Version classiqueVersion mobile

Profession médiéviste

 | 
Francis Gingras

1. Les jouets des médiévistes

Texte intégral

1La tentation des premiers humanistes a largement été de s’inventer contre le Moyen Âge. Or, comme c’est souvent le cas des oppositions trop farouchement revendiquées, ce que l’on a appelé un peu rapidement la « Renaissance » s’appuie aussi tout contre le Moyen Âge qu’elle prolonge d’ailleurs à plus d’un titre. Mais au départ, et pratiquement jusqu’au xixe siècle, rares sont les érudits qui se consacrent à cette période. L’un de ces précurseurs d’exception est le poète et juriste Étienne Pasquier qui publie en 1596 des Recherches de la France où il présente l’histoire de France, de la langue et même de la poésie française non pas en rupture mais en continuité avec la période médiévale. Il s’intéresse, entre autres choses, à l’évolution de la langue française, à l’origine des proverbes, de certains mots ou même de la pratique du vouvoiement. Dans un pays profondément divisé par les guerres de religion, Étienne Pasquier cherche, à travers la continuité historique, des arguments pour refléter l’unité de la nation française.

2Son contemporain, le magistrat Claude Fauchet, est nommé historiographe du roi Henri IV, ce qui le conduit à porter une attention particulière aux vieux manuscrits dont certains font d’ailleurs partie de sa bibliothèque personnelle. À partir de leur étude, il prépare une véritable histoire de la langue française (Recueil de l’origine de la langue et poésie française, 1581). Cette perspective historique sur le développement et l’évolution d’une langue était alors tout à fait originale. À titre de comparaison, il faut attendre 1815 et la parution du deuxième volume de l’History of England de Sharon Turner pour que paraisse une étude aussi systématique de la langue anglaise, l’historien anglais s’appuyant sur la connaissance qu’il avait des manuscrits alors dans les collections du British Museum et dans la bibliothèque constituée par le député bibliophile Robert Cotton.

3Toujours dans le contexte des guerres de religion, le jésuite Héribert Rosweyde, qui assiste à la quasi-disparition du catholicisme au nord des Pays-Bas d’où il est originaire, sillonne les bibliothèques des monastères pour y récupérer les manuscrits qui présentent des vies de saint. En s’appuyant sur ces nombreux documents, un autre prêtre jésuite, Jean Bolland, entreprend la publication systématique et critique des vies de tous les saints composant le calendrier catholique romain. L’ampleur de la tâche l’amène à s’entourer de collaborateurs qui formeront la Société des bollandistes, toujours active aujourd’hui, laquelle a publié, entre 1643 et 1794, 53 volumes des Acta Sanctorum couvrant la vie des saints célébrés entre le 1er janvier et le 14 octobre. Après les troubles qui l’affectent au tournant du xviiie et au début du xixe siècle, la Société des bollandistes se reconstitue à Bruxelles et poursuit l’entreprise en ajoutant deux volumes parus en 1845 et 1884 pour compléter les mois d’octobre et de novembre. Il a fallu attendre 1940 pour que paraisse le dernier volume avec les saints du mois de décembre. On le voit, dès l’origine, et bien qu’elle suppose (ici au sens propre) un « travail de moine », la tâche du médiéviste est souvent collective et de très longue haleine.

4Une congrégation de bénédictins, les moines de Saint-Maur, se lance elle aussi, dès le début du xviie siècle, dans l’inventaire des documents médiévaux, d’abord pour l’histoire de France (la Gallia Christiana, seize tomes publiés entre 1715 et 1865 et, surtout, le Recueil des historiens des Gaules et de la France, treize volumes parus entre 1737 et 1785). On doit aussi aux bénédictins de Saint-Maur la première Histoire littéraire de la France qui, entre 1733 et 1763, consacre 12 volumes à la littérature des origines jusqu’au xiie siècle. Là encore, le projet ne prend sa pleine mesure que dans la durée, puisque, sous les auspices de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui poursuit le travail depuis 1814, le dernier volume sur le xive siècle n’a paru qu’en 1995.

5Si les savants du siècle des Lumières ont dit beaucoup de mal du Moyen Âge, qui représentait pour eux tout ce qu’avaient de détestable la superstition et l’obscurantisme, certains y ont néanmoins consacré du temps et de l’énergie, surtout pour faire connaître des textes de la vieille littérature. C’est le cas, par exemple, de Nicolas Lenglet du Fresnoy, qui fait notamment paraître Le roman de la Rose et les Mémoires de Commynes, d’Étienne Barbazan, qui publie de nombreux contes et fabliaux, de Jean-Baptiste Le Grand d’Aussy, qui s’intéresse également aux fabliaux avant d’être nommé conservateur des manuscrits français à la Bibliothèque nationale de France ou de Jean-Baptiste La Curne de Sainte-Palaye, qui édite aussi bien la chantefable Aucassin et Nicolette que des documents historiques dans ses Mémoires sur l’ancienne chevalerie. On lui doit par ailleurs le tout premier Dictionnaire historique de l’ancien langage françois, qui ne sera cependant publié qu’à titre posthume, près d’un siècle après la mort de son auteur. Là encore, le destin de l’œuvre de ce précurseur des philologues et des lexicographes enseigne que l’intérêt et la valeur du travail ne se mesurent pas dans l’instantanéité.

6À la même époque, le marquis de Paulmy cherche aussi à faire connaître des textes médiévaux, entre autres à travers une Bibliothèque universelle des romans qui proposait des « notices », sortes de résumés « de tous les romans, anciens et modernes, français et étrangers ». Mieux, le marquis avait réuni une bibliothèque personnelle remarquable où figuraient de nombreux manuscrits médiévaux. Après la Révolution, cette bibliothèque particulière fut déclarée « Bibliothèque nationale et publique » et constitue le fonds de ce qui est désormais la Bibliothèque de l’Arsenal à Paris, l’une des composantes de la Bibliothèque nationale de France et aujourd’hui l’une des salles de jeu préférée des médiévistes.

7Il y a bien une part de jeu dans le travail avec les manuscrits, car leur lecture est d’abord affaire de décryptage. En effet, ces livres anciens, copiés par des scribes il y a plusieurs centaines d’années, sont plus ou moins facilement lisibles, puisque les copistes, même lorsqu’ils s’appliquent, ont leur propre main d’écriture, ces variations individuelles s’ajoutant aux variations qu’ont connues les formes des lettres à travers le temps (la minuscule, par exemple, n’est apparue que dans les manuscrits médiévaux). Les copistes utilisent par ailleurs un certain nombre d’abréviations et ne procèdent pas nécessairement au découpage des mots de la même manière que nous le ferions aujourd’hui. La paléographie est l’étude de toutes ces particularités des écritures manuscrites anciennes. Elle constitue une des bases les plus fondamentales dans la formation du médiéviste : elle seule permet un accès direct aux nombreux documents écrits grâce auxquels il est possible d’entrer en contact avec une part importante de ce qui nous reste du Moyen Âge.

8Parmi la communauté des bénédictins de Saint- Maur, dont on a déjà souligné l’importance du travail sur les sources médiévales, un assistant du bibliothécaire de l’abbaye Saint-Germain des Prés, dom Jean Mabillon, développe, à la fin du xviie siècle, une véritable expertise dans l’étude des documents anciens. En 1681, il publie le De Re Diplomatica, fondant ainsi une nouvelle discipline, la diplomatique, c’est-à-dire l’examen critique des documents officiels, les diplomata, « diplômes », afin de les dater et d’en vérifier l’authenticité. Dans son ouvrage, dom Mabillon propose aussi une typologie de différents types d’écriture, basée sur des données chronologiques et géographiques.

9Encore aujourd’hui, la paléographie distingue plusieurs types de lettres. On trouve notamment la capitale (notre majuscule), à l’aspect géométrique, utilisée par les Anciens pour graver les monuments. Elle est longtemps la seule forme connue d’écriture et demande un temps considérable au copiste. Dans les documents de la vie quotidienne, on écrit plus rapidement en liant les lettres entre elles : cette écriture est dite cursive (du latin cursus, « courir »). En s’inspirant à la fois de la capitale et de la cursive romaines, les scribes du Haut Moyen Âge développent une écriture plus arrondie qu’on a appelée onciale. Empruntant aux formes rondes de l’onciale, la minuscule évolue entre l’époque mérovingienne et celle de Charlemagne, où l’école palatine contribue à répandre une écriture unifiée et plus régulière. Cette écriture, dite caroline, s’impose dans toute l’Europe jusqu’au xiie siècle, alors que se développe en Angleterre une forme plus anguleuse que l’on appellera écriture gothique. Cette dernière règne sur l’Europe pratiquement jusqu’à la fin du Moyen Âge, en variant suivant les régions et les époques (sa forme cursive, par exemple, en usage en France et dans le nord de l’Europe à partir du xive siècle est qualifiée de bâtarde). Au xve siècle, les humanistes italiens reviennent à des lettres plus arrondies et très lisibles, inspirées de la minuscule caroline, combinées à un usage restreint des capitales antiques. Cette écriture, dite humanistique, est à la base des caractères typographiques que les imprimeurs italiens développent sous le nom de caractères romains, ceux-là mêmes que vous lisez en ce moment. (Leur version inclinée, plus cursive, développée en Italie à l’initiative d’Aldo Manuce, afin de réduire la taille des livres, est appelée italique.)

10Si la paléographie permet d’abord de déchiffrer la morphologie des lettres, elle permet aussi de connaître les différents systèmes sténographiques utilisés par les scribes, comme les notes dites tironiennes (du nom de Tiron, secrétaire de Cicéron). La plus connue, toujours en usage, est l’esperluette (&), issue de la fusion du e et du t (Ɛt) dans la conjonction et. De même, le tilde, toujours en usage en espagnol avec une valeur différente (ñ), sert au Moyen Âge à remplacer les consonnes nasales m ou n (on écrira õ pour on ou ã pour an). D’autres usages sont plus caractéristiques des manuscrits médiévaux, par exemple le 9 tironien, d’abord utilisé pour noter le latin cum puis, par extension, le français com ou con, ou le p et le q barrés qui servent à noter des mots très fréquents (respectivement par et qui). Par ailleurs, le lecteur d’un manuscrit doit développer les abréviations souvent nombreuses au Moyen Âge. Certaines d’entre elles, comme le x, qui servait en latin à abréger la séquence (récurrente) us, ou le z, transcription latine du dzêta grec pour abréger ts, vont même devenir des lettres à part entière de notre alphabet. À la base du travail du médiéviste se trouve ainsi une part de déchiffrage très concrète qui s’ancre dans la réalité matérielle de l’écriture et de la lecture au Moyen Âge.

11Cette attention à la matérialité se prolonge aussi dans l’étude du livre médiéval, le codex, assemblage de cahiers reliés qui a généralement remplacé le rouleau dès le début de l’ère chrétienne. Cette discipline, la codicologie, s’intéresse autant aux supports de l’écriture (le parchemin ou le papier dont les filigranes, dessins qui apparaissent en transparence sur certains papiers, sont un outil de datation), aux instruments du copiste (plume, encre), à la mise en page des cahiers (notamment à travers la préparation d’une réglure qui assure la régularité de l’écriture, comme dans les cahiers lignés ou quadrillés de nos écoliers). On détaille également les rubriques (interventions à l’origine à l’encre rouge, d’où elles tirent leur nom), la foliotation, les différents éléments de la décoration (lettrines, enluminures, miniatures) qu’un historien de l’art pourra quelquefois rattacher au style d’un atelier particulier, voire à un maître connu pour l’illustration d’autres manuscrits.

12L’analyse codicologique cherche encore à retrouver les signes utilisés par les copistes dans l’organisation du travail (la numérotation des cahiers ou la mention du premier mot du cahier suivant, les réclames, qui permettent d’assurer la reliure du livre dans le bon ordre), afin de déterminer si le manuscrit est complet et original ou, à l’inverse, s’il est fragmentaire, amputé du début (acéphale) ou de la fin (anoure), ou constitué de cahiers reliés à différentes époques. Ce travail, qui requiert une attention au détail et souvent, littéralement, une observation à la loupe ou parfois même à la lumière ultraviolette (la lampe de Wood), a quelque chose de l’enquête policière.

13L’investigation matérielle des livres anciens est souvent à la fois émouvante et excitante. Le fait de se retrouver avec un objet qui a été écrit, puis lu, par d’autres hommes il y a six ou sept cents ans est une expérience assez troublante. Les heures de travail sur ces manuscrits, qui répondent aujourd’hui à des normes de conservation très strictes, sont comptées, ce qui ne laisse pas beaucoup de temps pour s’abandonner à la rêverie sur la vie de ceux qui les ont fabriqués ou consommés. La découverte d’une glose marginale inattendue ou d’une marque de possession difficilement lisible devient alors un événement majeur pour le chercheur qui se trouve soudainement lié plus intimement à son objet d’étude comme à ceux qui sont venus avant lui, se voyant obligé de réprimer des cris de joie difficilement compatibles avec l’atmosphère feutrée des bibliothèques !

14Si le travail sur le contenant est fondamental, la véritable source pour approcher la civilisation médiévale vient du contenu, ce qui suppose une autre forme de déchiffrage. Une fois décryptée la forme des lettres, les mots qu’elles forment continuent souvent de présenter certaines difficultés. Nombreux sont les écrits médiévaux rédigés en latin, ce qui suppose non seulement la connaissance de cette langue ancienne, mais encore la connaissance du latin médiéval qui présente des caractéristiques syntaxiques et lexicales importantes. Même pour les textes écrits dans une des langues dites « vivantes », la compréhension d’un état ancien de cette langue demande une étude particulière.

15L’un des premiers à adopter de manière très systématique l’étude historique de la langue (dans son cas l’allemand) est Jakob Grimm (1785-1863), l’un des deux frères à qui l’on doit d’avoir recueilli des contes aussi célèbres que Blanche-Neige, Hansel et Gretel ou Rapunzel (Raiponce). À côté de ce travail de folkloriste, Jakob Grimm consacre plusieurs années à l’étude de la grammaire allemande dans une perspective historique qu’il veut systématique. Il énonce un certain nombre de « lois phonétiques », dont une porte d’ailleurs toujours son nom, permettant d’expliquer les transformations de la prononciation dans le temps. Ce travail méthodique, fondé notamment sur la phonétique historique, est à la base de ce qui constitue un autre pilier des études médiévales : la philologie, soit l’étude historique des langues à partir de documents écrits.

16À la même époque, un autre savant allemand, Friedrich Diez, mène un travail comparable pour les langues romanes, les langues issues du latin (comme l’italien, l’espagnol, le portugais, le français ou le roumain), tandis qu’un spécialiste du sanscrit, Franz Bopp, tente parallèlement un rapprochement entre les langues classiques de l’Europe (le grec et le latin), de l’Inde (le sanscrit) et du Golfe (le persan) avec les langues germaniques et slaves, fondant par là la grammaire comparée.

17Outre cette dimension historique et comparative, la philologie joue également un rôle important dans l’édition de textes anciens (qu’on appelle aussi parfois ecdotique). Ce travail est essentiel, puisqu’il permet de lire les textes transmis par les manuscrits sans avoir à refaire à chaque fois le travail de déchiffrage paléographique et sans nécessairement avoir sous la main le document original. Il faut noter que l’édition du texte varie considérablement suivant que le philologue édite un texte transmis par un seul, par deux ou par plusieurs manuscrits. Car, comme nous en faisons tous l’expérience dès lors que nous tentons de recopier un texte à l’identique, des fautes s’introduisent fatalement. Ces variations entre deux témoins d’un même texte sont d’autant plus importantes au Moyen Âge, et en particulier dans les textes en langue vernaculaire (les langues populaires par opposition au latin), que la notion de propriété intellectuelle n’est pas celle que nous connaissons aujourd’hui. Un copiste médiéval peut même se faire un devoir de modifier le texte qu’il copie s’il lui semble incompréhensible, simplement vieilli ou mal adapté à son contexte régional et culturel.

18Tous ces intermédiaires dans la transmission éloignent le lecteur du texte original (Urtext). L’un des objectifs de la philologie peut consister en la reconstitution de ce texte perdu. Pour y arriver, une méthode développée au xixe siècle par le philologue allemand Karl Lachmann consiste à tenter d’établir l’arbre généalogique des manuscrits (ce que les philologues appellent le stemma codicum), en reconstituant des familles de manuscrits liés par des fautes communes. En effet, si deux manuscrits ont la même faute, on peut supposer que l’un est la copie de l’autre ou qu’ils relèvent tous deux d’un même modèle qui comportait cette faute. Cependant, pour établir une lignée de manuscrits, il faut se limiter à des fautes peu généralisées, des fautes caractéristiques, qui sont forcément en nombre limité. Surtout, la volonté de reconstituer un texte perdu risque de donner à lire un texte qui n’a, en réalité, jamais existé sous cette forme.

19Certes, l’apparat critique permet normalement de retrouver les interventions de l’éditeur (leçons rejetées, intégration de variantes), mais il n’en reste pas moins que le texte établi de cette manière repose sur la reconstitution d’un stemma toujours hypothétique. Le caractère arbitraire de ces reconstructions a été soulevé au début du xxe siècle par un philologue français, Joseph Bédier, qui, en étudiant les stemmas des éditeurs de textes en ancien français, a trouvé le même modèle à deux branches dans soixante-dix-huit des quatre-vingts cas, ce qui rendait, de fait, à l’éditeur moderne toute liberté pour choisir la branche qu’il préférait.

20En relativisant la scientificité de l’instrument qu’est le stemma codicum, Joseph Bédier proposait de ne plus s’appuyer sur le stemma pour établir le texte, mais plutôt de partir du classement des manuscrits pour déterminer celui que l’éditeur choisira de transcrire en intervenant le moins possible et en reléguant en appendice les corrections conjecturales. Cette méthode est aujourd’hui la plus courante en France pour les textes vernaculaires et s’accorde assez bien avec une tendance critique qui s’est autoproclamée « nouvelle philologie » et qui valorise toutes les variantes de tous les textes. Par ailleurs, des critères externes au texte lui-même, liés par exemple à la nature du manuscrit (manuscrit d’auteur ou de dédicace, qualité de la calligraphie ou des illustrations, marques de lecture ou de possession) peuvent aussi plaider pour l’édition d’un témoin en particulier, sans égard pour sa position dans la tradition textuelle.

21Quelle que soit la méthode adoptée, le médiéviste qui édite un texte doit, là encore, se faire enquêteur et tenter d’abord de retrouver où sont conservés aujourd’hui tous les témoins du texte qu’il souhaite éditer, puis les analyser afin de les dater, de localiser leur provenance et d’en retracer l’histoire. À partir de là, il procède à la collation des manuscrits, c’est-à-dire à la comparaison des textes qu’il a transcrits, à partir de la totalité ou d’un certain nombre de témoins, afin d’établir une première liste de variantes significatives. Il classera ensuite les manuscrits pour établir un stemma qui lui servira soit à choisir le manuscrit de base (méthode bédiériste), soit à reconstituer le texte (méthode lachmannienne).

22En transcrivant le texte, même s’ils refusent la reconstitution, les éditeurs adoptent un certain nombre de conventions : ils résolvent les abréviations, procèdent à la séparation des mots agglutinés et établissent la ponctuation en fonction de l’usage moderne. Ces habitudes éditoriales, assez généralisées, peuvent néanmoins varier : certains éditeurs prônent par exemple le respect de la ponctuation médiévale, au risque cependant de nuire à la lisibilité du texte. D’autres conventions varient, elles, en fonction des pays. Ainsi la distinction entre les voyelles i/u et les consonnes j/v, qui ne se fait pas de la même manière au Moyen Âge, est aujourd’hui courante chez les éditeurs de texte en France et en Belgique, mais moins en Italie ou dans le monde anglo-saxon. En Espagne, elle est réservée aux textes postérieurs à 950. Une fois le texte transcrit, l’éditeur sera, selon les cas, plus ou moins interventionniste, mais — idéalement — il donnera toujours dans l’apparat critique le détail de ses émendations.

23Le premier objectif de l’édition de documents anciens est d’en faciliter l’accès. Pour ce faire, le philologue a le souci de s’assurer de la lisibilité du document qu’il produit, d’abord dans l’établissement du texte puis dans les éclaircissements qu’il donne en note ou dans les annexes qui constituent l’apparat critique. Cependant, l’accessibilité a aussi une dimension économique qu’il est difficile d’ignorer complètement, d’autant qu’un accès plus massif aux études universitaires a eu pour effet d’augmenter le nombre de lecteurs potentiels pour les textes médiévaux, lecteurs dont les besoins scientifiques (et le budget disponible) ne sont toutefois pas les mêmes que ceux des érudits du xixe et de la première moitié du xxe siècle. Des collections, comme les « Classiques français du Moyen Âge », chez Honoré Champion à Paris, ont souvent choisi de réduire l’apparat critique au minimum, tendance qui est encore plus nette dans les collections de poche qui se sont développées depuis que Paul Zumthor lançait la série « Bibliothèque médiévale » dans la collection « 10/18 » en 1978.

24Ces initiatives de diffusion ont été importantes pour faire connaître plus largement les textes du Moyen Âge. À ceux, parmi les médiévistes, qui seraient tentés de déplorer les lacunes éditoriales de ces collections, il faut rappeler qu’elles ne sont pas d’abord destinées à la recherche érudite mais plutôt à l’enseignement, voire au public cultivé. Ce même élitisme de mauvais aloi a d’ailleurs longtemps privé les étudiants (et, plus généralement, les lecteurs intéressés) d’éditions bilingues où le texte original paraît en regard de sa traduction en français moderne, pratique pourtant déjà ancienne pour les textes grecs ou latins. La chanson de Roland, par son caractère de « texte national fondateur », a eu droit rapidement à ce traitement avec l’édition bilingue de Joseph Bédier, mais cette pratique éditoriale ne s’est pas généralisée avant les années 1970. Sans l’insistance de Jean Dufournet, qui a contribué à valoriser la pratique dès 1973 par une édition bilingue d’Aucassin et Nicolette dans la collection de poche « GF », la présence de la littérature médiévale dans l’enseignement, même universitaire, ne serait certainement pas la même aujourd’hui.

25Depuis, le travail de traduction est devenu une tâche importante des médiévistes qui, parfois à partir d’éditions déjà anciennes, offrent des éditions bilingues des textes du Moyen Âge, comme c’est le cas dans la collection « Lettres gothiques », dirigée par Michel Zink au « Livre de poche », ou dans les collections lancées plus récemment aux éditions Champion ou Classiques Garnier. Même la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » a délaissé les anthologies de textes médiévaux modernisés, publiés dans les années 1930 et 1940 par Albert Pauphilet, pour lancer à partir de 1994 des éditions bilingues, où l’ancien français est toutefois relégué en bas de page et doit se contenter de très petits caractères.

26Il faut aussi préciser que cette démocratisation de l’accès aux textes médiévaux concerne essentiellement des œuvres littéraires : si les « Lettres gothiques » ont publié les Lettres de Louis XI, le Journal d’un bourgeois de Paris ou le Ménagier de Paris et la « Bibliothèque de la Pléiade » une traduction de la Légende dorée de Jacques de Voragine, les sources historiques et les documents de la pratique sont essentiellement édités dans des collections d’érudition, comme la Bibliothèque de l’École des Chartes, les Recueils des historiens de la France, avec ses séries « Documents financiers », « Obituaires » et « Pouillés » (registres ecclésiastiques), ou les Sources d’histoire médiévale et les Documents, études, répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes à Paris. Des collections de documents « nationaux », qui ont joué un rôle majeur dans le développement de notre discipline et sur lesquelles je reviendrai, continuent aussi de publier des documents historiques de première importance, comme le Monumenta Germaniæ Historica ou les Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France. Dans tous les cas cependant, ces collections, souvent très coûteuses, sont plutôt disponibles en bibliothèque qu’en librairie.

27Les sources à partir desquelles le médiéviste construit le Moyen Âge ne se limitent toutefois pas aux documents écrits. Si, dès 1834, Arcisse de Caumont fonde la Société française pour la conservation et la description des monuments, il faut attendre les années 1950 pour que se développe une véritable archéologie médiévale. Les travaux d’Arcisse de Caumont comme ceux d’Eugène Viollet-le-Duc visaient surtout la mise en valeur et la conservation des grands monuments du Moyen Âge. Le premier, avec son collègue Charles de Gerville, a contribué à la périodisation de l’architecture médiévale (période « romane » du xe au xiie siècle, puis « gothique » du xiiie au xve siècle) ; le second a joué un rôle majeur dans la restauration de quelques-uns des plus grands monuments de la France médiévale : Notre- Dame de Paris, les basiliques de Vézelay et de Saint-Denis, et la Sainte-Chapelle, entre autres.

28À l’instar des éditeurs de texte, les restaurations de Viollet-le-Duc comportent une part importante de reconstitution. Appelé à restaurer la cité de Carcassonne, dans le Midi de la France, Viollet-le-Duc y fait construire des toitures coniques d’ardoise (caractéristiques des châteaux du nord de la France), alors que les châteaux du sud présentent plutôt des toitures plates couvertes de tuiles. S’il peut parfois justifier ses choix (dans ce cas, il suppose l’influence des chevaliers venus du nord avec Simon de Monfort), il revendique aussi clairement la part d’invention qui entre dans la reconstruction d’un monument médiéval : « restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné » (Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, 1875). Celui dont le nom a longtemps été synonyme de mauvais goût et d’intervention intempestive (« faire du Viollet-le-Duc » était l’équivalent architectural du « style troubadour » que l’on reprochait aux auteurs ou aux traducteurs « médiévalisants ») fait pourtant preuve d’une lucidité que bien des éditeurs reconstructionnistes aux prétentions positivistes pourraient adopter.

29Le passage d’une archéologie monumentale à une archéologie de fouille ne se fait que dans l’après-guerre, notamment autour de Michel de Bouärd qui dirige les fouilles archéologiques du Château de Caen, conduites parallèlement à la reconstruction de la ville, détruite en grande partie par les bombardements alliés pendant la Deuxième Guerre mondiale. En Angleterre, sous l’impulsion de Donald Harden, nouvellement nommé directeur du Musée de Londres, était fondée, en 1957, une Society for Medieval Archaeology, qui publie d’emblée sa propre revue (Mediaeval Archaeology), quatorze ans avant qu’une publication de langue française ne soit lancée sur le même sujet (Archéologie médiévale, publiée depuis 1971 par le Centre national de la recherche scientifique).

30À la fin des années 1970, avec le développement de grands travaux d’infrastructures (multiplication des autoroutes, construction de lignes de trains à grande vitesse), l’archéologie devient « préventive », c’est-à-dire qu’elle sert à poser d’abord un diagnostic sur les lieux où il est pertinent (ou non) d’aménager le territoire, en procédant par sondages, puis par fouilles plus systématiques, l’archéologue pouvant proposer, dans certains cas, des plans de conservation ou de sauvegarde du patrimoine. Les résultats qui en découlent, qui ne proviennent pas de fouilles liées à une hypothèse formulée d’abord par les historiens, mais bien des nécessités dictées par le développement des travaux d’aménagement, sont aussi l’objet d’analyses et d’interprétations.

31Les aléas de la construction peuvent ainsi conduire à des découvertes importantes et inusitées, comme ce fut le cas en août 2012 quand des archéologues de l’Université de Leicester, chargés de mener des fouilles dans un terrain de stationnement utilisé par les services sociaux de la municipalité après la démolition de l’immeuble qui s’y trouvait jusqu’en 2007, ont mis au jour un squelette dont les tests ADN ont prouvé qu’il s’agissait du dernier roi Plantagenêt, Richard III d’Angleterre. En utilisant d’autres techniques de pointe, notamment la tomodensitométrie (CT-scan, reconstruction tridimensionnelle de coupes anatomiques) et la stéréolithographie (fabrication d’un objet solide à partir d’un modèle numérique), les chercheurs ont pu reconstituer le visage du roi. L’enquête se pour suit d’ailleurs au moment où j’écris ces lignes puisqu’un deuxième cercueil, plus ancien, a été découvert sur le même site à la fin du mois de juillet 2013 et que l’analyse de son contenu devrait se faire au cours de l’hiver. Qui aurait dit que le travail du médiéviste relève parfois moins de Game of Thrones que de CSI ou de Bones ?

32Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard si l’un des auteurs de polars de langue française qui a connu le plus de succès au cours des dernières années, sous le nom de plume de Fred Vargas, est, au départ, une médiéviste, de son vrai nom Frédérique Audoin-Rouzeau. Elle a consacré l’essentiel de ses travaux savants à l’archéozoologie, en étudiant des ossements d’animaux afin de mieux comprendre, entre autres phénomènes, les habitudes alimentaires du Moyen Âge ou les vecteurs de propagation de la peste. La part de l’enquête et celle de l’imagination ont, là encore, partie liée dans le travail de reconstitution du Moyen Âge.

33On le voit, la documentation historique du médiéviste ne se limite pas à l’écrit. Si elle peut faire intervenir des ossements animaux, des arbres (à travers les études dendrochronologiques qui permettent la datation par les anneaux de croissance) ou même l’étude des pollens, elle repose aussi, encore aujourd’hui, sur des artefacts auxquels on a consacré depuis longtemps des travaux d’érudition, notamment les pièces de monnaie, les médailles et les jetons, objets d’étude de la numismatique. Ses méthodes sont solidement éprouvées et se sont développées depuis le début du xixe siècle, notamment en France et en Europe de l’Est avec des numismates comme Joseph de Mader, à Prague, ou Joachim Lelewel, en Pologne.

34L’étude des sceaux, la sigillographie, est aussi une science ancienne, liée de près à la diplomatique. Elle permet, bien évidemment, la datation et la localisation des documents. Elle peut même, indirectement, permettre de déjouer un complot, comme c’est le cas du professeur Halambique qui, en plus des sceaux de Charlemagne et de saint Louis, possède le sceau du roi de Syldavie et donne ainsi à Tintin les premiers éléments pour contrer l’annexion du pays par la Bordurie (Le sceptre d’Ottokar, Casterman, 1947). Plus sérieusement, la sigillographie reste au cœur des recherches les plus actuelles, comme celle sur la question de l’identité au Moyen Âge : le sceau étant une représentation de soi en l’absence de la personne physique, il fonctionne comme si ce double était à la fois présent et identique, et permet de penser des notions aussi importantes que celles de subjectivité et d’individualité au Moyen Âge.

35On peut encore citer l’étude des blasons, l’héraldique, qui étudie les armes et les armoiries. Elle permet certes l’identification, la localisation et la datation d’objets, de personnes (dans des représentations iconographiques) ou de documents, mais elle participe aussi de l’histoire des mentalités en supposant à la fois la recherche sur les particularités de la sensibilité médiévale, notamment à l’égard des animaux, des formes et des couleurs. Cette formation bien particulière peut même conduire aux plus hautes sphères de la fonction publique, comme le prouve le fait que la fonction de héraut d’armes du Canada, qui doit approuver tous les drapeaux, insignes, armoiries et symboles officiels, est occupée depuis 2007 par la médiéviste Claire Boudreau, auteure d’une thèse sur Les traités de blason en français du xive au xvie siècle.

36Les surprises sont nombreuses quand on s’intéresse aux outils à la disposition des médiévistes. Ces sciences, que l’on qualifie souvent d’« auxiliaires », sont à la fois sérieuses et ludiques. L’aspect très concret à la base de notre travail, que ce soit sur un manuscrit à déchiffrer, une langue ancienne à éclaircir, un site de fouille à inspecter ou un blason à détailler, donne un ancrage particulièrement solide aux réflexions que nous menons pour retrouver ces siècles perdus. La valeur de ce travail de reconstitution n’est cependant assurée que si la part d’imagination qu’elle convoque est assumée. Même la tête de Richard III, reconstituée grâce aux technologies les plus avancées, reste tributaire de choix plus subjectifs des chercheurs (notamment pour les cheveux et les yeux, détails qui ont leur importance dans la définition d’un visage !). Avec sérieux et méthode, comme les meilleurs enquêteurs des polars ou des séries télé, le médiéviste doit aussi accepter que son travail comporte une part d’intuition, idéalement tempérée par ces sciences qui, pour lui, sont sans doute moins auxiliaires que fondamentales.

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search