Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population chinoise : mythes et réalités

 | 
James Z. Lee
, 
Wang Feng

Première partie. Mythes

Chapitre 1. Introduction

Texte intégral

L’histoire des premières migrations et des premiers établissements des hommes, ainsi que des motifs qui les ont produits, jetterait un grand jour sur notre sujet, et ferait voir d’une manière frappante, cette tendance continuelle de notre espèce à s’accroître au-delà de ses moyens de subsistance.
Malthus, An Essay on the Principle of Population, 1826, p. 61 (trad. P. et G. Prévost, I, p. 133).

L’héritage malthusien

  • 1 Ces chiffres sont issus des données des Nations Unies, Division de la population, Département de l (...)

1Au cours des 300 dernières années, la population mondiale a décuplé. En 1700, elle était inférieure à 700 000 000 d’habitants ; aujourd’hui, elle se situe à plus de 6 000 000 000. Cet accroissement dramatique est le résultat d’un déclin graduel de la mortalité et d’une hausse de la fécondité qui ont commencé à la fin du XVIIIe siècle. En conséquence, la population mondiale a doublé pour atteindre 1250 000 000 d’individus vers 1850, puis 2 500 000 000 vers 1950 et enfin 5 000 000 000 vers 1985. Si les taux de croissance démographique ont récemment décliné à peu près partout dans le monde en raison d’une réduction drastique de la fécondité, la population devrait doubler à nouveau, pour s’évaluer entre 11 000 000 000 et 12 000 000 000 d’individus, avant de se stabiliser vers 22001.

  • 2 Overbeek (1974) résume l’histoire de la théorie de la population au cours des trois derniers siècl (...)
  • 3 Voir le National Research Council (1986) et Easterlin (1996) pour le rapport le plus récent de la (...)

2Depuis le XVIIIe siècle, la population a été au centre de la théorie sociale. Tous les économistes classiques — notamment Adam Smith, David Ricardo, Robert Malthus — se sont préoccupés des relations existant entre la population et le bien-être social. Leurs écrits ont beaucoup influencé notre pensée par rapport aux processus et aux conséquences du changement démographique. Nonobstant la transformation de la croissance économique à la fin du XXe siècle, l'inquiétude malthusienne au sujet des contraintes imposées à la croissance économique par le développement démographique a persisté. Les inquiétudes économiques se sont même muées en angoisse écologique2. Si les contraintes économiques nous paraissent aujourd’hui de plus en plus souples, nous considérons en revanche les contraintes environnementales comme de plus en plus inexorables3.

  • 4 Malthus publia la première édition de An Essay on the Principle of Population sous le couvert de l (...)

3L’héritage malthusien est tout aussi déterminant dans notre compréhension du contrôle de la population. Dans ses célèbres essais sur la population, Malthus identifia deux types de restriction4 : ou bien on contrôlait la croissance de la population en imposant des limites au mariage — ce que Malthus appelait l'« obstacle préventif », qu’il associait au monde occidental moderne — ou bien on laissait la population s’accroître sans contrainte jusqu’à ce que la pauvreté généralisée aboutisse à des hausses de la mortalité — ce que Malthus appelait l’« obstacle destructif » et qu’il associa avec le monde occidental non moderne et le monde non occidental. Pour Malthus, la planification familiale exigeait un savoir-faire propre à l’Occident moderne qui permettait à ses habitants de calculer les coûts et les bénéfices d’avoir des enfants et de décider de retarder ou d'annuler un mariage. Si la technologie contraceptive ou abortive nous a permis de contrôler la fécondité, remplaçant l’obstacle préventif de jadis, notre compréhension des mécanismes de la population dans le monde prémoderne est toujours fondamentalement malthusienne.

4La science et la technologie modernes ont radicalement changé la dynamique de la population. Dans l’ensemble du monde, la fécondité et la mortalité ont récemment décliné à la suite des découvertes et de l’expansion de la médecine ainsi que des politiques de santé publique. La séquence d’une baisse initiale de la mortalité suivie d’une augmentation de la population et d’un déclin prévisible de la fécondité est souvent conceptualisée sous le vocable de « transition démographique ». Peu de changements dans le comportement de la population furent aussi universels ou eurent un effet aussi profond sur les individus que, d’une part, la hausse de l’espérance de vie au cours des derniers siècles et, d’autre part, le déclin du taux de natalité au cours du XXe siècle. En même temps, peu de processus démographiques eurent un impact aussi global que la poussée vertigineuse que connut la population.

5La rapidité d’une telle diffusion, voire innovation technologique, semble fondamentalement liée à une disposition d’ordre culturel et à la formation sociale. Cette liaison est particulièrement forte en ce qui concerne la technologie de la reproduction. Le planning familial est étroitement lié à notre plus grande capacité de calculer de manière délibérée les coûts et les bénéfices d’avoir des enfants et de décider de notre propre chef du contrôle de la fécondité. De la même manière, le développement et la diffusion de la technologie médicale exigent une nouvelle compétence, celle, à la fois, de nous contrôler nous-mêmes et de contrôler le monde naturel.

6L’apparition d’une telle prise de conscience semble liée au déploiement de la prise de décision individuelle issue de l’apparition des petites familles, à une alphabétisation plus répandue, à l’émergence et à la diffusion de l’individualisme occidental et à la pénétration grandissante de l’économie de marché. Selon des savants comme John Hajnal (1965 ; 1982) et Alan Macfarlane (1978 ; 1987), les origines européennes de la transition démographique, de l’individualisme et même le développement du capitalisme au XIXe siècle sont étroitement liés à la famille et à la culture démographique européennes, qui ont favorisé de tels changements sociaux et économiques révolutionnaires. En définissant les systèmes démographiques et en les associant aux systèmes sociaux, économiques et culturels de manière plus explicite et rigoureuse que Malthus ne l’avait fait lui-même, ces théoriciens et d’autres théoriciens contemporains ont élevé le niveau du discours malthusien et ont approfondi les implications théoriques des formulations malthusiennes (Goody, 1996).

  • 5 La Chine est pratiquement absente de la première édition de 1798, mais occupe à peu près un chapit (...)
  • 6 Macfarlane (1997, p. 363-367) fournit la plus récente formulation de ce contraste, cette fois entr (...)

7Dans une telle conception, le patriarcat, la formation sociale et les processus économiques non occidentaux ont tous été noyés dans un dualisme universel qui est, dans sa nature même, antimoderne. La Chine est avant tout visée comme la personnification de cet « autre », en raison de son importance et de son histoire mieux documentée. Malthus considéra spécifiquement la Chine comme étant l'exemple choisi d'une société dominée par l’obstacle destructif et pratiquement dépourvue d’obstacle préventif5. De manière comparable, selon Hajnal (1982) et Roger Schofield (1989), si la famille occidentale se situait à un point extrême de l’éventail social, la Chine, avec l’Inde, se trouvait à l’autre6.

  • 7 Voir Lavely, Lee et Wang (1990) pour une étude détaillée de l’état de la démographie chinoise. Les (...)
  • 8 Le travail le plus important est celui du Cambridge Group for the History of Population and Social (...)
  • 9 Goody (1996) décrit l’évolution de cette opposition dualiste entre l’Est et l’Ouest et met le doig (...)

8Cette confluence et cette confusion proviennent, au moins en partie, de notre manque de connaissances empiriques de la société et de la population chinoises. Il y a à peine deux décennies, on ne trouvait à peu près aucun démographe de la Chine et les données disponibles dans ce domaine étaient rares. La Chine était à la fois la plus grande et la moins connue de toutes les populations humaines historiques et contemporaines7. En conséquence, alors que la recherche sur l’histoire de la population occidentale a confirmé les observations de Malthus sur le comportement de la population occidentale, notamment anglaise8, l’absence d’études comparables de l’histoire de la population chinoise a facilité la perpétuation de l’opposition dualiste élaborée par Malthus9. Des observations superficielles par des voyageurs européens du XVIIIe siècle sont devenues des vérités consacrées et les hypothèses malthusiennes, des théories reçues.

  • 10 Les recensements de 1982 et 1990 et les enquêtes sur la fécondité et la population de 1982,1988 et (...)
  • 11 Les progrès majeurs dans la démographie historique chinoise furent inspirés, comme en Occident, pa (...)
  • 12 Voir l’annexe pour une introduction générale aux sources de l’histoire de la population chinoise e (...)

9Tout cela, cependant, commence à changer. Des recensements et des sondages ont éclairé l’histoire démographique du XXe siècle10. De la même manière, des données inédites et de nouvelles méthodes ont commencé à mettre en lumière l’histoire démographique des XVIIIe et XIXe siècles11. Une recherche préliminaire a reconstruit l’histoire de la population de la presque totalité des 1 700 000 000 de Chinois vivant depuis 1950 et des 500 000 parmi les 3 000 000 000 de Chinois vivant aux XVIIIe et XIXe siècles ainsi qu’au début du XXe siècle12. Même si cette recherche commence seulement à dévoiler les variations régionales du comportement de la population chinoise, d’importants contrastes avec le comportement de la population occidentale et même malthusienne sont déjà évidents.

  • 13 La Chine perdra sous peu sa position de pays le plus peuplé de la terre. Selon les projections cou (...)
  • 14 Pour la majeure partie de l’histoire humaine, la population a été remarquablement clairsemée. Même (...)

10En conséquence, nous pouvons mieux évaluer les implications des populations historiques et contemporaines de la Chine. Troisième pays du monde en superficie, la Chine est le pays le plus peuplé13. On compte présentement 1 200 000 000 de Chinois, soit un cinquième de la population mondiale. Cette proportion était même plus grande dans le passé14. Le Graphique 1.1 compare les populations chinoise et mondiale au cours des deux derniers millénaires, période pour laquelle nous avons des données démographiques. Durant cette période, un individu sur trois ou quatre était un Chinois.

  • 15 Ici comme ailleurs, nous suivons le précédent stylistique néomalthusien et utilisons « Est » pour (...)

11Dans cet ouvrage, nous présentons une synthèse de notre compréhension de la démographie chinoise et élaborons un modèle stylisé du comportement démographique chinois qui remet en cause le modèle « idéal » proposé d’abord par Malthus et développé par d’autres sur la base du comportement de la population européenne, surtout anglaise. À la suite de la révision de notre connaissance courante de la société et de l’économie chinoises au cours des trois derniers siècles, le comportement démographique chinois nous apparaît comme un modèle alternatif par rapport au modèle malthusien des obstacles préventif et destructif. Il révèle aussi que plusieurs différences dans le comportement de la population en Orient et en Occident sont le produit de différences régionales et historiques dans l’organisation sociale plutôt que de différences dans les divers obstacles à la natalité15.

GRAPHIQUE 1.1. Populations chinoise et mondiale, 0-2000

GRAPHIQUE 1.1. Populations chinoise et mondiale, 0-2000

Sources. Durand (1974) ; McEvedy et Jones (1978) ; Zhan Wenhn et Xie (1988).

Réalités chinoises

Le système démographique chinois

  • 16 Par « système », nous voulons dire les caractéristiques définitoires du comportement démographique (...)

12Quatre traits distinctifs du comportement démographique historique des Chinois, toujours valables aujourd’hui, caractérisent la compréhension malthusienne du comportement comparatif de la population en général et chinoise en particulier. Rassemblés, ces traits définissent ce que nous appelons le système démographique chinois16.

  • 17 Voir le chapitre 4 pour un examen détaillé de la mortalité selon le sexe. La préférence chinoise p (...)
  • 18 Sauf erreur, les seules populations chinoises qui ne pratiquaient manifestement pas l’infanticide (...)
  • 19 Langer (1974a ; 1974b) présente l’enquête classique sur le sujet. Même si des vestiges d’un tel co (...)

13La mortalité est le premier héritage de cette sorte. Si, selon Malthus, « les famines furent l’obstacle destructif le plus puissant et le plus fréquent à la population chinoise » (1826/1986, p. 109 ; trad. P. et G. Prévost, I, p. 228), des études historiques récentes donnent à penser que l’infanticide féminin fut peut-être encore plus important dans la Chine impériale tardive (Lavely et Wong, 1998)17. Dans certaines populations chinoises, les familles pratiquaient régulièrement l’infanticide pour réguler le nombre et le sexe de leurs enfants, avec des taux enregistrés atteignant 40 % des naissances féminines18. Même les garçons étaient menacés par de telles pratiques. Par contraste, l’infanticide fut en général rarement pratiqué dans la société occidentale — du moins depuis le XVIIe siècle19. Même si l’infanticide déclina de manière spectaculaire en Chine au début du XXe siècle, les rapports de préférence dans les naissances continuent de favoriser les garçons, ce qui implique la persistance de l'infanticide et de la négligence, mais cette fois réduits considérablement par comparaison avec le passé. En conséquence, le nombre moyen d’enfants de sexe féminin survivants jusqu’à l’âge adulte fut beaucoup plus faible en Chine qu’en Occident (Lee et Campbell, 1997, p. 62 et 67).

  • 20 Voir le chapitre 5 pour une analyse du mariage universel en Chine et une comparaison détaillée ave (...)
  • 21 Ces estimations sont basées sur les proportions de femmes mariées âgées de 45 à 49 ans pour la Fra (...)

14La surmortalité anormale des nouveau-nés et des enfants de sexe féminin fournit le deuxième trait distinctif du système démographique chinois : un marché du mariage déséquilibré au point de vue des sexes. Les femmes se mariaient universellement et précocement ; les hommes se mariaient tardivement ou pas du tout. La rareté des femmes mariables fut exacerbée par la pratique de la polygynie et le découragement du remariage des femmes. Mais tandis que le mariage en Occident fut toujours restreint pour les deux sexes, le mariage en Chine, au moins pour les femmes, fut toujours universel20. Au XIXe siècle, par exemple, moins de 60 % des femmes âgées de 15 à 50 ans en Europe occidentale étaient mariées (Coale et Treadway, 1986), comparativement à près de 90 % pour la même tranche d’âge en Chine. Si, au XXe siècle, le mariage devint de plus en plus courant en Europe, pas moins de 5 à 10 % de toutes les femmes demeuraient non mariées à l’âge de 45 ans. En Chine, la proportion correspondante de vieilles filles était pratiquement o %21.

  • 22 Voir le chapitre 6 pour une étude détaillée du régime chinois de faible fécondité conjugale ainsi (...)
  • 23 Wilson (1984, p. 228) résume le TFCT pour une douzaine de populations européennes des XVIIe et XVI (...)
  • 24 Alors que les femmes non mariées en Occident ont également un nombre substantiel de naissances, ac (...)

15Cette nuptialité élevée et persistante n’augmenta cependant pas outre mesure la fécondité chinoise et cela, en raison du troisième aspect distinctif du système démographique chinois, à savoir le faible niveau de fécondité à l’intérieur du mariage22. Les femmes mariées occidentales avaient un taux de fécondité conjugale total (TFCT) (le nombre d’enfants qu’une femme mariée porterait durant sa vie si elle connaissait à chaque âge les taux de fécondité d’une année donnée) de 7,5 à 923 ; en comparaison, les femmes mariées chinoises avaient un TFCT de 6 ou moins. Ce faible taux de fécondité est l’un des traits les plus distinctifs du système démographique chinois. Contrairement aux vues de Malthus et de ses contemporains qui croyaient à une fécondité chinoise élevée, celle-ci, dans son ensemble, ne fut probablement pas beaucoup plus élevée qu’en Europe ; cependant, la fécondité conjugale, elle, fut sensiblement plus faible24.

  • 25 Selon Coale et Treadway (1986, p. 42-44), il fallut 60 ans pour que le taux de fécondité conjugale (...)

16Quand la fécondité déclina, elle le fit plus tard et plus rapidement en Chine qu’en Occident. Encore en 1970, le taux total de la fécondité chinoise (TTF) (le nombre d’enfants qu’une femme porterait durant sa vie si elle connaissait à chaque âge les taux de fécondité d’une année donnée) était toujours près de 6. Vers 1995, cependant, le TTF chinois était approximativement de 2. Même si la fécondité en Chine et en Occident est tombée au niveau du remplacement — 2,1 enfants par couple — ou plus bas, le déclin chinois prit moins d’un quart de siècle, celui de l’Occident, plus d’un demi-siècle25. La fécondité conjugale chinoise, en d’autres mots, fut non seulement plus faible que la fécondité conjugale occidentale, mais elle déclina beaucoup plus rapidement.

  • 26 Voir le chapitre 7 pour une brève discussion de ce phénomène. Voir A. Wolf et Huang (1980) pour un (...)

17Finalement, nonobstant la forte préoccupation chinoise, à l’égard de la perpétuation de la lignée et d’un système de bien-être basé sur la famille et la parenté, les parents chinois, en raison de faibles niveaux de fécondité et de survie, durent souvent recourir à une parenté fictive pour remplacer la productivité biologique26. L’adoption était pratiquement inexistante au début de l’Occident moderne ; aujourd’hui, seulement 1 enfant sur 100 ou sur 1 000 en Occident est adopté (Goody, 1983). En Chine, par contraste, près de 1 enfant sur 10 ou sur 100 est élevé par des parents adoptifs. À la différence de l’adoption occidentale, qui concerne dans la plupart des cas des nouveau-nés ou de très jeunes enfants, de nombreuses adoptions en Chine impliquent des adolescents et même des adultes. Ces derniers sont pratiquement tous des individus de sexe masculin ; certains sont les maris des filles. Par contraste, plusieurs adoptés plus jeunes sont des individus de sexe féminin et incluent les épouses des fils (A. Wolf et Huang, 1980).

18Ainsi, le système démographique chinois était caractérisé par une multitude de choix qui permettaient d'harmoniser mariage de sentiment et mariage de convenance, passion conjugale et devoir conjugal, amour parental et décision de tuer ou de donner les enfants, ainsi que d’adopter d’autres enfants. À l’opposé du paradigme malthusien, l’initiative humaine en Chine n’était pas confinée à la nuptialité. De plus, elle était mise en oeuvre pour une bonne part sur le plan collectif plutôt qu’individuel. Les individus chinois ajustaient constamment leur comportement démographique en fonction des circonstances collectives afin de maximiser l’utilité collective. Les traits distinctifs du comportement démographique chinois étaient, en particulier, directement liés à deux caractéristiques importantes de l’héritage historique chinois : le culte patrilinéaire des ancêtres et l’autocratie étatique et bureautique.

La transition démographique chinoise

  • 27 Voir le chapitre 8 pour un examen de ces traditions collectives et de leurs conséquences démograph (...)

19Ces traits et ces caractères distinctifs produisirent une transition démographique en Chine différente de celle de l’Occident. En Occident, le processus de transition fut, pris dans son ensemble, discontinu, mais en Chine, il fut continu. De plus, la transition en Occident fut en général le résultat de l’extension de l’initiative individuelle dans le comportement à l’égard de la nuptialité, de la fécondité et de la mortalité ; la transition démographique chinoise reflète, elle, l’expansion du processus de prise de décision collective, de la famille à l’État27.

  • 28 Voir Coale et Watkins (1986) pour l’ouvrage synthèse d’une vaste étude démographique en plusieurs (...)

20Le processus principal dans le déclin de la fécondité occidentale fut le passage du mariage tardif à l’usage de la contraception à l’intérieur du mariage28. Pour les Occidentaux, l’idée de la contraception à l’intérieur du mariage était plutôt nouvelle et exigea l’adoption courageuse de nouvelles techniques et d’une nouvelle manière de penser. Les innovations technologiques introduisirent de nouvelles méthodes de contraception. En même temps, la diffusion culturelle vulgarisa l’idée que le planning familial était à la fois désirable et réalisable. Les individus purent alors se marier plus tôt et limiter leur fécondité à l’intérieur du mariage.

21Par contraste, la transition démographique en Chine fut le résultat de plusieurs changements de comportement découlant d’une longue tradition de planification démographique. Pour les Chinois, la planification des événements démographiques avait toujours fait partie de la vie. Le contrôle des grossesses et de la survivance des enfants n'était pas un concept nouveau. Les transitions n’exigèrent donc pas une nouvelle manière de penser la procréation ou de réduire la morbidité et la mortalité, mais seulement de nouveaux programmes institutionnels et de nouvelles technologies. Dans le passé, les parents chinois restreignaient leur fécondité ou tuaient leurs enfants en réponse aux nécessités de l’économie domestique ; aujourd’hui, ils restreignent leur fécondité essentiellement pour faire face aux besoins appréhendés et aux fortes pressions de l’économie nationale et, de plus en plus, pour accroître leur bien-être familial.

  • 29 Voir le chapitre 9 pour une analyse documentée de l’avènement du comportement démographique indivi (...)

22Si la transition occidentale est liée à l’avènement du comportement démographique individualiste au tournant du XXe siècle, la prise de décision démographique chinoise à l’aube du XXIe siècle continue d’être dans l’ensemble une entreprise collective. En Occident, ce furent surtout des individus qui tirèrent avantage de la nouvelle technologie contraceptive et des nouvelles idées touchant à la contraception au sein du couple pour maximiser leurs propres intérêts. Les individus avaient le droit de prendre des décisions démographiques et étaient aussi, en dernière analyse, responsables des conséquences de leurs actes29.

23En Chine, les décisions démographiques ne furent jamais individuelles. Les décisions exigeaient des considérations liées aux besoins collectifs des deux bouts de l’éventail social : la famille et l’État. Le mariage, par exemple, n’était pas un arrangement personnel fait entre deux individus ; il s’agissait plutôt d’une institution par laquelle des liens familiaux et parentaux étaient établis, maintenus et développés. De la même manière, l’infanticide n’était pas le résultat d’un manque d’amour parental, mais un sacrifice qui visait le bien-être de toute la famille. La même logique collective s’appliquait à des comportements comme l’enfantement et l’adoption. La prise de décision rationnelle dans ce contexte était un processus de négociation qui prenait pleinement en considération les prérogatives hiérarchiques et les intérêts collectifs. L’enjeu n’était pas simplement les préférences individuelles, mais aussi le sexe de la personne, son rang dans la famille, son rapport au chef de famille et sa profession, son type de résidence et son statut politique dans la société.

24Ironiquement, ce qui distingue ce processus collectif de la prise de décision individuelle, c’est le coût énorme assumé par l’individu. Celui-ci ne peut se comporter à aucun stade de sa vie de manière à maximiser ses intérêts personnels au détriment de ceux des autres. Jusqu’à ces dernières décennies, le mariage était arrangé par les parents et les anciens ; la vie conjugale était surveillée et contrôlée par d’autres personnes. Il y avait peu de latitude pour le sentiment personnel et la permissivité sexuelle. Ce qu’il y avait de plus pénible pour une société où le rapport parental était le rapport social de base, c’est que plusieurs parents étaient forcés de tuer ou d’accepter de faire tuer leurs propres enfants. Même si les Chinois peuvent maintenant choisir leurs propres conjoints, ils ne peuvent cependant pas choisir le nombre d’enfants qu’ils auront. De plus, s’ils vivent dans les villes ou travaillent pour des entreprises d’État, ils ne peuvent avoir qu’un seul enfant. Le système chinois de la population, en d’autres mots, refuse aux individus ce qui serait considéré en Occident comme des droits fondamentaux de la personne.

  • 30 La population mondiale en 2025 sera ainsi probablement de 8 500 000 000 et non de 9 000 000 000 d’ (...)

25L’exemple le plus frappant de la nature collective de la prise de décision démographique chinoise est le programme d’Etat de planning familial mis en oeuvre au cours des deux dernières décennies. Au nom du bien commun collectif, le gouvernement chinois a imposé une série de contraintes économiques et politiques à long terme sur le comportement démographique individuel. La population a répondu avec une efficacité et un enthousiasme surprenants. Les réductions courantes de la fécondité chinoise ont déjà limité la croissance de la population mondiale de 250 000 000 d’individus. Vers 2030, alors qu’on prévoit que la population chinoise atteindra un seuil de 1 600 000 000 d’individus, elle sera de 1 000 000 000 de personnes de moins à cause de la baisse de la fécondité30.

26Nulle surprise, donc, si l’avortement basé sur le sexe a augmenté, à mesure que la fécondité déclinait à un niveau extrêmement faible au cours des récentes décennies. L’infanticide et l’adoption, qui avaient décliné et même disparu, sont aussi réapparus, sous des déguisements contemporains.

L’organisation

27Le caractère distinctif du système démographique chinois et la nature collective des processus démographiques chinois sont les thèmes principaux de cet ouvrage. Le chapitre 2 complète notre présentation des notions préliminaires : nous y examinons le paradigme malthusien classique de la croissance de la population ainsi que les théories sociologiques et les malentendus touchant au comportement contemporain et historique de la population en général et de la dynamique de la population chinoise en particulier.

28Dans la deuxième partie, nous abordons les données de base du comportement de la population chinoise. Dans le chapitre 3, nous contestons le mythe voulant que la Chine soit surpeuplée et nous montrons que le niveau de vie chinois au temps de Malthus était non seulement comparable à celui de l'Occident, mais qu’il s’est accru, souvent de manière irrégulière, au cours des derniers siècles, et pas seulement au cours des décennies récentes.

  • 31 Malthus reconnaissait que l’obstacle préventif pouvait prendre de nombreuses formes. La plupart d’ (...)

29Dans les chapitres 4, 5 et 6, nous inversons le mythe malthusien des processus de population chinois en montrant que le comportement démographique chinois différait foncièrement des connaissances alors courantes de la dynamique comparative de la population. Malthus considérait la famine comme une forme majeure de l’obstacle destructif en Chine ; nous soulignons dans le chapitre 4 le rôle de la mortalité délibérée, provoquée par la négligence et l’infanticide. Malthus considérait le mariage en Chine comme universel et précoce ; nous montrons dans le chapitre 5 que si ce modèle valait pour les femmes, le mariage n’était ni universel ni précoce pour les hommes. Malthus a mis l’accent sur une seule forme d’obstacle préventif : le mariage tardif et la contrainte sexuelle préconjugale, qu’il appelait la « contrainte morale » ; nous établissons dans le chapitre 6 qu’en Chine, la contrainte sexuelle à l’intérieur du mariage, que nous appelons « contrainte conjugale », était également importante31. Malthus caractérisait la croissance de la population chinoise comme un produit de l’obstacle destructif ; nous montrons que l’obstacle préventif était plus important.

30Dans la troisième partie, nous concluons, dans le chapitre 7, par une évaluation d’ensemble du système démographique chinois, y compris l’adoption, et dans les chapitres 8 et 9, par une discussion des origines et des implications sociales et politiques d’un tel comportement. À l’opposé du système démographique européen, qui n’impliquait qu’une forme de contrôle volontaire de la croissance de la population — le mariage —, le système démographique chinois était caractérisé par de multiples formes de contrôle. Les Chinois pouvaient varier l’âge au moment du mariage et le type de mariage, contrôler leur fécondité à l’intérieur du mariage et réguler la survivance de leurs naissances en fonction d’une grande variété de circonstances démographiques, sociales et économiques. En effet, ils pouvaient, grâce à plusieurs formes d’adoption, surmonter les limites inhérentes à la biologie humaine. En conséquence, le comportement démographique chinois manifesta très tôt une forme de rationalité qui se compare avec celle des populations qui ont déjà complété leur transition démographique.

  • 32 Lee et Campbell (1997) décrivent les modèles démographiques associés à la tension entre le privilè (...)

31Les obstacles et les institutions démographiques provenaient des traditions sociales, culturelles et politiques séculaires. Contrastant avec l’accent que Malthus met sur la contrainte individuelle et la propriété privée, le comportement démographique chinois était le produit de la responsabilité collective et des institutions publiques. Dans la mesure où les individus cherchaient à maximiser leurs avantages, ils le firent à l’intérieur d’une structure d’opportunité largement définie par des institutions, des intérêts et des idéologies collectifs32. Même si des contextes comparables existaient en Europe, notamment en Angleterre (Gillis, 1985), le contraste avec la Chine est frappant.

32Cet ouvrage reflète notre compréhension des processus de la population dans le passé et dans le présent et, ce faisant, propose une alternative au modèle malthusien. La population de la Chine, déjà considérable au temps de Malthus, soit 300 000 000 d’habitants, fut capable d’augmenter par un facteur de quatre, à 1 200 000 000 aujourd’hui. En même temps, en dépit ou peut-être en raison de la persistance de la culture et des institutions chinoises, la Chine a atteint l’un des taux de fécondité et de mortalité les plus faibles de n’importe quelle grande population. Cette anomalie apparente — croissance imprévisible et déclin inattendu — remet en cause un filon majeur de la théorie sociale occidentale encore en vigueur aujourd’hui.

  • 33 Voir Wrigley (1986) sur les contributions de Malthus dans des champs aussi divers que la biologie, (...)

33Depuis l’apparition de la première édition de An Essay on the Principle of Population en 1798, le modèle malthusien des obstacles destructif et préventif a régné en maître sur le discours intellectuel de la démographie. Si la croissance de notre productivité scientifique et technologique a démontré le caractère erroné de ses prédictions pessimistes au sujet de la population mondiale et des niveaux de vie, l’insistance de Malthus sur l’équilibre potentiellement précaire entre la population et les ressources demeure une préoccupation centrale (Overbeek, 1974). En outre, les travaux empiriques et théoriques de Malthus sur les implications sociales et économiques du comportement de la population continuent d’impressionner des générations successives de théoriciens sociaux. Non seulement a-t-il créé une norme pluridisciplinaire encore valable pour la recherche démographique33, mais également des travaux empiriques récents ont, en fait, confirmé la justesse des paramètres d’ensemble de sa théorie pour l’Europe de l’Ouest et spécialement pour l’Angleterre avant le XIXe siècle. Deux siècles après la publication du célèbre essai de Malthus, il semble donc particulièrement approprié de revoir le paradigme malthusien et d’examiner dans quelle mesure lui et ses successeurs intellectuels ont vu juste en ce qui a trait à la réalité chinoise.

Notes

1 Ces chiffres sont issus des données des Nations Unies, Division de la population, Département de l’information économique et sociale et de l’analyse des politiques. Voir aussi Durand (1974), Coale (1975), McEvedy et Jones (1978) et Biraben (1979).

2 Overbeek (1974) résume l’histoire de la théorie de la population au cours des trois derniers siècles et décrit de manière frappante le point central du débat théorique sur la surpopulation.

3 Voir le National Research Council (1986) et Easterlin (1996) pour le rapport le plus récent de la National Academy sur le lien entre la population et les contraintes économiques ; la Royal Society et la National Academy of Sciences (1991) pour le rapport le plus récent de la National Academy sur la corrélation entre la population et les contraintes environnementales. Keyfitz (1992, et spécialement 1996) offre une analyse élégante des deux questions.

4 Malthus publia la première édition de An Essay on the Principle of Population sous le couvert de l’anonymat en 1798 et révisa substantiellement la deuxième édition en 1803. Des révisions suivirent en 1806,1807, 1817 et 1826 (James, 1979). Nous citons les éditions de 1798,1803 et 1826, incorporées dans Winch (1992) et l’édition définitive par Wrigley et Souden (1986), malheureusement épuisée.

5 La Chine est pratiquement absente de la première édition de 1798, mais occupe à peu près un chapitre entier à partir de 1803.

6 Macfarlane (1997, p. 363-367) fournit la plus récente formulation de ce contraste, cette fois entre la Chine et le Japon.

7 Voir Lavely, Lee et Wang (1990) pour une étude détaillée de l’état de la démographie chinoise. Les principaux changements depuis 1990 furent la hausse rapide des études de la mobilité de la population et une augmentation correspondante des études de la migration, comme celle de Solinger (1999).

8 Le travail le plus important est celui du Cambridge Group for the History of Population and Social Structure, en deux volumes : Wrigley et Schofield (1981) et Wrigley et al., (1997). Ils concluent, p. 549 : « S'il l’avait seulement su, Malthus aurait bien pu appeler “anglaise” une société de l’obstacle préventif, où le mariage jouait le rôle de régulateur démographique, pour contrebalancer sa dénomination de “chinoise” une société de l’obstacle destructif, où le régulateur était la mortalité. »

9 Goody (1996) décrit l’évolution de cette opposition dualiste entre l’Est et l’Ouest et met le doigt sur une variété de malentendus similaires.

10 Les recensements de 1982 et 1990 et les enquêtes sur la fécondité et la population de 1982,1988 et 1995 sont particulièrement valables. Voir l’annexe.

11 Les progrès majeurs dans la démographie historique chinoise furent inspirés, comme en Occident, par la découverte et l’analyse des registres nominatifs. Nombre de ces sources sont maintenant disponibles par l’entremise de la Genealogical Society of Utah. Voir Finegan et Telford (1988) et Thatcher (1995 ; 1998) pour des descriptifs détaillés des inventaires de GSU et pour des renseignements sur leur accessibilité.

12 Voir l’annexe pour une introduction générale aux sources de l’histoire de la population chinoise et pour son évaluation.

13 La Chine perdra sous peu sa position de pays le plus peuplé de la terre. Selon les projections courantes, l’Inde remplacera la Chine avant le milieu du XXIe siècle. Alors qu’on projette que la population chinoise atteindra un seuil vers 2030 avec 1,6 milliard d’individus, les taux courants de l'Inde continueront à croître indéfiniment.

14 Pour la majeure partie de l’histoire humaine, la population a été remarquablement clairsemée. Même si nous retraçons nos origines jusqu’à 1 000 000 d’années, nous croyons qu’il n’y avait, aussi récemment que vers 5000 avant J-C., pas plus de 5 000 000 d’êtres humains, surtout concentrés en Asie et en Afrique. Les chiffres crurent lentement. Un régime démographique de mortalité élevée et de fécondité faible réduisit la croissance globale de la population à moins de 2 pour 10 000 par an. Même si le taux de croissance de la population augmenta avec l’avènement et la diffusion de l’agriculture sédentaire au cours du Ve millénaire avant J.-C. et de la civilisation de l’écriture au cours du Ier millénaire avant J.-C., il fallut un millénaire pour que la population doublât. En l’an 1, la population mondiale n’était que de 150 000 000 à 200 000 000 d’individus. À une date aussi récente que 1700, 300 ans après la Renaissance et 200 ans après l’ère de la découverte du Nouveau Monde, la population mondiale ne dépassait pas 600 000 000 à 700 000 000 d’individus (Durand, 1974 ; Coale, 1975 ; McEvedy et Jones, 1978 ; Biraben, 1979).

15 Ici comme ailleurs, nous suivons le précédent stylistique néomalthusien et utilisons « Est » pour nous référer à la Chine et « Ouest » pour nous référer à l’Europe de l'Ouest, spécialement à l’Angleterre (Schofield, 1989, p. 284-285).

16 Par « système », nous voulons dire les caractéristiques définitoires du comportement démographique « chinois » au cours des 300 dernières années, par contraste avec le « système démographique européen, 1500-1820 », identifié par Flinn (1981).

17 Voir le chapitre 4 pour un examen détaillé de la mortalité selon le sexe. La préférence chinoise pour des descendants mâles remonte au moins à quatre millénaires. Selon Ho (1975, p. 323), « Les textes oraculaires révèlent que les rois Shang demandaient souvent le sexe des enfants qui devaient naître [...] Le mot “favorable” était utilisé pour indiquer un garçon et [...] “non-favorable” pour indiquer une fille. »

18 Sauf erreur, les seules populations chinoises qui ne pratiquaient manifestement pas l’infanticide sont du XXe siècle, notamment de Taiwan. Voir B. Lee (1981) et Li Bozhong (à paraître) pour un résumé des preuves qualitatives. Comme plusieurs populations n’enregistraient pas les filles, les preuves quantitatives sont confinées aux populations spécifiques discutées dans cet ouvrage : à peu près 125 000 personnes.

19 Langer (1974a ; 1974b) présente l’enquête classique sur le sujet. Même si des vestiges d’un tel comportement, commun dans le monde méditerranéen classique, perdurèrent pour quelque temps, Kertzer (1993) étaye la disparition graduelle du comportement basé sur le sexe vers le XVIIe siècle, même dans des sociétés patriarcales comme l’Italie.

20 Voir le chapitre 5 pour une analyse du mariage universel en Chine et une comparaison détaillée avec le système de mariage occidental.

21 Ces estimations sont basées sur les proportions de femmes mariées âgées de 45 à 49 ans pour la France, l'Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni en 1982 et 1990 (Nations Unies, 1984 ; 1992).

22 Voir le chapitre 6 pour une étude détaillée du régime chinois de faible fécondité conjugale ainsi que les justificatifs et les mécanismes qui perpétuèrent un tel comportement.

23 Wilson (1984, p. 228) résume le TFCT pour une douzaine de populations européennes des XVIIe et XVIIIe siècles âgées de 20 à 49 ans, qui oscille entre 6,6 et 10,8, avec une moyenne de 8,5 et un mode de plus de 8. Flinn (1981, p. 31) regroupe par nationalité 86 populations européennes âgées de 20 à 44 ans. Même si son classement pose un problème en raison de la grandeur variable des échantillons et de la définition des populations, il conclut que le TFCT vers 1750 était de 7,6 en Angleterre, 8,1 en Allemagne, 8,3 en Scandinavie, 8,9 en Belgique et 9 en France. En 1997, Wrigley, Davies, Oeppen et Schofield complétèrent une reconstruction à grande échelle des couples de 26 paroisses anglaises entre 1600 et 1824 et conclurent que le TFCT pour le groupe d’âge était de 7,4 (p. 355 et 450).

24 Alors que les femmes non mariées en Occident ont également un nombre substantiel de naissances, accroissant d’autant la fécondité occidentale, en Chine ce n’était généralement pas le cas. Le taux d’illégitimité, dans presque toutes les populations chinoises historiques et contemporaines où des données sont disponibles, est pratiquement de zéro. La seule exception notable est la province insulaire de Taiwan sous l’occupation japonaise qui, au début du XXe siècle, avait un taux de naissances hors mariage de moins de 5 %. La proportion des naissances illégitimes en Autriche, Suède, Danemark, Allemagne, Hongrie et Portugal était plus élevée durant cette période et considérablement plus élevée aux XVIIIe et XIXe siècles (Barrett, 1980 et Flinn, 1980).

25 Selon Coale et Treadway (1986, p. 42-44), il fallut 60 ans pour que le taux de fécondité conjugale de l’Europe tout entière baisse de 7,5 en 1900 à 4,3 en 1960.

26 Voir le chapitre 7 pour une brève discussion de ce phénomène. Voir A. Wolf et Huang (1980) pour une description détaillée de l’adoption dans le Taiwan rural au début du XXe siècle, et Wang et Lee (1998) pour une description de l’adoption au sein de la noblesse Qing aux XVIIIe et XIXe siècles.

27 Voir le chapitre 8 pour un examen de ces traditions collectives et de leurs conséquences démographiques.

28 Voir Coale et Watkins (1986) pour l’ouvrage synthèse d’une vaste étude démographique en plusieurs volumes sur le déclin de la fécondité européenne et Gillis, Tilly et Levine (1992) pour les actes de symposiums d’études historiques similaires.

29 Voir le chapitre 9 pour une analyse documentée de l’avènement du comportement démographique individualiste de l’Occident et du comportement démographique collectif de la Chine. Le processus historique fut complexe et, en Occident, eut beaucoup à faire avec l’émancipation des femmes et la formation de la sphère familiale privée, décrites dans Perot (1990). Gillis, Tilly et Levine (1992) examinent comment ces processus interagirent pour produire le déclin de la fécondité en Europe.

30 La population mondiale en 2025 sera ainsi probablement de 8 500 000 000 et non de 9 000 000 000 d’individus (Nations Unies, 1993). Le nombre de naissances évitées en Chine a contribué au contrôle de la population mondiale et est, bien sûr, plus élevé, entre 1 et 1,5 milliard.

31 Malthus reconnaissait que l’obstacle préventif pouvait prendre de nombreuses formes. La plupart d’entre elles, cependant, étaient involontaires, impossibles, ou, selon Malthus, immorales et inhabituelles. Voir notre discussion des obstacles préventifs dans les chapitres 2 et 6.

32 Lee et Campbell (1997) décrivent les modèles démographiques associés à la tension entre le privilège familial héréditaire, l’habileté et l'initiative de l’individu dans plusieurs populations rurales du nord-est de la Chine aux XVIIIe et XIXe siècles.

33 Voir Wrigley (1986) sur les contributions de Malthus dans des champs aussi divers que la biologie, l’économie, la géographie, l’histoire et l'anthropologie sociale.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1.1. Populations chinoise et mondiale, 0-2000
Légende Sources. Durand (1974) ; McEvedy et Jones (1978) ; Zhan Wenhn et Xie (1988).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540