Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population chinoise : mythes et réalités

 | 
James Z. Lee
, 
Wang Feng

Première partie. Mythes

Chapitre 2. Mythes malthusiens

Texte intégral

Ces obstacles à la population, qui agissent constamment, avec plus ou moins de force dans toutes les sociétés humaines, et qui y maintiennent le nombre des individus au niveau de leurs moyens de subsistance, peuvent être rangés sous deux chefs : l'obstacle préventif [...] [et] l’obstacle destructif.
Malthus, An Essay on the Principle of Population, 1826, p. 14 (trad. P. et G. Prévost, I, p. 75).

Dans tous les temps et dans toutes les situations où l’homme a vécu et vit encore, l’accroissement de la population est nécessairement limité par les moyens de subsistance. La population croît avec les moyens de subsistance, à moins de quelques obstacles particuliers et faciles à découvrir.
Malthus, An Essay on the Principle of Population, 1826, p. 315 (trad. P. et G. Prévost, I, p. 447-448).

L’héritage malthusien

  • 1 Même si cette idée n’émanait d’aucune façon de Malthus, sa formulation élégante du principe et l’i (...)

1Le paradigme malthusien comporte deux aspects. En premier lieu, selon Malthus, la croissance de la population est intrinsèquement circonscrite par des contraintes de ressources. À ce sujet, ses postulats fondamentaux, qu’il propagea largement dans la population, étaient doubles : primo, la croissance de la population est basée sur la nourriture ; et, secundo, une politique de la population est vitale pour le bien-être social1. Malthus fut donc responsable d’un changement de cap radical : il s’écarta de la politique courante favorisant l’augmentation de la population et s'orienta vers des politiques de contrôle de la population comparables à nos politiques contemporaines. Avant Malthus, les décideurs politiques établissaient une corrélation positive entre la puissance de l’État et la taille de la population, après Malthus, ils s’inquiétèrent plutôt de la corrélation négative entre la taille de la population et le niveau de vie.

  • 2 Malthus (1903/1992, p. 40; 1826/1986, p. 312; trad. P. et G. Prévost, I, p. 445). D’après Malthus, (...)

2En outre, Malthus voyait dans chaque société deux types d’obstacles susceptibles de restreindre la croissance de la population. Dans la première édition (1798) de son Essay on the Principle of Population, il insista sur le rôle de l’obstacle destructif dans la réduction de la taille de la population. Cet obstacle incluait toutes les forces qui diminuent la durée de la vie humaine et pouvait donc être classé sous la catégorie générale de la mortalité. Dans la deuxième édition et les éditions subséquentes, Malthus précisa le rôle du deuxième type d’obstacle, l’obstacle préventif, pour limiter la taille de la population. Cet obstacle incluait toutes les coutumes et institutions qui restreignaient la naissance des enfants et pouvait donc être classé sous la catégorie générale de la fécondité. Même si Malthus reconnaissait la grande variation des causes de la mortalité, il associait en dernière analyse l’efficacité de l’obstacle destructif aux économies de subsistance et aux crises de subsistance (1798/1992, p. 42-43 ; 1826/1986, p. 314-316 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 445-446). De la même manière, si pour Malthus l’obstacle préventif pouvait inclure des variations dans la fécondité, il se réalisait dans la majorité des cas par le mariage tardif, car « la passion entre les sexes » était plus ou moins semblable à toutes les époques et dans toutes les sociétés2.

  • 3 Inépuisable dans ces chapitres par l’abondance des détails ethnographiques et historiques sous for (...)
  • 4 À l’opposé de son traitement du monde non occidental, Malthus ordonna sa discussion du monde occid (...)
  • 5 Sans le dire explicitement, Malthus semble avoir organisé ces chapitres en fonction de sa compréhe (...)

3Malthus distinguait deux types de société humaine : occidental et non occidental. Après un examen exhaustif (en 25 chapitres dans la deuxième édition et les éditions subséquentes de son Essay) de l’interaction des contrôles de la population aux époques ancienne et moderne3, les sociétés occidentales, c’est-à-dire l’Europe moderne4, étaient caractérisées, selon lui, par l’obstacle préventif ; quant aux sociétés non occidentales et occidentales non modernes, elles étaient dominées par l’obstacle destructif5.

4En Occident, en d’autres mots, la rationalité individualiste avait forgé un système démographique social et économique qui produisait la prospérité. Le mariage était étroitement lié aux conditions économiques. Une augmentation des salaires donnait lieu à une augmentation des mariages, alors qu’une augmentation de la fécondité entraînait une diminution des salaires. Les individus changeaient leur comportement vis-à-vis du mariage en fonction de leur situation économique et de leurs attentes économiques. De tels obstacles préventifs permettaient d’éviter le surpeuplement et maintenaient des niveaux de vie élevés. Le résultat n’était pas seulement un régime démographique relativement homéostatique, mais aussi une économie plus prospère.

  • 6 Par exemple, les habitants de la Terre de Feu, que Malthus appelait « le stade le moins élevé de l (...)
  • 7 Par exemple, en Sibérie, « où le marché pour les grains est fort peu étendu et où le prix en est t (...)
  • 8 En Inde, par exemple, « le mariage est fort encouragé, et un héritier mâle est présenté comme une (...)

5L’absence d’un tel obstacle préventif condamnait toutes les autres sociétés à des niveaux plus ou moins rapprochés de la subsistance. Dans certaines sociétés, la créativité humaine était, à tout prendre, si primitive et la terre si stérile que la civilisation ne s’y développa tout simplement pas6. Dans d’autres sociétés plus évoluées, les marchés et les droits de propriété étaient presque inexistants ou bien la tyrannie était trop développée pour que le capital puisse s'accumuler et les niveaux de vie s’élever7. Même dans les entités politiques et les économies où une telle situation ne prévalait pas, les encouragements excessifs au mariage condamnaient la population à vivre au niveau de la simple subsistance8. Tout comme la présence de l’obstacle préventif dans l’Occident moderne protégeait et garantissait la prospérité, son absence dans l’Occident prémoderne et le reste du monde acculait à la pauvreté.

  • 9 Ainsi Malthus mit l’accent sur le paradoxe « que le plus riche et le plus florissant empire du mon (...)
  • 10 « Les encouragements extraordinaires donnés au mariage... ont poussé à diviser le produit immense (...)
  • 11 « L’effet de ces encouragements au mariage chez les riches conduit à la subdivision de la propriét (...)

6En conséquence, la Chine, l’une des sociétés humaines les plus riches, était aussi l’une des plus pauvres9. En dépit des avantages de la géographie naturelle, de l’industrie locale et d’un État patriarcal qui éleva la production et la productivité agricoles à des niveaux prodigieux, la prédominance du mariage universel et précoce condamna la plupart des gens à un niveau de subsistance qui forçait les pauvres à vivre dans un état de misère abjecte10. Cette tendance fut exacerbée par la coutume de l’héritage partagé, qui condamna même les riches après quelques générations11.

  • 12 « On ne paie le travail qu’autant qu’il faut pour qu’à la rigueur l’ouvrier puisse vivre... Le peu (...)
  • 13 « Malgré leur sobriété et leur industrie, le nombre prodigieux d’habitants qui vivent dans ce pays (...)
  • 14 « L’obstacle destructif qui dépend des maladies est sans doute considérable ; moins cependant qu’o (...)
  • 15 Le seul obstacle préventif reconnu en Chine était la pratique du célibat chez les moines bouddhist (...)

7La population, en d’autres mots, conduisit inexorablement les Chinois vers le bas, à la pauvreté et à la misère. Le niveau de vie chinois était caractérisé par des salaires bas et une alimentation déficiente12. La misère extrême encourageait la pratique commune de l’infanticide, qui à son tour encourageait le mariage13. Si, pour Malthus, cette pauvreté n’était pas associée aux épidémies fréquentes, la famine, en dépit du système de bien-être impérial, était commune14. Les processus de la population chinoise, concluait-il, étaient dominés de manière incontournable par l’obstacle destructif plutôt que par l’obstacle préventif15. Assurément, il voyait les famines comme « les plus puissants de tous les obstacles destructifs de la population chinoise » (1826/1986, p. 135 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 8).

  • 16 Goody (1966) examine en détail ce mythe beaucoup plus large de la supériorité de l’Occident sur l’ (...)

8Malthus, en d’autres mots, fut un des premiers théoriciens sociaux à comparer la société occidentale moderne aux sociétés non occidentales et non modernes et à lier l’écart des richesses à des processus spécifiques de population16. Sa conclusion voulant que le comportement démographique occidental fût un produit du mariage tardif qui, à son tour, était un produit de l’individualisme occidental et de la rationalité occidentale, eut une puissante influence non seulement sur les théoriciens sociaux occidentaux, mais aussi chinois. Au cours des deux derniers siècles, plusieurs savants, constatant que la taille de la population mondiale et l’écart entre les richesses et la pauvreté s’accroissait de manière corrélative, donnèrent une nouvelle ampleur au paradigme malthusien et le rendirent plus attrayant. En Occident, ce développement est devenu un important filon du libéralisme économique et du particularisme culturel. En Chine, il est devenu la base d’une importante politique d’Etat et fait présentement partie de l’idéologie d’État.

Mythes occidentaux

9Plusieurs théoriciens sociaux occidentaux bien connus, surtout anglais, ont insisté sur les origines historiques et les implications sociales du paradigme de Malthus pour expliquer non seulement les processus de la population occidentale, mais aussi la propension occidentale à l’appropriation, à la mobilité sociale, et même à l’individualisme.

  • 17 Ansley Coale (1973) a très récemment reformulé cette prémisse malthusienne. Selon Coale, il y a tr (...)
  • 18 Les efforts pour établir des approches alternatives à ces modèles de prise de décision individuell (...)
  • 19 Néanmoins, en dépit de décennies de recherches empiriques dans une telle perspective individualist (...)

10Les démographes, en particulier, ont tablé sur l’importance du choix individuel comme l’une des préconditions les plus importantes de la transition démographique. Cette idée, à n’en pas douter, est dérivée de la formulation malthusienne de l’obstacle préventif17. Comme les individus ont la liberté et la capacité de prendre des décisions au sujet du mariage, ils utilisent cette responsabilité de manière rationnelle, parfaitement conscients des coûts et des conséquences de leurs actes et sont à même d’évaluer les coûts et les bénéfices en comparaison de solutions de rechange. L’application de ce calcul à la naissance des enfants est au cœur du déclin de la fécondité. Cette formulation est vraie non seulement en ce qui concerne le modèle économique théorique d’analyse de la fécondité de Gary Becker (1960), mais aussi les modèles théoriques et analytiques les plus courants du comportement de la fécondité dans les pays en voie de développement (Bulatao et Lee, 1983)18. L’idéologie de « la prise de décision individuelle » a donc dominé les explications académiques occidentales à propos des facteurs déterminants du déclin de la fécondité19.

  • 20 Cependant, dans un article important sur le Bangladesh, Mead Cain (1992) a aussi mis en lumière co (...)

11Certains anthropologues, s’opposant partiellement à cet intérêt des démographes pour l’individualisme, ont suggéré qu’une telle prise de décision exigeait également l’adoption des structures et comportements sociaux des Occidentaux. Ils ont notamment indiqué que, dans plusieurs pays en voie de développement, les parents hésitent à restreindre leur fécondité en raison du revenu que les enfants leur procurent. Selon cette théorie, développée par John Caldwell (1976), les parents commencent à restreindre leur fécondité seulement au moment où le flux d’enrichissement change de direction, c'est-à-dire des parents aux enfants : cette révolution sociale est souvent associée au remplacement des grands ménages aux familles multiples par des familles nucléaires20.

  • 21 Le modèle de Hajnal a été très influent. Schofield (1989) en fournit une reformulation élégante et (...)

12Selon la théorie plus élaborée de John Hajnal, le système du mariage tardif, reconnu par Malthus comme un obstacle préventif, faisait assurément partie d’un système familial occidental caractérisé par les trois traits suivants : le service basé sur les cycles de la vie, le mariage tardif et la formation ou l’héritage d’un ménage indépendant lors du mariage. Dans deux articles magistraux, Hajnal (1965 ; 1982) démontra que le mariage tardif était représentatif d’une grande partie de l’Europe occidentale et un produit de son système familial. Il opposa ce système occidental, caractérisé par le service basé sur les cycles de la vie, le mariage tardif et la résidence indépendante, au système non occidental caractérisé par le travail familial, le mariage précoce et universel et la résidence virilocale, souvent conjointe. Si le système occidental était caractéristique de l’Angleterre, le système non occidental l’était, lui, de l’Inde et de la Chine21.

  • 22 L’expression « révolution malthusienne » appartient à Macfarlane (1986), qui consacre un quart de (...)

13D’autres théoriciens sociaux, inspirés au moins en partie par la formulation de Hajnal, ont suivi la trace du système de famille occidental jusqu’au XIIe siècle. Pour eux, le paradigme malthusien facilitait en même temps la montée du mercantilisme et du capitalisme occidentaux et renforçait le développement de la prise de décision « égocentrique », individualiste, qui est l’élément central de la société et des mœurs occidentales. Suivant cette logique, mise de l’avant le plus souvent par Alan Macfarlane (1978 ; 1986 ; 1987), la règle incontournable unique de la « révolution malthusienne » était la suivante : le couple nouvellement marié devait être indépendant au moment du mariage22. Le but principal du mariage était de satisfaire les besoins psychologiques, sexuels et sociaux des individus en question. Les enfants étaient une conséquence, non une raison du mariage. Le mariage était donc basé sur un compromis entre des nécessités économiques, d’une part, et des pressions psychologiques et biologiques, d’autre part, il était avant tout un choix et, en dernière analyse, une question de satisfaction individuelle. La décision de se marier devait tenir compte des coûts et des bénéfices évalués en regard de solutions de rechange. Malthus, selon Macfarlane, préconisa délibérément un système conjugal et familial qui était le corollaire du soi-disant capitalisme de marché contemporain. Là où fleurit le capitalisme, fleurit aussi le mariage tardif et la culture du choix individuel (1986, p. 322-323).

  • 23 Voir Demeny (1986) pour une opinion contraire.

14Cette dernière idée a exercé une telle influence que certains décideurs politiques ont même inversé cette équation néomalthusienne et préconisé une théorie où l’économie de marché est nécessaire à la prise de décision démographique individualiste. On n’a pas à se surprendre si cette approche a été particulièrement populaire aux États-Unis (Finkle, 1985). Renversant leur position initiale sur le contrôle de la population lors de la première Conférence sur la population mondiale, tenue à Bucarest en 1974, les États-Unis promurent vigoureusement l’idée que « l’économie de marché est le meilleur contraceptif » à la Conférence de 1984 sur la population mondiale à Mexico. L’argument voulant qu’un système de marché « libre » favorise simultanément la croissance économique et la culture de la prise de décision individuelle a persisté au point de devenir la théorie socioéconomique dominante23. Seul un tel système économique inciterait les individus à assumer leur responsabilité de reproduction et à prendre en considération les coûts et les bénéfices d’avoir des enfants.

Mythes chinois

  • 24 « [Vers 1800] après que la population chinoise eut atteint 400 millions, les opportunités globales (...)

15Tout comme les savants occidentaux développèrent une variété de mythes néomalthusiens basés sur le paradigme malthusien originel, les savants chinois ont perpétué le mythe malthusien de la Chine comme terre de famine et de pauvreté. L’ouvrage monumental sur l’histoire de la population chinoise de 1400 à 1950 par Ho Ping-ti illustre la mesure de l’influence de Malthus. Même si Ho fit des contributions nombreuses et importantes à notre compréhension des données et des circonstances de l’augmentation de la population chinoise de 80 000 000 de personnes vers 1400 à 530 000 000 vers 1950, pour lui, la Chine n’en fut pas moins prise dans le piège malthusien qui commença à se refermer au début du XIXe siècle24. Si la périodisation et les processus d’une telle surpopulation varièrent, on le reconnaît aujourd’hui, selon les régions, la conception d’un modèle « national » n’a pas moins perduré pendant près d’un demi-siècle.

  • 25 La seule exception significative à la domination des études maoïstes en Chine vers 1950-1975. Cell (...)
  • 26 Voir Ho (1959), G. Skinner (1964 ; 1965a ; 1965b ; 1977 ; 1985), Perkins (1969), Elvin (1953), Mye (...)

16Les savants chinois ont longtemps été fascinés par les implications malthusiennes de la croissance soutenue de la population à partir du XVIe siècle environ. Nos efforts pour comprendre les processus macroéconomiques de l’histoire chinoise récente sont lourdement conditionnés par cette augmentation de la population25. La démographie de la population joua un rôle décisif aussi bien en amplifiant qu’en restreignant le développement économique chinois. Sur ce ce point, il y a consensus26. D’une part, la croissance et la densité de la population conduisirent initialement à la production intensive, à la commercialisation élevée et à une plus grande urbanisation au XVIIIe siècle ; d’autre part, la croissance soutenue de la population aboutit par la suite à la baisse inévitable de la production par tête d’habitant. De cette réduction subséquente résulta la misère aux XIXe et XXe siècles. Le processus était boserupien dans son mouvement ascendant et malthusien dans son mouvement descendant (Boserup, 1965/1996 et R. Lee, 1987).

  • 27 Chao (1986) et P. Huang (1990) sont les exemples les plus représentatifs de cette manière de pense (...)
  • 28 Elvin (1973) fut le premier à faire ressortir les implications économiques du faible coût de la ma (...)
  • 29 Le changement de la population a aussi été reconnu par certains comme un facteur déterminant dans (...)

17Plusieurs savants ont cherché à expliquer plus en profondeur les caractéristiques spécifiques de l’appauvrissement chinois. Selon leur description, les ciseaux malthusiens avaient deux tranchants : d'abord, la fécondité excessive, due au mariage universel et au désir primitif d’avoir plusieurs enfants, surtout des fils27 ; puis, les salaires bas, dus à la surabondance de la main-d’œuvre28. Le résultat fut appelé par certains « croissance quantitative et stagnation technologique » (Elvin, 1973 et Chao, 1986) et par d’autres « croissance sans développement » (P. Huang, 1990). En termes simples, l’excès de main-d’œuvre paralysa le développement d’une technologie qui pouvait se passer de main-d’œuvre, base même de la croissance économique moderne en Occident29. La régression agricole et le déclin de la productivité par habitant s’ensuivirent. À mesure que les ciseaux malthusiens se refermèrent, l’appauvrissement et la mortalité s’accrurent.

  • 30 L’historien économique et le critique social bien connu Richard Tawney, par exemple, observa, aprè (...)
  • 31 Par exemple, selon P. Huang « le changement démographique de la Chine était mené par les alternanc (...)
  • 32 Alors que Ho (1959, p. 270-278) pourrait être l’exemple classique de telles vues, elles ont été ré (...)

18En outre, pour ces savants, l’obstacle destructif, à savoir la mortalité, était seul capable de garder l’équilibre de la population et des ressources en Chine à long et à court terme. Leur logique est identique à celle de Malthus : l’assignation des ressources à l’intérieur du système de la famille étendue protégea l’âge du mariage, non seulement contre les effets des fluctuations à court terme, mais également contre les effets à long terme dus à la pression croissante sur les ressources30. De la même manière, si le désir d’une grande famille empêcha les couples de retarder les naissances en réponse à des fluctuations à court terme, il les empêcha aussi de réduire la taille de la famille en réponse à des circonstances économiques de plus en plus défavorables à long terme. Ainsi, à mesure que la pression de la population croissait, seule la mortalité fluctuait et ce, en ayant des conséquences désastreuses31. L’exemple le plus communément cité est la crise qui eut lieu en Chine de la fin du XVIIIe à la fin du XIXe siècle, telle que perçue par Malthus32.

  • 33 Dans un essai très bref, Hong Liangji (1746-1809) fit une remarque ressemblant beaucoup à la formu (...)
  • 34 Voir Chen Pi-chao et Kols (1982) et Lavely et Freedman (1990) sur les premiers développements du p (...)

19Cependant, l’interprétation malthusienne de l’histoire chinoise n’est devenue populaire en Chine que récemment. Même si certains observateurs chinois exprimèrent leurs inquiétudes malthusiennes dès le début du XIXe siècle, elles furent en grande partie rejetées, surtout en raison de la croissance soutenue de la Chine33. C’est seulement peu avant 1960 que le gouvernement encouragea la planification familiale dans la Chine urbaine34 et seulement vers la fin des années 1970 qu’une politique gouvernementale musclée du contrôle de la population fut formulée et mise en œuvre. La motivation première de Mao Zedong et de son successeur immédiat, Hua Guofeng, était basée sur la perspective qu’en l’absence de planification familiale, la population allait doubler de 500 000 000 de personnes à près de 1 000 000 000 à partir de 1950 et redoubler de nouveau les décennies suivantes. Le programme fut renforcé sous Deng Xiaoping par le désir prioritaire d’élever le niveau de vie des individus aussi rapidement que possible jusqu’à ceux des autres puissances du monde.

  • 35 Étant donné l’objectif du revenu, des « groupes de recherche » produisirent une variété d’études d (...)
  • 36 Étant arrivés à une population cible de 1,2 milliard pour l’an 2000, les groupes de recherche calc (...)
  • 37 Voir le chapitre 8, en particulier les notes 20 et 21, pour des exemples du caractère traditionnel (...)
  • 38 Banister (1987) et Aird (1990) étayent cette résistance avec certains détails.

20Les objectifs chinois de limiter la population à 1 000 000 000 ou 1 300 000 000 de personnes en l’an 2000 provenaient d’une politique cible explicite de quadrupler le niveau de vie chinois à 800 $ par personne en 200035. Le résultat a été la création et la mise en œuvre de l’une des politiques de planification familiale les plus draconiennes de l’histoire du monde36. Si ce programme a connu un succès remarquable dans l’abaissement de la fécondité, il a également légitimé différentes mesures extrêmes de planification des naissances en invoquant le besoin d’élever le développement et les niveaux de vie de la Chine. L’escalade des inquiétudes malthusiennes pressantes a fait du contrôle de la population, ainsi que de la réforme économique, l’une des deux plus importantes politiques d’État officielles. Alors qu'antérieurement, les familles adaptaient leur propre comportement démographique aux réalités économiques en dépit des politiques natalistes du gouvernement37, le gouvernement présent impose la planification familiale malgré une certaine résistance individuelle de la famille38.

21Les chefs de la Chine, en d’autres mots, ont lancé le plus vaste programme de planification familiale du XXe siècle sur la base aléatoire d’une théorie sociale du XIXe siècle. La politique du gouvernement semble avoir embrassé le paradigme malthusien sans avoir effectué un examen soigné de ses conséquences. On a tenu pour acquis que la pauvreté de la Chine est en grande partie le produit de sa surpopulation. Cette explication a été acceptée en l’absence de toute recherche sociale scientifique sérieuse. En dépit du développement subséquent des études démographiques en Chine et de notre meilleure connaissance de ses processus de population de ce pays, la théorie malthusienne ou néomalthusienne continue de fournir virtuellement la seule justification et la seule motivation pour ce programme de planification familiale sans précédent dans l’histoire.

22Si l’on tient compte de ces antécédents, le déclin de la fécondité en Chine semble être pour beaucoup le produit d’une politique d’État autocratique, et non pas d’une prise de décision individuelle rationnelle. L'existence d’une telle politique et l'absence de l’individualisme occidental ont mené à considérer la transition démographique de la Chine comme le résultat de l’intervention du gouvernement et comme un programme de planification familiale coercitif dépourvu d’initiative et de rationalité individuelles, en violation des droits individuels de la personne (Aird, 1990). Par ailleurs, si l’augmentation récente de la croissance économique est attribuée à une intrusion de l’économie globale, avec comme corollaires le transfert technologique et le flux du capital, le crédit pour le succès du programme de planification familiale est, lui, attribué dans une large mesure à l’héritage autocratique de l'État chinois. À l’intérieur de la Chine, toute hésitation à contrôler les naissances a été étiquetée comme étant « féodale », antimoderne et irrationnelle. La transition démographique chinoise, en d’autres mots, a été traitée en grande partie comme hors norme et non répétable.

  • 39 Voir aussi les ouvrages de vulgarisation bien connus d’Ehrlichs (1968/1971 ; 1990).
  • 40 Des critiques de Brown invoquent le fait qu’au cours des deux dernières décennies, la production c (...)

23De telles attitudes expliquent peut-être pourquoi la presse populaire continue de mettre en garde contre les conséquences malthusiennes de l’immense population chinoise. En dépit des progrès économiques accélérés et du déclin rapide de la fécondité des dernières décennies, la Chine continue d’être considérée comme une bombe à retardement malthusienne. Lester Brown (1985) est l’un des chercheurs les plus récents à nous alerter sur les périls de la surpopulation de la Chine39. Sa nouvelle approche, cependant, ne porte pas sur le péril de la pauvreté chinoise, mais sur les dangers de la prospérité chinoise. D’après Brown, si la Chine perpétue les mêmes modèles de demandes croissantes de denrées alimentaires et de territoire cultivé décroissant, comme c’est le cas pour ses voisins asiatiques, le Japon, la Corée et Taiwan, elle fera face vers l’an 2030 à un manque de grain de l’ordre de 36 000 000 de tonnes, soit près du double des exportations céréalières mondiales courantes (ibid., p. 97). L'augmentation du niveau de vie chinois, selon cette théorie, pourrait résulter en un manque de denrées alimentaires inimaginable à l’échelle de toute la planète. Même si ces allégations semblent, à l’examen, erronées et gonflées40, elles ont éveillé un nouvel intérêt pour le paradigme malthusien et une crainte de la surpopulation chinoise.

24Comparables sont les craintes malthusiennes alarmistes des environnementalistes : selon eux, la Chine manquera bientôt d’énergie, de terre, d’eau et même d’air ; en outre, la Chine, vu son territoire et sa population immenses, serait déjà responsable d’une grande partie de la pollution et de l’érosion environnementales mondiales. Ceci, bien sûr, est loin d’être vrai du point de vue de la pollution par habitant, car les taux de pollution et d’érosion environnementales occidentaux, surtout américains, sont facilement plus, parfois beaucoup plus, élevés (Press et Siever, 1994). Néanmoins, l’économie croissante de la Chine, allant de pair avec le taux de pollution par habitant à la hausse, semble promettre une dégradation et une destruction environnementales encore plus étendues, transformant la « bonne terre » en « mauvaise terre » (Smil, 1984 ; 1993).

25En dépit de la hausse rapide de l’affluence chinoise et de l’accroissement rapide de notre connaissance de la Chine, celle du passé et celle du présent, la mythologie malthusienne de la population de la Chine persiste et grandit même. La connaissance courante de la hausse des niveaux de vie chinois et du déclin de la fécondité chinoise indique qu’ils peuvent conséquemment coexister sans aucune contradiction apparente avec des impressions populaires de la pauvreté et de la surpopulation chinoises. En raison de l’isolement et du caractère récent de nos connaissances sur la démographie et l’économie de la Chine, notre conception courante de sa population — aussi bien les relations entre sa population et son économie que les mentalités et les mécanismes démographiques sous-jacents — ne se distingue pas beaucoup de celle qu’on trouve dans les écrits de Malthus.

  • 41 Le mythe faisant de la Chine un chef de file de la piraterie intellectuelle et de l’immigration il (...)

26Cette persistance et ce développement des mythes occidentaux par rapport à la Chine sont vrais, bien sûr, non seulement pour la question de la population, mais tout aussi bien pour un large éventail de comportements chinois. Nous sommes face au même paradoxe. Si notre connaissance empirique de la Chine a beaucoup augmenté au cours des dernières années, il en a été de même pour notre mythologie de la Chine. Fomentée par une combinaison malheureuse de sensationnalisme médiatique, par l’opportunisme politique et par l’ignorance populaire, et encouragée par un héritage ethnocentrique, la mythologie de la Chine comme « autre » prédomine et assujettit la pensée rationnelle41. Le résultat est le dogme et la démagogie des deux côtés du Pacifique.

27Dans la deuxième partie, nous résumons les réalités passées et présentes du comportement de la population chinoise, en concentrant notre attention sur quatre traits distinctifs : la mortalité élevée basée sur la différence sexuelle, la nuptialité élevée basée sur la différence sexuelle, la fécondité conjugale faible, et les taux élevés d’adoption. Nous commençons, cependant, par le mythe le plus persistant peut-être de tous les mythes de la population chinoise, à savoir que la Chine est caractérisée par une simple économie de subsistance et qu’elle est une terre de famine et de pauvreté.

Notes

1 Même si cette idée n’émanait d’aucune façon de Malthus, sa formulation élégante du principe et l’insistance sur son importance dans cinq éditions successives et dans d’autres essais créa un paradigme dont l’héritage s’est avéré remarquablement durable (Overbeek, 1974).

2 Malthus (1903/1992, p. 40; 1826/1986, p. 312; trad. P. et G. Prévost, I, p. 445). D’après Malthus, la passion entre les sexes était élevée et constante et la contrainte sexuelle à l’intérieur du mariage impossible. Il reconnaissait cependant d’autres types d’obstacle préventif, incluant des formes de stérilité non voulues découlant, par exemple, du contact avec des prostituées et la sous-fécondité résultant de la sous-alimentation. En dernière analyse, il reconnaissait bien l’existence de moyens d’empêcher la conception, mais il les croyait immoraux et inhabituels, impliquant des actes sexuels soi-disant non naturels ou bien l’usage de dispositifs contraceptifs.

3 Inépuisable dans ces chapitres par l’abondance des détails ethnographiques et historiques sous forme de citation des sources, Malthus se refuse cependant à classifier les comportements spécifiques comme destructifs ou préventifs.

4 À l’opposé de son traitement du monde non occidental, Malthus ordonna sa discussion du monde occidental en suivant un cadre géographique bien précis, commençant, dans le sens des aiguilles d’une montre, par la Norvège puis passant à la Suède, la Russie, l’Europe centrale, la Suisse, la France et l’Angleterre, pour conclure avec l’Ecosse et l’Irlande.

5 Sans le dire explicitement, Malthus semble avoir organisé ces chapitres en fonction de sa compréhension des civilisations, des plus primitives aux plus évoluées, commençant avec la Terre de Feu et concluant avec le monde grec et romain. Dans l’entre-deux, il aborde les Indiens d’Amérique, les îles des mers du Sud, les anciens habitants de l’Europe du Nord, les nations pastorales modernes, l’Afrique, la Sibérie, les Territoires turcs et la Perse, l’Hindoustan, l’Inde et le Tibet, la Chine et le Japon. Malthus concluait ainsi : « Il me semble assez clairement que dans l’Europe moderne, les obstacles destructifs ont moins de force pour arrêter la population, et qu’au contraire les obstacles préventifs ont plus de force qu’ils n’en avaient autrefois dans cette partie du monde, ou qu’ils n’en ont jamais eu chez les peuples qui ont fait moins de progrès dans la civilisation dans le passé et dans les parties les moins civilisées » (1803/1992, p. 43 ; 1826/1986, p. 315 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 448).

6 Par exemple, les habitants de la Terre de Feu, que Malthus appelait « le stade le moins élevé de la société humaine », « sont réduits à de tels moyens de subsistance, où la nourriture animale et végétale est si rare, et où le travail nécessaire pour l’obtenir est si pénible, qu’il est évident que la population doit être faible et éparse » (1826/1986, p. 24 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 87).

7 Par exemple, en Sibérie, « où le marché pour les grains est fort peu étendu et où le prix en est très bas, le cultivateur est toujours pauvre. Quoiqu’il soit en état de pourvoir aisément à la nourriture de sa famille, il ne peut point réaliser un capital, pour le partager entre ses enfants et leur fournir ainsi le moyen d’entreprendre de nouvelles cultures » (ibid., p. 106 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 193). Et en Turquie, « la tyrannie, la faiblesse, les mauvaises lois, l’administration plus mauvaise encore, l’incertitude de la propriété qui en est la suite, opposent à l’agriculture de tels obstacles, que ses produits diminuent d’année en année [...] La taxe générale des terres qui se paye au sultan est en soi fort modérée ; mais par une suite d’abus inhérents au gouvernement turc, les pachas et leurs agents ont trouvé le moyen de rendre cette taxe ruineuse [...] À ces moyens d’oppression permanents, s’ajoute une multitude d’extorsions d’une autre nature [...] L’effet de ces déprédations est [que] [...] les paysans n’ont pour toute nourriture, qu’une petite galette d’orge ou de doura, des oignons, des lentilles et de l’eau » (ibid., p. 110-111 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 198-199).

8 En Inde, par exemple, « le mariage est fort encouragé, et un héritier mâle est présenté comme une acquisition de la plus haute importance... [La tendance fut] de favoriser les mariages précoces, et l’engagement à prendre femme pour tout homme même s’il avait la plus faible capacité de pouvoir soutenir une famille. L’effet de ces dispositions fut naturellement de réduire les classes inférieures à la plus extrême indigence, et de les accoutumer à se contenter de la nourriture la plus frugale et la moins abondante. Cette frugalité s’accrut et se répandit jusque dans les classes supérieures, par l’opinion qui la mit aux rangs des plus éminentes vertus. C’est ainsi que la population pressa la limite des subsistances, et que les aliments que tout ce pays pouvait produire vinrent insensiblement à être distribués à la majeure partie du peuple en portions aussi petites que put permettre le besoin d’être nourri. Dans cet état de choses, une mauvaise récolte ne peut manquer d’être fortement sentie. Aussi de tout temps, l’Inde a-t-elle été, comme on devait s’y attendre, sujette aux plus affreuses famines » (ibid., p. 116 et 119 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 204-205 et 209).

9 Ainsi Malthus mit l’accent sur le paradoxe « que le plus riche et le plus florissant empire du monde est, avec cela, dans un sens, le plus pauvre et le plus misérable de tous » (ibid., p. 130 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 222).

10 « Les encouragements extraordinaires donnés au mariage... ont poussé à diviser le produit immense de ce vaste empire en portions très petites. Et il en résulta que la Chine est devenue peut-être plus populeuse, par rapport à ses moyens de subsistance, que ne l’est aucun autre pays du monde » (ibid., p. 128 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 220 ; voir aussi ibid., p. 126 et 130 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 216-217 et 222).

11 « L’effet de ces encouragements au mariage chez les riches conduit à la subdivision de la propriété, ce qui contribue beaucoup en soi à encourager la natalité. Il y a moins d’inégalité en Chine entre les fortunes qu’entre les rangs. La propriété y est divisée en parts peu considérables, à la suite de la répartition égale que les pères ont faite à leurs fils. Il est très rare qu’un seul fils hérite de toute la fortune de son père. Et l’usage si général de se marier de bonne heure rend aussi fort rares les successions collatérales. L’action constante de ces causes tend à niveler les fortunes, en sorte qu’il y a bien peu de personnes qui puissent vivre sans travail. C’est une maxime des Chinois, que les fortunes durent rarement jusqu’à la troisième génération » (ibid., p. 129-130 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 221).

12 « On ne paie le travail qu’autant qu’il faut pour qu’à la rigueur l’ouvrier puisse vivre... Le peuple est réduit à la nourriture végétale, et peut très rarement manger de la viande » (ibid., p. 130 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 221).

13 « Malgré leur sobriété et leur industrie, le nombre prodigieux d’habitants qui vivent dans ce pays est aussi la raison pour laquelle plusieurs périssent de misère. Il y a des pauvres qui, ne pouvant pourvoir aux besoins de leurs enfants, les exposent dans les rues » (ibid. ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 222). Malthus conclut : « Quant à ceux qu’on expose, il est difficile d’en déterminer le nombre, même par simple conjecture ; mais d’après les auteurs chinois eux-mêmes, cette pratique est très commune » (ibid., p. 134 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 226). Malthus croyait, semble-t-il, que l’infanticide opérait comme un obstacle destructif et comme un incitatif au mariage. « La permission de les exposer tend à faciliter le mariage, et produit ainsi un accroissement de la population. La perspective de cette dernière ressource diminue la crainte de se mettre en ménage » (ibid., p. 129 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 220-221).

14 « L’obstacle destructif qui dépend des maladies est sans doute considérable ; moins cependant qu’on aurait pu s’y attendre » (ibid., p. 133 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 225). À l’opposé, « dans les temps de disette qui ne sont pas ici trop rares, des millions d’âmes périssent par la faim... Tous les écrivains s’accordent à dire que les disettes sont fréquentes en Chine » (ibid., p. 131-132 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 222-225). Malthus cite également un jésuite qui écrit à un membre de l'Académie royale des sciences : « Une autre chose que vous aurez de la peine à croire, c’est que les disettes sont fréquentes en Chine [...] Si la famine ne venait pas de temps en temps diminuer la population, il serait impossible que ce pays fût tranquille » (ibid., p. 135-136 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 229).

15 Le seul obstacle préventif reconnu en Chine était la pratique du célibat chez les moines bouddhistes (ibid., p. 132 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 224). Pour Malthus, l’obstacle préventif prédominait en fait dans au moins une province contemporaine de la Chine — le Tibet (ibid., p. 122-123 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 212-213). Bien sûr, le Tibet faisait clairement partie, selon lui, de l’Asie du Sud, non de l’Asie de l’Est.

16 Goody (1966) examine en détail ce mythe beaucoup plus large de la supériorité de l’Occident sur l’Orient et, en particulier, la contribution de Malthus (p. 190-191). S’il consacre un sixième de son texte à une discussion de la perpétuation de ce mythe par la théorie malthusienne, il ne semble cependant pas accorder une grande importance à la contribution particulière de Malthus à cette sorte de théorie sociale ethnocentrique.

17 Ansley Coale (1973) a très récemment reformulé cette prémisse malthusienne. Selon Coale, il y a trois pré-conditions au déclin de la fécondité : il doit se situer à l’intérieur du calcul d’un choix conscient, il doit être bénéfique, et la technologie doit être disponible (p. 65).

18 Les efforts pour établir des approches alternatives à ces modèles de prise de décision individuelle incluent McNicoll (1984 ; 1992), Greenhalgh (1995) et Mason (1997).

19 Néanmoins, en dépit de décennies de recherches empiriques dans une telle perspective individualiste, certains démographes demeurent insatisfaits de l’utilité de telles recherches pour les pays en voie de développement (McNicoll, 1992 ; Greenhalgh, 1995,1996 et Mason, 1997).

20 Cependant, dans un article important sur le Bangladesh, Mead Cain (1992) a aussi mis en lumière comment, dans certaines populations rurales, l'apparition de la famille nucléaire et la perte subséquente de la main-d’œuvre familiale provenant d’autres parents peuvent aussi servir d’incitatifs à la croissance de la population. Voir Schultz (1983).

21 Le modèle de Hajnal a été très influent. Schofield (1989) en fournit une reformulation élégante et succincte. Voir le numéro du Journal of Family History sur le symposium de 1987 pour un compte rendu du modèle de Hajnal et Goody (1996) pour une critique récente.

22 L’expression « révolution malthusienne » appartient à Macfarlane (1986), qui consacre un quart de son ouvrage à une discussion du système de mariage malthusien.

23 Voir Demeny (1986) pour une opinion contraire.

24 « [Vers 1800] après que la population chinoise eut atteint 400 millions, les opportunités globales pour un emploi rémunérateur dans la nation commencèrent à décliner de manière draconienne en même temps qu’on assistait à une augmentation continue de la population et à une stagnation de la technologie. Au moment où la marge au-dessus de la subsistance la plus élémentaire s’abaissa en deçà de son niveau traditionnel et coutumier, l’effet de la propriété terrienne sur les segments marginaux de la population augmenta d’une manière disproportionnée » (Ho, 1959, p. 226).

25 La seule exception significative à la domination des études maoïstes en Chine vers 1950-1975. Celles-ci mirent l’accent sur la lutte des classes et ignorèrent pratiquement la croissance de la population. Au cours des vingt-cinq dernières années, cependant, même les historiens chinois ont de plus en plus mis en évidence l’importance des contraintes démographiques. Voir Li Bozhong (1996c ; 1998) pour une étude détaillée de la récente insistance chinoise sur la « pression de la population » et sur sa ressemblance avec les études occidentales.

26 Voir Ho (1959), G. Skinner (1964 ; 1965a ; 1965b ; 1977 ; 1985), Perkins (1969), Elvin (1953), Myers (1980), P. Huang (1985 ; 1990), Chao (1986) et Liu Ts’uijung (1986).

27 Chao (1986) et P. Huang (1990) sont les exemples les plus représentatifs de cette manière de penser.

28 Elvin (1973) fut le premier à faire ressortir les implications économiques du faible coût de la main-d’œuvre. Les efforts les plus rigoureux pour documenter les coûts de la main-d’œuvre sont de Chao (1986 ; 1990).

29 Le changement de la population a aussi été reconnu par certains comme un facteur déterminant dans la formation des processus sociaux et politiques chinois, du moins dans le passé (P. Huang, 1990). Les cycles dynastiques coïncidèrent avec l’augmentation et la diminution de la population (G. Skinner, 1977).

30 L’historien économique et le critique social bien connu Richard Tawney, par exemple, observa, après une année en Chine que : « La coutume et la doctrine chinoises accordèrent une valeur prioritaire à la croissance de la population, qui apparaît à des yeux occidentaux non naturelle et artificielle. Le sentiment, rendu sacré par des traditions immémoriales, fait un devoir de laisser des fils, et le communautarisme de la famille patriarcale dissocie la productivité des enfants de la responsabilité de les soutenir. En conséquence, les contraintes agissent avec moins de force qu’ailleurs et la population, au lieu d’être contrôlée par le resserrement graduel de la pression économique sur les individus, se précipite aveuglément vers l’avant, jusqu’à ce que des communautés entières s’engouffrent dans le précipice » (1932, p. 104). Voir Chao (1986), cité dans le Chapitre 5, note 9, pour une formulation plus récente de cette idée.

31 Par exemple, selon P. Huang « le changement démographique de la Chine était mené par les alternances du taux de mortalité, et non par les taux de fécondité, comme dans l’Europe moderne naissante » (1990, p. 329).

32 Alors que Ho (1959, p. 270-278) pourrait être l’exemple classique de telles vues, elles ont été récemment revigorées par la réévaluation des taux de mortalité chinoise par Harrell (1995, p. 6-9 et 14). Les conclusions de Harrell sont, cependant, basées uniquement sur des reconstructions rétrospectives très restreintes de populations chinoises spécifiques des XVIIIe et XIXe siècles par des généalogistes chinois à la toute fin du XIXe et au XXe siècle.

33 Dans un essai très bref, Hong Liangji (1746-1809) fit une remarque ressemblant beaucoup à la formulation de l’obstacle destructif par Malthus, sans cependant aucune mention de l’obstacle préventif et sans la documentation exhaustive et l’argumentation développée de Malthus (Ho, 1959). Plus récemment, Ma Yinchu (1882-1982), l’ex-président de l’Université de Pékin, plaida fortement pour le contrôle de la population en 1958. Mao, cependant, traita Ma de malthusien et le démit de son poste. Il fut seulement réhabilité à la fin des années 1970.
La réfutation de Hong Liangji par Bao Shichen (1775-1855) est typique : « La terre de la Chine est suffisante pour supporter la population de tout le pays. Plus de gens signifie plus de main-d’œuvre ; et la main-d’œuvre est la base de la richesse, non la cause de la pauvreté » (Anwu sizhong, 26.2b).

34 Voir Chen Pi-chao et Kols (1982) et Lavely et Freedman (1990) sur les premiers développements du programme de planning familial du gouvernement chinois.

35 Étant donné l’objectif du revenu, des « groupes de recherche » produisirent une variété d’études d’optimisation basées sur les taux de croissance économique des années 1970 ; 1,2 milliard était le compromis. Des évaluations extrêmes prétendirent que la population optimale de la Chine était de 600 à 700 millions d’individus (Song, Tuan et Yu, 1985).

36 Étant arrivés à une population cible de 1,2 milliard pour l’an 2000, les groupes de recherche calculèrent que chaque couple ne pouvait avoir plus de deux enfants. Ils formulèrent la politique d’un enfant par couple sur le postulat qu’il s’agissait d’une cible et non d'un objectif immédiat (ibid.).

37 Voir le chapitre 8, en particulier les notes 20 et 21, pour des exemples du caractère traditionnel de cette politique.

38 Banister (1987) et Aird (1990) étayent cette résistance avec certains détails.

39 Voir aussi les ouvrages de vulgarisation bien connus d’Ehrlichs (1968/1971 ; 1990).

40 Des critiques de Brown invoquent le fait qu’au cours des deux dernières décennies, la production céréalière de la Chine a augmenté deux fois plus rapidement que le taux de croissance de la population. En outre, dans ses calculs, Brown semble utiliser des données non représentatives et même erronées. Voir Smil (1995) et Alexandratos (1996) pour des discussions plus équilibrées.

41 Le mythe faisant de la Chine un chef de file de la piraterie intellectuelle et de l’immigration illégale est un exemple. Les lois sur la propriété intellectuelle sont toutes récentes en Chine et beaucoup reste à faire (Alford, 1995). Cependant, la Chine est loin d’être un chef de file dans de tels délits — surtout si l’on tient compte que la Chine représente un cinquième de la population mondiale actuelle. Selon la Motion Picture Association of America, le taux par tête d’habitant de production illégale de vidéos des films américains en 1995 par la Chine était de 0,10 $, soit moins d’un dixième du taux de l’Italie ou du Royaume-Uni et un sixième du taux de la Russie. Selon l’International Federation of the Phonographic Industry, le taux par personne de la production illégale de CD et de cassettes par la Chine en 1995 était de 0,12 $, soit un centième du taux du Mexique ou du Brésil, un dixième du taux de la Russie et des taux comparables à ceux des États-Unis. Par ailleurs, d’après la Business Software Alliance, le taux par personne de production illégale de logiciels par la Chine en 1995 était de 0,59 $, moins d’un vingtième du taux des États-Unis, du Japon, ou de la Corée du Sud (International Herald Tribune, 4 juillet, 1997, p. 6). Autrement dit, le Mexique pirate dix fois plus de CD et le Japon deux fois plus de logiciels que la Chine prise dans son ensemble, mais ils reçoivent beaucoup moins de couverture médiatique. Cet écart est encore plus apparent dans les comptes rendus de l’immigration illégale aux États-Unis. Selon des évaluations du Département de l’immigration et des services de naturalisation des ÉtatsUnis, en 1996, la Chine n’était même pas dans les vingt premiers pays d’origine pour l’immigration illégale aux États-Unis et comptait moins d’immigrants illégaux que d’autres pays asiatiques comme les Philippines, le Pakistan, l’Inde et la Corée du Sud (INS, 1997).

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.