Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population chinoise : mythes et réalités

 | 
James Z. Lee
, 
Wang Feng

Préface

Charles Le Blanc

Texte intégral

1Le jeudi 9 mars 2006 naissait en Chine le 1 300 000 000e citoyen chinois. En dépit du ralentissement phénoménal de la croissance démographique en Chine dans la foulée des politiques d’Etat de planification familiale depuis 198,0 — un enfant par couple dans les villes, deux enfants par couple à la campagne —, plus de 10 000 000 de nouveau-nés voient le jour chaque année en Chine ; il naît donc en Chine à peu près un Québec par an, un Canada tous les trois ans et une France tous les six ans. L’adoption d’enfants chinois a sensibilisé de nombreux Québécois au phénomène démographique de la Chine ; en effet, la moitié des enfants étrangers adoptés au Québec sont d’origine chinoise. Cependant, le phénomène de l’adoption internationale d’enfants en provenance de Chine, qui représente (officiellement) environ 10 000 individus par an, soit une goutte d’eau dans l’océan, ne modifie en rien les enjeux démographiques de ce pays.

2C’est plutôt dans le commerce international que l’ordre de grandeur de la population chinoise commence à se faire sentir. Depuis que la Chine est devenue membre de l’Organisation mondiale du commerce le 11 décembre 2001, nombre d’éléments structurels des échanges commerciaux ont été modifiés, d’abord par l’inondation de certains secteurs de l’économie par les produits chinois (vêtement, chaussure, accessoires ménagers et industriels, vélo...) et, inversement, par la forte demande de matières premières de la part de la Chine (pétrole, métaux, bois...). D’une part, l’abondance d’une main d’oeuvre qualifiée (souvent formée sur le tas) et à bon marché permet aux Chinois de produire à des coûts hautement concurrentiels, d’autant plus que dans nombre de cas, la production vise en même temps le marché domestique et le marché étranger, réduisant d’autant les coûts d’échelle. D’autre part, la hausse soutenue des revenus des individus, des groupes et des entreprises permettent aux Chinois de se procurer une multitude de biens et de produits dont la matière première provient d’autres pays, surtout de l’Occident, et de faire grimper les taux internationaux de ces produits. Comme le PIB chinois continue de croître d’environ 10 % par année, ces deux phénomènes concomitants prendront sans doute de l’ampleur au cours des prochaines années.

3C’est dans ce contexte d’accélération de l’Histoire en Chine et de la présence ascendante de celle-ci sur la scène internationale que l’ouvrage de James Z. Lee et Wang Feng prend tout son sens. Car cette étude pluridisciplinaire de l’évolution démographique, sociale et économique de la Chine de 1700 à 2000 établit — de manière presque prophétique — la base des développements fulgurants, à la fois fascinants et redoutables, que nous connaissons de nos jours. Mais le point de focalisation des auteurs n’est pas l’impact de ces développements sur les autres pays de la planète ou sur le système économique mondial, mais bien sur les individus, les familles et les populations sectorielles de la Chine elle-même. En lisant cet ouvrage, les gens qui s’intéressent à l’histoire des sociétés, de leurs populations, institutions et cultures, pourront se pencher sur le cas de la Chine dont on peut saisir l’évolution sur la longue durée, étayée par une remarquable documentation d’époque. L’histoire est ici au service du présent : les auteurs cherchent à comprendre la situation démographique actuelle à la lumière de développements sociaux, politiques, économiques et culturels étendus sur une période de trois siècles (1700-2000).

4La référence systématique aux théories de Malthus permet d'apprécier sa contribution incontestable à la création de la science démographique, mais aussi de reconnaître ses limites ; ses nombreux énoncés sur la Chine appellent des corrections parfois substantielles quant aux données empiriques sur lesquelles il s’appuie, à sa méthode et à ses conclusions. La critique constructive de Lee et de Wang s’étend à certaines écoles qui perpétuent les vues de Malthus et présentent une vision incomplète ou erronée de l’histoire de la population chinoise. La connaissance approfondie des auteurs du champ des études démographiques non seulement nord-américaines, mais aussi européennes et françaises, ouvre la voie à des comparaisons souvent étonnantes et permet de corriger des préjugés tenaces à l’endroit de la société chinoise : par exemple, si la presque totalité des femmes chinoises se mariaient, alors que près de 20 % des femmes occidentales demeuraient célibataires, en revanche, le taux de fécondité des femmes chinoises était beaucoup plus bas que celui des femmes occidentales — soit, en moyenne, 5,5 enfants comparé à 7,5 enfants ; de plus, la pauvreté en Chine n’était pas causée par le surpeuplement, comme le pensait Malthus et ses successeurs, mais était plutôt la conséquence de l’organisation sociopolitique ; et on pourrait allonger la liste.

5La qualité scientifique de l’ouvrage, sa critique constructive de Malthus, sa présentation revue et corrigée de la Chine à un moment crucial de son développement aussi bien domestique qu’international rendaient incontournable la traduction en français de ce livre pour le rendre enfin accessible à un public francophone. Sa publication aux Presses de l’Université de Montréal dans la collection « Sociétés et cultures de l’Asie » nous a donc paru un passage obligé.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540