Version classiqueVersion mobile

Aux sciences, citoyens !

 | 
Léonore Pion
, 
Florence Piron

Première partie. Expériences internationales

7. Les biobanques et la participation citoyenne : les consultations de la UK Biobank (Royaume-Uni, 2000-2003)

Marion Cassen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En matière de recherche génétique, l’heure semble être à la multiplication de gigantesques bases de données personnelles et biologiques qui permettent aux chercheurs d’étudier les variations génétiques à partir de populations entières. Ces biobanques de grande envergure, qui existent déjà à l’échelle nationale dans les États nordiques d’Islande, d’Estonie, de Lettonie et de Suède ainsi qu’au Royaume-Uni, à Singapour et au Japon, devraient prochainement avoir des cousines au Québec et, vraisemblablement, aux États-Unis, où elles existent déjà à l’échelle locale.

Les enjeux

L’arrivée des biobanques dans le monde de la recherche génétique suscite de nombreux questionnements. Les préoccupations sont d’autant plus vives que les biobanques d’envergure nationale ou régionale requièrent des investissements publics majeurs ainsi que la mise sur pied de systèmes d’information très sécurisés afin d’assurer la protection des données personnelles. Or, pour rentabiliser ces coûts collectifs, les bi...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search