Versione classicaVersione mobile

Interprétations radicales

 | 
Daniel Laurier

Introduction

Testo integrale

  • 1 Pour une présentation de la philosophie du langage de Davidson, on peut consulter Engel (1994a) ou (...)

1j’ai regroupé dans ce livre une série de sept études critiques dans lesquelles j’explore diverses facettes de la philosophie du langage de Donald Davidson. Ces études n’ont pas pour but d’exposer la doctrine sémantique de Davidson, et passent un grand nombre de questions sous silence, en particulier les questions d’analyse strictement logico-linguistique1 ; elles visent plutôt à éprouver la cohérence, la validité ou la solidité de certaines des thèses centrales qu’il défend (ou a défendues) concernant la nature du langage et ses liens avec les phénomènes mentaux. Parmi les questions abordées, celles du holisme, du réalisme et du naturalisme intentionnels, du principe de charité, et du caractère public du langage et de la pensée occupent la plus grande place. Comme chaque chapitre est précédé d’un court résumé qui en décrit les grandes lignes, je me contenterai, dans cette introduction, de dégager la trame générale qui sous-tend l’ensemble. Car bien que chacun puisse être lu indépendamment des autres et forme ainsi un texte autonome, il y a entre les différents chapitres des liens thématiques relativement étroits.

2Ainsi, après avoir soutenu, dans le chapitre 1, que la validité de l’argumentation de Dummett en faveur de l’antiréalisme sémantique dépend de son rejet du holisme, de sorte que la résolution de son différend avec Davidson exige une évaluation de ses objections contre le holisme, j’entre prends, dans le chapitre suivant, de préciser la nature du holisme, d’en distinguer plusieurs variétés et de déterminer si on peut trouver de bons arguments en sa faveur. Ces deux chapitres, ensemble, se terminent par une sorte de match nul : ni les objections de Dummett ou de Fodor et Lepore, ni les arguments de Davidson ne me satisfont, et j’en conclus qu’il reste beaucoup de travail à faire pour vider la querelle. Depuis que ces deux chapitres ont été rédigés, je me suis convaincu qu’il y avait des raisons internes à la doctrine de Davidson, qui sont liées à son rejet de toute forme de relativisme conceptuel, pour conclure qu’il doit y avoir une limite à l’étendue du holisme sémantique qu’il peut admettre sans risque d’incohérence. Mais l’exposé de ces raisons reste encore à rédiger et on ne le trouvera pas dans les pages qui suivent.

3La question du réalisme et du naturalisme intentionnels n’est abordée qu’au chapitre 3, et uniquement sous l’angle de la question de savoir s’ils sont compatibles avec une approche interprétationniste des phénomènes sémantiques ou intentionnels, du type de celles défendues, entre autres, par Dennett et Davidson. J’y suggère qu’au moins certaines formes d’inter prétationnisme satisfont certains des critères qui pourraient permettre de les compter comme des formes de réalisme, mais pas celui auquel Dummett semble attacher le plus d’importance, ce qui répond en partie à certaines préoccupations exprimées au chapitre 1. En ce qui concerne le naturalisme, je parviens, par d’autres voies, à la même conclusion que Davidson, à savoir qu’on ne pourra prétendre naturaliser l’intentionnalité qu’en naturalisant simultanément les normes de la rationalité.

4Il se trouve que c’est précisément sur la thèse du caractère normatif de la signification et du contenu intentionnel que repose l’argument sceptique développé par Kripke dans sa discussion du problème des règles et du langage privé chez Wittgenstein. Dans le chapitre 4, je discute assez longuement de la solution sceptique avancée par Kripke, pour finalement la rejeter et soutenir que même si elle était acceptable, elle ne permettrait pas d’établir l’impossibilité d’un langage privé. J’explore ensuite différentes stratégies devant permettre d’établir le caractère essentiellement public du langage ou de la pensée. Cela m’amène à soutenir qu’on ne peut s’appuyer sur le caractère public du langage pour établir celui de la pensée, ou sur le caractère public de la pensée pour établir celui du langage, qu’à condition de pouvoir montrer que le langage et la pensée sont interdépendants, et cela sans présupposer le caractère public du langage ou de la pensée (selon le cas). J’explique ensuite comment l’argumentation avancée par Davidson pour établir que la pensée dépend du langage ne semble faire exception à cette contrainte qu’en commettant une pétition de principe.

5Dans les trois chapitres qui suivent, c’est la question de la nature et de la légitimité du principe de charité ou de rationalité qui occupe le devant de la scène. Au chapitre 5, je développe l’idée que l’approche générale de Davidson au problème de l’interprétation présente plusieurs analogies intéressantes avec au moins certaines formes de téléosémantique celle proposée par David Papineau en particulier ; ce qui en soi n’est guère étonnant, compte tenu des homologies structurales troublantes, et souvent exploitées, entre certains modèles de la sélection naturelle et certains modèles de la rationalité. Cela me permet de suggérer que les théories téléosémantiques en question ne proposent pas réellement une alternative au type d’approche préconisé par Davidson. Dans le court chapitre qui suit, je propose une manière de rendre plus acceptables certaines conséquences du principe de rationalité qui sont souvent retenues contre lui, en insistant sur le fait qu’un tel principe n’opère pas dans un vacuum, mais seulement dans le contexte d’autres contraintes et à plusieurs niveaux. J’examine, dans le dernier chapitre, différentes formulations ou interprétations du principe de charité, qui sont toutes suggérées par Davidson lui-même (dans différents contextes). Cet examen m’amène à soutenir qu’on a eu tort de négliger les remarques de Davidson concernant les liens étroits qui unissent, et doivent unir, la théorie de la signification et la théorie de l’action, et que le principe de charité prend, dans un tel contexte plus large, une tout autre allure, et soulève quelques questions difficiles concernant les relations entre la rationalité pratique et la rationalité théorique. Mon enquête débouche donc sur le constat qu’en dépit du rôle absolument central que les normes de rationalité sont appelées à jouer dans la doctrine de Davidson, celui-ci a finalement fort peu fait (peut-être par la force des choses) pour en élucider la nature et en expliciter le contenu.

6Je demeure malgré tout convaincu que les détracteurs du principe de charité (et ils sont nombreux) n’apprécient tout simplement pas à sa juste mesure la radicalité, et le caractère non empirique, du problème de l’interprétation radicale. Nous n’avons naturellement aucune garantie que l’interprétation radicale soit possible, même en principe. Mais en réfléchissant aux conditions dans lesquelles elle serait possible, on peut espérer dégager non seulement certains des éléments qui nous distinguent d’autres amas de matière, mais aussi certains des présupposés métaphysiques sur lesquels repose notre spécificité. Se demander si l’inter prétation radicale est possible, c’est alors se demander si ces présupposés sont acceptables ; et il se pourrait qu’en cette matière, comme en quelques autres, l’acceptabilité rationnelle de ces présupposés dépende en bonne partie de la valeur que nous attachons à leurs conséquences. J’espère que les essais proposés ici contribueront à stimuler la réflexion dans ce domaine. Mais je n’ai guère de raison d’être optimiste, étant donné que la principale chose qu’ils auront réussi à mettre en lumière, c’est peut-être seulement la difficulté, l’opacité et la multiplicité des problèmes. Ils sont, en ce sens, autant d’interprétations radicales du problème de l’interprétation radicale.

Note

1 Pour une présentation de la philosophie du langage de Davidson, on peut consulter Engel (1994a) ou Laurier (1983 ; 1985 ; 1993b).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search