500 000 000 en 1900, puis la récente explosion, où le nombre d’individus doubla en l’espace de 50 ans, passant de 580 000 000 en 1950 à plus de 1200 000 000 aujourd’hui. Cette explosion, cependant, généra à son tour une volonté collective de reprendre le contrôle de la démographie et aboutit au programme actuel de planification familiale, déplaçant la Chine de A à D.

26 Phase I : L’apparition des possibilités économiques. Le premier stade, de B à A, semble avoir été pour une large part une réaction à des perspectives économiques. Le Graphique 7.5 illustre la réaction du système démographique chinois. La contrainte conjugale et l’infanticide déclinèrent à mesure que les parents prenaient conscience de l’augmentation des possibilités d’emploi. Avec la diminution de l’infanticide des filles, des occasions de mariage s’offrirent à des hommes non mariés. Il y avait moins de raison de s’engager dans des mariages de nature variable. Le besoin était aussi moins grand de recourir à toute forme de parenté fictive.

  • 15 Aucun chercheur n’a encore décrit ce processus en détail. Voir Lee (1978, 1982b, 1994) et Lee et W (...)

27En Chine, ce déplacement se produisit dans de nombreux lieux et en deux phases. D’abord, des perspectives économiques grandissantes attribuables à la conquête de nouveaux territoires incitèrent les gens à quitter leur demeure et à s’établir à la périphérie de la Chine. En même temps, la division grandissante du travail et le développement du commerce encouragèrent les colons à cultiver davantage, de manière à pouvoir échanger le grain et une variété de récoltes commerciales et industrielles contre des produits finis et de l’argent. L’infanticide diminua, la contraception se relâcha et en conséquence la population s’accrut. Cette phase se réalisa graduellement, mais pas de manière uniforme et universelle, entre le XVIIIe siècle et le début du XXe siècle15.

28Comme conséquence de ces processus d’expansion agricole et d’intensification du travail rural, décrits dans le chapitre 3, une grande part de la croissance spectaculaire de la population de la Chine se produisit dans la campagne, partout où des terres non cultivées étaient disponibles. L’augmentation initiale de la population de la Chine, à la différence de l’augmentation en Occident, ne fut pas le résultat de l’industrialisation et de l’urbanisation concomitante. La proportion urbaine de la population chinoise s’accrut lentement en comparaison d’autres grandes populations à des étapes semblables de croissance. En 1700, la proportion des citadins dans la population était tout au plus de 5 %, à peu près la même que celle de l’Angleterre. Mais alors que la population des villes anglaises grimpa à 85 % en 1900 et à plus de 90 % aujourd’hui, la population urbaine de la Chine augmenta seulement à 10 % en 1900 et à 30 % aujourd’hui (De Vries, 1984 et G. Skinner, 1986). En Chine, l’urbanisation à grande échelle est un phénomène relativement récent et encore incomplet.

GRAPHIQUE 7.5. Croissance de la population et système démographique chinois, XVIIIe-XXe siècle

GRAPHIQUE 7.5. Croissance de la population et système démographique chinois, XVIIIe-XXe siècle
  • 16 Le déclin de la population dans le Bas-Yangzi au cours de la seconde moitié du XIXe siècle fut le (...)
  • 17 G. Skinner (1986), utilisant des données fournies par Lee, a montré que les chiffres pour le Sichu (...)

29Au cours des deux ou trois derniers siècles, c’est plutôt dans les provinces frontalières de la Chine que s’est produite la croissance de la population. La Carte 7.1 montre les taux de croissance par province à partir de 1776, la première année pour laquelle on a une documentation à peu près complète de la population, et en 1990, l’année du plus récent recensement national disponible. La plupart des provinces chinoises connurent des taux de croissance comparables à la moyenne nationale, soit de 0,5 à 1 % par année. Les seules exceptions majeures furent les provinces du Bas-Yangzi, où les taux de croissance de la population furent particulièrement bas16. Par contraste, la plupart des provinces de la Grande Chine connurent des taux beaucoup plus rapides, entre 1 et 2 %. Dans les provinces du Sud-Ouest et spécialement du Nord-Ouest du Haut-Yangzi, les taux de croissance de la population furent exceptionnellement élevés. De la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, la proportion régionale de la population fondit dans le Bas-Yangzi, passant de 28 à 17 % ; pendant ce temps, d’autres proportions régionales triplèrent, passant de 6 à 15 % dans le Sud-Ouest, quadruplèrent, passant de 3 à 12 % dans le Haut-Yangzi, et se gonflèrent en passant, exceptionnellement, de moins de 1 à 9 % dans le Nord-Est17.

30Des taux si élevés de croissance de la population le long de la frontière furent autant le résultat de l’immigration que de l’augmentation naturelle. Nous pouvons déterminer plusieurs vagues successives d’immigration et de colonisation frontalières au cours des trois derniers siècles (Lee et Wong, 1991 ; Ge, Cao et Wu, 1993 et Ge, 1997). Dix millions d’immigrants, principalement du Moyen-Yangzi, s’établirent dans le Haut-Yangzi. Trois millions d’immigrants du Moyen-Yangzi et du Haut-Yangzi s’établirent dans le Sud-Ouest. Un autre groupe de 12 000 000 d’immigrants du nord de la Chine s’établit dans le Nord-Est. Des millions de plus se déplacèrent sur de plus courtes distances — du Fujian à Taiwan, du Shaanxi au Gansu, du Gansu au Xinjiang — tandis que d’autres se rendirent à l’étranger en Asie du Sud-Est et même au-delà. Même s’il est impossible de reconstituer complètement le nombre total de colons, l’impact de ces migrations sur la carte démographique de la Chine fut profond. Au milieu du XVIIIe siècle, les six provinces les plus populaires pour la colonisation frontalière (Sichuan, Yunnan et Guizhou dans l’Ouest et le Sud-Sud-Ouest ; Liaoning, Jilin et Heilongjiang dans le Nord-Est) représentaient seulement 5 % de la population nationale. Au début du XXe siècle, leur population représentait 25 % de celle de la Chine (Liang Fangzhong, 1980).

CARTE 7.1. Chine : taux de croissance de la population par région, 1776-1990

CARTE 7.1. Chine : taux de croissance de la population par région, 1776-1990

Sources : Liang Fangzhong (1980) : Yao et Yin (1994).

  • 18 Cela exigera des études nominatives intensives de communautés migratoires spécifiques, longtemps u (...)

31En d’autres termes, l’augmentation de la population était liée à une amplification aiguë de la mobilité géographique dans la Chine impériale tardive (Lee, 1978 ; 1982b). Nous n’avons pas encore identifié les mécanismes spécifiques qui produisirent ces vagues migratoires18 Nous savons du moins que celles-ci différèrent considérablement selon les régions. La plupart des colons provenaient du nord de la Chine et du Moyen-Yangzi. Ensemble, ils représentaient une population résidentielle de quelque 120 000 000 d’individus en 1776 et de 180 000 000 en 1912 — c'est-à-dire entre 40 et 45 % de la population enregistrée — et une population émigrante, comprenant les descendants, qui au début du XXe siècle était presque aussi considérable. Dans ces régions, les gens perçurent de nouvelles occasions économiques aux frontières internes et externes de la Chine et réagirent en augmentant leur nombre pour remplir ces emplois.

  • 19 Par exemple, entre 1954 (quand les données de l’enregistrement officiel devinrent accessibles) et (...)

32 Phase II : Le déclin de la collectivité familiale. La seconde phase de la croissance de la population de la Chine fut le résultat de la combinaison de nouvelles perspectives économiques découlant des réformes communistes et de la révolution dans les relations sociales que les Chinois appellent, par euphémisme, la reconstruction sociale. La colonisation frontalière continua jusqu’en 1960. Au Heilongjiang, dans le Nord-Est, le taux d’immigration annuelle de 1954 à 1960 fut au-dessus de 100 pour 1000, le double de la moyenne nationale. En 1960, un habitant sur six au Heilongjiang était né ailleurs. L’immigration nette était également élevée dans cinq autres provinces frontalières populaires (Neimenggu dans le Nord ; Gansu, Ningxia et Xinjiang dans le Nord-Ouest ; et Qinghai dans l’Ouest) jusqu’en 1960, avec l’établissement du système d’enregistrement des ménages (Zhuang, 1995). A l’exception du Shandong, qui continua à exporter des colons19 la plupart des nouveaux colons venaient cependant des provinces colonisées lors de la première vague de colonisation frontalière. Ces six provinces prises ensemble représentaient 6 % de la population nationale en 1950. En 1990, elles atteignaient seulement 9 %.

  • 20 Alors que les produits agricoles augmentèrent de 32 600 000 000 à 60 400 000 000 RMB, aux prix de (...)
  • 21 Calculé à partir de SSB (1982b, p. 105). Près de 10 000 000 d’emplois urbains furent ajoutés de 19 (...)

33Comparée à l’augmentation de la population au cours de la période impériale tardive, l’immigration urbaine au XXe siècle fut numériquement plus importante que l’immigration frontalière. Entre 1949 et 1957, alors que la valeur brute des produits agricoles doublait à peine, la valeur industrielle totale augmenta par un facteur de 6 et l’industrie lourde vit sa production s’accroître par un facteur de 1020. Le processus d’industrialisation rapide ajouta 30 000 000 d’emplois urbains entre 194g et 1962, triplant ainsi la main-d’œuvre urbaine (SSB, 1982b, p. 17). En comparaison, dans un ordre de grandeur inférieur, la main-d’œuvre rurale augmenta, dans la même période, de seulement 29 %21. En conséquence, la population urbaine s’accrut de 115 %, passant de 58 000 000 d’individus en 1949 à 124 000 000 en 1959, alors que la population rurale s’accrut de seulement 13 %, c’est-à-dire passant de 484 000 000 à 548 000 000 d’individus (Zhuang, 1985, p. 3). La fécondité dans les années 1950, comparable à celle des années 1750 et 1850, fut en grande partie une réaction à l’élargissement des perspectives économiques. Si ces taux avaient persisté en Chine pendant les années 1960, sa population n’aurait pas augmenté aussi rapidement au cours du dernier demi-siècle et serait déjà inférieure à celle de l'Inde.

34Cependant, ceci n’est pas attribuable à l’explosion démographique qui eut lieu dans les campagnes à partir de 1961, dans la foulée du Grand Bond en avant, dont la croissance rapide continua de façon débridée pendant plus d’une décennie, jusqu’aux campagnes successives de planification familiale des années 1970 et 1980. Le Graphique 7.6 compare le taux de fécondité total de la Chine urbaine et rurale de 1950 à 1987. Au début et au milieu des années 1950, les taux des villes et des campagnes étaient à peu près semblables, avec un TTF de 6 ou juste au-dessous. Tous deux baissèrent, de 1959 à 1961, lors de la famine du Grand Bond et rebondirent à 7 ou plus en 1963. Mais si la fécondité urbaine diminua rapidement à moins de 5 en 1964 et à moins de 4 en 1965, la fécondité rurale demeura au-dessus de 6 jusqu’en 1972, entraînant une croissance nette de la population rurale de 150 000 000 d’individus, ce qui représente plus des quatre cinquièmes de la croissance de la population nationale durant cette période.

  • 22 Une comparaison des taux bruts de décès de 1959 à 1969 laisse croire que même si le déclin de la m (...)

35La fécondité rurale élevée et persistante fut en grande partie responsable de la croissance de la population de la Chine au cours des années 196022. De plus, la fécondité rurale baissa plus lentement que la fécondité urbaine et cessa de décroître à la fin des années 1970, incitant l’État à recourir aux mesures plus coercitives et radicales associées à la campagne de l’enfant unique. Des niveaux de fécondité aussi élevés étaient sans précédent. Inédit était aussi l’écart entre la fécondité rurale et urbaine, celle-là comptant près de 500 000 000 de naissances entre 1962 et 1992, soit 90 % de la croissance de la population de la Chine au cours de ces 30 années.

GRAPHIQUE 7.6. Chine : croissance de la population et de la fécondité, 1950-1987

GRAPHIQUE 7.6. Chine : croissance de la population et de la fécondité, 1950-1987

Sources : Coale et Chen (1987) : Yao et Yin (1994).

  • 23 Même si la proportion de cette augmentation pourrait être exagérée en raison d’un dénombrement inc (...)

36À la différence de l’augmentation de la population des villes et des zones frontières, cette croissance massive de la population rurale semble avoir été moins une réaction aux possibilités économiques qu’une conséquence de la détérioration de la collectivité familiale et du contrôle familial engendrée par la collectivisation rurale sous les communes populaires. La réforme agraire mise en œuvre à la fin des années 1940 et au début des années 1950 libéra de nombreux paysans des contraintes collectives de la famille traditionnelle chinoise, entraînant une poussée généralisée vers la mariage et la division du ménage. En conséquence, le nombre de ménages enregistrés passa de 86 210 000 en 1947 à 133 850 000 en 1953 (Guo Zhigang, 1995, p. 12)23. La taille des ménages diminua proportionnellement de 5 personnes ou plus dans les années 1930 et 1940 à 4,3 personnes en 1953 (ibid., p. 11). L’autorité familiale se détériora encore davantage. Les parents n’avaient plus de droits légaux sur la propriété des enfants ni sur leur personne (Levy, 1949 et C. K. Yang, 1959). Une nouvelle loi du mariage interdisait explicitement les mariages arrangés et donnait aux individus le droit de choisir leur propre conjoint (Buxbaum, 1978 et Whyte, 1990 ; 1993). La rémunération pour participer à la production collective, soit dans des unités de travail urbaines (sous forme de payes ponctuelles ou de salaires), soit dans les communes rurales (sous forme de points de travail), était attribuée directement aux individus, et non plus à leur famille (Parish et Whyte, 1978). La révolution de la structure et du contrôle du ménage, même si elle ne fut pas délibérée, fut l’une des plus importantes conséquences de la révolution chinoise de 1949.

  • 24 Même si les communes en vinrent effectivement à faire payer les familles pour la distribution du g (...)
  • 25 Johnson (1994) étudie l’héritage pronataliste de certaines mesures des institutions rurales, comme (...)

37De plus, la réforme agraire fut rapidement suivie de la formation planifiée du système agricole collectif, culminant avec l'établissement des communes populaires en 1958. Sous ce système agricole collectif qui embrigada plus de 99 % de la population rurale et dura jusqu’en 1978, les familles paysannes chinoises n’avaient plus besoin de planifier leur comportement démographique, comme elles le faisaient auparavant. Avec la collectivisation et la communisation, la nourriture, le logement et l’emploi n’étaient plus du ressort des responsabilités familiales. Dans la plupart des villages, la base de la distribution de la nourriture sous forme de grain était individuelle, ce qui signifiait qu’une naissance additionnelle donnait droit à la famille à des denrées alimentaires et à un bien-être économique supplémentaires24. Non seulement les familles avec de nombreux enfants étaient récompensées par de plus généreuses allocations de grain, mais elles n’étaient pas pénalisées si elles prenaient plus que leur quote-part. En d’autres termes, le système agricole collectif pénalisait les couples qui avaient une faible fécondité (Nee, 1985). En assurant gratuitement l’éducation publique et les soins de santé, la commune et l’État dispensaient les familles de prendre en charge en grande partie le coût de l’éducation des enfants. De plus, en garantissant à tous les membres le droit à l’emploi, le système de la commune permettait aux paysans de faire des enfants sans avoir à prendre en considération les conséquences individuelles et encore moins collectives25. Si les communes populaires peuvent représenter le point culminant de la collectivisation économique rurale, particulièrement de 1957 à 1959, elles semblent être également à l’origine de la maximisation de la démographie individuelle, provoquant ainsi pendant toutes les années 1960 une explosion démographique sans précédent dans l’histoire chinoise.

38L’effondrement de l’unité collective traditionnelle de contrôle de la population ainsi que l’affaissement des facteurs inhibitifs de la fécondité traditionnelle eurent comme conséquence la croissance démographique la plus accélérée de l’histoire chinoise. En raison de la fécondité élevée et incontrôlée et de la réduction spectaculaire concomitante de la mortalité, la population de la Chine doubla, passant de 500 000 000 à 1000 000 000 d’individus, en seulement trois décennies. Il fallut plus de 10 décennies de croissance rurale incontrôlée et l’arrivée de 150 000 000 d’individus supplémentaires avant que le nouveau collectif, l’État, prenne pleinement conscience des conséquences d’un tel effondrement. Aujourd’hui, l’État a rétabli la famille comme unité collective de contrôle de la population et a mis sur pied le programme le plus ambitieux, le plus coercitif et le plus réussi de contrôle des naissances de l’histoire de l’humanité. La planification familiale est, en dernière analyse, devenue la planification de l’État socialiste.

39Alors que la transition malthusienne exige la prise de décision individuelle, la transition chinoise est le résultat d’une conscience collective renouvelée. Le progrès rapide du programme chinois de planification familiale fut facilité par une longue tradition chinoise de calcul et de contrôle collectifs. La Chine a ainsi pu compléter la plus vaste transition démographique du monde plus rapidement que toute autre grande population humaine. Les processus démographiques collectifs dans le contexte chinois ont été remarquablement efficaces dans le passé pour prévenir la surpopulation et l’appauvrissement et le sont encore dans le présent.

40Même si le déplacement dans la fécondité chinoise de A en 1965 à D en 1985 ressemble au modèle classique de la transition démographique, il suit en fait un modèle fondamentalement différent. Le trait distinctif de la baisse de la fécondité chinoise est le renouveau des pouvoirs d’un Etat et de la coercition dans la planification familiale, et non le changement culturel des idées et du consensus. Ce resserrement de la planification familiale se produisit en même temps que des démarches résolues pour réformer l’économie. À l’opposé de l’opinion courante voulant que seuls les marchés puissent conduire vers le comportement démographique individualiste, la Chine présente le cas anormal de la juxtaposition d’une conscience collective plus élevée et d’une croissance économique plus rapide.

Note

1 « Le temps passé en privation serait employé à des épargnes ; on contracterait des habitudes de sobriété, de travail et d’économie ; et en peu d’années, l’homme industrieux se trouverait en état d’embrasser l’état du mariage, sans en redouter les suites. Cette action constante de l’obstacle préventif limitant la mortalité, la contenant dans les bornes de la nourriture disponible et lui permettant de croître lorsque la subsistance croît donnerait une valeur réelle à l’augmentation des salaires et aux sommes épargnées par l’ouvrier avant l’époque du mariage » (1826/1986, p. 475 ; trad. P. et G. Prévost, II, p. 208).

2 Ho (1969a ; 1969b ; 1975 ; 1977) étudie à la fois le système agricole capable de subvenir aux besoins d’une population aussi dense et le système de croyances qui encourageait la croissance de cette dernière.

3 Nous avons mené plusieurs simulations pour comparer l’importance relative de la mortalité et de la fécondité sur la croissance de la population. Une augmentation de la mortalité infantile féminine de 100 pour 1 000 réduirait, par exemple, la taille de la population d’à peu près 25 % après 300 ans. A l’opposé, en augmentant la fécondité conjugale aux niveaux historiques anglais, la nuptialité et la mortalité chinoises demeurant inchangées, on verrait la population s’accroître par un facteur de près de 50 % pour la même période de 300 ans. Prenant en compte le mariage féminin universel, la faible fécondité joua un rôle plus important que l’infanticide pour restreindre la croissance de la population durant les 300 dernières années.

4 On trouve déjà des écrits considérables sur l’adoption et l’abandon d’enfants dans la Chine impériale tardive et dans la Chine contemporaine. Voir en particulier A. Wolf et Huang (1980) ; Johnson, Huang et Wang (1980) ; Wang et Lee (1998) ; et Leung (1997).

5 Plus grande en partie parce que l’adoption était illégale dans plusieurs pays occidentaux modernes et parce qu’il n’y a pas de statistiques disponibles sur les taux de parrainage dans les pays occidentaux du début de l’époque moderne. Aujourd’hui, cependant, les taux d’adoption en Occident se comparent avec ceux de la Chine. En 1986, par exemple, le ratio des adoptions rapportées (104 088) et des naissances vivantes (3 800 000) était au-dessus de 2,5 % aux États-Unis (National Committee for Adoption, 1989).

6 Voir Kurosu et Ochiai (1995) pour une description comparable de l’adoption dans le Japon des Tokugawa.

7 Dans notre étude de l’adoption au sein de la noblesse impériale Qing, sur un nombre de 1204 fils adoptés, à peu près 30 % furent adoptés avant l’âge d’un an, la moitié après 5 ans, 20 % après 20 ans, et 5 % après 30 ans. L’adopté le plus âgé était dans la soixantaine avancée (Wang et Lee, 1998). On trouve une situation comparable mais moins radicale parmi les populations paysannes étudiées par A. Wolf et Huang (1980), où à peu près la moitié de toutes les adoptions masculines s’effectuaient quand l’enfant avait un an ou plus, et 15 % après l’âge de 5 ans (Tableau 15.4, p. 212).

8 On trouve même des cas documentés où un couple sans enfants biologiques adopta d’abord une fille pour adopter par la suite leur gendre comme fils.

9 Ainsi l’adoption pouvait se faire non seulement quand les parents adoptifs étaient vivants, mais aussi après que l’un des parents ou les deux étaient décédés. Même un enfant qui mourait prématurément pouvait adopter un fils, même si l’adoption était, dans les faits, arrangée par d’autres membres de la famille.

10 Ceci était manifestement le cas pour la noblesse impériale Qing. La cour impériale exigeait que les membres de la lignée adoptent leurs parents les plus proches possible. Les exceptions étaient reconnues seulement quand le demandant pouvait justifier l’absence de proche parenté. L’adoption nécessitait l’approbation en raison du besoin de maintenir un registre clair de la lignée et aussi en raison du fait que l’adoption impliquait des changements dans les titres et les bénéfices. Les veuves qui adoptaient étaient attitrées à recevoir des subsides au nom du fils adoptif (Wang et Lee, 1998).

11 Le premier terme signifie « se présenter comme héritier ». Le second terme signifie « amener à la maison et éduquer », ce qui est plus proche du parrainage d’un enfant.

12 Ces recherches furent mises sur pied par Étienne van de Walle (1976). Il fut le premier à reconnaître les avantages de ce type d’analyse sur le plan de l’individu et à en appliquer les leçons dans la reconstitution de la famille. L’étude d’Alter de 1988 sur les femmes de la ville belge de Venders se basa sur l’approche de Van de Walle et utilisa des techniques de ce champ d’études en développement rapide qu’est l’analyse de l’histoire événementielle. Bengtsson (1989 ; 1993 ; 1997) fut le premier à incorporer des séries de prix et de salaires dans son cadre analytique. Ses recherches réunissent l’analyse des événements par cycle de vie à l’intérieur des ménages et l’étude des fluctuations de courte durée des conditions économiques. Cette synthèse de deux méthodologies jusque-là séparées, les événements de la vie et les séries temporelles, est le fondement de bien des recherches courantes.

13 Il y a une exception à cette règle. Certaines des différences liées à la position du titre s’élargissaient en fait à mesure que les prix augmentaient, soulevant la possibilité que les individus ayant un salaire fixe voient leur privilège augmenter, au moins dans leur parenté, quand les revenus agricoles tombaient.

14 Les taux mondiaux de la croissance annuelle de la population, à l’exclusion de la Chine, furent deux fois plus rapides : près de 1 pour 1 000 (McEvedy et Jones, 1978 et Biraben, 1979).

15 Aucun chercheur n’a encore décrit ce processus en détail. Voir Lee (1978, 1982b, 1994) et Lee et Wong (1991) pour une étude des effets démographiques de l’augmentation des perspectives économiques et de migration en particulier.

16 Le déclin de la population dans le Bas-Yangzi au cours de la seconde moitié du XIXe siècle fut le résultat de la guerre — la rébellion des Taiping. Bernhardt (1992) et Li Bozhong (1994) affirment cependant que même avant 1850, les taux de croissance de la population et la pression démographique étaient relativement bas.

17 G. Skinner (1986), utilisant des données fournies par Lee, a montré que les chiffres pour le Sichuan sont contestables. Néanmoins, nous pouvons distinguer deux périodes de croissance. Les XVIIIe et XIXe siècles furent marqués par des taux exceptionnellement bas dans le Bas-Yangzi et par des taux exceptionnellement élevés dans le Haut-Yangzi et le Sud-Ouest, tandis que le début du XXe siècle fut marqué par des taux exceptionnellement élevés de croissance dans le Nord-Est.

18 Cela exigera des études nominatives intensives de communautés migratoires spécifiques, longtemps une pièce de résistance de l’histoire sociale américaine. Lorsque de telles études seront faites pour la Chine, on comprendra beaucoup mieux les bases de la croissance de sa population.

19 Par exemple, entre 1954 (quand les données de l’enregistrement officiel devinrent accessibles) et 1960, la province du Shandong avait un taux d’émigration de 32,2 à 56,9 pour 1 000 et un taux d’immigration net de-21,4 et 1,7 pour 1000. En comparaison, dans le Jiangsu, le taux annuel net d’immigration fluctua entre-3,1 et 4,4 pour 1 000.

20 Alors que les produits agricoles augmentèrent de 32 600 000 000 à 60 400 000 000 RMB, aux prix de 1952, la valeur industrielle totale augmenta de 14 000 000 000 à 78 400 000 000 RMB.

21 Calculé à partir de SSB (1982b, p. 105). Près de 10 000 000 d’emplois urbains furent ajoutés de 1949 à 1952, 8 000 000 de plus dans les cinq années suivantes, et 13 000 000 de plus de 1957 à 1962. Le nombre d’ouvriers urbains tripla presque entre 1949 et 1962, passant de 15 300 000 à 45 400 000, alors que le travail rural augmenta seulement de 29 %, le nombre d’ouvriers dans les campagnes passant de 165 000 000 à 214 000 000.

22 Une comparaison des taux bruts de décès de 1959 à 1969 laisse croire que même si le déclin de la mortalité était aussi important, sa contribution à la croissance totale de la population pendant cette période ne dépassa pas 25 %.

23 Même si la proportion de cette augmentation pourrait être exagérée en raison d’un dénombrement incomplet des ménages dans la période républicaine tardive, il n’y a aucun doute que leur nombre s’accrut substantiellement, un fait corroboré par le déclin de leur taille moyenne. Cela fut en grande mesure le résultat de la réforme agraire. En août 1952, l’État chinois avait redistribué plus de 46 000 000 d’acres à environ 300 000 000 de paysans, éliminant du coup les restrictions économiques qui avaient contribué au maintien forcé des grands ménages.

24 Même si les communes en vinrent effectivement à faire payer les familles pour la distribution du grain, le prix était « au coûtant ». En outre, la commune assuma souvent les dettes des familles qui ne pouvaient pas payer sans interrompre ou taxer leur allocation de grain. Des 28 villages sur lesquels portait l’enquête de Parish et Whyte en 1973, par exemple, seulement 2 distribuaient le grain uniquement sur la base de la somme de travail des membres de la commune. La plupart le distribuaient ou bien sur une base individuelle ou bien en fonction d’une combinaison de l’allocation par personne et de la contribution en travail (Parish et Whyte, 1978, p. 66).

25 Johnson (1994) étudie l’héritage pronataliste de certaines mesures des institutions rurales, comme l’allocation de terres arables, la sécurité sociale et les soins de santé ruraux ; il soutient qu’en changeant ces politiques pronatalistes, on causerait le déclin de la fécondité rurale, même en l’absence d’une politique de contrôle des naissances.

Indice delle illustrazioni

Titolo GRAPHIQUE 7.1. Croissance de la population restreinte, contraintes endogènes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-1.jpg
File image/jpeg, 73k
Titolo GRAPHIQUE 7.2. Adoption et comportement démographique, lignée impériale Qing, 1700-1850
Legenda Source : Wang et Lee (1998).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-2.jpg
File image/jpeg, 112k
Titolo GRAPHIQUE 7.3. Croissance de la population restreinte, stress exogène
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-3.jpg
File image/jpeg, 83k
Titolo TABLEAU 7.2. Corrélations des prix du grain avec les taux de décès et de naissance, Liaoning rural, 1774-1873
Legenda Source : Lee et Campbell (1997).Note :Toutes les corrélations ont une portée de 0,001, â moins qu’elle soient marquées d’un astérisque, auquel cas leur portée est de 0,01. Les tirets indiquent des corrélations avec une portée de moins de 0,01. Nos calculs commencent à partir de 1774 pour tous les ménages et à partir de 1789 pour la ventilation des ménages simples et complexes ; ils se terminent en 1840 pour les naissances féminines et en 1873 pour les naissances masculines. Les prix sont ajustés aux moyennes annuelles pour la préfecture de Fengtian ; les taux de naissance et de décès sont les moyennes annuelles de Dayi et des communautés environnantes.a. Ménage avec deux unités conjugales ou plus.b. Ménage avec seulement une unité conjugale.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-4.jpg
File image/jpeg, 45k
Titolo GRAPHIQUE 7.4. Transition de la fécondité, Chine et Occident
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-5.jpg
File image/jpeg, 59k
Titolo GRAPHIQUE 7.5. Croissance de la population et système démographique chinois, XVIIIe-XXe siècle
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-6.jpg
File image/jpeg, 84k
Titolo CARTE 7.1. Chine : taux de croissance de la population par région, 1776-1990
Legenda Sources : Liang Fangzhong (1980) : Yao et Yin (1994).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-7.jpg
File image/jpeg, 122k
Titolo GRAPHIQUE 7.6. Chine : croissance de la population et de la fécondité, 1950-1987
Legenda Sources : Coale et Chen (1987) : Yao et Yin (1994).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19740/img-8.jpg
File image/jpeg, 171k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search