Version classiqueVersion mobile

Interprétations radicales

 | 
Daniel Laurier

Chapitre VI. Optimisation et interprétation

Résumé

Dans ce chapitre, je défends le point de vue selon lequel, dans le processus de l’interprétation radicale, l’interprète devrait viser à optimiser la rationalité des agents. Après avoir distingué différentes sortes d’interprétation, je soutiens que le soi-disant principe de simulation n’est pas une option sérieuse, et que le caractère contre-intuitif du principe de rationalité a été exagéré.

Texte intégral

1. Rationalité optimale et simulation

1Plusieurs (si ce n’est la plupart) des discussions récentes à propos de l’interprétation radicale ou, plus généralement, des critères gouvernant l’attribution d’états intentionnels, ont eu tendance à critiquer et à rejeter le point de vue selon lequel les créatures qui ne peuvent être interprétées comme étant optimalement rationnelles ne peuvent absolument pas se voir attribuer d’états intentionnels. Une telle prise de position est souvent associée aux travaux de Dennett et de Davidson ; ce qui n’est pas tout à fait sans fondement, même s’il est clair que ni l’un ni l’autre n’a formulé (ou ne formulerait) la thèse en des termes aussi crus. De toute façon, même si plusieurs de ces critiques ont une valeur et sont mêmes correctes (jusqu’à un certain point), je trouve que bien peu d’entre elles ont réussi à mettre la position incriminée (ou plus exactement l’ensemble de positions incriminées) dans une juste perspective. Je ne ferai pas ici une revue de ce qui a été écrit à ce sujet, mais j’essaierai (i) de faire partager ma conviction que plusieurs questions doivent d’abord être clairement distinguées, avant que la portée réelle de ces critiques puisse être évaluée, et (ii) d’esquisser à grands traits une possible réplique. J’ai bon espoir de faire apparaître que l’une des principales choses qui manquent à ces travaux est une juste appréciation de l’interdépendance de la signification, de la croyance et des désirs, sur laquelle l’interprétation radicale semble reposer, et de la multiplicité des niveaux auxquels le travail interprétatif peut avoir lieu. Une fois ces niveaux distingués, il devrait apparaître que des arguments distincts doivent être mis de l’avant pour soutenir ou critiquer un ensemble particulier de principes interprétatifs, et cela pour chaque niveau d’interprétation. Toutefois, certains traits généraux demeurent communs à tous les niveaux d’interprétation.

  • 1 Puisque le « principe de coopération » de Grice peut être considéré, avec raison, comme une forme (...)

2Premièrement, une distinction doit être faite entre ce que j’appellerai l’interprétation du discours, l’interprétation linguistique et l’interprétation psychologique. Le but de l’interprétation du discours est de découvrir le sens intentionnel (ou « sens du locuteur », dans la terminologie gricéenne) des paroles d’un locuteur donné. Cela se fait normalement (à tout le moins dans la tradition gricéenne)1 en s’appuyant sur une théorie sémantique de la langue (publique) de ce locuteur, et sur un principe de rationalité. On notera que lorsque les paroles du locuteur sont interprétées comme des assertions sincères, l’interprétation discursive fournit aussi les croyances de ce locuteur, en plus de la signification de ses paroles, mais qu’elle ne constitue d’aucune manière une forme d’interprétation radicale.

3Le but de l’interprétation linguistique est de construire une théorie sémantique pour la langue d’une communauté de locuteurs donnée (qui peut se réduire à un seul locuteur), c’est-à-dire d’assigner une signification littérale à chaque phrase de la langue de la communauté, sur la base de données empiriques indépendantes de toute connaissance sémantique concernant cette langue. En disant ce qu’est la signification littérale d’une énonciation d’une phrase donnée, on ne fait simplement qu’appliquer une théorie sémantique à un cas particulier, et par conséquent on n’accomplit pas, à proprement parler, quelque travail interprétatif que ce soit. Cependant, une telle théorie sémantique fournit manifestement le cadre général requis pour décider si (et jusqu’à quel point) le discours littéral d’un locuteur donné est rationnel. Dans la tradition de Quine/Davidson, l’interprétation linguistique implique également une forme ou une autre de principe de rationalité, mais il est alors clair que ce dernier doit être limité par une hypothèse d’uniformité sémantique, d’après laquelle chaque phrase a la même signification littérale, indépendamment du membre de la communauté linguistique qui l’énonce. Or, étant donné que tous les membres de la communauté linguistique n’accepteront pas les mêmes phrases dans les mêmes circonstances ou les mêmes conclusions sur la base des mêmes prémisses, l’interprète est forcé d’attribuer une certaine quantité de croyances fausses ou d’irrationalité à au moins quelques-uns d’entre eux.

4Le but de l’interprétation psychologique est le plus naturellement conçu comme celui de déterminer ce qu’un système intentionnel croit et désire, normalement dans le but de rendre ses actions intelligibles (c’est-à-dire de les rationaliser). En faisant cela, et plus particulièrement si le système intentionnel en question est un être humain, ce que l’on fait, en pratique, est d’utiliser nos connaissances concernant la psychologie humaine et la langue de cette personne. En prenant appui sur une telle connaissance, bien peu de chose semble pouvoir nous empêcher de conclure qu’une certaine personne n’est pas parfaitement rationnelle. La situation à laquelle nous devons faire face est apparemment très semblable à celle où l’on fait appel à une théorie sémantique afin d’interpréter des énonciations littérales. Cependant, de même que le savoir linguistique requis peut être vu comme le résultat d’un processus préalable d’interprétation linguistique, de même le savoir psychologique requis peut être considéré comme le résultat d’un processus préalable d’interprétation plus radicale, dont l’étude pourrait jeter un peu de lumière sur les fondements plus profonds des attributions intentionnelles à des systèmes intentionnels particuliers. L’interprétation psychologique étant désormais conçue comme une sorte d’interprétation radicale, son but consisterait donc plutôt à déterminer la signification de chaque représentation dans le langage interne d’une communauté de systèmes intentionnels putatifs (contenant possiblement un seul système, et à supposer que de tels langages internes existent et puissent être syntaxiquement caractérisés, préalablement à toute interprétation). Comme l’admet Stich (1984 : 216), il y a un parallélisme entre ce cas et le cas de l’interprétation linguistique, bien que la question de savoir jusqu’où va ce parallélisme demeure ouverte. Dans le cas de l’interprétation linguistique, l’interprète a accès à des phrases tenues-vraies (ainsi qu’aux circonstances externes dans lesquelles elles le sont) et il utilise certaines contraintes générales sur la croyance et l’hypothèse de l’uniformité sémantique pour déterminer à la fois le sens des phrases et les contenus de croyances. De même, dans le cas de l’interprétation psychologique, on pourrait peut-être imaginer que l’interprète a accès aux phrases internes qui sont stockées dans des « modules doxastiques » (et aux circonstances extérieurs dans lesquelles elles le sont), et qu’il utilise certaines contraintes générales sur la croyance et l’hypothèse de l’uniformité sémantique pour déterminer à la fois le sens de ces phrases et les contenus de croyances. Mais l’interprétation requiert au moins en partie des données d’ordre comportemental, et bien que donner son assentiment à une phrase soit une sorte de comportement, le fait pour un système intentionnel d’avoir une phrase interne inscrite dans son module doxastique n’en est pas une. Il paraît préférable, ne serait-ce que pour cette raison, de supposer que l’interprète psychologique a accès aux phrases internes qui sont stockées dans les modules doxastiques, de même qu’à celles qui sont stockées dans les modules conatifs (ainsi qu’aux circonstances dans lesquelles elles le sont) et au comportement manifeste, et qu’il utilise certaines contraintes générales sur la croyance et le désir, ainsi que l’hypothèse de l’uniformité sémantique, pour déterminer la signification de ces phrases et le contenu des croyances et des désirs. Cela n’affaiblirait pas réellement le parallélisme entre les deux niveaux, puisque l’interprétation linguistique dissimule l’hypothèse qu’en donnant leur assentiment à une phrase les locuteurs sont sincères, ou désirent exprimer une croyance.

5Il devrait être clair à présent que ces deux formes d’interprétation radicale n’impliquent pas la même sorte d’uniformité sémantique. Dans le contexte de l’interprétation linguistique, l’hypothèse de l’uniformité sémantique possède un caractère social, alors que dans le contexte psychologique, elle ne possède plus qu’un caractère biopsychologique. Cela devrait rendre clair le fait que la plupart des états intentionnels auxquels fait face l’interprète dans le dernier cas ne sont pas des croyances et des désirs au sens plein, mais plutôt ce que Stich a déjà appelé des états « subdoxastiques » (que je nommerai plutôt « sublinguistiques », puisqu’il serait pour le moins étrange de qualifier de « subdoxastique » un état qui prend la forme d’un désir). Pour des raisons semblables, le principe de rationalité ne peut pas vraiment vouloir dire la même chose dans les deux cas ; puisque le genre de réflexivité qui caractérise typiquement la rationalité « robuste » manque souvent au niveau sublinguistique. Pour donner une idée de ce que je veux dire ici, qu’on me permette de citer un article récent de Davidson :

  • 2 Dans ma traduction : « Quel que soit l’objet d’étude, les normes de l’observateur sont impliquées. (...)

Whatever is studied, the norms of the observer will be involved. But when what is studied is the mental, then the norms of the thing observed also enter. When thought takes thought as subject matter, the observer can only identify what he is studying by finding it rational, that is, in accord with his own standards of rationality. The astronomer and physicist are under no compulsion to find black holes or quarks to be rational entities. (Davidson, 1990d: 25)2

  • 3 On objecte parfois que ce genre de conception aurait comme conséquence que seules des croyances vr (...)

6Davidson opère ici un contraste entre les normes qui gouvernent toute description d’une parcelle de la réalité, et les normes que nous avons à attribuer aux systèmes intentionnels. Mais je crois que le contraste est incomplet, puisqu’il ne tient pas compte du sens dans lequel les normes peuvent être impliquées dans la description téléofonctionnelle des systèmes intentionnels, qui tombe quelque part entre les deux sens que Davidson contraste ici. Lorsque l’on présume de la rationalité d’une personne, il est plausible que l’on présume en partie que cette personne considérerait que son propre comportement est gouverné par la rationalité (c’est-à-dire qu’elle reconnaîtrait et accepterait les normes qui lui sont attribuées). Mais lorsque l’on dit qu’une certaine chose possède telles et telles fonctions (ou est censée faire telles et telles choses), on fait référence à certaines normes que l’on ne s’attend pas nécessairement à voir reconnues comme telles par la chose en question. Dans le présent contexte, cela veut dire que j’attendrais d’une interprétation psychologique qu’elle emploie des notions téléologiques et sélectionnistes en caractérisant les significations de représentations internes et les contenus d’états intentionnels. Le principe de rationalité prend ici une forme qui l’apparente à l’hypothèse panglossienne ou adaptationniste que les choses sont généralement censées faire ce qu’elles font généralement (ou ont fait dans le passé). Une telle approche de la sémantique des états intentionnels est devenue assez familière grâce aux travaux de Millikan (1984), Dennett (1987a), Papineau (1987) et Fodor (1990c), et a été accusée, entre autres, d’exclure la possibilité qu’un système intentionnel soit radicalement irrationnel ou possède des croyances majoritairement fausses3. Il est frappant de voir que la même critique a pratiquement été adressée à l’approche quinienne-davidsonienne de l’interprétation linguistique. Ma réponse à cette sorte de critique est à peu près la même dans chaque cas. En gros, c’est qu’il n’y a pas d’autre option qui puisse être motivée sans pétition de principe, et que le caractère contre-intuitif de ces approches peut être grandement atténué si l’on remarque que le principe de rationalité n’opère pas en vase clos (étant lui-même contraint par d’autres principes et d’autres hypothèses, parmi lesquelles on retrouve l’hypothèse de l’uniformité sémantique, et un principe de compositionnalité sémantique), et si l’on fournit une explication plausible des raisons pour lesquelles l’intuition devrait ici nous induire en erreur.

7On peut avoir quelques incertitudes concernant le contenu exact du principe de rationalité. La lecture que j’ai en tête lui fait englober le principe de charité comme un cas particulier. C’est donc dire que je le comprends dans un sens étendu, comme exigeant d’optimiser non seulement la rationalité des croyances, des désirs et des inférences (c’est-à-dire la cohérence des croyances et désirs, ainsi que la validité des inférences), mais encore la vérité des croyances et le succès des actions. Même dans ce cas, il peut encore être compris de diverses manières, par exemple comme faisant référence à un quelconque ensemble de standards de rationalité objectifs (ou transcendants), ou encore (comme le suggère Davidson) aux standards de rationalité propres à l’interprète, ou même aux performances inférentielles et aux jugements de vérité de facto (et non réflexifs) de l’interprète. Il n’est pas nécessaire de choisir, en pratique, entre les deux premières lectures, étant donné que du point de vue de l’interprète, il ne saurait y avoir de différence substantielle entre ses propres standards et ce qu’il tient pour des standards objectifs (bien qu’il puisse y avoir une différence entre ses standards et ce que sont réellement les standards objectifs), si bien que dans chaque cas l’interprète appliquera les mêmes standards.

8Les auteurs qui prennent le principe de rationalité dans l’un des deux premiers sens mentionnés n’ont généralement pas de difficulté à montrer que nos attributions ordinaires d’états intentionnels aux autres ne se conforment pas en fait au principe de rationalité et recommandent généralement de le remplacer par une version (ou un descendant) du principe d’humanité de Grandy (1973), d’après lequel on doit attribuer aux autres les croyances (ou les inférences) que l’on aurait soi-même (ou que l’on ferait) si l’on était à leur place. De telles théories de l’interprétation basées sur la simulation ont été mises de l’avant par Goldman (1989) et Pratt (1990), entre autres, et semblent prêtes à endosser la troisième lecture du principe de rationalité. Vues sous cet angle, elles recommandent en fait que nous considérions les dispositions réelles de l’interprète comme fournissant les standards de rationalité. Toutefois, il vaut mieux considérer non pas qu’elles changent les standards, mais plutôt qu’elles proposent un principe concurrent, car l’objectif de cette stratégie semble être d’autoriser l’interprète à attribuer des états intentionnels qui sont loin de correspondre à ses propres standards de rationalité et de vérité (à savoir, lorsqu’il juge que les autres se trouvent dans le genre de circonstances dans lesquelles il aurait lui-même de tels états intentionnels, bien qu’il serait alors incapable d’en reconnaître l’irrationalité, ou bien de la reconnaître à l’intérieur des limites temporelles disponibles, etc.). En d’autres termes, en attribuant des états intentionnels qu’il aurait s’il se trouvait dans la situation donnée, l’interprète traite autant que possible les autres comme aussi rationnels que lui-même (pas plus, pas moins), et cela d’après ses propres standards (c’est-à-dire qu’il continue d’appliquer les mêmes standards, mais sans les optimiser). L’interprète peut bien entendu se considérer lui-même comme étant moins qu’optimalement rationnel, et cela d’après ses propres standards. Mais dans ce cas, lorsqu’il interprète quelqu’un d’autre, et qu’il le suppose aussi rationnel que lui-même, il peut difficilement avoir d’autres standards à l’esprit. Si l’interprète se considère lui-même comme optimalement ou parfaitement rationnel, alors le principe de simulation ne se distinguera pas du principe de rationalité (c’est-à-dire de ce qui est présenté plus haut comme les deux premières lectures dudit principe). Plus généralement, s’il se considère comme rationnel à un degré X, alors le principe de simulation l’encourage à interpréter les autres de manière à ce qu’ils soient, autant que faire se peut, rationnels au degré X (c’est-à-dire d’une façon qui les rend rationnels, d’après ses propres standards, à un degré aussi près de X que possible ; ou, en d’autres termes, d’une manière qui les fait approcher sa propre approximation de la rationalité parfaite).

9La littérature récente sur l’interprétation a tendance à faire comme si le problème se résumait à celui de choisir entre le principe de rationalité et le principe de simulation, et la plupart des auteurs sont enclins à préférer le second. Même les textes de Davidson révèlent une certaine tension entre les deux principes. Le passage cité plus haut, et plusieurs autres remarques, donnent à penser que Davidson endosse le principe de rationalité, alors que d’autres (par exemple 1984a : xvii, 136, 152, 169 [trad. fr. : 15, 202, 223-224, 248-249] et 1985e : 92) suggèrent qu’il a plutôt en tête un principe plus faible se rapprochant du principe de simulation.

10À mon avis, cependant, nous ne sommes pas forcés de choisir ; je soutiens plutôt que nous pouvons conserver le principe de rationalité sans pour autant devoir répudier le principe de simulation, dans la mesure où l’on peut voir que le second dérive du premier (ou lui est de quelque manière subordonné).

11La principale objection contre le principe de rationalité ne peut être qu’il exclut la possibilité que quelqu’un puisse être jugé moins que parfaitement rationnel, puisque ce n’est pas le cas (du moins pas s’il est utilisé conjointement avec d’autres contraintes, comme je l’ai observé plus haut). L’objection ne peut donc consister qu’en ce qu’il exclut par avance la possibilité que quelqu’un puisse être jugé radicalement (ou largement) irrationnel, d’après les standards de l’interprète (ce qui est apparemment le cas, à condition qu’on confère un poids relatif plus important au principe de rationalité qu’aux autres principes pertinents, comme le principe d’uniformité sémantique). Cependant, il est loin d’être clair que la même objection ne puisse être soulevée contre le principe de simulation, puisque pour ne pas exclure cette même possibilité, il faudrait admettre que l’interprète peut se considérer lui-même comme radicalement irrationnel (c’est-à-dire qu’il peut juger s’écarter radicalement de ses propres standards), ce qui est pour le moins douteux. De plus, l’application du principe de simulation à son propre cas (c’est-à-dire dans un cas d’auto-interprétation, si cela peut avoir du sens) ne peut qu’être vide puisqu’elle se résume à exiger de l’interprète qu’il s’interprète de manière à faire en sorte qu’il soit aussi rationnel que lui-même. Mais pour que l’interprète sache à quel point il est rationnel, il doit déjà savoir quels états intentionnels il a, de telle sorte qu’ou bien on devra admettre qu’il le sait directement, ou bien, si cette connaissance doit résulter d’un processus auto-interprétatif, on devra supposer que ce processus est gouverné par le principe de rationalité, et non par le principe de simulation.

12Quoi qu’il en soit, je n’ai pas l’intention d’insister davantage sur cet argument, puisque je crois que je n’ai pas à traiter la question de savoir comment on peut connaître son propre esprit pour faire valoir ce que j’avance ici. Il suffira d’attirer l’attention sur une analogie significative entre l’interprétation linguistique et l’interprétation psychologique. Lorsqu’il interprète radicalement une communauté linguistique, l’interprète doit faire abstraction de toute connaissance qu’il peut avoir de la langue parlée dans cette communauté, à défaut de quoi son interprétation ne pourra pas être qualifiée de radicale. Autrement dit, même lorsqu’il interprète sa propre communauté linguistique, l’interprète doit faire semblant de ne pas en faire partie. Ce que j’essaie d’avancer, c’est que la même chose vaut dans le cas de l’interprétation psychologique, pour peu que celle-ci soit réellement radicale, que cela signifie qu’elle ne peut s’appuyer sur le principe de simulation. Cela revient à dire que lorsque l’interprète interprète la communauté psychologique humaine, il doit faire semblant de ne pas être un membre de cette communauté, c’est-à-dire qu’il doit raisonner comme s’il interprétait une communauté psychologique étrangère. Il est clair que le principe de simulation (ou « d’humanité ») requiert exactement le contraire, et ne peut donc être considéré comme un principe concurrent d’interprétation radicale. Cela ne veut cependant pas dire qu’il ne soit pas utile ou légitime de s’appuyer sur un tel principe dans le cours ordinaire de nos attributions d’états intentionnels à des individus particuliers (sauf que dans ce cas, notre activité n’en est pas une d’interprétation radicale, du moins d’interprétation radicale psychologique).

13Il peut sembler arbitraire de soutenir que l’interprétation radicale, qu’elle soit linguistique ou psychologique, commande à l’interprète d’optimiser la rationalité des systèmes qu’il interprète (à l’intérieur des limites imposées par l’hypothèse d’uniformité sémantique). Il ne semble pas y avoir de raison d’exclure que l’interprète puisse choisir d’interpréter ces systèmes de manière à faire en sorte qu’ils soient rationnels au degré X, quel que soit X, puisqu’il y a tout lieu de croire que cette manière de faire donnera toujours au moins une interprétation. À la réflexion, toutefois, il apparaît que des attentes plus modestes saperaient l’objectif même de l’interprétation, qui n’est pas seulement de produire une interprétation, mais de produire une interprétation qui fournirait les meilleures explications intentionnelles (les meilleurs rationalisations) des comportements des systèmes concernés. Or, il est plausible de penser que moins ceux-ci sembleront rationnels, moins leurs comportement pourront faire l’objet d’une explication intentionnelle. Le principe de rationalité peut donc être vu comme dérivant de la nature même de l’explication intentionnelle et comme une exigence générale de portée et d’adéquation explicatives. De plus, on notera que le principe de rationalité permet qu’un interprète considère quelqu’un d’autre comme plus rationnel que lui-même, ce qu’interdit le principe de simulation ; et j’ai tendance à voir là un avantage plus qu’un inconvénient, ne serait-ce que parce qu’il y a beaucoup de gens que je considère comme beaucoup plus rationnels que moi-même.

14L’une des principales motivations pour le principe de simulation semble tenir au fait qu’il laisse ouverte la possibilité de l’erreur et de l’irrationalité intelligibles. De fait, il permet à l’interprète d’attribuer une croyance fausse ou une mauvaise inférence chaque fois que celui-ci constate que le système qu’il interprète se trouve dans une situation où lui-même ferait le même genre d’erreur. L’intelligibilité que les erreurs semblent pouvoir gagner du principe de simulation repose donc sur une analogie présumée entre l’interprète et le système qu’il interprète. C’est certainement mieux que pas d’intelligibilité du tout, mais cela n’apporte pas grand-chose, même à l’interprète lui-même, à moins qu’il ne sache, en termes généraux, dans quel contexte quelqu’un est susceptible de se tromper. De toute manière, il apparaît que le principe de simulation se retrouve avec la double tâche de permettre à l’interprète d’identifier les erreurs et de les rendre intelligibles (ce qu’il fait d’une manière assez particulière). De mon point de vue, ces deux fonctions doivent être séparées. J’ai plutôt tendance à considérer comme une vertu des approches fondées sur un principe d’optimalité, ce que ses détracteurs ont tendance à lui reprocher, à savoir que par elles-mêmes celles-ci ne peuvent expliquer des écarts spécifiques par rapport à une norme idéale de rationalité et de vérité. Je fais ici allusion au fait que, dans le cadre de l’approche que je recommande, bien que l’on s’attende à ce que les systèmes visés par l’interprétation dévient (mais pas radicalement) de la rationalité parfaite, il n’y a pas d’attente ou de présomption particulière quant aux circonstances où ces déviations seront mises à jour. Les déviations et les erreurs se trouvent là où elles se trouvent, et c’est à l’interprète qu’incombe ensuite la charge de leur trouver des explications (non intentionnelles, cette fois-ci). Pour autant que je puisse en juger, les erreurs et les déviations qu’il trouvera, dans le cas des humains, seront exactement celles qu’il aurait découvertes avec le principe de simulation.

15On notera incidemment que la nécessité de rechercher des explications aux déviations et aux erreurs constitue une contrainte supplémentaire sur l’interprétation, qui peut plausiblement contribuer à en réduire l’indétermination, puisqu’il pourra s’avérer que parmi l’ensemble des interprétations admissibles (c’est-à-dire des interprétations qui satisfont chacune maximalement toutes les autres contraintes), seules quelques-unes permettent des explications plausibles aux déviations et aux erreurs.

2. L’étrangeté de la rationalité optimale

16J’espère avoir montré d’une manière raisonnablement claire les raisons pour lesquelles je crois que les théories fondées sur le principe de simulation ne constituent pas réellement des rivales sérieuses pour les théories fondées sur l’optimisation. Je me tourne donc maintenant vers le problème de rendre compte de l’intuition qu’il est (prima facie) possible qu’un système intentionnel se révèle être radicalement irrationnel. Comme je l’ai déjà mentionné, la vraie critique contre les théories de l’interprétation fondées sur l’optimisation consiste dans le fait que cette éventualité se voit d’emblée déclarée impossible. C’est là que Papineau (1987), pour ne mentionner que lui, voit le défaut le plus grave de la position de Davidson. Mais Papineau ne semble pas se rendre compte que sa propre position (une version de la téléosémantique fondée sur la sélection naturelle) est vulnérable aux mêmes difficultés (comme je l’ai montré au chapitre précédent).

17Malgré tout, il paraît indéniable que les approches basées sur l’optimisation ont effectivement cette conséquence, mais seulement à condition (1) qu’on songe aux interprétations basées sur la totalité des données empiriques possibles et (2) qu’on donne au principe de rationalité assez de poids par rapport aux autres contraintes en jeu. On peut dès lors être tenté d’amender ces approches de manière à les rendre compatibles avec nos intuitions. Peut-être pourrait-on y parvenir en invoquant une distinction entre la construction et l’application d’une théorie sémantique (c’est-à-dire entre la manière dont les choses apparaissent avant et après que le processus d’interprétation soit complété), car cela semble être une des faiblesses des théories de l’interprétation qu’elles se bornent à demander quelles théories sémantiques devraient être justifiées par la totalité des données empiriques possibles. Peut-être pourrait-on alors défendre l’idée qu’en dépit de l’utilité d’une telle idéalisation dans certains contextes, l’assouplir permettrait de faire une place à l’irrationalité radicale, au moins à titre de possibilité abstraite.

18Les théories examinées recommandent de considérer les systèmes interprétés comme aussi rationnels que possible, en accord avec les contraintes supplémentaires qu’elles imposent et, bien sûr, avec les données empiriques disponibles. En supposant pour un instant qu’à partir d’un certain point, les données cessent de s’accumuler, un interprète pourrait alors se trouver en possession d’une théorie sémantique en vertu de laquelle la plupart des comportements et états intentionnels futurs des systèmes interprétés paraîtraient irrationnels (bien qu’elle réussisse à faire apparaître la plupart de leurs comportements et états intentionnels présents et passés comme étant généralement rationnels, c’est-à-dire bien qu’elle satisfasse toutes les contraintes concernant les données disponibles). Il semble dès lors que si seules les données disponibles jusqu’à un certain point sont considérées, alors on peut nier que les théories de l’interprétation basées sur l’optimisation font qu’il est impossible pour un système intentionnel d’être radicalement irrationnel. Seuls les comportements et les états intentionnels (ininterprétés) qui font partie de la base empirique de l’interprétation devraient être alors déclarés largement rationnels. Il est assez manifeste, toutefois, que cela ne peut être qu’arbitraire ; ce qui revient à dire que tout nouveau comportement et nouvel état intentionnel (ininterprété) peut toujours être compté comme une nouvelle donnée susceptible d’être ajoutée aux données déjà disponibles, ce qui signifie que la différence entre la construction et l’application d’une théorie sémantique est elle-même arbitraire. Cela ne devrait surprendre personne, étant donné le caractère holiste de toute construction de théorie.

19La difficulté vient du fait qu’en pratique, nous semblons nous interpréter les uns les autres comme si nous avions atteint ce stade problématique, c’est-à-dire comme si la théorie sémantique requise était déjà connue et n’exigeait plus aucune sorte de confirmation. En d’autres termes, nous ne traitons pas chaque nouveau comportement ou chaque nouvelle énonciation comme une nouvelle donnée contribuant à déterminer la signification des phrases (internes comme externes). Mais les théories de l’interprétation que nous considérons ne nous expliquent pas pourquoi l’interprète devrait faire de même. L’interprète, en tant qu’interprète, veut parvenir à une théorie sémantique qui lui permettra d’assigner une signification à n’importe quel token possible de phrase ou de représentation mentale (selon qu’il est un interprète linguistique ou un interprète psychologique). Mais nous, dans le cours normal de notre existence, ne sommes apparemment pas des interprètes dans ce sens-là. Il est par conséquent difficile de savoir ce que la fiction de l’interprétation radicale est censée nous dire à propos de nos pratiques interprétatives ordinaires, si elle est censée nous informer à ce sujet. J’imagine qu’elle est conçue de manière à rendre explicite à quelles conditions et jusqu’à quel point elles seraient justifiées ; mais cela semble nous conduire à la conclusion qu’elles ne peuvent être justifiées, à moins qu’elles ne soient compatibles avec toutes les données empiriques possibles, et donc, inutiles en pratique.

20On peut dire en gros la même chose, bien entendu, de n’importe quel processus de construction théorique. Quelle que soit la sorte de théorie empirique dont on parle, il est trivial de souligner que cette théorie est correcte seulement si elle est compatible avec l’ensemble des données possible. Mais cela ne nous empêche pas d’utiliser ce qui s’avère être nos théories les mieux confirmées (jusqu’à présent) pour expliquer et prédire de nouveaux faits. En faisant cela, cependant, nous restons ouverts à la possibilité que notre théorie actuelle doive être modifiée en raison de faits nouveaux ; et c’est précisément ce que nous semblons ne pas faire lorsque nous appliquons nos théories sémantiques actuelles à d’autres systèmes intentionnels.

  • 4 Les nouvelles données auxquelles il est ici fait allusion doivent être comprises comme faisant réf (...)

21Je crois pouvoir me tirer de cet embarras en suggérant qu’après tout, et malgré les apparences contraires, ce que nous faisons ordinairement est très près de ce qui est exigé de l’interprète radical. C’est-à-dire que nous gardons ouverte la possibilité que nos théories sémantiques actuelles doivent être révisées, mais que, selon le niveau d’interprétation considéré (et son échelle temporelle spécifique), les données pertinentes sont plus ou moins rares. Dans le processus de l’interprétation psychologique, on s’en souviendra, l’interprète est en quête d’une théorie sémantique du langage interne d’une communauté (putative) de systèmes intentionnels. Ce qui soude les membres d’une telle communauté, c’est que ceux-ci partagent une quantité appréciable de caractéristiques naturelles/biologiques (et principalement, un langage interne formellement caractérisé), de telle sorte qu’il est raisonnable de s’attendre à ce qu’ils partagent aussi une sémantique de leur langage interne. Or, du point de vue que nous considérons, les significations des phrases internes dépendent, pour une grande part, de l’histoire présente et passée des membres de cette communauté ; mais il est alors peu plausible, étant donné la nature de la communauté et la lenteur du processus d’évolution, qu’aucun interprète « en chair et en os » qui aurait eu accès à suffisamment de données pour construire une théorie sémantique plausible, vivra assez longtemps pour accumuler assez de données nouvelles pour l’obliger à réviser sa théorie de fond en comble4. De plus, même si cela devait se produire, l’interprète aurait alors autant de raisons de conclure qu’il est témoin d’un changement naturel (c’est-à-dire qu’il n’a plus affaire à la même communauté sémantique) que de raisons de conclure que sa théorie est mauvaise. Mais il y a peu de chances qu’il conclue que la plupart des membres de la communauté sont soudainement devenus radicalement irrationnels (bien qu’il n’y ait pas de difficulté à admettre cette éventualité pour le cas plus restreint de quelques membres de la communauté).

22À peu près les mêmes remarques valent pour le cas de l’interprétation linguistique. Car même si celle-ci ne se déroule pas à la même échelle que l’interprétation psychologique (puisque les espèces biologiques survivent plus longtemps que les communautés linguistiques), il demeure improbable qu’un interprète humain déjà en possession d’une théorie sémantique bien confirmée (et utilisable) d’une langue donnée vivra assez longtemps pour amasser une telle quantité de données nouvelles qu’il lui faudra revoir substantiellement la théorie qu’il a déjà. C’est particulièrement patent si l’on songe à la communauté linguistique d’origine de l’interprète. Du reste, l’interprète aurait toujours la possibilité d’invoquer des changements dans la langue elle-même. Mais il y a tout de même ici un élément supplémentaire, que l’on ne retrouve pas dans l’interprétation psychologique. En effet, lorsqu’il a affaire à des locuteurs particuliers, l’interprète peut passer à l’interprétation du discours plutôt que de remettre en question sa théorie sémantique. En d’autres termes, il peut fort bien arriver qu’en essayant de comprendre ce qu’un locuteur particulier essaie de dire, il soit plus prudent de supposer que celui-ci ne parle pas de façon littérale, ou commet une faute linguistique quelconque. Aucune option de cette sorte n’est disponible sur le plan psychologique puisqu’à proprement parler les représentations internes ne sont pas (intentionnellement) utilisées, encore moins erronément ou non littéralement utilisées. C’est pourquoi on n’a pas à distinguer entre le sens littéral d’une phrase interne dans le module des croyances et le contenu de la croyance du sujet, comme on doit distinguer entre le sens littéral d’une énonciation et ce que le locuteur croit réellement, même s’il est sincère.

  • 5 Je voudrais remercier Martin Montminy, Michel Seymour et Alain Voizard pour des discussions utiles (...)

23Il semble donc y avoir de bonnes raisons pragmatiques pour que nos pratiques interprétatives ordinaires donnent l’impression que nous ne sommes pas prêts à réviser nos théories sémantiques au contact de données nouvelles, comme on l’exige d’un interprète radical « rationnel ». C’est, en un mot, parce qu’il est peu probable, en pratique, qu’une quantité suffisante de données empiriques variées soit disponible, sauf dans certains cas spéciaux où il semble que nous réagissions de la manière attendue5.

Notes

1 Puisque le « principe de coopération » de Grice peut être considéré, avec raison, comme une forme du principe de rationalité.

2 Dans ma traduction : « Quel que soit l’objet d’étude, les normes de l’observateur sont impliquées. Mais quand le mental est l’objet d’étude, alors les normes de la chose observée entrent aussi en ligne de compte. Quand la pensée se penche sur la pensée, l’observateur ne peut identifier son objet d’étude qu’en le trouvant rationnel, c’est-à-dire en accord avec ses propres critères de rationalité. L’astronome et le physicien n’ont aucune obligation de juger que les trous noirs ou les quarks sont des entités rationnelles. »

3 On objecte parfois que ce genre de conception aurait comme conséquence que seules des croyances vraies peuvent avoir une valeur adaptative, ce qui ne semble pas être le cas. Mais la sorte de « panglossisme » que j’ai à l’esprit n’a pas cette conséquence, étant donné qu’elle ne vise pas à maximiser la « valeur adaptative », que ce soit pour l’individu ou l’espèce, mais le succès des actions ; et manifestement, des croyances vraies peuvent mener à des actions réussies, bien que mortelles.

4 Les nouvelles données auxquelles il est ici fait allusion doivent être comprises comme faisant référence à des faits concernant la biographie des membres actuels et futurs de la communauté, et non à des faits concernant des biographies passées.

5 Je voudrais remercier Martin Montminy, Michel Seymour et Alain Voizard pour des discussions utiles sur les sujets abordés dans ce chapitre, dont une version antérieure a été présentée au 9e Congrès International de Logique, de Méthodologie et de Philosophie des sciences à Uppsala (Suède), en août 1991 et publiée dans Grazer Philosophische Studien 43 (1992).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search