Version classiqueVersion mobile

Interprétations radicales

 | 
Daniel Laurier

Chapitre III. Misères de l’interprétationnisme

Résumé

Je me demande en quoi consiste l’interprétationnisme en matière d’états et de contenus intentionnels, et en quel sens et dans quelle mesure il est incompatible avec le réalisme et le naturalisme. J’insiste sur le fait qu’une théorie de l’interprétation peut prendre plusieurs formes différentes. Je soutiens que l’interprétationnisme n’est intéressant que s’il est compris comme une thèse concernant la relation entre l’épistémologie et la métaphysique de l’intentionnalité, et selon toute vraisemblance, une thèse qui accorde une forme quelconque de priorité à la première sur la seconde. Je suggère, d’autre part, que si toutes les formes d’interprétationnisme ne sont pas incompatibles, ni avec le réalisme intentionnel, ni avec le naturalisme, les formes les plus intéressantes sont de nature à rendre le projet naturaliste pratiquement irréalisable, puisqu’elles exigeraient une naturalisation « simultanée » des notions intentionnelles et de la notion de rationalité ou de justification.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Le terme apparaît, par exemple, dans Child (1994), Pacherie (1993), Gauker (1994) et Engel (1994b).

1Mon ambition dans ce chapitre est de caractériser la spécificité d’un certain type d’attitude à l’égard des phénomènes intentionnels (c’est-à-dire les états et les contenus représentationnels), qui semble commune à des auteurs tels que Davidson, Dennett, Putnam et un certain nombre de lesser lights, et qu’on a commencé à appeler l’interprétationnisme (ou « interprétativisme »)1. À ma connaissance, Dennett est le seul des trois auteurs mentionnés à avoir employé ce terme, mais sans lui donner de signification bien précise, et apparemment pas pour désigner une position qu’il souhaiterait endosser sans réserve. Je commencerai donc par commenter brièvement l’usage qu’il en fait.

2Dennett (1987a : 14-15 [trad. fr. : 26]) introduit ce terme pour désigner une conception de la nature des attributions de croyance (et donc, ajoute-t-il, de la nature de la croyance) qui semble à première vue s’opposer au réalisme. Alors que le réalisme rapproche la question de savoir si une certaine personne a telle ou telle croyance de celle de savoir si elle est infectée par un certain virus, et la traite ainsi comme une question de fait parfaitement objective concernant ce qui se passe dans la tête de la personne concernée, l’interprétationnisme la rapproche de celle de savoir si cette personne est immorale ou talentueuse, et suggère que la réponse à la question dépend de l’adoption (par celui qui cherche à y répondre) d’une certaine perspective ou, selon l’expression de Dennett, d’une certaine stratégie prédictive (en l’occurrence, la « stratégie intentionnelle »). La principale préoccupation de Dennett est de montrer que ces deux points de vue ne sont pas réellement incompatibles, puisqu’on peut soutenir à la fois que la croyance est un phénomène parfaitement objectif et qu’elle ne peut être discernée que si l’on adopte une certaine stratégie prédictive.

3Bien qu’on ait pu mettre en doute la cohérence de sa profession de foi réaliste, il n’y a en fait rien d’étonnant dans la conclusion de Dennett concernant la compatibilité de l’interprétationnisme et du réalisme, compte tenu de la manière équivoque dont il caractérise l’interprétationnisme. Le réalisme est en effet décrit comme une position selon laquelle une attribution de croyance est objectivement vraie ou fausse, indépendamment du point de vue de celui qui la fait, mais qui ne dit rien de plus concernant les conditions auxquelles elle est vraie (et rien du tout concernant les conditions dans lesquelles une telle attribution est justifiée, ou peut être reconnue comme vraie). L’interprétationnisme, quant à lui, est présenté de manière équivoque, comme étant tantôt le point de vue selon lequel un agent ne pourrait avoir telle ou telle croyance que relativement à celui qui la lui attribue, et tantôt le point de vue selon lequel on ne peut discerner si un agent a telle ou telle croyance que si on adopte une certaine perspective. Il est facile de voir, en considérant, par exemple, le cas des phénomènes macrophysiques ordinaires, que l’interprétationnisme, entendu dans le second sens, est effectivement compatible avec le réalisme ; car il est manifestement cohérent de soutenir qu’un énoncé concernant l’occurrence d’un certain phénomène physique est objectivement vrai ou faux, mais que sa valeur de vérité ne peut être discernée que si on adopte un certain point de vue (c’est-à-dire par exemple si on est relié à cet événement d’une certaine manière, et si on dispose des catégories appropriées). Mais cela ne contribue en rien à montrer que l’interprétationnisme, entendu dans le premier sens, est compatible avec le réalisme. Dennett substitue subrepticement une réponse à la question de savoir comment on peut reconnaître si un agent croit telle ou telle chose, à une réponse à la question de savoir si, ou à quelles conditions, un agent croit telle ou telle chose.

4Pour comprendre ce qu’est l’interprétationnisme et à quoi il s’oppose, il importe de distinguer clairement entre la question de la nature des états ou des contenus intentionnels et celle de l’épistémologie des attributions d’états ou de contenus intentionnels, deux questions que Dennett semble confondre, avec le résultat que ses remarques ne contribuent guère à clarifier la situation. Si le réalisme intentionnel, tel que Dennett le définit, affirme que les attributions d’états intentionnels ont des conditions de vérité objectives (et donc, en un certain sens, que les états intentionnels existent objectivement), il ne dit nullement quelles sont ces conditions de vérité, et laisse ainsi largement ouverte la question de leur nature. D’un autre côté, on ne saurait suggérer que l’interprétationnisme consiste tout simplement à proposer une réponse à la question de savoir à quelles conditions une attribution d’état ou de contenu intentionnels est justifiée, sans rendre la notion parfaitement vide. Il y a donc deux possibilités : ou bien (1) l’interprétationnisme doit être vu comme un certain type spécifique de réponse à cette question épistémologique, ou bien (2) il doit être vu comme une manière de répondre à une autre question, celle de la nature (et non plus simplement de l’existence) des états ou des contenus intentionnels, ou celle de savoir quelles sont les conditions de vérité des attributions d’états intentionnels. Il semble en fait que les conceptions des principaux interprétationnistes mentionnés plus haut (y compris celle de Dennett lui-même) constituent un mélange de ces deux possibilités, mais je soutiendrai que l’interprétationnisme ne constitue une position intéressante que s’il est compris comme une thèse métaphysique.

5Il s’avère cependant nécessaire de donner d’abord quelques précisions préliminaires concernant ce qu’il faut entendre, dans le présent contexte, par une interprétation ou une théorie de l’interprétation, ce qui permettra de montrer que l’interprétationnisme peut prendre plusieurs formes et qu’il ne se limite pas au niveau des états ou des contenus intentionnels.

2. Les paramètres de l’interprétation

6Mon objectif dans cette section est de distinguer entre différents types de théories de l’interprétation (et non plus d’interprétationnismes), en fonction de quelques paramètres essentiels. Les premières distinctions à faire sont en quelque sorte thématiques, et concernent l’objet de l’interprétation. Il importe de distinguer entre « interpréter » dans le sens de « attribuer un état intentionnel à un agent » et « interpréter » dans le sens de « attribuer une signification ou un contenu à une représentation mentale ». Mais il est clair qu’interpréter peut aussi consister à attribuer l’accomplissement d’un acte de langage (ou même d’un acte tout court, pour autant qu’il s’agisse d’une action intentionnelle) à un agent, ou à attribuer une signification à une expression linguistique.

7Par simple souci de clarifier la terminologie, je dirai qu’une interprétation peut être soit sémantique, soit pragmatique, et que dans chaque cas, elle peut encore être soit intentionnelle (ou psycho-intentionnelle), soit linguistique. Une interprétation sémantique intentionnelle attribue un contenu à des représentations mentales, et une interprétation sémantique linguistique attribue une signification à des expressions linguistiques. Une interprétation pragmatique intentionnelle attribue un acte ou un état intentionnel (non communicationnel) à un agent, et une interprétation pragmatique linguistique attribue un acte de langage (ou un acte de communication) à un agent.

8Par « théorie de l’interprétation », on peut entendre soit une théorie de la manière dont une interprétation (de l’un ou l’autre type) est ou doit être justifiée, c’est-à-dire une théorie épistémologique (descriptive ou normative) concernant les conditions de justification d’une interprétation (de l’un ou l’autre type), soit une théorie des conditions de vérité d’une interprétation, c’est-à-dire, en quelque sorte, une sémantique ou une métaphysique de l’interprétation.

  • 2 On dit qu’une famille de propriétés A survient sur une autre famille de propriétés B lorsque deux c (...)

9Il ne suffit naturellement pas d’avoir une idée de ce qu’est une théorie de l’interprétation pour savoir ce qu’est l’interprétationnisme, ni de défendre une théorie de l’interprétation (qu’elle soit métaphysique ou épistémologique) pour être interprétationniste. Car de la manière dont j’ai présenté les choses, défendre une théorie des conditions de vérité ou des conditions de justification d’une interprétation, quelle qu’elle soit, équivaut à défendre une théorie (métaphysique ou épistémologique) de l’interprétation. On voit difficilement alors, comment il pourrait y avoir une place pour l’interprétationnisme, que ce soit sur le plan épistémologique ou sur le plan métaphysique, si on voulait identifier l’interprétationnisme avec le fait de défendre une théorie de l’interprétation. L’interprétationnisme ne peut être qu’une thèse concernant la relation entre l’épistémologie et la métaphysique de l’interprétation, et selon toute vraisemblance, une thèse qui accorde une forme quelconque de priorité à l’une sur l’autre. Cela pourrait être, par exemple, une thèse selon laquelle une épistémologie (correcte) de l’interprétation détermine (ou « constitue ») les conditions de vérité d’une interprétation, ou bien une thèse selon laquelle une métaphysique de l’interprétation détermine (ou « constitue ») les conditions de justification d’une interprétation (ou encore, une thèse selon laquelle les conditions de vérité d’une interprétation « surviennent » sur ses conditions de justification2, ou vice versa). On peut parler, dans le premier cas, d’interprétationnisme métaphysique, et dans le second cas, d’interprétationnisme épistémologique. Mais il est clair qu’en aucun cas, l’interprétationnisme ne consiste à dire quelles sont les conditions de vérité ou de justification d’une interprétation ; il consiste plutôt à dire soit (dans le cas de l’interprétationnisme métaphysique) que les conditions de vérité d’une interprétation dépendent de ses conditions de justification, ce qui impose une contrainte sur la métaphysique de l’interprétation, soit (dans le cas de l’interprétationnisme épistémologique) que les conditions de justification d’une interprétation dépendent de ses conditions de vérité, ce qui impose une contrainte sur l’épistémologie de l’interprétation.

10Concentrons-nous un instant sur le niveau de l’interprétation pragmatique intentionnelle, et considérons la suggestion naturelle selon laquelle

(1) Y croit que p ssi Y est dans un état du type C qui signifie que p

(ou (1’) Y croit que p ssi Y a une certaine relation C avec la proposition que p).

  • 3 Cela vaut évidemment de manière générale : toute analyse des conditions de vérité d’un certain type (...)

11Il s’agit manifestement d’une suggestion concernant la nature de la croyance, c’est-à-dire concernant les conditions de vérité des attributions de croyance, et non pas les conditions dans lesquelles il est permis à un agent d’attribuer une croyance à un autre. Mais il semble que si cette suggestion est vraie, alors il est permis d’affirmer que Y croit que p ssi il est permis d’affirmer que Y est dans un état du type C qui signifie que p (ou que Y a la relation C avec la proposition que p), ou plus généralement, que R est une raison d’affirmer que Y croit que p ssi R est une raison d’affirmer que Y est dans un état du type C qui signifie que p (ou que Y a la relation C avec la proposition que p). Il semble, en d’autres termes, que toute proposition concernant les conditions de vérité des attributions d’états intentionnels en détermine, au moins de manière nominale, les conditions de justification, ce qui revient à dire qu’une analyse de la nature des conditions de vérité de tels énoncés entraîne avec elle une épistémologie de l’interprétation (ou du moins les germes d’une telle épistémologie)3. Si cela était correct, cela voudrait dire qu’il est possible de soutenir une forme d’interprétationnisme épistémologique, selon laquelle toute théorie de la nature des états intentionnels, ou des conditions de vérité des attributions d’états intentionnels, détermine une épistémologie de l’interprétation pragmatique intentionnelle.

  • 4 Comme on le verra plus loin, l’interprétationnisme soulève la question inverse, celle de savoir si (...)

12Mais cela n’est que partiellement correct. Car un agent ne serait justifié d’affirmer que Y croit que p, que s’il était justifié, non seulement d’affirmer que Y est dans un état du type C qui signifie que p (ou que Y a la relation C avec la proposition que p), mais aussi d’accepter la proposition (1) (ou (1’) elle-même). Cela serait naturellement le cas si la suggestion en question était une vérité conceptuelle triviale, mais cela pourrait éventuellement être le cas même si elle n’était ni vraie, ni triviale, ni conceptuelle. Mais dans tous les cas de figure, il faudrait apparemment compter les raisons d’admettre que (1) (ou (1’)) au nombre des raisons qu’il faut ajouter à celles de croire que Y est dans un état du type C qui signifie que p (ou que Y a la relation C avec la proposition que p), pour obtenir les raisons de supposer que Y croit que p. Cette observation, qui n’est sans doute pas loin d’être triviale, permet donc d’attirer l’attention sur le fait qu’une analyse des conditions de vérité des attributions d’états intentionnels n’en détermine pas, ne serait-ce que de manière nominale, les conditions de justification (totales), et qu’une théorie épistémologique de l’interprétation (pragmatique intentionnelle) ne saurait être entièrement commandée/déterminée par une théorie de la nature des états intentionnels4. J’en conclus que (bien que les conditions de vérité d’un énoncé imposent certainement des contraintes sur ses conditions de justification) l’interprétationnisme épistémologique ne constitue pas une position particulièrement attrayante, et que l’interprétationnisme (au moins sur le plan pragmatique intentionnel, mais je soupçonne qu’on pourrait appliquer le même raisonnement aux autres formes d’interprétation) doit plutôt être compris comme une thèse métaphysique. Il convient par conséquent d’insister désormais sur l’épistémologie de l’inter prétation, puisque c’est sur elle que l’interprétationnisme métaphysique prend appui.

13La proposition (1), qu’on peut considérer comme approximativement correcte, indique comment distinguer entre la question de savoir si Y a une attitude de tel ou tel type (une croyance plutôt qu’un désir, etc.), et celle de savoir si un certain état de Y a tel ou tel contenu, c’est-à-dire entre une attribution d’état intentionnel, telle que

(2) Y est dans un état du type C qui signifie que p,

14et une attribution de contenu intentionnel, telle que

  • 5 Il est intéressant de noter que (1’) ne semble pas permettre d’isoler le cas (3), ce qui me semble (...)

(3) l’état E (réalise une expression qui) signifie (dans Y, au temps t) que p5.

15Une interprétation pragmatique intentionnelle, c’est-à-dire une description psychologique, est une proposition ou un système de propositions du type (2), alors qu’une interprétation sémantique intentionnelle n’est apparemment pas tenue de contenir des propositions de ce type, mais seulement des propositions du type (3). Mais il est naturel de penser qu’une interprétation pragmatique devrait contenir ou déterminer une interprétation sémantique, et par conséquent qu’une théorie épistémologique de l’attribution d’états intentionnels (c’est-à-dire une épistémologie de l’interprétation pragmatique intentionnelle) devrait contenir ou présupposer une théorie épistémologique de l’attribution de contenus intentionnels (c’est-à-dire une épistémologie de l’interprétation sémantique intentionnelle). Dans ce cas, l’élaboration d’une théorie du premier type ne serait certainement pas indépendante de celle d’une théorie du deuxième type.

16On pourrait toutefois faire remarquer que nous ne sommes jamais, en pratique, dans la situation de pouvoir identifier un état physique (type ou token) d’un agent et d’affirmer que cet état physique a tel ou tel contenu. Nous ne pourrions être dans cette situation que si nous savions quels états physiques (décrits en termes physiques) de cet agent sont aussi des états intentionnels, et personne ne sait rien de tel (dans l’état actuel des choses). Lorsque nous attribuons un état intentionnel à un agent, nous ne faisons qu’affirmer qu’il y a un état physique (token) de cet agent qui a un certain contenu, sans pour autant être en mesure de spécifier cet état (autrement que par son contenu présumé). En d’autres termes, le raisonnement sur lequel on s’appuie pour attribuer un état intentionnel n’est pas une généralisation existentielle du genre : l’agent est dans tel état physique et cet état physique a tel ou tel contenu, donc il est dans un état physique qui a tel ou tel contenu.

17Si ce qui précède est juste, il faut reconnaître qu’une interprétation pragmatique intentionnelle ne contient pas nécessairement de propositions du type (3), mais tout au plus des généralisations existentielles de propositions de ce type. Il reste cependant que s’il y a une interprétation pragmatique intentionnelle vraie d’un certain agent, alors il y a des propositions singulières vraies concernant ce que signifient certains états (internes ou non, types ou tokens) de cet agent. En d’autres termes, l’existence d’une interprétation pragmatique intentionnelle vraie implique qu’il y a (en principe) une interprétation sémantique (intentionnelle) vraie, bien que celle-ci ne soit ni une partie ni une conséquence de celle-là. Il s’ensuit apparemment (i) que la connaissance d’une interprétation pragmatique intentionnelle (d’un agent donné) ne présuppose pas la connaissance d’une interprétation sémantique intentionnelle (des états internes de cet agent), ce qui suggère que (ii) le véritable problème avec le « langage de la pensée », ce n’est pas, comme certains voudraient peut-être nous le faire croire, d’en donner la sémantique, mais bien d’en découvrir la syntaxe, ou du moins d’en identifier les unités (en termes non sémantiques).

18D’autre part, il ne semble pas possible de construire/confirmer une interprétation sémantique (intentionnelle ou non) sans faire référence aux relations que les « utilisateurs » du système symbolique concerné ont avec les expressions de ce système. S’il s’agit de décrire un système symbolique public (une langue), il y a fort à parier que les relations pertinentes seront elles-mêmes des relations intentionnelles (c’est-à-dire des relations qui consistent dans le fait que les utilisateurs ont certaines attitudes concernant des expressions linguistiques), mais la situation est évidemment beaucoup moins claire dans le cas de la description sémantique d’un système de représentation mentale. Ce qui importe, c’est que même si les relations pertinentes doivent être intentionnelles, et si une interprétation sémantique intentionnelle doit reposer en partie sur une interprétation pragmatique intentionnelle (qui doit elle-même être légitimée par une épistémologie de l’attribution d’états intentionnels), cela n’introduit apparemment aucune circularité, s’il est vrai qu’il est possible de justifier l’attribution d’au moins certains types d’états intentionnels sans s’appuyer sur une interprétation sémantique intentionnelle ou sur une épistémologie de l’interprétation sémantique intentionnelle, comme on l’a soutenu au paragraphe précédent.

19Je conclus donc que sur le plan de l’interprétation intentionnelle, il est possible d’envisager de développer une épistémologie (sans doute partielle) de l’interprétation pragmatique sans présupposer une épistémologie de l’interprétation sémantique, mais que toute épistémologie de l’interprétation sémantique dépend d’hypothèses concernant l’interprétation pragmatique.

  • 6 Lorsqu’il s’agit spécifiquement de signification linguistique, on pourrait de plus distinguer entre (...)

20Sur le plan de l’interprétation sémantique, qu’elle soit intentionnelle ou linguistique, il semble qu’on doive encore distinguer entre attribuer un contenu ou une signification à un type et attribuer un contenu ou une signification à un token6. Il est naturel de présumer que la signification ou le contenu d’un token est en partie fonction du fait qu’il est d’un certain type, et de ce que ce type signifie, ou en d’autres termes, qu’un token n’a de contenu sémantique qu’en vertu du fait qu’il est d’un type qui a ce contenu (c’est-à-dire en vertu du fait qu’il appartient à un type dont tous les tokens ont le même contenu). Cela suggère que l’interprétation sémantique des tokens pourrait dépendre de l’interprétation sémantique des types. Mais toutes les manières de comprendre cette suggestion ne sont pas acceptables.

21Notons d’abord qu’il n’y a apparemment aucune contradiction, sur le plan « métaphysique », dans la supposition que deux tokens indiscernables (eu égard à leurs propriétés non sémantiques) pourraient ne pas avoir le même contenu (ou la même signification). La difficulté vient seulement de ce qu’on ne voit pas comment un interprète pourrait alors être justifié d’attribuer un certain contenu ou une certaine signification à l’un de ces deux tokens sans être justifié de l’attribuer aussi à l’autre, à moins de concéder que la justification d’une interprétation sémantique d’un token peut ne pas reposer entièrement sur les caractéristiques non sémantiques (c’est-à-dire, naturalistes) de ce token. À défaut de faire cette concession, il faudrait donc admettre que certains tokens ont un contenu ou une signification qu’on ne peut en principe être justifié de leur attribuer, ce qui est certainement inacceptable d’un point de vue interprétationniste (métaphysique).

22L’idée selon laquelle l’interprétation sémantique d’un token est fonction du fait que ce token est d’un certain type, et de l’interprétation sémantique de ce type doit donc être comprise, non comme une thèse métaphysique, mais plutôt comme une thèse épistémologique, selon laquelle un interprète ne peut être justifié d’attribuer un contenu ou une signification à un token sans être aussi justifié de croire que ce token est d’un type dont tous les tokens ont le même contenu. Mais cela serait une erreur d’en conclure qu’une attribution de contenu ou de signification à un token doit reposer sur l’attribution préalable de cette signification ou de ce contenu à un type, c’est-à-dire que pour être justifié d’attribuer un contenu à un token, il faut d’abord être justifié de croire que ce token est d’un certain type, et que tous les tokens de ce type ont ce contenu. Il est tout à fait possible qu’un interprète soit justifié d’attribuer un contenu (ou une signification) à un certain token mental (ou linguistique), sans pour autant que sa justification consiste dans le fait qu’il soit préalablement justifié de croire que ce token est d’un certain type, et que tous les tokens de ce type ont ce contenu (ou cette signification). Il faut au contraire comprendre que si un interprète est justifié d’attribuer un contenu (ou une signification) à un token, et si sa justification consiste dans le fait qu’il est justifié de croire que ce token est de tel ou tel type (a telles ou telles caractéristiques) non sémantique(s), alors il est justifié de (en ce sens que cela constitue sa justification pour) croire que tous les tokens de ce type (qui ont ces caractéristiques) ont le même contenu. On aurait donc tort de croire que l’interprétation sémantique d’un token présuppose ou dépend toujours de l’identification ou de l’interprétation préalable du type correspondant, ou même d’un type quel qu’il soit. Pour autant que je puisse en juger, cette conclusion est parfaitement compatible avec le fait qu’en pratique, une attribution de signification à un token linguistique s’appuie souvent sur la reconnaissance préalable du fait que ce token est d’un certain type et que ce type a cette signification.

  • 7 Il est bon de souligner que, dans la présente terminologie, l’interprétationnisme de Davidson ne co (...)
  • 8 Une croyance est indéfaisablement justifiée lorsqu’elle est justifiée et qu’aucune information ou d (...)

23On sait qu’au moins un interprétationniste7 éminent, à savoir Davidson lui-même, n’accepte le matérialisme que sous la forme du monisme anomal, selon lequel aucun type sémantique ou intentionnel n’est identique (ou nomologiquement équivalent, dans le sens de « équivalent en vertu d’une loi stricte ») à un type naturaliste (c’est-à-dire non sémantique et non intentionnel). Il est bon de remarquer que l’anomie du mental n’est pas strictement incompatible avec l’idée avancée plus haut, selon laquelle un interprète ne peut être justifié d’attribuer un contenu ou une signification à un token, à moins d’être aussi justifié de croire que ce token est d’un certain type et que tous les tokens de ce type ont le même contenu. Cela n’est pas incompatible, car il n’est pas exclu que la justification d’une telle attribution consiste dans le fait d’être justifié de croire que ce token appartient à un certain type sémantique ou intentionnel (c’est-à-dire à un type qui ne peut être caractérisé en termes naturalistes). Mais à moins de vouloir soutenir qu’on peut être indéfaisablement justifié8 d’admettre le faux, cela semble bien avoir pour conséquence que si la justification d’une attribution de contenu ou de signification à un token repose exclusivement sur le fait que ce token est de tel ou tel type naturaliste, alors elle est nécessairement défaisable.

24On pourrait protester que le point de vue de Davidson sur l’interprétation (sémantique) intentionnelle semble assez différent de celui qui est présenté ici. Davidson évite en effet de parler de représentations mentales ou de langage de la pensée, et il ne va pas de soi qu’il ait besoin d’admettre l’intelligibilité de l’idée qu’on puisse attribuer un contenu intentionnel à un token « mental ». Child (1994 : 8) a sans doute raison de soutenir qu’une position comme celle de Davidson n’est pas tenue d’assimiler les attitudes propositionnelles à des états internes, mais il ne lui est pas non plus interdit de le faire, et il serait difficile de ne pas les tenir à tout le moins pour des états physiques (internes ou non) de l’agent, que rien n’interdit d’appeler des « représentations ». Comme on l’a remarqué plus haut, lorsqu’un interprète attribue un état intentionnel à un agent, il affirme, en partie, qu’il y a un état physique (token) de cet agent qui a un certain contenu, sans pour autant être en mesure de spécifier cet état (autrement que par son contenu présumé), ni par conséquent lui attribuer de contenu. Mais il reste qu’il ne peut être justifié d’affirmer une telle chose que sur la base de sa conviction qu’il y a un état token de l’agent qui est relié d’une certaine manière à des phénomènes observés, ou plus généralement aux conditions de justification de son attribution d’état intentionnel. Or, avoir cette relation à ces conditions fait partie des propriétés de ce token, et définit un type d’état dont l’interprète ne peut être justifié de penser que tous les tokens n’ont pas le même contenu (s’il est justifié de penser que ce token a ce contenu). J’en conclus que même dans une perspective comme celle de Davidson, un interprète ne pourrait être justifié d’attribuer un contenu à un token « mental » à moins d’être justifié de croire que ce token est d’un type dont tous les tokens ont ce contenu. Mais il ne s’ensuit évidemment pas que ce type d’état doive être individué en termes purement naturalistes ; cela ne sera le cas que si les conditions de justification des attributions d’états intentionnels doivent elles-mêmes être naturalistes.

25La conclusion intéressante, c’est que si ces conditions de justification doivent être naturalistes, alors une interprétation (pragmatique ou sémantique) ne peut être indéfaisablement justifiée que si la thèse de l’anomie du mental (c’est-à-dire du sémantique et de l’intentionnel) est fausse. Il y a en effet, comme on le verra plus loin, de bonnes raisons de croire à la fois qu’une épistémologie de l’interprétation doit être naturaliste et que les formes les plus intéressantes d’interprétationnisme exigent qu’une interprétation puisse être indéfaisablement justifiée, ce qui implique, à toutes fins utiles, la réductibilité des notions sémantiques ou intentionnelles.

26J’ai soutenu que si un interprète est justifié d’interpréter un token d’une certaine manière, alors sa justification doit consister dans le fait que ce token est d’un certain type, de sorte qu’il doit aussi être justifié d’interpréter ce type de la même manière. Il semble aller de soi qu’inversement, un interprète ne peut être justifié d’interpréter un type d’une certaine manière sans être justifié d’interpréter tous les tokens de ce type de la même manière ; et on peut donc ignorer, en pratique, la distinction entre l’interprétation des types et celle des tokens.

27On notera d’autre part que je n’ai imposé aucune contrainte sur la nature des types ou des caractéristiques qui sont susceptibles de recevoir ou de justifier une interprétation sémantique, et en particulier, que rien n’interdit de penser (avec bon nombre d’auteurs) qu’ils puissent ou doivent être essentiellement relationnels ou qu’ils puissent ou doivent faire référence de manière essentielle à une multiplicité ou une communauté d’agents. Selon la thèse externaliste forte, un interprète ne peut être justifié d’attribuer un certain contenu (ou une certaine signification) à un état (ou une énonciation) d’un individu qu’en vertu du fait qu’il est justifié de croire que cet état (ou énonciation) est relié d’une certaine manière, soit à l’environnement physique de cet individu (externalisme individualiste), soit à d’autres individus (externalisme anti-individualiste). L’externalisme faible admet qu’une interprétation sémantique peut être justifiée sur la base de données ou de caractéristiques relationnelles ou non individualistes, sans toutefois exclure la possibilité contraire, qui correspond à la thèse internaliste faible. La thèse internaliste forte, quant à elle, affirme qu’une interprétation sémantique ne peut pas être justifiée sur la base de données ou de caractéristiques relationnelles ou non individualistes. En d’autres termes, l’internalisme fort s’oppose à la fois à l’externalisme faible et à l’externalisme fort, tandis que l’internalisme faible ne s’oppose qu’à l’externalisme fort.

28Il faut souligner que la thèse anti-individualiste n’oblige pas à faire une distinction substantielle entre l’interprétation des individus et celle des communautés ; s’il y a une distinction à faire, c’est entre une interprétation individualiste et une interprétation non individualiste des états ou énoncés des individus. On peut certes être enclin à penser que ce qu’une expression linguistique signifie (littéralement) dans la bouche d’un locuteur individuel dépend de (ou n’est autre que) ce que cette expression signifie dans la langue de sa communauté, ou que ce qu’un état interne signifie, lorsqu’il est réalisé dans un certain individu, dépend de (ou n’est autre que) ce que cet état signifie lorsqu’il est réalisé dans tout autre individu d’une certaine communauté. Mais la thèse exige seulement que ce qu’une expression linguistique signifie (littéralement) dans la bouche d’un locuteur individuel (ou ce qu’un état interne signifie, lorsqu’il est réalisé dans un certain individu) dépende en partie de certaines de ses relations avec d’autres individus.

29Comme il pourrait s’avérer que l’interprétation (sémantique) intentionnelle dépende, au moins en partie, de l’interprétation (sémantique) linguistique, ou vice versa, on ne peut exclure la possibilité que le caractère éventuellement externaliste de l’une se transmette à l’autre (et s’ajoute à celui de l’autre, à supposer qu’elle soit déjà externaliste, pour des raisons indépendantes). Il est clair, en particulier, que si la thèse externaliste forte est valide pour l’interprétation intentionnelle (ou linguistique), et si l’interprétation linguistique (intentionnelle) présuppose ou dépend de l’interprétation intentionnelle (linguistique), alors elle vaudra aussi pour l’interprétation linguistique (intentionnelle).

30Outre les distinctions qu’on a faites jusqu’ici, il est clair qu’on pourrait distinguer autant de types de théories de l’interprétation qu’il y a de contraintes qu’on pourrait vouloir imposer sur la nature des données ou des interprètes admissibles. En ce qui concerne les données, on a déjà distingué les théories naturalistes, qui limitent les données de base à des faits naturalistes, et les théories externalistes, qui exigent (ou autorisent, dans le cas de l’externalisme faible) qu’au moins certaines données dépendent de (certains types de) propriétés relationnelles. Mais les données admissibles pourraient aussi en principe, et à défaut d’être naturalistes, être limitées (selon les cas) à celles qui ne dépendent pas de tel ou tel type d’attribution d’états ou de contenus intentionnels (ou d’actes de langage, ou de significations). Il est clair qu’il y a un nombre illimité de possibilités, dans cette dimension.

  • 9 À savoir : pragmatique intentionnelle, pragmatique linguistique, sémantique intentionnelle, et séma (...)

31De manière générale, on ne doit sans doute pas s’attendre à ce que les contraintes soient nécessairement les mêmes pour les quatre9 grandes catégories d’interprétation distinguées plus haut. Par exemple, Davidson qualifie de « radicale » une théorie de l’interprétation (sémantique) linguistique qui s’appuie exclusivement sur des données qui peuvent être décrites sans présupposer la compréhension du langage concerné. Comme il se plaît à le souligner lui-même, cela autorise l’interprète à utiliser toute donnée ou toute hypothèse concernant les états intentionnels du ou des locuteurs, pour autant que celles-ci soient accessibles indépendamment de la connaissance de la signification des expressions concernées ; et il y a selon lui des données et des hypothèses de ce type (qu’il appelle des attributions d’état intentionnel « non individuatif »). Bien que Davidson reste muet sur cette question, on s’attendrait naturellement à ce que l’attribution de ces états intentionnels non individuatifs repose sur des données ou des hypothèses qui ne dépendent à leur tour ni de l’interprétation des énoncés, ni de l’attribution d’états intentionnels individuatifs (qui est censée aller de pair avec l’interprétation des énoncés), et par conséquent qu’elle repose sur des données naturalistes.

32Cette dernière remarque permet d’attirer l’attention sur le fait qu’une théorie de l’interprétation, qu’il s’agisse de l’attribution d’états intentionnels, d’actes de langage, de contenus intentionnels ou de significations linguistiques, ne doit pas nécessairement être considérée comme un tout monolithique et indécomposable. J’entends par là qu’on ne peut exclure a priori que différents types d’états intentionnels, d’actes de langage, de contenus intentionnels ou de significations linguistiques puissent être attribués sur la base de différents types de données, de telle sorte que par exemple « la » théorie de l’attribution d’états intentionnels se décompose en une séquence de théories partielles (chacune portant sur un certain type d’états intentionnels) dont certaines reposent, par exemple, sur des données qui présupposent l’attribution de tels ou tels types de contenus intentionnels, de significations linguistiques ou d’actes de langage. On ne peut exclure, en d’autres termes, que les quatre grandes catégories d’interprétation distinguées plus haut soient étroitement (peut-être inextricablement) imbriquées les unes dans les autres.

33En termes généraux, la contrainte de radicalité n’est apparemment qu’une contrainte de non-circularité, et n’est donc absolument pas facultative. Soumettre les différentes formes d’interprétation à cette contrainte revient en fait à exclure qu’elles puissent dépendre les unes des autres de manière circulaire, ce qui impose, pratiquement, une forme de naturalisme. Cette contrainte ne sera en effet satisfaite que si certains types d’interprétation ne dépendent d’aucune autre forme d’interprétation (bien qu’ils puissent être mutuellement interdépendants). Mais dans ce cas, ou bien ces types d’interprétation reposent sur des données ou des hypothèses qui ne dépendent d’aucune forme d’interprétation quelle qu’elle soit (et il y a fort à parier que ces données ou hypothèses devront alors être naturalistes), ou bien ils sont en quelque sorte a priori ou « auto-justifiants ».

3. L’interprétationnisme, le réalisme et le naturalisme

34Revenons à la question de l’interprétationnisme. J’ai soutenu dans la section précédente que l’interprétationnisme ne constitue une position potentiellement intéressante que sous sa forme métaphysique, selon laquelle les conditions de vérité d’une interprétation dépendent de (ou « surviennent » sur) ses conditions de justification, ce qui revient à affirmer que l’épistémologie de l’interprétation en commande, en quelque sorte, la « métaphysique ». Une telle position ne semble pas être fondamentalement incompatible avec le réalisme, si le réalisme affirme simplement que les interprétations ont des conditions de vérité objectives.

35Mais tout dépend du type d’interprétationnisme auquel on a affaire, et du type de théorie de l’interprétation sur lequel il s’appuie. Il est utile de noter, à cet égard, qu’en tant que théorie épistémologique, une théorie de l’interprétation fait implicitement référence à un agent canonique, qu’on appelle l’interprète. L’interprète est celui qui élabore et confirme des hypothèses interprétatives, et dont une théorie (épistémologique) de l’interprétation est censée dire comment il doit procéder. Dans le cas, par exemple, de l’interprétation pragmatique intentionnelle, l’interprétationnisme (méta-physique) pourrait théoriquement prendre l’une ou l’autre des deux formes suivantes :

(4) un agent Y croit que p ssi il y a un interprète X qui est justifié de lui attribuer cette croyance,

(5) un agent Y croit que p ssi il est possible qu’un interprète X soit justifié de lui attribuer cette croyance.

36Manifestement, la forme (4) est équivalente à la forme (5), si la quantification porte sur l’ensemble des interprètes possibles. Mais si la quantification est limitée aux interprètes réels, alors la forme (4) est difficilement défendable, puisqu’un agent peut certainement avoir une croyance bien que personne ne soit jamais justifié de la lui attribuer. Inversement, il ne semble pas non plus être suffisant qu’un interprète soit justifié d’attribuer une croyance à un agent pour que cet agent ait cette croyance, à moins peut-être que sa justification ne soit de nature à garantir la vérité de cette attribution, c’est-à-dire à moins que sa justification ne soit au moins concluante ou indéfaisable. Il faudrait donc reformuler (5) de la manière suivante :

(6) un agent Y croit que p ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié de lui attribuer cette croyance.

37Mais il y a un sens dans lequel une thèse de ce genre est manifestement trop faible (voire triviale) ; c’est le sens dans lequel il suffit, pour qu’il soit possible qu’un énoncé soit indéfaisablement justifié, qu’il y ait un monde possible dans lequel les données suffisantes existent (c’est-à-dire qu’il y ait des données possibles, qui le justifieraient indéfaisablement). On peut exclure cette interprétation en proposant la reformulation suivante :

(7) un agent Y croit que p ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié de lui attribuer cette croyance, sur la base de faits accessibles dans le monde réel.

38Cela suggère qu’une thèse interprétationniste ne peut s’appuyer que sur une épistémologie de l’interprétation qui fournit une notion de justification concluante ou indéfaisable. Muni d’une telle théorie, l’interprétationniste franchit alors le pas consistant à affirmer qu’une interprétation de tel ou tel type est vraie ssi il est possible qu’elle soit indéfaisablement justifiée relativement à des données réelles. On pourrait croire que l’exigence d’indé faisabilité est une exigence extrêmement forte, qui ne peut pratiquement être satisfaite que par des théories épistémologiques psychologiquement irréalistes (ou à tout le moins idéalisées). Mais il est plausible de supposer que toute théorie épistémologique détermine, ne serait-ce qu’implicitement, une notion de justification indéfaisable. Car on peut présumer qu’une hypothèse empirique est justifiée « à la limite de l’enquête », c’est-à-dire justifiée relativement à l’ensemble de toutes les données (passées, présentes et futures), seulement si elle est indéfaisablement justifiée. Or, l’idée de « limite de l’enquête » ou d’ensemble de toutes les données semble devoir être admise par toute théorie épistémologique.

39Cependant, puisque aucun interprète empirique ne peut même espérer disposer de toutes ces données, cela soulève la question de savoir comment caractériser la classe des interprètes possibles à laquelle la thèse interprétationniste (ou la théorie épistémologique sur laquelle elle s’appuie) fait référence. Elle ne peut concerner la classe des interprètes qui ont les mêmes limitations cognitives que les interprètes empiriques, car toutes les attributions de croyance devraient alors être fausses, selon la thèse proposée. Elle doit par conséquent faire référence à une classe d’interprètes plus large que la classe des interprètes empiriquement possibles. À supposer qu’on puisse caractériser une classe d’interprètes capable de rendre la thèse interprétationniste plausible, quelle serait alors la valeur de cette thèse ? En quoi serait-il intéressant de savoir que si nous n’avions pas telles ou telles limitations cognitives, alors nous pourrions être indéfaisablement justifiés d’attribuer une croyance à un agent, et nous ne pourrions pas l’être à moins que cet agent n’ait cette croyance ? Il est assez difficile de voir ce que cela prouverait, concernant la nature de la croyance, et assez facile de voir que l’intérêt de l’interprétationnisme métaphysique diminuerait en proportion du degré d’idéalisation des interprètes qu’il admet.

40Les remarques qui précèdent valent non seulement pour l’interprétationnisme pragmatique intentionnel correspondant à (7), mais aussi pour les trois autres formes d’interprétationnisme métaphysique qu’on peut distinguer sur la base de la section précédente, qu’on pourrait donc formuler ainsi :

(8) un agent Y affirme que p ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié de lui attribuer cet acte illocutoire, sur la base de faits accessibles dans le monde réel (pragmatique linguistique)

(9) l’état E signifie (dans Y) que p ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié de lui attribuer ce contenu, sur la base de faits accessibles dans le monde réel (sémantique intentionnel)

(10) l’expression E signifie (pour Y) que p ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié de lui attribuer ce contenu, sur la base de faits accessibles dans le monde réel (sémantique linguistique).

41La forme générale de l’interprétationnisme métaphysique est donc :

  • 10 Ici, « W » est un simple substitut pour la partie droite des biconditionnels (7)-(10).

(11) W ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié (sur la base de faits accessibles dans le monde réel) de croire que W10.

42S’il est objectivement vrai ou faux qu’une interprétation peut être indéfaisablement justifiée, et si le réalisme affirme simplement que de telles attributions ont des conditions de vérité objectives, alors l’interprétationnisme est une forme de réalisme. Mais si le réalisme, comme le suggère Dummett, inclut l’idée que les énoncés pour lesquels on professe le réalisme peuvent être vrais ou faux même s’il est impossible, en principe, de déterminer leur valeur de vérité, alors l’interprétationnisme est clairement une forme d’antiréalisme (et une forme d’antiréalisme d’autant plus stricte que les contraintes sur la classe des « interprètes » admissibles seront plus sévères). En tout état de cause, ce n’est certainement ni une forme de « subjectivisme », ni une forme de « relativisme ». À moins qu’aucune interprétation d’un certain type ne soit vraie, la thèse interprétationniste correspondante sera vraie seulement s’il y a une théorie épistémologique « correcte » qui caractérise les conditions de justification de ce type d’interprétation de telle manière qu’il soit possible qu’une interprétation de ce type soit indéfaisablement justifiée.

  • 11 Davidson (1985c : 246) va même jusqu’à soutenir que c’est précisément parce qu’elles sont essentiel (...)

43La philosophie récente a beaucoup insisté sur la nécessité de défendre une conception naturaliste de l’intentionnalité. En pratique, cela revient à soutenir qu’il doit être possible de spécifier les conditions de vérité des attributions d’états ou de contenus intentionnels en termes non intentionnels et non sémantiques, faute de quoi la psychologie scientifique devra faire l’économie des notions intentionnelles. Je ne connais aucune explication générale de ce qu’est un concept naturaliste qui ne se résume pas à dire qu’un concept est naturaliste s’il est du type de ceux utilisés dans les sciences naturelles ; mais il semble être généralement admis que le concept de causalité est prima facie naturaliste (ce qui est quelque peu paradoxal, compte tenu que la notion de cause n’est pas un concept utilisé dans les sciences naturelles11) et que les notions normatives sont prima facie non naturalistes.

44Il serait tentant de conclure que l’interprétationnisme est incompatible avec le naturalisme, puisqu’il saute aux yeux que (7)-(10) (i) font référence à des états intentionnels d’un interprète (attribuer la croyance que p n’est rien d’autre que croire ou juger qu’un certain agent croit que p), et (ii) font usage du concept prima facie normatif de justification. Mais ce serait une erreur. Supposons en effet qu’il y ait une explication naturaliste des conditions de vérité des interprétations d’un certain type, et que cette explication ne fasse aucunement référence à leurs conditions de justification, quelles qu’elles soient. Il reste tout à fait possible que ces conditions de vérité soient en fait (ou même, nécessairement) réalisées ssi il est possible d’être (indéfaisablement) justifié de les croire réalisées, même si ces conditions de justification ne sont pas elles-mêmes naturalistes. Autrement dit, il pourrait y avoir une explication naturaliste des conditions de vérité d’une interprétation qui n’en mentionne pas les conditions de justification (indéfaisable), sans que cela n’entraîne la fausseté de l’interprétationnisme, dans le sens de (7)-(10) (ni apparemment le caractère naturaliste de ces conditions de justification).

45On pourrait protester que cet argument ne tient pas compte de la véritable motivation en faveur de l’interprétationnisme, qui pourrait bien être une inclination à penser qu’il n’y a pas d’autre manière de spécifier les conditions de vérité d’une interprétation que par le biais de ses conditions de justification (indéfaisable), ou en d’autres termes, une inclination à penser que les conditions de justification (indéfaisable) d’une interprétation sont « constitutives » de ses conditions de vérité. Il est clair que l’argument du paragraphe précédent ne tient plus si les thèses (7)-(10) sont comprises comme ayant une telle force constitutive, et qu’une thèse interprétationniste constitutive ne peut être compatible avec le naturalisme que si elle s’appuie sur une épistémologie naturaliste de l’interprétation, c’est-à-dire sur une théorie de l’interprétation qui propose une explication naturaliste des conditions dans lesquelles une interprétation peut être indéfaisablement justifiée. Mais il serait étonnant qu’on puisse naturaliser l’épistémologie de l’interprétation sans naturaliser l’épistémologie dans son ensemble, puisqu’il n’est guère de théorie épistémologique, aussi prétendument naturaliste soit-elle, qui fasse l’économie du vocabulaire intentionnel/sémantique.

46Une théorie de l’interprétation sera naturaliste si elle permet de compléter le schéma

(12) il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié (sur la base de…) de croire que W ssi…

  • 12 Notons qu’il y a un sens dans lequel dire que X est justifié de croire que p revient tout simplemen (...)

47(où W est une interprétation du type approprié) en termes naturalistes. Or, il est naturel de penser que ce schéma pourrait, en première approximation, être complété par « il est possible que X croit que W et… », où les conditions de vérité de « il est possible que X croit que W » seraient elles-mêmes expliquées en termes naturalistes, et où la place vide serait occupée par une description naturaliste des conditions que doit satisfaire cette croyance pour être justifiée12. Mais supposons que cette stratégie « naturelle » puisse aboutir, pour le cas où W est une interprétation pragmatique intentionnelle, par exemple une attribution de croyance telle que « Y croit que p ». L’interprétationnisme pragmatique intentionnel (compris dans le sens de (7)) perdrait alors la plus grande partie de son intérêt. Car il y aurait vraisemblablement, dans ce cas, une formulation naturaliste des conditions de vérité des attributions d’états intentionnels qui ne fait pas référence aux capacités cognitives de quelque interprète que ce soit. On doit en effet s’attendre à ce que, s’il est possible de fournir, des conditions de vérité de « il est possible que X croit que (Y croit que p) », une explication naturaliste qui n’en mentionne pas les conditions de justification, alors il est possible d’en faire autant pour les conditions de vérité de « Y croit que p » (c’est-à-dire de l’interprétation W elle-même). Comme on l’a remarqué plus haut, cela ne signifierait pas que la thèse (7) est fausse, car il pourrait être le cas que ces conditions de vérités puissent en principe être reconnues par un interprète (admissible) (c’est-à-dire qu’elles soient réalisées ssi il est possible qu’un interprète soit indéfaisablement justifié de croire qu’elles le sont). Mais cela entrerait en conflit avec la supposition que cette thèse doit être comprise comme une thèse constitutive, puisque cela montrerait que l’élaboration d’une épistémologie de l’interprétation pragmatique intentionnelle n’est ni la seule manière, ni la manière la plus directe, de spécifier les conditions de vérité des attributions d’états intentionnels (ce qui ne l’empêcherait évidemment pas de demeurer, le cas échéant, la manière la moins difficile, ou la plus instructive, ou la plus économique, de le faire).

  • 13 Il faudrait que ce soit, en quelque sorte, un « symbole incomplet » au sens de Russell.

48En d’autres termes, l’interprétationnisme (pragmatique intentionnel) constitutif exige apparemment que ce qui complète le schéma « il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié de croire que (Y croit que p) ssi… », ne contienne rien d’équivalent à « X croit que (Y croit que p) »13, c’est-à-dire qu’il soit impossible d’expliquer ce qu’est une croyance sans expliquer simultanément ce qu’est une croyance justifiée, ou une croyance rationnelle. Cette forme d’interprétationnisme n’est donc compatible avec le naturalisme que s’il est possible de produire une explication naturaliste de ce qu’est une croyance justifiée, ou rationnelle, qui ne s’appuie pas sur (ou ne présuppose pas) une explication préalable de ce qu’est une croyance.

49Supposons maintenant que la stratégie évoquée plus haut aboutisse, pour le cas où W est une interprétation sémantique (intentionnelle ou linguistique) ; c’est-à-dire supposons qu’il y ait une explication naturaliste des conditions de vérité de « il est possible que X croit que (l’état E signifie que p) » (ou de « il est possible que X croit que l’expression E signifie que p ») qui n’en mentionne pas les conditions de justification.

50On ne peut, dans ce cas, en conclure qu’il y aurait une explication des conditions de vérité de « l’état E signifie que p » (ou de « l’expression E signifie que p ») qui satisferait les mêmes conditions. Il semblerait donc que la stratégie en question est une option possible pour le cas de l’interprétation sémantique.

51On notera cependant qu’il ne pourrait vraisemblablement pas y avoir d’explication des conditions de vérité de « il est possible que X croit que (l’état E signifie que p) » (ou de « il est possible que X croit que l’expression E signifie que p ») qui satisfasse ces conditions, à moins qu’il n’y en ait aussi une des conditions de vérité de « X croit que p » (qui satisfasse les mêmes conditions), c’est-à-dire à moins que l’interprétationnisme constitutif ne soit faux dans le cas de l’interprétation pragmatique intentionnelle. Cette stratégie ne présente donc d’intérêt que pour le naturaliste qui a déjà renoncé à l’interprétationnisme constitutif pour les attributions d’états intentionnels.

  • 14 Supposons qu’on modifie la formulation de la thèse interprétationniste de telle manière que ce soit (...)

52Le même raisonnement vaut pour l’interprétationnisme pragmatique linguistique. Supposons en effet que la même stratégie aboutisse pour le cas où W est une interprétation pragmatique linguistique ; c’est-à-dire supposons qu’il y ait une explication naturaliste des conditions de vérité de « il est possible que X croit que (Y affirme que p) » qui n’en mentionne pas les conditions de justification. On ne peut pas non plus en conclure qu’il y aura une explication des conditions de vérité de « Y affirme que p » qui satisfait les mêmes conditions, mais il y a tout lieu de croire que cela ne sera possible que s’il y a une telle explication des conditions de vérités de « X croit que p », c’est-à-dire si les conditions de justification d’une interprétation pragmatique intentionnelle n’en constituent pas les conditions de vérité14.

53On a conclu plus haut que l’interprétationnisme pragmatique intentionnel ne peut être à la fois naturaliste et constitutif que s’il y a une explication naturaliste de ce qu’est une croyance justifiée, ou rationnelle, qui ne s’appuie pas sur (ou ne présuppose pas) une explication préalable de ce qu’est une croyance. Cette conclusion n’est pas sans rappeler une thèse générale qui semble se dégager des travaux de Davidson, et selon laquelle les concepts intentionnels sont réductibles à des concepts naturalistes seulement si le concept de rationalité l’est aussi. Davidson n’a jamais explicitement énoncé cette thèse, mais elle est implicitement contenue dans l’idée maintes fois répétée qu’il est impossible d’identifier les états intentionnels d’un agent (et notamment ses croyances) sans supposer qu’il est généralement rationnel, et dans l’usage qu’en fait Davidson pour conclure que, puisque le concept de rationalité est un concept normatif, les concepts intentionnels sont irréductibles à des concepts naturalistes (ou plus exactement physiques). Le fait que Davidson raisonne de cette manière suggère fortement qu’une naturalisation de l’intentionnalité devrait inclure, dans sa perspective, une naturalisation de la rationalité, et que sa position pourrait donc être une forme d’interprétationnisme constitutif. On pourrait dire, en un certain sens, que Davidson infère l’anomie (et donc l’irréductibilité) de l’intentionnel de l’interprétationnisme (sémantique linguistique) constitutif.

  • 15 Une version antérieure de ce chapitre a été présentée à Lyon, en novembre 1994, dans le cadre du co (...)

54Il ne faut cependant pas se dissimuler qu’il y a des différences considérables entre le point de vue de Davidson et celui qui est présenté ici. D’une part, la rationalité dont parle Davidson est celle que l’interprète prête à l’agent, et ne se résume pas à la rationalité épistémique, tandis que la rationalité mentionnée dans ma conclusion se limite à la rationalité épistémique de l’interprète. D’autre part, le raisonnement de Davidson concerne d’abord l’interprétation sémantique linguistique, et ne s’applique à l’interprétation pragmatique intentionnelle que de manière indirecte, en vertu de la thèse de l’interdépendance de la signification linguistique et des contenus intentionnels, tandis que l’argument proposé ici vise exclusivement l’interprétation pragmatique intentionnelle. Il ne vaut pas pour l’interprétation sémantique linguistique ; mais, dans la terminologie de Davidson, il vaut pour les attributions d’états intentionnels « non individuatifs ». Or, il est loin d’être clair que l’inter prétationnisme de Davidson, si on peut bel et bien parler d’interprétationnisme, inclut les états intentionnels non individuatifs. Enfin, l’argument proposé plus haut a l’avantage de conduire à ce qui semble être essentiellement le même résultat, sans faire aucune hypothèse substantielle concernant le contenu d’une théorie de l’interprétation ; c’est-à-dire, par exemple, concernant la question de savoir si une telle théorie doit inclure une forme de principe de charité ou de rationalité, ou plus généralement, la question de savoir à quelles conditions une attribution d’état ou de contenu intentionnel est effectivement justifiée15.

Notes

1 Le terme apparaît, par exemple, dans Child (1994), Pacherie (1993), Gauker (1994) et Engel (1994b).

2 On dit qu’une famille de propriétés A survient sur une autre famille de propriétés B lorsque deux choses qui n’ont pas les mêmes propriétés de la famille A ne peuvent pas avoir les mêmes propriétés de la famille B. En l’occurrence, dire que les conditions de vérité d’une interprétation surviennent sur ses conditions de justification, c’est dire que deux interprétations qui n’ont pas les mêmes conditions de vérité doivent avoir des conditions de justification différentes.

3 Cela vaut évidemment de manière générale : toute analyse des conditions de vérité d’un certain type d’énoncés fournit automatiquement une manière de décrire les conditions de justification de ces énoncés, bien que cette description puisse ne pas constituer une analyse satisfaisante, sur le plan épistémologique, de ces conditions de justification.

4 Comme on le verra plus loin, l’interprétationnisme soulève la question inverse, celle de savoir si une théorie de la nature des états ou des contenus intentionnels peut être entièrement subordonnée à une théorie de l’interprétation.

5 Il est intéressant de noter que (1’) ne semble pas permettre d’isoler le cas (3), ce qui me semble plaider en faveur d’une forme de représentationnalisme minimal. « Minimal », parce que rien ne permet, à ce stade, de conclure que ces représentations doivent avoir une structure syntaxique ou compositionnelle. Il ne s’agit donc pas d’endosser la « théorie représentationnelle de l’esprit » dans le sens de Fodor.

6 Lorsqu’il s’agit spécifiquement de signification linguistique, on pourrait de plus distinguer entre la signification « littérale » d’un token et sa signification « intentionnelle » (c’est-à-dire entre ce que ce token signifie et ce que le locuteur veut dire par ce token). Mais cette distinction qui, notons-le, ne s’applique évidemment pas sur le plan de l’interprétation sémantique intentionnelle (car les porteurs de contenu intentionnel ne sont pas utilisés par des agents), ne joue aucun rôle dans ce qui suit.

7 Il est bon de souligner que, dans la présente terminologie, l’interprétationnisme de Davidson ne concerne explicitement que l’interprétation sémantique linguistique, bien qu’elle ait aussi une incidence sur l’interprétation pragmatique (particulièrement intentionnelle).

8 Une croyance est indéfaisablement justifiée lorsqu’elle est justifiée et qu’aucune information ou donnée nouvelle ne peut faire en sorte qu’elle cesse d’être justifiée.

9 À savoir : pragmatique intentionnelle, pragmatique linguistique, sémantique intentionnelle, et sémantique linguistique.

10 Ici, « W » est un simple substitut pour la partie droite des biconditionnels (7)-(10).

11 Davidson (1985c : 246) va même jusqu’à soutenir que c’est précisément parce qu’elles sont essentiellement causales que les notions intentionnelles ne se prêtent pas à la formulation de lois strictes.

12 Notons qu’il y a un sens dans lequel dire que X est justifié de croire que p revient tout simplement à dire que s’il croyait que p, alors cette croyance pourrait être justifiée sur la base des croyances qu’il possède déjà, ce qu’implique naturellement pas qu’il croit que p. Mais tout semble indiquer que cette notion de justification ex ante, comme l’appelle Goldman (1979 : 124) dérive de celle utilisée dans le texte.

13 Il faudrait que ce soit, en quelque sorte, un « symbole incomplet » au sens de Russell.

14 Supposons qu’on modifie la formulation de la thèse interprétationniste de telle manière que ce soit la notion d’affirmation, plutôt que celle de croyance, qui y tienne la vedette :
(13) W ssi il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié (sur la base de faits accessibles dans le monde réel) d’affirmer que W.
Il s’agit alors de savoir si le schéma
(14) il est possible qu’un interprète X soit indéfaisablement justifié (sur la base de faits accessibles dans le monde réel) d’affirmer que W ssi…
pourrait être complété par quelque chose comme « il est possible que X affirme que W et… », où les conditions de vérité de « il est possible que X affirme que W » seraient elles-mêmes expliquées en termes naturalistes, et où la place vide serait occupée par une description naturaliste des conditions que doit satisfaire cette affirmation pour être justifiée. Dans cette hypothèse, l’argument proposé plus haut ne s’applique plus à l’interprétation pragmatique intentionnelle, mais à l’interprétation pragmatique linguistique. Car en effet, s’il y a une explication naturaliste des conditions de vérité de « il est possible que X affirme que (Y affirme que p) », qui n’en mentionne pas les conditions de justification, alors il doit aussi y en avoir une des conditions de vérité de « Y affirme que p ». La situation générale ne serait donc pas fondamentalement modifiée.

15 Une version antérieure de ce chapitre a été présentée à Lyon, en novembre 1994, dans le cadre du colloque Les sciences de la cognition : des modèles computationnels à la philosophie de l’esprit, et publiée dans Fisette et Rialle dir. (1996) ; une autre a été présentée à Chicoutimi, en mai 1995, dans le cadre du congrès annuel de la SPQ. Je remercie sincèrement Dave Davies, Martin Montminy et Richard Vallée pour leurs précieux commentaires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search